L'ensemble du thème de la protection des personnes doit être considéré dans le cadre des méthodes de contrôle pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Cet article présente une discussion technique détaillée des types de protection individuelle disponibles, des risques pour lesquels leur utilisation peut être indiquée et des critères de sélection des équipements de protection appropriés. Le cas échéant, les agréments, certifications et normes qui existent pour les dispositifs et équipements de protection sont résumés. Lors de l'utilisation de ces informations, il est essentiel de garder constamment à l'esprit que la protection personnelle doit être considérée comme la méthode de dernier recours dans la réduction des risques rencontrés sur le lieu de travail. Dans la hiérarchie des méthodes qui peuvent être utilisées pour contrôler les risques sur le lieu de travail, la protection individuelle n'est pas la méthode de premier choix. En fait, il ne doit être utilisé que lorsque les éventuels contrôles techniques qui réduisent le danger (par des méthodes telles que l'isolement, l'enceinte, la ventilation, la substitution ou d'autres changements de processus) et les contrôles administratifs (tels que la réduction du temps de travail à risque d'exposition ) ont été mises en œuvre dans la mesure du possible. Il existe cependant des cas où la protection individuelle est nécessaire, que ce soit dans le cadre d'un contrôle à court ou à long terme, pour réduire les risques de maladies et d'accidents du travail. Lorsqu'une telle utilisation est nécessaire, l'équipement et les dispositifs de protection individuelle doivent être utilisés dans le cadre d'un programme complet comprenant une évaluation complète des risques, la sélection et l'ajustement corrects de l'équipement, la formation et l'éducation des personnes qui utilisent l'équipement, l'entretien et la réparation maintenir l'équipement en bon état de fonctionnement et l'engagement général de la direction et des travailleurs pour le succès du programme de protection.

Éléments d'un programme de protection personnelle

La simplicité apparente de certains équipements de protection individuelle peut entraîner une sous-estimation grossière de la quantité d'efforts et de dépenses nécessaires pour utiliser efficacement cet équipement. Alors que certains appareils sont relativement simples, comme les gants et les chaussures de protection, d'autres équipements comme les respirateurs peuvent en fait être très complexes. Les facteurs qui rendent difficile l'obtention d'une protection personnelle efficace sont inhérents à toute méthode qui repose sur la modification du comportement humain pour réduire le risque, plutôt que sur la protection intégrée au processus à la source du danger. Quel que soit le type d'équipement de protection considéré, il existe un ensemble d'éléments qui doivent être inclus dans un programme de protection individuelle.

Évaluation des dangers

Si la protection individuelle doit être une réponse efficace à un problème de risque professionnel, la nature du risque lui-même et sa relation avec l'environnement de travail global doivent être parfaitement comprises. Si cela peut sembler si évident qu'il n'est guère nécessaire de le mentionner, l'apparente simplicité de nombreux dispositifs de protection peut présenter une forte tentation de raccourcir cette étape d'évaluation. Les conséquences de la fourniture de dispositifs et d'équipements de protection qui ne sont pas adaptés aux dangers et à l'environnement de travail global vont de la réticence ou du refus de porter un équipement inapproprié, à une altération des performances au travail, au risque de blessure et de décès des travailleurs. Afin d'obtenir une bonne adéquation entre le risque et la mesure de protection, il est nécessaire de connaître la composition et l'ampleur (concentration) des dangers (y compris les agents chimiques, physiques ou biologiques), la durée pendant laquelle le dispositif sera devrait fonctionner à un niveau de protection connu, et la nature de l'activité physique qui peut être effectuée pendant l'utilisation de l'équipement. Cette évaluation préliminaire des dangers est une étape essentielle du diagnostic qui doit être accomplie avant de passer au choix de la protection appropriée.

Sélection

L'étape de sélection est dictée en partie par les informations obtenues lors de l'évaluation des risques, associées aux données de performance de la mesure de protection dont l'utilisation est envisagée et au niveau d'exposition qui restera après la mise en place de la mesure de protection individuelle. En plus de ces facteurs basés sur la performance, il existe des lignes directrices et des normes de pratique dans le choix des équipements, en particulier pour la protection respiratoire. Les critères de sélection des protections respiratoires ont été formalisés dans des publications telles que Logique de décision du respirateur du National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) aux États-Unis. Le même type de logique peut être appliqué à la sélection d'autres types d'équipements et de dispositifs de protection, en fonction de la nature et de l'ampleur du danger, du degré de protection fourni par l'appareil ou l'équipement, et de la quantité ou de la concentration de l'agent dangereux qui rester et être considéré comme acceptable pendant l'utilisation des dispositifs de protection. Lors de la sélection des dispositifs et équipements de protection, il est important de reconnaître qu'ils ne sont pas destinés à réduire à néant les risques et les expositions. Les fabricants d'appareils tels que les respirateurs et les protecteurs auditifs fournissent des données sur les performances de leurs équipements, telles que les facteurs de protection et d'atténuation. En combinant trois éléments d'information essentiels, à savoir la nature et l'ampleur du danger, le degré de protection fourni et le niveau acceptable d'exposition et de risque pendant l'utilisation de la protection, l'équipement et les dispositifs peuvent être sélectionnés pour protéger adéquatement les travailleurs.

Essayage

Tout dispositif de protection doit être correctement installé s'il doit assurer le degré de protection pour lequel il a été conçu. En plus de la performance d'un dispositif de protection, un bon ajustement est également un facteur important dans l'acceptation de l'équipement et la motivation des personnes à l'utiliser réellement. Il est peu probable qu'une protection mal ajustée ou inconfortable soit utilisée comme prévu. Dans le pire des cas, des équipements mal ajustés tels que des vêtements et des gants peuvent en fait créer un danger lorsque vous travaillez autour de machines. Les fabricants d'équipements et de dispositifs de protection proposent une gamme de tailles et de conceptions de ces produits, et les travailleurs doivent bénéficier d'une protection adaptée pour accomplir l'usage auquel ils sont destinés.

Dans le cas de la protection respiratoire, des exigences spécifiques d'ajustement sont incluses dans des normes telles que les normes de protection respiratoire de l'Administration de la sécurité et de la santé au travail des États-Unis. Les principes d'ajustement adéquat s'appliquent à toute la gamme d'équipements et de dispositifs de protection, qu'ils soient ou non requis par une norme spécifique.

Formation et éducation

Étant donné que la nature des dispositifs de protection nécessite une modification du comportement humain pour isoler le travailleur de l'environnement de travail (plutôt que pour isoler la source d'un danger de l'environnement), les programmes de protection individuelle ont peu de chances de réussir à moins qu'ils n'incluent une éducation et une formation complètes des travailleurs. Par comparaison, un système (tel qu'une ventilation par aspiration locale) qui contrôle l'exposition à la source peut fonctionner efficacement sans intervention directe des travailleurs. La protection personnelle, cependant, exige la pleine participation et l'engagement des personnes qui l'utilisent et de la direction qui la fournit.

Les responsables de la gestion et du fonctionnement d'un programme de protection individuelle doivent être formés à la sélection de l'équipement approprié, à s'assurer qu'il est correctement adapté aux personnes qui l'utilisent, à la nature des risques contre lesquels l'équipement est destiné à protéger , et les conséquences d'une mauvaise performance ou d'une défaillance de l'équipement. Ils doivent également savoir comment réparer, entretenir et nettoyer l'équipement, ainsi que reconnaître les dommages et l'usure qui se produisent lors de son utilisation.

Les personnes qui utilisent des équipements et des dispositifs de protection doivent comprendre la nécessité de la protection, les raisons pour lesquelles elle est utilisée à la place (ou en plus) d'autres méthodes de contrôle, et les avantages qu'elles retireront de son utilisation. Les conséquences d'une exposition non protégée doivent être clairement expliquées, ainsi que les moyens par lesquels les utilisateurs peuvent reconnaître que l'équipement ne fonctionne pas correctement. Les utilisateurs doivent être formés aux méthodes d'inspection, d'ajustement, de port, d'entretien et de nettoyage des équipements de protection, et ils doivent également être conscients des limites de l'équipement, en particulier dans les situations d'urgence.

Entretien et réparation

Les coûts d'entretien et de réparation des équipements doivent être évalués de manière complète et réaliste lors de la conception de tout programme de protection individuelle. Les dispositifs de protection sont sujets à une dégradation progressive des performances lors d'une utilisation normale, ainsi qu'à des défaillances catastrophiques dans des conditions extrêmes telles que les urgences. En examinant les coûts et les avantages de l'utilisation de la protection individuelle comme moyen de contrôle des risques, il est très important de reconnaître que les coûts de lancement d'un programme ne représentent qu'une fraction des dépenses totales de fonctionnement du programme au fil du temps. L'entretien, la réparation et le remplacement de l'équipement doivent être considérés comme des coûts fixes de fonctionnement d'un programme, car ils sont essentiels au maintien de l'efficacité de la protection. Ces considérations de programme devraient inclure des décisions de base telles que l'utilisation de dispositifs de protection à usage unique (jetables) ou réutilisables, et dans le cas de dispositifs réutilisables, la durée de service qui peut être attendue avant le remplacement doit être raisonnablement estimée. Ces décisions peuvent être très clairement définies, comme dans les cas où les gants ou les respirateurs ne sont utilisables qu'une seule fois et sont jetés, mais dans de nombreux cas, un jugement prudent doit être porté quant à l'efficacité de la réutilisation des combinaisons de protection ou des gants qui ont été contaminés par une utilisation antérieure. . La décision de jeter un dispositif de protection coûteux plutôt que de risquer l'exposition des travailleurs en raison d'une protection dégradée ou de la contamination du dispositif de protection lui-même doit être prise avec beaucoup de prudence. Les programmes d'entretien et de réparation de l'équipement doivent être conçus pour inclure des mécanismes de prise de décisions comme ceux-ci.

Résumé

L'équipement et les dispositifs de protection sont des éléments essentiels d'une stratégie de contrôle des risques. Ils peuvent être utilisés efficacement, à condition que leur place dans la hiérarchie des contrôles soit reconnue. L'utilisation d'équipements et de dispositifs de protection doit être soutenue par un programme de protection individuelle, qui garantit que la protection fonctionne réellement comme prévu dans les conditions d'utilisation, et que les personnes qui doivent la porter peuvent l'utiliser efficacement dans leurs activités professionnelles.

 

Noir

Jeudi, Mars 17 2011 15: 51

Protections des yeux et du visage

La protection des yeux et du visage comprend les lunettes de sécurité, les lunettes de sécurité, les écrans faciaux et les articles similaires utilisés pour se protéger contre les particules volantes et les corps étrangers, les produits chimiques corrosifs, les fumées, les lasers et les radiations. Souvent, l'ensemble du visage peut nécessiter une protection contre les radiations ou les risques mécaniques, thermiques ou chimiques. Parfois, un écran facial peut également être suffisant pour protéger les yeux, mais souvent une protection oculaire spécifique est nécessaire, soit séparément, soit en complément de la protection faciale.

Un large éventail de professions nécessite des protecteurs oculaires et faciaux : les risques comprennent les particules volantes, les fumées ou les solides, liquides ou vapeurs corrosifs lors du polissage, du meulage, de la coupe, du sablage, du broyage, de la galvanisation ou de diverses opérations chimiques ; contre la lumière intense comme dans les opérations au laser ; et contre le rayonnement ultraviolet ou infrarouge dans les opérations de soudage ou de four. Parmi les nombreux types de protections oculaires et faciales disponibles, il existe un type adapté à chaque danger. La protection de tout le visage est privilégiée pour certains risques graves. Au besoin, des protecteurs faciaux et des écrans faciaux de type cagoule ou casque sont utilisés. Des lunettes ou des lunettes peuvent être utilisées pour une protection oculaire spécifique.

Les deux problèmes fondamentaux liés au port de protecteurs oculaires et faciaux sont (1) comment fournir une protection efficace qui est acceptable pour un port pendant de longues heures de travail sans inconfort excessif, et (2) l'impopularité de la protection oculaire et faciale en raison de la restriction de la vision. La vision périphérique du porteur est limitée par les cadres latéraux ; le pont nasal peut perturber la vision binoculaire ; et la buée est un problème constant. En particulier dans les climats chauds ou lors de travaux à haute température, les revêtements supplémentaires du visage peuvent devenir intolérables et peuvent être jetés. Les opérations intermittentes à court terme créent également des problèmes car les travailleurs peuvent être oublieux et peu enclins à utiliser une protection. Il faut toujours accorder la priorité à l'amélioration du milieu de travail plutôt qu'à l'éventuel besoin de protection individuelle. Avant ou en conjonction avec l'utilisation d'une protection oculaire et faciale, il faut veiller à protéger les machines et les outils (y compris les protections interverrouillables), l'élimination des fumées et de la poussière par une ventilation par aspiration, le blindage des sources de chaleur ou de rayonnement et le blindage des points à partir desquels des particules peuvent être éjectées, telles que des meuleuses abrasives ou des tours. Lorsque les yeux et le visage peuvent être protégés par l'utilisation d'écrans transparents ou de cloisons de taille et de qualité appropriées, par exemple, ces alternatives sont à préférer à l'utilisation de protections oculaires individuelles.

Il existe six types de base de protection des yeux et du visage :

    1. type lunettes, avec ou sans protections latérales (figure 1)
    2. type d'œilleton (lunettes) (figure 2)
    3. type d'écran facial, couvrant les orbites et la partie centrale du visage (figure 3)
    4. type casque avec blindage de tout l'avant du visage (figure 4)
    5. type de bouclier portatif (voir figure 4)
    6. type de cagoule, y compris le type de casque de plongeur couvrant complètement la tête (voir figure 4)

    Figure 1. Types courants de lunettes de protection oculaire avec ou sans protection latérale

    PPE020F1

    Figure 2. Exemples de protecteurs oculaires de type lunettes

    PPE020F2.

    Figure 3. Protecteurs de type écran facial pour travail à chaud

    PPE020F3

    Figure 4. Protecteurs pour soudeurs

    PPE020F4

    Il existe des lunettes qui peuvent être portées par-dessus des lunettes correctrices. Il est souvent préférable que les verres durcis de ces lunettes soient montés sous la direction d'un spécialiste en ophtalmologie.

    Protection contre les dangers spécifiques

    Blessures traumatiques et chimiques. Des écrans faciaux ou des protecteurs oculaires sont utilisés contre le vol
    particules, fumées, poussières et dangers chimiques. Les types courants sont les lunettes (souvent avec des écrans latéraux), les lunettes de protection, les écrans oculaires en plastique et les écrans faciaux. Le type de casque est utilisé lorsque des risques de blessures sont attendus de différentes directions. Le type cagoule et le type casque de plongeur sont utilisés pour le sablage et le grenaillage. Des plastiques transparents de différentes sortes, du verre trempé ou un grillage peuvent être utilisés pour la protection contre certains corps étrangers. Des lunettes à œilleton avec des verres en plastique ou en verre ou des écrans oculaires en plastique ainsi qu'un écran de type casque de plongée ou des écrans faciaux en plastique sont utilisés pour la protection contre les produits chimiques.

    Les matériaux couramment utilisés comprennent les polycarbonates, les résines acryliques ou les plastiques à base de fibres. Les polycarbonates sont efficaces contre les chocs mais peuvent ne pas convenir contre les produits corrosifs. Les protecteurs en acrylique sont plus faibles contre les chocs mais conviennent à la protection contre les risques chimiques. Les plastiques à base de fibres ont l'avantage d'ajouter un revêtement anti-buée. Ce revêtement anti-buée évite également les effets électrostatiques. Ainsi, de tels protecteurs en plastique peuvent être utilisés non seulement dans les travaux physiquement légers ou la manipulation de produits chimiques, mais également dans les travaux modernes en salle blanche.

    Radiation thermique. Les écrans faciaux ou protecteurs oculaires contre le rayonnement infrarouge sont principalement utilisés dans les opérations de four et autres travaux à chaud impliquant une exposition à des sources de rayonnement à haute température. Une protection est généralement nécessaire en même temps contre les étincelles ou les projections d'objets chauds. Les protecteurs faciaux de type casque et de type écran facial sont principalement utilisés. Divers matériaux sont utilisés, y compris des treillis métalliques, des plaques d'aluminium perforées ou des plaques métalliques similaires, des écrans en plastique aluminisé ou des écrans en plastique avec des revêtements en couche d'or. Un écran facial en treillis métallique peut réduire le rayonnement thermique de 30 à 50 %. Les boucliers en plastique aluminisé offrent une bonne protection contre la chaleur rayonnante. Quelques exemples d'écrans faciaux contre le rayonnement thermique sont donnés à la figure 1.

    Soudage. Des lunettes, des casques ou des écrans protecteurs offrant une protection oculaire maximale pour chaque procédé de soudage et de coupage doivent être portés par les opérateurs, les soudeurs et leurs aides. Une protection efficace est nécessaire non seulement contre la lumière intense et les radiations mais aussi contre les impacts sur le visage, la tête et le cou. Les protecteurs en plastique renforcé de fibre de verre ou en nylon sont efficaces mais assez chers. Les fibres vulcanisées sont couramment utilisées comme matériau de blindage. Comme le montre la figure 4, les protecteurs de type casque et les écrans portatifs sont utilisés pour protéger les yeux et le visage en même temps. Les exigences relatives aux lentilles filtrantes correctes à utiliser dans diverses opérations de soudage et de coupage sont décrites ci-dessous.

    Larges bandes spectrales. Les procédés ou les fours de soudage et de coupage émettent des radiations dans les bandes ultraviolettes, visibles et infrarouges du spectre, qui sont toutes capables de produire des effets nocifs sur les yeux. Des protecteurs de type lunettes ou de type lunettes-masques similaires à ceux illustrés aux figures 1 et 2 ainsi que des protecteurs de soudeur tels que ceux illustrés à la figure 4 peuvent être utilisés. Dans les opérations de soudage, on utilise généralement des protections de type casque et des protecteurs de type bouclier pour les mains, parfois en conjonction avec des lunettes ou des masques. Il convient de noter que la protection est également nécessaire pour l'assistant du soudeur.

    La transmission et les tolérances de transmission de différentes teintes de verres filtrants et de plaques filtrantes de protection oculaire contre la lumière à haute intensité sont indiquées dans le tableau 1. Des guides pour sélectionner les verres filtrants corrects en termes d'échelles de protection sont donnés dans les tableaux 2 à 6) .

     


    Tableau 1. Exigences de transmission (ISO 4850-1979)

     

     

    Numéro d'échelle

    Transmission maximale

    dans le spectre ultraviolet t (),%

    Transmission lumineuse ( ),%

    Transmission moyenne maximale

    dans le spectre infrarouge , %

     

    313 nm

    365 nm

    maximales

    minimum

    Proche IR

    1,300 780 à XNUMX nm,

    Milieu. IR

    2,000 1,300 à XNUMX XNUMX nm ,

    1.2

    1.4

    1.7

    2.0

    2.5

    3

    4

    5

    6

    7

    8

    9

    10

    11

    12

    13

    14

    15

    16

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    0,0003

    Valeur inférieure ou égale à la transmission autorisée pour 365 nm

    50

    35

    22

    14

    6,4

    2,8

    0,95

    0,30

    0,10

    0,037

    0,013

    0,0045

    0,0016

    0,00060

    0,00020

    0,000076

    0,000027

    0,0000094

    0,0000034

    100

    74,4

    58,1

    43,2

    29,1

    17,8

    8,5

    3,2

    1,2

    0,44

    0,16

    0,061

    0,023

    0,0085

    0,0032

    0,0012

    0,00044

    0,00016

    0,000061

    74,4

    58,1

    43,2

    29,1

    17,8

    8,5

    3,2

    1,2

    0,44

    0,16

    0,061

    0,023

    0,0085

    0,0032

    0,0012

    0,00044

    0,00016

    0,000061

    0,000029

    37

    33

    26

    21

    15

    12

    6,4

    3,2

    1,7

    0,81

    0,43

    0,20

    0,10

    0,050

    0,027

    0,014

    0,007

    0,003

    0,003

    37

    33

    26

    13

    9,6

    8,5

    5,4

    3,2

    1,9

    1,2

    0,68

    0,39

    0,25

    0,15

    0,096

    0,060

    0,04

    0,02

    0,02

    Extrait de la norme ISO 4850:1979 et reproduit avec l'autorisation de l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Ces normes peuvent être obtenues auprès de tout membre de l'ISO ou auprès du Secrétariat central de l'ISO, Case postale 56, 1211 Genève 20, Suisse. Le droit d'auteur appartient à l'ISO.


     

    Tableau 2. Échelles de protection à utiliser pour le soudage au gaz et le soudo-brasage

    Travaux à réaliser1

    l = débit d'acétylène, en litres par heure

     

    70 £

    70 l 200 £

    200 l 800 £

    l > 800

    Soudage et soudo-brasage
    de métaux lourds

    4

    5

    6

    7

    Soudage avec émission
    flux (notamment alliages légers)

    4a

    5a

    6a

    7a

    1 Selon les conditions d'utilisation, l'échelle immédiatement supérieure ou inférieure peut être utilisée.

    Extrait de la norme ISO 4850:1979 et reproduit avec l'autorisation de l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Ces normes peuvent être obtenues auprès de tout membre de l'ISO ou auprès du Secrétariat central de l'ISO, Case postale 56, 1211 Genève 20, Suisse. Le droit d'auteur appartient à l'ISO.


     

    Tableau 3. Échelles de protection à utiliser pour l'oxycoupage

    Travaux à réaliser1

    Débit d'oxygène, en litres par heure

     

    Entre 900 et 2,000

    Entre 2,000 et 4,000

    Entre 4,000 et 8,000

    Oxycoupage

    5

    6

    7

    1 Selon les conditions d'utilisation, l'échelle immédiatement supérieure ou inférieure peut être utilisée.

    REMARQUE : 900 à 2,000 2,000 et 8,000 1 à 1.5 2 litres d'oxygène par heure, correspondent assez bien à l'utilisation de buses de coupe de diamètres respectifs de XNUMX à XNUMX et XNUMX mm.

    Extrait de la norme ISO 4850:1979 et reproduit avec l'autorisation de l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Ces normes peuvent être obtenues auprès de tout membre de l'ISO ou auprès du Secrétariat central de l'ISO, Case postale 56, 1211 Genève 20, Suisse. Le droit d'auteur appartient à l'ISO.


     

    Tableau 4. Échelles de protection à utiliser pour le coupage plasma

    Travaux à réaliser1

    l = Courant, en ampères

     

    150 £

    150 l 250 £

    250 l 400 £

    Découpe thermique

    11

    12

    13

    1 Selon les conditions d'utilisation, l'échelle immédiatement supérieure ou inférieure peut être utilisée.

    Extrait de la norme ISO 4850:1979 et reproduit avec l'autorisation de l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Ces normes peuvent être obtenues auprès de tout membre de l'ISO ou auprès du Secrétariat central de l'ISO, Case postale 56, 1211 Genève 20, Suisse. Le droit d'auteur appartient à l'ISO.


     

    Tableau 5. Échelles de protection à utiliser pour le soudage ou le gougeage à l'arc électrique

    1 Selon les conditions d'utilisation, l'échelle immédiatement supérieure ou inférieure peut être utilisée.

    2 L'expression « métaux lourds » s'applique aux aciers, aciers alliés, cuivre et ses alliages, etc.

    REMARQUE : Les zones colorées correspondent aux gammes où les opérations de soudage ne sont généralement pas utilisées dans la pratique courante du soudage manuel.

    Extrait de la norme ISO 4850:1979 et reproduit avec l'autorisation de l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Ces normes peuvent être obtenues auprès de tout membre de l'ISO ou auprès du Secrétariat central de l'ISO, Case postale 56, 1211 Genève 20, Suisse. Le droit d'auteur appartient à l'ISO.


     

    Tableau 6. Échelles de protection à utiliser pour le soudage plasma à l'arc direct

    1 Selon les conditions d'utilisation, l'échelle immédiatement supérieure ou inférieure peut être utilisée.

    Les zones colorées correspondent aux gammes où les opérations de soudage ne sont généralement pas utilisées dans la pratique courante du soudage manuel.

    Extrait de la norme ISO 4850:1979 et reproduit avec l'autorisation de l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Ces normes peuvent être obtenues auprès de tout membre de l'ISO ou auprès du Secrétariat central de l'ISO, Case postale 56, 1211 Genève 20, Suisse. Le droit d'auteur appartient à l'ISO.


     

    Un nouveau développement est l'utilisation de plaques filtrantes constituées de surfaces cristallines soudées qui augmentent leur teinte protectrice dès le début de l'arc de soudage. Le temps pour cette augmentation de teinte presque instantanée peut être aussi court que 0.1 ms. La bonne visibilité à travers les plaques en situation de non-soudage peut favoriser leur utilisation.

    Rayons lasers. Aucun type de filtre n'offre une protection contre toutes les longueurs d'onde laser. Différents types de lasers varient en longueur d'onde, et il existe des lasers qui produisent des faisceaux de différentes longueurs d'onde ou ceux dont les faisceaux changent de longueur d'onde en passant par des systèmes optiques. Par conséquent, les entreprises utilisant le laser ne devraient pas dépendre uniquement des protecteurs laser pour protéger les yeux d'un employé contre les brûlures au laser. Néanmoins, les opérateurs laser ont souvent besoin de protection oculaire. Des lunettes et des lunettes sont disponibles ; elles ont des formes similaires à celles illustrées dans les figures 1 et 2. Chaque type de lunettes a une atténuation maximale à une longueur d'onde laser spécifique. La protection tombe rapidement à d'autres longueurs d'onde. Il est essentiel de choisir les bonnes lunettes adaptées au type de laser, à sa longueur d'onde et à sa densité optique. Les lunettes doivent fournir une protection contre les reflets et les lumières diffusées et les plus grandes précautions sont nécessaires pour prévoir et éviter l'exposition aux rayonnements nocifs.

    Avec l'utilisation de protecteurs oculaires et faciaux, une attention particulière doit être accordée à un plus grand confort et à une plus grande efficacité. Il est important que les protecteurs soient montés et réglés par une personne ayant reçu une formation à cette tâche. Chaque travailleur devrait avoir l'usage exclusif de son propre protecteur, tandis que des dispositions communes pour le nettoyage et le désembuage peuvent très bien être prises dans les grands travaux. Le confort est particulièrement important dans les protecteurs de type casque et cagoule car ils peuvent devenir presque intolérablement chauds pendant l'utilisation. Des conduites d'air peuvent être installées pour éviter cela. Lorsque les risques du processus de travail le permettent, un choix personnel entre différents types de protection est psychologiquement souhaitable.

    Les protecteurs doivent être examinés régulièrement pour s'assurer qu'ils sont en bon état. Il faut veiller à ce qu'ils offrent une protection adéquate à tout moment, même avec l'utilisation d'appareils de vision correctrice.

     

    Noir

    Jeudi, Mars 17 2011 16: 05

    Protection des pieds et des jambes

    Les blessures aux pieds et aux jambes sont courantes dans de nombreuses industries. La chute d'un objet lourd peut blesser le pied, en particulier les orteils, dans n'importe quel lieu de travail, en particulier chez les travailleurs des industries plus lourdes telles que l'exploitation minière, la fabrication de métaux, l'ingénierie et les travaux de construction. Les brûlures des membres inférieurs dues aux métaux en fusion, aux étincelles ou aux produits chimiques corrosifs sont fréquentes dans les fonderies, les aciéries, les usines chimiques, etc. La dermatite ou l'eczéma peut être causé par une variété d'agents acides, alcalins et de nombreux autres agents. Le pied peut également subir des blessures physiques en le frappant contre un objet ou en marchant sur des saillies pointues comme cela peut se produire dans l'industrie de la construction.

    Les améliorations apportées à l'environnement de travail ont rendu moins courantes les simples perforations et lacérations du pied du travailleur causées par des clous de sol saillants et d'autres dangers pointus, mais des accidents liés au travail sur des sols humides ou mouillés se produisent encore, en particulier lorsque des chaussures inadaptées sont portées.

    Types de protection.

    Le type de protection des pieds et des jambes doit être lié au risque. Dans certaines industries légères, il peut suffire que les travailleurs portent des chaussures ordinaires bien faites. Beaucoup de femmes, par exemple, porteront des chaussures confortables, comme des sandales ou de vieilles pantoufles, ou des chaussures avec des talons très hauts ou usés. Cette pratique est à déconseiller car de telles chaussures peuvent provoquer un accident.

    Parfois, une chaussure de protection ou un sabot est suffisant, et parfois une botte ou des leggings seront nécessaires (voir figure 1, figure 2 et figure 3). La hauteur à laquelle la chaussure couvre la cheville, le genou ou la cuisse dépend du danger, bien que le confort et la mobilité devront également être pris en compte. Ainsi, les chaussures et les guêtres peuvent dans certaines circonstances être préférables aux bottes hautes.

    Figure 1. Chaussures de sécurité

    PPE030F1

    Figure 2. Bottes de protection contre la chaleur

    PPE030F2

    Figure 3. Baskets de sécurité

    PPE030F3

    Les chaussures et bottes de protection peuvent être en cuir, en caoutchouc, en caoutchouc synthétique ou en plastique et peuvent être fabriquées par couture, vulcanisation ou moulage. Étant donné que les orteils sont les plus vulnérables aux blessures par impact, un embout en acier est la caractéristique essentielle des chaussures de protection partout où de tels risques existent. Pour plus de confort, l'embout doit être raisonnablement fin et léger, et l'acier à outils au carbone est donc utilisé à cette fin. Ces embouts de sécurité peuvent être incorporés dans de nombreux types de bottes et de chaussures. Dans certains métiers où la chute d'objets présente un risque particulier, des protège-cou-de-pied métalliques peuvent être montés sur des chaussures de protection.

    Des semelles extérieures en caoutchouc ou en synthétique avec différents motifs de bande de roulement sont utilisées pour minimiser ou prévenir le risque de glissade : ceci est particulièrement important lorsque les sols sont susceptibles d'être humides ou glissants. Le matériau de la semelle semble avoir plus d'importance que le motif de la bande de roulement et devrait avoir un coefficient de frottement élevé. Des semelles renforcées et increvables sont nécessaires dans des endroits tels que les chantiers de construction; des semelles métalliques peuvent également être insérées dans divers types de chaussures dépourvues de cette protection.

    En cas de danger électrique, les chaussures doivent être entièrement cousues ou collées, ou directement vulcanisées afin d'éviter d'avoir recours à des clous ou à toute autre attache conductrice d'électricité. Lorsque de l'électricité statique peut être présente, les chaussures de protection doivent avoir des semelles extérieures en caoutchouc conducteur d'électricité pour permettre à l'électricité statique de s'échapper du bas des chaussures.

    Les chaussures à double usage sont désormais d'usage courant : il s'agit de chaussures ou de bottes qui possèdent à la fois les propriétés anti-électrostatiques mentionnées ci-dessus et la capacité de protéger le porteur contre les chocs électriques lorsqu'il est en contact avec une source électrique à basse tension. Dans ce dernier cas, la résistance électrique entre la semelle intérieure et la semelle extérieure doit être contrôlée afin d'assurer cette protection entre une plage de tension donnée.

    Dans le passé, « la sécurité et la durabilité » étaient les seules considérations. Désormais, le confort des travailleurs a également été pris en compte, si bien que la légèreté, le confort et même l'esthétique des chaussures de protection sont des qualités recherchées. La « sneaker de sécurité » est un exemple de ce type de chaussures. Le design et la couleur peuvent jouer un rôle dans l'utilisation des chaussures comme emblème de l'identité d'entreprise, une question qui reçoit une attention particulière dans des pays comme le Japon, pour n'en citer qu'un.

    Les bottes en caoutchouc synthétique offrent une protection utile contre les blessures chimiques : le matériau ne doit pas présenter plus de 10 % de réduction de sa résistance à la traction ou de son allongement après immersion dans une solution à 20 % d'acide chlorhydrique pendant 48 heures à température ambiante.

    Surtout dans les environnements où les métaux en fusion ou les brûlures chimiques constituent un danger majeur, il est important que les chaussures ou les bottes soient sans languettes et que les attaches soient tirées sur le dessus de la botte et non rentrées à l'intérieur.

    Des guêtres, des guêtres ou des jambières en caoutchouc ou métalliques peuvent être utilisées pour protéger la jambe au-dessus de la ligne de chaussure, notamment contre les risques de brûlures. Des genouillères de protection peuvent être nécessaires, en particulier lorsque le travail implique de s'agenouiller, par exemple dans certains moulages de fonderie. Des chaussures, des bottes ou des leggings aluminisés anti-chaleur seront nécessaires à proximité des sources de chaleur intense.

    Utilisation et maintenance

    Toutes les chaussures de protection doivent rester propres et sèches lorsqu'elles ne sont pas utilisées et doivent être remplacées dès que nécessaire. Dans les endroits où les mêmes bottes en caoutchouc sont utilisées par plusieurs personnes, des dispositions régulières de désinfection entre chaque utilisation doivent être prises pour éviter la propagation des infections des pieds. Il existe un danger de mycose du pied qui découle de l'utilisation de types de bottes ou de chaussures trop serrées et trop lourdes.

    Le succès de toute chaussure de protection dépend de son acceptabilité, une réalité qui est maintenant largement reconnue dans l'attention beaucoup plus grande qui est maintenant accordée au style. Le confort est une condition sine qua non et les chaussures doivent être aussi légères que compatibles avec leur destination : les chaussures pesant plus de deux kilogrammes par paire doivent être évitées.

    Parfois, la protection des pieds et des jambes doit être fournie par les employeurs en vertu de la loi. Lorsque les employeurs sont intéressés par des programmes progressifs et pas seulement par le respect des obligations légales, les entreprises concernées trouvent souvent très efficace de fournir un arrangement pour un achat facile sur le lieu de travail. Et si des vêtements de protection peuvent être proposés au prix de gros, ou si des dispositions pour des conditions de paiement prolongées pratiques sont mises à disposition, les travailleurs peuvent être plus disposés et capables d'acheter et d'utiliser un meilleur équipement. De cette façon, le type de protection obtenu et porté peut être mieux contrôlé. Cependant, de nombreuses conventions et réglementations considèrent que la fourniture aux travailleurs de vêtements de travail et d'équipements de protection est une obligation de l'employeur.

     

    Noir

    Jeudi, Mars 17 2011 16: 09

    Protection de la tête

    Blessures à la tête

    Les traumatismes crâniens sont assez fréquents dans l'industrie et représentent 3 à 6 % de l'ensemble des accidents du travail dans les pays industrialisés. Elles sont souvent sévères et entraînent en moyenne un arrêt de travail d'environ trois semaines. Les blessures subies résultent généralement de coups causés par l'impact d'objets anguleux tels que des outils ou des boulons tombant d'une hauteur de plusieurs mètres ; dans d'autres cas, les travailleurs peuvent se cogner la tête en tombant sur le sol ou subir une collision entre un objet fixe et leur tête.

    Plusieurs types de blessures ont été enregistrés :

    • perforation du crâne résultant de l'application d'une force excessive sur une zone très localisée, comme par exemple en cas de contact direct avec un objet pointu ou tranchant
    • fracture du crâne ou des vertèbres cervicales survenant lorsqu'une force excessive est appliquée sur une plus grande surface, sollicitant le crâne au-delà des limites de son élasticité ou comprimant la partie cervicale de la colonne vertébrale
    • lésions cérébrales sans fracture du crâne résultant d'un déplacement brutal du cerveau à l'intérieur du crâne, pouvant entraîner une contusion, une commotion cérébrale, une hémorragie cérébrale ou des problèmes circulatoires.

     

    Comprendre les paramètres physiques qui expliquent ces différents types de blessures est difficile, bien que d'une importance fondamentale, et il existe un désaccord considérable dans la littérature abondante publiée sur ce sujet. Certains spécialistes considèrent que la force mise en jeu est le facteur principal à considérer, tandis que d'autres prétendent qu'il s'agit d'une question d'énergie, ou de quantité de mouvement ; d'autres avis associent la lésion cérébrale à l'accélération, au taux d'accélération ou à un indice de choc spécifique tel que HIC, GSI, WSTC. Dans la plupart des cas, chacun de ces facteurs est susceptible d'être plus ou moins impliqué. On peut en conclure que notre connaissance des mécanismes des chocs à la tête n'est encore que partielle et controversée. La tolérance aux chocs de la tête est déterminée par expérimentation sur des cadavres ou sur des animaux, et il n'est pas aisé d'extrapoler ces valeurs à un sujet humain vivant.

    Cependant, sur la base des résultats d'analyses d'accidents subis par des ouvriers du bâtiment portant des casques de sécurité, il semble que les traumatismes crâniens dus à des chocs surviennent lorsque la quantité d'énergie impliquée dans le choc dépasse environ 100 J.

    D'autres types de blessures sont moins fréquentes mais ne doivent pas être négligées. Il s'agit notamment de brûlures résultant d'éclaboussures de liquides chauds ou corrosifs ou de matières en fusion, ou de chocs électriques résultant d'un contact accidentel de la tête avec des parties conductrices exposées.

    Casques de sécurité

    Le but principal d'un casque de sécurité est de protéger la tête du porteur contre les dangers, les chocs mécaniques. Il peut en outre assurer une protection contre d'autres par exemple, mécaniques, thermiques et électriques.

    Un casque de sécurité doit répondre aux exigences suivantes afin de réduire les effets nocifs des chocs à la tête :

    1. Il doit limiter la pression appliquée sur le crâne en répartissant la charge sur la plus grande surface possible. Ceci est réalisé en fournissant un harnais suffisamment grand qui correspond étroitement aux différentes formes de crâne, ainsi qu'une coque dure suffisamment solide pour empêcher la tête d'entrer en contact direct avec des objets qui tombent accidentellement et pour fournir une protection si la tête du porteur devait heurter une surface dure ( Figure 1). La coque doit donc résister à la déformation et à la perforation.
    2. Il doit dévier les objets qui tombent en ayant une forme convenablement lisse et arrondie. Un casque avec des arêtes saillantes a tendance à arrêter les objets qui tombent plutôt qu'à les dévier et conserve ainsi un peu plus d'énergie cinétique que les casques parfaitement lisses.
    3. Il doit dissiper et disperser l'énergie qui peut lui être transmise de manière à ce que l'énergie ne soit pas transmise totalement à la tête et au cou. Ceci est réalisé au moyen du harnais, qui doit être solidement fixé à la coque dure afin qu'il puisse absorber un choc sans se détacher de la coque. Le harnais doit également être suffisamment souple pour subir des déformations sous l'impact sans toucher la surface intérieure de la coque. Cette déformation, qui absorbe l'essentiel de l'énergie d'un choc, est limitée par le jeu minimum entre la coque dure et le crâne et par l'allongement maximum du harnais avant rupture. Ainsi, la rigidité ou raideur du harnais doit être le résultat d'un compromis entre la quantité maximale d'énergie qu'il est conçu pour absorber et la vitesse progressive à laquelle le choc doit pouvoir être transmis à la tête.

     

    Figure 1. Exemple d'éléments essentiels de la construction d'un casque de sécurité

    PPE050F1D'autres exigences peuvent s'appliquer aux casques utilisés pour des tâches particulières. Il s'agit notamment de la protection contre les projections de métal en fusion dans la sidérurgie et de la protection contre les chocs électriques par contact direct dans le cas des casques utilisés par les électriciens.

    Les matériaux utilisés dans la fabrication des casques et des harnais doivent conserver leurs qualités protectrices sur une longue période de temps et dans toutes les conditions climatiques prévisibles, y compris le soleil, la pluie, la chaleur, les températures glaciales, etc. Les casques doivent également avoir une assez bonne résistance aux flammes et ne doivent pas se casser en cas de chute sur une surface dure d'une hauteur de quelques mètres.

    Des tests de performance

    La norme internationale ISO n° 3873-1977 a été publiée en 1977 à la suite des travaux du sous-comité traitant plus particulièrement des « casques de sécurité industriels ». Cette norme, approuvée par pratiquement tous les États membres de l'ISO, définit les caractéristiques essentielles requises d'un casque de sécurité ainsi que les méthodes d'essai associées. Ces tests peuvent être divisés en deux groupes (voir tableau 1), à savoir :

    1. tests obligatoires, à appliquer sur tous les types de casques quel que soit leur usage : capacité d'absorption des chocs, résistance à la perforation et résistance à la flamme
    2. épreuves facultatives, destiné à être appliqué aux casques de sécurité conçus pour des groupes particuliers d'utilisateurs : résistance diélectrique, résistance à la déformation latérale et résistance aux basses températures.

     

    Tableau 1. Casques de sécurité : exigences d'essai de la norme ISO 3873-1977

    Caractéristique

    Description

    Critères

    Essais obligatoires

    Absorption des chocs

    Une masse hémisphérique de 5 kg peut tomber d'une hauteur de
    1 m et la force transmise par le casque à la fausse tête fixe (factice) est mesurée.

    La force maximale mesurée ne doit pas dépasser 500 daN.

     

    Le test est répété sur un casque à des températures de –10°, +50°C et dans des conditions humides.,

     

    Résistance à la pénétration

    Le casque est frappé dans une zone de 100 mm de diamètre en son point le plus haut à l'aide d'un poinçon conique de 3 kg et d'un angle de pointe de 60°.

    La pointe du poinçon ne doit pas entrer en contact avec la fausse tête (factice).

     

    Essai à réaliser dans les conditions qui ont donné les moins bons résultats à l'essai de choc.,

     

    Résistance à la flamme

    Le casque est exposé pendant 10 s à une flamme de bec Bunsen de 10 mm de diamètre utilisant du propane.

    L'enveloppe extérieure ne doit pas continuer à brûler plus de 5 s après avoir été retirée de la flamme.

    Essais facultatifs

    Rigidité diélectrique

    Le casque est rempli d'une solution de NaCl et est lui-même plongé dans un bain de la même solution. La fuite électrique sous une tension appliquée de 1200 V, 50 Hz est mesurée.

    Le courant de fuite ne doit pas être supérieur à 1.2 mA.

    Rigidité latérale

    Le casque est placé latéralement entre deux plaques parallèles et soumis à une pression de compression de 430 N

    La déformation sous charge ne doit pas dépasser 40 mm et la déformation permanente ne doit pas dépasser 15 mm.

    Essai à basse température

    Le casque est soumis aux tests de choc et de pénétration à une température de -20°C.

    Le casque doit satisfaire aux exigences précédentes pour ces deux tests.

     

    La résistance au vieillissement des matières plastiques entrant dans la fabrication des casques n'est pas spécifiée dans l'ISO n° 3873-1977. Une telle spécification devrait être exigée pour les casques en matières plastiques. Un test simple consiste à exposer les casques à une lampe xénon haute pression à enveloppe de quartz de 450 watts pendant 400 heures à une distance de 15 cm, suivi d'un contrôle pour s'assurer que le casque peut encore résister au test de pénétration approprié .

    Il est recommandé de soumettre les casques destinés à être utilisés dans l'industrie sidérurgique à un test de résistance aux projections de métal en fusion. Un moyen rapide de réaliser ce test est de laisser tomber 300 grammes de métal en fusion à 1,300°C sur le dessus d'un casque et de vérifier qu'aucun n'est passé à l'intérieur.

    La norme européenne EN 397 adoptée en 1995 spécifie les exigences et les méthodes d'essai pour ces deux caractéristiques importantes.

    Sélection d'un casque de sécurité

    Le casque idéal offrant une protection et un confort parfait dans toutes les situations reste à concevoir. Protection et confort sont en effet souvent des exigences contradictoires. En ce qui concerne la protection, lors de la sélection d'un casque, les risques contre lesquels une protection est requise et les conditions dans lesquelles le casque sera utilisé doivent être pris en compte avec une attention particulière aux caractéristiques des produits de sécurité disponibles.

    Considérations générales

    Il est conseillé de choisir des casques conformes aux recommandations de la norme ISO n°3873 (ou son équivalent). La norme européenne EN 397-1993 sert de référence pour la certification des casques en application de la directive 89/686/CEE : les équipements faisant l'objet d'une telle certification, comme la quasi-totalité des équipements de protection individuelle, sont soumis à un tiers obligatoire certification de partie avant d'être mis sur le marché européen. Dans tous les cas, les casques doivent répondre aux exigences suivantes :

    1. Un bon casque de sécurité à usage général doit avoir une coque solide capable de résister à la déformation ou à la perforation (dans le cas des plastiques, la paroi de la coque ne doit pas avoir moins de 2 mm d'épaisseur), un harnais fixé de manière à garantir que il y a toujours un jeu minimum de 40 à 50 mm entre sa face supérieure et la coque, et un bandeau réglable fixé au berceau pour assurer un ajustement serré et stable (voir figure 1).
    2. La meilleure protection contre la perforation est assurée par des casques en matériaux thermoplastiques (polycarbonates, ABS, polyéthylène et polycarbonate-fibre de verre) et équipés d'un bon harnais. Les casques en alliages de métaux légers ne résistent pas bien aux perforations par des objets pointus ou tranchants.
    3. Les casques avec des parties saillantes à l'intérieur de la coque ne doivent pas être utilisés, car ils peuvent causer des blessures graves en cas de coup latéral ; ils doivent être munis d'un rembourrage latéral de protection qui ne doit être ni inflammable ni susceptible de fondre sous l'effet de la chaleur. Un rembourrage en mousse assez rigide et ignifuge, de 10 à 15 mm d'épaisseur et d'au moins 4 cm de large servira à cet effet.
    4. Les casques en polyéthylène, polypropylène ou ABS ont tendance à perdre leur résistance mécanique sous l'effet de la chaleur, du froid et d'une exposition particulièrement intense au soleil ou aux rayons ultraviolets (UV). Si de tels casques sont régulièrement utilisés à l'air libre ou à proximité de sources UV telles que des postes de soudage, ils doivent être remplacés au moins tous les trois ans. Dans ces conditions, il est recommandé d'utiliser des casques en polycarbonate, en polyester ou en polycarbonate-fibre de verre, car ceux-ci ont une meilleure résistance au vieillissement. Dans tous les cas, tout signe de décoloration, de fissures, de déchiquetage de fibres ou de craquement lorsque le casque est tordu, doit entraîner la mise au rebut du casque.
    5. Tout casque qui a été soumis à un coup violent, même s'il n'y a aucun signe évident de dommage, doit être jeté.

     

    Considérations particulières

    Les casques en alliages légers ou ayant une visière sur les côtés ne doivent pas être utilisés dans les lieux de travail où il existe un risque d'éclaboussures de métal en fusion. Dans de tels cas, l'utilisation de casques en polyester-fibre de verre, en textile phénolique, en polycarbonate-fibre de verre ou en polycarbonate est recommandée.

    En cas de risque de contact avec des parties conductrices exposées, seuls des casques en matériau thermoplastique doivent être utilisés. Ils ne doivent pas avoir de trous de ventilation et aucune pièce métallique telle que des rivets ne doit apparaître à l'extérieur de la coque.

    Les casques pour les personnes travaillant au-dessus de la tête, en particulier les monteurs de charpentes métalliques, devraient être munis de mentonnières. Les sangles doivent avoir une largeur d'environ 20 mm et doivent être telles que le casque soit maintenu fermement en place à tout moment.

    Les casques fabriqués en grande partie en polyéthylène ne sont pas recommandés pour une utilisation à des températures élevées. Dans de tels cas, les casques en polycarbonate, en polycarbonate-fibre de verre, en textile phénolique ou en polyester-fibre de verre sont plus adaptés. Le harnais doit être en tissu tissé. Lorsqu'il n'y a aucun risque de contact avec des parties conductrices exposées, des trous de ventilation dans la coque du casque peuvent être prévus.

    Les situations où il existe un risque d'écrasement nécessitent des casques en polyester renforcé de fibres de verre ou en polycarbonate ayant un rebord d'une largeur d'au moins 15 mm.

    Considérations de confort

    Outre la sécurité, il convient également de tenir compte des aspects physiologiques du confort pour le porteur.

    Le casque doit être aussi léger que possible, certainement pas plus de 400 grammes. Son harnais doit être souple et perméable aux liquides et ne doit pas irriter ou blesser le porteur ; pour cette raison, les harnais en tissu tissé sont à préférer à ceux en polyéthylène. Un bandeau anti-transpiration complet ou semi-cuir doit être incorporé non seulement pour absorber la transpiration, mais également pour réduire les irritations cutanées ; il doit être remplacé plusieurs fois au cours de la vie du casque pour des raisons d'hygiène. Pour assurer un meilleur confort thermique, la coque doit être de couleur claire et comporter des trous d'aération d'une surface allant de 150 à 450 mm2. Un réglage soigneux du casque pour s'adapter au porteur est nécessaire afin d'assurer sa stabilité et d'éviter qu'il ne glisse et ne réduise le champ de vision. Différentes formes de casques sont disponibles, la plus courante étant la forme «casquette» avec une visière et un bord sur les côtés; pour les travaux dans les carrières et sur les chantiers de démolition, le casque de type « chapeau » à bord plus large offre une meilleure protection. Un casque en forme de « tête de mort » sans visière ni visière est particulièrement adapté aux personnes travaillant au-dessus de la tête car ce modèle exclut une éventuelle perte d'équilibre causée par le contact de la visière ou de la visière avec des solives ou des poutres parmi lesquelles le travailleur peut avoir à mouvement.

    Accessoires et autres casques de protection

    Les casques peuvent être équipés d'écrans oculaires ou faciaux en matière plastique, en treillis métallique ou en filtres optiques ; protections auditives, mentonnières et sangles de nuque pour maintenir le casque fermement en place ; et des protège-cou ou cagoules en laine contre le vent ou le froid (figure 2). Pour une utilisation dans les mines et les carrières souterraines, des accessoires pour une lampe frontale et un support de câble sont installés.

    Figure 2. Exemple de casque de sécurité avec mentonnière (a), filtre optique (b) et protège-nuque en laine contre le vent et le froid (c)

    PPE050F2

    D'autres types de casques de protection comprennent ceux conçus pour la protection contre la saleté, la poussière, les rayures et les chocs. Parfois appelées « casquettes anti-heurt », elles sont faites de matière plastique légère ou de lin. Pour les personnes travaillant à proximité de machines-outils telles que perceuses, tours, bobineuses, etc., où il y a un risque d'accrochage des cheveux, des bonnets en lin avec filet, des filets à cheveux à visière ou encore des écharpes ou des turbans peuvent être utilisés, à condition qu'ils n'ont pas d'extrémités libres exposées.

    Hygiène et entretien

    Tous les casques de protection doivent être nettoyés et vérifiés régulièrement. Si des fentes ou des fissures apparaissent, ou si un casque montre des signes de vieillissement ou de détérioration du harnais, le casque doit être jeté. Le nettoyage et la désinfection sont particulièrement importants si le porteur transpire excessivement ou si plusieurs personnes partagent le même couvre-chef.

    Les substances adhérant au casque telles que la craie, le ciment, la colle ou la résine peuvent être éliminées mécaniquement ou en utilisant un solvant approprié qui n'attaque pas le matériau de la coque. De l'eau chaude additionnée d'un détergent peut être utilisée avec une brosse dure.

    Pour désinfecter le couvre-chef, les articles doivent être plongés dans une solution désinfectante appropriée telle qu'une solution de formol à 5 ​​% ou une solution d'hypochlorite de sodium.

     

    Noir

    Jeudi, Mars 17 2011 16: 15

    Protection auditive

    Protections auditives

    Personne ne sait quand les gens ont découvert pour la première fois que se couvrir les oreilles avec le plat des mains ou boucher les conduits auditifs avec les doigts était efficace pour réduire le niveau de bruit indésirable, mais la technique de base est utilisée depuis des générations comme le dernière ligne de défense contre les bruits forts. Malheureusement, ce niveau de technologie exclut l'utilisation de la plupart des autres. Les protecteurs auditifs, une solution évidente au problème, sont une forme de contrôle du bruit en ce sens qu'ils bloquent le chemin du bruit de la source à l'oreille. Ils se présentent sous diverses formes, comme le montre la figure 1.

    Figure 1. Exemples de différents types de protecteurs auditifs

    PPE060F1

    Un bouchon d'oreille est un dispositif porté dans le conduit auditif externe. Les bouchons d'oreilles prémoulés sont disponibles dans une ou plusieurs tailles standard destinées à s'adapter aux conduits auditifs de la plupart des gens. Un bouchon d'oreille formable moulé par l'utilisateur est constitué d'un matériau pliable qui est façonné par le porteur pour s'adapter dans le conduit auditif afin de former un joint acoustique. Un bouchon d'oreille moulé sur mesure est fabriqué individuellement pour s'adapter à l'oreille particulière du porteur. Les bouchons d'oreilles peuvent être fabriqués à partir de vinyle, de silicone, de formulations d'élastomères, de coton et de cire, de laine de verre filée et de mousse à cellules fermées à récupération lente.

    Un bouchon d'oreille semi-insert, également appelé bouchon auditif, est porté contre l'ouverture du conduit auditif externe : l'effet est similaire à celui de boucher son conduit auditif du bout du doigt. Les dispositifs semi-inserts sont fabriqués en taille unique et sont conçus pour s'adapter à la plupart des oreilles. Ce type d'appareil est maintenu en place par un bandeau léger avec une légère tension.

    Un protège-oreilles est un dispositif composé d'un serre-tête et de deux coques circumaurales généralement en plastique. Le serre-tête peut être en métal ou en plastique. L'oreillette circum-aural enferme complètement l'oreille externe et se scelle contre le côté de la tête avec un coussin. Le coussin peut être en mousse ou il peut être rempli de liquide. La plupart des cache-oreilles ont une doublure à l'intérieur de l'oreillette pour absorber le son transmis à travers la coque de l'oreillette afin d'améliorer l'atténuation au-dessus d'environ 2,000 XNUMX Hz. Certains casques antibruit sont conçus pour que le bandeau puisse être porté sur la tête, derrière le cou ou sous le menton, bien que le niveau de protection qu'ils offrent puisse être différent pour chaque position du bandeau. D'autres cache-oreilles sont conçus pour s'adapter aux «casques de protection». Ceux-ci peuvent offrir moins de protection car la fixation du casque rend plus difficile l'ajustement du casque antibruit et ils ne conviennent pas à une gamme de tailles de tête aussi large que ceux avec des bandeaux.

    Aux États-Unis, il existe 53 fabricants et distributeurs de protecteurs auditifs qui, en juillet 1994, vendaient 86 modèles de bouchons d'oreille, 138 modèles de cache-oreilles et 17 modèles de protecteurs auditifs semi-inserts. Malgré la diversité des protections auditives, les bouchons d'oreilles en mousse à usage unique représentent plus de la moitié des protections auditives utilisées aux États-Unis.

    Dernière ligne de défense

    Le moyen le plus efficace d'éviter la perte auditive due au bruit est de rester à l'écart des zones de bruit dangereuses. Dans de nombreux environnements de travail, il est possible de reconcevoir le processus de fabrication afin que les opérateurs travaillent dans des salles de contrôle fermées et insonorisées. Le bruit est réduit dans ces salles de contrôle au point où il n'est pas dangereux et où la communication vocale n'est pas altérée. Le deuxième moyen le plus efficace d'éviter la perte auditive due au bruit consiste à réduire le bruit à la source afin qu'il ne soit plus dangereux. Cela se fait souvent en concevant des équipements silencieux ou en adaptant des dispositifs de contrôle du bruit aux équipements existants.

    Lorsqu'il n'est pas possible d'éviter le bruit ou de réduire le bruit à la source, la protection auditive devient le dernier recours. En tant que dernière ligne de défense, sans renfort, son efficacité peut souvent être réduite.

    L'un des moyens de diminuer l'efficacité des protecteurs auditifs est de les utiliser moins de 100 % du temps. La figure 2 montre ce qui se passe. Finalement, quelle que soit la protection offerte par la conception, la protection est réduite à mesure que le pourcentage de temps de port diminue. Les porteurs qui retirent un bouchon d'oreille ou soulèvent un casque antibruit pour parler avec des collègues dans des environnements bruyants peuvent réduire considérablement le niveau de protection qu'ils reçoivent.

    Figure 2. Diminution de la protection effective à mesure que le temps de non-utilisation au cours d'une journée de 8 heures augmente (sur la base d'un taux de change de 3 dB)

    PPE060F2

     

    Les systèmes de notation et comment les utiliser

    Il existe de nombreuses façons d'évaluer les protections auditives. Les méthodes les plus courantes sont les systèmes à numéro unique tels que le Noise Reduction Rating (NRR) (EPA 1979) utilisé aux États-Unis et le Single Number Rating (SNR) utilisé en Europe (ISO 1994). Une autre méthode d'évaluation européenne est le HML (ISO 1994) qui utilise trois nombres pour évaluer les protecteurs. Enfin, il existe des méthodes basées sur l'atténuation des protecteurs auditifs pour chacune des bandes d'octave, appelées méthode longue ou bande d'octave aux États-Unis et méthode de la valeur de protection supposée en Europe (ISO 1994).

    Toutes ces méthodes utilisent l'atténuation de l'oreille réelle à des valeurs seuils des protecteurs auditifs telles que déterminées en laboratoire selon les normes en vigueur. Aux États-Unis, les tests d'atténuation sont effectués conformément à la norme ANSI S3.19, Method for the Mesure de la protection de l'oreille réelle des protecteurs auditifs et de l'atténuation physique des cache-oreilles (ANSI 1974). Bien que cette norme ait été remplacée par une plus récente (ANSI 1984), l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) contrôle le NRR sur les étiquettes des protecteurs auditifs et exige l'utilisation de l'ancienne norme. En Europe, les tests d'atténuation sont effectués conformément à la norme ISO 4869-1 (ISO 1990).

    En général, les méthodes de laboratoire exigent que les seuils d'audition des champs sonores soient déterminés à la fois avec les protecteurs installés et avec les oreilles ouvertes. Aux États-Unis, la protection auditive doit être ajustée par l'expérimentateur, tandis qu'en Europe, le sujet, assisté de l'expérimentateur, effectue cette tâche. La différence entre les seuils de champ sonore avec protecteurs installés et oreilles ouvertes est l'atténuation de l'oreille réelle au seuil. Les données sont collectées pour un groupe de sujets, actuellement dix aux États-Unis avec trois essais chacun et 16 en Europe avec un essai chacun. L'atténuation moyenne et les écarts types associés sont calculés pour chaque bande d'octave testée.

    Aux fins de discussion, la méthode NRR et la méthode longue sont décrites et illustrées dans le tableau 1.

     


    Tableau 1. Exemple de calcul de l'indice de réduction du bruit (NRR) d'un protecteur auditif

     

    Procédure :

    1. Tableauz les niveaux de pression acoustique du bruit rose, fixés arbitrairement pour simplifier le calcul à un niveau de 100 dB dans chaque bande d'octave.
    2. Tableauz les ajustements pour l'échelle de pondération C à chaque fréquence centrale de bande d'octave.
    3. Additionnez les lignes 1 et 2 pour obtenir les niveaux de bande d'octave pondérés C et combinez de manière logarithmique les niveaux de bande d'octave pondérés C pour déterminer le niveau de pression acoustique pondéré C.
    4. Tableauz les ajustements pour l'échelle de pondération A à chaque fréquence centrale de bande d'octave.
    5. Additionnez les lignes 1 et 4 pour obtenir les niveaux de bande d'octave pondérés A.
    6. Tabulez l'atténuation fournie par l'appareil.
    7. Tableauz les écarts-types d'atténuation (fois 2) fournis par l'appareil.
    8. Soustrayez les valeurs des atténuations moyennes (étape 6) et ajoutez les valeurs des écarts-types fois 2 (étape 7) aux valeurs pondérées A (étape 5) pour obtenir les niveaux sonores estimés de la bande d'octave pondérée A sous l'appareil car il a été monté et testé en laboratoire. Combinez les niveaux de bande d'octave pondérés A de manière logarithmique pour obtenir le niveau sonore pondéré A efficace lorsque l'appareil est porté.
    9. Soustrayez le niveau de pression acoustique pondéré A (étape 8) et un facteur de sécurité de 3 dB du niveau de pression acoustique pondéré C (étape 3) pour obtenir le NRR.

    Étapes

    Fréquence centrale de la bande d'octave en Hz

     

    125

    250

    500

    1000

    2000

    4000

    8000

    dBX

    1. Niveau de bruit supposé par bande d'octave

    100.0

    100.0

    100.0

    100.0

    100.0

    100.0

    100.0

     

    2. Correction de la pondération C

    -0.2

    0.0

    0.0

    0.0

    -0.2

    -0.8

    -3.0

     

    3. Niveaux de bande d'octave pondérés C

    99.8

    100.0

    100.0

    100.0

    99.8

    99.2

    97.0

    107.9 dBC

    4. Correction de la pondération A

    -16.1

    -8.6

    -3.2

    0.0

    +1.2

    +1.0

    -1.1

     

    5. Niveaux de bande d'octave pondérés A

    83.9

    91.4

    96.8

    100.0

    101.2

    101.0

    98.9

     

    6. Atténuation du protecteur auditif

    27.4

    26.6

    27.5

    27.0

    32.0

    46.01

    44.22

     

    7. Écart type × 2

    7.8

    8.4

    9.4

    6.8

    8.8

    7.33

    12.84

     

    8. Niveaux estimés des bandes d'octave pondérées A protégées

    64.3

    73.2

    78.7

    79.8

    78.0

    62.3

    67.5

    84.2 dBA

    9. NRR = 107.9 – 84.2 – 3 = 20.7 (étape 3 – étape 8 – 3 dB5 )

    1 Atténuation moyenne à 3000 et 4000 Hz.

    2 Atténuation moyenne à 6000 et 8000 Hz.

    3 Somme des écarts types à 3000 et 4000 Hz.

    4 Somme des écarts types à 6000 et 8000 Hz.

    5 Le facteur de correction de 3 dB est destiné à tenir compte de l'incertitude du spectre dans la mesure où le bruit dans lequel la protection auditive doit être portée peut s'écarter du spectre de bruit rose utilisé pour calculer le NRR.


     

    Le NRR peut être utilisé pour déterminer le niveau de bruit protégé, c'est-à-dire le niveau de pression acoustique effectif pondéré A à l'oreille, en le soustrayant du niveau de bruit environnemental pondéré C. Ainsi, si le niveau de bruit environnemental pondéré C était de 100 dBC et le NRR pour le protecteur était de 21 dB, le niveau de bruit protégé serait de 79 dBA (100–21 = 79). Si seul le niveau sonore environnemental pondéré A est connu, une correction de 7 dB est utilisée (Franks, Themann et Sherris 1995). Ainsi, si le niveau de bruit pondéré A était de 103 dBA, le niveau de bruit protégé serait de 89 dBA (103–[21-7] = 89).

    La méthode longue nécessite que les niveaux de bruit environnemental par bande d'octave soient connus; Il n'y a pas de raccourci. De nombreux sonomètres modernes peuvent mesurer simultanément les niveaux de bruit environnemental par bande d'octave, pondérés C et pondérés A. Cependant, aucun dosimètre ne fournit actuellement de données par bande d'octave. Le calcul par la méthode longue est décrit ci-dessous et présenté dans le tableau 2.

     


    Tableau 2. Exemple de la méthode longue de calcul de la réduction de bruit pondérée A pour un protecteur auditif dans un environnement sonore connu

     

    Procédure :

    1. Tableauz les niveaux de bande d'octave mesurés du bruit environnemental.
    2. Tableauz les ajustements pour la pondération A à chaque fréquence centrale de bande d'octave.
    3. Additionnez les résultats des étapes 1 et 2 pour obtenir les niveaux de bande d'octave pondérés A. Combinez les niveaux de bande d'octave pondérés A de manière logarithmique pour obtenir le niveau de bruit environnemental pondéré A.
    4. Tableauz l'atténuation fournie par l'appareil pour chaque bande d'octave.
    5. Tableauz les écarts-types d'atténuation (fois 2) fournis par l'appareil pour chaque bande d'octave.
    6. Obtenez les niveaux de bande d'octave pondérés A sous le protecteur en soustrayant l'atténuation moyenne (étape 4) des niveaux de bande d'octave pondérés A (étape 3) et en ajoutant l'écart type des temps d'atténuation 2 (étape 5). Les niveaux de bande d'octave pondérés A sont combinés logarithmiquement pour obtenir le niveau sonore pondéré A efficace lorsque la protection auditive est portée. La réduction de bruit pondérée A estimée dans un environnement donné est calculée en soustrayant le niveau sonore pondéré A sous la protection du niveau sonore environnemental pondéré A (le résultat de l'étape 3 moins celui de l'étape 6).

    Étapes

    Fréquence centrale de la bande d'octave en Hz

     

    125

    250

    500

    1000

    2000

    4000

    8000

    dBA

    1. Niveaux de bruit mesurés par bande d'octave

    85.0

    87.0

    90.0

    90.0

    85.0

    82.0

    80.0

     

    2. Correction de la pondération A

    -16.1

    -8.6

    -3.2

    0.0

    +1.2

    +1.0

    -1.1

     

    3. Niveaux de bande d'octave pondérés A

    68.9

    78.4

    86.8

    90.0

    86.2

    83.0

    78.9

    93.5

    4. Atténuation du protecteur auditif

    27.4

    26.6

    27.5

    27.0

    32.0

    46.01

    44.22

     

    5. Écart type × 2

    7.8

    8.4

    9.4

    6.8

    8.8

    7.33

    12.84

     

    6. Estimation protégée
    Niveaux de bande d'octave pondérés A.
    (Étape 3 – Étape 4 + Étape 5)

    49.3

    60.2

    68.7

    69.8

    63.0

    44.3

    47.5

    73.0

    1 Atténuation moyenne à 3000 et 4000 Hz.

    2 Atténuation moyenne à 6000 et 8000 Hz.

    3 Somme des écarts types à 3000 et 4000 Hz.

    4 Somme des écarts types à 6000 et 8000 Hz.


     

    Les corrections d'écart type soustractives dans la méthode longue et dans les calculs NRR sont destinées à utiliser les mesures de variabilité en laboratoire pour ajuster les estimations de protection afin qu'elles correspondent aux valeurs attendues pour la plupart des utilisateurs (98 % avec une correction d'écart type de 2 ou 84% si une correction de 1 écart-type est utilisée) qui portent la protection auditive dans des conditions identiques à celles du test. La pertinence de cet ajustement dépend, bien sûr, fortement de la validité des écarts-types estimés en laboratoire.

    Comparaison de la méthode longue et du NRR

    La méthode longue et les calculs NRR peuvent être comparés en soustrayant le NRR (20.7) du niveau de pression acoustique pondéré C pour le spectre du tableau 2 (95.2 dBC) pour prédire le niveau effectif lorsque la protection auditive est portée, à savoir 74.5 dBA . Cela se compare favorablement à la valeur de 73.0 dBA dérivée de la méthode longue du tableau 2. Une partie de la disparité entre les deux estimations est due à l'utilisation du facteur de sécurité spectrale d'environ 3 dB incorporé à la ligne 9 du tableau 1. La sécurité spectrale est destiné à tenir compte des erreurs résultant de l'utilisation d'un bruit supposé au lieu d'un bruit réel. En fonction de la pente du spectre et de la forme de la courbe d'atténuation du protecteur auditif, les différences entre les deux méthodes peuvent être plus importantes que celles présentées dans cet exemple.

    Fiabilité des données de test

    Il est regrettable que les valeurs d'atténuation et leurs écarts types tels qu'obtenus dans des laboratoires aux Etats-Unis, et dans une moindre mesure en Europe, ne soient pas représentatifs de ceux obtenus par des porteurs de tous les jours. Berger, Franks et Lindgren (1996) ont passé en revue 22 études réelles sur les protecteurs auditifs et ont constaté que les valeurs de laboratoire américaines indiquées sur l'étiquette requise par l'EPA surestimaient la protection de 140 à près de 2000 1987 %. La surestimation était la plus importante pour les bouchons d'oreille et la plus faible pour les cache-oreilles. Depuis 50, l'Occupational Safety and Health Administration des États-Unis a recommandé que le NRR soit déclassé de 1995 % avant de calculer les niveaux de bruit sous la protection auditive. En 25, le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) des États-Unis a recommandé que le NRR des protège-oreilles soit déclassé de 50 %, que le NRR des bouchons d'oreilles formables soit déclassé de 70 % et que le NRR des bouchons d'oreille prémoulés et des semi-inserts soit déclassé de 1995 % avant que les calculs des niveaux de bruit sous la protection auditive ne soient effectués (Rosenstock XNUMX).

    Variabilité intra et inter laboratoires

    Une autre considération, mais de moindre impact que les problèmes du monde réel notés ci-dessus, est la validité et la variabilité intra-laboratoire, ainsi que les différences entre les installations. La variabilité inter-laboratoires peut être substantielle (Berger, Kerivan et Mintz 1982), affectant à la fois les valeurs de la bande d'octave et les NRR calculés, à la fois en termes de calculs absolus et de classement. Par conséquent, même le classement des protections auditives sur la base des valeurs d'atténuation est préférable pour le moment uniquement pour les données d'un seul laboratoire.

    Points importants pour la sélection de la protection

    Lors du choix d'un protecteur auditif, plusieurs points importants doivent être pris en compte (Berger 1988). Avant tout, le protecteur sera adapté au bruit ambiant dans lequel il sera porté. L'amendement sur la conservation de l'ouïe à la norme de bruit de l'OSHA (1983) recommande que le niveau de bruit sous la protection auditive soit de 85 dB ou moins. Le NIOSH a recommandé que le niveau de bruit sous le protecteur auditif ne dépasse pas 82 dBA, de sorte que le risque de perte auditive induite par le bruit soit minime (Rosenstock 1995).

    Deuxièmement, le protecteur ne doit pas être surprotecteur. Si le niveau d'exposition protégé est inférieur de plus de 15 dB au niveau souhaité, le protecteur auditif a trop d'atténuation et le porteur est considéré comme surprotégé, ce qui donne au porteur le sentiment d'être isolé de l'environnement (BSI 1994). Il peut être difficile d'entendre la parole et les signaux d'avertissement et les porteurs retireront temporairement le protecteur lorsqu'ils auront besoin de communiquer (comme mentionné ci-dessus) et vérifieront les signaux d'avertissement ou ils modifieront le protecteur pour réduire son atténuation. Dans les deux cas, la protection sera généralement réduite au point que la perte auditive n'est plus prévenue.

    À l'heure actuelle, la détermination précise des niveaux de bruit protégés est difficile car les atténuations et les écarts-types signalés, ainsi que leurs NRR résultants, sont gonflés. Cependant, l'utilisation des facteurs de déclassement recommandés par le NIOSH devrait améliorer la précision d'une telle détermination à court terme.

    Le confort est un enjeu crucial. Aucune protection auditive ne peut être aussi confortable que de ne pas en porter du tout. Couvrir ou obstruer les oreilles produit de nombreuses sensations non naturelles. Celles-ci vont d'une modification du son de sa propre voix due à « l'effet d'occlusion » (voir ci-dessous), à une sensation de plénitude des oreilles ou de pression sur la tête. L'utilisation de cache-oreilles ou de bouchons d'oreille dans des environnements chauds peut être inconfortable en raison de l'augmentation de la transpiration. Il faudra du temps pour que les porteurs s'habituent aux sensations provoquées par les protections auditives et à certains désagréments. Cependant, lorsque les porteurs ressentent des types d'inconfort tels que des maux de tête dus à la pression du bandeau ou des douleurs dans les conduits auditifs lors de l'insertion des bouchons d'oreille, ils doivent être équipés d'autres dispositifs.

    Si des cache-oreilles ou des bouchons d'oreilles réutilisables sont utilisés, un moyen de les garder propres doit être fourni. Pour les protège-oreilles, les porteurs doivent avoir un accès facile aux composants remplaçables tels que les coussinets d'oreille et les doublures d'oreillettes. Les porteurs de bouchons d'oreille jetables doivent avoir facilement accès à un approvisionnement frais. Si l'on a l'intention de faire réutiliser les bouchons d'oreille, les porteurs doivent avoir accès à des installations de nettoyage des bouchons d'oreille. Les porteurs de bouchons d'oreille moulés sur mesure doivent disposer d'installations pour garder les bouchons d'oreille propres et avoir accès à de nouveaux bouchons d'oreille lorsqu'ils sont endommagés ou usés.

    Le travailleur américain moyen est exposé à 2.7 risques professionnels chaque jour (Luz et al. 1991). Ces dangers peuvent nécessiter l'utilisation d'autres équipements de protection tels que des «casques de protection», des lunettes de protection et des respirateurs. Il est important que toute protection auditive sélectionnée soit compatible avec les autres équipements de sécurité requis. Le NIOSH Compendium des appareils de protection auditive (Franks, Themann et Sherris 1995) contient des tableaux qui, entre autres, énumèrent la compatibilité de chaque protecteur auditif avec d'autres équipements de sécurité.

    L'effet d'occlusion

    L'effet d'occlusion décrit l'augmentation de l'efficacité avec laquelle le son à conduction osseuse est transmis à l'oreille à des fréquences inférieures à 2,000 1988 Hz lorsque le conduit auditif est obturé avec un doigt ou un bouchon d'oreille, ou est recouvert d'un casque antibruit. L'ampleur de l'effet d'occlusion dépend de la façon dont l'oreille est occluse. L'effet d'occlusion maximal se produit lorsque l'entrée du conduit auditif est bloquée. Les cache-oreilles avec de grandes oreillettes et des bouchons d'oreilles insérés profondément causent moins d'effet d'occlusion (Berger XNUMX). L'effet d'occlusion amène souvent les porteurs de protecteurs auditifs à s'opposer au port de la protection parce qu'ils n'aiment pas le son de leur voix - plus fort, retentissant et étouffé.

    Effets de communication

    En raison de l'effet d'occlusion provoqué par la plupart des protections auditives, la voix d'une personne a tendance à sonner plus fort. Étant donné que les protections auditives réduisent le niveau de bruit ambiant, la voix est beaucoup plus forte que lorsque les oreilles sont ouvertes. Pour s'adapter à l'augmentation du volume de son propre discours, la plupart des porteurs ont tendance à baisser considérablement le niveau de leur voix, en parlant plus doucement. Baisser la voix dans un environnement bruyant où l'auditeur porte également une protection auditive contribue à la difficulté de communiquer. De plus, même sans effet d'occlusion, la plupart des locuteurs n'augmentent leur niveau de voix que de 5 à 6 dB pour chaque augmentation de 10 dB du niveau de bruit ambiant (l'effet Lombard). Ainsi, la combinaison d'un niveau de voix abaissé en raison de l'utilisation de protections auditives et d'une élévation insuffisante du niveau de voix pour compenser le bruit ambiant a de graves conséquences sur la capacité des porteurs de protections auditives à s'entendre et à se comprendre dans le bruit.

    Le fonctionnement des protecteurs auditifs

    Cache-oreilles

    La fonction de base des cache-oreilles est de couvrir l'oreille externe avec une coquille qui forme un joint acoustique atténuant le bruit. Les styles de l'oreillette et des coussins du protège-oreilles ainsi que la tension fournie par le serre-tête déterminent, pour la plupart, dans quelle mesure le protège-oreilles atténue le bruit ambiant. La figure 3 montre à la fois un exemple de protège-oreilles bien ajusté avec une bonne étanchéité tout autour de l'oreille externe ainsi qu'un exemple de protège-oreilles avec une fuite sous le coussin. Le graphique de la figure 3 montre que si le casque antibruit bien ajusté a une bonne atténuation à toutes les fréquences, celui avec une fuite ne fournit pratiquement aucune atténuation des basses fréquences. La plupart des casques antibruit fourniront une atténuation proche de la conduction osseuse, environ 40 dB, pour des fréquences de 2,000 XNUMX Hz et plus. Les propriétés d'atténuation des basses fréquences d'un casque antibruit bien ajusté sont déterminées par les caractéristiques de conception et les matériaux qui incluent le volume de l'oreillette, la surface de l'ouverture de l'oreillette, la force et la masse du serre-tête.

    Figure 3. Coquilles antibruit bien ajustées et mal ajustées et leurs conséquences sur l'atténuation

    PPE060F3

    Des bouchons d'oreilles

    La figure 4 montre un exemple de bouchon d'oreille en mousse bien ajusté et entièrement inséré (environ 60 % de celui-ci s'étend dans le conduit auditif) et un exemple de bouchon d'oreille en mousse mal ajusté et peu profond qui recouvre juste l'entrée du conduit auditif. Le bouchon d'oreille bien ajusté a une bonne atténuation à toutes les fréquences. Le bouchon d'oreille en mousse mal ajusté a beaucoup moins d'atténuation. Le bouchon d'oreille en mousse, lorsqu'il est correctement ajusté, peut fournir une atténuation s'approchant de la conduction osseuse à de nombreuses fréquences. Dans le bruit de haut niveau, les différences d'atténuation entre un bouchon d'oreille en mousse bien ajusté et un bouchon d'oreille mal ajusté peuvent être suffisantes pour prévenir ou permettre une perte auditive induite par le bruit.

    Figure 4. Un bouchon d'oreille en mousse bien ajusté et un bouchon d'oreille mal ajusté et les conséquences de l'atténuation

    PPE060F4

    La figure 5 montre un bouchon d'oreille prémoulé bien ajusté et mal ajusté. En général, les bouchons d'oreille prémoulés n'offrent pas le même degré d'atténuation que les bouchons d'oreille ou les cache-oreilles en mousse correctement ajustés. Cependant, le bouchon d'oreille prémoulé bien ajusté offre une atténuation adéquate pour la plupart des bruits industriels. Le bouchon d'oreille prémoulé mal ajusté fournit beaucoup moins et aucune atténuation à 250 et 500 Hz. Il a été observé que pour certains porteurs, il y a en fait un gain à ces fréquences, ce qui signifie que le niveau de bruit protégé est en fait plus élevé que le niveau de bruit environnemental, ce qui expose le porteur à un plus grand risque de développer une perte auditive induite par le bruit que si le protecteur était pas porté du tout.

    Figure 5. Un bouchon d'oreille prémoulé bien ajusté et un autre mal ajusté

    PPE060F5

    Double protection auditive

    Pour certains bruits environnementaux, en particulier lorsque les expositions quotidiennes équivalentes dépassent environ 105 dBA, une seule protection auditive peut être insuffisante. Dans de telles situations, les porteurs peuvent utiliser à la fois des protège-oreilles et des bouchons d'oreilles en combinaison pour obtenir environ 3 à 10 dB de protection supplémentaire, limitée principalement par la conduction osseuse de la tête du porteur. L'atténuation change très peu lorsque différents casques antibruit sont utilisés avec le même bouchon d'oreille, mais change considérablement lorsque différents bouchons d'oreille sont utilisés avec le même casque antibruit. Pour une double protection, le choix du bouchon d'oreille est essentiel pour une atténuation inférieure à 2,000 2,000 Hz, mais à XNUMX XNUMX Hz et au-dessus, pratiquement toutes les combinaisons de cache-oreilles/bouchons d'oreille fournissent une atténuation approximativement égale aux voies de conduction osseuse du crâne.

    Interférences causées par les lunettes et les équipements de protection individuelle portés sur la tête

    Des lunettes de sécurité ou d'autres dispositifs tels que des respirateurs qui interfèrent avec le joint circum-auriculaire du casque antibruit peuvent dégrader l'atténuation du casque antibruit. Par exemple, les lunettes peuvent réduire l'atténuation dans les bandes d'octave individuelles de 3 à 7 dB.

    Appareils à réponse plate

    Un casque antibruit ou un bouchon d'oreille à atténuation plate est un casque qui fournit une atténuation à peu près égale pour les fréquences de 100 à 8,000 1991 Hz. Ces appareils maintiennent la même réponse en fréquence que l'oreille non occluse, offrant une audition non déformée des signaux (Berger XNUMX). Un casque antibruit ou un bouchon d'oreille normal peut donner l'impression que les aigus du signal ont été abaissés, en plus de l'abaissement général du niveau sonore. Le casque ou le bouchon d'oreille à atténuation plate sonnera comme si seul le volume avait été réduit puisque ses caractéristiques d'atténuation sont « réglées » par l'utilisation de résonateurs, d'amortisseurs et de diaphragmes. Les caractéristiques d'atténuation plate peuvent être importantes pour les porteurs ayant une perte auditive dans les hautes fréquences, pour ceux pour qui il est important de comprendre la parole tout en étant protégés ou pour ceux pour qui il est important d'avoir un son de haute qualité, comme les musiciens. Les dispositifs d'atténuation plats sont disponibles sous forme de cache-oreilles et de bouchons d'oreilles. Un inconvénient des dispositifs à atténuation plate est qu'ils n'offrent pas autant d'atténuation que les cache-oreilles et les bouchons d'oreille conventionnels.

    Dispositifs passifs sensibles à l'amplitude

    Une protection auditive passive sensible à l'amplitude n'a pas d'électronique et est conçue pour permettre les communications vocales pendant les périodes calmes et fournir peu d'atténuation à de faibles niveaux de bruit avec une protection augmentant à mesure que le niveau de bruit augmente. Ces appareils contiennent des orifices, des vannes ou des diaphragmes destinés à produire cette atténuation non linéaire, commençant généralement lorsque les niveaux sonores dépassent 120 dB de niveaux de pression acoustique (SPL). À des niveaux sonores inférieurs à 120 dB SPL, les dispositifs à orifice et à valve agissent généralement comme des embouts auriculaires ventilés, offrant jusqu'à 25 dB d'atténuation aux fréquences les plus élevées, mais très peu d'atténuation à et en dessous de 1,000 XNUMX Hz. Peu d'activités professionnelles et récréatives, autres que les compétitions de tir (en particulier dans les environnements extérieurs), sont appropriées si ce type de protecteur auditif est censé être réellement efficace pour prévenir la perte auditive due au bruit.

    Dispositifs actifs sensibles à l'amplitude

    Une protection auditive sensible à l'amplitude active a des objectifs électroniques et de conception similaires à une protection auditive passive sensible à l'amplitude. Ces systèmes utilisent un microphone placé à l'extérieur de l'oreillette ou porté sur la surface latérale du bouchon d'oreille. Le circuit électronique est conçu pour fournir de moins en moins d'amplification, ou dans certains cas pour s'éteindre complètement, à mesure que le niveau de bruit ambiant augmente. Aux niveaux de la parole conversationnelle normale, ces appareils fournissent un gain unitaire (le volume de la parole est le même que si le protecteur n'était pas porté), ou même une petite amplification. L'objectif est de maintenir le niveau sonore sous le casque ou le bouchon d'oreille à moins d'un équivalent de champ diffus de 85 dBA. Certaines des unités intégrées dans les cache-oreilles ont un canal pour chaque oreille, permettant ainsi de maintenir un certain niveau de localisation. D'autres n'ont qu'un seul microphone. La fidélité (naturalité) de ces systèmes varie selon les fabricants. En raison du boîtier électronique intégré dans l'oreillette qui est nécessaire pour avoir un système actif dépendant du niveau, ces appareils fournissent environ quatre à six décibels d'atténuation en moins dans leur état passif, l'électronique éteinte, que des cache-oreilles similaires sans l'électronique.

    Réduction active du bruit

    La réduction active du bruit, bien qu'il s'agisse d'un concept ancien, est un développement relativement nouveau pour les protecteurs auditifs. Certaines unités fonctionnent en capturant le son à l'intérieur de l'oreillette, en inversant sa phase et en retransmettant le bruit inversé dans l'oreillette pour annuler le son entrant. D'autres unités fonctionnent en capturant le son à l'extérieur de l'oreillette, en modifiant son spectre pour tenir compte de l'atténuation de l'oreillette et en insérant le bruit inversé dans l'oreillette, en utilisant efficacement l'électronique comme dispositif de synchronisation afin que le son électriquement inversé arrive dans l'oreillette en même temps que le bruit transmis par l'oreillette. La réduction active du bruit est limitée à la réduction des bruits basse fréquence en dessous de 1,000 20 Hz, avec une atténuation maximale de 25 à 300 dB se produisant à ou en dessous de XNUMX Hz.

    Cependant, une partie de l'atténuation fournie par le système de réduction active du bruit compense simplement la réduction de l'atténuation des protège-oreilles qui est provoquée par l'inclusion dans l'oreillette de l'électronique même qui est nécessaire pour effectuer les réductions actives du bruit. À l'heure actuelle, ces appareils coûtent 10 à 50 fois plus cher que les casques antibruit ou les bouchons d'oreille passifs. Si l'électronique tombe en panne, le porteur peut être insuffisamment protégé et pourrait ressentir plus de bruit sous l'oreillette que si l'électronique était simplement éteinte. À mesure que les dispositifs d'annulation active du bruit deviennent plus populaires, les coûts devraient diminuer et leur applicabilité pourrait se généraliser.

    Le meilleur protecteur auditif

    La meilleure protection auditive est celle que le porteur utilisera volontairement, 100% du temps. On estime qu'environ 90 % des travailleurs exposés au bruit dans le secteur manufacturier aux États-Unis sont exposés à des niveaux de bruit inférieurs à 95 dBA (Franks 1988). Il leur faut entre 13 et 15 dB d'atténuation pour leur assurer une protection adéquate. Il existe une large gamme de protecteurs auditifs qui peuvent fournir une atténuation suffisante. Trouver celui que chaque travailleur portera volontiers 100% du temps est le défi.

     

    Noir

    Jeudi, Mars 17 2011 16: 30

    Vêtements de protection

    Dangers

    Il existe plusieurs catégories générales de risques corporels pour lesquels des vêtements spécialisés peuvent offrir une protection. Ces catégories générales comprennent les dangers chimiques, physiques et biologiques. Le tableau 1 les résume.

    Tableau 1. Exemples de catégories de danger cutané

    Danger

    Exemples

    Chemical

    Toxines cutanées
    Toxines systémiques
    Corrosifs
    Allergènes

    Physique

    Risques thermiques (chaud/froid)
    Vibration
    Radiation
    Traumatisme

    Dentisterie Biologique

    Agents pathogènes humains
    Pathogènes animaux
    Agents pathogènes environnementaux

     

    Risques chimiques

    Les vêtements de protection sont un contrôle couramment utilisé pour réduire l'exposition des travailleurs à des produits chimiques potentiellement toxiques ou dangereux lorsque d'autres contrôles ne sont pas possibles. De nombreux produits chimiques présentent plus d'un danger (par exemple, une substance comme le benzène est à la fois toxique et inflammable). Pour les risques chimiques, il y a au moins trois considérations clés qui nécessitent une attention particulière. Il s'agit (1) des effets toxiques potentiels de l'exposition, (2) des voies d'entrée probables et (3) des potentiels d'exposition associés à l'affectation du travail. Des trois aspects, la toxicité du matériau est le plus important. Certaines substances présentent simplement un problème de propreté (par exemple, l'huile et la graisse) tandis que d'autres produits chimiques (par exemple, le contact avec le cyanure d'hydrogène liquide) pourraient présenter une situation immédiatement dangereuse pour la vie et la santé (IDLH). Plus précisément, la toxicité ou la dangerosité de la substance par voie cutanée d'entrée est le facteur critique. D'autres effets indésirables du contact avec la peau, outre la toxicité, comprennent la corrosion, la promotion du cancer de la peau et les traumatismes physiques tels que les brûlures et les coupures.

    Un exemple de produit chimique dont la toxicité est la plus élevée par voie cutanée est la nicotine, qui a une excellente perméabilité cutanée mais qui ne présente généralement pas de danger par inhalation (sauf lorsqu'elle est auto-administrée). Ce n'est qu'un des nombreux cas où la voie cutanée présente un danger beaucoup plus important que les autres voies d'entrée. Comme suggéré ci-dessus, il existe de nombreuses substances qui ne sont généralement pas toxiques mais qui sont dangereuses pour la peau en raison de leur nature corrosive ou d'autres propriétés. En fait, certains produits chimiques et matériaux peuvent présenter un risque aigu encore plus élevé par absorption cutanée que les cancérogènes systémiques les plus redoutés. Par exemple, une seule exposition cutanée non protégée à l'acide fluorhydrique (concentration supérieure à 70 %) peut être fatale. Dans ce cas, une brûlure de surface aussi faible que 5% entraîne généralement la mort des effets de l'ion fluorure. Un autre exemple de danger cutané, bien que non aigu, est la promotion du cancer de la peau par des substances telles que les goudrons de houille. Un exemple d'un matériau qui a une forte toxicité humaine mais une faible toxicité cutanée est le plomb inorganique. Dans ce cas, le problème est la contamination du corps ou des vêtements, qui pourrait ultérieurement conduire à l'ingestion ou à l'inhalation, car le solide ne pénétrera pas la peau intacte.

    Une fois qu'une évaluation des voies d'entrée et de la toxicité des matériaux a été réalisée, une évaluation de la probabilité d'exposition doit être effectuée. Par exemple, les travailleurs sont-ils suffisamment en contact avec un produit chimique donné pour devenir visiblement mouillés ou l'exposition est-elle peu probable et les vêtements de protection sont-ils destinés à agir simplement comme une mesure de contrôle redondante ? Pour les situations où le matériau est mortel bien que la probabilité de contact soit faible, le travailleur doit évidemment bénéficier du niveau de protection le plus élevé disponible. Pour les situations où l'exposition elle-même représente un risque très minime (par exemple, une infirmière manipulant de l'alcool isopropylique à 20 % dans de l'eau), le niveau de protection n'a pas besoin d'être à sécurité intégrée. Cette logique de sélection repose essentiellement sur une estimation des effets néfastes du matériau associée à une estimation de la probabilité d'exposition.

    Les propriétés de résistance chimique des barrières

    Des recherches montrant la diffusion de solvants et d'autres produits chimiques à travers des barrières de vêtements de protection «étanches aux liquides» ont été publiées des années 1980 aux années 1990. Par exemple, dans un test de recherche standard, de l'acétone est appliquée sur du caoutchouc néoprène (d'une épaisseur de gant typique). Après contact direct de l'acétone sur la surface extérieure normale, le solvant peut normalement être détecté sur la surface intérieure (côté peau) en 30 minutes, bien qu'en petites quantités. Ce mouvement d'un produit chimique à travers une barrière vestimentaire de protection est appelé pénétration. Le processus de perméation consiste en la diffusion de produits chimiques au niveau moléculaire à travers les vêtements de protection. La perméation se produit en trois étapes : absorption du produit chimique à la surface de la barrière, diffusion à travers la barrière et désorption du produit chimique sur la surface intérieure normale de la barrière. Le temps écoulé entre le contact initial du produit chimique sur la surface extérieure et la détection sur la surface intérieure est appelé le temps de ruptureL’ taux de perméation est le taux de mouvement à l'état d'équilibre du produit chimique à travers la barrière une fois l'équilibre atteint.

    La plupart des tests actuels de résistance à la perméation s'étendent sur des périodes allant jusqu'à huit heures, reflétant des quarts de travail normaux. Cependant, ces tests sont effectués dans des conditions de contact direct liquide ou gazeux qui n'existent généralement pas dans l'environnement de travail. Certains diront donc qu'il existe un «facteur de sécurité» important dans le test. Contre cette hypothèse, il y a le fait que le test de perméation est statique alors que l'environnement de travail est dynamique (impliquant une flexion des matériaux ou des pressions générées par la préhension ou un autre mouvement) et qu'il peut exister des dommages physiques antérieurs au gant ou au vêtement. Étant donné le manque de données publiées sur la perméabilité cutanée et la toxicité cutanée, l'approche adoptée par la plupart des professionnels de la sécurité et de la santé consiste à sélectionner la barrière sans percée pendant la durée du travail ou de la tâche (généralement huit heures), qui est essentiellement une barrière sans dose. concept. Il s'agit d'une approche conservatrice appropriée; cependant, il est important de noter qu'il n'existe actuellement aucune barrière protectrice qui offre une résistance à la perméation à tous les produits chimiques. Pour les situations où les temps de passage sont courts, le professionnel de la sécurité et de la santé doit sélectionner les barrières les plus performantes (c'est-à-dire avec le taux de perméation le plus faible) tout en tenant compte d'autres mesures de contrôle et d'entretien (telles que la nécessité de changer régulièrement de vêtements) .

    Outre le processus de perméation que nous venons de décrire, il existe deux autres propriétés de résistance chimique qui préoccupent le professionnel de la sécurité et de la santé. Ceux-ci sont dégradation et pénétration. La dégradation est une modification délétère d'une ou plusieurs des propriétés physiques d'un matériau de protection provoquée par le contact avec un produit chimique. Par exemple, le polymère alcool polyvinylique (PVA) est une très bonne barrière à la plupart des solvants organiques, mais est dégradé par l'eau. Le caoutchouc latex, largement utilisé pour les gants médicaux, est bien sûr résistant à l'eau, mais est facilement soluble dans des solvants tels que le toluène et l'hexane : il serait tout simplement inefficace pour se protéger contre ces produits chimiques. Deuxièmement, les allergies au latex peuvent provoquer des réactions graves chez certaines personnes.

    La pénétration est le flux d'un produit chimique à travers des trous d'épingle, des coupures ou d'autres imperfections dans les vêtements de protection à un niveau non moléculaire. Même les meilleures barrières de protection seront rendues inefficaces si elles sont perforées ou déchirées. La protection contre la pénétration est importante lorsque l'exposition est peu probable ou peu fréquente et que la toxicité ou le danger est minime. La pénétration est généralement un problème pour les vêtements utilisés pour la protection contre les éclaboussures.

    Plusieurs guides ont été publiés répertoriant les données de résistance chimique (beaucoup sont également disponibles sous forme électronique). En plus de ces guides, la plupart des fabricants des pays industrialisés publient également des données actuelles sur la résistance chimique et physique de leurs produits.

    Dangers physiques

    Comme indiqué dans le tableau 1, les risques physiques comprennent les conditions thermiques, les vibrations, les radiations et les traumatismes, car tous ont le potentiel d'affecter négativement la peau. Les risques thermiques comprennent les effets néfastes du froid et de la chaleur extrêmes sur la peau. Les attributs de protection des vêtements vis-à-vis de ces dangers sont liés à leur degré d'isolation, tandis que les vêtements de protection contre les embrasements électriques et les embrasements électriques nécessitent des propriétés de résistance aux flammes.

    Les vêtements spécialisés peuvent fournir une protection limitée contre certaines formes de rayonnements ionisants et non ionisants. En général, l'efficacité des vêtements qui protègent contre les rayonnements ionisants est basée sur le principe du blindage (comme pour les tabliers et les gants doublés de plomb), alors que les vêtements utilisés contre les rayonnements non ionisants, comme les micro-ondes, sont basés sur la mise à la terre ou l'isolement. Des vibrations excessives peuvent avoir plusieurs effets néfastes sur les parties du corps, principalement les mains. L'exploitation minière (impliquant des perceuses à main) et la réparation des routes (pour lesquelles des marteaux ou des burins pneumatiques sont utilisés), par exemple, sont des professions où des vibrations excessives des mains peuvent entraîner une dégénérescence osseuse et une perte de circulation dans les mains. Les traumatismes cutanés dus à des risques physiques (coupures, écorchures, etc.) sont communs à de nombreuses professions, la construction et la découpe de viande en étant deux exemples. Des vêtements spécialisés (y compris des gants) résistants aux coupures sont maintenant disponibles et sont utilisés dans des applications telles que la découpe de la viande et la foresterie (à l'aide de scies à chaîne). Celles-ci sont basées soit sur la résistance inhérente aux coupures, soit sur la présence d'une masse de fibres suffisante pour obstruer les pièces mobiles (par exemple, les scies à chaîne).

    Dangers biologiques

    Les risques biologiques comprennent les infections dues à des agents et maladies communs aux humains et aux animaux, et l'environnement de travail. Les dangers biologiques communs aux humains ont reçu une grande attention avec la propagation croissante du SIDA et de l'hépatite à diffusion hématogène. Par conséquent, les professions pouvant impliquer une exposition au sang ou aux fluides corporels nécessitent généralement un certain type de vêtement et de gants résistant aux liquides. Les maladies transmises par les animaux lors de la manipulation (par exemple, l'anthrax) sont reconnues depuis longtemps et nécessitent des mesures de protection similaires à celles utilisées pour la manipulation du type d'agents pathogènes à diffusion hématogène qui affectent les humains. Les environnements de travail qui peuvent présenter un danger dû aux agents biologiques comprennent les laboratoires cliniques et microbiologiques ainsi que d'autres environnements de travail spéciaux.

    Types de protection

    Les vêtements de protection au sens générique comprennent tous les éléments d'un ensemble de protection (par exemple, vêtements, gants et bottes). Ainsi, les vêtements de protection peuvent inclure tout, d'un doigtier offrant une protection contre les coupures de papier à une combinaison entièrement encapsulante avec un appareil respiratoire autonome utilisé pour une intervention d'urgence en cas de déversement de produits chimiques dangereux.

    Les vêtements de protection peuvent être faits de matériaux naturels (p. ex. coton, laine et cuir), de fibres synthétiques (p. ex. nylon) ou de divers polymères (p. ex. plastiques et caoutchoucs tels que le caoutchouc butyle, le chlorure de polyvinyle et le polyéthylène chloré). Les matériaux tissés, cousus ou autrement poreux (non résistants à la pénétration ou à la perméation des liquides) ne doivent pas être utilisés dans les situations où une protection contre un liquide ou un gaz est requise. Les tissus et matériaux poreux spécialement traités ou intrinsèquement ininflammables sont couramment utilisés pour la protection contre les embrasements électriques et les arcs électriques (par exemple, dans l'industrie pétrochimique), mais ne fournissent généralement pas de protection contre une exposition régulière à la chaleur. Il convient de noter ici que la lutte contre l'incendie nécessite des vêtements spécialisés qui offrent une résistance aux flammes (brûlure), une barrière contre l'eau et une isolation thermique (protection contre les températures élevées). Certaines applications spéciales nécessitent également une protection infrarouge (IR) par l'utilisation de revêtements aluminisés (par exemple, la lutte contre les incendies de carburant pétrolier). Le tableau 2 résume les exigences typiques en matière de performances physiques, chimiques et biologiques et les matériaux de protection courants utilisés pour la protection contre les dangers.

    Tableau 2. Exigences communes en matière de performances physiques, chimiques et biologiques

    Danger

    Caractéristique de performance requise

    Matériaux courants des vêtements de protection

    Thermique

    Valeur d'isolation

    Coton épais ou autres tissus naturels

    Incendie

    Isolation et résistance aux flammes

    Gants aluminisés; gants traités ignifuges ; fibre d'aramide et autres tissus spéciaux

    Abrasion mécanique

    Résistance à l'abrasion ; résistance à la traction

    Tissus lourds; cuir

    Coupures et crevaisons

    Résistance aux coupures

    Treillis métallique; fibre de polyamide aromatique et autres tissus spéciaux

    Chimique/toxicologique

    Résistance à la perméation

    Matériaux polymères et élastomères ; (y compris latex)

    Dentisterie Biologique

    "Etanche" ; (résistant à la perforation)

     

    Radiologique

    Généralement résistance à l'eau ou résistance aux particules (pour les radionucléides)

     

     

    Les configurations des vêtements de protection varient considérablement en fonction de l'utilisation prévue. Cependant, les composants normaux sont analogues aux vêtements personnels (c.-à-d. pantalons, veste, capuchon, bottes et gants) pour la plupart des risques physiques. Les articles à usage spécial pour des applications telles que la résistance aux flammes dans les industries impliquant le traitement des métaux en fusion peuvent inclure des jambières, des brassards et des tabliers construits à la fois avec des fibres et des matériaux naturels et synthétiques traités et non traités (un exemple historique serait l'amiante tissé). Les vêtements de protection chimique peuvent être plus spécialisés en termes de construction, comme le montrent les figures 1 et 2.

    Figure 1. Un travailleur portant des gants et un vêtement de protection chimique versant des produits chimiques

    PPE070F3

    Figure 2. Deux travailleurs portant différentes configurations de vêtements de protection contre les produits chimiques

    PPE070F5

    Les gants de protection chimique sont généralement disponibles dans une grande variété de polymères et de combinaisons ; certains gants en coton, par exemple, sont enduits du polymère d'intérêt (au moyen d'un procédé de trempage). (Voir figure 3). Certains des nouveaux «gants» en aluminium et multilaminés ne sont que bidimensionnels (plats) - et ont donc certaines contraintes ergonomiques, mais sont très résistants aux produits chimiques. Ces gants fonctionnent généralement mieux lorsqu'un gant extérieur en polymère moulant est porté par-dessus le gant plat intérieur (cette technique est appelée double gantage) pour conformer le gant intérieur à la forme des mains. Les gants en polymère sont disponibles dans une grande variété d'épaisseurs allant du poids très léger (<2 mm) au poids lourd (>5 mm) avec et sans doublures intérieures ou substrats (appelés canevas). Les gants sont également couramment disponibles dans une variété de longueurs allant d'environ 30 centimètres pour la protection des mains à des gantelets d'environ 80 centimètres, s'étendant de l'épaule du travailleur jusqu'au bout de la main. Le choix correct de la longueur dépend de l'étendue de la protection requise ; cependant, la longueur devrait normalement être suffisante pour s'étendre au moins jusqu'aux poignets du travailleur afin d'empêcher le drainage dans le gant. (Voir figure 4).

    Figure 3. Différents types de gants résistants aux produits chimiques

    DISPARU

    Figure 4. Gants en fibres naturelles ; illustre également une longueur suffisante pour la protection du poignet

    PPE070F7

    Les bottes sont disponibles dans une grande variété de longueurs allant de la longueur des hanches à celles qui ne couvrent que le bas du pied. Les bottes de protection contre les produits chimiques ne sont disponibles que dans un nombre limité de polymères car elles nécessitent un degré élevé de résistance à l'abrasion. Les polymères et caoutchoucs couramment utilisés dans la construction de bottes résistantes aux produits chimiques comprennent le PVC, le caoutchouc butyle et le caoutchouc néoprène. Des bottes laminées spécialement construites utilisant d'autres polymères peuvent également être obtenues mais sont assez chères et en quantité limitée à l'échelle internationale à l'heure actuelle.

    Les vêtements de protection contre les produits chimiques peuvent être obtenus sous la forme d'un vêtement monobloc entièrement encapsulant (étanche aux gaz) avec des gants et des bottes attachés ou sous la forme de plusieurs composants (par exemple, pantalon, veste, cagoule, etc.). Certains matériaux de protection utilisés pour la construction d'ensembles auront plusieurs couches ou lamelles. Les matériaux en couches sont généralement requis pour les polymères qui n'ont pas une intégrité physique inhérente et des propriétés de résistance à l'abrasion suffisamment bonnes pour permettre la fabrication et l'utilisation comme vêtement ou gant (par exemple, le caoutchouc butyle par rapport au Teflon®). Les tissus de support courants sont le nylon, le polyester, les aramides et la fibre de verre. Ces substrats sont revêtus ou stratifiés par des polymères tels que le chlorure de polyvinyle (PVC), le Téflon®, le polyuréthane et le polyéthylène.

    Au cours de la dernière décennie, il y a eu une énorme croissance de l'utilisation de polyéthylène non tissé et de matériaux microporeux pour la construction de combinaisons jetables. Ces costumes filés-collés, parfois appelés à tort « costumes en papier », sont fabriqués à l'aide d'un procédé spécial dans lequel les fibres sont liées ensemble plutôt que tissées. Ces vêtements de protection sont peu coûteux et très légers. Les matériaux microporeux non enduits (appelés "respirants" car ils permettent une certaine transmission de la vapeur d'eau et sont donc moins stressants à la chaleur) et les vêtements non tissés ont de bonnes applications comme protection contre les particules mais ne sont normalement pas résistants aux produits chimiques ou aux liquides. Les vêtements spun-bonded sont également disponibles avec divers revêtements tels que le polyéthylène et le Saranex®. Selon les caractéristiques du revêtement, ces vêtements peuvent offrir une bonne résistance chimique à la plupart des substances courantes.

    Approbation, certification et normes

    La disponibilité, la construction et la conception des vêtements de protection varient considérablement à travers le monde. Comme on pouvait s'y attendre, les systèmes d'approbation, les normes et les certifications varient également. Néanmoins, il existe des normes volontaires de performance similaires aux États-Unis (par exemple, American Society for Testing and Materials—ASTM—normes), en Europe (Comité européen de normalisation—CEN—normes) et dans certaines parties de l'Asie (normes locales telles que comme au Japon). Le développement de normes de performance mondiales a commencé par le biais du Comité technique 94 de l'Organisation internationale de normalisation pour les vêtements et équipements de protection individuelle. De nombreuses normes et méthodes d'essai pour mesurer les performances développées par ce groupe étaient basées soit sur les normes CEN, soit sur celles d'autres pays comme les États-Unis par le biais de l'ASTM.

    Aux États-Unis, au Mexique et dans la majeure partie du Canada, aucune certification ou approbation n'est requise pour la plupart des vêtements de protection. Des exceptions existent pour les applications spéciales telles que les vêtements des applicateurs de pesticides (régis par les exigences d'étiquetage des pesticides). Néanmoins, de nombreuses organisations publient des normes volontaires, telles que l'ASTM mentionnée précédemment, la National Fire Protection Association (NFPA) aux États-Unis et l'Organisation canadienne de normalisation (CSO) au Canada. Ces normes volontaires affectent de manière significative la commercialisation et la vente de vêtements de protection et agissent donc comme des normes obligatoires.

    En Europe, la fabrication d'équipements de protection individuelle est réglementée par la directive communautaire européenne 89/686/CEE. Cette directive définit à la fois les produits qui relèvent du champ d'application de la directive et les classe en différentes catégories. Pour les catégories d'équipements de protection où le risque n'est pas minime et où l'utilisateur ne peut pas identifier facilement le danger, l'équipement de protection doit répondre aux normes de qualité et de fabrication détaillées dans la directive.

    Aucun produit d'équipement de protection ne peut être vendu dans la Communauté européenne s'il ne porte pas le marquage CE (Communauté européenne). Les exigences de test et d'assurance qualité doivent être respectées pour recevoir le marquage CE.

    Capacités et besoins individuels

    Dans tous les cas, sauf quelques-uns, l'ajout de vêtements et d'équipements de protection diminuera la productivité et augmentera l'inconfort des travailleurs. Cela peut également entraîner une diminution de la qualité, car les taux d'erreur augmentent avec l'utilisation de vêtements de protection. Pour les vêtements de protection contre les produits chimiques et certains vêtements ignifuges, certaines directives générales doivent être prises en compte concernant les conflits inhérents entre le confort, l'efficacité et la protection des travailleurs. Premièrement, plus la barrière est épaisse, mieux c'est (augmente le temps de percée ou offre une meilleure isolation thermique); cependant, plus la barrière est épaisse, plus elle diminue la facilité de mouvement et le confort de l'utilisateur. Des barrières plus épaisses augmentent également le potentiel de stress thermique. Deuxièmement, les barrières qui ont une excellente résistance chimique ont tendance à augmenter le niveau d'inconfort et de stress thermique du travailleur car la barrière agira normalement aussi comme une barrière à la transmission de la vapeur d'eau (c'est-à-dire la transpiration). Troisièmement, plus la protection globale des vêtements est élevée, plus une tâche donnée prendra de temps à accomplir et plus le risque d'erreurs sera élevé. Il existe également quelques tâches où l'utilisation de vêtements de protection pourrait augmenter certaines classes de risque (par exemple, autour de machines en mouvement, où le risque de stress thermique est supérieur au risque chimique). Bien que cette situation soit rare, elle doit être considérée.

    D'autres problèmes sont liés aux limitations physiques imposées par l'utilisation de vêtements de protection. Par exemple, un travailleur muni d'une paire de gants épais ne sera pas en mesure d'effectuer facilement des tâches nécessitant un degré élevé de dextérité et des mouvements répétitifs. Comme autre exemple, un peintre au pistolet dans une combinaison totalement encapsulante ne pourra généralement pas regarder sur le côté, vers le haut ou vers le bas, car généralement le respirateur et la visière de la combinaison restreignent le champ de vision dans ces configurations de combinaison. Ce ne sont là que quelques exemples des restrictions ergonomiques associées au port de vêtements et d'équipements de protection.

    La situation de travail doit toujours être prise en compte dans le choix des vêtements de protection pour le travail. La solution optimale consiste à sélectionner le niveau minimum de vêtements et d'équipement de protection nécessaire pour effectuer le travail en toute sécurité.

    Éducation et formation

    Une éducation et une formation adéquates pour les utilisateurs de vêtements de protection sont essentielles. La formation et l'éducation devraient inclure :

    • la nature et l'étendue des risques
    • les conditions dans lesquelles les vêtements de protection doivent être portés
    • quels vêtements de protection sont nécessaires
    • l'utilisation et les limites des vêtements de protection à attribuer
    • comment inspecter, enfiler, retirer, ajuster et porter correctement les vêtements de protection
    • procédures de décontamination, si nécessaire
    • signes et symptômes de surexposition ou de défaillance vestimentaire
    • premiers soins et procédures d'urgence
    • le stockage, la durée de vie, l'entretien et l'élimination appropriés des vêtements de protection.

     

    Cette formation devrait intégrer au moins tous les éléments énumérés ci-dessus et toute autre information pertinente qui n'a pas déjà été fournie au travailleur par le biais d'autres programmes. Pour les domaines d'actualité déjà fournis au travailleur, un résumé de rappel doit toujours être fourni à l'utilisateur de vêtements. Par exemple, si les signes et symptômes de surexposition ont déjà été signalés aux travailleurs dans le cadre de leur formation pour travailler avec des produits chimiques, les symptômes qui résultent d'expositions cutanées importantes par rapport à l'inhalation doivent être à nouveau soulignés. Enfin, les travailleurs devraient avoir la possibilité d'essayer les vêtements de protection pour un travail particulier avant qu'une sélection finale ne soit faite.

    La connaissance du danger et des limites des vêtements de protection réduit non seulement le risque pour le travailleur, mais fournit également au professionnel de la santé et de la sécurité un travailleur capable de fournir une rétroaction sur l'efficacité de l'équipement de protection.

    Entretien

    Le stockage, l'inspection, le nettoyage et la réparation appropriés des vêtements de protection sont importants pour la protection globale fournie par les produits à l'utilisateur.

    Certains vêtements de protection auront des limitations de stockage telles qu'une durée de conservation prescrite ou une protection requise contre les rayons UV (par exemple, la lumière du soleil, les éclairs de soudage, etc.), l'ozone, l'humidité, les températures extrêmes ou la prévention du pliage du produit. Par exemple, les produits en caoutchouc naturel nécessitent généralement toutes les mesures de précaution que nous venons d'énumérer. Comme autre exemple, de nombreuses combinaisons en polymère d'encapsulation peuvent être endommagées si elles sont pliées plutôt que laissées pendre debout. Le fabricant ou le distributeur doit être consulté pour toute limitation de stockage de leurs produits.

    L'inspection des vêtements de protection doit être effectuée par l'utilisateur sur une base fréquente (par exemple, à chaque utilisation). L'inspection par des collègues est une autre technique qui peut être utilisée pour impliquer les porteurs dans l'assurance de l'intégrité des vêtements de protection qu'ils doivent utiliser. En tant que politique de gestion, il est également conseillé d'exiger des superviseurs qu'ils inspectent les vêtements de protection (à des intervalles appropriés) qui sont utilisés régulièrement. Les critères d'inspection dépendront de l'utilisation prévue de l'article de protection ; cependant, il comprendrait normalement un examen des déchirures, des trous, des imperfections et de la dégradation. À titre d'exemple de technique d'inspection, les gants en polymère utilisés pour la protection contre les liquides doivent être gonflés à l'air pour vérifier leur intégrité contre les fuites.

    Le nettoyage des vêtements de protection destinés à être réutilisés doit être effectué avec soin. Les tissus naturels peuvent être nettoyés par des méthodes de lavage normales s'ils ne sont pas contaminés par des matériaux toxiques. Les procédures de nettoyage adaptées aux fibres et matériaux synthétiques sont généralement limitées. Par exemple, certains produits traités pour résister aux flammes perdront leur efficacité s'ils ne sont pas correctement nettoyés. Les vêtements utilisés pour la protection contre les produits chimiques qui ne sont pas solubles dans l'eau ne peuvent souvent pas être décontaminés par simple lavage avec du savon ou un détergent et de l'eau. Les tests effectués sur les vêtements des applicateurs de pesticides indiquent que les procédures de lavage normales ne sont pas efficaces pour de nombreux pesticides. Le nettoyage à sec est déconseillé du tout car il est souvent inefficace et peut dégrader ou contaminer le produit. Il est important de consulter le fabricant ou le distributeur des vêtements avant de tenter des procédures de nettoyage qui ne sont pas spécifiquement connues pour être sûres et réalisables.

    La plupart des vêtements de protection ne sont pas réparables. Des réparations peuvent être effectuées sur quelques articles tels que des combinaisons en polymère entièrement encapsulantes. Cependant, le fabricant doit être consulté pour les procédures de réparation appropriées.

    Utilisation et mauvaise utilisation

    Utilisez. Avant tout, la sélection et l'utilisation correcte des vêtements de protection doivent être basées sur une évaluation des risques liés à la tâche pour laquelle la protection est requise. À la lumière de l'évaluation, une définition précise des exigences de performance et des contraintes ergonomiques du poste peut être déterminée. Enfin, une sélection qui équilibre la protection des travailleurs, la facilité d'utilisation et le coût peut être faite.

    Une approche plus formelle consisterait à développer un programme modèle écrit, une méthode qui réduirait le risque d'erreur, augmenterait la protection des travailleurs et établirait une approche cohérente pour la sélection et l'utilisation des vêtements de protection. Un programme modèle pourrait contenir les éléments suivants :

    1. un schéma d'organisation et un plan administratif
    2. une méthodologie d'évaluation des risques
    3. une évaluation des autres options de contrôle pour protéger le travailleur
    4. critères de performance pour les vêtements de protection
    5. critères et procédures de sélection pour déterminer le choix optimal
    6. spécifications d'achat des vêtements de protection
    7. un plan de validation de la sélection effectuée
    8. critères de décontamination et de réutilisation, le cas échéant
    9. un programme de formation des utilisateurs
    10. 10.un plan d'audit pour s'assurer que les procédures sont systématiquement suivies.

     

    Abuser. Il existe plusieurs exemples d'utilisation abusive de vêtements de protection que l'on peut couramment observer dans l'industrie. Une mauvaise utilisation est généralement le résultat d'un manque de compréhension des limites des vêtements de protection de la part de la direction, des travailleurs ou des deux. Un exemple clair de mauvaise pratique est l'utilisation de vêtements de protection non ignifuges pour les travailleurs qui manipulent des solvants inflammables ou qui travaillent dans des situations où des flammes nues, des charbons ardents ou des métaux en fusion sont présents. Les vêtements de protection faits de matériaux polymères tels que le polyéthylène peuvent favoriser la combustion et peuvent même fondre dans la peau, provoquant une brûlure encore plus grave.

    Un deuxième exemple courant est la réutilisation de vêtements de protection (y compris des gants) où le produit chimique a contaminé l'intérieur des vêtements de protection de sorte que le travailleur augmente son exposition à chaque utilisation ultérieure. On observe fréquemment une autre variante de ce problème lorsque les travailleurs utilisent des gants en fibres naturelles (par exemple, en cuir ou en coton) ou leurs propres chaussures personnelles pour travailler avec des produits chimiques liquides. Si des produits chimiques sont renversés sur les fibres naturelles, ils seront retenus pendant de longues périodes et migreront vers la peau elle-même. Une autre variante de ce problème consiste à rapporter à la maison des vêtements de travail contaminés pour les nettoyer. Cela peut entraîner l'exposition de toute une famille à des produits chimiques nocifs, un problème courant car les vêtements de travail sont généralement nettoyés avec les autres vêtements de la famille. Étant donné que de nombreux produits chimiques ne sont pas solubles dans l'eau, ils peuvent se propager à d'autres vêtements simplement par action mécanique. Plusieurs cas de cette propagation de contaminants ont été constatés, notamment dans les industries qui fabriquent des pesticides ou traitent des métaux lourds (par exemple, empoisonnement des familles de travailleurs manipulant du mercure et du plomb). Ce ne sont là que quelques-uns des exemples les plus frappants d'utilisation abusive de vêtements de protection. Ces problèmes peuvent être surmontés en comprenant simplement l'utilisation appropriée et les limites des vêtements de protection. Ces informations doivent être facilement disponibles auprès du fabricant et des experts en santé et sécurité.

     

    Noir

    Jeudi, Mars 17 2011 16: 43

    Protection respiratoire

    Dans certaines industries, l'air contaminé par des poussières, fumées, brouillards, vapeurs ou gaz potentiellement nocifs peut nuire aux travailleurs. Le contrôle de l'exposition à ces matériaux est important pour diminuer le risque de maladies professionnelles causées par la respiration de l'air contaminé. La meilleure méthode pour contrôler l'exposition est de minimiser la contamination du lieu de travail. Cela peut être accompli en utilisant des mesures de contrôle technique (par exemple, par une enceinte ou un confinement de l'opération, par une ventilation générale et locale et la substitution de matériaux moins toxiques). Lorsque des contrôles techniques efficaces ne sont pas réalisables, ou pendant leur mise en œuvre ou leur évaluation, des respirateurs peuvent être utilisés pour protéger la santé du travailleur. Pour que les respirateurs fonctionnent comme prévu, un programme de respirateurs approprié et bien planifié est nécessaire.

    Dangers respiratoires

    Les dangers pour le système respiratoire peuvent prendre la forme de contaminants atmosphériques ou être dus à un manque d'oxygène suffisant. Les particules, gaz ou vapeurs qui constituent les contaminants de l'air peuvent être associés à différentes activités (voir tableau 1).

    Tableau 1. Dangers matériels associés à des activités particulières

    Type de danger

    Sources ou activités typiques

    Exemples

    Poussières

    Couture, meulage, ponçage, écaillage, sablage

    Poussière de bois, charbon, poussière de silice

    Les vapeurs

    Soudage, brasage, fusion

    Émanations de plomb, de zinc et d'oxyde de fer

    Brumes

    Peinture au pistolet, métallisation, usinage

    Brouillards de peinture, brouillards d'huile

    Fibres

    Isolation, produits de friction

    Amiante, fibre de verre

    Gaz

    Soudage, moteurs à combustion, traitement de l'eau

    Ozone, dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, chlore

    Vapeurs

    Dégraissage, peinture, produits de nettoyage

    Chlorure de méthylène, toluène, essences minérales

     

    L'oxygène est un composant normal de l'environnement qui est nécessaire au maintien de la vie. Physiologiquement parlant, la carence en oxygène est une réduction de la disponibilité de l'oxygène dans les tissus de l'organisme. Elle peut être causée par la diminution du pourcentage d'oxygène dans l'air ou par la diminution de la pression partielle d'oxygène. (La pression partielle d'un gaz est égale à la fraction de concentration du gaz en question multipliée par la pression atmosphérique totale.) La forme la plus courante de manque d'oxygène dans les environnements de travail se produit lorsque le pourcentage d'oxygène est réduit parce qu'il est déplacé par un autre gaz dans un espace confiné.

    Types de respirateurs

    Les respirateurs sont classés par type de couverture offerte pour le système respiratoire (couverture d'entrée) et par le mécanisme utilisé pour protéger le porteur du contaminant ou du manque d'oxygène. Le mécanisme est soit une purification de l'air, soit un apport d'air.

    Revêtements d'entrée

    Les "entrées" du système respiratoire sont le nez et la bouche. Pour qu'un respirateur fonctionne, ceux-ci doivent être scellés par un couvercle qui isolera d'une certaine manière le système respiratoire de la personne des dangers dans l'environnement respirable tout en permettant simultanément l'apport d'une quantité suffisante d'oxygène. Les types de revêtements utilisés peuvent être serrés ou lâches.

    Les revêtements ajustés peuvent prendre la forme d'un quart de masque, d'un demi-masque, d'un masque complet ou d'un embout buccal. Un quart de masque couvre à la fois le nez et la bouche. La surface d'étanchéité s'étend de l'arête du nez jusqu'en dessous des lèvres (un quart du visage). Un demi-masque forme un joint de l'arête du nez jusqu'en dessous du menton (la moitié du visage). Le joint d'étanchéité d'un masque complet s'étend du dessus des yeux (mais sous la ligne des cheveux) jusqu'en dessous du menton (couvrant tout le visage).

    Avec un respirateur utilisant un embout buccal, le mécanisme de recouvrement des entrées du système respiratoire est légèrement différent. La personne mord sur un morceau de caoutchouc qui est attaché au respirateur et utilise un pince-nez pour sceller le nez. Ainsi, les deux entrées du système respiratoire sont scellées. Les respirateurs à embout buccal sont d'un type spécial qui ne sont utilisés que dans des situations nécessitant une évacuation d'une atmosphère dangereuse. Ils ne seront pas discutés plus loin dans ce chapitre, car leur utilisation est si spécialisée.

    Les types de revêtements quart, demi-visage ou intégral peuvent être utilisés avec un type de respirateur purificateur d'air ou à adduction d'air. Le type d'embout buccal n'existe qu'en tant que type purificateur d'air.

    Les revêtements d'entrée lâches, comme leur nom l'indique, ne reposent pas sur une surface d'étanchéité pour protéger le système respiratoire du travailleur. Ils couvrent plutôt le visage, la tête ou la tête et les épaules, offrant un environnement sûr. Sont également inclus dans ce groupe les combinaisons qui couvrent tout le corps. (Les combinaisons n'incluent pas les vêtements qui sont portés uniquement pour protéger la peau, tels que les combinaisons anti-éclaboussures.) Comme ils ne sont pas étanches au visage, les revêtements d'entrée amples ne fonctionnent que dans les systèmes qui fournissent un flux d'air. Le débit d'air doit être supérieur à l'air requis pour respirer afin d'empêcher le contaminant à l'extérieur du respirateur de fuir vers l'intérieur.

    Respirateurs à purification d’air

    Un respirateur purificateur d'air fait passer l'air ambiant à travers un élément purificateur d'air qui élimine les contaminants. L'air passe à travers l'élément de purification d'air au moyen de l'action respiratoire (respirateurs à pression négative) ou par un ventilateur (respirateurs à adduction d'air pur ou PAPR).

    Le type d'élément purificateur d'air déterminera quels contaminants sont éliminés. Des filtres d'efficacité variable sont utilisés pour éliminer les aérosols. Le choix du filtre dépendra des propriétés de l'aérosol ; normalement, la taille des particules est la caractéristique la plus importante. Les cartouches chimiques sont remplies d'un matériau spécifiquement choisi pour absorber ou réagir avec la vapeur ou le contaminant gazeux.

    Respirateurs à adduction d'air

    Les respirateurs à alimentation atmosphérique sont une classe de respirateurs qui fournissent une atmosphère respirable indépendamment de l'atmosphère du lieu de travail. Un type est communément appelé un respirateur à adduction d'air et fonctionne dans l'un des trois modes : demande, débit continu ou demande de pression. Les respirateurs fonctionnant en modes demande et pression-demande peuvent être équipés d'un demi-masque ou d'un revêtement d'entrée de masque complet. Le type à flux continu peut également être équipé d'un casque/cagoule ou d'un masque ample.

    Un deuxième type de respirateur à adduction d'atmosphère, appelé appareil respiratoire autonome (ARA), est équipé d'une alimentation en air autonome. Il peut être utilisé uniquement pour l'évacuation ou pour entrer et s'échapper d'une atmosphère dangereuse. L'air est fourni par une bouteille d'air comprimé ou par une réaction chimique.

    Certains respirateurs à adduction d'air sont équipés d'une petite bouteille d'air supplémentaire. La bouteille d'air permet à la personne utilisant le respirateur de s'échapper en cas de panne de l'alimentation en air principale.

    Unités combinées

    Certains respirateurs spécialisés peuvent être conçus pour fonctionner à la fois en mode d'alimentation en air et en mode de purification d'air. Ils s'appellent unités combinées.

    Programmes de protection respiratoire

    Pour qu'un respirateur fonctionne comme prévu, un programme minimal de respirateur doit être développé. Indépendamment du type de respirateur utilisé, du nombre de personnes impliquées et de la complexité de l'utilisation du respirateur, il y a des considérations de base qui doivent être incluses dans chaque programme. Pour les programmes simples, les exigences adéquates peuvent être minimales. Pour les programmes plus importants, il peut être nécessaire de se préparer à une entreprise complexe.

    À titre d'illustration, considérez la nécessité de tenir des registres des essais d'ajustement de l'équipement. Pour un programme d'une ou deux personnes, la date du dernier test d'ajustement, le test d'ajustement du respirateur et la procédure pourraient être conservés sur une simple carte, tandis que pour un programme important avec des centaines d'utilisateurs, une base de données informatisée avec un système de suivi les personnes qui doivent subir un test d'ajustement peuvent être requises.

    Les conditions requises pour un programme réussi sont décrites dans les six sections suivantes.

    1. Administration du programme

    La responsabilité du programme de respirateurs devrait être confiée à une seule personne, appelée le administrateur du programme. Une seule personne est affectée à cette tâche afin que la direction comprenne clairement qui est responsable. Tout aussi important, cette personne reçoit le statut nécessaire pour prendre des décisions et exécuter le programme.

    L'administrateur du programme doit avoir une connaissance suffisante de la protection respiratoire pour superviser le programme d'appareils respiratoires de manière sûre et efficace. Les responsabilités de l'administrateur du programme comprennent la surveillance des risques respiratoires, la tenue des dossiers et la conduite des évaluations du programme.

    2. Procédures d'exploitation écrites

    Des procédures écrites sont utilisées pour documenter le programme afin que chaque participant sache ce qui doit être fait, qui est responsable de l'activité et comment elle doit être réalisée. Le document de procédure doit inclure un énoncé des objectifs du programme. Cette déclaration indiquerait clairement que la direction de l'entreprise est responsable de la santé des travailleurs et de la mise en œuvre du programme de protection respiratoire. Un document écrit énonçant les procédures essentielles d'un programme de respirateur doit couvrir les fonctions suivantes :

    • sélection de respirateur
    • entretien, inspection et réparation
    • formation des employés, des superviseurs et de la personne qui délivre les respirateurs
    • essais d'ajustement
    • activités administratives, y compris les achats, le contrôle des stocks et la tenue de registres
    • surveillance des dangers
    • surveillance de l'utilisation du respirateur
    • évaluation médicale
    • la fourniture de respirateurs à usage d'urgence
    • évaluation du programme.

     

    3. Formation

    La formation est une partie importante d'un programme de respirateurs. Le superviseur des personnes utilisant des respirateurs, les utilisateurs eux-mêmes et les personnes qui délivrent des respirateurs aux utilisateurs doivent tous être formés. Le superviseur doit en savoir suffisamment sur le respirateur utilisé et pourquoi il est utilisé afin qu'il soit en mesure de surveiller son utilisation correcte : en effet, la personne qui remet le respirateur à l'utilisateur a besoin d'une formation suffisante pour s'assurer que le le bon respirateur est distribué.

    Les travailleurs qui utilisent des respirateurs doivent recevoir une formation et un recyclage périodique. La formation devrait inclure des explications et des discussions sur les points suivants :

    1. la nature du danger respiratoire et les effets possibles sur la santé si le respirateur n'est pas utilisé correctement
    2. la raison pour laquelle un type particulier de respirateur a été sélectionné
    3. le fonctionnement du respirateur et ses limites
    4. comment mettre le respirateur et vérifier qu'il fonctionne et qu'il est correctement réglé
    5. comment entretenir, inspecter et stocker le respirateur
    6. un test d'ajustement du respirateur pour les respirateurs à pression négative.

     

    4. Entretien du respirateur

    L'entretien du respirateur comprend un nettoyage régulier, une inspection des dommages et le remplacement des pièces usées. Le fabricant du respirateur est la meilleure source d'information sur la façon d'effectuer le nettoyage, l'inspection, la réparation et l'entretien.

    Les respirateurs doivent être nettoyés et désinfectés périodiquement. Si un respirateur doit être utilisé par plusieurs personnes, il doit être nettoyé et désinfecté avant d'être porté par d'autres. Les respirateurs destinés à une utilisation d'urgence doivent être nettoyés et désinfectés après chaque utilisation. Cette procédure ne doit pas être négligée, car il peut y avoir des besoins particuliers pour maintenir le bon fonctionnement du respirateur. Cela peut inclure des températures contrôlées pour les solutions de nettoyage afin d'éviter d'endommager les élastomères de l'appareil. De plus, certaines pièces doivent être nettoyées avec soin ou d'une manière spéciale pour éviter tout dommage. Le fabricant du respirateur fournira une procédure suggérée.

    Après le nettoyage et la désinfection, chaque respirateur doit être inspecté pour déterminer s'il est en bon état de fonctionnement, s'il doit être remplacé ou réparé, ou s'il doit être jeté. L'utilisateur doit être suffisamment formé et familiarisé avec le respirateur afin d'être en mesure d'inspecter le respirateur immédiatement avant chaque utilisation afin de s'assurer qu'il est en bon état de fonctionnement.

    Les respirateurs qui sont stockés pour une utilisation d'urgence doivent être inspectés périodiquement. Une fréquence d'une fois par mois est suggérée. Une fois qu'un respirateur à usage d'urgence est utilisé, il doit être nettoyé et inspecté avant d'être réutilisé ou entreposé.

    En général, l'inspection comprendra une vérification de l'étanchéité des connexions ; pour l'état du revêtement des entrées respiratoires, du harnais de tête, des valves, des tubes de raccordement, des ensembles de harnais, des tuyaux, des filtres, des cartouches, des cartouches, de l'indicateur de fin de vie utile, des composants électriques et de la date de péremption ; et pour le bon fonctionnement des régulateurs, alarmes et autres systèmes d'alerte.

    Une attention particulière doit être accordée à l'inspection des élastomères et des pièces en plastique que l'on trouve couramment sur cet équipement. Le caoutchouc ou d'autres pièces en élastomère peuvent être inspectés pour la souplesse et les signes de détérioration en étirant et en pliant le matériau, à la recherche de signes de fissuration ou d'usure. Les valves d'inspiration et d'expiration sont généralement minces et facilement endommagées. Il faut également rechercher l'accumulation de savons ou d'autres produits de nettoyage sur les surfaces d'étanchéité des sièges de soupape. Des dommages ou une accumulation peuvent provoquer des fuites excessives à travers la vanne. Les pièces en plastique doivent être inspectées pour détecter tout dommage, comme des fils dénudés ou cassés sur une cartouche, par exemple.

    Les bouteilles d'air et d'oxygène doivent être inspectées pour déterminer si elles sont complètement chargées conformément aux instructions du fabricant. Certaines bouteilles nécessitent une inspection périodique pour s'assurer que le métal lui-même n'est pas endommagé ou rouillé. Cela peut inclure des tests hydrostatiques périodiques de l'intégrité de la bouteille.

    Les pièces qui s'avèrent défectueuses doivent être remplacées par du stock fourni par le fabricant lui-même. Certaines pièces peuvent sembler très similaires à celles d'un autre fabricant, mais peuvent fonctionner différemment dans le respirateur lui-même. Toute personne effectuant des réparations doit être formée à l'entretien et au montage appropriés des respirateurs.

    Pour les équipements à adduction d'air et autonomes, un niveau de formation supérieur est requis. Les soupapes de réduction ou d'admission, les régulateurs et les alarmes doivent être réglés ou réparés uniquement par le fabricant du respirateur ou par un technicien formé par le fabricant.

    Les respirateurs qui ne répondent pas aux critères d'inspection applicables doivent être immédiatement retirés du service et réparés ou remplacés.

    Les respirateurs doivent être correctement stockés. Des dommages peuvent survenir s'ils ne sont pas protégés des agents physiques et chimiques tels que les vibrations, la lumière du soleil, la chaleur, le froid extrême, l'humidité excessive ou les produits chimiques nocifs. Les élastomères utilisés dans le masque peuvent être facilement endommagés s'ils ne sont pas protégés. Les respirateurs ne doivent pas être entreposés dans des endroits tels que des casiers et des boîtes à outils à moins qu'ils ne soient protégés de la contamination et des dommages.

    5. Évaluations médicales

    Les respirateurs peuvent affecter la santé de la personne qui utilise l'équipement en raison du stress supplémentaire sur le système pulmonaire. Il est recommandé qu'un médecin évalue chaque utilisateur de respirateur pour déterminer s'il peut porter un respirateur sans difficulté. Il appartient au médecin de déterminer ce qui constituera une évaluation médicale. Un médecin peut exiger ou non un examen physique dans le cadre de l'évaluation de la santé.

    Pour effectuer cette tâche, le médecin doit recevoir des informations sur le type de respirateur utilisé et sur le type et la durée du travail que le travailleur effectuera en utilisant le respirateur. Pour la plupart des respirateurs, une personne normale en bonne santé ne sera pas affectée par le port du respirateur, en particulier dans le cas des types légers à purification d'air.

    Une personne censée utiliser un appareil respiratoire autonome dans des conditions d'urgence aura besoin d'une évaluation plus approfondie. Le poids du SCBA en lui-même ajoute considérablement à la quantité de travail qui doit être effectuée.

    6. Respirateurs approuvés

    De nombreux gouvernements ont des systèmes pour tester et approuver les performances des respirateurs à utiliser dans leurs juridictions. Dans de tels cas, un respirateur approuvé doit être utilisé car le fait de son approbation indique que le respirateur a satisfait à certaines exigences minimales de performance. Si aucune approbation officielle n'est requise par le gouvernement, tout respirateur validement approuvé est susceptible de fournir une meilleure assurance qu'il fonctionnera comme prévu par rapport à un respirateur qui n'a subi aucun test d'approbation spécial.

    Problèmes affectant les programmes de respirateurs

    Il existe plusieurs domaines d'utilisation des respirateurs qui peuvent entraîner des difficultés dans la gestion d'un programme de respirateurs. Il s'agit du port de poils faciaux et de la compatibilité des lunettes et autres équipements de protection avec le respirateur porté.

    Cheveux faciaux

    Les poils du visage peuvent poser un problème dans la gestion d'un programme de respirateur. Certains travailleurs aiment porter la barbe pour des raisons esthétiques. D'autres éprouvent des difficultés à se raser, souffrant d'une condition médicale où les poils du visage s'enroulent et poussent dans la peau après le rasage. Lorsqu'une personne inhale, une pression négative s'accumule à l'intérieur du respirateur, et si le joint au visage n'est pas étanche, des contaminants peuvent s'infiltrer à l'intérieur. Cela s'applique aux respirateurs à adduction d'air pur et à adduction d'air. La question est de savoir comment être juste, permettre aux gens de porter des poils sur le visage, tout en protégeant leur santé.

    Il existe plusieurs études de recherche qui démontrent que les poils du visage dans la surface d'étanchéité d'un respirateur bien ajusté entraînent des fuites excessives. Des études ont également montré qu'en ce qui concerne la pilosité faciale, la quantité de fuite varie tellement qu'il n'est pas possible de tester si les travailleurs peuvent recevoir une protection adéquate même si leurs respirateurs ont été mesurés pour s'adapter. Cela signifie qu'un travailleur avec des poils sur le visage et portant un respirateur bien ajusté peut ne pas être suffisamment protégé.

    La première étape dans la solution de ce problème consiste à déterminer si un respirateur à ajustement lâche peut être utilisé. Pour chaque type de respirateur à ajustement serré, à l'exception des appareils respiratoires autonomes et des respirateurs combinés d'évacuation/à adduction d'air, un appareil à ajustement lâche est disponible qui fournira une protection comparable.

    Une autre alternative consiste à trouver un autre emploi pour le travailleur qui ne nécessite pas l'utilisation d'un respirateur. La dernière mesure qui peut être prise est d'exiger du travailleur qu'il se rase. Pour la plupart des personnes qui ont de la difficulté à se raser, une solution médicale peut être trouvée qui leur permettrait de se raser et de porter un respirateur.

    Lunettes et autres équipements de protection

    Certains travailleurs doivent porter des lunettes pour bien voir et dans certains environnements industriels, des lunettes ou des lunettes de sécurité doivent être portées pour protéger les yeux des objets volants. Avec un demi-masque respiratoire, les lunettes ou les lunettes de protection peuvent interférer avec l'ajustement du respirateur au point où il est assis sur l'arête du nez. Avec un masque complet, les branches d'une paire de lunettes créeraient une ouverture dans la surface d'étanchéité du respirateur, provoquant des fuites.

    Les solutions à ces difficultés fonctionnent comme suit. Pour les demi-masques respiratoires, un test d'ajustement est d'abord effectué, au cours duquel le travailleur doit porter des lunettes, des lunettes de protection ou tout autre équipement de protection susceptible d'interférer avec le fonctionnement du respirateur. Le test d'ajustement est utilisé pour démontrer que les lunettes ou tout autre équipement n'interféreront pas avec le fonctionnement du respirateur.

    Pour les respirateurs à masque complet, les options consistent à utiliser des lentilles de contact ou des lunettes spéciales qui se montent à l'intérieur du masque - la plupart des fabricants fournissent un kit de lunettes spécial à cet effet. Parfois, on a pensé que les lentilles de contact ne devraient pas être utilisées avec des respirateurs, mais la recherche a montré que les travailleurs peuvent utiliser des lentilles de contact avec des respirateurs sans aucune difficulté.

    Procédure suggérée pour la sélection du respirateur

    La sélection d'un respirateur implique d'analyser comment le respirateur sera utilisé et de comprendre les limites de chaque type spécifique. Les considérations générales comprennent ce que le travailleur fera, comment le respirateur sera utilisé, où se situe le travail et toutes les limitations qu'un respirateur peut avoir sur le travail, comme illustré schématiquement à la figure 1.

    Figure 1. Guide de sélection du respirateur

    PPE080F3

    L'activité et l'emplacement du travailleur dans une zone dangereuse doivent être pris en compte lors de la sélection du respirateur approprié (par exemple, si le travailleur se trouve dans la zone dangereuse de manière continue ou intermittente pendant le quart de travail et si le rythme de travail est léger, moyen ou lourd). Pour une utilisation continue et des travaux lourds, un respirateur léger serait préférable.

    Les conditions environnementales et le niveau d'effort requis de la part du porteur du respirateur peuvent affecter la durée de vie du respirateur. Par exemple, un effort physique extrême peut amener l'utilisateur à épuiser l'alimentation en air d'un appareil respiratoire autonome, de sorte que sa durée de vie est réduite de moitié ou plus.

    La durée pendant laquelle un respirateur doit être porté est un facteur important qui doit être pris en compte lors du choix d'un respirateur. Il convient de tenir compte du type de tâche (travail de routine, non routinier, d'urgence ou de sauvetage) que le respirateur sera appelé à effectuer.

    L'emplacement de la zone dangereuse par rapport à une zone sûre contenant de l'air respirable doit être pris en compte lors de la sélection d'un respirateur. Une telle connaissance permettra de planifier l'évacuation des travailleurs en cas d'urgence, l'entrée des travailleurs pour effectuer des tâches d'entretien et les opérations de sauvetage. S'il y a une longue distance jusqu'à l'air respirable ou si le travailleur doit pouvoir contourner des obstacles ou monter des marches ou des échelles, un respirateur à adduction d'air ne serait pas un bon choix.

    Si le potentiel d'un environnement pauvre en oxygène existe, mesurez la teneur en oxygène de l'espace de travail concerné. La classe de respirateur, purificateur d'air ou à adduction d'air, qui peut être utilisée dépendra de la pression partielle d'oxygène. Étant donné que les respirateurs purificateurs d'air ne purifient que l'air, suffisamment d'oxygène doit être présent dans l'atmosphère environnante pour soutenir la vie en premier lieu.

    La sélection d'un respirateur implique l'examen de chaque opération pour déterminer quels dangers peuvent être présents (détermination des risques) et pour sélectionner le type ou la classe de respirateurs qui peuvent offrir une protection adéquate.

    Étapes de détermination des dangers

    Afin de déterminer les propriétés des contaminants pouvant être présents sur le lieu de travail, il convient de consulter la source clé de cette information, à savoir le fournisseur du matériau. De nombreux fournisseurs fournissent à leurs clients une fiche de données de sécurité (MSDS) qui indique l'identité des matériaux d'un produit et fournit également des informations sur les limites d'exposition et la toxicité.

    Il convient de déterminer s'il existe une limite d'exposition publiée telle qu'une valeur limite de seuil (TLV), une limite d'exposition admissible (PEL), une concentration maximale acceptable (MAK) ou toute autre limite d'exposition disponible ou estimation de la toxicité pour les contaminants. Il convient de vérifier si une valeur pour la concentration immédiatement dangereuse pour la vie ou la santé (IDLH) pour le contaminant est disponible. Chaque respirateur a des limites d'utilisation basées sur le niveau d'exposition. Une limite quelconque est nécessaire pour déterminer si le respirateur fournira une protection suffisante.

    Des mesures doivent être prises pour découvrir s'il existe une norme sanitaire légalement obligatoire pour le contaminant donné (comme il en existe pour le plomb ou l'amiante). Si tel est le cas, des respirateurs spécifiques peuvent être nécessaires pour affiner le processus de sélection.

    L'état physique du contaminant est une caractéristique importante. S'il s'agit d'un aérosol, sa taille de particule doit être déterminée ou estimée. La pression de vapeur d'un aérosol est également significative à la température maximale attendue de l'environnement de travail.

    Il convient de déterminer si le contaminant présent peut être absorbé par la peau, produire une sensibilisation cutanée ou être irritant ou corrosif pour les yeux ou la peau. Il doit également être trouvé pour un contaminant gazeux ou vapeur s'il existe une concentration connue d'odeur, de goût ou d'irritation.

    Une fois l'identité du contaminant connue, sa concentration doit être déterminée. Cela se fait normalement en collectant le matériau sur un milieu d'échantillon avec une analyse ultérieure par un laboratoire. Parfois, l'évaluation peut être réalisée en estimant les expositions, comme décrit ci-dessous.

    Estimation de l'exposition

    L'échantillonnage n'est pas toujours requis dans la détermination des dangers. Les expositions peuvent être estimées en examinant des données relatives à des tâches similaires ou par calcul au moyen d'un modèle. Des modèles ou un jugement peuvent être utilisés pour estimer l'exposition maximale probable et cette estimation peut être utilisée pour sélectionner un respirateur. (Les modèles les plus élémentaires adaptés à un tel objectif sont le modèle d'évaporation, une quantité donnée de matière est supposée ou autorisée à s'évaporer dans un espace aérien, sa concentration de vapeur est trouvée et une exposition estimée. Des ajustements peuvent être faits pour les effets de dilution ou ventilation.)

    D'autres sources possibles d'informations sur l'exposition sont des articles dans des revues ou des publications spécialisées qui présentent des données d'exposition pour diverses industries. Les associations professionnelles et les données collectées dans les programmes d'hygiène pour des processus similaires sont également utiles à cette fin.

    Prendre des mesures de protection sur la base d'une exposition estimée implique de porter un jugement basé sur l'expérience vis-à-vis du type d'exposition. Par exemple, les données de surveillance de l'air des tâches précédentes ne seront pas utiles en cas de première occurrence d'une rupture soudaine dans une ligne de livraison. La possibilité de tels rejets accidentels doit être anticipée en premier lieu avant que le besoin d'un respirateur puisse être décidé, et le type spécifique de respirateur choisi peut alors être fait sur la base de la concentration probable estimée et de la nature du contaminant. Par exemple, pour un procédé impliquant du toluène à température ambiante, un dispositif de sécurité qui n'offre pas plus de protection qu'une conduite d'air à flux continu doit être choisi, car la concentration de toluène ne devrait pas dépasser son niveau IDLH de 2,000 20 ppm. Cependant, en cas de rupture d'une conduite de dioxyde de soufre, un appareil plus efficace - par exemple, un respirateur à adduction d'air avec une bouteille d'évacuation - serait nécessaire, car une fuite de ce type pourrait très facilement entraîner une concentration ambiante de contaminant au-dessus du niveau IDLH de XNUMX ppm. Dans la section suivante, la sélection des respirateurs sera examinée plus en détail.

    Étapes spécifiques de sélection du respirateur

    Si l'on est incapable de déterminer quel contaminant potentiellement dangereux peut être présent, l'atmosphère est considérée comme immédiatement dangereuse pour la vie ou la santé. Un SCBA ou une conduite d'air avec une bouteille d'évacuation est alors nécessaire. De même, si aucune limite d'exposition ou ligne directrice n'est disponible et qu'il est impossible d'estimer la toxicité, l'atmosphère est considérée comme IDLH et un appareil respiratoire autonome est requis. (Voir la discussion ci-dessous sur le sujet des atmosphères IDLH.)

    Certains pays ont des normes très spécifiques régissant les respirateurs qui peuvent être utilisés dans des situations données pour des produits chimiques spécifiques. S'il existe une norme spécifique pour un contaminant, les exigences légales doivent être respectées.

    Pour une atmosphère pauvre en oxygène, le type de respirateur choisi dépend de la pression partielle et de la concentration d'oxygène et de la concentration des autres contaminants qui peuvent être présents.

    Rapport de risque et facteur de protection attribué

    La concentration mesurée ou estimée d'un contaminant est divisée par sa limite d'exposition ou sa ligne directrice pour obtenir son rapport de risque. En ce qui concerne ce contaminant, un respirateur est sélectionné qui a un facteur de protection assigné (APF) supérieur à la valeur du rapport de risque (le facteur de protection assigné est le niveau de performance estimé d'un respirateur). Dans de nombreux pays, un demi-masque se voit attribuer un APF de dix. On suppose que la concentration à l'intérieur du respirateur sera réduite d'un facteur dix, c'est-à-dire l'APF du respirateur.

    Le facteur de protection attribué peut être trouvé dans toutes les réglementations existantes sur l'utilisation des respirateurs ou dans la norme nationale américaine pour la protection respiratoire (ANSI Z88.2 1992). Les APF ANSI sont répertoriés dans le tableau 2.

     


    Tableau 2. Facteurs de protection attribués selon ANSI Z88 2 (1992)

     

    Type de respirateur

    Revêtement des entrées respiratoires

     

    Demi masque1

    Masque complet

    Casque/cagoule

    Masque ample

    Purificateur d'air

    10

    100

       

    Fourniture d'ambiance

    SCBA (à la demande)2

    10

    100

       

    Compagnie aérienne (type de demande)

    10

    100

       

    Purificateur d'air motorisé

    50

    10003

    10003

    25

    Type de conduite d'air alimentant l'atmosphère

    Type de demande alimenté en pression

    50

    1000

    -

    -

    Flux continu

    50

    1000

    1000

    25

    Appareil respiratoire autonome

    Pression positive (demande circuit ouvert/fermé)

    -

    4

    -

    -

    1 Comprend un quart de masque, des demi-masques jetables et des demi-masques avec pièces faciales en élastomère.
    2 L'ARA à la demande ne doit pas être utilisé dans des situations d'urgence telles que la lutte contre un incendie.
    3 Les facteurs de protection indiqués concernent les filtres et les sorbants à haute efficacité (cartouches et bidons). Avec les filtres à poussière, un facteur de protection assigné de 100 doit être utilisé en raison des limites du filtre.
    4 Bien que les respirateurs à pression positive soient actuellement considérés comme offrant le plus haut niveau de protection respiratoire, un nombre limité d'études récentes simulées sur le lieu de travail ont conclu que tous les utilisateurs pourraient ne pas atteindre des facteurs de protection de 10,000 10,000. Sur la base de ces données limitées, un facteur de protection définitif n'a pas pu être répertorié pour les APRA à pression positive. À des fins de planification d'urgence où les concentrations dangereuses peuvent être estimées, un facteur de protection attribué ne dépassant pas XNUMX XNUMX doit être utilisé.

    Remarque : Les facteurs de protection attribués ne s'appliquent pas aux respirateurs d'évacuation. Pour les respirateurs combinés, par exemple les respirateurs à adduction d'air équipés d'un filtre purificateur d'air, le mode de fonctionnement utilisé dictera le facteur de protection assigné à appliquer.

    Source : ANSI Z88.2 1992.


     

    Par exemple, pour une exposition au styrène (limite d'exposition de 50 ppm) avec l'ensemble des données mesurées au chantier inférieures à 150 ppm, le rapport de risque est de 3 (soit 150 ¸ 50 = 3). La sélection d'un demi-masque respiratoire avec un facteur de protection assigné de 10 garantira que la plupart des données non mesurées seront bien en deçà de la limite assignée.

    Dans certains cas où un échantillonnage du « pire cas » est effectué ou que seules quelques données sont recueillies, il faut faire preuve de jugement pour décider si suffisamment de données ont été recueillies pour une évaluation suffisamment fiable des niveaux d'exposition. Par exemple, si deux échantillons ont été prélevés pour une tâche à court terme qui représente le « pire des cas » pour cette tâche et que les deux échantillons étaient inférieurs à deux fois la limite d'exposition (un rapport de risque de 2), un demi-masque respiratoire ( avec un APF de 10) serait probablement un choix approprié et certainement un respirateur à masque complet à débit continu (avec un APF de 1,000 XNUMX) serait suffisamment protecteur. La concentration du contaminant doit également être inférieure à la concentration maximale d'utilisation de la cartouche/réservoir : cette dernière information est disponible auprès du fabricant du respirateur.

    Aérosols, gaz et vapeurs

    Si le contaminant est un aérosol, un filtre devra être utilisé ; le choix du filtre dépendra de l'efficacité du filtre pour la particule. La documentation fournie par le fabricant fournira des conseils sur le filtre approprié à utiliser. Par exemple, si le contaminant est une peinture, une laque ou un émail, un filtre conçu spécifiquement pour les brouillards de peinture peut être utilisé. D'autres filtres spéciaux sont conçus pour les fumées ou les particules de poussière plus grosses que d'habitude.

    Pour les gaz et les vapeurs, un avis adéquat de défaillance de la cartouche est nécessaire. L'odeur, le goût ou l'irritation sont utilisés comme indicateurs que le contaminant a « traversé » la cartouche. Par conséquent, la concentration à laquelle l'odeur, le goût ou l'irritation est noté doit être inférieure à la limite d'exposition. Si le contaminant est un gaz ou une vapeur qui a de mauvaises propriétés d'avertissement, l'utilisation d'un respirateur à adduction d'air est généralement recommandée.

    Cependant, les respirateurs à adduction d'atmosphère ne peuvent parfois pas être utilisés en raison du manque d'alimentation en air ou en raison de la nécessité de la mobilité des travailleurs. Dans ce cas, des appareils de purification d'air peuvent être utilisés, mais il est nécessaire qu'ils soient équipés d'un indicateur signalant la fin de la durée de vie de l'appareil afin que l'utilisateur soit averti suffisamment avant la pénétration de contaminants. Une autre alternative consiste à utiliser un calendrier de changement de cartouche. Le programme de changement est basé sur les données d'entretien de la cartouche, la concentration prévue, le mode d'utilisation et la durée d'exposition.

    Sélection du respirateur pour les conditions d'urgence ou IDLH

    Comme indiqué ci-dessus, les conditions IDLH sont présumées exister lorsque la concentration d'un contaminant n'est pas connue. De plus, il est prudent de considérer tout espace confiné contenant moins de 20.9 % d'oxygène comme un danger immédiat pour la vie ou la santé. Les espaces confinés présentent des dangers uniques. Le manque d'oxygène dans les espaces confinés est la cause de nombreux décès et blessures graves. Toute réduction du pourcentage d'oxygène présent est la preuve, au minimum, que l'espace confiné n'est pas suffisamment ventilé.

    Les respirateurs à utiliser dans des conditions IDLH à pression atmosphérique normale comprennent soit un SCBA à pression positive seul, soit une combinaison d'un respirateur à adduction d'air avec une bouteille d'évacuation. Lorsque des respirateurs sont portés dans des conditions IDLH, au moins une personne de réserve doit être présente dans une zone sûre. La personne de secours doit disposer de l'équipement approprié pour aider le porteur du respirateur en cas de difficulté. Les communications doivent être maintenues entre la personne en attente et le porteur. Lorsqu'il travaille dans l'atmosphère IDLH, le porteur doit être équipé d'un harnais de sécurité et de lignes de sécurité pour permettre son retrait vers une zone sûre, si nécessaire.

    Atmosphères pauvres en oxygène

    À proprement parler, le manque d'oxygène n'est qu'une question de sa pression partielle dans une atmosphère donnée. Une carence en oxygène peut être causée par une réduction du pourcentage d'oxygène dans l'atmosphère ou par une pression réduite, ou à la fois une concentration et une pression réduites. À haute altitude, une pression atmosphérique totale réduite peut entraîner une très faible pression d'oxygène.

    Les humains ont besoin d'une pression partielle d'oxygène d'environ 95 mm Hg (torr) pour survivre. La pression exacte variera selon les personnes en fonction de leur état de santé et de leur acclimatation à une pression d'oxygène réduite. Cette pression, 95 mm Hg, équivaut à 12.5 % d'oxygène au niveau de la mer ou 21 % d'oxygène à 4,270 XNUMX mètres d'altitude. Une telle atmosphère peut affecter négativement soit la personne ayant une tolérance réduite à des niveaux d'oxygène réduits, soit la personne non acclimatée effectuant un travail nécessitant un degré élevé d'acuité mentale ou un stress important.

    Pour éviter les effets indésirables, des respirateurs à adduction d'air doivent être fournis à des pressions partielles d'oxygène plus élevées, par exemple, environ 120 mm Hg ou une teneur en oxygène de 16 % au niveau de la mer. Un médecin devrait être impliqué dans toutes les décisions où des personnes devront travailler dans des atmosphères à faible teneur en oxygène. Il peut y avoir des niveaux légalement mandatés de pourcentage d'oxygène ou de pression partielle qui nécessitent des respirateurs à adduction d'air à des niveaux différents de ceux suggérés par ces directives générales.

    Procédures suggérées pour les tests d'ajustement

    Chaque personne qui se voit attribuer un respirateur à pression négative bien ajusté doit être testée périodiquement. Chaque visage est différent et un respirateur spécifique peut ne pas convenir au visage d'une personne donnée. Un mauvais ajustement permettrait à l'air contaminé de s'infiltrer dans le respirateur, ce qui réduirait la protection offerte par le respirateur. Un test d'ajustement doit être répété périodiquement et doit être effectué chaque fois qu'une personne présente une condition susceptible d'interférer avec l'étanchéité du masque, par exemple, des cicatrices importantes dans la zone du joint facial, des modifications dentaires ou une chirurgie reconstructive ou esthétique. Le test d'ajustement doit être effectué pendant que le sujet porte un équipement de protection tel que des lunettes, des lunettes de protection, un écran facial ou un casque de soudage qui sera porté pendant les activités de travail et pourrait interférer avec l'ajustement du respirateur. Le respirateur doit être configuré tel qu'il sera utilisé, c'est-à-dire avec une cartouche ou une cartouche au menton.

    Procédures de test d'ajustement

    Des tests d'ajustement de respirateur sont effectués pour déterminer si un modèle et une taille de masque particuliers conviennent au visage d'un individu. Avant que le test ne soit effectué, le sujet doit être orienté sur l'utilisation et le port appropriés du respirateur, et le but et les procédures du test doivent être expliqués. La personne testée doit comprendre qu'on lui demande de choisir le respirateur qui offre l'ajustement le plus confortable. Chaque respirateur représente une taille et une forme différentes et, s'il est bien ajusté et utilisé correctement, il fournira une protection adéquate.

    Aucune taille ou modèle de respirateur ne conviendra à tous les types de visages. Différentes tailles et modèles s'adapteront à un plus large éventail de types de visage. Par conséquent, un nombre approprié de tailles et de modèles doit être disponible parmi lesquels un respirateur satisfaisant peut être sélectionné.

    La personne testée doit être informée de tenir chaque pièce faciale contre le visage et d'éliminer celles qui ne sont manifestement pas confortables. Normalement, la sélection commencera par un demi-masque, et si un bon ajustement ne peut être trouvé, la personne devra tester un respirateur à masque complet. (Un petit pourcentage d'utilisateurs ne pourra pas porter de demi-masque.)

    Le sujet doit effectuer une vérification d'ajustement à pression négative ou positive conformément aux instructions fournies par le fabricant avant le début du test. Le sujet est maintenant prêt pour le test d'ajustement par l'une des méthodes répertoriées ci-dessous. D'autres méthodes de test d'ajustement sont disponibles, y compris des méthodes de test d'ajustement quantitatif qui utilisent des instruments pour mesurer les fuites dans le respirateur. Les méthodes de test d'ajustement, qui sont décrites dans les encadrés ici, sont qualitatives et ne nécessitent pas d'équipement de test coûteux. Ce sont (1) le protocole d'acétate d'isoamyle (IAA) et (2) le protocole d'aérosol de solution de saccharine.

    Exercices d'essai. Lors du test d'ajustement, le porteur doit effectuer un certain nombre d'exercices afin de vérifier que le respirateur lui permettra d'effectuer un ensemble d'actions de base et nécessaires. Les six exercices suivants sont recommandés : rester immobile, respirer normalement, respirer profondément, bouger la tête d'un côté à l'autre, bouger la tête de haut en bas et parler. (Voir figure 2 et figure 3).

    Figure 2. Méthode de test d'ajustement quantitatif à l'acétate d'isoamyl

    PPE080F1

    Figure 3. Méthode de test d'ajustement quantitatif des aérosols de sacharine

    PPE080F2

     

    Noir

    " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

    Table des matières