4 bannière

 

Concevoir pour tout le monde

Dans la conception d'un produit ou d'un procédé industriel, on se focalise sur le travailleur « moyen » et « en bonne santé ». Les informations concernant les capacités humaines en termes de force musculaire, de flexibilité corporelle, de longueur de portée et de nombreuses autres caractéristiques sont pour la plupart dérivées d'études empiriques menées par des agences de recrutement militaire et reflètent des valeurs mesurées valables pour le jeune homme typique dans la vingtaine. . Mais les populations actives, bien sûr, se composent de personnes des deux sexes et d'un large éventail d'âges, sans parler d'une variété de types et de capacités physiques, de niveaux de forme physique et de santé et de capacités fonctionnelles. Une classification des variétés de limitations fonctionnelles parmi les personnes, telle que décrite par l'Organisation mondiale de la santé, est donnée dans le document ci-joint. article "Étude de cas : la classification internationale des limitations fonctionnelles chez les personnes". À l'heure actuelle, le design industriel ne tient généralement pas compte des capacités générales (ou des incapacités, d'ailleurs) des travailleurs en général, et devrait prendre comme point de départ une moyenne humaine plus large comme base de conception. De toute évidence, une charge physique convenable pour un jeune de 20 ans peut dépasser la capacité de gestion d'un jeune de 15 ans ou d'un jeune de 60 ans. C'est l'affaire du concepteur de considérer ces différences non seulement du point de vue de l'efficacité, mais aussi de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.

Les progrès de la technologie ont fait en sorte que, sur tous les lieux de travail en Europe et en Amérique du Nord, 60 % impliquent la position assise. La charge physique dans les situations de travail est aujourd'hui en moyenne bien inférieure à ce qu'elle était auparavant, mais de nombreux chantiers nécessitent néanmoins des charges physiques qui ne peuvent pas être suffisamment réduites pour s'adapter aux capacités physiques humaines ; dans certains pays en développement, les ressources de la technologie actuelle ne sont tout simplement pas disponibles pour soulager de manière appréciable la charge physique humaine. Et dans les pays technologiquement avancés, c'est encore un problème courant qu'un designer adapte son approche aux contraintes imposées par les spécifications du produit ou les processus de production, soit en négligeant soit en omettant les facteurs humains liés au handicap et à la prévention des dommages dus à la charge de travail. . En ce qui concerne ces objectifs, les concepteurs doivent être éduqués à accorder une attention à tous ces facteurs humains, exprimant les résultats de leur étude dans un document sur les exigences du produit (PRD). Le PRD contient le système d'exigences que le concepteur doit respecter pour atteindre à la fois le niveau de qualité attendu du produit et la satisfaction des besoins en capacités humaines dans le processus de production. S'il est irréaliste d'exiger un produit correspondant en tous points à un PRD, compte tenu de la nécessité d'inévitables compromis, la méthode de conception la plus adaptée à l'approche la plus proche de cet objectif est la méthode de conception ergonomique du système (SED), à discuter après réflexion. de deux approches de conception alternatives.

Design

Cette approche de conception est caractéristique des artistes et autres personnes impliquées dans la production d'œuvres d'un haut degré d'originalité. L'essence de ce processus de conception est qu'un concept est élaboré intuitivement et par "inspiration", permettant de traiter les problèmes au fur et à mesure qu'ils surviennent, sans délibération consciente au préalable. Parfois, le résultat ne ressemblera pas au concept initial, mais représentera néanmoins ce que le créateur considère comme son produit authentique. Il n'est pas rare non plus que la conception soit un échec. La figure 1 illustre l'itinéraire de la conception créative.

Figure 1. Conception créative

ERG240F1

Conception d'un système

La conception du système est née de la nécessité de prédéterminer les étapes de conception dans un ordre logique. Comme la conception devient complexe, elle doit être subdivisée en sous-tâches. Les concepteurs ou les équipes de sous-tâches deviennent ainsi interdépendants et la conception devient le travail d'une équipe de conception plutôt que d'un concepteur individuel. Des expertises complémentaires sont réparties au sein de l'équipe et le design revêt un caractère interdisciplinaire.

La conception du système est orientée vers la réalisation optimale de fonctions de produit complexes et bien définies grâce à la sélection de la technologie la plus appropriée ; elle est coûteuse, mais les risques d'échec sont considérablement réduits par rapport à des approches moins organisées. L'efficacité de la conception est mesurée par rapport aux objectifs formulés dans le PRD.

La manière dont les spécifications formulées dans le PRD sont de première importance. La figure 2 illustre la relation entre le PRD et les autres parties du processus de conception du système.

Figure 2. Conception du système

ERG240F2

Comme le montre ce schéma, l'entrée de l'utilisateur est négligée. Ce n'est qu'à la fin du processus de conception que l'utilisateur peut critiquer la conception. Cela n'aide ni le producteur ni l'utilisateur, car il faut attendre le prochain cycle de conception (s'il y en a un) avant de pouvoir corriger les erreurs et apporter des modifications. De plus, les commentaires des utilisateurs sont rarement systématisés et importés dans un nouveau PRD en tant qu'influence de conception.

 

 

 

 

 

 

 

 

Conception ergonomique du système (SED)

SED est une version de conception de système adaptée pour garantir que le facteur humain est pris en compte dans le processus de conception. La figure 3 illustre le flux d'entrées d'utilisateurs dans le PRD.

Figure 3. Conception ergonomique du système

ERG240F3Dans la conception ergonomique du système, l'être humain est considéré comme faisant partie du système : les modifications des spécifications de conception sont en fait effectuées en tenant compte des capacités du travailleur en ce qui concerne les aspects cognitifs, physiques et mentaux, et la méthode se prête à une approche de conception efficace. pour tout système technique où des opérateurs humains sont employés.

Par exemple, pour examiner les implications des capacités physiques du travailleur, la répartition des tâches dans la conception du procédé nécessitera une sélection rigoureuse des tâches à effectuer par l'opérateur humain ou par la machine, chaque tâche étant étudiée pour son aptitude à machine ou traitement humain. De toute évidence, le travailleur humain sera plus efficace pour interpréter des informations incomplètes ; les machines calculent cependant beaucoup plus rapidement avec des données préparées ; une machine est le choix pour soulever des charges lourdes ; et ainsi de suite. De plus, comme l'interface utilisateur-machine peut être testée en phase de prototype, on peut éliminer les erreurs de conception qui se manifesteraient autrement intempestivement en phase de fonctionnement technique.

Méthodes de recherche utilisateur

Il n'existe aucune « meilleure » méthode, ni aucune source de formules et de lignes directrices sûres et certaines, selon lesquelles la conception pour les travailleurs handicapés devrait être entreprise. Il s'agit plutôt d'une affaire de bon sens de faire une recherche exhaustive de toutes les connaissances disponibles pertinentes au problème et de les mettre en œuvre à son meilleur effet le plus évident.

Les informations peuvent être rassemblées à partir de sources telles que les suivantes :

  • La littérature des résultats de la recherche.
  • Observation directe de la personne handicapée au travail et description de ses difficultés particulières de travail. Une telle observation devrait être faite à un moment de l'horaire du travailleur où l'on peut s'attendre à ce qu'il soit sujet à la fatigue — la fin d'un quart de travail, peut-être. Le fait est que toute solution de conception doit être adaptée à la phase la plus ardue du processus de travail, faute de quoi ces phases peuvent ne pas être réalisées de manière adéquate (ou pas du tout) en raison d'un dépassement physique de la capacité du travailleur.
  • L'interview. Il faut être conscient des réponses éventuellement subjectives que l'entretien per se peut avoir pour effet de provoquer. C'est une bien meilleure approche que la technique d'entretien soit combinée avec l'observation. Les personnes handicapées hésitent parfois à parler de leurs difficultés, mais lorsque les intervenants sont conscients que l'enquêteur est prêt à exercer une rigueur particulière en leur faveur, leurs réticences s'amenuisent. Cette technique prend du temps, mais elle en vaut la peine.
  • Questionnaires. Un avantage du questionnaire est qu'il peut être distribué à de grands groupes de répondants et en même temps recueillir des données aussi spécifiques que l'on souhaite fournir. Le questionnaire must, cependant, être construit sur la base d'informations représentatives relatives au groupe auquel il sera administré. Cela signifie que le type d'informations à rechercher doit être obtenu sur la base d'entretiens et d'observations menés auprès d'un échantillon de travailleurs et de spécialistes dont la taille doit être raisonnablement restreinte. Dans le cas des personnes handicapées, il est judicieux d'inclure dans un tel échantillon les médecins et les thérapeutes qui sont impliqués dans la prescription d'aides spéciales pour les personnes handicapées et qui les ont examinés quant à leurs capacités physiques.
  • Mesures physiques. Mesures obtenues à partir d'instruments dans le domaine de la bio-instrumentation (par exemple, le niveau d'activité des muscles, ou la quantité d'oxygène consommée dans une tâche donnée) et par des méthodes anthropométriques (par exemple, les dimensions linéaires des éléments corporels, l'amplitude de mouvement des membres, force musculaire) sont d'une valeur indispensable dans les conceptions de travail axées sur l'humain.

 

Les méthodes décrites ci-dessus sont quelques-unes des diverses façons de recueillir des données sur les personnes. Des méthodes existent également pour évaluer les systèmes utilisateur-machine. Un de ceux-là-simulation— est de construire une copie physique réaliste. Le développement d'une représentation symbolique plus ou moins abstraite d'un système est un exemple de la modélisation. De tels expédients, bien sûr, sont à la fois utiles et nécessaires lorsque le système ou le produit réel n'existe pas ou n'est pas accessible à la manipulation expérimentale. La simulation est plus souvent utilisée à des fins de formation et de modélisation pour la recherche. UNE maquette est une copie grandeur nature en trois dimensions du lieu de travail conçu composé, si nécessaire, de matériaux improvisés, et est d'une grande utilité pour tester les possibilités de conception avec le travailleur handicapé proposé : en fait, la majorité des problèmes de conception peuvent être identifiés avec l'aide d'un tel dispositif. Autre avantage de cette approche, la motivation du travailleur grandit au fur et à mesure qu'il participe à la conception de son futur poste de travail.

Analyse des tâches

Dans l'analyse des tâches, différents aspects d'un travail défini font l'objet d'une observation analytique. Ces multiples aspects incluent la posture, l'acheminement des manipulations de travail, les interactions avec les autres travailleurs, la manipulation d'outils et de machines, l'ordre logique des sous-tâches, l'efficacité des opérations, les conditions statiques (un travailleur peut être amené à effectuer des tâches dans la même posture pendant une longue période temps ou avec une fréquence élevée), des conditions dynamiques (nécessitant de nombreuses conditions physiques variables), des conditions environnementales matérielles (comme dans un abattoir froid) ou des conditions immatérielles (comme un environnement de travail stressant ou l'organisation du travail lui-même).

La conception du travail pour la personne handicapée doit donc être fondée sur une analyse approfondie des tâches ainsi que sur un examen complet des capacités fonctionnelles de la personne handicapée. L'approche de conception de base est une question cruciale : il est plus efficace d'élaborer toutes les solutions possibles pour le problème en question sans préjugés que de produire un concept de conception unique ou un nombre limité de concepts. Dans la terminologie de la conception, cette approche s'appelle faire un aperçu morphologique. Compte tenu de la multiplicité des concepts de conception originaux, on peut procéder à une analyse des avantages et des inconvénients de chaque possibilité en ce qui concerne l'utilisation des matériaux, la méthode de construction, les caractéristiques techniques de production, la facilité de manipulation, etc. Il n'est pas sans précédent que plus d'une solution atteigne le stade du prototype et qu'une décision finale soit prise à une phase relativement tardive du processus de conception.

Bien que cela puisse sembler une façon chronophage de réaliser des projets de conception, en fait le travail supplémentaire que cela implique est compensé en termes de moins de problèmes rencontrés dans la phase de développement, sans parler du fait que le résultat - un nouveau poste de travail ou produit - aura incarne un meilleur équilibre entre les besoins du travailleur handicapé et les exigences de l'environnement de travail. Malheureusement, ce dernier avantage atteint rarement, voire jamais, le concepteur en termes de retour d'information.

Product Requirements Document (PRD) et Handicap

Une fois que toutes les informations relatives à un produit ont été réunies, elles doivent être transformées en une description non seulement du produit mais de toutes les demandes qui peuvent en être faites, quelles qu'en soient la source ou la nature. Ces demandes peuvent bien entendu être réparties selon différentes lignes. Le PRD doit comporter des demandes portant sur des données utilisateur-opérateur (mesures physiques, amplitude de mouvement, amplitude de force musculaire, etc.), des données techniques (matériaux, construction, technique de production, normes de sécurité, etc.), voire des conclusions découlant de d'études de faisabilité de marché.

Le PRD forme le cadre du designer, et certains designers le considèrent comme une restriction malvenue de leur créativité plutôt que comme un défi salutaire. Compte tenu des difficultés qui accompagnent parfois l'exécution d'un PRD, il faut toujours garder constamment à l'esprit qu'un échec de conception cause de la détresse à la personne handicapée, qui peut renoncer à ses efforts pour réussir dans le domaine de l'emploi (ou bien tomber victime impuissante de l'évolution de la condition invalidante), ainsi que des coûts supplémentaires pour la refonte. À cette fin, les concepteurs techniques ne doivent pas opérer seuls dans leur travail de conception pour les personnes handicapées, mais doivent coopérer avec toutes les disciplines nécessaires à la sécurisation des informations médicales et fonctionnelles pour mettre en place un PRD intégré comme cadre de conception.

Essais de prototypes

Lorsqu'un prototype est construit, il doit être testé pour les erreurs. Les tests d'erreur doivent être effectués non seulement du point de vue du système technique et des sous-systèmes, mais également en vue de leur utilisabilité en combinaison avec l'utilisateur. Lorsque l'utilisateur est une personne handicapée, des précautions supplémentaires doivent être prises. Une erreur à laquelle un travailleur sain peut réagir avec succès en toute sécurité peut ne pas donner au travailleur handicapé la possibilité d'éviter un préjudice.

Des essais prototypes doivent être réalisés sur un petit nombre de travailleurs handicapés (sauf en cas de conception unique) selon un protocole adapté au PRD. Ce n'est que par de tels tests empiriques que le degré auquel la conception répond aux exigences du PRD peut être jugé de manière adéquate. Bien que les résultats sur un petit nombre de sujets ne soient pas généralisables à tous les cas, ils fournissent des informations précieuses pour l'utilisation du concepteur dans la conception finale ou dans les conceptions futures.

Evaluation

L'évaluation d'un système technique (une situation de travail, une machine ou un outil) doit être jugée sur son PRD, et non en interrogeant l'utilisateur ou même en tentant des comparaisons de conceptions alternatives au regard des performances physiques. Par exemple, le concepteur d'une attelle de genou spécifique, en basant sa conception sur des résultats de recherche qui montrent que les articulations du genou instables présentent une réaction retardée des ischio-jambiers, créera un produit qui compense ce retard. Mais une autre attelle peut avoir des objectifs de conception différents. Pourtant, les méthodes d'évaluation actuelles ne permettent pas de savoir quand prescrire quel type d'attelle de genou à quels patients et dans quelles conditions - précisément le type d'informations dont un professionnel de la santé a besoin lorsqu'il prescrit des aides techniques dans le traitement des handicaps.

Les recherches actuelles visent à rendre ce type d'aperçu possible. Un modèle utilisé pour obtenir un aperçu des facteurs qui déterminent réellement si une aide technique doit être utilisée ou non, ou si un chantier est ou non bien conçu et équipé pour le travailleur handicapé est le Rehabilitation Technology Useability Model (RTUM). Le modèle RTUM offre un cadre à utiliser dans les évaluations de produits, d'outils ou de machines existants, mais peut également être utilisé en combinaison avec le processus de conception, comme illustré à la figure 4.

Figure 4. Modèle d'utilisabilité des technologies de réadaptation (RTUM) en combinaison avec l'approche de conception ergonomique du système

ERG240F4

Les évaluations des produits existants révèlent qu'en matière d'aides techniques et de chantiers, la qualité des PRD est très médiocre. Parfois, les exigences du produit ne sont pas enregistrées correctement ; dans d'autres cas, ils ne sont pas développés dans une mesure utile. Les concepteurs doivent simplement apprendre à commencer à documenter les exigences de leurs produits, y compris celles qui concernent les utilisateurs handicapés. Notez que, comme le montre la figure 4, RTUM, en conjonction avec SED, offre un cadre qui inclut les exigences des utilisateurs handicapés. Les agences chargées de prescrire des produits à leurs utilisateurs doivent demander à l'industrie d'évaluer ces produits avant de les commercialiser, une tâche essentiellement impossible en l'absence de spécifications d'exigences de produits ; la figure 4 montre également comment prévoir que le résultat final puisse être évalué comme il se doit (sur un PRD) avec l'aide de la personne ou du groupe handicapé auquel le produit est destiné. Il appartient aux organisations nationales de santé d'inciter les concepteurs à respecter ces normes de conception et à formuler des réglementations appropriées.

 

Noir

Lundi, Mars 14 2011 20: 33

Les différences culturelles

La culture et la technologie sont interdépendantes. Alors que la culture est en effet un aspect important dans la conception, le développement et l'utilisation de la technologie, la relation entre la culture et la technologie est, cependant, extrêmement complexe. Elle doit être analysée sous plusieurs angles afin d'être prise en compte dans la conception et l'application de la technologie. Sur la base de ses travaux en Zambie, Kingsley (1983) divise l'adaptation technologique en changements et ajustements à trois niveaux : celui de l'individu, de l'organisation sociale et du système de valeurs culturelles de la société. Chaque niveau possède de fortes dimensions culturelles qui nécessitent des considérations de conception particulières.

En même temps, la technologie elle-même est une partie inséparable de la culture. Elle est construite, en tout ou en partie, autour des valeurs culturelles d'une société particulière. Et dans le cadre de la culture, la technologie devient une expression du mode de vie et de pensée de cette société. Ainsi, pour que la technologie soit acceptée, utilisée et reconnue par une société comme la sienne, elle doit être conforme à l'image globale de la culture de cette société. La technologie doit compléter la culture et non la contrarier.

Cet article traitera de certaines des complexités concernant les considérations culturelles dans les conceptions technologiques, en examinant les questions et problèmes actuels, ainsi que les concepts et principes dominants, et comment ils peuvent être appliqués.

Définition de la culture

La définition du terme culture a été longuement débattue parmi les sociologues et les anthropologues pendant de nombreuses décennies. La culture peut être définie en plusieurs termes. Kroeber et Kluckhohn (1952) ont passé en revue plus d'une centaine de définitions de la culture. Williams (1976) a mentionné culture comme l'un des mots les plus compliqués de la langue anglaise. La culture a même été définie comme l'ensemble du mode de vie des gens. En tant que tel, cela inclut leur technologie et leurs artefacts matériels - tout ce que l'on aurait besoin de savoir pour devenir un membre fonctionnel de la société (Geertz 1973). Il peut même être décrit comme « des formes symboliques accessibles au public à travers lesquelles les gens expérimentent et expriment une signification » (Keesing 1974). En résumé, Elzinga et Jamison (1981) l'ont dit avec justesse lorsqu'ils ont dit que « le mot culture a des significations différentes selon les disciplines intellectuelles et les systèmes de pensée ».

La technologie : partie et produit de la culture

La technologie peut être considérée à la fois comme faisant partie de la culture et comme son produit. Il y a plus de 60 ans, le célèbre sociologue Malinowsky a inclus la technologie dans le cadre de la culture et a donné la définition suivante : "la culture comprend des artefacts hérités, des biens, des processus techniques, des idées, des habitudes et des valeurs". Plus tard, Leach (1965) a considéré la technologie comme un produit culturel et a mentionné « les artefacts, les biens et les procédés techniques » comme des « produits de la culture ».

Dans le domaine technologique, la « culture » en tant que question importante dans la conception, le développement et l'utilisation de produits ou de systèmes techniques a été largement négligée par de nombreux fournisseurs ainsi que par les récepteurs de la technologie. L'une des principales raisons de cette négligence est l'absence d'informations de base sur les différences culturelles.

Dans le passé, les changements technologiques ont entraîné des changements importants dans la vie et l'organisation sociales et dans les systèmes de valeurs des gens. L'industrialisation a apporté des changements profonds et durables dans les modes de vie traditionnels de nombreuses sociétés autrefois agricoles, car ces modes de vie étaient largement considérés comme incompatibles avec la manière dont le travail industriel devrait être organisé. Dans des situations de grande diversité culturelle, cela a conduit à divers résultats socio-économiques négatifs (Shahnavaz 1991). C'est maintenant un fait bien établi que le simple fait d'imposer une technologie à une société et de croire qu'elle sera absorbée et utilisée par une formation approfondie est un vœu pieux (Martin et al. 1991).

Il est de la responsabilité du concepteur de la technologie de considérer les effets directs et indirects de la culture et de rendre le produit compatible avec le système de valeurs culturelles de l'utilisateur et avec son environnement d'exploitation prévu.

L'impact de la technologie pour de nombreux « pays en développement industriel » (PID) a été bien plus qu'une simple amélioration de l'efficacité. L'industrialisation n'était pas seulement la modernisation des secteurs de la production et des services, mais dans une certaine mesure l'occidentalisation de la société. Le transfert de technologie est donc aussi un transfert culturel.

La culture, en plus de la religion, de la tradition et de la langue, qui sont des paramètres importants pour la conception et l'utilisation de la technologie, englobe d'autres aspects, tels que les attitudes spécifiques à l'égard de certains produits et tâches, les règles de comportement approprié, les règles d'étiquette, les tabous, les us et coutumes. Tous ces éléments doivent être également pris en compte pour une conception optimale.

On dit que les gens sont aussi des produits de leurs cultures distinctives. Néanmoins, le fait demeure que les cultures du monde sont très imbriquées en raison de la migration humaine à travers l'histoire. Il n'est pas étonnant qu'il existe plus de variations culturelles que nationales dans le monde. Néanmoins, des distinctions très larges peuvent être faites concernant les différences sociétales, organisationnelles et de culture professionnelle qui pourraient influencer la conception en général.

Influences contraignantes de la culture

Il existe très peu d'informations sur les analyses théoriques et empiriques des influences contraignantes de la culture sur la technologie et sur la manière dont cette question devrait être intégrée dans la conception de la technologie matérielle et logicielle. Même si l'influence de la culture sur la technologie a été reconnue (Shahnavaz 1991 ; Abeysekera, Shahnavaz et Chapman 1990 ; Alvares 1980 ; Baranson 1969), très peu d'informations sont disponibles sur l'analyse théorique des différences culturelles en matière de conception et d'utilisation de la technologie. Il existe encore moins d'études empiriques qui quantifient l'importance des variations culturelles et fournissent des recommandations sur la manière dont les facteurs culturels doivent être pris en compte dans la conception d'un produit ou d'un système (Kedia et Bhagat 1988). Néanmoins, la culture et la technologie peuvent encore être étudiées avec une certaine clarté lorsqu'elles sont envisagées sous différents angles sociologiques.

Culture et technologie : compatibilité et préférence

La bonne application d'une technologie dépend, dans une large mesure, de la compatibilité de la culture de l'utilisateur avec les spécifications de conception. La compatibilité doit exister à tous les niveaux de la culture, aux niveaux sociétal, organisationnel et professionnel. À son tour, la compatibilité culturelle peut avoir une forte influence sur les préférences et l'aptitude d'un peuple à utiliser une technologie. Cette question concerne les préférences relatives à un produit ou à un système ; aux concepts de productivité et d'efficacité relative ; au changement, à la réalisation et à l'autorité ; ainsi qu'au mode d'utilisation de la technologie. Les valeurs culturelles peuvent donc influer sur la volonté et la capacité des gens à sélectionner, utiliser et contrôler la technologie. Ils doivent être compatibles pour être préférés.

Culture sociétale

Comme toutes les technologies sont inévitablement associées à des valeurs socioculturelles, la réceptivité culturelle de la société est un enjeu très important pour le bon fonctionnement d'une conception technologique donnée (Hosni 1988). La culture nationale ou sociétale, qui contribue à la formation d'un modèle mental collectif de personnes, influence l'ensemble du processus de conception et d'application de la technologie, qui va de la planification, de la définition des objectifs et de la définition des spécifications de conception, aux systèmes de production, de gestion et de maintenance, de formation et de évaluation. La conception technologique du matériel et des logiciels doit donc refléter les variations culturelles basées sur la société pour un maximum d'avantages. Cependant, définir ces facteurs culturels basés sur la société à prendre en compte dans la conception de la technologie est une tâche très compliquée. Hofstede (1980) a proposé des variations de cadre à quatre dimensions de la culture nationale.

  1. Faible ou fort évitement de l'incertitude. Cela concerne le désir d'un peuple d'éviter les situations ambiguës et dans quelle mesure sa société a développé des moyens formels (tels que des règles et des règlements) pour atteindre cet objectif. Hofstede (1980) a donné, par exemple, des scores élevés d'évitement de l'incertitude à des pays comme le Japon et la Grèce, et des scores faibles à Hong Kong et à la Scandinavie.
  2. Individualisme contre collectivisme. Cela concerne la relation entre les individus et les organisations dans la société. Dans les sociétés individualistes, l'orientation est telle que chacun est censé veiller à ses propres intérêts. En revanche, dans une culture collectiviste, les liens sociaux entre les personnes sont très forts. Quelques exemples de pays individualistes sont les États-Unis et la Grande-Bretagne, tandis que la Colombie et le Venezuela peuvent être considérés comme ayant des cultures collectivistes.
  3. Petite ou grande distance de puissance. Une grande « distance de pouvoir » caractérise les cultures où les individus les moins puissants acceptent la répartition inégale du pouvoir dans une culture, ainsi que les hiérarchies dans la société et ses organisations. Des exemples de pays à grande distance énergétique sont l'Inde et les Philippines. Les petites distances électriques sont typiques de pays comme la Suède et l'Autriche.
  4. Masculinité versus féminité. Les cultures qui mettent davantage l'accent sur les réalisations matérielles sont considérées comme appartenant à la première catégorie. Ceux qui accordent plus de valeur à la qualité de vie et à d'autres résultats moins tangibles appartiennent à ces derniers.

         

        Glenn et Glenn (1981) ont également distingué les tendances « abstraites » et « associatives » dans une culture nationale donnée. On soutient que lorsque les personnes d'une culture associative (comme celles d'Asie) abordent un problème cognitif, elles mettent davantage l'accent sur le contexte, adaptent une approche de pensée globale et essaient d'utiliser l'association entre divers événements. Alors que dans les sociétés occidentales, une culture plus abstraite de la pensée rationnelle prédomine. Sur la base de ces dimensions culturelles, Kedia et Bhagat (1988) ont développé un modèle conceptuel pour comprendre les contraintes culturelles sur le transfert de technologie. Ils ont élaboré diverses « propositions » descriptives qui renseignent sur les variations culturelles des différents pays et leur réceptivité à l'égard de la technologie. Certes, de nombreuses cultures sont modérément enclines à l'une ou l'autre de ces catégories et contiennent des traits mixtes.

        Les points de vue des consommateurs et des producteurs sur la conception et l'utilisation des technologies sont directement influencés par la culture sociétale. Les normes de sécurité des produits pour protéger les consommateurs ainsi que les réglementations sur l'environnement de travail, les systèmes d'inspection et d'application pour protéger les producteurs sont dans une large mesure le reflet de la culture sociétale et du système de valeurs.

        Culture organisationnelle

        L'organisation d'une entreprise, sa structure, son système de valeurs, sa fonction, son comportement, etc., sont en grande partie des produits culturels de la société dans laquelle elle opère. Cela signifie que ce qui se passe au sein d'une organisation est principalement le reflet direct de ce qui se passe dans la société extérieure (Hofstede 1983). Les organisations dominantes de nombreuses entreprises opérant dans les IDC sont influencées à la fois par les caractéristiques du pays producteur de technologie et par celles de l'environnement bénéficiaire de la technologie. Cependant, le reflet de la culture sociétale dans une organisation donnée peut varier. Les organisations interprètent la société en fonction de leur propre culture, et leur degré de contrôle dépend, entre autres facteurs, des modes de transfert de technologie.

        Compte tenu de la nature changeante de l'organisation aujourd'hui, ainsi que d'une main-d'œuvre multiculturelle et diversifiée, l'adaptation d'un programme organisationnel approprié est plus importante que jamais pour une opération réussie (un exemple de programme de gestion de la diversité de la main-d'œuvre est décrit dans Solomon (1989)).

        Culture professionnelle

        Les personnes appartenant à une certaine catégorie professionnelle peuvent utiliser une technologie d'une manière spécifique. Wikstrom et al. (1991), dans un projet visant à développer des outils à main, ont noté que malgré l'hypothèse des concepteurs sur la façon dont les socs à plaques doivent être tenus et utilisés (c'est-à-dire avec une prise vers l'avant et l'outil s'éloignant de son propre corps), les ferblantiers professionnels tenaient et utilisaient le soc de plaque de manière inversée, comme le montre la figure 1. Ils ont conclu que les outils devaient être étudiés dans les conditions réelles de terrain de la population d'utilisateurs elle-même afin d'acquérir des informations pertinentes sur les caractéristiques des outils.

        Figure 1. L'utilisation d'outils à socs plats par les ferblantiers professionnels dans la pratique (la prise inversée)

        ERG260F1

        Utilisation des fonctionnalités culturelles pour une conception optimale

        Comme l'impliquent les considérations précédentes, la culture apporte identité et confiance. Il forme des opinions sur les objectifs et les caractéristiques d'un «système humain-technologie» et sur la manière dont il devrait fonctionner dans un environnement donné. Et dans toute culture, il y a toujours des caractéristiques qui sont précieuses en ce qui concerne le progrès technologique. Si ces caractéristiques sont prises en compte dans la conception de la technologie logicielle et matérielle, elles peuvent agir comme moteur de l'absorption de la technologie dans la société. Un bon exemple est la culture de certains pays d'Asie du Sud-Est largement influencée par le confucianisme et le bouddhisme. Le premier met l'accent, entre autres, sur l'apprentissage et la loyauté, et considère comme une vertu d'être capable d'absorber de nouveaux concepts. Ce dernier enseigne l'importance de l'harmonie et du respect des autres êtres humains. On dit que ces caractéristiques culturelles uniques ont contribué à fournir un environnement propice à l'absorption et à la mise en œuvre du matériel informatique de pointe et de la technologie organisationnelle fournis par les Japonais (Matthews 1982).

        Une stratégie astucieuse utiliserait donc au mieux les caractéristiques positives de la culture d'une société pour promouvoir les idées et les principes ergonomiques. Selon McWhinney (1990) « les événements, pour être compris et donc utilisés efficacement dans la projection, doivent être intégrés dans des histoires. Il faut aller plus loin pour libérer l'énergie fondatrice, pour libérer la société ou l'organisation des traits inhibiteurs, pour trouver les voies par lesquelles elle pourrait s'écouler naturellement. . . . Ni la planification ni le changement ne peuvent être efficaces sans les intégrer consciemment dans un récit.

        Un bon exemple d'appréciation culturelle dans la conception d'une stratégie de gestion est la mise en œuvre de la technique des « sept outils » pour l'assurance qualité au Japon. Les "sept outils" sont les armes minimales qu'un guerrier samouraï devait porter avec lui chaque fois qu'il sortait pour se battre. Les pionniers des « cercles de contrôle de la qualité », adaptant leurs neuf recommandations au contexte japonais, ont réduit ce nombre afin de profiter d'un terme familier – « les sept outils » – afin de favoriser l'implication de tous les employés dans leur travail de qualité. stratégique (Lillrank et Kano 1989).

        Cependant, d'autres caractéristiques culturelles peuvent ne pas être bénéfiques pour le développement technologique. La discrimination à l'égard des femmes, l'observation stricte d'un système de castes, de préjugés raciaux ou autres, ou encore le fait de considérer certaines tâches comme dégradantes, sont quelques exemples qui peuvent avoir une influence négative sur le développement technologique. Dans certaines cultures traditionnelles, les hommes sont censés être les principaux salariés. Ils s'habituent à considérer le rôle des femmes comme des employées égales, voire comme des superviseures, avec insensibilité voire hostilité. Retenir l'égalité des chances en matière d'emploi pour les femmes et remettre en cause la légitimité de l'autorité des femmes n'est pas adapté aux besoins actuels des organisations, qui exigent une utilisation optimale des ressources humaines.

        En ce qui concerne la conception des tâches et le contenu du travail, certaines cultures considèrent des tâches comme le travail manuel et le service comme dégradantes. Cela peut être attribué aux expériences passées liées à l'époque coloniale concernant les «relations maître-esclave». Dans certaines autres cultures, il existe de forts préjugés contre les tâches ou les occupations associées aux «mains sales». Ces attitudes se reflètent également dans des échelles salariales inférieures à la moyenne pour ces professions. Celles-ci ont à leur tour contribué à des pénuries de techniciens ou à des ressources de maintenance inadéquates (Sinaiko 1975).

        Étant donné qu'il faut généralement plusieurs générations pour changer les valeurs culturelles par rapport à une nouvelle technologie, il serait plus rentable d'adapter la technologie à la culture du destinataire de la technologie, en tenant compte des différences culturelles dans la conception du matériel et des logiciels.

        Considérations culturelles dans la conception de produits et de systèmes

        Il est maintenant évident que la technologie se compose à la fois de matériel et de logiciel. Les composants matériels comprennent les biens d'équipement et les biens intermédiaires, tels que les produits industriels, les machines, les équipements, les bâtiments, les lieux de travail et les aménagements physiques, dont la plupart concernent principalement le domaine de la micro-ergonomie. Les logiciels concernent la programmation et la planification, les techniques de gestion et d'organisation, l'administration, la maintenance, la formation et l'éducation, la documentation et les services. Toutes ces préoccupations relèvent de la macro-ergonomie.

        Quelques exemples d'influences culturelles qui nécessitent une attention particulière à la conception du point de vue micro- et macro-ergonomique sont donnés ci-dessous.

        Problèmes de micro-ergonomie

        La micro-ergonomie concerne la conception d'un produit ou d'un système dans le but de créer une interface utilisateur-machine-environnement « utilisable ». Le concept majeur de la conception de produits est la convivialité. Ce concept implique non seulement la fonctionnalité et la fiabilité du produit, mais également des questions de sécurité, de confort et de plaisir.

        Le modèle interne de l'utilisateur (c'est-à-dire son modèle cognitif ou mental) joue un rôle important dans la conception de l'utilisabilité. Pour faire fonctionner ou contrôler un système de manière efficace et sûre, l'utilisateur doit disposer d'un modèle cognitif représentatif précis du système utilisé. Wisner (1983) a déclaré que "l'industrialisation nécessiterait donc plus ou moins un nouveau type de modèle mental". De ce point de vue, l'éducation formelle et la formation technique, l'expérience ainsi que la culture sont des facteurs importants pour déterminer la formation d'un modèle cognitif adéquat.

        Meshkati (1989), en étudiant les facteurs micro- et macro-ergonomiques de l'accident d'Union Carbide Bhopal en 1984, a souligné l'importance de la culture sur le modèle mental inadéquat des opérateurs indiens concernant le fonctionnement de l'usine. Il a déclaré qu'une partie du problème était peut-être due à "la performance d'opérateurs mal formés du tiers monde utilisant des systèmes technologiques avancés conçus par d'autres humains avec des formations très différentes, ainsi que des attributs culturels et psychosociaux". En effet, de nombreux aspects de l'utilisabilité de la conception au niveau de la micro-interface sont influencés par la culture de l'utilisateur. Des analyses minutieuses de la perception, du comportement et des préférences de l'utilisateur conduiraient à une meilleure compréhension des besoins et des exigences de l'utilisateur pour concevoir un produit ou un système à la fois efficace et acceptable.

        Certains de ces aspects micro-ergonomiques liés à la culture sont les suivants :

        1. Conception de l'interface. L'émotion humaine est un élément essentiel de la conception des produits. Il est concerné par des facteurs tels que la couleur et la forme (Kwon, Lee et Ahn 1993 ; Nagamachi 1992). La couleur est considérée comme le facteur le plus important lié aux émotions humaines en matière de conception de produits. Le traitement des couleurs du produit reflète les dispositions psychologiques et sentimentales des utilisateurs, qui diffèrent d'un pays à l'autre. Le symbolisme de la couleur peut également différer. Par exemple, la couleur rouge, qui indique le danger dans les pays occidentaux, est un signe de bon augure en Inde (Sen 1984) et symbolise la joie ou le bonheur en Chine. 
        2. Les signes et symboles picturaux qui sont utilisés dans de nombreuses applications différentes pour les logements publics sont fortement liés à la culture. Les informations picturales occidentales, par exemple, sont difficiles à interpréter par des non-occidentaux (Daftuar 1975 ; Fuglesang 1982).
        3. Compatibilité contrôle/affichage. La compatibilité est une mesure de la mesure dans laquelle les mouvements spatiaux de contrôle, le comportement d'affichage ou les relations conceptuelles répondent aux attentes humaines (Staramler 1993). Il fait référence à l'attente de l'utilisateur quant à la relation stimulus-réponse, qui est une question ergonomique fondamentale pour le fonctionnement sûr et efficace d'un produit ou d'un système. Un système compatible est un système qui considère le comportement perceptif-moteur commun des gens (c'est-à-dire leur stéréotype de population). Cependant, comme d'autres comportements humains, le comportement perceptivo-moteur peut également être influencé par la culture. Hsu et Peng (1993) ont comparé des sujets américains et chinois concernant les relations commande/brûleur dans un poêle à quatre brûleurs. Différents modèles de stéréotypes de population ont été observés. Ils concluent que les stéréotypes de la population concernant les liens contrôle / brûleur étaient culturellement différents, probablement en raison de différences dans les habitudes de lecture ou de numérisation.
        4. Conception du lieu de travail. Une conception de poste de travail industriel vise à éliminer les postures nocives et à améliorer les performances de l'utilisateur en fonction de ses besoins biologiques, de ses préférences et de ses exigences de tâches. Les personnes de cultures différentes peuvent préférer différents types de postures assises et de hauteurs de travail. Dans les pays occidentaux, les hauteurs de travail sont fixées près de la hauteur du coude assis pour un maximum de confort et d'efficacité. Cependant, dans de nombreuses régions du monde, les gens sont assis par terre. Les travailleurs indiens, par exemple, préfèrent s'accroupir ou s'asseoir les jambes croisées plutôt que de se tenir debout ou de s'asseoir sur une chaise. En effet, il a été observé que même lorsque des chaises sont fournies, les opérateurs préfèrent toujours s'accroupir ou s'asseoir en tailleur sur les sièges. Daftuar (1975) et Sen (1984) ont étudié les mérites et les implications de la posture assise indienne. Après avoir décrit les divers avantages de s'asseoir sur le sol, Sen a déclaré que « comme une grande partie de la population du marché mondial couvre les sociétés où prédominent l'accroupissement ou l'assise sur le sol, il est regrettable que jusqu'à présent aucune machine moderne n'ait été conçue pour être utilisée de cette façon." Ainsi, des variations dans la posture préférée doivent être prises en compte dans la conception de la machine et du lieu de travail afin d'améliorer l'efficacité et le confort de l'opérateur.
        5. Conception d'équipements de protection. Il existe des contraintes à la fois psychologiques et physiques quant au port de vêtements de protection. Dans certaines cultures, par exemple, les travaux nécessitant le port de vêtements de protection peuvent être considérés comme du travail courant, réservé aux travailleurs non qualifiés. Par conséquent, les équipements de protection ne sont généralement pas portés par les ingénieurs sur les lieux de travail dans de tels environnements. Concernant les contraintes physiques, certains groupes religieux, obligés par leur religion à porter un couvre-chef (comme les turbans des sikhs indiens ou les couvre-chefs des femmes musulmanes) ont du mal à porter, par exemple, des casques de protection. Par conséquent, des conceptions spéciales de vêtements de protection sont nécessaires pour faire face à ces variations culturelles dans la protection des personnes contre les risques liés à l'environnement de travail.

         

        Enjeux macro-ergonomiques

        Le terme macro-ergonomie fait référence à la conception de technologies logicielles. Elle concerne la bonne conception des organisations et des systèmes de management. Il existe des preuves montrant qu'en raison des différences de culture, de conditions sociopolitiques et de niveaux d'éducation, de nombreuses méthodes de gestion et d'organisation réussies développées dans les pays industrialisés ne peuvent pas être appliquées avec succès aux pays en développement (Negandhi 1975). Dans la plupart des IDC, une hiérarchie organisationnelle caractérisée par un flux descendant de structure d'autorité au sein de l'organisation est une pratique courante. Il se soucie peu des valeurs occidentales telles que la démocratie ou le partage du pouvoir dans la prise de décision, qui sont considérées comme des questions clés dans la gestion moderne, étant essentielles pour une bonne utilisation des ressources humaines en matière d'intelligence, de créativité, de potentiel de résolution de problèmes et d'ingéniosité.

        Le système féodal de hiérarchie sociale et son système de valeurs sont également largement pratiqués dans la plupart des lieux de travail industriels des pays en développement. Celles-ci rendent une approche de gestion participative (qui est essentielle pour le nouveau mode de production de spécialisation flexible et la motivation de la main-d'œuvre) une entreprise difficile. Cependant, il existe des rapports confirmant l'opportunité d'introduire des systèmes de travail autonomes même dans ces cultures (Ketchum 1984).

        1. Ergonomie participative. L'ergonomie participative est une approche macro-ergonomique utile pour résoudre divers problèmes liés au travail (Shahnavaz, Abeysekera et Johansson 1993 ; Noro et Imada 1991 ; Wilson 1991). Cette approche, principalement utilisée dans les pays industrialisés, a été appliquée sous différentes formes selon la culture organisationnelle dans laquelle elle a été mise en œuvre. Dans une étude, Liker, Nagamachi et Lifshitz (1988) ont comparé des programmes d'ergonomie participative dans deux usines de fabrication américaines et deux japonaises qui visaient à réduire le stress physique des travailleurs. Ils ont conclu qu'un « programme d'ergonomie participative efficace peut prendre plusieurs formes. Le meilleur programme pour n'importe quelle plante dans n'importe quelle culture peut dépendre de sa propre histoire, de sa structure et de sa culture. »
        2. Systèmes logiciels. Les différences sociétales et organisationnelles fondées sur la culture doivent être prises en compte lors de la conception d'un nouveau système logiciel ou de l'introduction d'un changement dans l'organisation. En ce qui concerne la technologie de l'information, De Lisi (1990) indique que les capacités de mise en réseau ne seront pas réalisées à moins que les réseaux ne correspondent à la culture organisationnelle existante.
        3. Organisation et gestion du travail. Dans certaines cultures, la famille est une institution si importante qu'elle joue un rôle de premier plan dans l'organisation du travail. Par exemple, dans certaines communautés en Inde, un travail est généralement considéré comme une responsabilité familiale et est effectué collectivement par tous les membres de la famille (Chapanis 1975).
        4. Système de maintenance. La conception des programmes d'entretien (préventif et régulier) ainsi que l'entretien ménager sont d'autres exemples de domaines dans lesquels l'organisation du travail devrait être adaptée aux contraintes culturelles. La culture traditionnelle des types de sociétés agricoles qui prédominent dans de nombreux pays insulaires en développement n'est généralement pas compatible avec les exigences du travail industriel et la manière dont les activités sont organisées. L'activité agricole traditionnelle ne nécessite pas, par exemple, de programmation formelle d'entretien et de travaux de précision. Il n'est pour la plupart pas réalisé sous la pression du temps. Sur le terrain, il est généralement laissé au processus de recyclage de la nature de s'occuper des travaux d'entretien et de ménage. La conception des programmes d'entretien et des manuels d'entretien des activités industrielles devrait donc tenir compte de ces contraintes culturelles et prévoir une formation et un encadrement adéquats.

         

        Zhang et Tyler (1990), dans une étude de cas liée à la mise en place réussie d'une installation de production de câbles téléphoniques modernes en Chine fournie par une entreprise américaine (l'Essex Company) ont déclaré que "les deux parties se rendent compte, cependant, que l'application directe des ou les pratiques de gestion de l'Essex n'étaient pas toujours pratiques ni souhaitables en raison de différences culturelles, philosophiques et politiques. Ainsi, les informations et instructions fournies par Essex ont souvent été modifiées par le partenaire chinois pour être compatibles avec les conditions existantes en Chine. Ils ont également fait valoir que la clé de leur succès, malgré les différences culturelles, économiques et politiques, était le dévouement et l'engagement des deux parties envers un objectif commun ainsi que le respect, la confiance et l'amitié mutuels qui transcendaient toute différence entre eux.

        La conception des quarts de travail et des horaires de travail sont d'autres exemples d'organisation du travail. Dans la plupart des IDC, certains problèmes socioculturels sont associés au travail posté. Il s'agit notamment de mauvaises conditions générales de vie et de logement, d'un manque de services de soutien, d'un environnement domestique bruyant et d'autres facteurs qui nécessitent la conception de programmes spéciaux de travail posté. De plus, pour les travailleuses, une journée de travail dure généralement bien plus de huit heures; il comprend non seulement le temps réel consacré au travail, mais aussi le temps consacré aux déplacements, au travail à domicile et aux soins aux enfants et aux parents âgés. Compte tenu de la culture dominante, la conception du travail posté et autre nécessite des horaires travail-repos spéciaux pour un fonctionnement efficace.

        La flexibilité des horaires de travail pour permettre des écarts culturels tels que la sieste après le déjeuner pour les travailleurs chinois et les activités religieuses pour les musulmans sont d'autres aspects culturels de l'organisation du travail. Dans la culture islamique, les gens sont tenus de s'arrêter de travailler plusieurs fois par jour pour prier et de jeûner pendant un mois chaque année du lever au coucher du soleil. Toutes ces contraintes culturelles nécessitent des considérations particulières d'organisation du travail.

        Ainsi, de nombreuses caractéristiques de conception macro-ergonomiques sont étroitement influencées par la culture. Ces caractéristiques doivent être prises en compte dans la conception des systèmes logiciels pour un fonctionnement efficace.

        Conclusion : Différences culturelles dans la conception

        Concevoir un produit ou un système utilisable n'est pas une tâche facile. Il n'existe pas de qualité absolue d'aptitude. C'est la tâche du concepteur de créer une interaction optimale et harmonieuse entre les quatre composants de base du système homme-technologie : l'utilisateur, la tâche, le système technologique et l'environnement d'exploitation. Un système peut être entièrement utilisable pour une combinaison d'utilisateur, de tâche et de conditions environnementales, mais totalement inadapté pour une autre. Un aspect de la conception qui peut grandement contribuer à l'utilisabilité de la conception, qu'il s'agisse d'un produit unique ou d'un système complexe, est la prise en compte des aspects culturels qui ont une profonde influence à la fois sur l'utilisateur et sur l'environnement d'exploitation.

        Même si un ingénieur consciencieux conçoit une interface homme-machine appropriée pour une utilisation dans un environnement donné, le concepteur est souvent incapable de prévoir les effets d'une culture différente sur l'utilisabilité du produit. Il est difficile de prévenir d'éventuels effets culturels négatifs lorsqu'un produit est utilisé dans un environnement différent de celui pour lequel il a été conçu. Et puisqu'il n'existe presque pas de données quantitatives concernant les contraintes culturelles, la seule façon pour l'ingénieur de rendre la conception compatible en ce qui concerne les facteurs culturels est d'intégrer activement la population d'utilisateurs dans le processus de conception.

        La meilleure façon de prendre en compte les aspects culturels dans la conception est pour le concepteur d'adapter une approche de conception centrée sur l'utilisateur. Il est vrai que l'approche de conception adaptée par le concepteur est le facteur essentiel qui influencera instantanément l'utilisabilité du système conçu. L'importance de ce concept de base doit être reconnue et mise en œuvre par le concepteur du produit ou du système au tout début du cycle de vie de la conception. Les principes de base de la conception centrée sur l'utilisateur peuvent ainsi être résumés comme suit (Gould et Lewis 1985 ; Shackel 1986 ; Gould et al. 1987 ; Gould 1988 ; Wang 1992) :

          1. Concentration précoce et continue sur l'utilisateur. L'utilisateur doit être un membre actif de l'équipe de conception tout au long du cycle de vie du développement du produit (c'est-à-dire la phase de préconception, de conception détaillée, de production, de vérification et d'amélioration du produit).
          2. Design intégré. Le système doit être considéré comme un tout, garantissant une approche de conception holistique. Cela signifie que tous les aspects de l'utilisabilité du système doivent être développés en parallèle par l'équipe de conception.
          3. Tests utilisateurs précoces et continus. La réaction de l'utilisateur doit être testée à l'aide de prototypes ou de simulations tout en effectuant un travail réel dans l'environnement réel, du stade de développement initial au produit final.
          4. Conception itérative. La conception, les tests et la refonte sont répétés dans des cycles réguliers jusqu'à ce que des résultats d'utilisabilité satisfaisants soient obtenus.

                 

                Dans le cas de la conception d'un produit à l'échelle mondiale, le concepteur doit tenir compte des besoins des consommateurs du monde entier. Dans un tel cas, l'accès à tous les utilisateurs et environnements d'exploitation réels peut ne pas être possible dans le but d'adopter une approche de conception centrée sur l'utilisateur. Le concepteur doit utiliser un large éventail d'informations, à la fois formelles et informelles, telles que des documents de référence de la littérature, des normes, des lignes directrices et des principes pratiques et de l'expérience pour effectuer une évaluation analytique de la conception et doit fournir une adaptabilité et une flexibilité suffisantes dans le produit. afin de répondre aux besoins d'une population d'utilisateurs plus large.

                Un autre point à considérer est le fait que les concepteurs ne peuvent jamais être omniscients. Ils ont besoin de la contribution non seulement des utilisateurs, mais également des autres parties impliquées dans le projet, y compris les gestionnaires, les techniciens et les ouvriers de réparation et d'entretien. Dans un processus participatif, les personnes impliquées doivent partager leurs connaissances et leurs expériences dans le développement d'un produit ou d'un système utilisable et accepter la responsabilité collective de sa fonctionnalité et de sa sécurité. Après tout, toutes les personnes impliquées ont quelque chose en jeu.

                 

                Noir

                Lundi, Mars 14 2011 20: 37

                Travailleurs âgés

                Le statut des travailleurs vieillissants varie en fonction de leur condition fonctionnelle, elle-même influencée par leur passé professionnel. Leur statut dépend également du poste de travail qu'ils occupent et de la situation sociale, culturelle et économique du pays dans lequel ils vivent.

                Ainsi, les travailleurs qui doivent effectuer beaucoup de travail physique sont aussi, le plus souvent, ceux qui ont eu le moins de scolarité et le moins de formation professionnelle. Ils sont soumis à des conditions de travail épuisantes, pouvant provoquer des maladies, et ils sont exposés à des risques d'accidents. Dans ce contexte, leur capacité physique est très susceptible de diminuer vers la fin de leur vie active, ce qui les rend plus vulnérables au travail.

                À l'inverse, les travailleurs qui ont bénéficié d'une scolarité longue, suivie d'une formation professionnelle les outillant pour leur travail, dans les métiers de médecine générale où ils peuvent mettre en pratique les connaissances ainsi acquises et élargir progressivement leur expérience. Souvent, ils ne travaillent pas dans les environnements professionnels les plus dangereux et leurs compétences sont reconnues et valorisées à mesure qu'ils vieillissent.

                En période d'expansion économique et de pénurie de main-d'œuvre, les travailleurs vieillissants sont reconnus comme ayant des qualités de « conscience professionnelle », de régularité dans leur travail et de capacité à maintenir leur savoir-faire. En période de récession et de chômage, on insistera davantage sur le fait que leurs performances au travail sont inférieures à celles des jeunes et sur leur plus faible capacité d'adaptation aux changements dans les techniques et l'organisation du travail.

                Selon les pays concernés, leurs traditions culturelles, leur mode et leur niveau de développement économique, la considération des travailleurs vieillissants et la solidarité avec eux seront plus ou moins évidentes, et leur protection sera plus ou moins assurée.

                Les dimensions temporelles de la relation âge/travail

                La relation entre vieillissement et travail recouvre une grande diversité de situations, qui peuvent être envisagées de deux points de vue : d'une part, le travail apparaît comme un facteur de transformation pour le travailleur tout au long de sa vie active, les transformations étant soit négatives (par exemple, usure, baisse des compétences, maladies et accidents) ou positives (par exemple, acquisition de connaissances et d'expérience) ; d'autre part, le travail révèle les changements liés à l'âge, ce qui se traduit par la marginalisation, voire l'exclusion du système productif des travailleurs âgés exposés à des exigences au travail trop importantes pour leurs capacités déclinantes, ou au contraire permet des progrès dans leur carrière professionnelle si le contenu du travail est tel qu'une grande valeur est accordée à l'expérience.

                L'avancée en âge joue donc le rôle de « vecteur » sur lequel s'inscrivent chronologiquement les événements de la vie, au travail comme en dehors. Autour de cet axe s'articulent des processus de déclin et de construction, très variables d'un travailleur à l'autre. Pour prendre en compte les problématiques du vieillissement des travailleurs dans la conception des situations de travail, il faut tenir compte à la fois des caractéristiques dynamiques des évolutions liées à l'âge et de la variabilité de ces évolutions selon les individus.

                La relation âge/travail peut être considérée à la lumière d'une triple évolution :

                1. Le travail évolue. Les techniques changent ; la mécanisation, l'automatisation, l'informatisation et les méthodes de transfert de l'information, entre autres facteurs, tendent ou tendront à se généraliser. De nouveaux produits font leur apparition, d'autres disparaissent. De nouveaux risques sont révélés ou étendus (par exemple, les rayonnements et les produits chimiques), d'autres deviennent moins importants. L'organisation du travail, la gestion de la main-d'œuvre, la répartition des tâches et les horaires de travail sont transformés. Certains secteurs de production se développent, tandis que d'autres déclinent. D'une génération à l'autre, les situations de travail rencontrées au cours de la vie active du travailleur, les exigences qu'elles formulent et les compétences qu'elles requièrent ne sont pas les mêmes.
                2. Les populations actives changent. Les structures par âge se modifient en fonction des évolutions démographiques, des modalités d'entrée ou de sortie du travail et des attitudes vis-à-vis de l'emploi. La part des femmes dans la population active continue d'évoluer. De véritables bouleversements se produisent dans le domaine de l'éducation, de la formation professionnelle et de l'accès au système de santé. Toutes ces transformations produisent à la fois des effets de génération et de période qui influencent évidemment la relation âge/travail et que l'on peut dans une certaine mesure anticiper.
                3. Enfin - un point qui mérite d'être souligné -des changements individuels sont en cours tout au long de la vie professionnelle, et l'ajustement entre les caractéristiques d'un travail particulier et celles des personnes qui l'exécutent est donc fréquemment remis en question.

                 

                Quelques processus de vieillissement organique et leur rapport au travail

                Les principales fonctions organiques impliquées dans le travail déclinent de manière observable à partir de 40 ou 50 ans, après que certaines d'entre elles se soient développées jusqu'à 20 ou 25 ans.

                On observe notamment une diminution avec l'âge de la force musculaire maximale et de l'amplitude des mouvements articulaires. La diminution de la force est de l'ordre de 15 à 20 % entre 20 et 60 ans. Mais ce n'est qu'une tendance globale, et la variabilité interindividuelle est considérable. De plus, ce sont des capacités maximales ; la baisse est bien moindre pour des sollicitations physiques plus modérées.

                Une fonction très sensible à l'âge est la régulation de la posture. Cette difficulté n'est pas très apparente pour des positions de travail courantes et stables (debout ou assis) mais elle devient évidente dans des situations de déséquilibre qui nécessitent des réglages précis, de fortes contractions musculaires ou des mouvements articulaires à angles extrêmes. Ces problèmes s'aggravent lorsque le travail doit être effectué sur des supports instables ou glissants, ou lorsque le travailleur subit un choc ou une secousse inattendue. Il en résulte que les accidents dus à la perte d'équilibre deviennent plus fréquents avec l'âge.

                La régulation du sommeil devient moins fiable à partir de 40-45 ans. Il est plus sensible aux changements d'horaires de travail (tels que le travail de nuit ou le travail posté) et aux environnements perturbateurs (par exemple, le bruit ou l'éclairage). Des changements dans la durée et la qualité du sommeil s'ensuivent.

                La thermorégulation devient également plus difficile avec l'âge, ce qui amène les seniors à rencontrer des problèmes spécifiques vis-à-vis du travail en chaleur, notamment lorsqu'il s'agit de réaliser des travaux physiquement intenses.

                Les fonctions sensorielles commencent à être atteintes très tôt, mais les déficiences qui en résultent sont rarement marquées avant 40 à 45 ans. La fonction visuelle dans son ensemble est affectée : il y a une diminution de l'amplitude de l'accommodation (qui peut être corrigée avec des verres adaptés) , ainsi que dans le champ visuel périphérique, perception de la profondeur, résistance à l'éblouissement et transmission lumineuse à travers le cristallin. Les désagréments qui en résultent ne sont perceptibles que dans des conditions particulières : en cas de faible éclairage, à proximité de sources d'éblouissement, avec des objets ou des textes de très petite taille ou mal présentés, etc.

                La baisse de la fonction auditive affecte le seuil d'audition pour les hautes fréquences (sons aigus), mais elle se manifeste surtout par une difficulté à discriminer les signaux sonores dans un environnement bruyant. Ainsi, l'intelligibilité de la parole prononcée devient plus difficile en présence de bruit ambiant ou de forte réverbération.

                Les autres fonctions sensorielles sont, en général, peu affectées à cette période de la vie.

                On constate que, d'une manière générale, la décroissance organique avec l'âge est particulièrement perceptible dans les situations extrêmes, qu'il convient de toute façon de modifier pour éviter des difficultés même aux jeunes travailleurs. De plus, les travailleurs vieillissants peuvent compenser leurs déficiences par des stratégies particulières, souvent acquises avec l'expérience, lorsque les conditions et l'organisation du travail le permettent : l'utilisation de supports supplémentaires pour les postures déséquilibrées, le levage et le port de charges de manière à réduire les efforts extrêmes , organisant le balayage visuel afin de repérer, entre autres, les informations utiles.

                Vieillissement cognitif : ralentissement et apprentissage

                En ce qui concerne les fonctions cognitives, la première chose à noter est que l'activité de travail met en jeu des mécanismes fondamentaux de réception et de traitement d'informations d'une part, et d'autre part des connaissances acquises tout au long de la vie. Ces connaissances concernent principalement le sens des objets, des signaux, des mots et des situations (savoirs « déclaratifs »), et les façons de faire (savoirs « procéduraux »).

                La mémoire à court terme nous permet de retenir, pendant quelques dizaines de secondes ou quelques minutes, des informations utiles qui ont été détectées. Le traitement de ces informations s'effectue par comparaison avec des connaissances mémorisées de façon permanente. Le vieillissement agit sur ces mécanismes de diverses manières : (1) de par l'expérience, il enrichit les connaissances, la capacité à sélectionner au mieux à la fois les connaissances utiles et le mode de traitement de celles-ci, notamment dans les tâches qui sont réalisées assez fréquemment, mais (2) le temps de traitement de ces informations est allongé du fait à la fois du vieillissement du système nerveux central et d'une mémoire à court terme plus fragile.

                Ces fonctions cognitives dépendent beaucoup de l'environnement dans lequel les travailleurs ont vécu, et donc de leur passé, de leur formation et des situations de travail auxquelles ils ont dû faire face. Les changements qui s'opèrent avec l'âge se manifestent donc par des combinaisons extrêmement variées de phénomènes de déclin et de reconstruction, dans lesquels chacun de ces deux facteurs peut être plus ou moins accentué.

                Si au cours de leur vie professionnelle les travailleurs n'ont reçu qu'une formation sommaire, et s'ils ont eu à effectuer des tâches relativement simples et répétitives, leurs connaissances seront limitées et ils auront des difficultés face à des tâches nouvelles ou peu familières. Si, de plus, ils doivent effectuer des travaux sous des contraintes de temps marquées, les modifications survenues dans leurs fonctions sensorielles et le ralentissement de leur traitement de l'information vont les handicaper. Si, en revanche, ils ont suivi une scolarité et une formation longues, et s'ils ont eu à accomplir des tâches variées, ils auront ainsi pu approfondir leurs compétences de manière à pallier les déficiences sensorielles ou cognitives liées à l'âge. largement compensée.

                On comprend alors aisément le rôle joué par la formation continue dans la situation de travail des travailleurs vieillissants. L'évolution du travail oblige de plus en plus souvent à recourir à la formation continue, mais les travailleurs âgés en bénéficient rarement. Souvent, les entreprises ne jugent pas utile de former un travailleur en fin de vie active, d'autant plus que les difficultés d'apprentissage augmentent avec l'âge. Et les travailleurs eux-mêmes hésitent à se former, craignant qu'ils n'y parviennent pas, et ne voyant pas toujours très clairement les bénéfices qu'ils pourraient en retirer.

                En effet, avec l'âge, la manière d'apprendre se modifie. Alors qu'un jeune enregistre les savoirs qui lui sont transmis, une personne plus âgée a besoin de comprendre comment ces savoirs s'organisent par rapport à ce qu'il sait déjà, quelle est sa logique et quelle est sa justification au travail. Il ou elle a aussi besoin de temps pour apprendre. Une réponse au problème de la formation des seniors est donc en premier lieu d'utiliser des méthodes pédagogiques différentes, selon l'âge, les connaissances et l'expérience de chacun, avec notamment une durée de formation plus longue pour les seniors.

                Vieillissement des hommes et des femmes au travail

                Les différences d'âge entre les hommes et les femmes se situent à deux niveaux différents. Au niveau organique, l'espérance de vie est généralement plus élevée pour les femmes que pour les hommes, mais ce qu'on appelle l'espérance de vie sans incapacité est très proche pour les deux sexes — jusqu'à 65 à 70 ans. Au-delà de cet âge, les femmes sont généralement désavantagées. De plus, la capacité physique maximale des femmes est en moyenne inférieure de 30 % à celle des hommes, et cette différence tend à persister avec l'âge, mais la variabilité dans les deux groupes est importante, avec un certain chevauchement entre les deux distributions.

                Au niveau de la carrière professionnelle, il existe de grandes différences. En moyenne, les femmes ont reçu moins de formation professionnelle que les hommes lorsqu'elles entrent dans la vie active, elles occupent le plus souvent des postes pour lesquels il faut moins de qualifications et leurs carrières professionnelles sont moins enrichissantes. Avec l'âge, ils occupent donc des postes avec des contraintes importantes, comme les contraintes de temps et la répétitivité du travail. Aucune différence sexuelle dans le développement des capacités cognitives avec l'âge ne peut être établie sans référence à ce contexte social de travail.

                Pour que la conception des situations de travail tienne compte de ces différences de genre, il faut notamment agir en faveur de la formation professionnelle initiale et continue des femmes et construire des parcours professionnels qui multiplient les expériences des femmes et les valorisent. Cette action doit donc être entreprise bien avant la fin de leur vie active.

                Vieillissement des populations actives : l'utilité des données collectives

                Il y a au moins deux raisons d'adopter des approches collectives et quantitatives du vieillissement de la population active. La première raison est que ces données seront nécessaires pour évaluer et prévoir les effets du vieillissement dans un atelier, un service, une entreprise, un secteur ou un pays. La deuxième raison est que les principales composantes du vieillissement sont elles-mêmes des phénomènes probabilistes : tous les travailleurs ne vieillissent pas de la même manière ni au même rythme. C'est donc au moyen d'outils statistiques que divers aspects du vieillissement seront parfois révélés, confirmés ou évalués.

                L'instrument le plus simple dans ce domaine est la description des structures d'âge et de leur évolution, exprimées de manière pertinente pour le travail : secteur économique, métier, groupe d'emplois, etc.

                Par exemple, lorsque l'on observe que la structure par âge d'une population en milieu de travail reste stable et jeune, on peut se demander quelles caractéristiques du travail pourraient jouer un rôle sélectif en termes d'âge. Si, au contraire, cette structure est stable et plus ancienne, le lieu de travail a pour fonction d'accueillir des personnes d'autres secteurs de l'entreprise ; les raisons de ces déplacements méritent d'être étudiées et il convient également de vérifier si le travail dans ce lieu de travail est adapté aux caractéristiques d'une main-d'œuvre vieillissante. Si, enfin, la pyramide des âges évolue régulièrement, reflétant simplement les niveaux de recrutement d'une année sur l'autre, on a probablement une situation où les gens « vieillissent sur place » ; cela nécessite parfois une étude particulière, notamment si le nombre annuel de recrutements tend à diminuer, ce qui déplacera la structure d'ensemble vers les tranches d'âge supérieures.

                Notre compréhension de ces phénomènes peut être améliorée si nous disposons de données quantitatives sur les conditions de travail, sur les postes actuellement occupés par les travailleurs et (si possible) sur les postes qu'ils n'occupent plus. Les horaires de travail, la répétitivité du travail, la nature des exigences physiques, l'environnement de travail, voire certaines composantes cognitives, peuvent faire l'objet d'interrogations (à poser aux travailleurs) ou d'évaluations (par des experts). Il est alors possible d'établir un lien entre les caractéristiques du travail actuel et du travail passé, et l'âge des travailleurs concernés, et ainsi d'élucider les mécanismes de sélection auxquels les conditions de travail peuvent donner lieu à certains âges.

                Ces enquêtes peuvent être encore améliorées en obtenant également des informations sur l'état de santé des travailleurs. Ces informations peuvent provenir d'indicateurs objectifs tels que le taux d'accidents du travail ou le taux d'absentéisme. Mais ces indicateurs nécessitent souvent une grande prudence méthodologique, car s'ils reflètent bien des états de santé pouvant être liés au travail, ils reflètent aussi la stratégie de tous les acteurs concernés par les accidents du travail et les absences pour cause de maladie : les travailleurs eux-mêmes, la direction et les médecins peuvent avoir diverses stratégies à cet égard, et rien ne garantit que ces stratégies soient indépendantes de l'âge du travailleur. Les comparaisons de ces indicateurs entre les âges sont donc souvent complexes.

                On aura donc recours, dans la mesure du possible, aux données issues de l'auto-évaluation de l'état de santé des travailleurs ou obtenues lors d'examens médicaux. Ces données peuvent concerner des maladies dont la prévalence variable avec l'âge nécessite d'être mieux connue à des fins d'anticipation et de prévention. Mais l'étude du vieillissement reposera avant tout sur l'appréciation d'états n'ayant pas atteint le stade de la maladie, comme certaines détériorations fonctionnelles : (ex. des articulations - douleurs et limitation de la vue et de l'ouïe, du système respiratoire) ou encore certaines difficultés voire incapacités (par exemple, monter une marche haute, effectuer un mouvement précis, maintenir l'équilibre dans une position inconfortable).

                La mise en relation des données concernant l'âge, le travail et la santé est donc à la fois utile et complexe. Leur utilisation permet de révéler (ou de présumer) différents types de connexions. Il peut s'agir de relations causales simples, certaines exigences du travail accélérant une sorte de déclin de l'état fonctionnel avec l'âge. Mais ce n'est pas le cas le plus fréquent. Bien souvent, nous serons amenés à apprécier simultanément l'effet d'un accumulation des contraintes sur un ensemble de caractéristiques de santé, et en même temps l'effet des mécanismes de sélection selon lesquels des travailleurs dont la santé s'est détériorée peuvent se trouver exclus de certains types de travail (ce que les épidémiologistes appellent « l'effet travailleur sain ”).

                On peut ainsi évaluer le bien-fondé de cet ensemble de relations, confirmer certaines connaissances fondamentales dans le domaine de la psychophysiologie, et surtout obtenir des informations utiles à l'élaboration de stratégies de prévention du vieillissement au travail.

                Quelques types d'actions

                Les actions à entreprendre pour maintenir dans l'emploi les travailleurs vieillissants, sans conséquences négatives pour eux, doivent suivre plusieurs axes généraux :

                1. Il ne faut pas considérer cette tranche d'âge comme une catégorie à part, mais plutôt considérer l'âge comme un facteur de diversité parmi d'autres dans la population active ; des mesures de protection trop ciblées ou trop accentuées tendent à marginaliser et fragiliser la position des populations concernées.
                2. On devrait anticiper les changements individuels et collectifs liés à l'âge, ainsi que les changements dans les techniques et l'organisation du travail. La gestion des ressources humaines ne peut s'effectuer efficacement que dans la durée, afin de préparer les aménagements appropriés des carrières professionnelles et de la formation. La conception des situations de travail peut alors tenir compte à la fois des solutions techniques et organisationnelles disponibles et des caractéristiques de la (future) population concernée.
                3. La diversité des évolutions individuelles tout au long de la vie professionnelle doit être prise en considération, afin de créer les conditions d'une diversité équivalente dans les parcours et les situations professionnelles.
                4. Il convient de s'attacher à favoriser le processus de montée en compétence et à atténuer le processus de déclin.

                 

                A partir de ces quelques principes, plusieurs types d'actions immédiates peuvent d'abord être définis. La plus haute priorité d'action concernera les conditions de travail susceptibles de poser des problèmes particulièrement aigus aux travailleurs âgés. Comme mentionné précédemment, les contraintes posturales, les efforts extrêmes, les contraintes de temps strictes (par exemple, comme le travail à la chaîne ou l'imposition d'objectifs de rendement plus élevés), les environnements nocifs (température, bruit) ou inadaptés (conditions d'éclairage), le travail de nuit et posté travail sont des exemples.

                Le repérage systématique de ces contraintes dans les postes occupés (ou susceptibles d'être) occupés par des seniors permet de dresser un état des lieux et d'établir des priorités d'action. Ce repérage peut être effectué au moyen de listes de contrôle empiriques. Sera également utile l'analyse de l'activité des travailleurs, qui permettra de relier l'observation de leur comportement aux explications qu'ils donnent de leurs difficultés. Dans ces deux cas, des mesures d'effort ou de paramètres environnementaux peuvent compléter les observations.

                Au-delà de ce repérage, l'action à mener ne peut être décrite ici, car elle sera évidemment spécifique à chaque situation de travail. L'utilisation de normes peut parfois être utile, mais peu de normes prennent en compte des aspects spécifiques du vieillissement, et chacune concerne un domaine particulier, ce qui tend à conduire à réfléchir de manière isolée sur chaque composante de l'activité étudiée.

                Au-delà des mesures immédiates, la prise en compte du vieillissement implique une réflexion à plus long terme visant à élaborer la plus grande flexibilité possible dans la conception des situations de travail.

                Cette flexibilité doit d'abord être recherchée dans la conception des situations de travail et des équipements. Espace restreint, outils non paramétrables, logiciels rigides, bref, toutes les caractéristiques de la situation qui limitent l'expression de la diversité humaine dans l'exécution de la tâche risquent fort de pénaliser une proportion considérable de travailleurs âgés. Il en va de même pour les types d'organisation les plus contraignants : une répartition des tâches totalement prédéterminée, des échéances fréquentes et urgentes, ou encore des commandes trop nombreuses ou trop strictes (celles-ci doivent bien sûr être tolérées lorsqu'il existe des exigences essentielles relatives à la qualité des production ou la sécurité d'une installation). La recherche d'une telle flexibilité est donc la recherche d'ajustements individuels et collectifs variés qui peuvent faciliter la bonne intégration des travailleurs vieillissants dans le système de production. L'une des conditions du succès de ces ajustements est évidemment la mise en place de programmes de formation professionnelle, dispensés aux travailleurs de tous âges et adaptés à leurs besoins spécifiques.

                La prise en compte du vieillissement dans la conception des situations de travail passe ainsi par une série d'actions coordonnées (diminution globale des contraintes extrêmes, utilisation de toutes les stratégies possibles d'organisation du travail, efforts continus de montée en compétence), d'autant plus efficaces et d'autant moins coûteuses lorsqu'elles sont prises sur le long terme et sont mûrement réfléchies à l'avance. Le vieillissement de la population est un phénomène suffisamment lent et prévisible pour qu'une action préventive appropriée soit parfaitement réalisable.

                 

                Noir

                Concevoir pour les personnes handicapées, c'est concevoir pour tous

                Il y a tellement de produits sur le marché qui révèlent facilement leur inaptitude pour la population générale des utilisateurs. Quelle évaluation doit-on faire d'une porte trop étroite pour accueillir confortablement une personne corpulente ou une femme enceinte ? Sa conception physique sera-t-elle défectueuse si elle satisfait à tous les tests pertinents de fonction mécanique ? Certes, de tels utilisateurs ne peuvent être considérés comme physiquement handicapés, puisqu'ils peuvent être en parfaite santé. Certains produits nécessitent une manipulation considérable avant que l'on puisse les forcer à fonctionner comme on le souhaite - certains ouvre-boîtes bon marché viennent à l'esprit, ce qui n'est pas tout à fait trivial. Pourtant, une personne en bonne santé qui peut éprouver des difficultés à utiliser de tels appareils n'a pas à être considérée comme handicapée. Un designer qui intègre avec succès les considérations d'interaction humaine avec le produit améliore l'utilité fonctionnelle de sa conception. En l'absence d'une bonne conception fonctionnelle, les personnes ayant un handicap mineur peuvent se retrouver dans une position très gênée. C'est donc l'interface utilisateur-machine qui détermine la valeur du design pour TOUTE utilisateurs.

                C'est un truisme de se rappeler que la technologie existe pour servir les êtres humains ; son utilisation est d'élargir leurs propres capacités. Pour les personnes handicapées, cet élargissement doit aller plus loin. Par exemple, dans les années 1980, une grande attention a été accordée à la conception de cuisines pour personnes handicapées. L'expérience acquise dans ce travail a pénétré les caractéristiques de conception des cuisines « normales » ; la personne handicapée dans ce sens peut être considérée comme une pionnière. Les déficiences et les incapacités d'origine professionnelle - il suffit de considérer les problèmes musculo-squelettiques et autres dont souffrent les personnes confinées à des tâches sédentaires si courantes dans le nouveau lieu de travail - exigent également des efforts de conception visant non seulement à prévenir la récurrence de telles conditions, mais à développement de technologies compatibles avec les utilisateurs et adaptées aux besoins des travailleurs déjà touchés par des troubles liés au travail.

                La personne moyenne la plus large

                Le concepteur ne doit pas se concentrer sur une petite population non représentative. Parmi certains groupes, il est très imprudent d'entretenir des hypothèses concernant les similitudes entre eux. Par exemple, un travailleur blessé d'une certaine manière à l'âge adulte n'est pas nécessairement si différent d'un point de vue anthropométrique d'une personne par ailleurs comparable et en bonne santé, et peut être considéré comme faisant partie de la moyenne générale. Un jeune enfant ainsi blessé affichera une anthropométrie considérablement différente à l'âge adulte puisque son développement musculaire et mécanique sera régulièrement et séquentiellement influencé par les stades de croissance précédents. (Aucune conclusion quant à la comparabilité à l'âge adulte ne doit être tentée en ce qui concerne les deux cas. Ils doivent être considérés comme deux groupes distincts et spécifiques, seul l'un étant inclus dans la moyenne générale.) disons, 90% de la population, on devrait déployer des efforts légèrement plus grands pour augmenter cette marge à, disons, 95%, le fait étant que de cette façon le besoin de conception pour des groupes spécifiques peut être réduit.

                Une autre façon d'aborder la conception pour la population moyenne plus large consiste à produire deux produits, chacun conçu approximativement pour s'adapter aux deux centiles extrêmes des différences humaines. Deux tailles de chaise, par exemple, pourraient être construites, l'une avec des étriers permettant de la régler en hauteur de 38 à 46 cm, et l'autre de 46 à 54 cm ; deux tailles de pinces existent déjà, l'une s'adaptant aux tailles moyennes et grandes des mains des hommes et l'autre aux mains des femmes moyennes et aux mains des hommes plus petits.

                Ce serait une politique d'entreprise bien judicieuse de réserver chaque année une modeste somme d'argent pour faire analyser et adapter les lieux de travail aux travailleurs, ce qui éviterait les maladies et les invalidités dues à une charge physique excessive. Elle augmente également la motivation des travailleurs lorsqu'ils comprennent que la direction cherche activement à améliorer leur environnement de travail, et plus encore lorsque des mesures élaborées doivent parfois être prises : analyse approfondie du travail, construction de maquettes, mesures anthropométriques, et même la conception spécifique des unités pour les travailleurs. Dans une certaine entreprise, en effet, la conclusion était que les unités devaient être repensées à chaque chantier car elles provoquaient une surcharge physique sous la forme d'une station debout excessive, il y avait des dimensions inadaptées associées aux positions assises, et il y avait aussi d'autres lacunes .

                Coûts, avantages et convivialité de la conception

                Des analyses coûts/bénéfices sont développées par des ergonomes afin d'appréhender les résultats de politiques ergonomiques autres qu'économiques. De nos jours, l'évaluation dans les domaines industriel et commercial comprend l'impact négatif ou positif d'une politique sur le travailleur.

                Les méthodes d'évaluation de la qualité et de l'utilisabilité font actuellement l'objet de recherches actives. Le modèle d'utilisabilité de la technologie de réadaptation (RTUM), comme illustré à la figure 1, peut être utilisé comme modèle pour évaluer l'utilisabilité d'un produit dans le cadre de la technologie de réadaptation et pour éclairer les différents aspects du produit qui déterminent son utilisabilité.

                Figure 1. Le modèle d'utilisabilité des technologies de réadaptation (RTUM)

                ERG300F1

                Du point de vue strictement économique, les coûts de création d'un système dans lequel une tâche donnée peut être effectuée ou dans lequel un certain produit peut être fabriqué peuvent être spécifiés ; il est à peine besoin de mentionner qu'en ces termes chaque entreprise est intéressée à un retour maximum sur son investissement. Mais comment déterminer les coûts réels de l'exécution des tâches et de la fabrication des produits par rapport à l'investissement financier lorsque l'on prend en compte les efforts variables des systèmes physiques, cognitifs et mentaux des travailleurs ? En fait, le jugement de la performance humaine elle-même est, entre autres facteurs, basé sur la perception des travailleurs de ce qui doit être fait, leur opinion sur leur propre valeur à le faire et leur opinion sur l'entreprise. C'est en effet la satisfaction intrinsèque au travail qui est la norme de valeur dans ce contexte, et cette satisfaction, jointe aux objectifs de l'entreprise, constitue sa raison de performer. Le bien-être et la performance des travailleurs reposent donc sur un large éventail d'expériences, d'associations et de perceptions qui déterminent les attitudes à l'égard du travail et la qualité ultime de la performance - une compréhension sur laquelle repose le modèle RTUM.

                Si l'on n'accepte pas ce point de vue, il devient nécessaire de ne considérer l'investissement que par rapport à des résultats douteux et indéterminés. Si les ergonomes et les médecins souhaitent améliorer l'environnement de travail des personnes handicapées, pour produire plus à partir des opérations de la machine et améliorer la convivialité des outils utilisés, ils auront des difficultés à trouver des moyens de justifier l'investissement financier. En règle générale, une telle justification a été recherchée dans les économies réalisées grâce à la prévention des blessures et des maladies dues au travail. Mais si les coûts de la maladie ont été supportés non pas par l'entreprise mais par l'État, ils deviennent financièrement invisibles, pour ainsi dire, et ne sont pas considérés comme liés au travail.

                Néanmoins, la prise de conscience que l'investissement dans un environnement de travail sain est de l'argent bien dépensé s'est accrue avec la reconnaissance que les coûts « sociaux » des incapacités se traduisent en termes de coûts ultimes pour l'économie d'un pays, et que la valeur est perdue lorsqu'un travailleur potentiel est assis à la maison sans apporter aucune contribution à la société. Investir dans un lieu de travail (en termes d'adaptation d'un poste de travail ou de fourniture d'outils spéciaux ou peut-être même d'aide à l'hygiène personnelle) peut non seulement récompenser une personne avec satisfaction au travail, mais peut aider à la rendre autonome et indépendante de l'aide sociale.

                Des analyses coûts/bénéfices peuvent être réalisées afin de déterminer si une intervention particulière sur le lieu de travail est justifiée pour les personnes handicapées. Les facteurs suivants représentent des sources de données qui feraient l'objet de telles analyses :

                1. Personnel

                • Absence. Le travailleur handicapé aura-t-il un dossier de présence satisfaisant ?
                • Est-il probable que des frais supplémentaires soient encourus pour l'instruction de tâches spéciales ?
                • Des changements de personnel sont-ils nécessaires ? Leurs coûts doivent également être pris en compte.
                • Peut-on s'attendre à ce que les taux d'indemnisation des accidents augmentent?

                 

                2. sécurité

                • L'emploi envisagé pour le travailleur handicapé impliquera-t-il des règles de sécurité ?
                • Y aura-t-il des règles de sécurité particulières ?
                • Le travail est-il caractérisé par une fréquence considérable d'accidents ou de quasi-accidents ?

                 

                3. Médical

                • En ce qui concerne le travailleur dont l'incapacité fait l'objet d'un examen en vue de sa réinsertion professionnelle, la nature et la gravité de l'incapacité doivent être appréciées.
                • L'étendue de l'absence du travailleur handicapé doit également être prise en compte.
                • Quelle est la nature et la fréquence des symptômes « mineurs » du travailleur, et comment y faire face ? Peut-on prévoir le développement futur de maladies « mineures » apparentées susceptibles d'entraver l'efficacité du travailleur ?

                 

                En ce qui concerne le temps de travail perdu, ces calculs peuvent être effectués en termes de salaires, de frais généraux, d'indemnisation et de perte de production. Le type d'analyses que nous venons de décrire représente une approche rationnelle par laquelle une organisation peut arriver à une décision éclairée quant à savoir si un travailleur handicapé est mieux loti au travail et si l'organisation elle-même bénéficiera de son retour au travail.

                Dans la discussion précédente, la conception pour la population au sens large a reçu une attention accrue en mettant l'accent sur une conception spécifique en relation avec la convivialité et les coûts et avantages d'une telle conception. Il est encore difficile de faire les calculs nécessaires, y compris tous les facteurs pertinents, mais à l'heure actuelle, les efforts de recherche se poursuivent qui intègrent des méthodes de modélisation dans leurs techniques. Dans certains pays, par exemple aux Pays-Bas et en Allemagne, la politique gouvernementale rend les entreprises plus responsables des préjudices personnels liés au travail ; des changements fondamentaux dans les politiques réglementaires et les structures d'assurance sont, à l'évidence, prévisibles à la suite de tendances de ce type. Il est déjà devenu une politique plus ou moins établie dans ces pays qu'un travailleur victime d'un accident du travail invalidant soit doté d'un poste de travail adapté ou puisse exercer un autre travail au sein de l'entreprise, politique qui a rendu le traitement des handicapés une véritable réalisation dans le traitement humain du travailleur.

                Travailleurs à capacité fonctionnelle limitée

                Que la conception soit destinée aux personnes handicapées ou à la moyenne générale, elle est entravée par la rareté des données de recherche. Les personnes handicapées n'ont fait l'objet d'aucune recherche. Par conséquent, afin de mettre en place un document d'exigences produit, ou PRD, une étude de recherche empirique spécifique devra être entreprise afin de recueillir ces données par observation et mesure.

                Lors de la collecte des informations nécessaires sur le travailleur ou l'utilisateur handicapé, il est nécessaire de considérer non seulement l'état fonctionnel actuel de la personne handicapée, mais aussi de tenter de prévoir tout changement pouvant résulter de la progression d'une affection chronique. Ce type d'information peut, en effet, être obtenu directement du travailleur ou être fourni par un médecin spécialiste.

                En concevant, par exemple, une action de travail pour laquelle des données sur la force physique du travailleur sont pertinentes, le concepteur ne choisira pas comme spécification la force maximale que la personne handicapée peut exercer, mais prendra en compte toute diminution possible de la force qu'un l'évolution de la condition du travailleur pourrait entraîner. Ainsi, le travailleur pourra continuer à utiliser les machines et outils adaptés ou conçus pour lui ou au poste de travail.

                En outre, les concepteurs doivent éviter les conceptions qui impliquent des manipulations du corps humain aux extrêmes extrêmes, par exemple, de l'amplitude de mouvement d'une partie du corps, mais doivent adapter leurs conceptions aux plages moyennes. Voici une illustration simple mais très courante de ce principe. Une partie très courante des tiroirs des armoires de cuisine et de bureau et des bureaux est une poignée qui a la forme d'une petite étagère sous laquelle on place les doigts, en exerçant une force vers le haut et vers l'avant pour ouvrir le tiroir. Cette manœuvre nécessite 180 degrés de supination (avec la paume de la main vers le haut) dans le poignet - le point maximum pour l'amplitude de ce type de mouvement du poignet. Cet état de choses peut ne présenter aucune difficulté pour une personne en bonne santé, à condition que le tiroir puisse être ouvert avec une force légère et ne soit pas mal situé, mais crée des tensions lorsque l'action du tiroir est serrée ou lorsque la supination complète à 180 degrés n'est pas possible et constitue un fardeau inutile pour une personne handicapée. Une solution simple - une poignée placée verticalement - serait mécaniquement beaucoup plus efficace et plus facilement manipulable par une plus grande partie de la population.

                Capacité de fonctionnement physique

                Dans ce qui suit, les trois principaux domaines de limitation de la capacité fonctionnelle physique, tels que définis par le système de locomotion, le système neurologique et le système énergétique, seront discutés. Les concepteurs auront un aperçu de la nature des contraintes des utilisateurs/travailleurs en considérant les principes de base suivants des fonctions corporelles.

                Le système de locomotion. Il comprend les os, les articulations, les tissus conjonctifs et les muscles. La nature de la structure articulaire détermine l'amplitude de mouvement possible. Une articulation du genou, par exemple, montre un degré de mouvement et de stabilité différent de celui de l'articulation de la hanche ou de l'épaule. Ces différentes caractéristiques articulaires déterminent les actions possibles des bras, des mains, des pieds, etc. Il existe également différents types de muscles; c'est le type de muscle, que le muscle passe sur une ou deux articulations, et la localisation du muscle qui détermine, pour une partie du corps donnée, la direction de son mouvement, sa vitesse, et la force qu'il est capable d'exercer .

                Le fait que cette direction, cette vitesse et cette force puissent être caractérisées et calculées est d'une grande importance dans la conception. Pour les personnes handicapées, il faut tenir compte du fait que les emplacements « normaux » des muscles ont été perturbés et que l'amplitude des mouvements des articulations a été modifiée. Lors d'une amputation, par exemple, un muscle peut ne fonctionner que partiellement, ou son emplacement peut avoir changé, de sorte qu'il faut examiner attentivement la capacité physique du patient pour établir quelles fonctions subsistent et dans quelle mesure elles peuvent être fiables. Une histoire de cas suit.

                Un menuisier de 40 ans a perdu son pouce et l'annulaire de sa main droite dans un accident. Dans un effort pour restaurer la capacité de travail du charpentier, un chirurgien a enlevé l'un des gros orteils du patient et il a remplacé le pouce manquant par celui-ci. Après une période de rééducation, le menuisier a repris le travail mais s'est trouvé dans l'impossibilité d'effectuer un travail soutenu pendant plus de trois à quatre heures. Ses outils ont été étudiés et jugés inadaptés à la structure « anormale » de sa main. Le spécialiste en réadaptation, examinant la main « redessinée » du point de vue de sa nouvelle capacité fonctionnelle et de sa nouvelle forme, a pu faire concevoir de nouveaux outils plus appropriés et utilisables par rapport à la main modifiée. La charge sur la main du travailleur, auparavant trop lourde, était maintenant dans une plage utilisable, et il a retrouvé sa capacité à continuer à travailler plus longtemps.

                Le système neurologique. Le système neurologique peut être comparé à une salle de contrôle très sophistiquée, complète avec des collecteurs de données, dont le but est d'initier et de gouverner ses mouvements et ses actions en interprétant les informations relatives aux aspects des composants du corps liés à la position et aux mécanismes mécaniques, chimiques et autres. États. Ce système intègre non seulement un système de rétroaction (par exemple, la douleur) qui prévoit des mesures correctives, mais une capacité de « feed-forward » qui s'exprime de manière anticipée afin de maintenir un état d'équilibre. Prenons le cas d'un travailleur qui agit par réflexe pour rétablir une posture afin de se protéger d'une chute ou d'un contact avec des pièces dangereuses de la machine.

                Chez les personnes handicapées, le traitement physiologique de l'information peut être altéré. Les mécanismes de rétroaction et d'anticipation des personnes malvoyantes sont affaiblis ou absents, et il en va de même, au niveau acoustique, chez les malentendants. De plus, les circuits de gouvernance importants sont interactifs. Les signaux sonores ont un effet sur l'équilibre d'une personne en conjonction avec des circuits proprioceptifs qui situent notre corps dans l'espace, pour ainsi dire, via des données recueillies sur les muscles et les articulations, avec l'aide supplémentaire de signaux visuels. Le cerveau peut fonctionner pour surmonter les lacunes assez importantes de ces systèmes, en corrigeant les erreurs dans le codage des informations et en "remplissant" les informations manquantes. Au-delà de certaines limites, certes, l'incapacité survient. Deux histoires de cas suivent.

                Case 1. Une femme de 36 ans a subi une lésion de la moelle épinière suite à un accident de voiture. Elle est capable de s'asseoir sans aide et peut déplacer un fauteuil roulant manuellement. Son tronc est stable. La sensation dans ses jambes a cependant disparu; ce défaut comprend une incapacité à détecter les changements de température.

                Elle a un poste de travail assis à la maison (la cuisine est conçue pour lui permettre de travailler en position assise). La mesure de sécurité a été prise d'installer un évier dans une position suffisamment isolée pour minimiser le risque de se brûler les jambes avec de l'eau chaude, car son incapacité à traiter les informations de température dans les jambes la rend vulnérable à l'ignorance d'être brûlée.

                Case 2. Un garçon de cinq ans dont le côté gauche était paralysé était baigné par sa mère. La sonnette retentit, la mère laissa le garçon seul pour se diriger vers la porte d'entrée, et le garçon, ouvrant le robinet d'eau chaude, fut brûlé. Pour des raisons de sécurité, le bain aurait dû être équipé d'un thermostat (de préférence un thermostat que le garçon n'aurait pas pu neutraliser).

                Le système énergétique. Lorsque le corps humain doit effectuer un travail physique, des changements physiologiques, notamment sous la forme d'interactions dans les cellules musculaires, ont lieu, mais de manière relativement inefficace. Le « moteur » humain ne convertit qu'environ 25 % de son apport énergétique en activité mécanique, le reste de l'énergie représentant les pertes thermiques. Le corps humain n'est donc pas particulièrement adapté aux travaux physiques pénibles. L'épuisement s'installe après un certain temps, et si un travail pénible doit être effectué, des sources d'énergie de réserve sont puisées. Ces sources d'énergie de réserve sont toujours utilisées chaque fois que le travail s'effectue très rapidement, démarre brusquement (sans période d'échauffement) ou implique un effort intense.

                L'organisme humain obtient de l'énergie de manière aérobie (via l'oxygène dans le sang) et anaérobie (après avoir épuisé l'oxygène aérobie, il fait appel à de petites mais importantes unités de réserve d'énergie stockées dans les tissus musculaires). Le besoin d'approvisionnement en air frais sur le lieu de travail attire naturellement l'attention sur l'utilisation de l'oxygène vers le côté aérobie, des conditions de travail suffisamment pénibles pour déclencher régulièrement des processus anaérobies étant extraordinairement rares dans la plupart des lieux de travail, du moins dans les pays développés. des pays. La disponibilité de l'oxygène atmosphérique, qui est si directement liée au fonctionnement aérobie humain, est fonction de plusieurs conditions :

                • Pression atmosphérique ambiante (environ 760 torr ou 21.33 kPa au niveau de la mer). La performance des tâches à haute altitude peut être profondément affectée par un manque d'oxygène et est une considération primordiale pour les travailleurs dans de telles conditions.
                • Pour les travailleurs exécutant des travaux lourds, une ventilation est nécessaire pour assurer le renouvellement de l'alimentation en air, permettant d'augmenter le volume d'air respiré par minute.
                • L'oxygène ambiant pénètre dans la circulation sanguine via les alvéoles par diffusion. À des pressions sanguines plus élevées, la surface de diffusion est agrandie et par conséquent la capacité en oxygène du sang.
                • Une augmentation de la diffusion de l'oxygène vers les tissus entraîne une augmentation de la surface de diffusion et par conséquent du taux d'oxygène.
                • Les personnes atteintes de certains problèmes cardiaques souffrent lorsque, avec l'augmentation du débit cardiaque (ainsi que le niveau d'oxygène), la circulation sanguine change en faveur des muscles.
                • Contrairement à l'oxygène, en raison des grandes réserves de glucose, et surtout de graisse, la source d'énergie ("carburant") n'a pas besoin d'être fournie en permanence de l'extérieur. Lors d'un travail pénible, c'est simplement le glucose, à haute valeur énergétique, qui est utilisé. Avec un travail plus léger, la graisse est sollicitée, à un rythme variable selon les individus. Un bref historique général du cas suit.

                Une personne souffrant d'asthme ou de bronchite, qui sont toutes deux des maladies touchant les poumons, entraîne chez le travailleur une grave limitation de son travail. L'affectation de travail de ce travailleur doit être analysée en fonction de facteurs tels que la charge physique. L'environnement doit également être analysé : un air ambiant propre contribuera considérablement au bien-être des travailleurs. De plus, la charge de travail doit être équilibrée tout au long de la journée, en évitant les pics de charge.

                Conception spécifique

                Dans certains cas, cependant, il existe encore un besoin de conception spécifique, ou de conception pour de très petits groupes. Un tel besoin apparaît lorsque les tâches à accomplir et les difficultés rencontrées par une personne handicapée sont excessivement importantes. Si les exigences spécifiques nécessaires ne peuvent pas être satisfaites avec les produits disponibles sur le marché (même avec des adaptations), une conception spécifique est la réponse. Que ce type de solution soit coûteux ou bon marché (et au-delà des questions humanitaires), il doit néanmoins être considéré à la lumière de la faisabilité et du soutien à la viabilité de l'entreprise. Un chantier adapté n'a d'intérêt économique que lorsque le travailleur handicapé peut espérer y travailler pendant des années et que le travail qu'il effectue est, en termes de production, un atout pour l'entreprise. Lorsque ce n'est pas le cas, bien que le travailleur puisse effectivement insister sur son droit à l'emploi, un sens du réalisme doit prévaloir. Ces problèmes délicats doivent être abordés dans un esprit de recherche d'une solution par des efforts coopératifs de communication.

                Les avantages d'une conception spécifique sont les suivants :

                • Le design est fait sur mesure : il s'adapte à la perfection aux problèmes à résoudre.
                • Le travailleur ainsi servi peut reprendre le travail et une vie de participation sociale.
                • Le travailleur peut être autonome, indépendant de l'aide sociale.
                • Les coûts de tout changement de personnel que l'alternative pourrait impliquer sont évités.

                 

                Les inconvénients d'une conception spécifique sont :

                • Il est peu probable que la conception soit utilisée même pour une autre personne, sans parler d'un groupe plus important.
                • La conception spécifique est souvent coûteuse.
                • Les produits spécialement conçus doivent souvent être faits à la main ; les économies dues aux méthodes de masse ne sont le plus souvent pas réalisables.

                Case 1. Par exemple, il y a le cas d'une réceptionniste en fauteuil roulant qui avait un problème d'élocution. Ses difficultés d'élocution rendaient les conversations plutôt lentes. Bien que l'entreprise soit restée petite, aucun problème ne s'est posé et elle a continué à y travailler pendant des années. Mais lorsque l'entreprise s'est agrandie, ses handicaps ont commencé à devenir problématiques. Elle devait parler plus vite et se déplacer beaucoup plus vite ; elle ne pouvait pas faire face aux nouvelles exigences. Cependant, des solutions à ses problèmes sont recherchées et se réduisent à deux alternatives : des équipements techniques spécifiques peuvent être installés pour compenser les déficiences qui dégradent la qualité de certaines de ses tâches, ou elle peut simplement choisir un ensemble de tâches impliquant un plus de charge de travail liée au bureau. Elle a choisi cette dernière filière et travaille toujours pour la même entreprise.

                Case 2. Un jeune homme, dont la profession était la production de dessins techniques, a subi une lésion de la moelle épinière de haut niveau en raison de la plongée en eaux peu profondes. Sa blessure est suffisamment grave pour qu'il ait besoin d'aide pour toutes ses activités quotidiennes. Néanmoins, à l'aide d'un logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO), il continue de pouvoir vivre du dessin technique et vit, financièrement indépendant, avec sa compagne. Son espace de travail est un bureau adapté à ses besoins et il travaille pour une firme avec laquelle il communique par ordinateur, téléphone et télécopieur. Pour faire fonctionner son ordinateur personnel, il a dû faire apporter certaines adaptations au clavier. Mais avec ces atouts techniques, il peut gagner sa vie et subvenir à ses besoins.

                L'approche pour une conception spécifique n'est pas différente des autres conceptions décrites ci-dessus. Le seul problème insurmontable qui peut survenir lors d'un projet de conception est que l'objectif de conception ne peut pas être atteint pour des raisons purement techniques - en d'autres termes, cela ne peut pas être fait. Par exemple, une personne atteinte de la maladie de Parkinson est susceptible, à un certain stade de l'évolution de son état, de tomber à la renverse. Une aide qui empêcherait une telle éventualité représenterait bien sûr la solution souhaitée, mais l'état de la technique n'est pas tel qu'un tel dispositif puisse encore être construit.

                Conception ergonomique du système et travailleurs ayant des besoins physiques particuliers

                On peut traiter une atteinte corporelle en intervenant médicalement pour restaurer la fonction endommagée, mais le traitement d'un handicap, ou d'une déficience dans la capacité à accomplir des tâches, peut impliquer des mesures beaucoup moins développées par rapport à l'expertise médicale. En ce qui concerne la nécessité de traiter un handicap, la sévérité du handicap influence fortement une telle décision. Mais étant donné qu'un traitement s'impose, les moyens suivants, pris seuls ou en combinaison, constituent les choix qui s'offrent au concepteur ou au gestionnaire :

                • laisser de côté une tâche
                • compenser la déficience d'un travailleur dans l'exécution d'un élément de tâche en utilisant une machine ou l'aide d'une autre personne
                • différenciation de l'ordre des tâches, c'est-à-dire diviser la tâche en sous-tâches plus gérables
                • modification des outils utilisés dans la tâche
                • conception spéciale d'outils et de machines.

                 

                Du point de vue ergonomique spécifique, le traitement d'un handicap comprend :

                • modification de la tâche
                • modification d'un outil
                • conception de nouveaux outils ou de nouvelles machines.

                 

                La question de l'efficacité est toujours le point de départ dans la modification d'outils ou de machines, et est souvent liée aux coûts consacrés à la modification en question, aux caractéristiques techniques à aborder et aux changements fonctionnels à concrétiser dans la nouvelle conception. . Le confort et l'esthétique sont des qualités qui ne méritent nullement d'être négligées parmi ces autres caractéristiques.

                La prochaine considération relative aux modifications de conception à apporter à un outil ou à une machine est de savoir si l'appareil est déjà conçu pour une utilisation générale (auquel cas, des modifications seront apportées à un produit préexistant) ou doit être conçu avec un individu type de handicap à l'esprit. Dans ce dernier cas, des considérations ergonomiques spécifiques doivent être consacrées à chaque aspect du handicap du travailleur. Par exemple, dans le cas d'un travailleur souffrant de limitations des fonctions cérébrales après un AVC, des déficiences telles que l'aphasie (difficulté à communiquer), un bras droit paralysé et une parésie spastique de la jambe l'empêchant de se déplacer vers le haut pourraient nécessiter les ajustements suivants :

                • un ordinateur personnel ou un autre appareil permettant au travailleur de communiquer
                • outils pouvant être actionnés avec le bras utile restant
                • un système prothétique qui servirait à restaurer la fonction du pied altéré ainsi qu'à compenser la perte de capacité de marche du patient.

                 

                Existe-t-il une réponse générale à la question de savoir comment concevoir pour le travailleur handicapé ? L'approche de conception ergonomique du système (SED) est parfaitement adaptée à cette tâche. Les recherches liées à la situation de travail ou au type de produit en cause nécessitent une équipe de conception dans le but de recueillir des informations particulières relatives soit à un groupe particulier de travailleurs handicapés, soit au cas unique d'un utilisateur individuel handicapé d'une manière particulière. L'équipe de conception, en vertu d'inclure une diversité de personnes qualifiées, sera en possession d'une expertise au-delà du type technique attendu d'un concepteur seul ; les connaissances médicales et ergonomiques partagées entre eux seront aussi pleinement applicables que les connaissances strictement techniques.

                Les contraintes de conception déterminées par l'assemblage des données relatives aux utilisateurs handicapés sont traitées avec la même objectivité et dans le même esprit d'analyse que les données homologues relatives aux utilisateurs sains. Comme pour ces derniers, il faut déterminer pour les personnes handicapées leurs schémas personnels de réponse comportementale, leurs profils anthropométriques, des données biomécaniques (comme la portée, la force, l'amplitude des mouvements, l'espace de manipulation utilisé, la charge physique, etc.), les normes ergonomiques et les règles de sécurité. Mais force est de constater que très peu de recherches sont effectivement menées en faveur des travailleurs handicapés. Il existe quelques études sur l'anthropométrie, un peu plus sur la biomécanique dans le domaine des prothèses et des orthèses, mais très peu d'études ont été menées sur les capacités physiques de charge. (Le lecteur trouvera des références à ces documents dans la liste « Autres lectures pertinentes » à la fin de ce chapitre.) Et s'il est parfois facile de rassembler et d'appliquer ces données, la tâche est assez souvent difficile, voire impossible. . Certes, il faut obtenir des données objectives, aussi ardues soient les efforts et peu probables les chances d'y parvenir, étant donné que le nombre de personnes handicapées disponibles pour la recherche est faible. Mais ils sont bien souvent plus que disposés à participer à toutes les recherches auxquelles ils ont l'opportunité de participer, car ils sont très conscients de l'importance d'une telle contribution à la conception et à la recherche dans ce domaine. Cela représente donc un investissement non seulement pour eux-mêmes mais pour la communauté plus large des personnes handicapées.

                 

                Noir

                " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                Table des matières