3 bannière

 

22. Ressources : informations et SST

Éditeur de chapitre :  Jukka Takala

 


 

Table des matières

Figures et tableaux

L'information : une condition préalable à l'action
Jukka Takala

Recherche et utilisation d'informations
PK Abeytunga, Emmert Clevenstine, Vivian Morgan et Sheila Pantry

Gestion de l'information
Gordon Atherley

Étude de cas : Service malaisien d'information sur la toxicité des pesticides
DA Razak, AA Latiff, MIA Majid et R. Awang

Étude de cas : Une expérience d'information réussie en Thaïlande
Chaiyuth Chavalitnitikul

Tables

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1. Quelques périodiques de base en santé et sécurité au travail
2. Formulaire de recherche standard
3. Informations requises en santé et sécurité au travail

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

INF010T1INF020F1INF040F2INF040F3

La production implique des activités humaines qui se traduisent par du matériel, de l'énergie, de l'information ou d'autres entités utiles aux individus et à la société ; son développement dépend de la collecte, du traitement, de la diffusion et de l'utilisation de l'information. Le travail peut être décrit comme une activité humaine dirigée vers des objectifs prédéfinis dans le processus de production, les outils et l'équipement servant d'instrument matériel à cette activité. Mais il ne faut pas oublier que dans le processus de travail, les informations continuellement reçues et organisées affectent et orientent le processus.

Le processus de travail lui-même contient des informations sous la forme d'une expérience accumulée qui est stockée par le travailleur (sous forme de connaissances et de compétences) ; incarné, pour ainsi dire, dans des outils, des équipements, des machines et, en particulier, par des systèmes technologiques complexes; et rendue explicite par le biais d'équipements de traitement de l'information. Le processus de travail est une manière concrète et dynamique d'utiliser l'information pour atteindre certains objectifs fixés. Les éléments de sécurité de ces informations sont également répartis entre les différents éléments du travail : le travailleur, les outils et équipements, l'environnement de travail et les objets de production ; en effet, les informations de sécurité devraient idéalement faire partie intégrante des informations nécessaires à la production elle-même : au lieu de « comment produire quelque chose », elles devraient être « comment produire quelque chose en toute sécurité (avec un risque moindre) ». Plusieurs expériences ont démontré que l'information liant la sécurité à la production n'est pas seulement nécessaire mais est de plus en plus perçue comme telle.

La production implique non seulement la création technique évidente d'une nouvelle production à partir de matières premières naturelles ou de matériaux et de biens fabriqués par l'homme préexistants, mais comprend également la modification et la réorganisation des informations relatives au processus de production de matériaux et au cycle d'information lui-même. . La portée de l'élément d'information d'un processus de production en développement augmente rapidement. Suivant la pratique habituelle consistant à diviser le processus de production en trois parties, à savoir la production d'énergie, la production de matériaux et la production d'informations, nous pouvons également diviser ses produits en catégories similaires. Cependant, ceux-ci sont généralement de caractère mixte. L'énergie est généralement véhiculée par la matière, et l'information est soit associée à la matière, par exemple les imprimés, soit à l'énergie, comme la charge électrique ou les impulsions optiques et électroniques véhiculées par les fibres optiques. Mais, contrairement aux produits matériels, l'information ne perd pas nécessairement sa valeur lorsqu'elle subit des processus de reproduction. C'est un produit qui peut être reproduit en masse, mais ses copies peuvent être exactement aussi valables que l'original.

Informations sur la sécurité et leur utilisation dans les systèmes de production

Les informations sur la sécurité couvrent un large éventail de sujets et peuvent prendre une grande variété de formes. Il peut être classé selon qu'il véhicule des chiffres statistiques, des informations descriptives, des données de référence, des textes originaux ou des éléments quantitatifs ou qualitatifs. Il peut s'agir d'un tableau statistique présentant un ensemble de données quantitatives relatives à l'incidence des accidents ou d'une fiche de données de sécurité chimique. Il peut s'agir d'une base de données lisible par ordinateur, de documents prêts à l'emploi (y compris des illustrations et des dessins), de modèles de législation et de réglementation ou de résultats de recherche concernant un problème de sécurité particulier. Historiquement, la plupart des besoins d'information étaient couverts par les méthodes de communication conventionnelles, orales et écrites, jusqu'à l'avènement relativement récent de la photographie, de la communication radio, des films, de la télévision et des productions vidéo. Si les méthodes des médias de masse devaient faciliter la copie électronique, elles manquaient néanmoins de sélectivité. De toute évidence, tout le monde n'a pas besoin ou n'est pas intéressé par le même type d'informations sur la sécurité. Les bibliothèques et, en particulier, les centres de documentation de sécurité spécialisés offrent une sélection assez complète de documents qui pourraient fournir des détails spécifiques pour chaque utilisateur de l'information, mais leurs ressources ne sont pas facilement accessibles sous forme de copie. Les dernières méthodes de collecte, de stockage et de récupération d'informations ont cependant résolu ce problème. Les informations gérées électroniquement peuvent contenir la même quantité d'informations ou plus qu'une bibliothèque spécialisée complète et il peut être facilement et rapidement dupliqué.

Les professionnels de la sécurité, à savoir les inspecteurs, les hygiénistes industriels, les ingénieurs de la sécurité, les représentants de la sécurité, les gestionnaires, les superviseurs, les chercheurs et les travailleurs, n'utiliseront l'information dans toute la mesure souhaitable que si elle est facilement disponible. Tout ce dont ils ont besoin doit être accessible directement sur leur bureau ou leur bibliothèque. La documentation existante pourrait être convertie sous forme électronique et organisée de manière à ce que la récupération soit rapide et fiable. Ces tâches sont déjà en cours et représentent une entreprise colossale. Premièrement, la sélection est essentielle. Les informations doivent être rassemblées et fournies en priorité et le processus de récupération doit être pratique et fiable. Ces objectifs nécessitent une meilleure organisation des bases de données et des logiciels et matériels plus intelligents.

Informations quantitatives sur la sécurité

Les informations sous forme factuelle et quantitative sont essentiellement exprimées sous forme de chiffres. Les mesures quantitatives peuvent enregistrer des valeurs nominales, comme un nombre donné d'accidents ; les valeurs ordinales qui définissent les priorités ; ou des ratios, tels que ceux qui peuvent décrire la fréquence des accidents par rapport à leur gravité. Le principal problème est de définir des critères d'efficacité des pratiques de sécurité et de trouver les meilleurs moyens de les mesurer (Tarrants 1980). Un autre problème est de concevoir des formes d'information qui soient efficaces pour exposer la nature (et la nécessité) des mesures de sécurité et qui, en même temps, soient compréhensibles pour toutes les personnes concernées - les travailleurs, par exemple, ou les utilisateurs de produits chimiques et de produits chimiques. équipement. Il a été démontré que les informations de sécurité sera influencent le comportement, mais que le changement de comportement est influencé non seulement par le contenu de l'information, mais aussi par la forme sous laquelle elle est présentée, par exemple, par son attrait et son intelligibilité. Si les risques ne sont pas présentés de manière efficace et correctement compris et reconnus, on ne peut s'attendre à un comportement rationnel et sûr de la part des travailleurs, des responsables, des concepteurs, des fournisseurs ou d'autres personnes concernées par la sécurité.

Les données quantitatives sur les risques ne sont généralement pas bien comprises. Il existe une grande confusion dans le public quant aux risques les plus importants et les plus faibles, car il n'existe pas de mesure uniforme du risque. L'une des raisons de cet état de fait est que les médias publics ne mettent pas l'accent sur les problèmes récurrents, même les plus graves, mais ont tendance à mettre en avant des informations « choquantes » relativement rares et frappantes.

Un autre facteur limitant l'efficacité de l'éducation à la sécurité est que le traitement d'informations quantitatives complexes sur les risques peut dépasser les capacités cognitives des individus dans la mesure où ils s'appuient sur des heuristiques, absorbant de manière non systématique les leçons de l'expérience, pour rendre gérables les tâches liées à la sécurité. En général, les risques faibles sont surestimés et les risques élevés sous-estimés (Viscusi 1987). Ce biais peut se comprendre si l'on considère que sans aucune information, tous les risques seraient considérés comme égaux. Chaque élément d'information obtenu par l'expérience favorisera alors une perception biaisée du risque, les incidents les plus fréquents mais les moins nocifs recevant plus d'attention (et étant évités avec plus de prudence) que les accidents plus rares mais plus graves.

Informations qualitatives sur la sécurité

Alors que des informations quantitatives sur la sécurité, avec une focalisation pointue sur des dangers particuliers, sont nécessaires pour concentrer nos efforts sur les problèmes de sécurité essentiels, nous avons besoin d'informations qualitatives, véhiculant son fonds d'expertise pertinente, afin de trouver des solutions pratiques (Takala 1992). De par sa nature, ce type d'information ne peut pas être précis et quantitatif mais est hétérogène et descriptif. Il comprend des sources aussi diverses que des informations juridiques, des supports de formation, des supports audiovisuels, des étiquettes, des signes et des symboles, des fiches de données de sécurité chimiques et techniques, des normes, des codes de bonnes pratiques, des manuels, des articles de périodiques scientifiques, des thèses de mémoire, des affiches, des newsletters ou encore des dépliants. La variété des matériaux rend assez difficile la classification et la récupération ultérieure de ces matériaux en cas de besoin. Mais cela peut être fait et a effectivement été réalisé avec succès : la préparation de profils de risques à l'échelle de l'entreprise, de la branche, de l'industrie et même du pays représente un exemple pratique de la fourniture d'informations qualitatives de manière systématique qui, en même temps attache des mesures quantitatives à l'importance relative des problèmes en question.

Un autre problème clé est celui de l'intelligibilité. La compréhension exige que l'information soit présentée d'une manière compréhensible par l'utilisateur final. L'utilisation inappropriée du langage, qu'il s'agisse du langage courant ou d'une terminologie technique spéciale (y compris le jargon), peut créer le plus grand obstacle à la diffusion mondiale des informations sur la sécurité. Les textes doivent être consciencieusement et délibérément encadrés de manière à faire un appel fortement positif à leur public cible.

Il serait souhaitable d'établir une base de connaissances complète sur toutes les informations accumulées sur la sécurité et la santé, accessible aux utilisateurs via des interfaces spécialement adaptées à chaque groupe d'utilisateurs. Idéalement, de telles interfaces traduiraient les éléments souhaités de ces informations, sans redondance, dans un format compréhensible par l'utilisateur, qu'il s'agisse de langage naturel, d'une terminologie spécifiée (ou de son absence), d'images, d'illustrations, de dessins ou de sons, et être adapté aux besoins et aux capacités de l'utilisateur final.

Impact, présentation et types d'informations sur la sécurité

Informations sur la sécurité au niveau de l'entreprise et cycle d'information

Des études sur les systèmes d'information sur la sécurité au sein des entreprises suggèrent que le flux d'informations au sein des entreprises suit un schéma cyclique :

collecte de données →

analyse et stockage des données →

diffusion des informations de sécurité →

développer des mesures préventives →

production de biens et matériaux (risques et accidents) →

collecte de données, etc...

Les principales méthodes utilisées pour collecter les données sont les enquêtes sur les accidents, les inspections de sécurité par le personnel de l'entreprise et le signalement des quasi-accidents. Ces méthodes se concentrent sur les problèmes de sécurité et ne prêtent pas beaucoup d'attention aux problèmes de santé et d'hygiène industrielle. Ils ne renseignent pas non plus sur l'expérience accumulée à l'extérieur de l'entreprise. Il est essentiel de partager cette expérience d'ailleurs, car les accidents sont des événements rares et il est peu probable qu'un nombre suffisant d'incidents similaires, en particulier des accidents majeurs (par exemple, les catastrophes de Bhopal, Flixborough, Seveso et Mexico), se produisent dans telle entreprise, ou même dans tel ou tel pays, pour servir de base à des efforts de prévention efficaces. Ils pourraient cependant se reproduire quelque part dans le monde (OIT 1988).

Les activités liées à la sécurité que l'industrie peut entreprendre peuvent prendre diverses formes. Les campagnes d'information visant à améliorer la diffusion des informations sur la sécurité peuvent inclure des slogans de sécurité, l'élaboration d'un indice d'entretien ménager, des programmes de renforcement positif et de formation pour les travailleurs (Saarela 1991). Dans certains pays, des services de santé au travail ont été créés pour impliquer le personnel de santé dans le travail de prévention des accidents de l'entreprise. Ces services doivent avoir la capacité de collecter des informations sur le lieu de travail - pour effectuer des analyses de la charge de travail et des risques, par exemple - afin d'accomplir leurs tâches quotidiennes. En outre, de nombreuses entreprises ont mis en place des systèmes informatisés pour l'enregistrement et la déclaration des accidents. Des systèmes similaires, adaptés pour enregistrer les accidents du travail selon un format standard exigé par les organismes d'indemnisation des accidents du travail, ont été mis en place dans plusieurs pays.

Informations nationales et mondiales sur la sécurité et cycle d'information

Tout comme le cycle d'information sur la sécurité existe dans les une entreprise, il existe un cycle d'information similaire au niveau national et international. Le flux d'informations sur la sécurité d'un pays à l'autre peut être compris comme un cercle représentant diverses phases du mouvement de l'information au cours desquelles des informations sur la sécurité peuvent être nécessaires, traitées ou diffusées.

Afin d'évaluer les mérites relatifs des divers systèmes d'information, il est utile de discuter de la diffusion de l'information en termes de « cycle d'information ». Le flux international d'informations sur la sécurité est représenté schématiquement à la figure 1, sur la base de Le modèle de Robert (Robert 1983; Takala 1993). Dans un premier temps, une information de sécurité est identifiée ou décrite par l'auteur d'un document, où le mot « document » est utilisé dans son sens le plus large, et peut désigner indifféremment un article scientifique, un manuel, un rapport statistique, un texte législatif, une formation audiovisuelle. matériel, fiche de données de sécurité chimique ou même une disquette ou une base de données entière. Cependant, quel que soit leur type, les informations peuvent entrer dans le cycle sous forme électronique ou imprimée.

Figure 1. Le cycle de l'information

DISPARU

  1. L'information est envoyée à un éditeur ou un éditeur, qui évaluera sa validité pour la publication. La publication d'un document est, à l'évidence, un facteur important de son utilité et de son accessibilité générale simplement parce que les documents non publiés sont difficiles à localiser.
  2. Les documents publiés peuvent être utilisés directement par un professionnel de la sécurité ou ils peuvent cibler un utilisateur final non professionnel tel que le travailleur sur le lieu de travail (par exemple, les fiches de données de sécurité chimiques).
  3. Le document peut ensuite être envoyé à un centre d'information. Dans le cas de documents véhiculant des informations primaires (résultats de recherches originales par exemple), le centre collectera, filtrera et sélectionnera systématiquement les informations utiles qu'ils peuvent contenir, procédant ainsi à une première lecture grossière de gros volumes de documents. Une publication secondaire régulièrement publiée ou mise à jour, telle qu'un périodique ou une base de données contenant des résumés ou des critiques, peut être publiée ou mise à disposition par le centre d'information. Cela attirera en permanence l'attention sur les évolutions importantes en matière de sécurité et de santé au travail.
  4. Ces publications ou bases de données secondaires ciblent principalement les professionnels de la sécurité. Des exemples de telles bases de données et publications secondaires sont les CISDOC base de données et Sécurité et santé au travail bulletin de l'Organisation internationale du travail et le NIOSHTIQUE base de données du National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) aux États-Unis. Le véhicule d'échange entre une entité institutionnelle donnée (par exemple, une entreprise) et le cycle national ou mondial de l'information est dans tous les cas l'utilisateur. L'utilisateur n'est pas nécessairement un professionnel de la sécurité individuel, mais peut également être le système de gestion de la sécurité de l'établissement. Un utilisateur de matériel publié peut en outre communiquer ses commentaires directement à l'auteur ou à l'éditeur, une pratique courante pour les publications scientifiques.
  5. A ce stade du cycle d'information, le document publié peut être modifié suite au « test de réalité », étape à laquelle le professionnel de la sécurité valorise effectivement l'information afin de réduire le nombre d'accidents ou de maladies professionnelles, ou pour résoudre d'autres problèmes au travail.
  6. L'expérience contribue à une meilleure anticipation des risques sanitaires et des accidents.
  7. L'expérience peut déboucher sur de nouveaux résultats de recherche sous forme de rapports et de documents qui sont envoyés à l'éditeur : ainsi le cycle est bouclé.

 

Applications des informations de sécurité

Les informations peuvent être utilisées à plusieurs fins : formation à l'intérieur et à l'extérieur de l'entreprise ; conception de machines, procédés, matériaux et méthodes; opérations d'inspection et de contrôle. Le caractère varié de telles utilisations implique que les informations doivent être préparées sous une forme adaptée à chaque type d'utilisateur. Les utilisateurs eux-mêmes modifient et retraitent les informations dans de nouveaux produits d'information. Par exemple, un service d'inspection peut rédiger de nouvelles règles et réglementations, les fabricants de machines peuvent établir de nouvelles directives compte tenu de leur implication dans les activités de normalisation de la sécurité, les producteurs de produits chimiques peuvent compiler leurs propres fiches signalétiques et étiquettes, et les formateurs peuvent produire des manuels, des documents audiovisuels et des polycopiés. Certaines informations peuvent être d'un type spécifique, prêt à l'emploi, offrant des solutions directes à des problèmes de sécurité et de santé individuels, tandis que d'autres informations peuvent présenter des améliorations dans le processus de production, telles qu'une méthode, une machine ou un matériau plus sûr. Malgré leur variété, l'élément commun à tous ces produits d'information est que, pour être utiles, ils devront finalement être utilisés par un système de gestion de la sécurité de l'entreprise. Les ressources impliquant des processus, des matériaux et des méthodes doivent être sélectionnées, achetées, transportées et installées ; des personnes pour les utiliser sélectionnées et formées ; suivi et supervision exercés; et les résultats doivent être distribués en accordant une attention constante à un large éventail de besoins d'information.

Systèmes informatisés d'information sur la sécurité

L'ordinateur est le dernier maillon du processus de développement qui s'étend à tous les supports d'information, de la langue parlée et écrite aux systèmes électroniques contemporains. En fait, ils peuvent être capables de faire le travail de tous les types précédents de manipulation d'informations. Les ordinateurs sont particulièrement adaptés à cette fin en raison de leur capacité à gérer des tâches très spécifiques impliquant de gros volumes d'informations. Dans le domaine de l'information sur la sécurité, elles peuvent être particulièrement utiles pour les types de besoins énumérés à la figure 2.

Figure 2. Applications possibles de l'information informatisée

INF010T1

 

Noir

Mardi, Février 15 2011 18: 13

Recherche et utilisation d'informations

Au fur et à mesure que le fonds de connaissances accumulées en matière de sécurité et de santé se développe et est rendu public par les médias généralistes et spécialisés, les préoccupations liées à la santé personnelle en général, aux risques environnementaux et à la sécurité et à la santé au travail reçoivent une attention croissante. Surtout en ce qui concerne le lieu de travail, le principe selon lequel les employeurs et les employés ont le besoin et le droit de recevoir des informations adéquates sur la sécurité et la santé est de plus en plus clairement reconnu et activement mis en œuvre.

Besoin d'informations

Des informations fiables, complètes et intelligibles sont essentielles pour atteindre les objectifs de sécurité et de santé au travail (SST). Ces informations doivent être facilement accessibles, à jour et directement applicables aux circonstances spécifiques de l'utilisateur. Mais la grande variété de milieux de travail et l'énorme volume et diversité d'informations sur la SST, qu'elles touchent à la toxicologie, à la biochimie, aux sciences du comportement ou à l'ingénierie, mettent les fournisseurs de ces informations au défi de répondre à des besoins tels que les suivants :

  • informations académiques ou théoriques, requises par des spécialistes et des chercheurs techniques ou scientifiques sophistiqués
  • informations pratiques, requises par les régulateurs, les employeurs et les employés
  • informations législatives nécessaires pour élaborer et mettre en œuvre des politiques, former les employés et les employeurs, élaborer et mettre en œuvre des programmes de SST et se conformer aux exigences en matière de SST. Les responsabilités des professionnels de la sécurité et des représentants et membres du comité affectés à des tâches liées à la sécurité comprennent normalement la fourniture d'informations à d'autres. En outre, dans de nombreux pays, les lois sur la sécurité et la santé exigent que les informations: a) soient fournies aux travailleurs par les gouvernements, les employeurs et les fournisseurs de produits chimiques, entre autres; et (b) être générés par des organisations telles que les sociétés auxquelles les lois s'appliquent.

 

Des informations sur la sécurité et la santé au travail sont nécessaires pour :

  • Pour prendre des décisions éclairées. Les informations sur la sécurité et la santé au travail permettent aux régulateurs, aux législateurs, aux professionnels de la SST, aux organisations syndicales et industrielles, aux employeurs et aux travailleurs de prendre des décisions judicieuses concernant un environnement de travail sain et sûr. Ces décisions peuvent inclure l'élaboration et la mise en œuvre de politiques de sécurité et de santé au travail, d'exigences réglementaires et de programmes de sécurité et de santé adaptés au lieu de travail.
  • Pour s'acquitter de ses fonctions en toute sécurité. Les travailleurs ont besoin d'informations sur la sécurité et la santé au travail afin de prendre des décisions quotidiennes concernant l'exécution efficace et sûre de leurs fonctions. Les employeurs en ont besoin pour former leurs employés à prendre ces décisions.
  • Pour répondre aux exigences législatives et réglementaires. Sans informations complètes et exactes sur la sécurité et la santé au travail, les travailleurs, les employeurs, les organisations syndicales et les professionnels de la sécurité et de la santé au travail seraient incapables de remplir ces mandats.
  • Pour exercer des droits. De plus en plus de travailleurs se sont vu accorder le droit de connaître les risques liés à leurs fonctions et de participer à la prise de décisions concernant leur environnement de travail. Dans certains pays, ils ont le droit de refuser un travail dangereux.

 

Diffusion efficace de l'information

Les considérations suivantes doivent être prises en compte afin de garantir l'efficacité d'un programme de diffusion d'informations sur la sécurité et la santé au travail.

  1. Les informations doivent être présentées sous une forme adaptée aux besoins, à la situation et aux antécédents de l'utilisateur final. Par exemple, les documents contenant des informations techniques peuvent être plus utiles aux professionnels de la sécurité et de la santé au travail qu'aux employés et aux employeurs qui sont généralement moins familiarisés avec le langage technique. Cependant, il faudrait toujours envisager de convertir le matériel technique en langage vulgarisé afin de réaliser un programme complet d'information sur la sécurité et la santé au travail. Pour être efficaces, les informations sur la sécurité et la santé au travail doivent être utiles et compréhensibles.
  2. Des publics alternatifs doivent être envisagés. Par exemple, un article sur les risques dans les restaurants commerciaux devrait intéresser les écoles, les prisons et les autres établissements disposant de salles à manger.
  3. L'information doit parvenir aux personnes qui en ont besoin et une stratégie globale doit être élaborée pour la leur communiquer. Les méthodes disponibles incluent le publipostage aux personnes sur une liste de diffusion achetée ou développée ; présentations lors de séminaires, symposiums et cours de formation; expositions lors de conférences professionnelles ainsi que lors de réunions de travailleurs et de petites entreprises; et annonces dans des revues commerciales et professionnelles.
  4. Souvent, des diffuseurs secondaires peuvent être utilisés pour compléter une stratégie de diffusion. Ces efforts coopératifs encouragent la cohérence, réduisent la duplication et bénéficient des atouts des diffuseurs secondaires. Par exemple, après avoir agi à titre d'examinateur de documents, un représentant d'une association professionnelle peut être intéressé à mettre à la disposition des membres une publication relative aux employés ou, au minimum, à informer les membres de la disponibilité du document original. Les diffuseurs secondaires peuvent également réduire les coûts car ils peuvent être disposés à réimprimer le matériel pour ceux qui en ont besoin, en particulier si on leur prête la copie de l'appareil photo ou les négatifs.

[V. Morgan]

Population d'utilisateurs

La sécurité et la santé au travail englobent tout l'éventail des activités professionnelles et des professions. Les informations sur la sécurité et la santé liées à ces activités sont nécessaires aux personnes qui ont la responsabilité, en vertu de la loi, de garantir des environnements de travail sûrs et sains ou qui peuvent être affectées de manière préjudiciable par des dangers provenant, même à distance, des activités professionnelles. Ceux-ci incluent : les personnes qui sont directement impliquées dans les risques au travail ou qui sont engagées professionnellement dans la sécurité et la santé au travail ; les personnes d'autres organisations qui fournissent des services à un lieu de travail ; et les communautés et le grand public qui peuvent être exposés, peut-être à une plus grande distance, à tout effet délétère des processus de travail. Par conséquent, le profil d'utilisateur des informations sur la sécurité et la santé au travail couvre un éventail extrêmement large de types.

Premièrement, il y a le décideur. Dans chaque établissement, plusieurs catégories de personnes occupent des postes décisionnels clés qui affectent directement (et, assez souvent, indirectement) la santé et le bien-être des personnes associées au lieu de travail particulier, celles des communautés environnantes et d'autres qui peuvent être affectées par les pratiques de l'établissement. Ces personnes peuvent être des employeurs, des cadres supérieurs, des membres de comités paritaires de sécurité et de santé, des délégués à la sécurité et à la santé ou du personnel spécialisé chargé de la sécurité et de la santé, des achats, de la formation et de la gestion de l'information. Toutes ces catégories de personnes ont besoin d'informations adéquates pour s'acquitter efficacement de leurs fonctions liées à la sécurité et pour prendre des décisions éclairées concernant les problèmes de SST et la manière de les traiter.

Les employés eux-mêmes ne sont en aucun cas dispensés de la nécessité d'acquérir et d'agir en fonction des informations SST. Tous les employés, qu'ils soient indépendants, travaillant dans toute autre partie du secteur privé ou pour un établissement gouvernemental, quel que soit leur pays, leur lieu, leur secteur d'activité ou leur rôle, ont une responsabilité en matière de sécurité et de santé qui est associée à leur travail et qui nécessite des informations selon leur situation particulière. Tous doivent savoir à quels dangers actuels ou potentiels ils peuvent être exposés et connaître les solutions et mesures de prévention possibles, quels sont leurs droits et responsabilités et de quelles ressources ils disposent pour s'acquitter de leurs fonctions à cet égard. .

Dans le domaine de la sécurité et de la santé proprement dit, les cadres qui sont spécifiquement responsables de la sécurité et de la santé au travail et les praticiens de la sécurité et de la santé au travail et des domaines connexes - infirmières et médecins (qu'ils soient internes ou de garde), éducateurs à la sécurité, les inspecteurs et autres personnes dont l'expertise comprend la sécurité, la santé et l'hygiène au travail — ont constamment besoin d'informations sur divers problèmes de sécurité et de santé au travail pour s'acquitter de leurs responsabilités quotidiennes.

Bien que de nombreuses personnes et organisations soient en contact avec les lieux de travail uniquement par le biais des services qu'elles fournissent, il convient de garder à l'esprit qu'elles peuvent avoir un impact sur la sécurité des lieux de travail qu'elles desservent et, à leur tour, peuvent être affectées par leur contact avec ces lieux de travail. environnements. Les fournisseurs d'équipements, de matériaux et de produits chimiques à des consommateurs tels que les usines et les bureaux, les associations professionnelles, les syndicats, les services de transport, les services d'inspection ou les services de santé des travailleurs, doivent se soucier d'examiner si leurs relations mutuelles peuvent impliquer un potentiel de développement de problèmes de sécurité insoupçonnés et pour ce faire, ils ont besoin d'informations concernant les circonstances particulières liées à la prestation de leurs services dans les différents lieux de travail.

Les universitaires et les chercheurs travaillant dans des domaines liés à la sécurité et à la santé au travail sont de gros utilisateurs d'informations sur ces sujets, y compris des documents d'examen et des rapports de recherche en cours et passés. Des informations techniques et scientifiques sont également nécessaires aux professionnels dans des domaines tels que l'ingénierie, la chimie, la médecine et la gestion de l'information elle-même. En outre, aux fins de rendre compte d'événements ou de préoccupations spécifiques, les professionnels des médias publics doivent rechercher des informations générales sur des sujets de SST afin qu'ils puissent à leur tour informer le grand public.

Une autre catégorie d'utilisateurs d'informations sur la SST sont les gouvernements à tous les niveaux – local, régional et national. Les décideurs politiques, les législateurs et les régulateurs, les planificateurs et autres bureaucrates traitent tous des questions de sécurité et de santé au travail qui concernent leurs fonctions particulières.

À l'échelle peut-être la plus large des besoins et de l'utilisation de l'information en ce qui concerne l'étendue de la diffusion, il y a la société elle-même. Les préoccupations environnementales et sanitaires et une plus grande reconnaissance des droits des citoyens, ainsi que l'impact des moyens de communication modernes, ont accru la prise de conscience de la société sur les questions de sécurité et de santé au travail et créé une vaste demande d'informations de sorte que la société dans son ensemble fait aujourd'hui de plus en plus... et d'importantes demandes d'informations sur divers problèmes de sécurité et de santé au travail. Les consommateurs, les communautés à proximité des établissements de travail et le public en général sont préoccupés par les activités qui sont menées sur les lieux de travail et par les produits qu'ils fabriquent, et veulent connaître leurs implications en matière de sécurité et de santé. En particulier, les groupes de citoyens et les lobbyistes préoccupés par la sécurité et la santé des communautés veulent des informations sur tous les aspects des risques liés aux activités sur le lieu de travail, tels que la production, les émissions dans l'environnement, le transport et l'élimination des déchets, qui sont pertinents pour leur cause.

Il est extrêmement complexe d'informer ce large éventail d'utilisateurs d'informations qui représentent des antécédents, des niveaux d'éducation, des cultures, des langues et des niveaux de connaissance de la SST (sans parler des environnements de travail) différents. Pour être efficaces, le contenu, la présentation et l'accessibilité de l'information doivent être ciblés pour répondre aux besoins spécifiques de ces différentes catégories d'utilisateurs.

[V. Morgan et PK Abeytunga]

Nature des informations sur la sécurité et la santé

Qualité de l'information

Les informations sur la SST doivent faire autorité et, plus important encore, être validées par des experts. Les informations faisant autorité proviennent de sources ou d'organismes officiels et reconnus, mais il faut être conscient que des informations provenant d'autres sources, qui ne semblent pas avoir été validées, sont de plus en plus produites. Voici quelques exemples d'erreurs dues à un manque de validation :

  • Les mesures ne sont pas vérifiées et apparaissent avec les mauvaises abréviations (par exemple, « m » (signifiant mètres) au lieu de « mm » (signifiant millimètres).
  • La virgule décimale est au mauvais endroit dans une limite d'exposition.
  • Le mauvais nom chimique est utilisé.
  • Les illustrations montrent des pratiques de sécurité et de santé incorrectes.

 

Problèmes avec les informations sur la sécurité et la santé au travail

Bien qu'il existe une quantité écrasante d'informations sur la sécurité et la santé au travail, il existe des domaines où les informations sont rares ou ne sont pas collectées dans un format accessible. L'information nécessaire est fragmentée entre divers domaines et sources, de nombreuses sources d'information sont biaisées et l'information n'est souvent pas disponible ou sous une forme utilisable pour les nombreuses personnes qui en ont besoin. Pour faire gagner du temps au chercheur d'informations, les points suivants doivent être notés.

Législation: Toute la législation sur la sécurité et la santé au travail est disponible, mais il n'existe pas encore de base de données centrale de la législation de tous les pays. Le Centre international d'informations sur la sécurité et la santé au travail (CIS), dont le siège est au Bureau international du Travail (BIT), a fait des efforts dans ce domaine, mais CISDOC, la base de données du CIS, n'est pas entièrement complète. Au Royaume-Uni, l'unité de droit européen de la sécurité et de la santé au travail de l'Université de Salford dispose d'une collection complète et à jour du texte intégral de la législation sur la sécurité et la santé au travail des États membres de l'Union européenne, y compris les directives européennes en vigueur dans chaque de campagne. Cette collection s'élargit pour inclure les pays scandinaves et finalement le reste du monde. Le siège du UK Safety and Health Executive Information Service à Sheffield dispose également d'un ensemble complet du texte intégral de la législation des États membres de l'Union européenne, mais il n'est correct que jusqu'en 1991. Il existe un certain nombre de bases de données disponibles donnant référence à la législation de différents pays ainsi qu'à certains services de mise à jour imprimés disponibles dans différents pays.

Statistiques: La plupart des pays n'ont pas de méthode uniforme ou cohérente de collecte des statistiques. Par conséquent, on ne peut pas supposer que deux pays utilisent la même méthodologie ; par conséquent, les données provenant de différents pays ne peuvent pas être facilement utilisées pour des études comparatives.

Ergonomie: Alors que de nombreuses bases de données incluent des informations sur l'ergonomie, il n'existe aucune base de données qui rassemble des informations disponibles à partir de sources mondiales. Un journal de synthèse imprimé utile est  Résumés d'ergonomie qui est disponible en format CD-ROM.

Recherche: Il n'existe pas de source complète d'informations sur la recherche internationale sur des sujets relatifs à la sécurité et à la santé au travail, mais il existe de nombreuses revues et bases de données contenant les résultats des recherches et des programmes de recherche. Le Institut National de Recherche et de Sécurité pour la Prévention des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelles (INRS) en France dispose d'une base de données, mais elle ne contient pas toutes les recherches connues en matière de sécurité et de santé au travail.

Films et vidéos : Les films et les vidéos aident à transmettre des informations de manière simple et compréhensible, mais il n'existe pas de base de données complète de films et de vidéos, bien que de nouveaux titres apparaissent dans un flux sans fin. Le CIS a tenté de collecter des informations sur le matériel disponible dans la base de données CISDOC, tout comme le fait le UK Safety and Health Executive Information Services dans la base de données HSELINE. Certains pays, comme le Royaume-Uni, les États-Unis et la France, produisent des catalogues annuels qui contiennent les nouveaux titres publiés l'année précédente.

Autres considérations: En raison de ces problèmes et de ces lacunes, le chercheur d'informations sur la sécurité et la santé au travail ne trouvera pas une seule source complète pour répondre à ses questions. Il existe un certain nombre de domaines et de disciplines impliqués qui doivent être vérifiés pour obtenir une image complète de l'un de ces sujets.

L'utilisateur de l'information doit être conscient qu'il peut y avoir un manque de connaissances sur un sujet particulier, voire des opinions contradictoires ou biaisées, et il est sage d'obtenir des interprétations de spécialistes avant de tirer des conclusions. Certaines informations peuvent être facilement et rapidement transférées dans le monde d'aujourd'hui, mais il faut tenir compte des conditions locales ainsi que des exigences légales du pays.

Coût des informations

Alors que de nombreuses grandes organisations qui peuvent être basées sur le gouvernement sont disposées à partager des informations gratuitement ou à très faible coût, le chercheur d'informations sur la santé et la sécurité au travail doit être conscient que le coût d'une bonne information validée augmente constamment à mesure que la création, la production, l'impression et les coûts de distribution du papier imprimé et des produits électroniques continuent d'augmenter.

Par conséquent, un service d'information rentable qui dispose non seulement d'informations à jour mais aussi de professionnels de l'information de haute qualité, formés et qualifiés avec une expérience pertinente devient une rareté. Des organisations telles que l'Organisation internationale du travail, avec son nombre croissant de pays membres, encouragent la création de centres d'information ou de ressources focales où le demandeur d'information peut utiliser et également accéder à d'autres centres mondiaux. L'amélioration des télécommunications directes devrait accroître la capacité d'appui aux centres régionaux.

Étant donné que les prix changent tout le temps, il n'a pas semblé approprié de les inclure dans la section suivante. Toutefois, les coûts relatifs des documents dépendront toujours de l'effort nécessaire pour assembler leur contenu, du nombre d'exemplaires imprimés et de la mesure dans laquelle le coût d'achat d'un document sera compensé par l'avantage d'appliquer son contenu, bien que le le prix des publications de haute qualité peut être réduit par une subvention publique.

[S. Garde-manger]

Types d'informations sur la sécurité et la santé et où les trouver

L'éventail d'utilisateurs décrit ci-dessus définit l'éventail des types de documents qui constituent les « informations sur la sécurité et la santé au travail ». Il est utile de faire la distinction entre les documents qui traitent exclusivement des questions de sécurité et de santé au travail (publications « essentielles ») et ceux (« autres ») qui contiennent des informations utiles mais ont un objectif différent. Le nombre de publications présentées dans le tableau 1 a été limité par des considérations d'espace. Les revues répertoriées ont été choisies en raison de la fréquence avec laquelle elles ont été citées dans d'autres publications ou dans des bases de données bibliographiques. (L'inclusion d'une source doit ne sauraient être considéré comme une approbation par l'OIT et n'est pas une réflexion sur une publication ou une série qui n'est pas nommée.)

Tableau 1. Exemples de périodiques de base en santé et sécurité au travail

Connection Linguistique

Nom

Domaine

Anglais

Journal de l'Association américaine d'hygiène industrielle

Hygiène du travail

 

Journal américain de médecine industrielle

Santé au travail

 

Ergonomie appliquée

Ergonomie

 

Hygiène industrielle appliquée

Hygiène du travail

 

Médecine du travail et de l'environnement (anciennement BJIM)

Santé au travail

 

Ergonomie

Ergonomie

 

Journal des Matériaux Dangereux

Sécurité chimique

 

Sciences de la sécurité

Sciences de la sécurité

 

Journal scandinave du travail, de l'environnement et de la santé

Santé et hygiène au travail

Français

Travail et sécurité

Sciences de la sécurité

Italien

Médecine du travail

Santé au travail

Japonais

Journal japonais de la santé industrielle

Santé au travail

Russe

Gigiena truda i professional'nye zabolevanija

Hygiène du travail

Espagnol

Salud et Trabajo

Sécurité et santé au travail

 

Sources de papier traditionnelles

Le support d'information le plus courant est le papier, sous forme de livres et de périodiques. Ces périodiques paraissent régulièrement et les livres bénéficient de réseaux de distribution étendus et bien établis. Le littérature primaire est l'ensemble des revues où de nouvelles observations, découvertes ou inventions sont rapportées par les personnes responsables. Des revues de l'état de l'art apparaissent également dans les publications primaires. Pour être publié dans une publication primaire, un article doit être revu par un certain nombre d'experts dans le domaine donné, qui s'assurent qu'il reflète les bonnes pratiques et que ses conclusions découlent des faits présentés. Ce processus est appelé examen par les pairs.

Typiques de la catégorie "autre" sont entre autres, les Journal de l'Institut international d'ingénierie du contrôle du bruit et les terres parsemées de Journal de l'American Medical Association (JAMA). Les agences gouvernementales de nombreux pays impriment des périodiques statistiques qui comptent comme littérature principale, même si elles n'utilisent pas le processus d'examen par les pairs des journalistes de recherche. Le Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité émis par les Centers for Disease Control and Prevention aux États-Unis en est un exemple. Les périodiques primaires peuvent être trouvés dans les bibliothèques des institutions concernées (le JAMA dans les bibliothèques des facultés de médecine et des hôpitaux, par exemple).

Il existe certains magazines à grand tirage qui ne sont pas évalués par des pairs, mais qui fournissent des informations primaires sous la forme de nouvelles sur des événements récents ou à venir, en plus d'articles faciles à lire sur des sujets d'actualité. Ils comprennent souvent des publicités pour des produits et services de sécurité et de santé au travail qui sont eux-mêmes des informations utiles sur les sources d'approvisionnement. Ils peuvent être publiés par les autorités publiques, par exemple, Bulletin Australie et Bezopasnost' truda v promyshlennosti (Russie), par des conseils de sécurité privés à but non lucratif—Nouvelles australiennes sur la sécurité, Sécurité et santé (ETATS-UNIS), Promosafe (Belgique), Gestion de la sécurité (RU) Arbetsmiljo (Suède), SNOP (Italie) ou par des entreprises privées—Lettre sur la sécurité et la santé au travail (ETATS-UNIS). Il existe également de nombreuses publications dans d'autres spécialités qui contiennent des informations utiles et intéressantes -Semaine de la chimie, ingénieur d'usine, prévention des incendies.

La difficulté de trouver des informations sur un sujet particulier dans la masse de la littérature primaire a incité le développement de sources secondaires. Ce sont des guides sur la littérature ou sur des événements récents, tels que des affaires judiciaires, dont les comptes rendus officiels apparaissent ailleurs. Ils indiquent où un document donné sur un sujet est publié et donnent généralement un bref résumé de son contenu. Il y a aussi index de citations, qui listent les publications qui citent un document donné ; ceux-ci permettent une récupération efficace des publications pertinentes une fois qu'une référence clé a été identifiée (malheureusement, il n'y en a pas consacrée exclusivement à la sécurité et à la santé au travail). Parce qu'elles doivent être à jour, les sources secondaires utilisent les dernières technologies électroniques pour accélérer leur publication.

Afin d'améliorer l'accès, notamment dans les zones disposant d'un nombre limité d'ordinateurs, certaines bases de données sont également mises à disposition sous forme imprimée. L'OIT Sécurité et santé au travail — Bulletin OIT/CIS est une version imprimée de CISDOC qui est publiée six fois par an et comprend des index annuels et quinquennaux. De la même manière, Extraits médicaux est disponible sous forme de revue. Certaines bases de données sources secondaires sont également disponibles sur microfiche, telles que RTECS, bien qu'il soit plus courant que les informations bibliographiques sur papier soient appuyées par des microfiches en texte intégral. Dans ces cas, la base de données est en deux parties : les références bibliographiques et les résumés sur papier (ou sous forme électronique) et le texte intégral sur microfiche.

Certains autres titres de sources secondaires sont Santé au travail et médecine du travail, et CA sélectionne "Sécurité et santé au travail". D'autres incluent le Index des citations scientifiques, Index des citations en sciences sociales, Résumés chimiques, et BIOSIS. En raison du nombre de personnes hautement qualifiées impliquées dans leur préparation, les sources secondaires ont tendance à être coûteuses.

Certaines newsletters sont des sources secondaires précieuses, car elles citent des publications récentes importantes, des lois ou des décisions de justice. Les exemples incluent : Publications de base : Conseiller en conformité OSHA (ETATS-UNIS); Autre: Bulletin Produits chimiques en cours (EPA des États-Unis). Alors que de nombreuses publications gouvernementales de ce type sont gratuites, les bulletins d'information recherchés et compilés en privé ont tendance à être coûteux. On les trouve rarement dans les bibliothèques ; ceux qui en ont besoin peuvent trouver qu'ils valent le prix de l'abonnement.

Un troisième grand type de source d'information comprend les manuels, les encyclopédies et les recueils. Alors que les revues de la littérature primaire décrivent un domaine de connaissances au moment de leur rédaction, les revues de sources tertiaires racontent l'évolution de cette connaissance et son contexte plus large. Les recueils de données rassemblent les valeurs initialement mesurées et rapportées à différents moments sur de nombreuses années.

Les publications de base dans cette « catégorie tertiaire » comprennent Patty's Industrial Hygiene and Toxicology (Patty 1978), Dangers chimiques réactifs (Bretherick 1979), Propriétés dangereuses des matériaux industriels (Sax 1989), Manuel du gefährlichen Güter (Hommel 1987), Les maladies des professions (Hunter 1978), et ce Encyclopédie. Des exemples de publications tertiaires dans la catégorie "autres" sont les encyclopédies en un volume McGraw-Hill qui couvrent divers domaines de la science et de la technologie et les Encyclopédie concise de la technologie chimique Kirk-Othmer (Grayson et Eckroth 1985), 4th édition en 27 volumes (les volumes 1 à 5 sont publiés). Les lecteurs ne doivent pas négliger la grande quantité d'informations relatives à la sécurité et à la santé au travail que l'on trouve dans les grandes encyclopédies générales : Britannica, Universalis, Brockhaus, etc.

Littérature grise

Il existe de nombreux livres et périodiques qui n'ont pas le même système hautement organisé de publication et de distribution que la littérature papier traditionnelle, par exemple des rapports, des fiches techniques et des catalogues ; ceux-ci sont appelés littérature grise car ils sont difficiles à trouver. La littérature primaire dans la catégorie grise comprend les rapports d'agences gouvernementales (rapports de recherche, statistiques, enquêtes sur les accidents, etc.), les thèses et les rapports d'instituts de recherche universitaires et commerciaux, tels que l'Institut de recherche d'État (VTT) en Finlande ou l'European Chemical Industry Ecology -Centre de recherche en toxicologie (ECETOC) en Belgique. Une bonne source d'information sur la sécurité et la santé au travail dans les pays en développement peut être trouvée dans les rapports des organismes publics et privés. Les catalogues des fabricants peuvent fournir une mine d'informations. Beaucoup existent dans plus d'une langue, de sorte qu'un ensemble complet fournit un guide pour un type de terminologie que l'on trouve rarement dans les dictionnaires.

Pour aider le professionnel de la sécurité et de la santé au travail à trouver ces documents publiés irrégulièrement, un certain nombre de sources secondaires ont été créées. Ils comprennent rapports gouvernementaux, annonces, revues d'index et résumés de thèse. Les éditeurs de rapports peuvent parfois inclure un catalogue de documents déjà publiés dans la série de rapports elle-même. Les sources secondaires ne sont pas de la littérature grise : elles sont publiées régulièrement et sont faciles à trouver dans les bibliothèques.

Un type majeur de littérature grise est tertiaire : fiches de données de sécurité (FDS) et documents de critères. (Certaines fiches techniques sont des périodiques ; par exemple, les Fichier de données de sécurité industrielle, publié mensuellement par Wilmington Publishers au Royaume-Uni). Les principales sources sont : les autorités nationales (NIOSH, Arbetsmiljöinstitutet), des programmes internationaux tels que le Programme international sur la sécurité chimique (IPCS), les produits des fabricants (FDS).

Lois, normes et brevets imprimés

La plupart des pays et des groupements régionaux (par exemple, l'Union européenne) ont comme principale source un journal officiel où les nouvelles lois, réglementations dérivées et brevets sont imprimés. Des tirés à part de lois individuelles, de brevets, etc. sont également publiés par des imprimeurs gouvernementaux. Les normes sont un cas plus compliqué. Les normes techniques sont fréquemment élaborées par des associations bénévoles officiellement reconnues telles que l'American Society for Testing and Materials (ASTM) ou des instituts indépendants agréés par le gouvernement (tels que la Deutsche Industrie Normen (DIN) allemande); ces organismes couvrent leurs frais de fonctionnement grâce à la vente d'exemplaires de leurs normes. Les normes de santé et de bien-être (comme les limites d'heures de travail ou d'exposition à certaines substances) sont plus souvent fixées par des agences gouvernementales, de sorte que les textes paraissent dans des journaux officiels.

L'American Association of Law Libraries a commencé à publier Droit étranger : sources actuelles des codes et de la législation dans les juridictions du monde. Deux des trois volumes prévus sont parus (L'hémisphère occidental, Et 1989 Europe occidentale et orientale et Communautés européennes, 1991). Les volumes à feuilles mobiles sont mis à jour annuellement. Cet ouvrage décrit les systèmes juridiques de tous les États membres des Nations Unies et de ces dépendances qui ont leurs propres régimes juridiques. Il identifie les textes pertinents sous différentes rubriques (les textes sur la sécurité et la santé au travail se trouvent sous les rubriques « travail » et secteur industriel). Les éditeurs notent de nombreuses autres sources secondaires et incluent une liste de fournisseurs de publications juridiques étrangères.

Le compendium est l'outil normal pour travailler sur les lois et les règlements dérivés - le délai entre la publication d'une nouvelle loi au journal officiel et son inclusion dans les recueils est généralement très court, et le texte peut n'avoir de sens que dans le contexte d'autres règlements . Avec les normes aussi, il est fréquent qu'une norme individuelle (par exemple, la norme électrochimique internationale (CEI) 335-2-28 sur les machines à coudre) n'énonce pas toutes les exigences applicables, mais cite une norme « mère » dans le même série qui énonce les exigences universelles (CEI 335-1, Sécurité des appareils électrodomestiques et analogues). De nombreux pays ont des éditions consolidées de leurs codes du travail dans lesquelles on peut trouver la législation centrale sur la sécurité et la santé au travail. De même, l'OIT et l'Organisation internationale de normalisation (ISO) publient des recueils de normes, tandis que le Registre international des produits chimiques potentiellement toxiques (IRPTC) Dossier Juridique contient des informations sur treize pays.

Informations sous forme électronique

L'étude des pratiques de sécurité et de santé au travail et des disciplines qui les sous-tendent s'est développée vigoureusement de 1950 à 1990. L'organisation et l'indexation de la masse de publications qui en a résulté ont été l'une des premières applications de l'informatique.

Bases de données

Depuis 1996, seules quelques bases de données en texte intégral consacrées exclusivement à la sécurité et à la santé au travail existent, mais leur nombre augmente rapidement. Cependant, des informations pertinentes peuvent être trouvées dans d'autres, telles que les bases de données en ligne de l'American Chemical Society Journals Online et du Dow-Jones et d'autres services d'information. D'autre part, il existe de nombreuses sources secondaires en sécurité et santé au travail disponibles en ligne : CISDOC, NIOSHTIC, HSELINE, INRS, CSNB et certaines parties de HEALSAFE. D'autres sources incluent ERIC (Educational Resources Information Center), qui est un service américain ; MEDLINE, qui comprend des résumés de la littérature médicale mondiale préparés par la National Library of Medicine des États-Unis ; NTIS, qui indexe la « littérature grise » américaine ; et SIGLE, qui fait de même pour l'Europe.

Les différents types de bases de données existantes sur la sécurité et la santé au travail comprennent les éléments suivants :

  • Bases de données bibliographiques. Ce sont des bases de données de documents déjà publiés, où une entrée (enregistrement) peut inclure des éléments (champs) tels que le nom de l'auteur, le titre du document, le nom de l'éditeur ou de la source, et l'emplacement du document et son résumé. Les enregistrements comportent généralement des indicateurs de classement qui sont des descripteurs primaires ou secondaires ou mots clés décrivant le dossier. Les mots-clés sont souvent tirés d'un vocabulaire contrôléou thésaurus. Le document lui-même n'est pas stocké dans la base de données.
  • Bases de données en texte intégral. Contrairement à la base de données bibliographiques, qui ne contient que des informations bibliographiques et éventuellement un résumé, tout texte pertinent (le texte intégral) du document est inclus dans ce type de base de données. Il existe généralement des classificateurs et des descripteurs pour aider à la récupération. Des bases de données sur les fiches de données de sécurité chimiques, contenant chacune une à dix pages, et même des encyclopédies entières et d'autres documents volumineux, peuvent être conservées dans un tel format. Les bases de données en texte intégral correspondent aux sources primaires et tertiaires d'informations imprimées - ce sont des collections de faits et des ensembles complets de données - tandis que les bases de données bibliographiques sont des sources secondaires qui décrivent ou font référence à d'autres documents. Comme les sources secondaires imprimées, elles peuvent contenir des résumés des informations citées.
  • Bases de données factuelles. Ceux-ci contiennent des mesures ou des valeurs numériques, telles que des valeurs limites de seuil de substances chimiques.
  • Bases de données multimédia. Ceux-ci contiennent des images, des dessins, des illustrations, du son et de la vidéo (ou des références et des liens vers ceux-ci) ainsi que le texte du document (Abeytunga et de Jonge 1992).
  • Bases de données mixtes. Des éléments de chacune des bases de données décrites ci-dessus sont inclus dans une base de données mixte.

 

Chacune de ces bases de données permet à une personne ayant une question à répondre d'accéder à l'information électronique pertinente de deux manières : en utilisant des lignes téléphoniques connectées à un ordinateur où l'information est stockée, ou en acquérant une disquette ou un disque compact contenant l'information et l'installer sur l'ordinateur personnel de l'utilisateur.

Services en ligne

Les grandes bases de données de sécurité accessibles via de gros ordinateurs et toujours accessibles chaque fois que les ordinateurs fonctionnent sont appelées en ligne bases de données. Les organisations qui exploitent des systèmes en ligne sont appelées leurs hôtes (Takala et al. 1992). Jusqu'à récemment, les bases de données en ligne étaient le seul moyen possible de stockage et de diffusion d'informations via des supports magnétiques permettant l'utilisation d'ordinateurs et de logiciels de recherche spécialement conçus pour la récupération et le téléchargement de données (Wood, Philipp et Colley 1988). . Pratiquement toute personne ayant accès à un terminal vidéo (ou micro-ordinateur) et à une ligne de télécommunication (données ou téléphoniques) peut utiliser une base de données en ligne.

Avec la prolifération des services en ligne disponibles dans le commerce depuis le début des années 1970, l'information est devenue plus facilement accessible. On a estimé qu'en 1997, il y avait bien plus de 6,000 100 bases de données disponibles pour la recherche d'informations dans le monde, couvrant de nombreux sujets et totalisant plus de 3,000 millions de références. En outre, il existe plus de XNUMX XNUMX sources de CD-ROM, dont un nombre toujours croissant de CD-ROM en texte intégral.

Les services en ligne, qui ont commencé avec des bases de données bibliographiques, reposent sur d'énormes ordinateurs centraux dont la mise en place et la maintenance sont coûteuses. À mesure que le volume d'informations et la population d'utilisateurs augmentent, la mise à niveau des systèmes implique à elle seule de lourds investissements.

Systèmes ouverts, qui permettent aux ordinateurs de communiquer avec des ordinateurs partout dans le monde, deviennent de plus en plus une caractéristique standard de l'environnement de travail, éliminant la nécessité d'héberger toutes les données de sécurité nécessaires sur un ordinateur « interne ».

Les problèmes de télécommunication et le nombre limité de terminaux disponibles dans les pays en développement limitent les services de ce type, principalement au monde industrialisé. Le niveau des infrastructures existantes ; les préoccupations politiques telles que la sécurité, le secret et la centralisation ; et les particularités culturelles peuvent fortement restreindre l'utilisation des services en ligne. De plus, la complexité des systèmes d'accès et de recherche limite encore le nombre d'utilisateurs. Ceux qui ne s'intéressent qu'occasionnellement à l'information seront très probablement insuffisamment qualifiés dans les techniques nécessaires, ou peuvent peut-être oublier complètement les procédures correctes. Par conséquent, ce sont les spécialistes de l'information formés qui ont le plus souvent tendance à utiliser ces systèmes informatisés. Les professionnels de la sécurité, en particulier au niveau de l'usine, les utilisent rarement. Les bases de données en ligne ne sont pas très utilisées à des fins de formation à la sécurité en raison des frais d'utilisation élevés et facturés à la minute. Les bases de données en ligne sont toutefois irremplaçables lorsque la taille de la base de données est telle qu'un CD-ROM ou même plusieurs d'entre eux ne peuvent pas contenir toutes les données souhaitées.

Guides de recherche en ligne

Il existe un certain nombre de guides publiés utiles pour la recherche en ligne et les bases de données que le demandeur d'information sur la SST peut souhaiter consulter. Une bibliothèque et un service d'information publics ou universitaires peuvent les fournir ou les acheter à l'éditeur.

Les grands hébergeurs conservent des centaines de bases de données différentes disponibles 24 heures sur XNUMX. Lors de l'exécution d'une recherche en ligne, diverses stratégies de recherche combinant un certain nombre d'exigences techniques peuvent être mises en œuvre. En utilisant des techniques de recherche spéciales telles que la recherche par descripteur ou par mot-clé, on peut parcourir une grande quantité de documents disponibles, en se concentrant sur les informations les plus pertinentes pour ses besoins. En plus de la recherche par mot-clé, freetext la recherche, dans laquelle une recherche est effectuée pour des mots spécifiés situés dans presque n'importe quel champ du texte de la base de données, peut fournir des informations supplémentaires. Pratiquement aucune limitation n'existe quant à la taille d'une base de données, et plusieurs grandes bases de données peuvent être regroupées pour former un grappe. Un cluster peut être utilisé comme s'il s'agissait d'une seule base de données, de sorte qu'une stratégie de recherche peut être appliquée simultanément à toutes ou à certaines bases de données. Ce type de  Toute la sécurité La base de données est actuellement mise en place par l'un des principaux hébergeurs, le système de recherche d'informations de l'Agence spatiale européenne (ESA-IRS). Ce cluster est destiné à inclure de nombreuses bases de données volumineuses et sa taille est de l'ordre de gigaoctets ou de milliards de caractères. De tels clusters sont, bien sûr, entièrement dépendants de l'ordinateur.

Les listes complètes des bases de données en ligne disponibles peuvent être obtenues auprès des principaux hébergeurs internationaux, à savoir ESA-IRS, DIALOG, ORBIT, STN, CCINFOline et Questel. Chaque hôte identifie uniquement ses propres bases de données ; des listes plus complètes peuvent être trouvées dans des répertoires comme Répertoire des bases de données de Gale Research (y compris les CD-ROM et les disquettes), qui est disponible en ligne sur ORBIT et Questel ainsi qu'en version imprimée.

Plusieurs disques compacts offrent des bases de données consacrées à la sécurité et à la santé au travail : le CD-ROM OSHA de l'Occupational Safety and Health Administration (OSHA) des États-Unis, les disques CCINFO du Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST) en anglais et en français (CCOHS 1996), les CD-ROM en texte intégral OSH-CD et OSH-OFFSHORE du Health and Safety Executive Information Service du Royaume-Uni, publiés par SilverPlatter, qui publie également de nombreux autres CD-ROM liés à la sécurité et à la santé au travail tels que CHEMBANK, EINECS, TOXLINE , et EXCERPTA MEDICA. Springer-Verlag publie également GEFAHRGUT, un CD-ROM en allemand. Le texte intégral des conventions et recommandations de l'OIT relatives à la sécurité et à la santé au travail est disponible sur ILOLEX, un CD-ROM publié par Kluwer. Des informations secondaires peuvent également être trouvées dans les CCINFOdiscs ainsi que sur l'OSH-ROM de SilverPlatter. MEDLINE et PESTBANK sont deux autres CD-ROM intéressants.

De nombreuses sortes de sources d'informations utiles peuvent être obtenues de cette manière sur disquette. GLOVES répertorie les propriétés des matériaux utilisés pour les gants de protection afin d'aider les utilisateurs à choisir les plus résistants pour un travail donné. Dangers chimiques réactifs de Bretherick est disponible sur disquette, tout comme une collection d'informations du BIT sur les produits chimiques réglementés sur le lieu de travail, les limites d'exposition dans 13 pays, les phrases de risque et de sécurité à utiliser dans l'étiquetage et les citations des publications pertinentes.

D'autres sources de disquettes incluent Dénicher, qui fournit des données sur les agences, les programmes et les domaines de compétence des Nations Unies. Il existe aussi des guides secondaires de données. Une source essentielle est FACTS, contenant des résumés de rapports d'accidents industriels conservés à l'Institut technique national néerlandais (TNO). Il existe d'autres programmes pour aider le praticien, par exemple, ACCUSAFE (un système d'audit de sécurité du Conseil national de sécurité des États-Unis); EBE, un système de gestion de l'information développé par le projet régional de coopération technique de la CEI pour l'Asie.

Spécialistes du sujet

Résoudre les problèmes de sécurité et de santé au travail n'est pas simplement une question d'accumuler des faits, quelqu'un doit utiliser les faits pour concevoir des solutions. Tous les spécialistes de la sécurité et de la santé au travail ont des domaines d'expertise, et lorsque des problèmes dépassent la compétence d'une personne, il est temps d'appeler à l'aide. Les grandes industries ont souvent des opérations dédiées à la sécurité et à la santé, comme le Center for Chemical Process Safety de l'American Institute of Chemical Engineers. Les centres antipoison locaux peuvent aider à l'identification des produits ainsi qu'aux urgences sur le lieu de travail. Les sociétés professionnelles (par exemple, l'American Society for Testing and Materials) peuvent publier des registres d'experts reconnus. Publications spécialisées (par exemple, Prévention d'incendies) contiennent des publicités utiles. Dans de nombreux pays, les agences nationales offrent des services de conseil.

Chaque bibliothèque dans le monde est un centre d'information où l'on peut trouver les faits relatifs à la sécurité et à la santé au travail. Cependant, toutes les questions possibles ne peuvent pas être résolues dans une seule bibliothèque. En général, les spécialistes de l'information ou les bibliothécaires de référence connaissent les sources spécialisées de leur région et peuvent conseiller les usagers de façon appropriée. Il existe également des guides imprimés, tels que Répertoire des bibliothèques spécialisées et des centres d'information de Gale Research Inc. (16e éd., 1993). Les institutions nationales qui font office de centres nationaux et de centres collaborateurs de la CEI forment un réseau qui peut acheminer les demandes d'informations vers la source d'expertise la plus appropriée.

Informations sur la sécurité au travail

Parce que ces « publications » — affiches, panneaux, brochures, etc. — sont des images plutôt que des mots ou des chiffres, elles n'ont pas pu être stockées et récupérées par voie électronique dans le passé. Au moment d'écrire ces lignes, cela change, mais le spécialiste de la SST qui cherche des dépliants appropriés à distribuer lors d'un cours d'une demi-journée sur la sécurité incendie devrait probablement se tourner vers le service d'incendie local avant d'allumer un ordinateur. Parmi les principales bases de données SST, seul CISDOC inclut systématiquement des références à des supports de formation, et la collection CISDOC est indicative plutôt qu'exhaustive.

Comme les bibliothèques ne stockent normalement pas de catalogues, la personne intéressée doit constituer une collection personnelle en contactant des fournisseurs. Il s'agit notamment d'entreprises commerciales (par exemple, Lab Safety Supply International), d'agences privées nationales ou à charte gouvernementale (assureurs, syndicats). Un ensemble initial d'adresses peut être compilé à partir des informations de source dans CISDOC.

[E. Clévenstine]

Implications pour l'accès à l'information

Stratégies de recherche

La recherche d'informations peut être très frustrante. Les conseils suivants sont offerts, en particulier à ceux qui ne bénéficient pas des avantages d'un service d'information à part entière ou d'une bibliothèque sur place.

Comment obtenir un prêt ou une photocopie d'un article, d'un livre ou d'un rapport

On peut utiliser une bibliothèque publique locale, collégiale, polytechnique, universitaire ou hospitalière. Beaucoup fournissent du matériel à titre de référence seulement, mais ont des photocopieurs sur place afin que les éléments puissent être reproduits (en tenant compte des conditions de droit d'auteur). Il faut d'abord vérifier les index ou les catalogues de la bibliothèque : si l'article recherché n'est pas en stock, le spécialiste de l'information ou le bibliothécaire indiquera une autre bibliothèque qui peut être en mesure d'aider. Le spécialiste de la sécurité de son syndicat, de son association professionnelle ou de l'institution qui l'emploie peut être contacté pour obtenir de l'aide. Toute demande doit être formulée aussi utilement que possible, en tenant compte des besoins du spécialiste de l'information ou du bibliothécaire pour les types d'informations suivants :

  • titre et auteur(s) de l'article, du livre ou du rapport
  • éditeur
  • Année de publication
  • édition
  • Numéro international normalisé du livre (ISBN) - il s'agit d'un identifiant unique attribué à chaque document publié
  • titre de périodique ou de revue
  • date du périodique ou du journal et volume, numéro de partie et pages requises
  • nom de la base de données.

 

Cela peut prendre jusqu'à trois semaines ou plus si un article doit être emprunté à une autre source, mais il peut être obtenu plus rapidement si l'on est prêt à payer pour un service « premium ».

Comment rechercher des informations sur un sujet particulier.

Encore une fois, il faut utiliser les services et les contacts locaux. Des spécialistes de l'information ou des bibliothécaires aideront le demandeur d'information à utiliser les divers index et résumés traditionnels. Les informations supplémentaires fournies dans ce chapitre seront utiles dans toute recherche, et on peut consulter diverses bibliographies, annuaires, guides, autres encyclopédies, dictionnaires et livres et écrire aux organisations compétentes pour plus d'informations. L'utilisation de réseaux établis rapporte des dividendes. Un spécialiste local de l'information ou une bibliothèque locale devrait être en mesure d'effectuer une recherche en ligne ou sur CD-ROM dans une ou plusieurs des bases de données informatisées énumérées dans ce chapitre.

Techniques de recherche

Les informations recherchées doivent être clairement spécifiées ; par exemple, « blessures » est un terme trop large pour rechercher des informations sur un sujet comme « les problèmes de lombalgie chez les infirmières ». Les aspects particuliers d'un sujet doivent être définis avec précision, en mentionnant tous les mots-clés, termes apparentés, synonymes, noms chimiques ou numéros de registre des résumés chimiques, etc., qui peuvent être disponibles pour le demandeur. Le nom d'un auteur qui est un expert connu dans un domaine de préoccupation peut être vérifié pour trouver d'autres publications plus récentes sous son nom. Il faut décider de la quantité d'informations nécessaires : quelques références ou une recherche exhaustive. Les informations publiées dans d'autres langues ne doivent pas être négligées ; le British Library Document Supply Centre (BLDSC) collecte des traductions sur tous les sujets. Le NIOSH aux États-Unis, le CCOHS au Canada et le Health and Safety Executive (HSE) au Royaume-Uni disposent de vastes programmes de traduction. Le HSE dépose plus de 700 traductions auprès du BLDSC chaque année.

Il est utile de garder à disposition un formulaire de recherche standard (voir tableau 2) pour s'assurer que chaque recherche est effectuée de manière systématique et cohérente.

 


Tableau 2. Formulaire de recherche standard

 

RECHERCHER

Mots clés

______________________________

synonymes

______________________________

Numéro de registre des produits chimiques

______________________________

Auteur(s) connu(s)

______________________________

Jusqu'où remonter dans le temps pour chercher ?

______________________________

Combien de références nécessaires ?

______________________________

Où chercher (par exemple, index, bibliothèques)

______________________________

Journaux/périodiques vérifiés

______________________________

Livres/rapports vérifiés

______________________________

Bases de données/CD-ROM vérifiés

______________________________

Termes utilisés dans la recherche

______________________________

Nombre de références trouvées

______________________________

Date

______________________________

 


 

L'organigramme de la figure 1 illustre un chemin typique pour localiser des informations.

Figure 1. Chemins simples vers l'information

INF020F1

Avancement technologique

La technologie continue de progresser rapidement, avec de nouveaux développements tels que la fourniture mondiale d'informations à large bande passante à des vitesses de transmission à grande vitesse devenant plus disponibles à des coûts toujours plus bas. L'utilisation du courrier électronique facilite également l'accès à l'information, de sorte que la recherche d'orientations et de conseils auprès de spécialistes du monde entier devient beaucoup plus simple. L'adoption et l'utilisation de la transmission de données par télécopie ont apporté une contribution précieuse, encore une fois à faible coût. Le potentiel de ces nouvelles technologies de l'information est énorme. Leurs facilités d'accès à l'information à un coût toujours plus bas peuvent de plus en plus contribuer à réduire les disparités existantes dans la disponibilité de l'information entre les pays et entre les régions d'un pays. Au fur et à mesure que les réseaux de diffusion d'informations se développent et que de nouvelles applications innovantes sont créées à l'aide de ces technologies bénéfiques, de plus en plus de personnes seront atteintes, de sorte que le rôle de l'information en tant que moyen d'accomplir les changements souhaités sur le lieu de travail peut être réalisé.

Rentabilité de la technologie

Les nouvelles technologies sont également une aubaine pour les pays en développement. Il est bien connu que la connaissance et l'information sont essentielles pour améliorer la qualité de vie et la qualité de l'environnement. Les technologies de l'information représentent l'un des moyens les plus rentables pour les pays en développement de suivre le rythme des progrès dans divers domaines d'activité. Les technologies électroniques peuvent considérablement améliorer la capacité des pays en développement à tirer parti d'une meilleure diffusion de l'information d'une manière rentable.

Les ordinateurs centraux et les systèmes en ligne, bien que loin d'être obsolètes, sont coûteux pour de nombreuses institutions. Les coûts tels que la production de données et les frais de télécommunications sont élevés et souvent prohibitifs. Les technologies d'aujourd'hui, telles que le CD-ROM et Internet, sont le meilleur moyen pour ces pays d'être informés et d'appréhender les connaissances actuelles dans de nombreux domaines, notamment ceux, très critiques, liés à la santé. Les avantages qu'ils offrent pour présenter de vastes collections d'informations sous des formes qui s'adressent directement aux utilisateurs et répondent rapidement et facilement à leurs divers besoins sont indéniables.

Les coûts d'un poste de travail complet (ordinateur personnel, lecteur de CD-ROM et leurs applications) chutent rapidement. Le caractère abordable des informations sur PC et les compétences locales en matière de technologies de l'information offrent aux pays en développement la possibilité de mener des activités sur des informations vitales au même niveau que le monde développé.

[S. Garde-manger et PK Abeytunga]

Noir

Mardi, Février 15 2011 18: 17

Gestion de l'information

Des informations fiables, complètes et intelligibles sont essentielles pour la santé et la sécurité au travail. Les utilisateurs de ces informations sont les gestionnaires, les travailleurs, les professionnels de la sécurité et de la santé au travail, les délégués à la sécurité et à la santé et les membres des comités de sécurité et de santé au travail. Les responsabilités des professionnels, des représentants et des membres du comité incluent normalement la fourniture d'informations à d'autres. Les lois sur la sécurité et la santé au travail de nombreux pays exigent que les informations soient fournies aux travailleurs par les gouvernements, les employeurs et les fournisseurs de produits chimiques, entre autres, et qu'elles soient générées par des organisations telles que les entreprises auxquelles les lois s'appliquent.

Informations au niveau de l'entreprise

Vues de l'intérieur d'une organisation, les informations nécessaires à la sécurité et à la santé au travail sont de deux types fondamentaux :

Tableau 1. Informations requises en santé et sécurité au travail

INF030T1

Informations générées en externe. Ces informations sont nécessaires au sein de l'organisation pour répondre à des besoins spécifiques et résoudre des problèmes. Il est divers et volumineux, et il provient de nombreuses sources (voir tableau 1). Pour atteindre les normes souhaitées de fiabilité, d'exhaustivité et d'intelligibilité, il faut la gérer. La gestion de l'information implique trois processus continus :

  1. analyser les besoins d'information des utilisateurs d'information
  2. identifier et obtenir les informations nécessaires
  3. fournir les informations nécessaires aux utilisateurs.

 

Informations générées en interne. Ces informations sont utilisées pour aider à identifier les problèmes de sécurité et de santé, pour surveiller les performances et pour se conformer aux exigences légales.

La collecte, le codage et le stockage des informations issues des enquêtes sur les accidents peuvent aider à identifier les accidents récurrents et à mettre en évidence les facteurs de causalité. Par exemple, les registres de l'exposition individuelle des travailleurs à des produits chimiques particuliers peuvent être importants des années plus tard si des questions de maladies liées au travail se posent.

Des informations sont tirées de ces données par analyse. Pour que l'analyse aboutisse à des conclusions fiables, les données doivent être complètes et fiables. Pour être dignes de confiance, les informations doivent être collectées et compilées selon des principes scientifiques. Par exemple, la question ou le problème doit être défini clairement à l'avance afin que toutes les données appropriées soient collectées et que

  • Les types de données à inclure dans la compilation sont strictement définis.
  • La collecte des données est effectuée de manière cohérente permettant de vérifier la validité et l'intégrité des données.
  • Les limites des données sont comprises et énoncées.

 

La gestion de l'information implique les processus de collecte, de stockage, de récupération et d'analyse des données.

Organisation de la gestion de l'information

Les tâches de gestion de l'information sont souvent organisées et conduites par un Service d'information. Les fonctions d'un tel service comprennent:

  1. S'assurer que les informations essentielles et à jour sont disponibles quand elles sont nécessaires et que les utilisateurs ne sont pas surchargés d'informations excessives ou redondantes.
  2. Rendre l'information utilisable pour les personnes qui en ont besoin. Cela nécessite souvent une connaissance détaillée des besoins des personnes qui recherchent l'information et une compréhension approfondie de l'information qu'elles recherchent.
  3. Aider les utilisateurs à trouver des informations par eux-mêmes.
  4. Diffuser activement l'information. L'accès à l'information sur la santé et la sécurité au travail est une question de droit général et non un privilège pour un groupe restreint. La publication assistée par ordinateur a réduit le coût de production des brochures, des bulletins et d'autres documents destinés à une large diffusion.
  5. Collecter et fournir des informations de manière efficace et rentable. Aucun service d'information n'a un budget illimité.
  6. Se tenir au courant des responsabilités légales en matière de collecte et de fourniture d'informations.
  7. Fournir ou coordonner les ressources et l'expertise nécessaires à la production et à l'analyse d'informations générées en interne, notamment :
  • systèmes d'information sur la sécurité de l'entreprise (dossiers d'accidents, rapports sur les quasi-accidents)
  • statistiques des accidents et des maladies, registres des expositions (voir aussi le chapitre Systèmes d'enregistrement et surveillance)
  • bases de données d'enquêtes sur les accidents graves (voir aussi l'article « Audits, inspections et enquêtes »)
  • enquêtes spécifiques de collecte de données (voir aussi le chapitre Épidémiologie et statistiques)
  • systèmes d'enregistrement des inspections et bases de données
  • listes et registres d'experts, adresses
  • bases de données de dossiers médicaux (voir aussi les chapitres Services de santé au travail et Questions éthiques).
  • Faciliter les enquêtes et les recherches. Les méthodes seront souvent tirées de disciplines scientifiques telles que l'épidémiologie et les statistiques. Le service d'information peut aider les chercheurs à rassembler les informations de base dont ils ont besoin, fournir des installations informatiques pour stocker les données et diffuser les résultats de la recherche dans l'ensemble de la communauté de la santé et de la sécurité au travail. Dans certains types d'études, le service d'information peut également participer à la collecte des données.

 

Pour que le service d'information remplisse toutes ces fonctions avec succès, il doit surmonter divers problèmes. Un problème persistant est le taux de croissance élevé de la quantité déjà considérable d'informations potentiellement pertinentes pour la santé et la sécurité au travail. Ce problème est aggravé par les nombreuses mises à jour et révisions des informations existantes. Une extension de ce problème est que l'apparente surabondance d'informations cache un manque de matériel multidisciplinaire. Une grande partie de l'information résultant de la recherche en médecine et en génie, par exemple, est communiquée aux spécialistes. Il peut être inintelligible pour quelqu'un d'autre. Les nouvelles connaissances ne sont alors pas transférables à certains utilisateurs potentiels pour qui elles peuvent être d'une grande importance. L'un des rôles d'un service d'information est de stimuler la production de documents multidisciplinaires.

D'autres problèmes surgissent en raison des barrières que rencontrent les utilisateurs potentiels pour accéder à l'information ou l'utiliser. Par exemple:

  • Langage humain. Une grande partie de l'information disponible en matière de santé et de sécurité au travail est rédigée dans un langage que de nombreux utilisateurs ne comprennent pas bien ou pas du tout. Le service d'information doit pouvoir transposer l'information et le jargon dans le langage courant de l'utilisateur, et il doit pouvoir le faire sans perte de qualité de l'information. Les ordinateurs peuvent aider à surmonter ces barrières linguistiques. Ils peuvent aider à la traduction d'un type de langue à un autre et ils peuvent produire automatiquement du texte dans une langue pendant que l'utilisateur saisit des informations dans une autre. Au moyen de la génération de texte structuré, les ordinateurs peuvent être en mesure d'écrire automatiquement divers rapports.
  • L'alphabétisation. Un autre obstacle à une communication efficace lié à la langue peut survenir parce que les niveaux d'alphabétisation des utilisateurs potentiels sont inférieurs aux niveaux de lecture requis pour comprendre les informations plus techniques en matière de santé et de sécurité au travail. Les ordinateurs aident à surmonter cet obstacle avec des techniques qui analysent automatiquement les niveaux de lecture des documents écrits, qui peuvent ensuite être évalués pour leur adéquation à des utilisateurs particuliers.
  • Restrictions de distribution et de disponibilité. Certaines informations d'une grande importance en matière de santé et de sécurité au travail peuvent être classées comme confidentielles. Les exemples incluent les données médicales, les secrets commerciaux et certains documents gouvernementaux. Les lois sur le droit d'auteur limitent également la duplication de divers types d'informations. Dans certaines circonstances, la confidentialité des informations est une responsabilité aussi importante que leur diffusion. La confidentialité des informations est une considération nécessaire pour les personnes et les organisations qui génèrent des informations. La gestion de l'information implique une expertise pour éviter les problèmes de confidentialité, par exemple en utilisant des données agrégées plutôt qu'individuelles, et en acquérant une connaissance détaillée des exigences légitimes pour protéger la confidentialité des informations.
  • Outils d'accès à l'information (instruments de recherche) utilisés dans les bibliothèques pour rechercher des informations. Tous les utilisateurs ne savent pas utiliser les outils avancés d'accès à l'information, tels que les catalogues informatisés (voir ci-dessous), et toutes les informations ne sont pas facilement accessibles au moyen d'outils d'accès. La plupart des outils d'accès nécessitent de l'expérience et des compétences, ainsi qu'une bonne connaissance de la langue anglaise. Les systèmes de menus sont une tentative de simplifier la tâche du chercheur, mais la simplification peut avoir pour effet de dissimuler des informations. Ces problèmes peuvent être minimisés si les professionnels de l'information adoptent le rôle de tuteur.
  • Le clavier de l'ordinateur. Pour certaines personnes, le clavier de l'ordinateur est un obstacle car elles n'ont pas été formées à son utilisation. Les personnes handicapées telles que les microtraumatismes répétés ne peuvent pas l'utiliser pendant de longues périodes ou pas du tout. La reconnaissance vocale offre un autre moyen de communication avec l'ordinateur.
  • Le coût financier (et environnemental) de la diffusion des informations et des documents. Le papier est un support coûteux pour diffuser l'information. Bien que les ordinateurs soient censés économiser du papier, dans la pratique, ils peuvent être extrêmement gaspilleurs. Les systèmes d'information informatisés gérés avec soin sont le moyen le plus rentable (et le moins contraignant pour l'environnement) de diffuser et de stocker l'information.

 

Services d'information et bibliothèques

Les services d'information et les bibliothèques travaillent ensemble. Les grandes bibliothèques communautaires et spécialisées, telles que les bibliothèques juridiques ou médicales, disposent souvent de services d'information. Les services d'information spécialisés (y compris les bibliothèques) consacrés à la santé et à la sécurité au travail sont généralement situés au sein d'organisations telles que les institutions de sécurité et de santé au travail, les entreprises, les universités et les ministères.

Le service d'information s'engage à répondre aux questions des utilisateurs et à les tenir informés des sujets importants. Cela nécessite le soutien des compétences et des ressources de la bibliothèque pour rechercher et obtenir l'information, et pour traiter certaines questions de droit d'auteur. Le service d'information analyse les informations relatives aux besoins des interrogateurs. Il compile des réponses qui impliquent fréquemment des informations provenant de sources extérieures au périmètre d'une bibliothèque communautaire (voir tableau 1).

Certains experts en information et en santé et sécurité au travail font la différence entre la bibliothèque communautaire et les services d'information. Ils soutiennent que la duplication inutile des efforts doit être évitée pour des raisons de coût, si ce n'est pour d'autres raisons. En règle générale, les documents prêtés par une bibliothèque communautaire qui sont accessibles à la communauté des utilisateurs du service d'information ne doivent pas également être disponibles pour le prêt par le service d'information. De même, le service d'information devrait se spécialiser dans les informations sur la sécurité et la santé au travail qui ne sont normalement pas disponibles dans la bibliothèque communautaire. Le service d'information devrait pouvoir se concentrer sur le service aux groupes et aux individus ayant des besoins définis en matière de sécurité et de santé au travail. Le service d'information peut également soutenir l'obligation légale d'une organisation de fournir ou de générer des informations, ce qu'une bibliothèque communautaire ne pourrait pas faire.

Les bibliothèques s'appuient sur des systèmes informatisés hautement développés pour l'acquisition et le catalogage des documents, ainsi que pour le suivi et le contrôle de la circulation. Les services d'information accèdent à ces systèmes grâce à un travail d'équipe avec le personnel spécialisé de la bibliothèque. La bibliothèque et le service d'information doivent coopérer étroitement dans l'organisation des documents de référence (documents non disponibles au prêt), des prêts entre bibliothèques, des systèmes en ligne et des documents audiovisuels. Le service d'information devrait normalement disposer d'une collection de base d'importants documents de référence tels que les Encyclopédie de Santé et sécurité au travail.

La diffusion sélective de l'information (DSI) est un aspect du service d'information dans lequel la coopération est particulièrement importante entre les services d'information et les bibliothèques communautaires. Pour exploiter un service de SDI, le fournisseur d'informations stocke un profil de recherche personnel des besoins de l'utilisateur. Un groupe de profils de chercheurs, par exemple, serait utilisé pour scanner les titres d'articles scientifiques au fur et à mesure de leur publication. Les titres correspondant à des profils particuliers sont notifiés aux personnes concernées. Bien que l'IDS puisse être un service important, il peut être difficile de l'organiser efficacement lorsque les besoins d'information des utilisateurs varient considérablement d'une fois à l'autre, comme c'est souvent le cas dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail.

Formation pour accéder à l'information

Les travailleurs et les cadres doivent savoir auprès de qui et d'où ils peuvent obtenir des informations. Par exemple, les fiches signalétiques sont une importante source d'information sur la santé et la sécurité des produits chimiques utilisés sur le lieu de travail. Les travailleurs et les gestionnaires ont besoin de formation pour rechercher et utiliser ces informations. Étant donné qu'aucune formation en santé et sécurité au travail ne peut couvrir tous les problèmes potentiels, il est vital pour les travailleurs et les gestionnaires de savoir où chercher des informations. Quelque chose au sujet des sources d'information et des services devrait être inclus dans toute formation en santé et sécurité au travail.

La formation à l'information est un élément essentiel de la formation des professionnels, des représentants et des membres des comités.

L'hypothèse de formation est que ces personnes ont une bonne connaissance de la santé et de la sécurité au travail, mais ont besoin d'une formation de base en gestion de l'information. Ces compétences comprennent la recherche de ressources d'information en ligne et l'utilisation efficace d'un service d'information. La formation devrait inclure une expérience pratique de travail en équipe avec le personnel professionnel de la bibliothèque et de l'information.

Les bibliothécaires professionnels et les scientifiques de l'information représentent le niveau le plus avancé d'éducation et de formation dans le domaine de l'information. Mais au cours de leurs études, ils ont peut-être été peu exposés à la santé et à la sécurité au travail. Il est nécessaire d'augmenter ce contenu et peut-être de développer une spécialisation appropriée dans l'enseignement universitaire et collégial de ce groupe.

L'ordinateur dans la gestion de l'information

Tous les processus de gestion de l'information impliquent de plus en plus des ordinateurs. Alors qu'une grande partie de l'information mondiale est encore sous forme papier, et le restera probablement pendant un certain temps encore, le rôle des ordinateurs augmente dans tous les domaines. Les ordinateurs continuent de devenir plus petits et moins chers tout en augmentant leurs capacités. Les micro-ordinateurs peu coûteux, également appelés ordinateurs personnels (PC), peuvent effectuer le travail de gestion de l'information qui, il y a quelques années seulement, aurait nécessité un ordinateur central coûteux. Trois concepts clés en informatique sont particulièrement importants dans la gestion de l'information : bases de données, systèmes de gestion de bases de données et communication informatique.

Bases de données

Un annuaire téléphonique est un exemple simple de base de données. La compagnie de téléphone conserve une liste maîtresse des noms et des numéros de téléphone dans un ordinateur. Cette liste est une base de données informatique. Des modifications peuvent être apportées rapidement, de sorte qu'il est toujours à jour. Il est également utilisé dans l'impression de la version papier de l'annuaire téléphonique, qui est une base de données accessible au public. Les particuliers et les organisations conservent souvent leurs propres listes de numéros de téléphone fréquemment utilisés. Ces listes sont des bases de données personnelles ou privées.

La version papier de l'annuaire téléphonique illustre la forme de base d'une base de données. Les informations sont organisées par nom (de famille), par ordre alphabétique. Les initiales et les adresses distinguent les personnes portant le même nom de famille. Pour chaque combinaison unique de nom, initiales et adresse, il existe au moins un numéro de téléphone. Dans la terminologie des bases de données, chaque ligne (nom › numéro de téléphone) est un record. Les noms, initiales, adresses et numéros de téléphone sont appelés des champs.

La forme papier d'une grande base de données, comme un annuaire téléphonique, présente des limites importantes. Si l'on n'a pour point de départ qu'un numéro de téléphone, trouver un nom dans l'annuaire téléphonique d'une grande ville est pour le moins difficile. Mais cette tâche est facile pour l'ordinateur de la compagnie de téléphone. Il réorganise simplement tous les enregistrements par ordre numérique de numéro de téléphone. La facilité avec laquelle les enregistrements peuvent être réorganisés est l'une des caractéristiques les plus utiles d'une base de données informatique.

Les catalogues de bibliothèques sont des bases de données qui existent à la fois sous forme papier et sous forme électronique. Chaque enregistrement correspond à un livre ou un article particulier. Les champs identifient la date et le lieu de publication et indiquent où une copie peut être vue. Des bases de données de catalogues de bibliothèques existent pour de nombreux sujets, dont plusieurs concernent la santé et la sécurité au travail. Le CISDOC de l'OIT est un exemple d'un tel base de données bibliographique.

En plus des noms d'auteurs, des données de référence (comme le titre, la date de publication, le nom de la revue), une base de données bibliographique contient souvent une résumé ainsi que. Le résumé sert à informer le chercheur du contenu de l'article. L'utilisateur peut alors décider s'il souhaite obtenir le document complet.

Les bases de données peuvent stocker non seulement des résumés, mais également le texte intégral des articles, ainsi que des images (graphiques) telles que des photographies et des diagrammes. Multimédia est une application puissante de la technologie de base de données pour combiner le son, le texte et les images visuelles fixes et animées.

Les progrès des supports de stockage optiques et magnétiques ont fait baisser le coût du stockage haute capacité. En conséquence, des bases de données plus volumineuses et de plus en plus complexes sont conservées dans des ordinateurs personnels ou sont accessibles par leur intermédiaire.

Systèmes de gestion de bases de données

Organiser les enregistrements dans une base de données et de nombreuses autres fonctions importantes de gestion de l'information, telles que l'exécution d'un recherche pour des enregistrements particuliers, sont effectuées au moyen d'un système de gestion de base de données (SGBD). Le SGBD est un logiciel qui permet à l'utilisateur de travailler avec les données de la base de données. Le SGBD est donc un élément essentiel de la gestion de l'information. Une forme spéciale de logiciel SGBD est le gestionnaire d'informations personnelles, utilisé pour les annuaires téléphoniques personnels, les listes de tâches, les arrangements de réunion et d'autres données personnelles conservées par les individus.

Le concept de la une fonction filtre est utile pour représenter la manière dont une recherche est structurée par un SGBD. Chaque recherche peut être vue comme un filtre qui ne laisse passer que les fiches correspondant à un profil particulier. Par exemple, l'utilisateur pourrait demander à voir tous les enregistrements publiés sur l'amiante au cours de l'année 1985. La recherche serait exprimée à l'ordinateur comme une instruction de filtrer tous les enregistrements qui ont le mot clé "amiante" dans le titre et qui ont été publiés en 1985. Une instruction typique se lirait comme suit :

titre mot clé = amiante ET date de publication = 1985

L'opérateur ET est connu sous le nom de Opérateur booléen, nommé d'après George Boole (un mathématicien anglais) qui a conçu un système de logique algébrique au 19ème siècle connu sous le nom Algèbre de Boole. Les autres opérateurs booléens couramment utilisés sont OR et NOT. Grâce à ceux-ci, les filtres de recherche peuvent être rendus très spécifiques.

Communication informatique

Les communications informatiques ont créé de nombreux réseaux, formels et informels, par lesquels l'information est échangée. Ces réseaux couvrent souvent de grandes distances. Beaucoup fonctionnent par le biais du système téléphonique normal au moyen d'un modem. D'autres utilisent les communications par satellite.

Dans un réseau typique, les bases de données sont stockées sur un seul ordinateur, le l'objectif, tandis qu'un ordinateur personnel, le origine, émet le nécessaire pour une recherche. Celui de la cible réponse est de renvoyer les enregistrements issus de la recherche. Des normes internationales ont été élaborées pour garantir que cette communication d'ordinateur à ordinateur se déroule correctement. Des exemples de telles normes sont ISO 10162 et 10163-1 (toutes deux de 1993), qui concernent la recherche et la récupération.

Dans le passé, les communications informatiques nécessitaient des ordinateurs volumineux et coûteux. La puissance et la capacité des ordinateurs personnels sont maintenant si importantes que même un individu peut organiser des réseaux depuis son bureau ou son domicile. Le réseau par lequel l'individu se connecte au monde de l'information est Internet. En 1996, c'était devenu le système de communication à la croissance la plus rapide que le monde ait jamais connu, avec un milliard d'utilisateurs prévus d'ici la fin du siècle.

Un instrument de cette croissance est le World Wide Web. Cet ensemble d'outils logiciels simplifie la complexité d'Internet. Avec le Web, l'utilisateur n'a pas besoin de connaître les langages ou les commandes informatiques. L'utilisateur n'a pas non plus à se fier aux services d'un professionnel de l'information, comme c'était le cas par le passé. L'outil clé pour l'utilisateur est un navigateur Web, un programme informatique qui permet à l'utilisateur de naviguer sur le Web. Grâce à cela, des millions de documents Web, les ressources d'information du Web, deviennent accessibles. Les ressources Web ne se limitent pas au texte, mais sont également des présentations multimédias complètes qui incluent du son et de l'animation.

La capacité multimédia transforme le Web en un support de formation important. En 1996, des programmes de formation en santé et sécurité au travail ont commencé à apparaître sur le Web. À partir des plus grands sites Web, des programmes informatiques pouvaient être téléchargés pour être utilisés dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail. D'autres ressources d'information sur le Web comprenaient le nombre croissant de sites de bibliothèques pertinents pour la santé et la sécurité au travail sur le Web. Avec la croissance continue du Web, nous pourrions bien voir dans la durée de vie de cette édition du BIT Encyclopédie le développement d'une « université virtuelle » mondiale de la santé et de la sécurité au travail.

L'Internet fournit le système mondial de messagerie électronique (e-mail) par lequel les individus s'envoient des messages privés les uns aux autres. De plus en plus, Internet est également utilisé pour la messagerie vocale et les vidéoconférences.

Messagerie diffère du courrier électronique. Dans la messagerie, tous les membres du groupe peuvent lire et répondre à un message. La messagerie est utilisée pour les conférences informatiques dans lesquelles de nombreuses personnes participent à une discussion sur un sujet particulier. C'est un moyen peu coûteux de créer un réseau, par exemple, entre les professionnels de la santé et de la sécurité au travail ayant un intérêt commun pour un type particulier de risque professionnel.

Le transfert de fichiers est un processus de base en informatique. En terminologie informatique, un filet est l'unité de stockage de base qui permet à l'ordinateur de distinguer un ensemble d'informations d'un autre. Un fichier peut être un programme informatique, un document de traitement de texte, une base de données entière ou un ensemble filtré d'enregistrements produits par une recherche dans une base de données. Le transfert de fichiers est le moyen par lequel les ordinateurs transfèrent des informations entre eux. Divers protocoles de transfert de fichiers (FTP) garantissent que les données ne sont en aucun cas modifiées pendant le transfert. L'importance particulière du transfert de fichiers pour la gestion de l'information en matière de santé et de sécurité au travail est que tout service d'information doté d'un ordinateur personnel, même modeste, peut recevoir tous les types d'informations provenant de services d'information du monde entier. Le transfert de fichiers et les services associés sont généralement la méthode la plus rentable de transfert d'informations. À mesure que les capacités informatiques s'améliorent, l'ampleur et la portée des informations pouvant être transférées augmentent rapidement.

Un exemple de traitement de transaction en ligne consisterait à commander une publication via un ordinateur personnel. Un autre exemple est l'apport d'une donnée à un ordinateur dans une ville éloignée dans le cadre d'un projet de recherche impliquant plusieurs régions géographiques.

D'autres formes de communication informatique qui jouent un rôle de plus en plus important dans la santé et la sécurité au travail sont télécopie prestations de service. L'utilisateur téléphone à l'ordinateur pour commander des informations spécifiques. L'ordinateur envoie ensuite les informations au télécopieur de l'appelant.

En résumé, on peut dire que l'ordinateur n'est pas seulement le principal instrument de gestion de l'information, mais aussi le grand facilitateur de la révolution de l'information qui continue de prendre de l'ampleur dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail, comme dans d'autres domaines importants de la santé humaine. activité.

 

Noir

Introduction

Contrairement aux problèmes qui retiennent l'attention des pays industrialisés en ce qui concerne les dangers des pesticides, à savoir l'exposition professionnelle chronique et la contamination de l'environnement, la principale menace posée par les pesticides dans de nombreux pays en développement est l'empoisonnement aigu lui-même. Une estimation récente de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) évalue le nombre annuel d'empoisonnements graves à 3 millions, avec environ 220,000 25 décès. Il est encore plus préoccupant que, sur la base d'une enquête sur les intoxications mineures autodéclarées dans quatre pays asiatiques, il ait été démontré que chaque année 1990 millions de travailleurs agricoles dans les pays en développement sont exposés au danger d'intoxication aiguë par les pesticides (Jeyaratnam XNUMX ).

En Malaisie, un pays essentiellement agricole, l'utilisation de pesticides est relativement répandue. Rien qu'en Malaisie péninsulaire, environ 1.5 million d'hectares de terres sont consacrés à la culture des hévéas et 0.6 million d'hectares aux palmiers à huile. L'emploi de près de 4.3 millions de personnes est lié à l'agriculture.

La principale législation pour le contrôle des pesticides en Malaisie est la loi sur les pesticides de 1974. L'objectif principal de cette loi est le contrôle de la fabrication et de l'importation de pesticides par le biais de l'enregistrement. D'autres aspects du contrôle comprennent l'octroi de licences aux locaux vendant des pesticides et les stockant pour la vente, l'étiquetage approprié des pesticides et le contrôle de l'importation de pesticides non homologués à des fins de recherche et d'enseignement (Tan et al. 1992).

Des enquêtes menées par l'industrie agrochimique locale ont montré qu'en 1987, la plupart des 715,000 1993 petits exploitants d'hévéas et de palmiers à huile estimés utilisaient du paraquat (Shariff 1979). Sur une période de dix ans (1988-40.3), les pesticides ont représenté 5,152 % du nombre total de 27.8 1.7 cas d'empoisonnement humain en Malaisie. Le paraquat a contribué à hauteur de 4.7 %, les autres désherbants à 2.1 %, le malathion à 2.6 %, les autres organophosphorés à 1.4 %, les composés organochlorés à 230 % et les autres pesticides à 1989 %. Chaque année, 73 millions de ringgits (MYR) sont dépensés uniquement pour les désherbants (Tara et al. 14). Il a été estimé qu'environ 1 % des empoisonnements au paraquat sont suicidaires, contre 1990 % dus à des accidents et XNUMX % à des expositions professionnelles (Jeyaratnam XNUMX).

Les cas d'empoisonnement dus aux pesticides sont peu documentés. Cependant, de tels incidents se produisent, selon un certain nombre d'études sélectionnées. Une enquête a montré qu'un empoisonnement s'était produit chez 14.5% des 4,531 32.1 agriculteurs cultivant des légumes, des fleurs et des fruits dans les Cameron Highlands. Les admissions à l'hôpital ont montré que 67.9% étaient des empoisonnements accidentels aux pesticides et 72% des cas suicidaires. À Tanjung Karang, une zone de riziculture, 1989 % des riziculteurs ont présenté des symptômes d'empoisonnement lors de la manipulation de pesticides, et des vêtements, des lunettes, des chaussures et des masques respiratoires appropriés étaient rarement portés. En 448, 1991 travailleurs des pesticides ont reçu un traitement médical dans les hôpitaux publics (Lee XNUMX).

Dans une autre étude (Awang et al. 1991) menée dans une zone à prédominance agricole, il a été rapporté que 12.2% sur un total de 264 cas d'empoisonnement traités dans un hôpital universitaire étaient dus aux pesticides. Dans une autre étude (Majid et al. 1991), les taux sériques de pseudocholinestérase, utilisés comme indicateur de l'exposition aux organophosphorés, se sont révélés significativement plus faibles chez les maraîchers : le degré de diminution de ces taux sanguins dépend de la durée d'exposition à ces pesticides.

L'utilisation de pesticides en Malaisie a suscité de vives inquiétudes. Un rapport récent du Département malaisien des usines et des machines, une agence qui applique la loi sur la sécurité et la santé au travail, a révélé que le taux d'accidents pour mauvaise manipulation des pesticides est quatre fois plus élevé que celui des autres industries et atteint 93 pour 1,000 23 travailleurs par rapport à la moyenne nationale de 1,000 pour 1991 1994 (Rengam 70). Cela semble indiquer qu'il y a une insuffisance de matériel éducatif et d'informations sur la sécurité et un manque apparent de prudence dans la manipulation des pesticides. Un rapport de XNUMX a également mis en évidence la mort d'environ XNUMX bovins, suspectée d'être due à un empoisonnement au paraquat à la suite de la rentrée des animaux dans une zone traitée (New Straits Times 1994).

Il est clair qu'il est urgent non seulement de collecter des données mais aussi de faciliter l'éducation des personnes impliquées dans l'utilisation des pesticides. C'est dans cette optique qu'un service d'information sur les pesticides a été développé et qu'un système pilote d'information a été lancé dans tout le pays en 1989. Il s'inscrit dans le Information intégrée sur les drogues et les poisons Service (IDPIS) du National Poison Center basé à l'Universiti Sains Malaysia (USM) à Penang.

L'objectif principal de l'IDPIS est de diffuser des informations concernant les questions liées à la santé, en particulier en ce qui concerne l'usage des drogues et le contrôle des poisons, aux professionnels de la santé et au public (Razak et al. 1991).

Le service d'information sur les pesticides, qui a été lancé par le vidéotex a eu l'effet secondaire bienvenu d'ouvrir de nouvelles possibilités pour plusieurs autres bases de données importantes pour les soins de santé. Les bases de données IDPIS étaient continuellement utilisées comme guide pour le développement d'autres bases de données pour la gestion des informations relatives aux pesticides, aux produits chimiques industriels et ménagers et aux compléments alimentaires. Le Infos nuisibles système était l'un de ces produits ; il a été lancé par l'IDPIS en collaboration avec le Pesticide Board (l'organisme malaisien de réglementation des pesticides) et le Malaysian-German Pesticide Project. Cet arrangement a été remarquablement réussi en termes de validation de l'information et d'évaluation des besoins d'information compte tenu des tendances nationales en matière d'utilisation des pesticides.

Ce système est axé sur les pesticides homologués en Malaisie, mais pourrait également s'appliquer à ceux que l'on trouve dans toute la région Asie-Pacifique. À ce jour, des informations sur plus de 500 substances biochimiquement actives ont été intégrées au système d'information sur les pesticides, avec quelque 3,000 XNUMX produits disponibles dans le commerce et leurs profils répertoriés. Le système est disponible en deux modes, à savoir via un système vidéotex et également via un réseau informatique utilisant des PC. L'ancien établissement s'appelle Pestinfo, tandis que le second s'appelle le Système d'information sur les pesticides (voir Figure 1).

Figure 1. Flux d'informations et accès relationnel dans le Système d'information sur les pesticides

INF040F2

Infos nuisibles

Le système Pestinfo est le premier à être mis à disposition dans cette région et fonctionne via TELITA, le système vidéotex national de Malaisie. Exploité par la société malaisienne de télécommunications, TELITA fournit un accès national à la fois bon marché et rapide. TELITA est accessible via un téléviseur et un décodeur ou un système informatique équipé d'un modem connecté à un réseau téléphonique (Siraj 1990). Un tel système est économique car chaque connexion ne coûte que 0.13 MYR (moins de 0.05 USD) et le temps d'accès est facturé à seulement 0.08 MYR par minute. Il est unique au monde dans son approche en ce sens qu'il est à la fois professionnel et communautaire. Les informations contenues dans Pestinfo sont regroupées avec deux autres bases de données en ligne étroitement liées (appelées Ligne de médicaments et Poison en ligne) afin de maximiser les informations relationnelles fournies à l'utilisateur final.

Pestinfo est accessible aussi bien au grand public qu'aux professionnels, y compris ceux des secteurs agricoles, qu'ils soient vulgarisateurs ou agents de terrain. Toutes les bases de données sont bien intégrées, et pourtant indépendantes, de sorte que toutes les données pertinentes sont facilement accessibles. Pour cette raison, le Pestinfo de l'USM est organisé séquentiellement en au moins 15 sous-catégories.

Les utilisateurs finaux qui sont des prestataires de soins de santé peuvent également accéder directement à Poison en ligne, qui contient d'autres détails spécialisés concernant la prise en charge des patients en cas d'empoisonnement.

Poisonline en soi est en fait un module d'information à large base couvrant plusieurs classes de poisons, y compris les produits pharmaceutiques, ainsi que les produits chimiques industriels et ménagers, les aliments et les cosmétiques. Il fournit des informations sur les signes et symptômes d'intoxication selon les systèmes anatomiques, sur les modalités de traitement et de prise en charge, et sur les aspects de la prévention des intoxications. Sont également inclus des informations détaillées sur les antidotes et les procédures de traitement d'urgence.

Le on-line Système de déclaration d'empoisonnement est une fonctionnalité exceptionnelle incorporée dans Pestinfo, ainsi que dans Poisonline. Cette fonctionnalité permet à l'utilisateur final d'effectuer des rapports de première ligne par voie électronique, via un format spécialement conçu, lorsqu'un cas d'empoisonnement est rencontré. Il permet non seulement une documentation automatique de tous les cas signalés, mais agit simultanément comme un système de référence instantanée qui permet un suivi systématique. Grâce au système de notification également, l'initiation de la réponse immédiate appropriée peut être entreprise pour aider davantage l'utilisateur dans la gestion du cas d'empoisonnement. Les données obtenues via le Poisoning Reporting System seront automatiquement stockées dans un système de réseau basé sur PC pour permettre de générer des rapports statistiques.

De plus, tous les utilisateurs de Pestinfo pourront accéder à plusieurs autres bases de données conviviales sur l'éducation du public en mettant l'accent sur la santé, en particulier dans les domaines pharmaceutiques. Ces bases de données visent à éduquer le public sur l'utilisation appropriée des produits chimiques et des médicaments et sur le maintien d'une bonne santé. La base de données principale conçue à cet effet est désignée Ligne d'information publique.

Une caractéristique intéressante en matière d'éducation du public est le service «Demandez à votre pharmacien», qui fournit un service de courrier électronique pour les questions et réponses concernant tous les sujets liés à la santé. Ceci est disponible gratuitement pour tous les utilisateurs.

Le système d'information sur les pesticides

La première expérience avec Pestinfo a conduit au développement du Système d'information sur les pesticides, qui offre de nouvelles possibilités de traitement de l'information à des fins d'identification en cas d'intoxication et peut servir de support de référence pour les agents de vulgarisation ainsi que de moyen de compilation des événements d'intoxication pouvant aider à la prise de décision politique et à la planification en matière de santé centres. Comme le système vidéotex n'était pas entièrement équipé pour répondre à ces besoins, une application offrant plusieurs fonctions de recherche flexibles a été développée à l'aide du PC.

Comme mentionné précédemment, le service d'information sur les pesticides est complété par un système convivial de micro-ordinateurs en réseau qui fonctionne sur des PC compatibles IBM. Cette application s'appelle la Système d'information sur les pesticides version 2.3 et a été spécialement conçu pour le maintien à jour de la documentation ainsi que pour le traitement des dossiers d'empoisonnement reçus par voie électronique ou autre. Il peut être chargé de produire des rapports statistiques de base ainsi que de répondre à d'autres demandes de manipulation de données comme stipulé dans le logiciel. Il est ainsi plus souple dans la récupération des informations compte tenu des puissances de traitement et d'interactivité supplémentaires que lui confère chaque PC. Il a été conçu à l'aide dBase3Plus et compilé sous Clipper Été 5.0.

Le Système d'information sur les pesticides contient des informations pertinentes supplémentaires qui peuvent être facilement consultées soit par le nom du pesticide, sa composition, son numéro d'enregistrement et le nom du fabricant ou du titulaire de chaque produit homologué dans le pays. Le menu principal du Système est décrit dans la figure 1. Le Système est particulièrement adapté à une utilisation par les professionnels de la santé ainsi que par le personnel agricole puisqu'il peut être chargé sur un ordinateur portable.

À ce jour, plus de 50 % des cas d'empoisonnement reçus en ligne sont liés aux pesticides (Latiff et al. 1991). La combinaison des deux modes de fonctionnement décrits ci-dessus a sans aucun doute amélioré le fonctionnement du Système d'information sur les pesticides, permettant une réponse encore plus rapide à un plus large éventail de demandes.

Directions futures

La tâche de compilation et de diffusion d'informations sur les pesticides aux utilisateurs a été couronnée de succès, même si elle a été réalisée de manière informelle. L'IDPIS a également pris de nouvelles orientations à la lumière des progrès rapides du matériel et des technologies de communication. Par exemple, les applications basées sur le réseau seront également reliées aux utilisateurs dans tout le pays grâce à une collaboration avec une société de communication en réseau qui prend en charge et fournit des liaisons de communication pour l'ensemble du pays. Cela améliorera encore la communicabilité des informations sur la santé, car ce type d'arrangement garantit des solutions économiques à la fois à l'utilisateur et à l'IDPIS en tant que fournisseur d'informations.

Actuellement, IDPIS opère sur deux réseaux, à savoir Token Ring et Ethernet, pour les besoins des travaux de recherche et développement en systèmes d'information (figure 2). Le premier est installé au CHU. Les deux réseaux sont connectés à un IBM RISC6000 afin que les informations et les ressources au sein des serveurs des deux réseaux puissent être partagées et coordonnées pour fournir des installations pour l'éducation, la formation et la recherche. Les réseaux seront conçus pour intégrer un outil de surveillance dans les domaines de la pharmacoépidémiologie et de la toxicovigilance.

Figure 2. Le système intégré d'information sur les drogues et les poisons (IDPIS) basé sur le réseau

INF040F3

En 1996, l'IDPIS a créé sa propre page d'accueil sur Internet sous le nom de Malaysian Drug and Poison Net, à http://prn.usm.my.

 

Noir

Contexte

La Thaïlande a une population d'environ 59 millions d'habitants et une superficie de 514,000 1.7 kilomètres carrés. La croissance démographique est de 1995% par an. La population active en 34 était de 33 millions dont 1 millions avaient un emploi et 17 million de chômeurs. Environ 14 et XNUMX millions de personnes étaient employées respectivement dans les secteurs agricole et non agricole.

Dans le passé, la Thaïlande était une économie agricole, exportant plus de riz et de tapioca combinés que les autres pays, mais au cours de la période de 30 ans 1960-90, l'économie thaïlandaise a subi des changements structurels spectaculaires. La fabrication a assumé le rôle principal en termes de sa contribution au PIB. Ces changements ont fait de la Thaïlande l'une des économies à la croissance la plus rapide de la région, avec un secteur manufacturier en pleine expansion fournissant des textiles, des vêtements, des produits électriques et électroniques, des pierres précieuses et des bijoux et des dizaines d'autres produits pour les marchés locaux et mondiaux.

Le gouvernement royal thaïlandais est très préoccupé par le bien-être des travailleurs thaïlandais dans les secteurs industriel et agricole. Cette préoccupation a conduit à des séminaires soulignant la nécessité de mesures efficaces pour améliorer les conditions et l'environnement de travail des travailleurs dans divers secteurs et situations de travail. À la lumière de toutes les questions prises en considération, l'Institut national pour l'amélioration des conditions et de l'environnement de travail (NICE) a été créé grâce à des accords de collaboration entre le gouvernement royal thaïlandais et les Nations Unies. Le NICE est devenu une division du Département de la protection du travail et du bien-être (DLPW), qui a la responsabilité principale de la protection des travailleurs en Thaïlande et cherche à atteindre ses objectifs en renforçant les procédures des systèmes institutionnels existants et les capacités techniques du DLPW.

L'objectif du NICE est d'améliorer la protection des travailleurs contre les accidents du travail et les maladies professionnelles et contre les conditions de travail insatisfaisantes. Ses principales activités sont les suivantes :

    1. l'élaboration et la mise en œuvre de programmes de formation en sécurité et santé au travail et en conditions de travail
    2. le développement et l'exploitation d'un système d'information de gestion (SIG) pour centraliser toutes les informations collectées et fournir une base pour la planification, l'évaluation et la coordination des politiques et programmes d'amélioration des conditions de travail et de l'environnement
    3. le développement d'un point focal visible pour l'échange national d'informations et d'expertise sur les conditions de travail et l'environnement
    4. fournir un soutien technique pour accroître la capacité du personnel d'inspection qui s'occupe des conditions de travail et de l'environnement
    5. mise à disposition d'installations de laboratoire en hygiène du travail, physiologie du travail et ergonomie, et test d'équipements de sécurité
    6. fourniture d'un soutien, par le biais de services de recherche et de conseil technique, par exemple, pour étendre la protection aux petites entreprises.

               

              NICE dispose d'un effectif de 50 professionnels et est réparti dans les sections suivantes : Administration générale, Environnement de travail, Ergonomie et physiologie du travail, Technologie de la sécurité, Promotion et formation à la sécurité, Centre d'information sur la sécurité et la santé, Audiovisuel et 12 centres régionaux dans les zones industrielles à travers le pays.

              Centre national d'information sur la sécurité et la santé au travail de Thaïlande

              Afin d'améliorer la capacité du NICE à atteindre plus efficacement son objectif, le NICE, en collaboration avec le Centre international d'information sur la sécurité et la santé au travail du Bureau international du Travail, basé à Genève, a créé le Centre national d'information sur la sécurité et la santé au travail de Thaïlande. Le Centre s'occupe principalement de collecter des informations sur la sécurité, la santé et les conditions de travail, en Thaïlande et à l'étranger, de les traiter et de les stocker et de les diffuser aux employeurs, aux travailleurs, à leurs organisations respectives et organismes apparentés et à d'autres personnes ayant besoin de ces informations. Ce centre d'information comprend une bibliothèque de référence, une unité de documentation, un service de renseignements et une unité informatique.

              La bibliothèque

              A son ouverture, cette bibliothèque ne possédait que quelques centaines de livres ; aujourd'hui, la collection comprend environ 3,000 20,000 titres de livres et 1983 27 titres de microfiches sur divers sujets liés à la sécurité et à la santé au travail tels que les maladies professionnelles, l'ingénierie de la sécurité et de la santé et les conditions de travail. De plus, depuis XNUMX, la bibliothèque est abonnée à XNUMX publications en anglais et à dix revues thaïlandaises. Une trentaine de titres de vidéocassettes exposés et des affiches sont disponibles. La sensibilisation de la bibliothèque aux professionnels de la sécurité et de la santé ne cesse de s'étendre.

              La cellule documentaire

              Le devoir de cette unité est de produire un bulletin d'information sur la sécurité et la santé au travail; lignes directrices, manuel et code de pratique; une brochure; et fiches d'information.

                1. Le bulletin d'information sur la sécurité et la santé. Quatre bulletins d'information sont produits chaque année, chacun présentant diverses offres telles que des mises à jour sur la sécurité et la santé, des nouvelles sur la recherche, des entrevues, des statistiques, etc. Chaque année, 6,000 XNUMX exemplaires de chaque bulletin sont produits.
                2. Fiches d'information. Ceux-ci sont divisés en quatre groupes de sujets comprenant :

                      • la sécurité et la santé en général, par exemple, la construction de sécurité, la prévention des incendies et la ventilation sur le lieu de travail
                      • utilisation pratique pour la sécurité, par exemple, l'utilisation en toute sécurité d'outils à main ou l'utilisation en toute sécurité d'équipements électriques
                      • données chimiques telles que celles pouvant concerner l'hydroxyde de sodium ou l'ammoniac
                      • les lois et la législation sur la sécurité, telles que celles concernant les environnements de travail sûrs, et bien plus encore.

                             

                              3. Récemment, l'unité de documentation a produit 109 titres de fiches d'information et 10,000 XNUMX exemplaires de chacun ont été imprimés, soit un total de plus d'un million d'exemplaires.
                              4. La ligne directrice, le manuel et le code de pratique. Au milieu des années 1990, 15 titres de cette publication avaient été produits; par exemple, l'un d'entre eux comprenait une ligne directrice pour la manipulation sans danger des pesticides et un manuel de premiers secours dans l'industrie. Chaque publication a été tirée à 3,000 XNUMX exemplaires.
                              5. Dépliants. Dix titres de brochures ont été réalisés, traitant par exemple de l'utilisation des bouchons d'oreilles au travail. De chaque titre, 5,000 50,000 exemplaires ont été imprimés, soit un total de XNUMX XNUMX exemplaires.

                                    Le service de renseignement

                                    Le service de renseignements a été créé dans le but d'obtenir des réponses aux questions sur la sécurité et la santé au travail de toute personne concernée dans ce domaine : inspecteurs du travail, agents de sécurité, employeurs, employés, étudiants et autres. Toutes les demandes peuvent parvenir au centre par courrier, téléphone ou télécopie. Avant d'envoyer chaque réponse, toutes les informations sont vérifiées par le personnel technique de NICE pour s'assurer qu'elles sont correctes.

                                    Chaque année, environ 600 demandes sont envoyées au centre.

                                    L'unité informatique

                                    Point central de collecte et d'échange d'informations, d'expertise et d'expériences pratiques en matière de sécurité et de santé au travail, le NICE a constitué plusieurs bases de données : sur l'établissement industriel, les rapports d'enquête sur les accidents, les rapports de l'inspection du travail, les agents de sécurité, l'installation des risques majeurs, les chaudières rapports d'inspection, rapports d'inspection du milieu de travail et rapports d'examen médical des travailleurs. Afin d'améliorer la capacité de cette unité, le NICE a développé un système informatique centralisé qui servira de base de données hôte sur la sécurité et la santé au travail. Ce travail a été réalisé avec l'aide du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et de l'Organisation internationale du travail. Entre-temps, le réseau local (LAN) entre le NICE et les autres centres régionaux de sécurité et de santé au travail a été établi. Ce lien aidera le personnel d'un centre régional à accéder aux informations des bases de données NICE et de diverses bases de données sur CD-ROM dans l'unité informatique NICE.

                                    Afin de promouvoir comme sa préoccupation directe l'amélioration des conditions de travail et la sécurité et la santé des travailleurs thaïlandais dans tout le pays, tous les services de NICE sont gratuits et NICE prend désormais en charge tous les inspecteurs du travail, environ 5,000 650 agents de sécurité, environ XNUMX syndicats syndicats de moyennes et grandes entreprises, d'employeurs et d'employés dans tout le pays. Par conséquent, NICE continue de développer et de renforcer sa capacité à protéger les travailleurs contre les performances insatisfaisantes et les blessures dues à des conditions de travail dangereuses et aux dangers dans l'environnement.

                                     

                                    Noir

                                    " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                                    Table des matières