6 bannière

 

39. Catastrophes naturelles et technologiques

Éditeur de chapitre : Quai Alberto Bertazzi


Table des matières

Tableaux et figures

Catastrophes et accidents majeurs
Quai Alberto Bertazzi

     Convention de l'OIT concernant la prévention des accidents industriels majeurs, 1993 (n° 174)

Préparation aux catastrophes
Peter J.Baxter

Activités post-catastrophe
Benedetto Terracini et Ursula Ackermann-Liebrich

Problèmes liés aux conditions météorologiques
jean français

Avalanches : dangers et mesures de protection
Gustav Pointtingl

Transport de matières dangereuses : chimiques et radioactives
Donald M.Campbell

Accidents radiologiques
Pierre Verger et Denis Winter

     Étude de cas : Que signifie dose ?

Mesures de santé et de sécurité au travail dans les zones agricoles contaminées par des radionucléides : l'expérience de Tchernobyl
Yuri Kundiev, Leonard Dobrovolsky et VI Chernyuk

Étude de cas : L'incendie de l'usine de jouets Kader
Subvention Casey Cavanaugh

Impacts des catastrophes : leçons d'un point de vue médical
José Luis Zeballos
 

 

 

 

Tables

 

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

 

1. Définitions des types de catastrophes
2. Nombre moyen de victimes sur 25 ans par type et région-déclencheur naturel
3. Nombre moyen de victimes sur 25 ans par type et région - déclencheur non naturel
4. Nombre moyen de victimes sur 25 ans par type de déclencheur naturel (1969-1993)
5. Nombre moyen de victimes sur 25 ans par type de déclencheur non naturel (1969-1993)
6. Déclencheur naturel de 1969 à 1993 : événements sur 25 ans
7. Déclencheur non naturel de 1969 à 1993 : événements sur 25 ans
8. Déclencheur naturel : Nombre par région mondiale et type en 1994
9. Déclencheur non naturel : nombre par région du monde et type en 1994
10. Exemples d'explosions industrielles
11. Exemples d'incendies majeurs
12. Exemples de rejets toxiques majeurs
13. Rôle de la gestion des installations à risques majeurs dans la maîtrise des risques
14. Méthodes de travail pour l'évaluation des dangers
15. Critères de la directive CE pour les installations à risques majeurs
16. Produits chimiques prioritaires utilisés pour identifier les installations à risques majeurs
17. Risques professionnels liés aux conditions météorologiques
18. Radionucléides typiques, avec leurs demi-vies radioactives
19. Comparaison de différents accidents nucléaires
20. Contamination en Ukraine, Biélorussie et Russie après Tchernobyl
21. Contamination strontium-90 après l'accident de Khyshtym (Oural 1957)
22. Sources radioactives impliquant le grand public
23. Principaux accidents impliquant des irradiateurs industriels
24. Registre des accidents radiologiques d'Oak Ridge (États-Unis) (mondial, 1944-88)
25. Schéma d'exposition professionnelle aux rayonnements ionisants dans le monde
26. Effets déterministes : seuils pour certains organes
27. Patients atteints du syndrome d'irradiation aiguë (AIS) après Tchernobyl
28. Études épidémiologiques sur le cancer de l'irradiation externe à haute dose
29. Cancers de la thyroïde chez les enfants en Biélorussie, en Ukraine et en Russie, 1981-94
30. Échelle internationale des incidents nucléaires
31. Mesures de protection génériques pour la population générale
32. Critères pour les zones de contamination
33. Catastrophes majeures en Amérique latine et dans les Caraïbes, 1970-93
34. Pertes dues à six catastrophes naturelles
35. Hôpitaux et lits d'hôpitaux endommagés/détruits par 3 catastrophes majeures
36. Victimes dans 2 hôpitaux effondrés par le tremblement de terre de 1985 au Mexique
37. Lits d'hôpitaux perdus à la suite du tremblement de terre chilien de mars 1985
38. Facteurs de risque de dommages sismiques aux infrastructures hospitalières

 

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

 

 

 

 

DIS010F2DIS010F1DIS010T2DIS020F1DIS080F1DIS080F2DIS080F3DIS080F4DIS080F5DIS080F6DIS080F7DIS090T2DIS095F1DIS095F2

 


 

Cliquez pour revenir en haut de la page

 

Vendredi, Février 25 2011 15: 52

Catastrophes et accidents majeurs

Type et fréquence des catastrophes

En 1990, la 44e Assemblée générale des Nations Unies a lancé la décennie pour la réduction de la fréquence et de l'impact des catastrophes naturelles (Lancette 1990). Un comité d'experts a adopté une définition des catastrophes comme "une perturbation de l'écologie humaine qui dépasse la capacité de la communauté à fonctionner normalement".

Au cours des dernières décennies, les données sur les catastrophes au niveau mondial révèlent une tendance distincte avec deux caractéristiques principales - une augmentation au fil du temps du nombre de personnes touchées et une corrélation géographique (Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRCRCS) 1993 ). Dans la figure 1, malgré la grande variation d'une année à l'autre, une nette tendance à la hausse est bien visible. La figure 2 montre les pays les plus gravement touchés par les catastrophes majeures en 1991. Les catastrophes affectent tous les pays du monde, mais ce sont les pays les plus pauvres où les gens perdent le plus souvent la vie.

Figure 1. Nombre de personnes touchées dans le monde par des catastrophes par an entre 1967 et 91

DIS010F2

Figure 2. Nombre de personnes décédées à la suite de catastrophes majeures en 1991 : Top 20 des pays

DIS010F1

De nombreuses définitions et classifications différentes des catastrophes sont disponibles et ont été passées en revue (Grisham 1986 ; Lechat 1990 ; Logue, Melick et Hansen 1981 ; Weiss et Clarkson 1986). Trois d'entre eux sont mentionnés ici à titre d'exemples : Les Centers for Disease Control des États-Unis (CDC 1989) ont identifié trois grandes catégories de catastrophes : les événements géographiques tels que les tremblements de terre et les éruptions volcaniques ; les problèmes liés aux conditions météorologiques, y compris les ouragans, les tornades, les vagues de chaleur, les environnements froids et les inondations ; et, enfin, les problèmes générés par l'homme, qui englobent les famines, la pollution de l'air, les catastrophes industrielles, les incendies et les accidents de réacteurs nucléaires. Une autre classification par cause (Parrish, Falk et Melius 1987) incluait les événements météorologiques et géologiques parmi les catastrophes naturelles, tandis que les causes d'origine humaine étaient définies comme des événements non naturels, technologiques et intentionnels perpétués par des personnes (par exemple, transport, guerre, incendie/explosion). , rejets chimiques et radioactifs). Une troisième classification (tableau 1), compilée au Centre de recherche sur l'épidémiologie des catastrophes à Louvain, en Belgique, était basée sur un atelier convoqué par l'Organisation des Nations Unies pour les secours en cas de catastrophe en 1991 et a été publiée dans le Rapport sur les catastrophes dans le monde 1993 (IFRCRCS 1993).

Tableau 1. Définitions des types de catastrophes

Naturel soudain

Naturel à long terme

Soudain créé par l'homme

Fabrication humaine à long terme

Avalanche

Vague froide

Tremblement de terre

Aftershock

Inondations

Crue subite

Effondrement du barrage

Éruption volcanique

Embrasé
avalanche

La canicule

Vent fort
cyclone

tempête

Saluer

Tempête de sable

Ondes de tempête

Tempête de tonnerre

Tempête tropicale

Tornado

Infestation d'insectes

Glissement de terrain

Flux de terre

Pénurie d'électricité

Tsunami et marée
vague

Épidémies

Sécheresse

La désertification

Famine

Pénurie alimentaire ou
mauvaises récoltes

Effondrement structurel

Effondrement du bâtiment

Effondrement ou effondrement de la mine

Catastrophe aérienne

Catastrophe terrestre

Catastrophe maritime

Industriel/technologique
accident

Explosions

Explosion chimique

Explosion nucléaire
ou thermonucléaire
explosions

Explosion de mines

Pollution

Pluie acide

Pollution chimique

Pollution de l'atmosphère

Chlorofluorocarbures
(CFC)

Pollution pétrolière

Incendies

Feu de forêt/de prairie

National (troubles civils,
guerre civile)

Demandeur emploi international
(rencontres guerrières)

Population déplacée

Personnes déplacées

Les Réfugiés

Source : IFRCRCS 1993.

La figure 3 indique le nombre d'événements pour chaque type de catastrophe. L'item « Accidents » comprend tous les événements soudains d'origine humaine, et vient juste après « Inondations » en termes de fréquence. "Storm" est à la troisième place, suivi de "Earthquake" et "Fire".

Figure 3. 1967-91 : Nombre total d'événements pour chaque type de catastrophe

DIS010T2

Des informations supplémentaires sur le type, la fréquence et les conséquences des catastrophes naturelles et non naturelles entre 1969 et 1993 ont été tirées des données de l'IFRCRCS 1993.

Bien que les agences mesurent la gravité des catastrophes en fonction du nombre de personnes tuées, il devient de plus en plus important d'examiner également le nombre de personnes touchées. Dans le monde, près de mille fois plus de personnes sont touchées par une catastrophe qu'elles ne sont tuées et, pour nombre de ces personnes, la survie après la catastrophe devient de plus en plus difficile, les rendant plus vulnérables aux chocs futurs. Ce point est pertinent non seulement pour les catastrophes naturelles (tableau 2) mais aussi pour les catastrophes d'origine humaine (tableau 3), notamment dans le cas d'accidents chimiques dont les effets sur les personnes exposées peuvent se manifester après des années, voire des décennies (Bertazzi 1989). La prise en compte de la vulnérabilité humaine aux catastrophes est au cœur des stratégies de préparation et de prévention des catastrophes.

Tableau 2. Nombre de victimes de catastrophes à déclenchement naturel de 1969 à 1993 : moyenne sur 25 ans par région

 

Afrique

Amérique

Asie

Europe

Océanie

Total

Tué

76,883

9,027

56,072

2,220

99

144,302

Blessé

1,013

14,944

27,023

3,521

100

46,601

Sinon affecté

10,556,984

4,400,232

105,044,476

563,542

95,128

120,660,363

Sans abri

172,812

360,964

3,980,608

67,278

31,562

4,613,224

Source : Walker 1995.

Tableau 3. Nombre de victimes de catastrophes à déclenchement non naturel de 1969 à 1993 : moyenne sur 25 ans par région

 

Afrique

Amérique

Asie

Europe

Océanie

Total

Tué

16,172

3,765

2,204

739

18

22,898

Blessé

236

1,030

5,601

483

476

7,826

Affecté

3,694

48,825

41,630

7,870

610

102,629

Sans abri

2,384

1,722

6,275

7,664

24

18,069

Source : Walker 1995.

La sécheresse, la famine et les inondations continuent de toucher beaucoup plus de personnes que tout autre type de catastrophe. Les vents violents (cyclones, ouragans et typhons) causent proportionnellement plus de décès que les famines et les inondations, par rapport à l'ensemble de la population touchée ; et les tremblements de terre, la catastrophe la plus soudaine de toutes, continuent d'avoir le plus grand nombre de décès par rapport à la population touchée (tableau 4). Les accidents technologiques ont touché plus de personnes que les incendies (tableau 5).

Tableau 4. Nombre de victimes de catastrophes à déclenchement naturel de 1969 à 1993 : moyenne sur 25 ans par type

 

Tremblement de terre

Sécheresse
et famine

Inondation

Vent fort

Glissement de terrain

Volcan

Total

Tué

21,668

73,606

12,097

28,555

1,550

1,009

138,486

Blessé

30,452

0

7,704

7,891

245

279

46,571

Affecté

1,764,724

57,905,676

47,849,065

9,417,442

131,807

94,665

117,163,379

Sans abri

224,186

22,720

3,178,267

1,065,928

106,889

12,513

4,610,504

Source : Walker 1995.

Tableau 5. Catastrophes et accidents majeurs

 

Accident

Accident technologique

Incendie

Total

Tué

3,419

603

3,300

7,321

Blessé

1,596

5,564

699

7,859

Affecté

17,153

52,704

32,771

102,629

Sans abri

868

8,372

8,829

18,069

Source : Walker 1995.

Les tableaux 6 et 7 montrent le nombre de types de catastrophes regroupées sur 25 ans, par continent. Les vents violents, les accidents (principalement des accidents de transport) et les inondations représentent le plus grand nombre de catastrophes, la plus grande proportion d'événements se produisant en Asie. L'Afrique représente la grande majorité des épisodes de sécheresse dans le monde. Alors que peu de personnes sont tuées par des catastrophes en Europe, la région souffre d'événements catastrophiques d'une ampleur comparable à celle de l'Asie ou de l'Afrique, les chiffres de mortalité inférieurs reflétant une vulnérabilité humaine aux crises beaucoup plus faible. Un exemple clair est la comparaison des taux de mortalité humaine après les accidents chimiques à Seveso (Italie) et à Bhopal (Inde) (Bertazzi 1989).

Tableau 6. Catastrophes à déclenchement naturel de 1969 à 1993 : Nombre d'événements sur 25 ans

 

Afrique

Amérique

Asie

Europe

Océanie

Total

Tremblement de terre

40

125

225

167

83

640

Sécheresse et famine

277

49

83

15

14

438

Inondation

149

357

599

123

138

1,366

Glissement de terrain

11

85

93

19

10

218

Vent fort

75

426

637

210

203

1,551

Volcan

8

27

43

16

4

98

Autre*

219

93

186

91

4

593

* Autres comprend : avalanche, vague de froid, vague de chaleur, infestation d'insectes, tsunami.

Source : Walker 1995.

Tableau 7. Catastrophes à déclenchement non naturel de 1969 à 1993 : Nombre d'événements sur 25 ans

 

Afrique

Amérique

Asie

Europe

Océanie

Total

Accident

213

321

676

274

18

1,502

Accident technologique

24

97

97

88

4

310

Incendie

37

115

236

166

29

583

Source : Walker 1995.

Les chiffres pour 1994 (tableaux 8 et 9) montrent que l'Asie reste la région la plus sujette aux catastrophes, les accidents majeurs, les inondations et les vents violents étant les types d'événements les plus courants. Les tremblements de terre, tout en causant des taux de mortalité élevés par événement, ne sont en fait pas plus fréquents que les catastrophes technologiques majeures. Le nombre moyen d'événements non naturels sur une année, hors incendie, est légèrement diminué par rapport à la période précédente de 25 ans. Le nombre moyen de catastrophes naturelles, au contraire, était plus élevé, à l'exception des inondations et des éruptions volcaniques. En 1994, l'Europe comptait plus de catastrophes d'origine humaine que l'Asie (39 contre 37).

Tableau 8. Catastrophes à déclenchement naturel : nombre par région du monde et type en 1994

 

Afrique

Amérique

Asie

Europe

Océanie

Total

Tremblement de terre

3

3

12

1

1

20

Sécheresse et famine

0

2

1

0

1

4

Inondation

15

13

27

13

0

68

Glissement de terrain

0

1

3

1

0

5

Vent fort

6

14

24

5

2

51

Volcan

0

2

5

0

1

8

Autre*

2

3

1

2

0

8

* Autres comprend : avalanche, vague de froid, vague de chaleur, infestation d'insectes, tsunami.

Source : Marcheur 1995.

Tableau 9. Catastrophes à déclenchement non naturel : nombre par région du monde et par type en 1994

 

Afrique

Amérique

Asie

Europe

Océanie

Total

Accident

8

12

25

23

2

70

Accident technologique

1

5

7

7

0

20

Incendie

0

5

5

9

2

21

Source : Walker 1995.

Accidents chimiques majeurs

Au cours de ce siècle, les pires catastrophes non naturelles entraînant des souffrances humaines et la mort ont été causées par les guerres, les transports et les activités industrielles. Au début, les catastrophes industrielles touchaient principalement les personnes exerçant des professions spécifiques, mais plus tard, en particulier après la Seconde Guerre mondiale avec la croissance et l'expansion rapides de l'industrie chimique et l'utilisation de l'énergie nucléaire, ces événements ont entraîné de graves dangers même pour les personnes en dehors du travail. domaines et à l'environnement général. Nous nous concentrons ici sur les accidents majeurs impliquant des produits chimiques.

La première catastrophe chimique documentée d'origine industrielle remonte aux années 1600. Il a été décrit par Bernardino Ramazzini (Bertazzi 1989). Les catastrophes chimiques d'aujourd'hui diffèrent dans la façon dont elles se produisent et dans le type de produits chimiques impliqués (OIT 1988). Leur danger potentiel est fonction à la fois de la nature inhérente du produit chimique et de la quantité présente sur le site. Une caractéristique commune est qu'il s'agit généralement d'événements incontrôlés impliquant des incendies, des explosions ou des rejets de substances toxiques qui entraînent la mort ou des blessures d'un grand nombre de personnes à l'intérieur ou à l'extérieur de l'usine, des dommages matériels et environnementaux importants, ou les deux.

Le tableau 10 donne quelques exemples d'accidents chimiques majeurs typiques dus à des explosions. Le tableau 11 énumère quelques grands incendies catastrophiques. Les incendies sont plus fréquents dans l'industrie que les explosions et les rejets toxiques, bien que les conséquences en termes de pertes de vie soient généralement moindres. Une meilleure prévention et une meilleure préparation pourraient en être l'explication. Le tableau 12 énumère quelques accidents industriels majeurs impliquant des rejets toxiques de différents produits chimiques. Le chlore et l'ammoniac sont les produits chimiques toxiques les plus couramment utilisés dans des quantités dangereuses majeures, et tous deux ont des antécédents d'accidents majeurs. La libération de matières inflammables ou toxiques dans l'atmosphère peut également provoquer des incendies.

Tableau 10. Exemples d'explosions industrielles

Produit chimique impliqué

Conséquences

Lieu et date

 

Décès

blessures

 

Éther diméthylique

245

3,800

Ludwigshafen, République fédérale d'Allemagne, 1948

Kérosène

32

16

Bitburg, République fédérale d'Allemagne, 1948

Isobutane

7

13

Lake Charles, Louisiane, États-Unis, 1967

Déchets d'huile

2

85

Pernis, Pays-Bas, 1968

Propylène

-

230

East Saint Louis, Illinois, États-Unis, 1972

Propane

7

152

Decatur, Illinois, États-Unis, 1974

Cyclohexane

28

89

Flixborough, Royaume-Uni, 1974

Propylène

14

107

Beek, Pays-Bas, 1975

Adapté de OIT 1988.

Tableau 11. Exemples d'incendies majeurs

Produit chimique impliqué

Conséquences

Lieu et date

 

Décès

blessures

 

Méthane

136

77

Cleveland, Ohio, États-Unis, 1944

Gaz de pétrole liquéfié

18

90

Ferzyn, France, 1966

Gaz naturel liquéfié

40

-

Staten Island, New York, États-Unis, 1973

Méthane

52

-

Santa Cruz, Mexique, 1978

Gaz de pétrole liquéfié

650

2,500

Mexico, Mexique, 1985

Adapté de OIT 1988.

Tableau 12. Exemples de rejets toxiques majeurs

Produit chimique impliqué

Conséquences

Lieu et date

 

Décès

blessures

 

Phosgène

10

-

Poza Rica, Mexique, 1950

Chlore

7

-

Wilsum, République fédérale d'Allemagne, 1952

Dioxine/TCDD

-

193

Séveso, Italie, 1976

Ammoniac

30

25

Carthagène, Colombie, 1977

le dioxyde de soufre

-

100

Baltimore, Maryland, États-Unis, 1978

Sulfure d'hydrogène

8

29

Chicago, Illinois, États-Unis, 1978

Isocyanate de méthyle

2,500

200,000

Bhopal, Inde, 1984

Adapté de OIT 1988.

Une revue de la littérature concernant les catastrophes chimiques majeures permet d'identifier plusieurs autres caractéristiques communes aux catastrophes industrielles d'aujourd'hui. Nous les passerons brièvement en revue, afin de fournir non seulement une classification de valeur générale, mais aussi une appréciation de la nature du problème et des défis auxquels nous sommes confrontés.

Catastrophes manifestes

Les catastrophes manifestes sont des rejets dans l'environnement qui ne laissent aucune ambiguïté sur leurs sources et leurs dommages potentiels. Seveso, Bhopal et Tchernobyl en sont des exemples.

Seveso joue le rôle de prototype des catastrophes industrielles chimiques (Homberger et al. 1979 ; Pocchiari et al. 1983, 1986). L'accident s'est produit le 10 juillet 1976 dans la zone de Seveso, près de Milan, en Italie, dans une usine de production de trichlorophénol, et a provoqué la contamination de plusieurs kilomètres carrés de campagne peuplée par le puissant toxique 2,3,7,8 -tétrachlorodibenzo-p-dioxine (TCDD). Plus de 700 personnes ont été évacuées et des restrictions ont été appliquées à 30,000 1983 autres habitants. L'effet sanitaire le plus clairement établi est la chloracné, mais le tableau des conséquences sanitaires éventuellement liées à cet incident n'est pas encore complet (Bruzzi 1995 ; Pesatori XNUMX).

Bhopal représente probablement la pire catastrophe industrielle chimique de tous les temps (Das 1985a, 1985b ; Fondation Friedrich Naumann 1987 ; Tachakra 1987). Dans la nuit du 2 décembre 1984, une fuite de gaz provoque la propagation d'un nuage mortel sur la ville de Bhopal, au centre de l'Inde, faisant des milliers de morts et des centaines de milliers de blessés en l'espace de quelques heures. L'accident s'est produit en raison d'un emballement de la réaction dans l'un des réservoirs dans lesquels était stocké l'isocyanate de méthyle (MIC). Le réservoir de stockage en béton, contenant quelque 42 tonnes de ce composé, qui a été utilisé pour fabriquer des pesticides, a éclaté et a évacué le MIC et d'autres produits chimiques de décomposition dans l'air. Au-delà de l'évident impact catastrophique de l'accident, des interrogations subsistent quant aux éventuelles conséquences à long terme sur la santé des personnes touchées et/ou exposées (Andersson et al. 1986 ; Sainani et al. 1985).

Catastrophes à évolution lente

Les catastrophes à évolution lente peuvent n'apparaître que parce que des cibles humaines se trouvent sur la voie de rejet ou parce que, au fil du temps, des preuves environnementales d'une menace de matières nocives apparaissent.

L'un des exemples les plus impressionnants et les plus instructifs du premier type est la "maladie de Minamata". En 1953, des troubles neurologiques inhabituels ont commencé à frapper les habitants des villages de pêcheurs le long de la baie de Minamata, au Japon. La maladie a été nommée Kibyo, la "maladie mystérieuse". Après de nombreuses enquêtes, les poissons empoisonnés sont apparus comme le coupable probable et, en 1957, la maladie a été produite expérimentalement en nourrissant des chats avec des poissons pêchés dans la baie. L'année suivante, on suggéra que le tableau clinique de Kibyo, qui incluait la polynévrite, l'ataxie cérébelleuse et la cécité corticale, était similaire à celle due à l'empoisonnement par les composés d'alkylmercure. Une source de mercure organique a dû être recherchée, et elle a finalement été trouvée dans une usine rejetant ses effluents dans la baie de Minamata. En juillet 1961, la maladie était survenue chez 88 personnes, dont 35 (40 %) étaient décédées (Hunter 1978).

Un exemple du deuxième type est Love Canal, un site d'excavation près des chutes du Niagara aux États-Unis. La zone avait été utilisée comme décharge chimique et municipale sur une période d'environ 30 ans, jusqu'en 1953. Des maisons ont ensuite été construites à côté de la décharge. À la fin des années 1960, il y a eu des plaintes d'odeurs chimiques dans les sous-sols des maisons et la lixiviation chimique dans les zones entourant le site a commencé à être signalée avec une fréquence croissante au fil du temps. Dans les années 1970, les habitants ont commencé à craindre qu'une menace sérieuse pour leur santé puisse survenir et cette perception partagée a conduit à la réalisation d'enquêtes environnementales et sanitaires. Aucune des études publiées n'a pu étayer de manière concluante un lien de causalité entre l'exposition aux produits chimiques sur le site d'élimination et les effets néfastes sur la santé des résidents. Pourtant, il ne fait aucun doute que de graves conséquences sociales et psychologiques ont résulté parmi la population de la région, en particulier ceux qui ont été évacués (Holden 1980).

Intoxications alimentaires de masse

Les épidémies d'intoxication alimentaire peuvent être causées par des produits chimiques toxiques rejetés dans l'environnement par l'utilisation de produits chimiques dans la manipulation et la transformation des aliments. L'un des épisodes les plus graves de ce type s'est produit en Espagne (Spurzem et Lockey 1984 ; OMS 1984 ; Lancet 1983). En mai 1981, une épidémie d'un syndrome jusque-là inconnu a commencé à apparaître dans la banlieue ouvrière de Madrid. Plus de 20,000 XNUMX personnes ont finalement été impliquées.

En juin 1982, 315 patients étaient décédés (environ 16 décès pour 1,000 XNUMX cas). Initialement, les caractéristiques cliniques comprenaient une pneumonie interstitielle, diverses éruptions cutanées, des lymphadénopathies, une éosinophilie intense et des symptômes gastro-intestinaux. Près d'un quart de ceux qui ont survécu à la phase aiguë ont dû être hospitalisés plus tard pour des altérations neuromusculaires. Des changements ressemblant à la schlerodermie de la peau ont également été observés à ce stade avancé, ainsi qu'une hypertension pulmonaire et le phénomène de Raynaud.

Un mois après la survenue des premiers cas, la maladie s'est avérée associée à la consommation d'huile de colza dénaturée bon marché, vendue dans des bidons en plastique non étiquetés et généralement acquise auprès de vendeurs ambulants. L'avertissement émis par le gouvernement espagnol contre la consommation de l'huile suspecte a provoqué une chute spectaculaire du nombre d'hospitalisations pour pneumonite toxique (Gilsanz et al. 1984; Kilbourne et al. 1983).

Les polychlorobiphényles (PCB) ont été impliqués dans d'autres intoxications alimentaires de masse accidentelles largement signalées au Japon (Masuda et Yoshimura 1984) et à Taïwan (Chen et al. 1984).

Catastrophes transnationales

Les catastrophes d'origine humaine d'aujourd'hui ne respectent pas nécessairement les frontières politiques nationales. Un exemple évident est Tchernobyl, dont la contamination s'est étendue de l'océan Atlantique aux montagnes de l'Oural (Agence pour l'énergie nucléaire, 1987). Un autre exemple vient de la Suisse (Friedrich Naumann Foundation 1987 ; Salzman 1987). Le 1er novembre 1986, peu après minuit, un incendie s'est déclaré dans un entrepôt exploité par la multinationale pharmaceutique Sandoz à Schweizerhalle, à 10 km au sud-est de Bâle, et quelque 30 tonnes de produits chimiques stockés dans l'entrepôt ont été évacuées avec l'eau de l'incendie. -combats dans le Rhin voisin. De graves dommages écologiques se sont produits sur une longueur d'environ 250 km. Hormis des symptômes d'irritation signalés dans les parties de la région de Bâle atteintes par les gaz et vapeurs produits par l'incendie, aucun cas de maladie grave n'a été signalé. Néanmoins, cet accident a suscité de vives inquiétudes dans au moins quatre pays européens (Suisse, France, Allemagne, Pays-Bas).

La transnationalité s'applique non seulement aux conséquences et aux dommages causés par les catastrophes, mais aussi à leurs causes lointaines. Bhopal pourrait servir d'exemple. En analysant les causes de cette catastrophe, certaines personnes sont arrivées à la conclusion que "la catastrophe de Bhopal s'est produite à cause d'actes et de décisions spécifiques qui ont été prises à Danbury, Connecticut ou ailleurs dans la superstructure de l'entreprise, mais pas à Bhopal". (Fondation Friedrich Naumann 1987.)

Catastrophes "en développement"

Le modèle émergent d'industrialisation ainsi que de modernisation de l'agriculture dans les pays en développement implique l'application et l'utilisation de technologies et de produits importés ou adoptés, dans des contextes très différents de ceux dans lesquels ils étaient censés être utilisés. Les entreprises confrontées au durcissement des réglementations dans les pays industrialisés peuvent exporter des industries dangereuses vers des régions du monde où des mesures moins strictes de protection de l'environnement et de la santé publique existent. Les activités industrielles se concentrent dans les établissements urbains existants et ajoutent considérablement à la pression causée par la surpopulation et les pénuries de services communautaires. Ces activités sont réparties entre un petit secteur fortement organisé et un grand secteur non organisé ; les contrôles gouvernementaux concernant la sécurité du travail et de l'environnement dans ce dernier secteur sont moins stricts (Krishna Murti 1987). Un exemple vient du Pakistan, où parmi 7,500 1976 agents de terrain participant à un programme de lutte contre le paludisme en 2,800, pas moins de 1978 500,000 ont subi une forme de toxicité (Baker et al. 9,000). On a également estimé qu'environ 1 80 intoxications aiguës aux pesticides se produisent chaque année, entraînant environ 1985 XNUMX décès, et que seulement XNUMX % environ des cas mortels surviennent dans les pays industrialisés, bien que ces pays consomment environ XNUMX % de la production agrochimique mondiale totale (Jeyaratnam XNUMX ).

Il a également été avancé que les sociétés en développement pourraient en fait se retrouver avec un double fardeau au lieu d'être débarrassées de celui du sous-développement. Il se pourrait, en fait, que les conséquences d'une industrialisation abusive s'ajoutent simplement à celles des États sous-développés des pays (Krishna Murti 1987). Il est donc clair que la coopération internationale doit être renforcée d'urgence dans trois domaines : les travaux scientifiques, la santé publique et les politiques d'implantation et de sécurité industrielles.

Leçons pour l'avenir

Malgré la variété des catastrophes industrielles examinées, certains enseignements communs ont été tirés sur la manière de prévenir leur occurrence, ainsi que sur la manière d'atténuer l'impact des catastrophes chimiques majeures sur la population. En particulier:

  • Différents experts doivent être sur place travaillant en étroite coordination ; elles doivent généralement couvrir les domaines liés au devenir de l'agent dans l'environnement, ses propriétés toxiques pour l'homme et le biote, les méthodes d'analyse, la médecine clinique et la pathologie, la biostatistique et l'épidémiologie.
  • Sur la base des preuves préexistantes et/ou disponibles au début, un plan d'étude approfondie doit être élaboré le plus tôt possible pour identifier les objectifs, les problèmes et les besoins en ressources.
  • Les activités de la phase initiale affectent le cours de toute action ultérieure. Étant donné qu'il faut s'attendre à des effets à long terme après pratiquement tous les types de catastrophe industrielle, il convient d'accorder une grande attention à la disponibilité des informations requises pour les études ultérieures (par exemple, des identifiants appropriés des personnes exposées pour le suivi).
  • Lors de la planification d'investigations à long terme, la faisabilité doit être prise en compte pour faciliter les réalisations scientifiques et de santé publique et la clarté de la communication.
  • Dans l'ensemble, pour des raisons de validité et de rentabilité, il est conseillé de s'appuyer sur des informations « concrètes », chaque fois qu'elles sont disponibles, soit pour identifier et dénombrer la population étudiée (par exemple, résidence), soit pour estimer l'exposition (par exemple, mesures environnementales et biologiques) et le choix des paramètres (par exemple, la mortalité).

 

Contrôle des installations à risques majeurs pour la prévention des accidents majeurs

L'objectif de cet article est de fournir des conseils pour la mise en place d'un système de contrôle installations à risques majeurs. Deux documents de l'OIT et la plus récente Convention de l'OIT (voir "Convention de l'OIT") forment la base de la première partie de cet article. La directive européenne constitue la base de la deuxième partie de cet article.

La perspective de l'OIT

Une grande partie de ce qui suit a été extraite de deux documents Prévention des accidents industriels majeurs (OIT 1991) et Contrôle des risques majeurs : un manuel pratique (OIT 1988). Le document « Convention concernant la prévention des accidents industriels majeurs » (OIT 1993) (sur le lien "Convention de l'OIT") sert à compléter et à mettre à jour les éléments des deux documents précédents. Chacun de ces documents propose des moyens de protéger les travailleurs, le public et l'environnement contre les risques d'accidents majeurs en (1) prévenant la survenue d'accidents majeurs dans ces installations et (2) en minimisant les conséquences d'un accident majeur sur site et hors site, par exemple en (a) prévoyant une séparation appropriée entre les installations à risques majeurs et les habitations et autres centres de population à proximité, tels que les hôpitaux, les écoles et les magasins, et (b) une planification d'urgence appropriée.

La Convention de l'OIT de 1993 doit être consultée pour plus de détails ; ce qui suit est plutôt un aperçu narratif du document.

Les installations à risques majeurs possèdent le potentiel, en raison de la nature et de la quantité de substances dangereuses présentes, de provoquer une accident majeur dans l'une des catégories générales suivantes :

  • le rejet de substances toxiques en quantités importantes qui sont létales ou nocives même à des distances considérables du point de rejet par contamination de l'air, de l'eau et/ou du sol
  • le rejet de substances extrêmement toxiques en kilogrammes, qui sont mortelles ou nocives même à une distance considérable du point de rejet
  • le dégagement de liquides ou de gaz inflammables en quantités importantes, qui peuvent soit brûler pour produire des niveaux élevés de rayonnement thermique, soit former un nuage de vapeur explosif
  • l'explosion de matières instables ou réactives.

 

Obligations des pays membres

La Convention de 1993 attend des pays membres qui ne sont pas immédiatement en mesure de mettre en œuvre toutes les mesures de prévention et de protection prévues par la Convention :

  • élaborer des plans, en consultation avec les organisations d'employeurs et de travailleurs les plus représentatives, ainsi qu'avec les autres parties intéressées susceptibles d'être concernées, pour la mise en œuvre progressive desdites mesures dans un délai déterminé
  • mettre en œuvre et revoir périodiquement une politique nationale cohérente concernant la protection des travailleurs, du public et de l'environnement contre les risques d'accidents majeurs
  • mettre en œuvre la politique par des mesures de prévention et de protection pour les installations à risques majeurs et, dans la mesure du possible, promouvoir l'utilisation des meilleures technologies de sécurité disponibles et
  • appliquer la convention conformément à la législation et à la pratique nationales.

 

Composants d'un système de contrôle des risques majeurs

La variété des accidents majeurs conduit à la notion de danger majeur comme une activité industrielle nécessitant des contrôles au-delà de ceux appliqués dans les opérations normales de l'usine, afin de protéger à la fois les travailleurs et les personnes vivant et travaillant à l'extérieur. Ces contrôles visent non seulement à prévenir les accidents mais aussi à atténuer les conséquences des accidents qui pourraient survenir.

Les contrôles doivent être basés sur une approche systématique. Les composants de base de ce système sont :

  • identification des installations à risques majeurs avec leurs quantités seuils respectives et leur inventaire. Les autorités gouvernementales et les employeurs devraient exiger l'identification des installations à risques majeurs en priorité; ceux-ci doivent être régulièrement révisés et mis à jour.
  • informations sur l'installation. Une fois que les installations à risques majeurs ont été identifiées, des informations supplémentaires doivent être collectées sur leur conception et leur fonctionnement. Les informations doivent être rassemblées et organisées systématiquement et doivent être accessibles à toutes les parties concernées au sein de l'industrie et à l'extérieur de l'industrie. Afin d'obtenir une description complète des dangers, il peut être nécessaire de réaliser des études de sécurité et des évaluations des dangers pour découvrir d'éventuelles défaillances du procédé et établir des priorités au cours du processus d'évaluation des dangers.
  • disposition spéciale pour protéger les informations confidentielles
  • action à l'intérieur de l'activité industrielle. Les employeurs ont la responsabilité première d'exploiter et d'entretenir une installation sécuritaire. Une solide politique de sécurité est nécessaire. L'inspection technique, la maintenance, la modification des installations, la formation et la sélection du personnel approprié doivent être effectuées conformément aux procédures de contrôle de qualité standard pour les installations à risques majeurs. En plus de la préparation du rapport de sécurité, les accidents de tout type devraient faire l'objet d'enquêtes et des copies des rapports devraient être soumises à l'autorité compétente.
  • actions du gouvernement ou d'autres autorités compétentes. Évaluation des dangers aux fins d'octroi de licences (le cas échéant), d'inspection et d'application de la législation. L'aménagement du territoire peut réduire sensiblement le risque de catastrophe. La formation des inspecteurs d'usine est également un rôle important du gouvernement ou d'une autre autorité compétente.
  • planification d'urgence. Celle-ci vise à réduire les conséquences des accidents majeurs. Lors de la mise en place de la planification d'urgence, une distinction est faite entre la planification sur site et hors site.

 

Les responsabilités des employeurs

Les installations à risques majeurs doivent être exploitées avec un niveau de sécurité très élevé. En outre, les employeurs jouent un rôle clé dans l'organisation et la mise en œuvre d'un système de contrôle des risques majeurs. En particulier, comme indiqué dans le tableau 13, les employeurs ont la responsabilité de :

  • Fournir les informations nécessaires à l'identification des installations à risques majeurs dans un délai déterminé.
  • Procéder à l'évaluation des dangers.
  • Rendre compte à l'autorité compétente des résultats de l'évaluation des dangers.
  • Introduire des mesures techniques, y compris la conception, la construction des systèmes de sécurité, le choix des produits chimiques, l'exploitation, la maintenance et l'inspection systématique de l'installation.
  • Introduire des mesures organisationnelles, y compris, entre autres, la formation et l'instruction du personnel et les niveaux de dotation.
  • Mettre en place un plan d'urgence.
  • Prendre des mesures pour améliorer la sécurité des installations et limiter les conséquences d'un accident.
  • Consulter les travailleurs et leurs représentants.
  • Améliorez le système en apprenant des quasi-accidents et des informations connexes.
  • Assurez-vous que les procédures de contrôle de la qualité sont en vigueur et auditez-les périodiquement.
  • Avertir l'autorité compétente avant toute fermeture définitive d'une installation à risques majeurs.

 

Tableau 13. Rôle de la gestion des installations à risques majeurs dans la maîtrise des risques

Actions (en fonction de la législation locale)

Intervention en cas de sinistre majeur
accident

Informer les autorités

Fournir des informations sur
modifications importantes

Préparer un plan d'urgence sur place

Informer le public du danger majeur

Aviser les autorités en cas d'accident majeur

Préparer et soumettre un rapport de sécurité

Fournir de plus amples informations sur demande

Fournir des informations à l'autorité locale pour lui permettre de tirer
mettre en place un plan d'urgence hors site

 

Fournir des informations sur les accidents majeurs

En premier lieu, les employeurs d'installations susceptibles de provoquer un accident majeur ont le devoir de maîtriser ce risque majeur. Pour ce faire, ils doivent être conscients de la nature du danger, des événements qui provoquent des accidents et des conséquences potentielles de tels accidents. Cela signifie que, pour contrôler avec succès un danger majeur, les employeurs doivent avoir des réponses aux questions suivantes :

  • Les substances toxiques, explosives ou inflammables présentes dans l'installation constituent-elles un danger majeur ?
  • Existe-t-il des produits chimiques ou des agents qui, s'ils sont combinés, pourraient devenir un danger toxique ?
  • Quelles pannes ou erreurs peuvent provoquer des conditions anormales conduisant à un accident majeur ?
  • En cas d'accident majeur, quelles sont les conséquences d'un incendie, d'une explosion ou d'un rejet toxique pour les salariés, les personnes extérieures à l'installation, l'usine ou l'environnement ?
  • Que peut faire la direction pour éviter que ces accidents ne se produisent ?
  • Que peut-on faire pour atténuer les conséquences d'un accident?

 

Évaluation des risques

La manière la plus appropriée de répondre aux questions ci-dessus est de procéder à une évaluation des risques, dont le but est de comprendre pourquoi les accidents se produisent et comment ils peuvent être évités ou au moins atténués. Les méthodes pouvant être utilisées pour une évaluation sont résumées dans le tableau 14.

Tableau 14. Méthodes de travail pour l'évaluation des dangers

Method

Objectif

Objectif

Principe de fonctionnement

1. Analyse préliminaire des dangers

1. Identification des dangers

1. Intégralité du concept de sécurité

1. Utilisation des "aides à la réflexion"

2. Diagrammes matriciels de
interactions

     

3. Utilisation de listes de contrôle

     

4. Effet d'échec
analyse

   

2. Utilisation de "recherche
aides" et schématique
Documentation

5. Danger et
étude d'opérabilité

     

6. Séquence accidentelle
analyse (inductive)

2. Évaluation du danger selon
fréquence d'occurrence

2. Optimisation de
fiabilité et
disponibilité des systèmes de sécurité

3. Description graphique
des séquences de défaillance et mathématiques
calculs de
probabilités

7. Analyse de l'arbre de défaillance
(déductif)

     

8. Analyse des conséquences des accidents

3. Évaluation des conséquences des accidents

3. Atténuation de
conséquences
et développement de
urgence optimale
rémunération

4. Mathématique
modélisation physique et chimique
les process

Source : OIT 1988.

Fonctionnement sûr

Un aperçu général de la façon dont les dangers doivent être contrôlés sera donné.

Conception des composants de l'usine

Un composant doit résister aux éléments suivants : charges statiques, charges dynamiques, pression interne et externe, corrosion, charges dues à de grands écarts de température, charges dues à des impacts externes (vent, neige, tremblements de terre, tassement). Les normes de conception sont donc une exigence minimale en ce qui concerne les installations à risques majeurs.

Fonctionnement et contrôle

Lorsqu'une installation est conçue pour résister à toutes les charges pouvant survenir dans des conditions de fonctionnement normales ou anormales prévues, il incombe à un système de contrôle de processus de maintenir l'installation en toute sécurité dans ces limites.

Afin de faire fonctionner de tels systèmes de contrôle, il est nécessaire de surveiller les variables de processus et les parties actives de l'installation. Le personnel d'exploitation doit être bien formé pour connaître le mode de fonctionnement et l'importance du système de contrôle. Pour s'assurer que le personnel d'exploitation n'a pas à se fier uniquement au fonctionnement des systèmes automatiques, ces systèmes doivent être associés à des alarmes acoustiques ou optiques.

Il est très important de réaliser que tout système de contrôle aura des problèmes dans des conditions de fonctionnement rares telles que les phases de démarrage et d'arrêt. Une attention particulière doit être portée à ces phases de fonctionnement. Les procédures de contrôle de la qualité seront vérifiées périodiquement par la direction.

Systèmes de sécurité

Toute installation à risque majeur nécessitera une certaine forme de système de sécurité. La forme et la conception du système dépendent des dangers présents dans l'usine. Voici un aperçu des systèmes de sécurité disponibles :

  • systèmes empêchant tout écart par rapport aux conditions de fonctionnement autorisées
  • systèmes empêchant la défaillance des composants liés à la sécurité
  • fournitures utilitaires liées à la sécurité
  • systèmes d'alarme
  • mesures techniques de protection
  • prévention des erreurs humaines et organisationnelles.

 

Entretien et surveillance

La sécurité d'une installation et le fonctionnement d'un système relatif à la sécurité ne peuvent être aussi bons que la maintenance et la surveillance de ces systèmes.

Inspection et réparation

Il est nécessaire d'établir un plan d'inspections sur site, à suivre par le personnel d'exploitation, qui doit comprendre un calendrier et les conditions d'exploitation à respecter lors des travaux d'inspection. Des procédures strictes doivent être spécifiées pour effectuer les travaux de réparation.

Formation

Comme les gens peuvent avoir une influence aussi bien négative que positive sur la sécurité de l'usine, il est important de réduire les influences négatives et de soutenir les influences positives. Ces deux objectifs peuvent être atteints par une sélection, une formation et une évaluation périodiques appropriées du personnel.

Atténuation des conséquences

Même si une évaluation des dangers a été effectuée et que les dangers ont été détectés et que des mesures appropriées pour prévenir les accidents ont été prises, la possibilité d'un accident ne peut pas être totalement exclue. Pour cette raison, il doit faire partie du concept de sécurité de planifier et de fournir des mesures qui peuvent atténuer les conséquences d'un accident.

Ces mesures doivent être cohérentes avec les dangers identifiés dans l'évaluation. De plus, elles doivent s'accompagner d'une formation adéquate du personnel de la centrale, des forces de secours et des responsables des services publics. Seules la formation et les répétitions des situations d'accident peuvent rendre les plans d'urgence suffisamment réalistes pour fonctionner dans une situation d'urgence réelle.

Rapports de sécurité à l'autorité compétente

En fonction des dispositions locales dans les différents pays, les employeurs d'une installation à risques majeurs doivent faire rapport à l'autorité compétente appropriée. La déclaration peut être effectuée en trois étapes. Ceux-ci sont:

  • identification/notification de l'installation à risque majeur (y compris toute modification future devant être apportée à l'installation)
  • l'établissement de rapports périodiques de sûreté (qui seront révisés en fonction des modifications apportées à une installation)
  • déclaration immédiate de tout type d'accident, suivie d'un rapport détaillé.

 

Droits et devoirs des travailleurs et de leurs représentants

Les travailleurs et leurs représentants doivent être consultés par le biais de mécanismes de coopération appropriés afin de garantir un système de travail sûr. Ils doivent être consultés lors de la préparation et avoir accès aux rapports de sécurité, aux plans et procédures d'urgence et aux rapports d'accident. Ils reçoivent une formation sur la prévention des accidents majeurs et sur les procédures d'urgence à suivre en cas d'accident majeur. Enfin, les travailleurs et leurs représentants devraient pouvoir prendre des mesures correctives si nécessaire dans le cadre de leurs fonctions, s'ils estiment qu'il existe un danger imminent d'accident majeur. Ils ont également le droit d'informer l'autorité compétente de tout danger.

Les travailleurs doivent se conformer à toutes les pratiques et procédures de prévention des accidents majeurs et de contrôle des développements susceptibles de conduire à un accident majeur. Ils doivent se conformer à toutes les procédures d'urgence en cas d'accident majeur.

Mise en place d'un dispositif de maîtrise des risques majeurs

Bien que le stockage et l'utilisation de grandes quantités de matières dangereuses soient répandus dans la plupart des pays du monde, les systèmes actuels de contrôle de celles-ci différeront considérablement d'un pays à l'autre. Cela signifie que la rapidité de mise en œuvre d'un système de maîtrise des risques majeurs dépendra des moyens déjà existants dans chaque pays, notamment en ce qui concerne les inspecteurs des installations formés et expérimentés, ainsi que des ressources disponibles localement et nationalement pour les différentes composantes du système de contrôle. . Pour tous les pays, cependant, la mise en œuvre nécessitera l'établissement de priorités pour un programme étape par étape.

Identification des dangers majeurs

C'est le point de départ essentiel de tout système de contrôle des risques majeurs – la définition de ce qui constitue réellement un risque majeur. Bien que des définitions existent dans certains pays et en particulier dans l'UE, la définition d'un danger majeur d'un pays particulier doit refléter les priorités et les pratiques locales et, en particulier, le modèle industriel de ce pays.

Toute définition d'identification des dangers majeurs impliquera probablement une liste de matières dangereuses, accompagnée d'un inventaire pour chacune, de sorte que toute installation à risques majeurs stockant ou utilisant l'une de ces matières en quantités excessives est par définition une installation à risques majeurs. L'étape suivante consiste à identifier où se trouve l'installation à risque majeur pour une région ou un pays particulier. Lorsqu'un pays souhaite identifier les installations à risques majeurs avant que la législation nécessaire ne soit en place, des progrès considérables peuvent être réalisés de manière informelle, en particulier lorsque la coopération de l'industrie est disponible. Les sources existantes telles que les registres de l'inspection du travail, les informations des organismes industriels, etc., peuvent permettre d'obtenir une liste provisoire qui, outre la possibilité d'attribuer des priorités d'inspection précoce, permettra d'évaluer les ressources nécessaires pour les différentes pièces du système de contrôle.

Constitution d'un groupe d'experts

Pour les pays qui envisagent d'établir un système de contrôle des risques majeurs pour la première fois, une première étape importante consistera probablement à créer un groupe d'experts en tant qu'unité spéciale au niveau gouvernemental. Le groupe devra fixer des priorités pour décider de son programme d'activité initial. Le groupe peut être tenu de former des inspecteurs d'usine aux techniques d'inspection des risques majeurs, y compris les normes opérationnelles pour ces installations à risques majeurs. Ils devraient également être en mesure de fournir des conseils sur l'emplacement des nouveaux risques majeurs et l'utilisation des terres à proximité. Ils devront établir des contacts dans d'autres pays afin de se tenir au courant de l'évolution des risques majeurs.

Préparation aux situations d'urgence sur place

Les plans d'urgence exigent que l'installation à risque majeur soit évaluée pour la gamme d'accidents qui pourraient survenir, ainsi que la manière dont ils seraient traités dans la pratique. La gestion de ces accidents potentiels nécessitera à la fois du personnel et du matériel, et une vérification doit être faite pour s'assurer que les deux sont disponibles en nombre suffisant. Les plans doivent inclure les éléments suivants :

  • évaluation de la taille et de la nature des événements prévus et de la probabilité de leur survenance
  • formulation du plan et liaison avec les autorités extérieures, y compris les services d'urgence
  • procédures : (a) déclencher l'alarme ; (b) communications à l'intérieur et à l'extérieur de l'usine
  • nomination du personnel clé et de leurs devoirs et responsabilités
  • centre de contrôle d'urgence
  • action sur site et hors site.

 

Préparation aux situations d'urgence hors site

C'est un domaine qui a reçu moins d'attention que la planification d'urgence sur site, et de nombreux pays seront confrontés à l'envisager pour la première fois. Le plan d'urgence externe devra faire le lien entre les accidents éventuels identifiés par l'installation à risques majeurs, leur probabilité d'occurrence prévisible et la proximité des personnes vivant et travaillant à proximité. Il doit avoir abordé la nécessité d'un avertissement et d'une évacuation rapides du public, et comment ceux-ci pourraient être réalisés. Rappelons qu'une habitation conventionnelle de construction solide offre une protection substantielle contre les nuages ​​de gaz toxiques, alors qu'une maison de type bidonville est vulnérable à de tels accidents.

Le plan d'urgence doit identifier les organisations dont l'aide sera requise en cas d'urgence et doit s'assurer qu'elles savent quel rôle on attend d'elles : les hôpitaux et le personnel médical doivent, par exemple, avoir décidé comment ils géreraient un grand nombre de blessés et en particulier quel traitement ils fourniraient. Le plan d'urgence hors site devra être répété avec la participation du public de temps à autre.

Lorsqu'un accident majeur est susceptible d'avoir des effets transfrontières, des informations complètes doivent être fournies aux juridictions concernées, ainsi qu'une assistance dans les accords de coopération et de coordination.

Implantation

La nécessité d'une politique d'implantation pour les installations à risques majeurs est simple : étant donné qu'une sécurité absolue ne peut être garantie, les installations à risques majeurs doivent être séparées des personnes vivant et travaillant à l'extérieur de l'installation. En priorité, il peut être approprié de concentrer les efforts sur les nouveaux risques majeurs proposés et d'essayer d'empêcher l'empiétement de l'habitat, en particulier des bidonvilles, qui sont une caractéristique commune à de nombreux pays.

Formation et inspecteurs des installations

Le rôle des inspecteurs des installations est susceptible d'être central dans de nombreux pays dans la mise en œuvre d'un système de contrôle des risques majeurs. Les inspecteurs de l'installation auront les connaissances qui permettront l'identification précoce des dangers majeurs. Lorsqu'ils peuvent faire appel à des inspecteurs spécialisés, les inspecteurs d'usines seront assistés dans les aspects souvent très techniques de l'inspection des risques majeurs.

Les inspecteurs auront besoin d'une formation et de qualifications appropriées pour les aider dans ce travail. L'industrie elle-même est susceptible d'être la plus grande source d'expertise technique dans de nombreux pays et peut être en mesure de fournir une assistance pour la formation des inspecteurs des installations.

L'autorité compétente a le droit de suspendre toute opération présentant une menace imminente d'accident majeur.

Évaluation des risques majeurs

Celle-ci doit être effectuée par des spécialistes, si possible selon des lignes directrices établies par exemple par le groupe d'experts ou par des inspecteurs spécialisés, éventuellement avec l'aide du groupement patronal de l'installation à risques majeurs. L'évaluation implique une étude systématique du potentiel de risque d'accident majeur. Il s'agira d'un exercice similaire, bien que beaucoup moins détaillé, à celui réalisé par la direction de l'installation à risques majeurs pour la réalisation de son rapport de sûreté à destination de l'inspection de l'installation et l'établissement d'un plan d'urgence interne.

L'évaluation comprendra une étude de toutes les opérations de manutention des matières dangereuses, y compris le transport.

Un examen des conséquences de l'instabilité du processus ou des changements majeurs dans les variables du processus sera inclus.

L'évaluation doit également tenir compte du positionnement d'une matière dangereuse par rapport à une autre.

Les conséquences d'une défaillance de mode commun devront également être évaluées.

L'évaluation prendra en compte les conséquences des accidents majeurs identifiés sur les populations hors site ; cela peut déterminer si le processus ou l'installation peut être mis en service.

Information au public

L'expérience des accidents majeurs, en particulier ceux impliquant des rejets de gaz toxiques, a montré l'importance pour le public à proximité d'être averti à l'avance de : (a) comment reconnaître qu'une urgence se produit ; (b) quelles mesures doivent-ils prendre ; et (c) quel traitement médical correctif serait approprié pour toute personne affectée par le gaz.

Pour les habitants de logements conventionnels de construction solide, le conseil en cas d'urgence est généralement de rentrer à l'intérieur, de fermer toutes les portes et fenêtres, d'éteindre toute ventilation ou climatisation et d'allumer la radio locale pour obtenir des instructions supplémentaires.

Lorsqu'un grand nombre d'habitants de bidonvilles vivent à proximité d'une installation à risques majeurs, ce conseil serait inapproprié et une évacuation à grande échelle pourrait être nécessaire.

Prérequis pour un système de maîtrise des risques majeurs

personnel

Un système de contrôle des risques majeurs pleinement développé nécessite une grande variété de personnel spécialisé. Outre le personnel industriel concerné directement ou indirectement par l'exploitation sûre de l'installation à risques majeurs, les ressources nécessaires comprennent les inspecteurs généraux des usines, les inspecteurs spécialisés, les évaluateurs de risques, les planificateurs d'urgence, les agents de contrôle de la qualité, les autorités locales d'aménagement du territoire, la police, les installations médicales, les autorités, etc., ainsi que des législateurs pour promulguer de nouvelles lois et réglementations pour le contrôle des risques majeurs.

Dans la plupart des pays, les ressources humaines affectées à ces tâches sont susceptibles d'être limitées et la définition de priorités réalistes est essentielle.

Équin

L'une des caractéristiques de l'établissement d'un système de contrôle des risques majeurs est qu'il est possible d'accomplir beaucoup de choses avec très peu d'équipement. Les inspecteurs d'usine n'auront pas besoin de grand-chose en plus de leur équipement de sécurité existant. Ce qu'il faudra, c'est l'acquisition d'une expérience et de connaissances techniques et les moyens de les transmettre du groupe d'experts à, par exemple, l'institut régional du travail, l'inspection des installations et l'industrie. Des aides à la formation et des installations supplémentaires peuvent être nécessaires.

Informations

Un élément clé dans l'établissement d'un système de contrôle des risques majeurs est d'obtenir des informations de pointe et de les transmettre rapidement à tous ceux qui en auront besoin pour leur travail de sécurité.

Le volume de la littérature couvrant les différents aspects des travaux liés aux risques majeurs est aujourd'hui considérable et, utilisé de manière sélective, il pourrait constituer une source importante d'informations pour un groupe d'experts.

Responsabilité des pays exportateurs

Lorsque, dans un pays membre exportateur, l'utilisation de substances, de technologies ou de procédés dangereux est interdite en tant que source potentielle d'accident majeur, l'information sur cette interdiction et ses motifs doit être mise à la disposition par le pays membre exportateur de tout importateur de campagne.

Certaines recommandations non contraignantes découlent de la Convention. En particulier, l'un avait une orientation transnationale. Il recommande qu'une entreprise nationale ou multinationale ayant plus d'un établissement ou installation fournisse des mesures de sécurité relatives à la prévention des accidents majeurs et au contrôle des évolutions susceptibles de conduire à un accident majeur, sans discrimination, aux travailleurs de tous ses établissements , quel que soit le lieu ou le pays où ils se trouvent. (Le lecteur doit également se référer à la section « Catastrophes transnationales » de cet article.)

La directive européenne sur les risques d'accidents majeurs de certaines activités industrielles

Suite à des incidents graves dans l'industrie chimique en Europe au cours des deux dernières décennies, une législation spécifique couvrant les activités à risques majeurs a été élaborée dans différents pays d'Europe occidentale. Un élément clé de la législation était l'obligation pour l'employeur d'une activité industrielle à risques majeurs de fournir des informations sur l'activité et ses risques sur la base des résultats d'études de sécurité systématiques. Après l'accident de Seveso (Italie) en 1976, les réglementations sur les risques majeurs dans les différents pays ont été rassemblées et intégrées dans une directive CE. Cette directive, sur les risques d'accidents majeurs de certaines activités industrielles, est en vigueur depuis 1984 et est souvent appelée directive Seveso (Conseil des Communautés européennes 1982, 1987).

Afin d'identifier les installations à risques majeurs, la directive CE utilise des critères basés sur les propriétés toxiques, inflammables et explosives des produits chimiques (voir tableau 15).

Tableau 15. Critères de la directive CE pour les installations à risques majeurs

Substances toxiques (très toxiques et toxiques) :

Substances présentant les valeurs suivantes de toxicité aiguë et ayant des propriétés physiques et chimiques susceptibles d'entraîner des risques d'accidents majeurs :

 

LD50 oral. rat mg/kg

LD50 couper. rat/lapin mg/kg

LC50 ihl. 4h. rat mg/1

1.

LD50 <5

DL <1

LD50

2.

550

dix50

0.150

3.

dix50

dix50

0.550 <2

Substances inflammables :

1.

Gaz inflammables : substances qui, à l'état gazeux à pression normale et mélangées à l'air, deviennent inflammables et dont le point d'ébullition à pression normale est de 20 ºC ou moins.

2.

Liquides très inflammables : substances dont le point d'éclair est inférieur à 21 °C et dont le point d'ébullition à la pression normale est supérieur à 20 °C.

3.

Liquides inflammables : substances qui ont un point d'éclair inférieur à 55 °C et qui restent liquides sous pression, pour lesquelles des conditions de traitement particulières, telles qu'une pression et une température élevées, peuvent créer des risques d'accidents majeurs.

Substances explosives :

Substances susceptibles d'exploser sous l'effet d'une flamme ou plus sensibles aux chocs ou aux frottements que le dinitrobenzène.

 

Pour la sélection d'activités industrielles à risques majeurs spécifiques, une liste de substances et de seuils est fournie dans les annexes de la directive. Une activité industrielle est définie par la directive comme l'ensemble de toutes les installations situées à une distance de 500 mètres les unes des autres et appartenant à la même usine ou usine. Lorsque la quantité des substances présentes dépasse le seuil limite donné figurant dans la liste, l'activité est qualifiée d'installation à risques majeurs. La liste des substances comprend 180 substances chimiques, tandis que les seuils varient entre 1 kg pour les substances extrêmement toxiques et 50,000 XNUMX tonnes pour les liquides hautement inflammables. Pour le stockage isolé de substances, une liste séparée de quelques substances est donnée.

Outre les gaz, liquides et explosifs inflammables, la liste contient des produits chimiques tels que l'ammoniac, le chlore, le dioxyde de soufre et l'acrylonitrile.

Afin de faciliter l'application d'un système de maîtrise des risques majeurs et d'inciter les autorités et l'encadrement à l'appliquer, il doit être orienté en priorité, l'attention devant être portée sur les installations les plus dangereuses. Une liste suggérée de priorités est donnée dans le tableau 16.

Tableau 16. Produits chimiques prioritaires utilisés pour identifier les installations à risques majeurs

Noms des substances

Quantité (>)

Numéro de série de la liste CE

Substances inflammables générales :

Gaz inflammables

200 t

124

Liquides hautement inflammables

50,000 t

125

Substances inflammables spécifiques :

Hydrogène

50 t

24

Oxyde d'éthylène

50 t

25

Explosifs spécifiques :

Nitrate d'ammonium

2,500 t

146 b

Nitroglycérine

10 t

132

Trinitrotoluène

50 t

145

Substances toxiques spécifiques :

Acrylonitrile

200 t

18

Ammoniac

500 t

22

Chlore

25 t

16

le dioxyde de soufre

250 t

148

Sulfure d'hydrogène

50 t

17

Cyanure d'hydrogène

20 t

19

Sulfure de carbone

200 t

20

Fluor d'hydrogène

50 t

94

Chlorure d'hydrogène

250 t

149

Trioxyde de soufre

75 t

180

Substances spécifiques très toxiques :

Isocyanate de méthyle

150 kg

36

Phosgène

750 kg

15

 

Les produits chimiques indiqués dans le tableau servant de guide, une liste d'installations peut être identifiée. Si la liste est encore trop longue pour être prise en charge par les autorités, de nouvelles priorités peuvent être fixées en fixant de nouveaux seuils quantitatifs. Le réglage de priorité peut également être utilisé à l'intérieur de l'usine pour identifier les pièces les plus dangereuses. Compte tenu de la diversité et de la complexité de l'industrie en général, il n'est pas possible de limiter les installations à risques majeurs à certains secteurs d'activité industrielle. Toutefois, l'expérience montre que les installations à risques majeurs sont le plus souvent associées aux activités suivantes :

  • usines pétrochimiques et raffineries
  • usines chimiques et usines de production chimique
  • Stockage GPL et terminaux
  • magasins et centres de distribution de produits chimiques
  • grands magasins d'engrais
  • usines d'explosifs
  • travaux dans lesquels le chlore est utilisé en grandes quantités.

 

Retour

Vendredi, Février 25 2011 16: 44

Préparation aux catastrophes

Au cours des deux dernières décennies, l'accent mis sur la prévention des catastrophes est passé des mesures de secours principalement improvisées dans la phase post-impact à la planification prévisionnelle ou à la préparation aux catastrophes. Pour les catastrophes naturelles, cette approche a été adoptée dans la philosophie du programme des Nations Unies pour la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles (IDNDR). Les quatre phases suivantes sont les composantes d'un plan global de gestion des risques qui peut être appliqué à tous les types de catastrophes naturelles et technologiques :

  • planification pré-catastrophe
  • préparation aux urgences
  • réponse d'urgence
  • le relèvement et la reconstruction après l'impact.

 

L'objectif de la préparation aux catastrophes est de développer des mesures de prévention des catastrophes ou de réduction des risques parallèlement aux capacités de préparation et de réponse aux situations d'urgence. Dans ce processus, les analyses des dangers et de la vulnérabilité sont les activités scientifiques qui constituent la base des tâches appliquées de réduction des risques et de préparation aux situations d'urgence à entreprendre en collaboration avec les planificateurs et les services d'urgence.

La plupart des professionnels de la santé considéreraient que leur rôle dans la préparation aux catastrophes consiste à planifier le traitement d'urgence d'un grand nombre de blessés. Cependant, si l'impact des catastrophes doit être considérablement réduit à l'avenir, le secteur de la santé doit être impliqué dans le développement de mesures préventives et dans toutes les phases de la planification des catastrophes, avec des scientifiques, des ingénieurs, des planificateurs d'urgence et des décideurs. Cette approche multidisciplinaire pose un défi majeur au secteur de la santé à la fin du XXe siècle alors que les calamités naturelles et causées par l'homme deviennent de plus en plus destructrices et coûteuses en termes de vies et de biens avec l'expansion des populations humaines à travers le monde.

Les catastrophes naturelles soudaines ou à déclenchement rapide comprennent les conditions météorologiques extrêmes (inondations et vents violents), les tremblements de terre, les glissements de terrain, les éruptions volcaniques, les tsunamis et les incendies de forêt, et leurs impacts ont beaucoup en commun. Les famines, la sécheresse et la désertification, en revanche, sont soumises à des processus à plus long terme qui ne sont actuellement que très mal connus et dont les conséquences se prêtent moins bien aux mesures de réduction. Actuellement, la cause la plus courante de famine est la guerre ou les catastrophes dites complexes (par exemple, au Soudan, en Somalie ou dans l'ex-Yougoslavie).

Un grand nombre de personnes déplacées est une caractéristique commune des catastrophes naturelles et complexes, et leurs besoins nutritionnels et autres besoins de santé nécessitent une gestion spécialisée.

La civilisation moderne s'habitue également aux catastrophes technologiques ou d'origine humaine telles que les épisodes aigus de pollution de l'air, les incendies et les accidents de réacteurs chimiques et nucléaires, ces deux derniers étant les plus importants aujourd'hui. Cet article se concentrera sur la planification des catastrophes chimiques, car les accidents nucléaires sont traités ailleurs dans le Encyclopédie.

Catastrophes naturelles soudaines

Les plus importants d'entre eux en termes de destructivité sont les inondations, les ouragans, les tremblements de terre et les éruptions volcaniques. Il y a déjà eu des succès bien connus dans la réduction des catastrophes grâce à des systèmes d'alerte précoce, à la cartographie des risques et à des mesures d'ingénierie structurelle dans les zones sismiques.

Ainsi, la surveillance par satellite utilisant les prévisions météorologiques mondiales, associée à un système régional de diffusion rapide des avertissements et de planification efficace des évacuations, a été responsable de la perte de vie relativement faible (seulement 14 décès) lorsque l'ouragan Hugo, l'ouragan le plus puissant enregistré à ce jour dans les Caraïbes , a frappé la Jamaïque et les îles Caïmans en 1988. En 1991, des avertissements adéquats fournis par des scientifiques philippins surveillant de près le mont Pinatubo ont sauvé plusieurs milliers de vies grâce à une évacuation opportune lors de l'une des plus grandes éruptions du siècle. Mais la «solution technologique» n'est qu'un aspect de l'atténuation des catastrophes. Les lourdes pertes humaines et économiques causées par les catastrophes dans les pays en développement soulignent l'importance majeure des facteurs socio-économiques, surtout la pauvreté, dans l'augmentation de la vulnérabilité, et la nécessité de mesures de préparation aux catastrophes pour en tenir compte.

La prévention des catastrophes naturelles doit rivaliser dans tous les pays avec d'autres priorités. La prévention des catastrophes peut également être promue par la législation, l'éducation, les pratiques de construction, etc., dans le cadre du programme général de réduction des risques ou de la culture de sécurité d'une société, en tant que partie intégrante des politiques de développement durable et en tant que mesure d'assurance qualité pour les stratégies d'investissement (par exemple, dans la planification des bâtiments et des infrastructures dans les nouveaux développements fonciers).

Catastrophes technologiques

De toute évidence, avec les aléas naturels, il est impossible d'empêcher le processus géologique ou météorologique proprement dit de se produire.

Cependant, avec les risques technologiques, des percées majeures dans la prévention des catastrophes peuvent être réalisées en utilisant des mesures de réduction des risques dans la conception des centrales et les gouvernements peuvent légiférer pour établir des normes élevées de sécurité industrielle. La directive Seveso dans les pays de la CE est un exemple qui comprend également des exigences pour le développement de la planification sur site et hors site pour les interventions d'urgence.

Les accidents chimiques majeurs comprennent les grandes explosions de vapeurs ou de gaz inflammables, les incendies et les rejets toxiques provenant d'installations dangereuses fixes ou lors du transport et de la distribution de produits chimiques. Une attention particulière a été accordée au stockage de grandes quantités de gaz toxiques, le plus courant étant le chlore (qui, s'il est soudainement libéré en raison de la perturbation d'un réservoir de stockage ou d'une fuite dans une canalisation, peut former de grandes quantités plus denses que l'air nuages ​​qui peuvent être soufflés à des concentrations toxiques sur de grandes distances sous le vent). Des modèles informatiques de dispersion de gaz denses dans des rejets soudains ont été produits pour le chlore et d'autres gaz courants et ceux-ci sont utilisés par les planificateurs pour concevoir des mesures d'intervention d'urgence. Ces modèles peuvent également être utilisés pour déterminer le nombre de victimes lors d'un rejet accidentel raisonnablement prévisible, tout comme les modèles sont mis au point pour prédire le nombre et les types de victimes lors de tremblements de terre majeurs.

La prévention des catastrophes

Une catastrophe est une perturbation de l'écologie humaine qui dépasse la capacité de la communauté à fonctionner normalement. Il s'agit d'un état qui n'est pas simplement une différence quantitative dans le fonctionnement des services de santé ou d'urgence – par exemple, causée par un afflux massif de blessés. Il s'agit d'une différence qualitative en ce sens que les demandes ne peuvent pas être satisfaites de manière adéquate par une société sans l'aide des régions non touchées du même pays ou d'un autre pays. Le mot catastrophe est trop souvent utilisé de manière vague pour décrire des incidents majeurs de nature hautement médiatisée ou politique, mais lorsqu'une catastrophe s'est réellement produite, il peut y avoir une rupture totale du fonctionnement normal d'une localité. L'objectif de la préparation aux catastrophes est de permettre à une communauté et à ses services clés de fonctionner dans de telles circonstances désorganisées afin de réduire la morbidité et la mortalité humaines ainsi que les pertes économiques. Un grand nombre de victimes aiguës n'est pas une condition préalable à une catastrophe, comme l'a montré la catastrophe chimique de Seveso en 1976 (lorsqu'une évacuation massive a été organisée en raison des craintes de risques sanitaires à long terme résultant de la contamination du sol par la dioxine).

Les « quasi-catastrophes » peuvent être une meilleure description de certains événements, et des poussées de réactions psychologiques ou de stress peuvent également être la seule manifestation de certains événements (par exemple, lors de l'accident du réacteur de Three Mile Island, aux États-Unis, en 1979). Jusqu'à ce que la terminologie soit établie, nous devrions reconnaître la description de Lechat des objectifs sanitaires de la gestion des catastrophes, qui comprennent :

  • la prévention ou la réduction de la mortalité due à l'impact, au retard des secours et au manque de soins appropriés
  • la prestation de soins aux victimes telles que les traumatismes immédiats après l'impact, les brûlures et les problèmes psychologiques
  • gestion des conditions climatiques et environnementales défavorables (exposition, manque de nourriture et d'eau potable)
  • prévention de la morbidité à court et à long terme liée aux catastrophes (par exemple, épidémies de maladies transmissibles dues à la perturbation de l'assainissement, à la vie dans des abris temporaires, au surpeuplement et à l'alimentation communautaire ; épidémies telles que le paludisme en raison de l'interruption des mesures de contrôle ; augmentation de la morbidité et mortalité due à la perturbation du système de soins de santé ; problèmes mentaux et émotionnels)
  • assurer le rétablissement d'une santé normale en prévenant la malnutrition à long terme due à la perturbation des approvisionnements alimentaires et de l'agriculture.

 

La prévention des catastrophes ne peut pas se faire dans le vide, et il est essentiel qu'une structure existe au niveau gouvernemental national de chaque pays (dont l'organisation réelle variera d'un pays à l'autre), ainsi qu'au niveau régional et communautaire. Dans les pays à risques naturels élevés, il peut y avoir peu de ministères qui peuvent éviter d'être impliqués. La responsabilité de la planification est confiée à des organismes existants tels que les forces armées ou les services de protection civile dans certains pays.

Lorsqu'il existe un système national pour les risques naturels, il serait approprié d'y ajouter un système de réponse aux catastrophes technologiques, plutôt que de concevoir un tout nouveau système distinct. Le Centre d'activité du programme Industrie et environnement du Programme des Nations Unies pour l'environnement a mis au point le Programme de sensibilisation et de préparation aux situations d'urgence au niveau local (APELL). Lancé en coopération avec l'industrie et le gouvernement, le programme vise à prévenir les accidents technologiques et à réduire leurs impacts dans les pays en développement en sensibilisant la communauté aux installations dangereuses et en fournissant une assistance pour l'élaboration de plans d'intervention d'urgence.

Évaluation des risques

Les différents types de catastrophes naturelles et leurs impacts doivent être évalués en termes de probabilité dans tous les pays. Certains pays comme le Royaume-Uni sont à faible risque, les tempêtes de vent et les inondations étant les principaux dangers, tandis que dans d'autres pays (par exemple, les Philippines), il existe un large éventail de phénomènes naturels qui frappent avec une régularité implacable et peuvent avoir de graves effets sur l'économie et même la stabilité politique du pays. Chaque danger nécessite une évaluation scientifique qui comprendra au moins les aspects suivants :

  • sa ou ses causes
  • sa répartition géographique, son ampleur ou sa gravité et sa fréquence probable d'occurrence
  • les mécanismes physiques de destruction
  • les éléments et les activités les plus vulnérables à la destruction
  • conséquences sociales et économiques possibles d'une catastrophe.

 

Les zones à haut risque de tremblements de terre, d'éruptions volcaniques et d'inondations doivent disposer de cartes des zones dangereuses préparées par des experts pour prévoir les emplacements et la nature des impacts lorsqu'un événement majeur se produit. Ces évaluations des risques peuvent ensuite être utilisées par les planificateurs de l'utilisation des terres pour la réduction des risques à long terme, et par les planificateurs d'urgence qui doivent faire face à la réponse pré-catastrophe. Cependant, le zonage sismique pour les tremblements de terre et la cartographie des risques pour les volcans en sont encore à leurs balbutiements dans la plupart des pays en développement, et l'extension de cette cartographie des risques est considérée comme un besoin crucial dans l'IDNDR.

L'évaluation des risques liés aux risques naturels nécessite une étude détaillée des archives des catastrophes précédentes au cours des siècles précédents et un travail géologique rigoureux sur le terrain pour déterminer les événements majeurs tels que les tremblements de terre et les éruptions volcaniques à l'époque historique ou préhistorique. Connaître le comportement des phénomènes naturels majeurs dans le passé est un bon guide, mais loin d'être infaillible, pour l'évaluation des risques d'événements futurs. Il existe des méthodes hydrologiques standard pour l'estimation des inondations, et de nombreuses zones sujettes aux inondations peuvent être facilement identifiées car elles coïncident avec une plaine inondable naturelle bien définie. Pour les cyclones tropicaux, les enregistrements des impacts autour des côtes peuvent être utilisés pour déterminer la probabilité qu'un ouragan frappe n'importe quelle partie du littoral au cours d'une année, mais chaque ouragan doit être surveillé de toute urgence dès qu'il s'est formé afin de prévoir réellement son impact. trajectoire et vitesse au moins 72 heures à l'avance, avant qu'il n'atterrisse. Associés aux tremblements de terre, aux volcans et aux fortes pluies, des glissements de terrain peuvent être déclenchés par ces phénomènes. Au cours de la dernière décennie, il a été de plus en plus reconnu que de nombreux grands volcans sont menacés de rupture de pente en raison de l'instabilité de leur masse, qui s'est accumulée pendant les périodes d'activité, et des glissements de terrain dévastateurs peuvent en résulter.

Avec les catastrophes technologiques, les communautés locales doivent faire des inventaires des activités industrielles dangereuses en leur sein. Il existe maintenant de nombreux exemples tirés d'accidents majeurs passés de ce que ces dangers peuvent entraîner en cas de défaillance d'un processus ou d'un confinement. Des plans assez détaillés existent maintenant pour les accidents chimiques autour des installations dangereuses dans de nombreux pays développés.

Évaluation des risques

Après avoir évalué un danger et ses impacts probables, l'étape suivante consiste à entreprendre une évaluation des risques. L'aléa peut être défini comme la possibilité d'un dommage, et le risque est la probabilité que des vies soient perdues, des personnes blessées ou des biens endommagés en raison d'un type et d'une ampleur donnés d'aléa naturel. Le risque peut être quantitativement défini comme :

Risque = valeur x vulnérabilité x aléa

où la valeur peut représenter un nombre potentiel de vies ou la valeur en capital (des bâtiments, par exemple) qui peuvent être perdues dans l'événement. La détermination de la vulnérabilité est un élément clé de l'évaluation des risques : pour les bâtiments, il s'agit de la mesure de la sensibilité intrinsèque des structures exposées à des phénomènes naturels potentiellement dommageables. Par exemple, la probabilité qu'un bâtiment s'effondre lors d'un tremblement de terre peut être déterminée à partir de son emplacement par rapport à une ligne de faille et de la résistance sismique de sa structure. Dans l'équation ci-dessus, le degré de perte résultant de l'occurrence d'un phénomène naturel d'une ampleur donnée peut être exprimé sur une échelle de 0 (aucun dommage) à 1 (perte totale), tandis que l'aléa est le risque spécifique exprimé comme une probabilité de perte évitable par unité de temps. La vulnérabilité est donc la fraction de valeur susceptible d'être perdue à la suite d'un événement. Les informations nécessaires à la réalisation d'une analyse de vulnérabilité peuvent provenir, par exemple, d'enquêtes sur des habitations situées dans des zones à risque par des architectes et des ingénieurs. La figure 1 fournit quelques courbes de risque typiques.

Figure 1. Le risque est un produit de l'aléa et de la vulnérabilité : formes de courbe typiques

DIS020F1

Les évaluations de la vulnérabilité utilisant des informations sur les différentes causes de décès et de blessures en fonction des différents types d'impact sont beaucoup plus difficiles à entreprendre à l'heure actuelle, car les données sur lesquelles les fonder sont grossières, même pour les tremblements de terre, puisque la normalisation des classifications des blessures et même l'enregistrement précis du nombre, sans parler des causes de décès, n'est pas encore possible. Ces sérieuses limitations montrent la nécessité de consacrer beaucoup plus d'efforts à la collecte de données épidémiologiques sur les catastrophes si l'on veut développer des mesures préventives sur une base scientifique.

À l'heure actuelle, le calcul mathématique du risque d'effondrement de bâtiments lors de tremblements de terre et de chutes de cendres lors d'éruptions volcaniques peut être numérisé sur des cartes sous forme d'échelles de risque, pour démontrer graphiquement les zones à haut risque lors d'un événement prévisible et prédire où, par conséquent, la défense civile les mesures de préparation doivent être concentrées. Ainsi, l'évaluation des risques combinée à l'analyse économique et à la rentabilité sera inestimable pour décider entre différentes options de réduction des risques.

En plus des structures de construction, l'autre aspect important de la vulnérabilité est l'infrastructure (lignes de vie) telles que :

  • transport
  • monde de télécommunications
  • l'approvisionnement en eau
  • réseaux d'égouts
  • fourniture d'électricité
  • établissements de soins de santé.

 

Dans toute catastrophe naturelle, tous ces éléments risquent d'être détruits ou gravement endommagés, mais comme le type de force destructrice peut différer selon l'aléa naturel ou technologique, des mesures de protection appropriées doivent être conçues en conjonction avec l'évaluation des risques. Les systèmes d'information géographique sont des techniques informatiques modernes permettant de cartographier différents ensembles de données pour faciliter ces tâches.

Dans la planification des catastrophes chimiques, l'évaluation quantifiée des risques (EQR) est utilisée comme outil pour déterminer la probabilité de défaillance de la centrale et comme guide pour les décideurs, en fournissant des estimations numériques du risque. Les techniques d'ingénierie pour effectuer ce type d'analyse sont bien avancées, tout comme les moyens d'élaborer des cartes des zones dangereuses autour des installations dangereuses. Il existe des méthodes pour prédire les ondes de pression et les concentrations de chaleur rayonnante à différentes distances des sites d'explosions de vapeurs ou de gaz inflammables. Des modèles informatiques existent pour prédire la concentration de gaz plus denses que l'air sur des kilomètres sous le vent à partir d'un rejet accidentel en quantités spécifiées d'un navire ou d'une usine dans différentes conditions météorologiques. Dans ces incidents, la vulnérabilité est principalement liée à la proximité de logements, d'écoles, d'hôpitaux et d'autres installations clés. Les risques individuels et sociétaux doivent être calculés pour les différents types de catastrophes et leur importance doit être communiquée à la population locale dans le cadre de la planification globale des catastrophes.

Réduction de risque

Une fois la vulnérabilité évaluée, les mesures réalisables pour réduire la vulnérabilité et le risque global doivent être conçues.

Ainsi, les nouveaux bâtiments doivent être rendus résistants aux séismes s'ils sont construits dans une zone sismique, ou les anciens bâtiments peuvent être modernisés afin qu'ils soient moins susceptibles de s'effondrer. Les hôpitaux peuvent avoir besoin d'être réinstallés ou «renforcés» contre des dangers tels que les tempêtes de vent, par exemple. La nécessité de bonnes routes comme voies d'évacuation ne doit jamais être oubliée dans les aménagements fonciers dans les zones à risque de tempêtes de vent ou d'éruptions volcaniques et une foule d'autres mesures de génie civil peuvent être adoptées en fonction de la situation. À plus long terme, la mesure la plus importante est la réglementation de l'utilisation des terres pour empêcher le développement de colonies dans des zones dangereuses, telles que les plaines inondables, les pentes des volcans actifs ou autour des grandes usines chimiques. Une dépendance excessive à l'égard des solutions d'ingénierie peut apporter une fausse assurance dans les zones à risque, ou être contre-productive, augmentant le risque d'événements catastrophiques rares (par exemple, la construction de digues le long de grands fleuves sujets à de graves inondations).

Préparation aux urgences

La planification et l'organisation de la préparation aux situations d'urgence devraient être une tâche pour une équipe de planification multidisciplinaire impliquée au niveau communautaire, et une tâche qui devrait être intégrée dans l'évaluation des dangers, la réduction des risques et l'intervention d'urgence. Dans la gestion des blessés, il est maintenant bien reconnu que des équipes médicales extérieures peuvent mettre au moins trois jours pour arriver sur les lieux dans un pays en développement. Comme la plupart des décès évitables surviennent dans les 24 à 48 premières heures, cette assistance arrivera trop tard. C'est donc au niveau local que la préparation aux situations d'urgence doit être concentrée, afin que la communauté elle-même ait les moyens de commencer les actions de sauvetage et de secours immédiatement après un événement.

La fourniture d'informations adéquates au public lors de la phase de planification devrait donc être un aspect clé de la préparation aux situations d'urgence.

Besoins d'information et de communication

Sur la base des analyses des dangers et des risques, les moyens d'alerte précoce seront essentiels, ainsi qu'un système d'évacuation des personnes des zones à haut risque en cas d'urgence. La planification préalable des systèmes de communication entre les différents services d'urgence aux niveaux local et national est nécessaire et pour la fourniture et la diffusion efficaces des informations en cas de catastrophe, une chaîne de communication formelle devra être établie. D'autres mesures telles que le stockage d'urgence de nourriture et d'approvisionnement en eau dans les ménages peuvent être incluses.

Une communauté à proximité d'une installation dangereuse doit être consciente de l'avertissement qu'elle peut recevoir en cas d'urgence (par exemple, une sirène s'il y a un dégagement de gaz) et des mesures de protection que les gens doivent adopter (par exemple, entrer immédiatement dans les maisons et fermer les fenêtres jusqu'à avis de sortir). Une caractéristique essentielle d'une catastrophe chimique est la nécessité de pouvoir définir rapidement le danger pour la santé posé par un rejet toxique, ce qui signifie identifier le ou les produits chimiques impliqués, avoir accès à la connaissance de leurs effets aigus ou à long terme et déterminer qui, si quelqu'un, dans la population générale, a été exposé. L'établissement de lignes de communication avec les centres d'information antipoison et d'urgence chimique est une mesure de planification essentielle. Malheureusement, il peut être difficile, voire impossible, de connaître les produits chimiques impliqués en cas d'emballement de réactions ou d'incendies chimiques, et même s'il est facile d'identifier un produit chimique, la connaissance de sa toxicologie chez l'homme, en particulier des effets chroniques, peut être éparse ou inexistante. existant, comme cela a été constaté après le rejet d'isocyanate de méthyle à Bhopal. Pourtant, sans informations sur le danger, la prise en charge médicale des victimes et de la population exposée, y compris les décisions sur la nécessité d'évacuer la zone contaminée, sera gravement entravée.

Une équipe multidisciplinaire chargée de recueillir des informations et d'entreprendre des évaluations rapides des risques pour la santé et des enquêtes environnementales pour exclure la contamination du sol, de l'eau et des cultures doit être pré-planifiée, reconnaissant que toutes les bases de données toxicologiques disponibles peuvent être inadéquates pour la prise de décision en cas de catastrophe majeure, ou même lors de petits incidents au cours desquels une communauté pense avoir été gravement exposée. L'équipe doit avoir l'expertise nécessaire pour confirmer la nature du rejet chimique et pour enquêter sur ses impacts probables sur la santé et l'environnement.

Lors de catastrophes naturelles, l'épidémiologie est également importante pour l'évaluation des besoins sanitaires dans la phase post-impact et pour la surveillance des maladies infectieuses. La collecte d'informations sur les effets de la catastrophe est un exercice scientifique qui devrait également faire partie d'un plan d'intervention ; une équipe désignée devrait entreprendre ce travail pour fournir des informations importantes à l'équipe de coordination de la catastrophe ainsi que pour aider à la modification et à l'amélioration du plan de catastrophe.

Commandement et contrôle et communications d'urgence

La désignation du service d'urgence responsable et la constitution d'une équipe de coordination des catastrophes varieront d'un pays à l'autre et selon le type de catastrophe, mais cela doit être planifié à l'avance. Sur les lieux, un véhicule spécifique peut être désigné comme centre de commandement et de contrôle ou centre de coordination sur place. Par exemple, les services d'urgence ne peuvent pas compter sur les communications téléphoniques, car celles-ci peuvent devenir surchargées et des liaisons radio seront donc nécessaires.

Le plan d'incident majeur de l'hôpital

La capacité des hôpitaux en termes de personnel, de réserves physiques (blocs, lits, etc.) et de traitement (médicaments et matériel) pour faire face à tout incident majeur devra être évaluée. Les hôpitaux devraient avoir des plans spécifiques pour faire face à un afflux soudain et important de victimes, et il devrait y avoir des dispositions pour qu'une équipe volante de l'hôpital se rende sur les lieux pour travailler avec les équipes de recherche et de sauvetage pour dégager les victimes piégées ou pour entreprendre le triage sur le terrain d'un grand nombre de victimes. Les grands hôpitaux peuvent être incapables de fonctionner en raison des dommages causés par une catastrophe, comme cela s'est produit lors du tremblement de terre à Mexico en 1985. Il peut donc être nécessaire de rétablir ou de soutenir les services de santé dévastés. Pour les incidents chimiques, les hôpitaux doivent avoir établi des liens avec les centres d'information antipoison. En plus de pouvoir faire appel à un important fonds de professionnels de la santé à l'intérieur ou à l'extérieur d'une zone sinistrée pour faire face aux blessés, la planification doit également inclure les moyens d'envoyer rapidement du matériel médical d'urgence et des médicaments.

Équipement d'urgence

Les types d'équipements de recherche et de sauvetage nécessaires pour une catastrophe spécifique doivent être identifiés au stade de la planification ainsi que l'endroit où ils seront stockés, car ils devront être déployés rapidement dans les premières 24 heures, lorsque le plus de vies peuvent être sauvées. Les principaux médicaments et équipements médicaux doivent être disponibles pour un déploiement rapide, ainsi que des équipements de protection individuelle pour les équipes d'urgence, y compris les agents de santé sur les lieux de la catastrophe. Les ingénieurs qualifiés pour restaurer d'urgence l'eau, l'électricité, les communications et les routes peuvent jouer un rôle majeur dans l'atténuation des pires effets des catastrophes.

Plan d'intervention d'urgence

Les services d'urgence distincts et le secteur des soins de santé, y compris les praticiens de la santé publique, de la santé au travail et de la santé environnementale, devraient chacun avoir des plans pour faire face aux catastrophes, qui peuvent être regroupés en un seul plan en cas de catastrophe majeure. En plus des plans hospitaliers, la planification sanitaire doit inclure des plans d'intervention détaillés pour différents types de catastrophes, et ceux-ci doivent être conçus à la lumière des évaluations des dangers et des risques produites dans le cadre de la préparation aux catastrophes. Des protocoles de traitement doivent être établis pour les types de blessures spécifiques que chaque catastrophe peut produire. Ainsi, une gamme de traumatismes, y compris le syndrome d'écrasement, devrait être anticipée suite à l'effondrement de bâtiments lors de tremblements de terre, alors que les brûlures corporelles et les blessures par inhalation sont une caractéristique des éruptions volcaniques. En cas de catastrophe chimique, le triage, les procédures de décontamination, l'administration d'antidotes le cas échéant et le traitement d'urgence des lésions pulmonaires aiguës causées par des gaz toxiques irritants doivent tous être planifiés. La planification prévisionnelle doit être suffisamment souple pour faire face aux urgences de transport impliquant des substances toxiques, en particulier dans les zones dépourvues d'installations fixes qui obligeraient normalement les autorités à élaborer des plans d'urgence locaux intensifs. La gestion d'urgence des traumatismes physiques et chimiques lors de catastrophes est un domaine vital de la planification des soins de santé et qui nécessite la formation du personnel hospitalier en médecine de catastrophe.

La gestion des évacués, l'emplacement des centres d'évacuation et les mesures sanitaires préventives appropriées doivent être inclus. La nécessité d'une gestion du stress d'urgence pour prévenir les troubles liés au stress chez les victimes et les secouristes doit également être prise en compte. Parfois, les troubles psychologiques peuvent être le principal ou même le seul impact sur la santé, en particulier si la réponse à un incident a été inadéquate et a engendré une anxiété excessive dans la communauté. Il s'agit également d'un problème particulier d'incidents chimiques et radiologiques qui peut être minimisé grâce à une planification d'urgence adéquate.

Formation et éducation

Le personnel médical et les autres professionnels de la santé au niveau des hôpitaux et des soins primaires ne sont probablement pas familiarisés avec le travail en cas de catastrophe. Des exercices de formation impliquant le secteur de la santé et les services d'urgence font partie intégrante de la préparation aux situations d'urgence. Les exercices sur table sont inestimables et doivent être rendus aussi réalistes que possible, car les exercices physiques à grande échelle sont susceptibles d'être organisés très rarement en raison de leur coût élevé.

Récupération après impact

Cette phase est le retour de la zone touchée à son état d'avant la catastrophe. La planification préalable devrait inclure les soins sociaux, économiques et psychologiques post-urgence et la réhabilitation de l'environnement. Pour les incidents chimiques, ce dernier comprend également des évaluations environnementales pour les contaminants de l'eau et des cultures, et des mesures correctives, si nécessaire, telles que la décontamination des sols et des bâtiments et la restauration de l'approvisionnement en eau potable.

Conclusion

Relativement peu d'efforts internationaux ont été consacrés à la préparation aux catastrophes par rapport aux mesures de secours dans le passé ; cependant, bien que l'investissement dans la protection contre les catastrophes soit coûteux, il existe désormais un vaste corpus de connaissances scientifiques et techniques qui, si elles sont appliquées correctement, pourraient faire une différence substantielle sur les impacts sanitaires et économiques des catastrophes dans tous les pays.

 

Retour

Vendredi, Février 25 2011 16: 50

Activités post-catastrophe

Les accidents industriels peuvent affecter des groupes de travailleurs exposés sur le lieu de travail ainsi que la population vivant autour de l'usine où l'accident a lieu. Lorsqu'une pollution causée par un accident se produit, la taille de la population touchée est susceptible d'être des ordres de grandeur supérieure à la main-d'œuvre, ce qui pose des problèmes logistiques complexes. Le présent article se concentre sur ces problèmes et s'applique également aux accidents agricoles.

Les raisons de quantifier les effets d'un accident sur la santé comprennent :

  • la nécessité de s'assurer que toutes les personnes exposées ont reçu des soins médicaux (indépendamment du fait que chacune d'entre elles ait effectivement eu besoin ou non d'un traitement). Les soins médicaux peuvent consister en la recherche et l'atténuation des conséquences indésirables cliniquement reconnaissables (le cas échéant) ainsi qu'en la mise en œuvre de moyens pour prévenir d'éventuels effets différés et complications. Celle-ci est obligatoire lorsqu'un accident survient au sein d'une usine ; alors toutes les personnes qui y travaillent seront connues et un suivi complet est possible
  • la nécessité d'identifier les personnes méritant une indemnisation en tant que victimes de l'accident. Cela implique que les individus doivent être caractérisés quant à la gravité de la maladie et à la crédibilité d'une association causale entre leur état et la catastrophe.
  • l'acquisition de nouvelles connaissances sur la pathogenèse des maladies chez l'homme
  • l'intérêt scientifique de démêler les mécanismes de la toxicité chez l'homme, y compris les aspects qui peuvent aider à réévaluer, pour une exposition donnée, des doses considérées comme « sûres » chez l'homme.

 

Caractérisation des accidents par rapport aux conséquences sanitaires

Les accidents environnementaux comprennent un large éventail d'événements se produisant dans les circonstances les plus diverses. Ils peuvent être remarqués ou suspectés pour la première fois en raison de changements environnementaux ou de l'apparition d'une maladie. Dans les deux situations, la preuve (ou la suggestion) que « quelque chose a peut-être mal tourné » peut apparaître soudainement (par exemple, l'incendie de l'entrepôt Sandoz à Schweizerhalle, en Suisse, en 1986 ; l'épidémie de la maladie qualifiée plus tard de « syndrome de l'huile toxique » » (TOS) en Espagne en 1981) ou insidieusement (ex : excès de mésothéliome suite à une exposition environnementale – non professionnelle – à l'amiante à Wittenoom, Australie). En toutes circonstances, à un moment donné, l'incertitude et l'ignorance entourent les deux questions clés : « Quelles conséquences sanitaires se sont produites jusqu'à présent ? » » et « Que peut-on prédire ?

Dans l'évaluation de l'impact d'un accident sur la santé humaine, trois types de déterminants peuvent interagir :

  1. le ou les agents libérés, ses propriétés dangereuses et le risque créé par sa libération
  2. l'expérience individuelle de la catastrophe
  3. les mesures de réponse (Bertazzi 1991).

 

La nature et la quantité du rejet peuvent être difficiles à déterminer, ainsi que la capacité du matériau à pénétrer dans les différents compartiments de l'environnement humain, tels que la chaîne alimentaire et l'approvisionnement en eau. Vingt ans après l'accident, la quantité de 2,3,7,8-TCDD rejetée à Seveso le 10 juillet 1976 reste un sujet de controverse. De plus, avec les connaissances limitées sur la toxicité de ce composé, dans les premiers jours après l'accident, toute prédiction de risque était nécessairement discutable.

L'expérience individuelle d'une catastrophe consiste en la peur, l'anxiété et la détresse (Ursano, McCaughey et Fullerton 1994) consécutives à l'accident, quelle que soit la nature du danger et du risque réel. Cet aspect recouvre à la fois des changements de comportement conscients, mais pas nécessairement justifiés (par exemple, la forte baisse des taux de natalité dans de nombreux pays d'Europe occidentale en 1987, à la suite de l'accident de Tchernobyl) et des conditions psychogènes (par exemple, des symptômes de détresse chez les écoliers et les soldats israéliens à la suite de la fuite d'hydrogène sulfuré d'une latrine défectueuse dans une école de Cisjordanie en 1981). Les attitudes à l'égard de l'accident sont également influencées par des facteurs subjectifs : à Love Canal, par exemple, les jeunes parents ayant peu d'expérience du contact avec des produits chimiques sur le lieu de travail étaient plus enclins à évacuer la zone que les personnes plus âgées avec des enfants adultes.

Enfin, un accident peut avoir un impact indirect sur la santé des personnes exposées, soit en créant des risques supplémentaires (p. conséquence du contact avec le milieu des agents de santé).

Mesurer l'impact d'un accident

Il ne fait aucun doute que chaque accident nécessite une évaluation de ses conséquences mesurables ou potentielles sur la population humaine exposée (et les animaux, domestiques et/ou sauvages), et des mises à jour périodiques de cette évaluation peuvent être nécessaires. En fait, de nombreux facteurs influencent le détail, l'étendue et la nature des données qui peuvent être collectées pour une telle évaluation. La quantité de ressources disponibles est critique. Des accidents de même gravité peuvent bénéficier de niveaux d'attention différents selon les pays, en fonction de la capacité à détourner des ressources d'autres problèmes sanitaires et sociaux. La coopération internationale peut en partie pallier cet écart : en effet, elle se limite à des épisodes particulièrement dramatiques et/ou présentant un intérêt scientifique inhabituel.

L'impact global d'un accident sur la santé varie de négligeable à grave. La gravité dépend de la nature des conditions qui sont produites par l'accident (qui peut inclure la mort), de la taille de la population exposée et de la proportion qui développe la maladie. Les effets négligeables sont plus difficiles à démontrer épidémiologiquement.

Les sources de données à utiliser pour évaluer les conséquences sanitaires d'un accident comprennent en premier lieu les statistiques actuelles qui existent déjà (l'attention à leur utilisation potentielle doit toujours précéder toute suggestion de création de nouvelles bases de données démographiques). Des informations supplémentaires peuvent être tirées d'études épidémiologiques analytiques, centrées sur des hypothèses, pour lesquelles les statistiques actuelles peuvent ou non être utiles. Si, dans un cadre professionnel, aucune surveillance de la santé des travailleurs n'est présente, l'accident peut fournir l'occasion d'établir un système de surveillance qui contribuera éventuellement à protéger les travailleurs contre d'autres risques potentiels pour la santé.

A des fins de surveillance clinique (courte ou longue durée) et/ou d'indemnisation, le dénombrement exhaustif des personnes exposées est un condition sine qua non. C'est relativement simple dans le cas des accidents intra-usine. Lorsque la population touchée peut être définie par le lieu où elle habite, la liste des résidents des municipalités administratives (ou des unités plus petites, lorsqu'elle est disponible) fournit une approche raisonnable. La construction d'une liste peut être plus problématique dans d'autres circonstances, en particulier lorsqu'il s'agit d'une liste de personnes présentant des symptômes pouvant être attribués à l'accident. Dans l'épisode TOS en Espagne, la liste des personnes à inclure dans le suivi clinique à long terme a été dérivée de la liste des 20,000 XNUMX personnes demandant une compensation financière, corrigée ensuite par une révision des dossiers cliniques. Compte tenu de la publicité de l'épisode, on pense que cette liste est raisonnablement complète.

Une deuxième exigence est que les activités visant à mesurer l'impact d'un accident soient rationnelles, claires et faciles à expliquer à la population affectée. La latence peut varier entre des jours et des années. Si certaines conditions sont remplies, la nature de la maladie et sa probabilité d'apparition peuvent être hypothétiques a priori avec une précision suffisante pour la conception adéquate d'un programme de surveillance clinique et d'études ad hoc visant un ou plusieurs des objectifs mentionnés au début de ce article. Ces conditions comprennent l'identification rapide de l'agent libéré par l'accident, la disponibilité de connaissances adéquates sur ses propriétés dangereuses à court et à long terme, une quantification du rejet et certaines informations sur la variation interindividuelle de la sensibilité aux effets de l'agent. En fait, ces conditions sont rarement remplies ; une conséquence de l'incertitude et de l'ignorance sous-jacentes est qu'il est plus difficile de résister à la pression de l'opinion publique et des médias en faveur d'une prévention ou d'une intervention médicale certaine d'une utilité douteuse.

Enfin, dès que possible après la survenance d'un accident, une équipe pluridisciplinaire (comprenant des cliniciens, des chimistes, des hygiénistes du travail, des épidémiologistes, des toxicologues humains et expérimentaux) doit être constituée, qui sera responsable devant l'autorité politique et le Publique. Lors de la sélection des experts, il faut garder à l'esprit que l'éventail des produits chimiques et des technologies qui peuvent être à l'origine d'un accident est très large, de sorte qu'il peut en résulter différents types de toxicité impliquant une variété de systèmes biochimiques et physiologiques.

Mesurer l'impact des accidents grâce aux statistiques actuelles

Les indicateurs actuels de l'état de santé (tels que la mortalité, la natalité, les admissions à l'hôpital, les absences pour maladie du travail et les visites chez le médecin) ont le potentiel de fournir un aperçu précoce des conséquences d'un accident, à condition qu'ils soient stratifiables pour la région touchée, qui souvent ne sera pas possible parce que les zones touchées peuvent être petites et ne pas nécessairement chevaucher des unités administratives. Les associations statistiques entre l'accident et un excès d'événements précoces (survenant en quelques jours ou semaines) détectés par les indicateurs d'état de santé existants sont susceptibles d'être causales, mais ne reflètent pas nécessairement la toxicité (par exemple, un excès de visites chez le médecin peut être causé par la peur plutôt que par que par l'apparition réelle de la maladie). Comme toujours, il faut être prudent lors de l'interprétation de tout changement dans les indicateurs de l'état de santé.

Bien que tous les accidents n'entraînent pas la mort, la mortalité est un paramètre facilement quantifiable, soit par comptage direct (par exemple, Bhopal), soit par des comparaisons entre le nombre d'événements observés et attendus (par exemple, les épisodes aigus de pollution de l'air dans les zones urbaines). S'assurer qu'un accident n'a pas été associé à une surmortalité précoce peut aider à évaluer la gravité de son impact et à attirer l'attention sur les conséquences non mortelles. De plus, les statistiques nécessaires pour calculer le nombre prévu de décès sont disponibles dans la plupart des pays et permettent des estimations dans des zones aussi petites que celles qui sont habituellement touchées par un accident. L'évaluation de la mortalité due à des conditions spécifiques est plus problématique, en raison d'un possible biais dans la certification des causes de décès par les agents de santé qui sont conscients des maladies susceptibles d'augmenter après l'accident (biais de suspicion diagnostique).

D'après ce qui précède, l'interprétation des indicateurs de l'état de santé sur la base des sources de données existantes nécessite une conception minutieuse des analyses ad hoc, y compris un examen détaillé des facteurs de confusion possibles.

Parfois, peu de temps après un accident, la question se pose de savoir si la création d'un registre conventionnel des cancers en population ou d'un registre des malformations est justifiée. Pour ces conditions spécifiques, ces registres peuvent fournir des informations plus fiables que d'autres statistiques actuelles (telles que la mortalité ou les admissions à l'hôpital), en particulier si les registres nouvellement créés sont gérés selon des normes internationalement acceptables. Néanmoins, leur mise en œuvre nécessite le détournement de ressources. De plus, si un registre des malformations basé sur la population est établi de novo après un accident, probablement dans les neuf mois, il ne sera guère capable de produire des données comparables à celles produites par d'autres registres et une série de problèmes inférentiels (notamment erreur statistique du second type) s'ensuivra. En fin de compte, la décision s'appuie largement sur la preuve de la cancérogénicité, de l'embryotoxicité ou de la tératogénicité du ou des dangers qui ont été libérés, et sur d'éventuelles utilisations alternatives des ressources disponibles.

Études épidémiologiques ad hoc

Même dans les domaines couverts par les systèmes les plus précis de suivi des motifs des contacts des patients avec les médecins et/ou des hospitalisations, les indicateurs de ces domaines ne fourniront pas toutes les informations nécessaires pour évaluer l'impact sanitaire d'un accident et l'adéquation des la réponse médicale à celle-ci. Il existe des conditions spécifiques ou des marqueurs de réponse individuelle qui soit ne nécessitent pas de contact avec l'établissement médical, soit ne correspondent pas aux classifications des maladies classiquement utilisées dans les statistiques actuelles (de sorte que leur apparition serait difficilement identifiable). Il peut être nécessaire de compter comme « victimes » de l'accident, les sujets dont l'état est à la frontière entre la survenue et la non-survenance de la maladie. Il est souvent nécessaire d'étudier (et d'évaluer l'efficacité de) la gamme de protocoles thérapeutiques utilisés. Les problèmes relevés ici ne sont qu'un échantillon et ne couvrent pas tous ceux qui pourraient nécessiter une enquête ad hoc. Dans tous les cas, des procédures devraient être établies afin de recevoir des plaintes supplémentaires.

Les enquêtes se distinguent de la prestation de soins en ce qu'elles ne sont pas directement liées à l'intérêt de l'individu en tant que victime de l'accident. Une enquête ad hoc doit être conçue de manière à atteindre ses objectifs - fournir des informations fiables et / ou démontrer ou réfuter une hypothèse. L'échantillonnage peut être raisonnable à des fins de recherche (s'il est accepté par la population touchée), mais pas pour la fourniture de soins médicaux. Par exemple, dans le cas d'un déversement d'un agent suspecté d'endommager la moelle osseuse, il existe deux scénarios totalement différents pour répondre à chacune des deux questions : (1) si le produit chimique induit réellement une leucopénie, et (2) si toutes les personnes exposées ont fait l'objet d'un dépistage exhaustif de la leucopénie. Dans un cadre professionnel, les deux questions peuvent être posées. Dans une population, la décision dépendra également des possibilités d'intervention constructive pour traiter les personnes touchées.

En principe, il est nécessaire de disposer localement d'une compétence épidémiologique suffisante pour contribuer à la décision de mener ou non des études ad hoc, les concevoir et superviser leur conduite. Cependant, les autorités sanitaires, les médias et/ou la population peuvent ne pas considérer les épidémiologistes de la zone touchée comme neutres ; ainsi, une aide extérieure peut être nécessaire, même à un stade très précoce. Les mêmes épidémiologistes devraient contribuer à l'interprétation des données descriptives basées sur les statistiques actuellement disponibles, et au développement d'hypothèses causales si nécessaire. Si les épidémiologistes ne sont pas disponibles localement, une collaboration avec d'autres institutions (généralement, les National Institutes of Health ou l'OMS) est nécessaire. Les épisodes démêlés par manque de compétence épidémiologique sont regrettables.

Si une étude épidémiologique est jugée nécessaire, il convient toutefois de se poser quelques questions préalables : à quoi serviront les résultats prévisibles ? Le désir d'une inférence plus fine résultant de l'étude prévue pourrait-il retarder indûment les procédures de nettoyage ou d'autres mesures préventives ? Le programme de recherche proposé doit-il d'abord être entièrement documenté et évalué par l'équipe scientifique multidisciplinaire (et éventuellement par d'autres épidémiologistes) ? Y aura-t-il des informations adéquates sur les personnes à étudier pour garantir leur consentement pleinement informé, préalable et volontaire ? Si un effet sur la santé est constaté, quel traitement est disponible et comment sera-t-il délivré ?

Enfin, les études prospectives conventionnelles de mortalité de cohorte doivent être mises en place lorsque l'accident a été grave et qu'il y a des raisons de craindre des conséquences ultérieures. La faisabilité de ces études diffère selon les pays. En Europe, elles oscillent entre la possibilité d'un « signalement » nominal des personnes (par exemple, les populations rurales des Shetland, au Royaume-Uni, suite à la marée noire du Braer) et la nécessité de contacts systématiques avec les familles des victimes afin d'identifier les personnes mourantes (par exemple, , TOS en Espagne).

Dépistage des conditions prévalentes

Offrir des soins médicaux aux personnes touchées est une réaction naturelle à un accident qui peut leur avoir causé un préjudice. La tentative d'identifier toutes les personnes de la population exposée qui présentent des affections liées à l'accident (et de leur prodiguer des soins médicaux si nécessaire) correspond au concept classique de dépistage. Les principes de base, les potentialités et les limites communes à tout programme de dépistage (quels que soient la population à laquelle il s'adresse, la condition à identifier et l'outil utilisé comme test diagnostique) sont aussi valables après un accident environnemental qu'en toute autre circonstance (Morrison 1985).

L'estimation de la participation et la compréhension des raisons de la non-réponse sont tout aussi cruciales que la mesure de la sensibilité, de la spécificité et de la valeur prédictive du ou des tests de diagnostic, la conception d'un protocole pour les procédures de diagnostic ultérieures (si nécessaire) et l'administration de la thérapie (si nécessaire). Si ces principes sont négligés, les programmes de dépistage à court et/ou à long terme peuvent produire plus de mal que de bien. Les examens médicaux ou les analyses de laboratoire inutiles sont un gaspillage de ressources et un détournement des soins nécessaires à l'ensemble de la population. Les procédures visant à garantir un niveau élevé de conformité doivent être soigneusement planifiées et évaluées.

Les réactions émotionnelles et les incertitudes entourant les accidents environnementaux peuvent encore compliquer les choses : les médecins ont tendance à perdre de leur spécificité lorsqu'ils diagnostiquent des conditions limites, et certaines « victimes » peuvent s'estimer en droit de recevoir un traitement médical, qu'il soit réellement nécessaire ou même utile. Malgré le chaos qui suit souvent un accident environnemental, certains condition sine qua non pour tout programme de dépistage, il faut garder à l'esprit :

  1. Les procédures doivent être définies dans un protocole écrit (y compris les tests de diagnostic de deuxième niveau et la thérapie à fournir aux personnes atteintes ou malades).
  2. Une personne doit être identifiée comme responsable du programme.
  3. Il devrait y avoir une estimation préliminaire de la spécificité et de la sensibilité du test diagnostique.
  4. Il devrait y avoir une coordination entre les cliniciens participant au programme.
  5. Les taux de participation doivent être quantifiés et revus à intervalles réguliers.

 

Certaines estimations a priori de l'efficacité de l'ensemble du programme aideraient également à décider si le programme vaut ou non la peine d'être mis en œuvre (par exemple, aucun programme d'anticipation du diagnostic d'un cancer du poumon ne devrait être encouragé). En outre, une procédure devrait être établie afin de reconnaître les plaintes supplémentaires.

À n'importe quelle étape, les procédures de dépistage peuvent avoir une valeur d'un type différent — pour estimer la prévalence des conditions, comme base pour une évaluation des conséquences de l'accident. Une source majeure de biais dans ces estimations (qui s'aggrave avec le temps) est la représentativité des personnes exposées se soumettant aux procédures de diagnostic. Un autre problème est l'identification de groupes témoins adéquats pour comparer les estimations de prévalence qui sont obtenues. Les témoins tirés de la population peuvent souffrir d'autant de biais de sélection que l'échantillon de la personne exposée. Néanmoins, dans certaines circonstances, les études de prévalence sont de la plus haute importance (en particulier lorsque l'histoire naturelle de la maladie n'est pas connue, comme dans le cas du TOS), et des groupes de contrôle externes à l'étude, y compris ceux réunis ailleurs à d'autres fins, peuvent être utilisé lorsque le problème est important et/ou grave.

Utilisation de matériel biologique à des fins épidémiologiques

À des fins descriptives, la collecte de matériel biologique (urine, sang, tissus) des membres de la population exposée peut fournir des marqueurs de dose interne, qui par définition sont plus précis que (mais ne remplacent pas totalement) ceux obtenus par des estimations de la concentration du polluant dans les compartiments concernés de l'environnement et/ou par le biais de questionnaires individuels. Toute évaluation doit tenir compte des biais éventuels résultant du manque de représentativité des membres de la communauté dont les échantillons biologiques ont été obtenus.

La conservation d'échantillons biologiques peut s'avérer utile, ultérieurement, pour des études épidémiologiques ad hoc nécessitant des estimations de dose interne (ou d'effets précoces) au niveau individuel. La collecte (et la bonne conservation) des échantillons biologiques au plus tôt après l'accident est cruciale, et cette pratique doit être encouragée même en l'absence d'hypothèses précises sur leur utilisation. Le processus de consentement éclairé doit garantir que le patient comprend que son matériel biologique doit être conservé pour être utilisé dans des tests jusqu'ici non définis. Ici, il est utile d'exclure l'utilisation de tels échantillons de certains tests (par exemple, l'identification des troubles de la personnalité) pour mieux protéger le patient.

Conclusions

La justification d'une intervention médicale et d'études épidémiologiques dans la population touchée par un accident se situe entre deux extrêmes :évaluer l'impact des agents dont il est prouvé qu'ils sont des dangers potentiels et auxquels la population affectée est (ou a été) définitivement exposée, et explorer les effets possibles d'agents supposés être potentiellement dangereux et suspectés d'être présents dans la zone. Les différences entre les experts (et entre les gens en général) dans leur perception de la pertinence d'un problème sont inhérentes à l'humanité. Ce qui compte, c'est que toute décision ait une justification enregistrée et un plan d'action transparent, et soit soutenue par la communauté affectée.

 

Retour

Vendredi, Février 25 2011 16: 53

Problèmes liés aux conditions météorologiques

Il a été longtemps admis que les problèmes liés aux conditions météorologiques étaient un phénomène naturel et que les décès et les blessures résultant de tels événements étaient inévitables (voir tableau 1). Ce n'est qu'au cours des deux dernières décennies que nous avons commencé à examiner les facteurs contribuant aux décès et aux blessures liés aux conditions météorologiques en tant que moyen de prévention. En raison de la courte durée de l'étude dans ce domaine, les données sont limitées, en particulier en ce qui concerne le nombre et les circonstances des décès et des blessures liés aux conditions météorologiques chez les travailleurs. Ce qui suit est un aperçu des résultats obtenus jusqu'à présent.

Tableau 1. Risques professionnels liés aux conditions météorologiques

Événement météo

Type de travailleur

Agents biochimiques

Blessures traumatiques

Noyade

Brûlures/coup de chaleur

Accidents de véhicules

Stress mental

Inondations
Hurricanes

Police,
Feu,
personnel d'urgence

Transport

Souterrain

Monteurs de lignes

Nettoyer

*

 

 

 

 

 

***

*

 

 

*

 

*

 

*

 

 

**

*

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

*

Les tornades

Police,
Feu,
personnel d'urgence

Transports

Nettoyer

*

 

 

 

**

*

 

 

***

*

 

 

 

 

 

*

*

 

 

*

Feux de forêt légers

Sapeurs pompiers

**

**

 

**

***

*

*degré de risque.

Inondations, raz de marée

Définitions, sources et occurrences

Les inondations résultent de diverses causes. Dans une région climatique donnée, d'énormes variations d'inondation se produisent en raison des fluctuations du cycle hydrologique et d'autres conditions naturelles et synthétiques (Chagnon, Schict et Semorin 1983). Le service météorologique national des États-Unis a défini crues éclair comme celles qui suivent quelques heures après une pluie abondante ou excessive, une rupture de barrage ou de digue ou une libération soudaine d'eau retenue par une glace ou un embâcle. Bien que la plupart des crues soudaines soient le résultat d'une activité orageuse locale intense, certaines se produisent en conjonction avec des cyclones tropicaux. Les précurseurs des crues soudaines impliquent généralement des conditions atmosphériques qui influencent la poursuite et l'intensité des précipitations. D'autres facteurs qui contribuent aux crues soudaines comprennent l'inclinaison des pentes (terrain montagneux), l'absence de végétation, le manque de capacité d'infiltration du sol, les débris flottants et les embâcles, la fonte rapide des neiges, les ruptures de barrages et de digues, la rupture d'un lac glaciaire et perturbations volcaniques (Marrero 1979). Inondations de la rivière peut être influencée par des facteurs qui causent des crues soudaines, mais des crues plus insidieuses peuvent être causées par les caractéristiques du chenal du cours d'eau, la nature du sol et du sous-sol et le degré de modification synthétique le long de son parcours (Chagnon, Schict et Semorin 1983; Marrero 1979). Inondations côtières peut résulter d'une onde de tempête, qui est le résultat d'une tempête tropicale ou d'un cyclone, ou des eaux océaniques entraînées vers l'intérieur par des tempêtes générées par le vent. Le type d'inondation côtière le plus dévastateur est le tsunami, ou raz de marée, qui est généré par des tremblements de terre sous-marins ou certaines éruptions volcaniques. La plupart des tsunamis enregistrés se sont produits dans les régions du Pacifique et de la côte du Pacifique. Les îles d'Hawaï sont particulièrement exposées aux dégâts du tsunami en raison de leur emplacement au milieu du Pacifique (Chagnon, Schict et Semorin 1983; Whitlow 1979).

Facteurs influant sur la morbidité et la mortalité

On estime que les inondations représentent 40 % de toutes les catastrophes dans le monde et qu'elles causent le plus de dégâts. L'inondation la plus meurtrière de l'histoire enregistrée a frappé le fleuve Jaune en 1887, lorsque le fleuve a débordé des digues de 70 pieds de haut, détruisant 11 villes et 300 villages. Environ 900,000 1969 personnes ont été tuées. Plusieurs centaines de milliers de personnes sont peut-être mortes dans la province chinoise du Shantung en 1967 lorsque des ondes de tempête ont poussé des marées montantes dans la vallée du fleuve Jaune. Une inondation soudaine en janvier 1,500 à Rio de Janeiro a tué 1974 2,500 personnes. En 1963, de fortes pluies ont inondé le Bangladesh et causé 100 2,075 morts. En 1979, de fortes pluies ont provoqué un énorme glissement de terrain qui est tombé dans le lac derrière le barrage de Vaiont dans le nord de l'Italie, envoyant 1985 millions de tonnes d'eau par-dessus le barrage et causant 7 15 morts (Frazier 180). En 1989, environ XNUMX à XNUMX pouces de pluie sont tombés sur une période de dix heures à Porto Rico, tuant XNUMX personnes (French et Holt XNUMX).

Les crues des rivières ont été réduites par des contrôles techniques et un reboisement accru des bassins versants (Frazier 1979). Cependant, les crues soudaines ont augmenté ces dernières années et sont la première cause de mortalité liée aux conditions météorologiques aux États-Unis. L'augmentation des conséquences des crues soudaines est attribuée à des populations accrues et plus urbanisées sur des sites qui sont des cibles immédiates pour les crues soudaines (Mogil, Monro et Groper 1978). Les eaux à écoulement rapide accompagnées de débris tels que des rochers et des arbres tombés représentent la principale morbidité et mortalité liées aux inondations. Aux États-Unis, des études ont montré une forte proportion de noyades liées à la voiture lors d'inondations, dues à des personnes conduisant dans des zones basses ou traversant un pont inondé. Leurs voitures peuvent caler dans des eaux hautes ou être bloquées par des débris, les emprisonnant dans leurs voitures tandis que des niveaux élevés d'eau à écoulement rapide descendent sur eux (French et al. 1983). Des études de suivi des victimes des inondations montrent un schéma constant de problèmes psychologiques jusqu'à cinq ans après l'inondation (Melick 1976 ; Logue 1972). D'autres études ont montré une augmentation significative de l'incidence de l'hypertension, des maladies cardiovasculaires, des lymphomes et de la leucémie chez les victimes des inondations, qui, selon certains chercheurs, sont liées au stress (Logue et Hansen 1980 ; Janerich et al. 1981 ; Greene 1954). Il existe un potentiel d'exposition accrue aux agents biologiques et chimiques lorsque les inondations perturbent les systèmes de purification de l'eau et d'évacuation des eaux usées, la rupture des réservoirs de stockage souterrains, le débordement des sites de déchets toxiques, l'amélioration des conditions de reproduction des vecteurs et le déplacement des produits chimiques stockés au-dessus du sol. (French et Holt 1989).

Même si, en général, les travailleurs sont exposés aux mêmes risques liés aux inondations que la population générale, certains groupes professionnels sont plus à risque. Les travailleurs du nettoyage courent un risque élevé d'exposition à des agents biologiques et chimiques à la suite d'inondations. Les travailleurs souterrains, en particulier ceux qui se trouvent dans des endroits confinés, peuvent être piégés lors de crues soudaines. Les camionneurs et les autres travailleurs des transports courent un risque élevé de mortalité liée aux inondations liées aux véhicules. Comme lors d'autres catastrophes liées aux conditions météorologiques, les pompiers, la police et le personnel médical d'urgence sont également exposés à un risque élevé.

Mesures de prévention et de contrôle et besoins de recherche

La prévention des décès et des blessures dus aux inondations peut être accomplie en identifiant les zones sujettes aux inondations, en sensibilisant le public à ces zones et en le conseillant sur les mesures de prévention appropriées, en effectuant des inspections des barrages et en délivrant une certification de sécurité des barrages, en identifiant les conditions météorologiques qui contribueront aux fortes précipitations. et le ruissellement, et la diffusion d'alertes précoces d'inondations pour une zone géographique spécifique dans un délai précis. La morbidité et la mortalité dues aux expositions secondaires peuvent être évitées en s'assurant que l'eau et les approvisionnements alimentaires sont sûrs à consommer et ne sont pas contaminés par des agents biologiques et chimiques, et en instituant des pratiques sûres d'élimination des déchets humains. Le sol entourant les sites de déchets toxiques et les lagunes de stockage doit être inspecté pour déterminer s'il y a eu contamination par le débordement des zones de stockage (French et Holt 1989). Bien que les programmes de vaccination de masse soient contre-productifs, les agents de nettoyage et d'assainissement doivent être correctement vaccinés et formés aux pratiques d'hygiène appropriées.

Il est nécessaire d'améliorer la technologie afin que les alertes précoces pour les crues éclair puissent être plus précises en termes de temps et de lieu. Les conditions doivent être évaluées pour déterminer si l'évacuation doit se faire en voiture ou à pied. Après une inondation, une cohorte de travailleurs engagés dans des activités liées aux inondations devrait être étudiée pour évaluer le risque d'effets néfastes sur la santé physique et mentale.

Ouragans, cyclones, tempêtes tropicales

Définitions, sources et occurrences

A ouragan est défini comme un système de vent en rotation qui tourne dans le sens antihoraire dans l'hémisphère nord, se forme au-dessus des eaux tropicales et a des vitesses de vent soutenues d'au moins 74 miles par heure (118.4 km/h). Cette accumulation tourbillonnante d'énergie se forme lorsque des circonstances impliquant la chaleur et la pression nourrissent et poussent les vents sur une grande surface océanique pour s'enrouler autour d'une zone de basse pression atmosphérique. UNE typhon est comparable à un ouragan sauf qu'il se forme au-dessus des eaux du Pacifique. Cyclone tropical est le terme pour toutes les circulations de vent tournant autour d'une dépression atmosphérique au-dessus des eaux tropicales. UNE tempête tropicale est défini comme un cyclone avec des vents de 39 à 73 mph (62.4 à 117.8 km/h), et un dépression tropicale est un cyclone avec des vents inférieurs à 39 mph (62.4 km/h).

On pense actuellement que de nombreux cyclones tropicaux proviennent de l'Afrique, dans la région juste au sud du Sahara. Ils commencent par une instabilité dans un courant-jet étroit d'est en ouest qui se forme dans cette zone entre juin et décembre, en raison du grand contraste de température entre le désert chaud et la région plus froide et plus humide au sud. Des études montrent que les perturbations générées au-dessus de l'Afrique ont de longues durées de vie et que nombre d'entre elles traversent l'Atlantique (Herbert et Taylor 1979). Au 20ème siècle, une moyenne de dix cyclones tropicaux tourbillonnent chaque année à travers l'Atlantique ; six d'entre eux deviennent des ouragans. Lorsque l'ouragan (ou typhon) atteint son intensité maximale, les courants d'air formés par les zones anticycloniques des Bermudes ou du Pacifique se déplacent vers le nord. Ici, les eaux océaniques sont plus fraîches. Il y a moins d'évaporation, moins de vapeur d'eau et d'énergie pour alimenter la tempête. Si la tempête frappe la terre, l'approvisionnement en vapeur d'eau est entièrement coupé. Alors que l'ouragan ou le typhon continue de se déplacer vers le nord, ses vents commencent à diminuer. Les caractéristiques topographiques telles que les montagnes peuvent également contribuer à l'éclatement de la tempête. Les zones géographiques les plus exposées aux ouragans sont les Caraïbes, le Mexique et les États de la côte est et de la côte du golfe des États-Unis. Un typhon typique du Pacifique se forme dans les eaux tropicales chaudes à l'est des Philippines. Il peut se déplacer vers l'ouest et frapper le continent chinois ou virer vers le nord et s'approcher du Japon. La trajectoire de la tempête est déterminée lorsqu'elle se déplace autour de la bordure ouest du système anticyclonique du Pacifique (Comprendre la science et la nature : météo et climat 1992).

La puissance destructrice d'un ouragan (typhon) est déterminée par la façon dont l'onde de tempête, le vent et d'autres facteurs sont combinés. Les prévisionnistes ont mis au point une échelle de potentiel de catastrophe à cinq catégories pour rendre plus clairs les dangers prévus de l'approche des ouragans. La catégorie 1 est un ouragan minimum, la catégorie 5 un ouragan maximum. Dans la période 1900-1982, 136 ouragans ont frappé directement les États-Unis ; 55 d'entre eux étaient d'intensité au moins de catégorie 3. La Floride a ressenti les effets à la fois du nombre le plus élevé et de la plus intense de ces tempêtes, suivie du Texas, de la Louisiane et de la Caroline du Nord par ordre décroissant (Herbert et Taylor 1979).

Facteurs influant sur la morbidité et la mortalité

Bien que les vents causent beaucoup de dégâts matériels, le vent n'est pas le plus grand tueur d'un ouragan. La plupart des victimes meurent par noyade. Les inondations qui accompagnent un ouragan peuvent provenir de pluies intenses ou d'ondes de tempête. Le Service météorologique national des États-Unis estime que les ondes de tempête causent neuf décès sur dix associés aux ouragans (Herbert et Taylor 1979). Les groupes professionnels les plus touchés par les ouragans (typhons) sont ceux liés à la navigation de plaisance et à la navigation (qui seraient touchés par une mer exceptionnellement agitée et des vents violents); les travailleurs des lignes de services publics qui sont appelés en service pour réparer les lignes endommagées, souvent alors que la tempête fait encore rage ; les sapeurs-pompiers et les policiers, qui interviennent dans les évacuations et la protection des biens des évacués ; et le personnel médical d'urgence. D'autres groupes professionnels sont abordés dans la section sur les inondations.

Prévention et contrôle, besoins de recherche

L'incidence des décès et des blessures associés aux ouragans (typhons) a chuté de façon spectaculaire au cours des vingt dernières années dans les régions où des systèmes d'alerte sophistiqués ont été mis en place. Les principales étapes à suivre pour prévenir les décès et les blessures sont les suivantes : identifier les précurseurs météorologiques de ces tempêtes et suivre leur évolution et leur développement potentiel en ouragans, émettre des alertes précoces pour permettre une évacuation en temps opportun lorsque cela est indiqué, appliquer des pratiques strictes de gestion de l'utilisation des terres et de construction codes dans les zones à haut risque, et d'élaborer des plans d'urgence dans les zones à haut risque pour assurer une évacuation ordonnée et une capacité d'hébergement adéquate pour les évacués.

Étant donné que les facteurs météorologiques contribuant aux ouragans ont été bien étudiés, de nombreuses informations sont disponibles. Plus d'informations sont nécessaires sur le schéma variable de l'incidence et de l'intensité des ouragans au fil du temps. L'efficacité des plans d'urgence existants doit être évaluée après chaque ouragan et il convient de déterminer si les bâtiments protégés de la vitesse du vent sont également protégés des ondes de tempête.

Les tornades

Formation et modèles d'occurrence

Les tornades se forment lorsque des couches d'air de température, de densité et de flux de vent différents se combinent pour produire de puissants courants ascendants formant d'énormes cumulonimbus qui se transforment en spirales serrées en rotation lorsque de forts vents transversaux soufflent à travers le cumulonimbus. Ce vortex attire encore plus d'air chaud dans le nuage, ce qui accélère la rotation de l'air jusqu'à ce qu'un nuage en entonnoir contenant une force explosive tombe du nuage (Comprendre la science et la nature : météo et climat 1992). La tornade moyenne a une trajectoire d'environ 2 miles de long et 50 mètres de large, affectant environ 0.06 miles carrés et avec des vitesses de vent pouvant atteindre 300 mph. Les tornades se produisent dans les zones où les fronts chauds et froids sont susceptibles de se heurter, provoquant des conditions instables. Bien que la probabilité qu'une tornade frappe un endroit spécifique est extrêmement faible (probabilité 0.0363), certaines régions, comme les États du Midwest aux États-Unis, sont particulièrement vulnérables.

Facteurs influant sur la morbidité et la mortalité

Des études ont montré que les personnes dans des maisons mobiles et dans des voitures légères lorsque les tornades frappent sont particulièrement à risque. Dans l'étude Tornado de Wichita Falls, au Texas, les occupants de maisons mobiles étaient 40 fois plus susceptibles de subir une blessure grave ou mortelle que ceux des habitations permanentes, et les occupants d'automobiles couraient environ cinq fois plus de risques (Glass, Craven et Bregman 1980 ). Les principales causes de décès sont les traumatismes craniocérébraux, suivis des blessures par écrasement de la tête et du tronc. Les fractures sont la forme la plus fréquente de blessures non mortelles (Mandlebaum, Nahrwold et Boyer 1966; High et al. 1956). Les travailleurs qui passent une grande partie de leur temps de travail dans des automobiles légères ou dont les bureaux sont dans des maisons mobiles seraient à haut risque. D'autres facteurs liés aux opérateurs de nettoyage discutés dans la section sur les inondations s'appliqueraient ici.

Prévention et contrôle

La diffusion d'avertissements appropriés et la nécessité pour la population de prendre les mesures appropriées sur la base de ces avertissements sont les facteurs les plus importants pour prévenir les décès et les blessures liés aux tornades. Aux États-Unis, le National Weather Service s'est doté d'une instrumentation sophistiquée, comme le radar Doppler, qui lui permet d'identifier les conditions propices à la formation d'une tornade et d'émettre des alertes. Une tornade montre de luxe. signifie que les conditions sont propices à la formation d'une tornade dans une zone donnée, et une tornade avertissement signifie qu'une tornade a été aperçue dans une zone donnée et que les personnes résidant dans cette zone doivent prendre un abri approprié, ce qui implique d'aller au sous-sol s'il en existe un, d'aller dans une pièce ou un placard à l'intérieur, ou si à l'extérieur, d'aller dans un fossé ou un ravin .

Des recherches sont nécessaires pour évaluer si les avertissements sont effectivement diffusés et dans quelle mesure les gens tiennent compte de ces avertissements. Il convient également de déterminer si les zones d'abri prescrites offrent réellement une protection adéquate contre la mort et les blessures. Des informations doivent être recueillies sur le nombre de morts et de blessés chez les travailleurs de la tornade.

Foudre et feux de forêt

Définitions, sources et occurrences

Lorsqu'un cumulonimbus se transforme en orage, différentes sections du nuage accumulent des charges électriques positives et négatives. Lorsque les charges se sont accumulées, les charges négatives se dirigent vers les charges positives dans un éclair qui se déplace dans le nuage ou entre le nuage et le sol. La plupart des éclairs se déplacent d'un nuage à l'autre, mais 20 % se déplacent d'un nuage à la terre.

Un éclair entre un nuage et le sol peut être positif ou négatif. La foudre positive est plus puissante et est plus susceptible de déclencher des incendies de forêt. Un coup de foudre ne déclenchera un incendie que s'il rencontre un combustible facilement inflammable comme des aiguilles de pin, de l'herbe et de la poix. Si le feu frappe du bois en décomposition, il peut brûler inaperçu pendant une longue période de temps. La foudre déclenche des incendies plus souvent lorsqu'elle touche le sol et la pluie dans le nuage d'orage s'évapore avant d'atteindre le sol. C'est ce qu'on appelle la foudre sèche (Fuller 1991). On estime que dans les zones rurales sèches comme l'Australie et l'ouest des États-Unis, 60 % des incendies de forêt sont causés par la foudre.

Facteurs causant la morbidité et la mortalité

La plupart des pompiers qui meurent dans un incendie meurent dans des accidents de camion ou d'hélicoptère ou d'être touchés par des chutes de chicots, plutôt que de l'incendie lui-même. Cependant, combattre un incendie peut provoquer un coup de chaleur, un épuisement dû à la chaleur et une déshydratation. Le coup de chaleur, causé par une température corporelle qui dépasse 39.4 °C, peut entraîner la mort ou des lésions cérébrales. Le monoxyde de carbone est également une menace, en particulier dans les feux couvants. Dans un test, les chercheurs ont découvert que le sang de 62 des 293 pompiers avait des niveaux de carboxyhémoglobine supérieurs au niveau maximal autorisé de 5 % après huit heures sur la ligne de feu (Fuller 1991).

Besoins de prévention, de contrôle et de recherche

En raison du danger et du stress mental et physique associés à la lutte contre l'incendie, les équipes ne doivent pas travailler plus de 21 jours et doivent avoir un jour de congé tous les 7 jours travaillés pendant cette période. En plus de porter un équipement de protection approprié, les pompiers doivent apprendre les facteurs de sécurité tels que planifier des itinéraires de sécurité, rester en communication, surveiller les dangers, suivre la météo, s'assurer des directions et agir avant qu'une situation ne devienne critique. Les ordres standards de lutte contre l'incendie mettent l'accent sur le fait de savoir ce que fait l'incendie, d'afficher des guetteurs et de donner des instructions claires et compréhensibles (Fuller 1991).

Les facteurs liés à la prévention des incendies de forêt liés à la foudre comprennent la limitation des combustibles tels que les sous-bois secs ou les arbres sensibles au feu comme l'eucalyptus, la prévention de la construction dans les zones sujettes aux incendies et la détection précoce des incendies de forêt. La détection précoce a été améliorée par le développement de nouvelles technologies telles qu'un système infrarouge monté sur des hélicoptères pour vérifier si les coups de foudre signalés par les systèmes de surveillance et de détection aériens ont effectivement déclenché des incendies et pour cartographier les points chauds pour les équipes au sol et les largages d'hélicoptères (Fuller 1991).

Plus d'informations sont nécessaires sur le nombre et les circonstances des décès et des blessures associés aux incendies de forêt liés à la foudre.

 

Retour

Vendredi, Février 25 2011 16: 57

Avalanches : dangers et mesures de protection

Depuis que les gens ont commencé à s'installer dans les régions montagneuses, ils ont été exposés aux risques spécifiques liés à la vie en montagne. Parmi les dangers les plus redoutables figurent les avalanches et les glissements de terrain, qui ont fait des victimes jusqu'à nos jours.

Lorsque les montagnes sont recouvertes de plusieurs pieds de neige en hiver, sous certaines conditions, une masse de neige couchée comme une épaisse couverture sur les pentes abruptes ou les sommets des montagnes peut se détacher du sol en dessous et glisser vers le bas sous son propre poids. Cela peut entraîner d'énormes quantités de neige dévalant la route la plus directe et se déposant dans les vallées en contrebas. L'énergie cinétique ainsi libérée produit de dangereuses avalanches, qui emportent, écrasent ou enfouissent tout sur leur passage.

Les avalanches peuvent être divisées en deux catégories selon le type et l'état de la neige en cause : les avalanches de neige sèche ou de « poussière » et les avalanches de neige mouillée ou de « sol ». Les premiers sont dangereux à cause des ondes de choc qu'ils déclenchent, les seconds à cause de leur volume, dû à l'humidité ajoutée dans la neige mouillée, aplatissant tout au fur et à mesure que l'avalanche dévale, souvent à grande vitesse, et emportant parfois des sections du sous-sol.

Des situations particulièrement dangereuses peuvent survenir lorsque la neige sur de grandes pentes exposées du côté au vent de la montagne est compactée par le vent. Il forme alors souvent un couvercle, maintenu en surface seulement, comme un rideau suspendu par le haut, et reposant sur une base qui peut produire l'effet de roulements à billes. Si une «coupe» est faite dans une telle couverture (par exemple, si un skieur quitte une piste en travers de la pente), ou si pour une raison quelconque, cette couverture très mince est déchirée (par exemple, par son propre poids), alors l'ensemble une étendue de neige peut glisser vers le bas comme une planche, se transformant généralement en avalanche au fur et à mesure de sa progression.

A l'intérieur de l'avalanche, une énorme pression peut se former, qui peut emporter, briser ou écraser des locomotives ou des bâtiments entiers comme s'il s'agissait de jouets. Que les êtres humains aient très peu de chances de survivre dans un tel enfer est évident, sachant que quiconque n'est pas écrasé à mort est susceptible de mourir d'étouffement ou de froid. Il n'est donc pas surprenant, dans les cas où des personnes ont été ensevelies dans des avalanches, que, même si elles sont retrouvées immédiatement, environ 20 % d'entre elles soient déjà mortes.

La topographie et la végétation de la région obligeront les masses de neige à suivre des itinéraires établis en descendant vers la vallée. Les habitants de la région le savent par observation et par tradition, et se tiennent donc à l'écart de ces zones dangereuses en hiver.

Autrefois, le seul moyen d'échapper à ces dangers était d'éviter de s'y exposer. Des fermes et des colonies ont été construites dans des endroits où les conditions topographiques étaient telles qu'aucune avalanche ne pouvait se produire, ou dont des années d'expérience avaient montré qu'elles étaient très éloignées de tout couloir d'avalanche connu. Les gens évitaient même complètement les zones de montagne pendant la période de danger.

Les forêts du haut des versants offrent également une protection considérable contre de telles catastrophes naturelles, car elles supportent les masses de neige dans les zones menacées et peuvent freiner, arrêter ou détourner les avalanches déjà déclenchées, à condition qu'elles n'aient pas pris trop d'élan.

Néanmoins, l'histoire des pays montagneux est rythmée par des catastrophes à répétition provoquées par des avalanches, qui ont prélevé et prélèvent encore un lourd tribut en vies humaines et en biens. D'une part, la vitesse et l'élan de l'avalanche sont souvent sous-estimés. D'autre part, les avalanches suivront parfois des trajectoires qui, sur la base de siècles d'expérience, n'ont pas été considérées auparavant comme des trajectoires d'avalanche. Certaines conditions météorologiques défavorables, associées à une qualité particulière de la neige et à l'état du sol sous-jacent (par exemple, végétation endommagée ou érosion ou relâchement du sol à la suite de fortes pluies) produisent des circonstances qui peuvent conduire à l'un de ces "désastres". du siècle ».

Le fait qu'une zone soit particulièrement exposée à la menace d'avalanche dépend non seulement des conditions météorologiques, mais encore plus de la stabilité de la couverture neigeuse et du fait que la zone en question se situe ou non dans l'un des couloirs d'avalanche habituels. ou points de vente. Il existe des cartes spéciales montrant les zones où des avalanches sont connues pour s'être produites ou sont susceptibles de se produire en raison de caractéristiques topographiques, en particulier les trajectoires et les débouchés des avalanches fréquentes. La construction est interdite dans les zones à risques.

Cependant, ces mesures de précaution ne suffisent plus aujourd'hui car, malgré l'interdiction de construire dans certaines zones et toutes les informations disponibles sur les dangers, un nombre croissant de personnes sont toujours attirées par les régions montagneuses pittoresques, provoquant de plus en plus de constructions même dans zones connues pour être dangereuses. Outre ce non-respect ou contournement des interdictions de construire, l'une des manifestations de la société moderne des loisirs est que des milliers de touristes se rendent en montagne pour faire du sport et des loisirs en hiver, et là même où les avalanches sont quasiment préprogrammées. La piste de ski idéale est raide, libre d'obstacles et doit avoir un tapis de neige suffisamment épais, conditions idéales pour le skieur, mais aussi pour que la neige descende dans la vallée.

Si, toutefois, les risques ne peuvent être évités ou sont, dans une certaine mesure, consciemment acceptés comme un "effet secondaire" indésirable du plaisir tiré du sport, il devient alors nécessaire de développer des voies et moyens pour faire face à ces dangers d'une autre manière.

Pour améliorer les chances de survie des personnes ensevelies dans les avalanches, il est essentiel de prévoir des services de secours bien organisés, des téléphones d'urgence à proximité des localités à risque et des informations à jour pour les autorités et les touristes sur la situation qui prévaut dans les zones dangereuses. . Des systèmes d'alerte précoce et une excellente organisation des services de secours avec le meilleur équipement possible peuvent augmenter considérablement les chances de survie des personnes ensevelies dans les avalanches, tout en réduisant l'étendue des dégâts.

Mesures protectives

Diverses méthodes de protection contre les avalanches ont été développées et testées dans le monde entier, telles que les services d'alerte transfrontaliers, les barrières ou encore le déclenchement artificiel d'avalanches par dynamitage ou tir au canon au-dessus des champs de neige.

La stabilité de la couverture de neige est essentiellement déterminée par le rapport entre la contrainte mécanique et la densité. Cette stabilité peut varier considérablement selon le type de contrainte (par exemple, pression, tension, cisaillement) dans une région géographique (par exemple, la partie du champ de neige où une avalanche pourrait se déclencher). Les contours, l'ensoleillement, les vents, la température et les perturbations locales de la structure de la couverture de neige - résultant de rochers, de skieurs, de chasse-neige ou d'autres véhicules - peuvent également affecter la stabilité. La stabilité peut donc être réduite par une intervention locale délibérée telle que le dynamitage, ou augmentée par l'installation de supports ou de barrières supplémentaires. Ces mesures, qui peuvent être permanentes ou temporaires, sont les deux principaux moyens de protection contre les avalanches.

Les mesures permanentes comprennent des structures efficaces et durables, des barrières de soutien dans les zones où l'avalanche pourrait se déclencher, des barrières de déviation ou de freinage sur le couloir d'avalanche et des barrières de blocage dans la zone de sortie des avalanches. Les mesures de protection temporaires ont pour but de sécuriser et de stabiliser les zones où une avalanche pourrait se déclencher en déclenchant délibérément des avalanches plus petites et limitées pour enlever les quantités dangereuses de neige par tronçons.

Les barrières de soutien augmentent artificiellement la stabilité du manteau neigeux dans les zones potentielles d'avalanche. Les barrières anti-dérive, qui empêchent la neige supplémentaire d'être transportée par le vent vers la zone d'avalanche, peuvent renforcer l'effet des barrières de soutien. Des barrières de déviation et de freinage sur le couloir d'avalanche et des barrières de blocage dans la zone de sortie d'avalanche peuvent dévier ou ralentir la masse de neige descendante et raccourcir la distance d'écoulement devant la zone à protéger. Les barrières de soutènement sont des structures fixées dans le sol, plus ou moins perpendiculaires à la pente, qui offrent une résistance suffisante à la masse de neige descendante. Ils doivent former des supports atteignant la surface de la neige. Les barrières de soutènement sont généralement disposées en plusieurs rangées et doivent recouvrir toutes les parties du terrain à partir desquelles des avalanches pourraient, sous diverses conditions météorologiques possibles, menacer la localité à protéger. Des années d'observation et de mesure de la neige dans la région sont nécessaires afin d'établir un positionnement, une structure et des dimensions corrects.

Les barrières doivent avoir une certaine perméabilité pour permettre aux avalanches mineures et aux glissements de terrain de surface de traverser un certain nombre de rangées de barrières sans grossir ni causer de dommages. Si la perméabilité n'est pas suffisante, il y a un risque que la neige s'accumule derrière les barrières et que les avalanches suivantes glissent dessus sans entrave, emportant avec elles d'autres masses de neige.

Des mesures temporaires, contrairement aux barrières, peuvent également permettre de réduire le danger pendant un certain temps. Ces mesures sont basées sur l'idée de déclencher des avalanches par des moyens artificiels. Les masses de neige menaçantes sont évacuées de la zone d'avalanche potentielle par un certain nombre de petites avalanches délibérément déclenchées sous surveillance à des moments choisis et prédéterminés. Cela augmente considérablement la stabilité de la couverture de neige restant sur le site d'avalanche, en réduisant au moins le risque d'avalanches supplémentaires et plus dangereuses pendant une période de temps limitée lorsque la menace d'avalanches est aiguë.

Cependant, la taille de ces avalanches produites artificiellement ne peut pas être déterminée à l'avance avec une grande précision. Par conséquent, afin de maintenir le risque d'accident le plus bas possible, pendant la mise en œuvre de ces mesures temporaires, toute la zone affectée par l'avalanche artificielle, depuis son point de départ jusqu'à son arrêt définitif, doit être évacués, fermés et contrôlés au préalable.

Les applications possibles des deux méthodes de réduction des risques sont fondamentalement différentes. En général, il est préférable d'utiliser des méthodes permanentes pour protéger les zones impossibles ou difficiles à évacuer ou à fermer, ou où les habitations ou les forêts pourraient être menacées même par des avalanches contrôlées. D'autre part, les routes, les pistes de ski et les pentes de ski, faciles à fermer pour de courtes périodes, sont des exemples typiques de zones dans lesquelles des mesures de protection temporaires peuvent être appliquées.

Les différentes méthodes de déclenchement artificiel d'avalanches impliquent un certain nombre d'opérations qui comportent également certains risques et, surtout, nécessitent des mesures de protection supplémentaires pour les personnes affectées à l'exécution de ces travaux. L'essentiel est de provoquer des ruptures initiales en déclenchant des tremblements artificiels (blasts). Ceux-ci réduiront suffisamment la stabilité de la couche de neige pour produire un glissement de neige.

Le dynamitage est particulièrement adapté pour déclencher des avalanches sur des pentes raides. Il est généralement possible de détacher de petites sections de neige à intervalles réguliers et d'éviter ainsi les grosses avalanches, qui prennent une longue distance pour suivre leur cours et peuvent être extrêmement destructrices. Cependant, il est essentiel que les opérations de dynamitage soient effectuées à toute heure de la journée et par tous les temps, ce qui n'est pas toujours possible. Les méthodes de production artificielle d'avalanches par dynamitage diffèrent considérablement selon les moyens utilisés pour atteindre la zone où le dynamitage doit avoir lieu.

Les zones où des avalanches sont susceptibles de se déclencher peuvent être bombardées avec des grenades ou des roquettes à partir de positions sûres, mais cela ne réussit (c'est-à-dire produit l'avalanche) que dans 20 à 30 % des cas, car il est pratiquement impossible de déterminer et de frapper le plus point cible efficace avec n'importe quelle précision à distance, et aussi parce que la couverture de neige absorbe le choc de l'explosion. De plus, les obus peuvent ne pas exploser.

Le dynamitage avec des explosifs commerciaux directement dans la zone où les avalanches sont susceptibles de commencer est généralement plus efficace. Les méthodes les plus efficaces sont celles où l'explosif est transporté sur des piquets ou des câbles au-dessus de la partie du champ de neige où l'avalanche doit commencer, et déclenché à une hauteur de 1.5 à 3 m au-dessus du manteau neigeux.

Outre le bombardement des pentes, trois méthodes différentes ont été développées pour amener l'explosif pour la production artificielle d'avalanches à l'endroit même où l'avalanche doit commencer :

  • téléphériques à dynamite
  • dynamitage à la main
  • lancer ou abaisser la charge explosive des hélicoptères.

 

Le téléphérique est le moyen le plus sûr et en même temps le plus sûr. À l'aide d'un petit téléphérique spécial, le téléphérique à dynamite, la charge explosive est transportée sur une corde enroulée au-dessus du site de dynamitage dans la zone de couverture de neige dans laquelle l'avalanche doit commencer. Avec un bon contrôle de la corde et à l'aide de signaux et de marquages, il est possible de se diriger avec précision vers les endroits connus par expérience comme étant les plus efficaces et de faire exploser la charge directement au-dessus d'eux. Les meilleurs résultats en matière de déclenchement d'avalanches sont obtenus lorsque la charge est déclenchée à la bonne hauteur au-dessus du manteau neigeux. Comme le téléphérique passe à une plus grande hauteur au-dessus du sol, cela nécessite l'utilisation de dispositifs d'abaissement. La charge explosive est suspendue à une ficelle enroulée autour du dispositif d'abaissement. La charge est abaissée à la bonne hauteur au-dessus du site choisi pour l'explosion à l'aide d'un moteur qui déroule la ficelle. L'utilisation de téléphériques à dynamite permet d'effectuer le dynamitage depuis un poste sûr, même par mauvaise visibilité, de jour comme de nuit.

En raison des bons résultats obtenus et des coûts de production relativement faibles, cette méthode de déclenchement d'avalanches est largement utilisée dans toute la région alpine, une licence étant requise pour exploiter les téléphériques à dynamite dans la plupart des pays alpins. En 1988, un échange intensif d'expériences dans ce domaine a eu lieu entre les fabricants, les utilisateurs et les représentants gouvernementaux des régions alpines autrichiennes, bavaroises et suisses. Les informations tirées de cet échange d'expériences ont été résumées dans des brochures et des réglementations juridiquement contraignantes. Ces documents contiennent essentiellement les normes techniques de sécurité des matériels et installations, ainsi que les consignes permettant de réaliser ces opérations en toute sécurité. Lors de la préparation de la charge explosive et de l'utilisation de l'équipement, l'équipe de minage doit pouvoir se déplacer le plus librement possible autour des différentes commandes et appareils du téléphérique. Il doit y avoir des trottoirs sûrs et facilement accessibles pour permettre à l'équipage de quitter le site rapidement en cas d'urgence. Il doit y avoir des voies d'accès sûres jusqu'aux supports et stations du téléphérique. Afin d'éviter un échec d'explosion, deux mèches et deux détonateurs doivent être utilisés pour chaque charge.

Dans le cas du dynamitage à la main, une deuxième méthode pour produire artificiellement des avalanches, qui était fréquemment pratiquée autrefois, le dynamiteur devait monter jusqu'à la partie du manteau neigeux où l'avalanche devait se déclencher. La charge explosive peut être placée sur des piquets plantés dans la neige, mais plus généralement lancée sur la pente vers un point cible connu par expérience pour être particulièrement efficace. Il est généralement impératif que les aides fixent le dynamiteur avec une corde tout au long de l'opération. Néanmoins, quelle que soit la prudence avec laquelle l'équipe de dynamitage procède, le danger de chute ou de rencontrer des avalanches sur le chemin du site de dynamitage ne peut être éliminé, car ces activités impliquent souvent de longues ascensions, parfois dans des conditions météorologiques défavorables. En raison de ces risques, cette méthode, qui est également soumise à des règles de sécurité, est aujourd'hui peu utilisée.

L'utilisation d'hélicoptères, une troisième méthode, est pratiquée depuis de nombreuses années dans les régions alpines et autres pour les opérations de déclenchement d'avalanches. Compte tenu des risques dangereux pour les personnes à bord, cette procédure n'est utilisée dans la plupart des pays alpins et autres pays montagneux que lorsqu'elle est nécessaire d'urgence pour éviter un danger aigu, lorsque d'autres procédures ne peuvent pas être utilisées ou impliqueraient des risques encore plus grands. Compte tenu de la situation juridique particulière résultant de l'utilisation d'aéronefs à de telles fins et des risques encourus, des directives spécifiques sur le déclenchement d'avalanches par hélicoptère ont été élaborées dans les pays alpins, avec la collaboration des autorités aéronautiques, des institutions et des autorités responsable de la santé et de la sécurité au travail et des experts dans le domaine. Ces directives traitent non seulement des questions relatives aux lois et règlements sur les explosifs et aux dispositions de sécurité, mais concernent également les qualifications physiques et techniques requises des personnes chargées de ces opérations.

Les avalanches sont déclenchées à partir d'hélicoptères soit en abaissant la charge sur une corde et en la faisant exploser au-dessus de la couverture de neige, soit en lâchant une charge avec sa mèche déjà allumée. Les hélicoptères utilisés doivent être spécialement adaptés et autorisés pour de telles opérations. En ce qui concerne l'exécution sécuritaire des opérations à bord, il doit y avoir une répartition stricte des responsabilités entre le pilote et le technicien de minage. La charge doit être correctement préparée et la longueur de fusible choisie selon qu'elle doit être abaissée ou lâchée. Pour des raisons de sécurité, deux détonateurs et deux fusées doivent être utilisés, comme dans le cas des autres méthodes. En règle générale, les charges individuelles contiennent entre 5 et 10 kg d'explosif. Plusieurs charges peuvent être abaissées ou abandonnées les unes après les autres au cours d'un vol opérationnel. Les détonations doivent être observées visuellement afin de vérifier qu'aucune n'a manqué de se déclencher.

Tous ces procédés de sautage nécessitent l'utilisation d'explosifs spéciaux, efficaces à froid et insensibles aux influences mécaniques. Les personnes affectées à l'exécution de ces opérations doivent être spécialement qualifiées et avoir l'expérience pertinente.

Les mesures de protection temporaires et permanentes contre les avalanches ont été conçues à l'origine pour des domaines d'application nettement différents. Les barrières permanentes coûteuses ont été principalement construites pour protéger les villages et les bâtiments en particulier contre les avalanches majeures. Les mesures de protection temporaires se limitaient à l'origine presque exclusivement à la protection des routes, des stations de ski et des équipements qui pouvaient être facilement fermés. De nos jours, la tendance est d'appliquer une combinaison des deux méthodes. Pour élaborer le programme de sécurité le plus efficace pour une zone donnée, il est nécessaire d'analyser en détail la situation qui prévaut afin de déterminer la méthode qui assurera la meilleure protection possible.

 

Retour

Les industries et les économies des nations dépendent, en partie, du grand nombre de matières dangereuses transportées du fournisseur à l'utilisateur et, finalement, à l'éliminateur de déchets. Les matières dangereuses sont transportées par route, rail, eau, air et pipeline. La grande majorité atteint leur destination en toute sécurité et sans incident. L'ampleur et l'étendue du problème sont illustrées par l'industrie pétrolière. Au Royaume-Uni, elle distribue environ 100 millions de tonnes de produits chaque année par pipeline, rail, route et eau. Environ 10 % des personnes employées par l'industrie chimique britannique travaillent dans la distribution (c'est-à-dire le transport et l'entreposage).

Une matière dangereuse peut être définie comme « une substance ou une matière jugée capable de présenter un risque déraisonnable pour la santé, la sécurité ou les biens lors de son transport ». Le « risque déraisonnable » couvre un large éventail de considérations liées à la santé, aux incendies et à l'environnement. Ces substances comprennent les explosifs, les gaz inflammables, les gaz toxiques, les liquides hautement inflammables, les liquides inflammables, les solides inflammables, les substances qui deviennent dangereuses lorsqu'elles sont mouillées, les substances oxydantes et les liquides toxiques.

Les risques découlent directement d'un rejet, d'une inflammation, etc., de la ou des substances dangereuses transportées. Les menaces routières et ferroviaires sont celles qui pourraient donner lieu à des accidents majeurs « qui pourraient toucher à la fois les salariés et les personnes du public ». Ces dangers peuvent survenir lorsque les matériaux sont chargés ou déchargés ou sont en route. La population à risque comprend les personnes vivant à proximité de la route ou de la voie ferrée et les personnes à bord d'autres véhicules routiers ou trains qui pourraient être impliquées dans un accident majeur. Les zones à risque comprennent les points d'arrêt temporaires tels que les gares de triage ferroviaires et les aires de stationnement des camions aux points de service autoroutiers. Les risques maritimes sont ceux liés aux navires entrant ou sortant des ports et y chargeant ou déchargeant des cargaisons ; les risques découlent également du trafic côtier et des détroits et des voies navigables intérieures.

La gamme d'incidents qui peuvent survenir en association avec le transport à la fois pendant le transit et dans les installations fixes comprend la surchauffe chimique, le déversement, la fuite, l'échappement de vapeur ou de gaz, l'incendie et l'explosion. Deux des principaux événements causant des incidents sont les collisions et les incendies. Pour les camions-citernes, d'autres causes de rejet peuvent être des fuites au niveau des vannes et un remplissage excessif. En règle générale, pour les véhicules routiers et ferroviaires, les incendies sans collision sont beaucoup plus fréquents que les incendies avec collision. Ces incidents liés au transport peuvent se produire dans les zones rurales, urbaines industrielles et résidentielles urbaines, et peuvent impliquer à la fois des véhicules ou des trains avec et sans surveillance. Ce n'est que dans une minorité de cas qu'un accident est la cause principale de l'incident.

Le personnel d'urgence doit être conscient de la possibilité d'exposition humaine et de contamination par une substance dangereuse lors d'accidents impliquant des voies ferrées et des gares de triage, des routes et des terminaux de fret, des navires (à la fois maritimes et terrestres) et des entrepôts riverains associés. Les pipelines (à la fois les systèmes de distribution longue distance et locaux) peuvent constituer un danger en cas de dommages ou de fuites, isolément ou en association avec d'autres incidents. Les incidents de transport sont souvent plus dangereux que ceux qui surviennent dans des installations fixes. Les matériaux impliqués peuvent être inconnus, les panneaux d'avertissement peuvent être obscurcis par le renversement, la fumée ou les débris, et des agents bien informés peuvent être absents ou victimes de l'événement. Le nombre de personnes exposées dépend de la densité de la population, de jour comme de nuit, des proportions à l'intérieur et à l'extérieur, et de la proportion qui peut être considérée comme particulièrement vulnérable. En plus de la population qui se trouve normalement dans la zone, le personnel des services d'urgence qui assiste à l'accident est également à risque. Il n'est pas rare, lors d'un incident impliquant le transport de matières dangereuses, qu'une proportion importante des victimes fassent partie de ce personnel.

Au cours de la période de 20 ans allant de 1971 à 1990, environ 15 personnes ont été tuées sur les routes du Royaume-Uni à cause de produits chimiques dangereux, contre une moyenne annuelle de 5,000 XNUMX personnes dans des accidents de la route. Cependant, de petites quantités de marchandises dangereuses peuvent causer des dommages importants. Les exemples internationaux incluent:

  • Un avion s'est écrasé près de Boston, aux États-Unis, à cause d'une fuite d'acide nitrique.
  • Plus de 200 personnes ont été tuées lorsqu'un camion-citerne de propylène a explosé au-dessus d'un camping en Espagne.
  • Dans un accident ferroviaire impliquant 22 wagons de produits chimiques à Mississauga, au Canada, un camion-citerne contenant 90 tonnes de chlore s'est rompu et il y a eu une explosion et un grand incendie. Il n'y a pas eu de morts, mais 250,000 XNUMX personnes ont été évacuées.
  • Une collision ferroviaire le long de l'autoroute à Eccles, au Royaume-Uni, a fait trois morts et 68 blessés, mais aucun des graves incendies résultant des produits pétroliers transportés.
  • Un pétrolier est devenu incontrôlable à Herrborn, en Allemagne, incendiant une grande partie de la ville.
  • À Peterborough, au Royaume-Uni, un véhicule transportant des explosifs a tué une personne et a failli détruire un centre industriel.
  • Un pétrolier a explosé à Bangkok, en Thaïlande, tuant un grand nombre de personnes.

 

Le plus grand nombre d'incidents graves sont survenus avec des gaz ou des liquides inflammables (partiellement liés aux volumes déplacés), avec quelques incidents dus à des gaz toxiques et à des fumées toxiques (y compris des produits de combustion).

Des études au Royaume-Uni ont montré ce qui suit pour le transport routier :

  • fréquence d'accident lors du transport de matières dangereuses : 0.12 x 10-6/ km
  • fréquence de dégagement lors du transport de matières dangereuses : 0.027 x 10-6/ km
  • probabilité d'un rejet compte tenu d'un accident de la circulation : 3.3 %.

 

Ces événements ne sont pas synonymes d'incidents impliquant des matières dangereuses impliquant des véhicules et peuvent ne constituer qu'une faible proportion de ces derniers. Il y a aussi l'individualité des accidents impliquant le transport routier de matières dangereuses.

Les accords internationaux couvrant le transport de matières potentiellement dangereuses comprennent :

Réglementation pour la sécurité du transport des matières radioactives 1985 (telle que modifiée en 1990): Agence internationale de l'énergie atomique, Vienne, 1990 (STI/PUB/866). Leur but est d'établir des normes de sûreté qui assurent un niveau acceptable de contrôle des risques radiologiques pour les personnes, les biens et l'environnement associés au transport de matières radioactives.

La Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer 1974 (SOLAS74). Celle-ci établit des normes de sécurité de base pour tous les navires à passagers et cargos, y compris les navires transportant des cargaisons en vrac dangereuses.

La Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires de 1973, telle que modifiée par le Protocole de 1978 (MARPOL 73/78). Celui-ci prévoit des réglementations pour la prévention de la pollution par les hydrocarbures, les substances liquides nocives en vrac, les polluants emballés ou dans des conteneurs de fret, les citernes mobiles ou les wagons routiers et ferroviaires, les eaux usées et les ordures. Les exigences réglementaires sont amplifiées dans le Code maritime international des marchandises dangereuses.

Il existe un ensemble important de réglementations internationales sur le transport de substances nocives par voie aérienne, ferroviaire, routière et maritime (converties en législation nationale dans de nombreux pays). La plupart sont basés sur des normes parrainées par les Nations Unies et couvrent les principes d'identification, d'étiquetage, de prévention et d'atténuation. Le Comité d'experts des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses a produit Recommandations sur le transport de marchandises dangereuses. Elles s'adressent aux gouvernements et aux organisations internationales concernées par la réglementation du transport des marchandises dangereuses. Entre autres aspects, les recommandations portent sur les principes de classification et les définitions des classes, la liste du contenu des marchandises dangereuses, les exigences générales d'emballage, les procédures d'essai, la fabrication, l'étiquetage ou le placardage et les documents de transport. Ces recommandations – le « Livre orange » – n'ont pas force de loi, mais sont à la base de toutes les réglementations internationales. Ces réglementations sont générées par différents organismes :

  • l'Organisation de l'aviation civile internationale : Instructions techniques pour un transport sûr des marchandises dangereuses par voie aérienne (C'est)
  • l'Organisation maritime internationale : Code maritime international des marchandises dangereuses (Code IMDG)
  • la Communauté économique européenne : L'Accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route (ADR)
  • l'Office des Transports Ferroviaires Internationaux : Règlement concernant le transport international ferroviaire des marchandises dangereuses (DÉBARRASSER).

 

L'élaboration de plans d'urgence majeurs pour faire face et atténuer les effets d'un accident majeur mettant en cause des matières dangereuses est autant nécessaire dans le domaine des transports que pour les installations fixes. La tâche de planification est rendue plus difficile dans la mesure où l'emplacement d'un incident ne sera pas connu à l'avance, ce qui nécessite une planification flexible. Les substances impliquées dans un accident de transport ne sont pas prévisibles. En raison de la nature de l'incident, un certain nombre de produits peuvent être mélangés sur les lieux, causant des problèmes considérables aux services d'urgence. L'incident peut se produire dans une zone fortement urbanisée, éloignée et rurale, fortement industrialisée ou commercialisée. Un facteur supplémentaire est la population de passage qui peut être impliquée sans le savoir dans un événement parce que l'accident a causé un arriéré de véhicules sur la voie publique ou là où des trains de voyageurs sont arrêtés en réponse à un incident ferroviaire.

Il est donc nécessaire d'élaborer des plans locaux et nationaux pour répondre à de tels événements. Celles-ci doivent être simples, flexibles et facilement compréhensibles. Comme des accidents de transport majeurs peuvent se produire dans une multiplicité d'endroits, le plan doit être adapté à toutes les scènes potentielles. Pour que le plan fonctionne efficacement à tout moment, et dans les zones rurales éloignées et urbaines fortement peuplées, toutes les organisations contribuant à la réponse doivent avoir la capacité de maintenir une flexibilité tout en se conformant aux principes de base de la stratégie globale.

Les premiers intervenants doivent obtenir autant d'informations que possible pour tenter d'identifier le danger en cause. Que l'incident soit un déversement, un incendie, un rejet toxique ou une combinaison de ceux-ci déterminera les réponses. Les systèmes de marquage nationaux et internationaux utilisés pour identifier les véhicules transportant des substances dangereuses et transportant des colis dangereux doivent être connus des services d'urgence, qui doivent avoir accès à l'une des nombreuses bases de données nationales et internationales qui peuvent aider à identifier le danger et les problèmes associés avec ça.

Un contrôle rapide de l'incident est vital. La chaîne de commandement doit être clairement identifiée. Cela peut changer au cours de l'événement, des services d'urgence à la police en passant par le gouvernement civil de la zone touchée. Le plan doit être en mesure de reconnaître l'effet sur la population, à la fois ceux qui travaillent ou résident dans la zone potentiellement touchée et ceux qui peuvent être de passage. Des sources d'expertise sur les questions de santé publique doivent être mobilisées pour donner des conseils à la fois sur la gestion immédiate de l'incident et sur le potentiel d'effets directs à plus long terme sur la santé et indirects tout au long de la chaîne alimentaire. Des points de contact pour obtenir des conseils sur la pollution environnementale des cours d'eau, etc., et l'effet des conditions météorologiques sur le mouvement des nuages ​​de gaz doivent être identifiés. Les plans doivent identifier la possibilité d'évacuation comme l'une des mesures d'intervention.

Cependant, les propositions doivent être flexibles, car il peut y avoir une gamme de coûts et d'avantages, tant en termes de gestion des incidents qu'en termes de santé publique, qui devront être pris en compte. Les dispositions doivent décrire clairement la politique relative à l'information complète des médias et les mesures prises pour en atténuer les effets. Les informations doivent être exactes et opportunes, le porte-parole connaissant la réponse globale et ayant accès à des experts pour répondre aux demandes spécialisées. De mauvaises relations avec les médias peuvent perturber la gestion de l'événement et entraîner des commentaires défavorables et parfois injustifiés sur le traitement global de l'épisode. Tout plan doit inclure des simulations d'exercices adéquates en cas de catastrophe. Ceux-ci permettent aux intervenants et aux gestionnaires d'un incident de connaître les forces et les faiblesses personnelles et organisationnelles de chacun. Des exercices sur table et physiques sont nécessaires.

Bien que la littérature traitant des déversements de produits chimiques soit abondante, seule une partie mineure décrit les conséquences écologiques. La plupart concernent des études de cas. Les descriptions de déversements réels se sont concentrées sur les problèmes de santé et de sécurité humaines, les conséquences écologiques n'étant décrites qu'en termes généraux. Les produits chimiques pénètrent dans l'environnement principalement par la phase liquide. Dans quelques cas seulement, les accidents ayant des conséquences écologiques ont également affecté les êtres humains immédiatement, et les effets sur l'environnement n'ont pas été causés par des produits chimiques identiques ou par des voies de rejet identiques.

Les contrôles visant à prévenir les risques pour la santé et la vie humaines liés au transport de matières dangereuses comprennent les quantités transportées, la direction et le contrôle des moyens de transport, l'itinéraire, ainsi que l'autorité sur les points d'échange et de concentration et les développements à proximité de ces zones. Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur les critères de risque, la quantification du risque et l'équivalence du risque. Le Health and Safety Executive du Royaume-Uni a mis au point un service de données sur les incidents majeurs (MHIDAS) en tant que base de données des incidents chimiques majeurs dans le monde. Il détient actuellement des informations sur plus de 6,000 XNUMX incidents.


Étude de cas : Transport de matières dangereuses

Un camion-citerne articulé transportant environ 22,000 XNUMX litres de toluène circulait sur une artère principale qui traverse Cleveland, au Royaume-Uni. Une voiture s'est arrêtée sur la trajectoire du véhicule et, alors que le chauffeur du camion prenait des mesures d'évitement, le camion-citerne s'est renversé. Les couvercles d'homme des cinq compartiments se sont ouverts et du toluène s'est répandu sur la chaussée et s'est enflammé, provoquant un feu de nappe. Cinq voitures circulant sur la chaussée opposée ont été impliquées dans l'incendie mais tous les occupants se sont échappés.

Les pompiers sont arrivés cinq minutes après avoir été appelés. Du liquide brûlant avait pénétré dans les égouts et des incendies d'égouts étaient évidents à environ 400 m de l'incident principal. Le plan d'urgence du comté a été mis en œuvre, les services sociaux et les transports publics étant mis en alerte en cas d'évacuation. L'action initiale des pompiers s'est concentrée sur l'extinction des feux de voitures et la recherche des occupants. La tâche suivante consistait à identifier un approvisionnement en eau adéquat. Un membre de l'équipe de sécurité de l'entreprise chimique est arrivé pour se coordonner avec la police et les pompiers. Étaient également présents le personnel du service d'ambulance et des offices de la santé environnementale et de l'eau. Après consultation, il a été décidé de laisser brûler le toluène qui s'échappait plutôt que d'éteindre l'incendie et de laisser le produit chimique émettre des vapeurs. La police a diffusé des avertissements sur une période de quatre heures en utilisant la radio nationale et locale, conseillant aux gens de rester à l'intérieur et de fermer leurs fenêtres. La route a été fermée pendant huit heures. Lorsque le toluène est tombé sous le niveau des couvercles d'homme, l'incendie a été éteint et le toluène restant a été retiré de la citerne. L'incident s'est terminé environ 13 heures après l'accident.

Des dommages potentiels aux humains existaient à cause du rayonnement thermique; à l'environnement, de la pollution de l'air, du sol et de l'eau ; et à l'économie, des perturbations du trafic. Le plan de l'entreprise qui existait pour un tel incident de transport a été activé en 15 minutes, avec cinq personnes présentes. Un plan départemental hors site existait et a été mis en place avec la mise en place d'un centre de contrôle impliquant la police et les pompiers. La mesure de la concentration mais pas la prédiction de la dispersion a été effectuée. L'intervention des sapeurs-pompiers a impliqué plus de 50 personnes et une dizaine d'appareils, dont les principales actions ont été la lutte contre l'incendie, le lavage et la rétention des déversements. Plus de 40 policiers ont été commis dans le sens de la circulation, avertissant le public, la sécurité et le contrôle de la presse. L'intervention des services de santé comprenait deux ambulances et deux membres du personnel médical sur place. La réaction du gouvernement local concernait la santé environnementale, les transports et les services sociaux. Le public a été informé de l'incident par haut-parleurs, radio et bouche à oreille. Les informations portaient sur ce qu'il fallait faire, en particulier sur la mise à l'abri à l'intérieur.

Le résultat pour les humains a été deux admissions dans un seul hôpital, un membre du public et un employé de l'entreprise, tous deux blessés dans l'accident. Il y avait une pollution de l'air notable, mais seulement une légère contamination du sol et de l'eau. D'un point de vue économique, il y a eu des dommages importants à la route et d'importants retards de circulation, mais aucune perte de récoltes, de bétail ou de production. Les leçons apprises comprenaient la valeur de la récupération rapide des informations du système Chemdata et la présence d'un expert technique de l'entreprise permettant de prendre des mesures immédiates correctes. L'importance des communiqués de presse conjoints des intervenants a été soulignée. Il faut tenir compte de l'impact environnemental de la lutte contre les incendies. Si l'incendie avait été combattu dans les phases initiales, une quantité considérable de liquide contaminé (eau d'incendie et toluène) aurait potentiellement pu pénétrer dans les égouts, les réserves d'eau et le sol.


 

 

 

Retour

Vendredi, Février 25 2011 17: 12

Accidents radiologiques

Description, sources, mécanismes

Outre le transport de matières radioactives, il existe trois contextes dans lesquels des accidents radiologiques peuvent survenir :

  • utilisation de réactions nucléaires pour produire de l'énergie ou des armes, ou à des fins de recherche
  • applications industrielles des rayonnements (radiographie gamma, irradiation)
  • recherche et médecine nucléaire (diagnostic ou thérapie).

 

Les accidents radiologiques peuvent être classés en deux groupes selon qu'il y a ou non émission ou dispersion de radionucléides dans l'environnement ; chacun de ces types d'accidents touche des populations différentes.

L'importance et la durée du risque d'exposition pour la population générale dépendent de la quantité et des caractéristiques (demi-vie, propriétés physiques et chimiques) des radionucléides émis dans l'environnement (tableau 1). Ce type de contamination survient lors de la rupture des barrières de confinement des centrales nucléaires ou des sites industriels ou médicaux qui séparent les matières radioactives de l'environnement. En l'absence d'émissions dans l'environnement, seuls les travailleurs présents sur le site ou manipulant des équipements ou des matières radioactives sont exposés.

Tableau 1. Radionucléides typiques, avec leurs demi-vies radioactives

radionucléides

Symbole

Rayonnement émis

Demi-vie physique*

Demi-vie biologique
après constitution
*

Baryum-133

Ba-133

γ

10.7 an(s)

65 d

Cérium-144

Ce 144

β, γ

284 d

263 d

Césium-137

CS-137

β, γ

30 an(s)

109 d

Cobalt-60

Co-60

β, γ

5.3 an(s)

1.6 an(s)

Iode-131

I-131

β, γ

8 d

7.5 d

Plutonium-239

Pu-239

α, γ

24,065 an(s)

50 an(s)

Polonium-210

Po-210

α

138 d

27 d

Strontium-90

Sr-90

β

29.1 an(s)

18 an(s)

Tritium

H-3

β

12.3 ans

10 j

* y = années ; j = jours.

L'exposition aux rayonnements ionisants peut se faire par trois voies, que la population cible soit composée de travailleurs ou du grand public : irradiation externe, irradiation interne et contamination de la peau et des plaies.

L'irradiation externe se produit lorsque des individus sont exposés à une source de rayonnement extracorporelle, ponctuelle (radiothérapie, irradiateurs) ou diffuse (nuages ​​radioactifs et retombées accidentelles, figure 1). L'irradiation peut être locale, n'impliquant qu'une partie du corps ou tout le corps.

Figure 1. Voies d'exposition aux rayonnements ionisants après un rejet accidentel de radioactivité dans l'environnement

DIS080F1

Le rayonnement interne se produit suite à l'incorporation de substances radioactives dans le corps (figure 1) soit par l'inhalation de particules radioactives en suspension dans l'air (par exemple, le césium-137 et l'iode-131, présents dans le nuage de Tchernobyl) soit par l'ingestion de matières radioactives dans la chaîne alimentaire (par exemple , iode-131 dans le lait). L'irradiation interne peut affecter tout le corps ou seulement certains organes, selon les caractéristiques des radionucléides : le césium 137 se répartit de manière homogène dans tout l'organisme, tandis que l'iode 131 et le strontium 90 se concentrent respectivement dans la thyroïde et les os.

Enfin, l'exposition peut également se produire par contact direct de matières radioactives avec la peau et les plaies.

Accidents impliquant des centrales nucléaires

Les sites inclus dans cette catégorie comprennent les centrales électriques, les réacteurs expérimentaux, les installations de production et de traitement ou de retraitement du combustible nucléaire et les laboratoires de recherche. Les sites militaires comprennent des réacteurs surgénérateurs au plutonium et des réacteurs situés à bord de navires et de sous-marins.

Centrales nucléaires

La capture de l'énergie thermique émise par la fission atomique est à la base de la production d'électricité à partir de l'énergie nucléaire. Schématiquement, les centrales nucléaires peuvent être considérées comme comprenant : (1) un cœur, contenant la matière fissile (pour les réacteurs à eau sous pression, 80 à 120 tonnes d'oxyde d'uranium) ; (2) équipements de transfert de chaleur incorporant des fluides caloporteurs; (3) des équipements capables de transformer l'énergie thermique en électricité, similaires à ceux que l'on trouve dans les centrales non nucléaires.

Les surtensions fortes et soudaines susceptibles de provoquer la fusion du cœur avec émission de produits radioactifs sont les principaux dangers de ces installations. Trois accidents avec fusion du cœur du réacteur se sont produits : à Three Mile Island (1979, Pennsylvanie, États-Unis), à Tchernobyl (1986, Ukraine) et à Fukushima (2011, Japon) [édité, 2011].

L'accident de Tchernobyl a été ce qu'on appelle un accident de criticité- c'est-à-dire une augmentation soudaine (en l'espace de quelques secondes) de la fission entraînant une perte de contrôle du processus. Dans ce cas, le cœur du réacteur a été complètement détruit et des quantités massives de matières radioactives ont été émises (tableau 2). Les émissions ont atteint une hauteur de 2 km, favorisant leur dispersion sur de longues distances (en fait, tout l'hémisphère Nord). Le comportement du nuage radioactif s'est avéré difficile à analyser, en raison des changements météorologiques au cours de la période d'émission (figure 2) (IAEA 1991).

Tableau 2. Comparaison des différents accidents nucléaires

Accident

Type d'établissement

Accident
mécanisme

Total émis
radioactivité (GBq)

Durée
d'émission

Principal émis
radionucléides

Collective
dose (hSv)

Khychtym 1957

Stockage de haute-
scission d'activité
Annonces

Explosion chimique

740x106

Presque
instantané

Strontium-90

2,500

Échelle de vent 1957

Plutonium-
production
réacteur

Incendie

7.4x106

Environ
23 heures

Iode-131, polonium-210,
césium-137

2,000

Three Mile Island
1979

REP industriel
réacteur

Panne de liquide de refroidissement

555

?

Iode-131

16-50

Tchernobyl 1986

RBMK industriel 
réacteur

Critiquement

3,700x106

Plus de 10 jours

Iode-131, iode-132, 
césium-137, césium-134, 
strontium-89, strontium-90

600,000

Fukushima 2011

 

Le rapport final de la Fukushima Assessment Task Force sera soumis en 2013.

 

 

 

 

 

Source : UNSCEAR 1993.

Figure 2. Trajectoire des émissions de l'accident de Tchernobyl, 26 avril-6 mai 1986

DIS080F2

Des cartes de contamination ont été établies à partir des mesures environnementales du césium 137, l'un des principaux produits d'émission radioactifs (tableau 1 et tableau 2). Des régions d'Ukraine, de Biélorussie (Biélorussie) et de Russie ont été fortement contaminées, tandis que les retombées dans le reste de l'Europe ont été moins importantes (figure 3 et figure 4 (UNSCEAR 1988). Le tableau 3 présente des données sur la superficie des zones contaminées, les caractéristiques des populations exposées et voies d'exposition.

Figure 3. Dépôt de césium 137 en Biélorussie, Russie et Ukraine suite à l'accident de Tchernobyl.

DIS080F3

Figure 4. Retombées de césium 137 (kBq/km2) en Europe suite à l'accident de Tchernobyl

 DIS080F4

Tableau 3. Superficie des zones contaminées, types de populations exposées et modes d'exposition en Ukraine, Biélorussie et Russie suite à l'accident de Tchernobyl

Type de population

Superficie ( km2 )

Taille de la population (000)

Principaux modes d'exposition

Populations professionnellement exposées :

Employés sur place à
le temps de la
accident
Sapeurs pompiers
(PREMIERS SECOURS)





Nettoyage et secours
ouvriers*


 

≈0.44


≈0.12






600-800



Irradiation externe,
inhalation, peau
Contamination
des endommagés
réacteur, fragments
du réacteur
dispersés à travers
le site, radioactif
vapeurs et poussières

Irradiation externe,
inhalation, peau
Contamination

Tarif normal : XNUMX€ (avant le XNUMX avril) - XNUMX€ (après le XNUMX avril).

Évacué du
zone interdite dans
les premiers jours



Les résidents de 
souillé**
zones
( Mbq/m2 ) - ( Ci/km2 )
>1.5 (>40)
0.6–1.5 (15–40)
0.2–0.6 (5–15)
0.04–0.2 (1–5)
Résidents des autres zones <0.04mbq/m2











3,100
7,200
17,600
103,000

115









33
216
584
3,100
280,000

Irradiation externe par
le nuage, inhalation
de radioactif
éléments présents
dans le nuage

Rayonnement externe de
retombées, ingestion de
souillé
Annonces




Irradiation externe
par retombées, ingestion
de contaminés
Annonces

* Individus participant au nettoyage dans un rayon de 30 km autour du site. Il s'agit notamment des pompiers, militaires, techniciens et ingénieurs intervenus les premières semaines, ainsi que des médecins et chercheurs actifs ultérieurement.

** Contamination au césium 137.

Source : UNSCEAR 1988 ; AIEA 1991.

 

L'accident de Three Mile Island est classé comme un accident thermique sans emballement du réacteur et résulte d'une défaillance du caloporteur du cœur du réacteur de plusieurs heures. L'enveloppe de confinement a permis de n'émettre dans l'environnement qu'une quantité limitée de matières radioactives, malgré la destruction partielle du cœur du réacteur (tableau 2). Bien qu'aucun ordre d'évacuation n'ait été émis, 200,000 XNUMX habitants ont volontairement évacué la zone.

Enfin, un accident impliquant un réacteur de production de plutonium s'est produit sur la côte ouest de l'Angleterre en 1957 (Windscale, tableau 2). Cet accident a été causé par un incendie dans le cœur du réacteur et a entraîné des émissions dans l'environnement à partir d'une cheminée de 120 mètres de haut.

Installations de traitement du combustible

Les installations de production de combustible sont situées « en amont » des réacteurs nucléaires et sont le lieu d'extraction du minerai et de transformation physique et chimique de l'uranium en matière fissile utilisable dans les réacteurs (figure 5). Les principaux risques d'accident présents dans ces installations sont de nature chimique et liés à la présence d'hexafluorure d'uranium (UF6), un composé gazeux de l'uranium qui peut se décomposer au contact de l'air pour produire de l'acide fluorhydrique (HF), un gaz très corrosif.

Figure 5. Cycle de traitement du combustible nucléaire.

DIS080F5

Les installations « en aval » comprennent les usines de stockage et de retraitement du combustible. Quatre accidents de criticité se sont produits lors du retraitement chimique d'uranium enrichi ou de plutonium (Rodrigues 1987). Contrairement aux accidents survenus dans les centrales nucléaires, ces accidents impliquaient de petites quantités de matières radioactives - des dizaines de kilogrammes tout au plus - et n'entraînaient que des effets mécaniques négligeables et aucune émission de radioactivité dans l'environnement. L'exposition était limitée à une très forte dose et à très court terme (de l'ordre de quelques minutes) aux rayons gamma externes et à l'irradiation neutronique des travailleurs.

En 1957, un réservoir contenant des déchets hautement radioactifs a explosé dans la première installation de production de plutonium de qualité militaire de Russie, située à Khyshtym, dans le sud des montagnes de l'Oural. Plus de 16,000 XNUMX km2 ont été contaminés et 740 PBq (20 MCi) ont été émis dans l'atmosphère (tableau 2 et tableau 4).

Tableau 4. Superficie des zones contaminées et taille de la population exposée après l'accident de Khyshtym (Oural 1957), par contamination au strontium-90

Contamination (kBq/m2 )

( IC/km2 )

Superficie ( km2 )

Population

≥ 37,000

≥ 1,000

20

1,240

≥ 3,700

≥ 100

120

1,500

≥ 74

≥ 2

1,000

10,000

≥ 3.7

≥ 0.1

15,000

270,000

 

Réacteurs de recherche

Les risques dans ces installations sont similaires à ceux présents dans les centrales nucléaires, mais sont moins graves, compte tenu de la production d'électricité plus faible. Plusieurs accidents de criticité impliquant une irradiation importante du personnel se sont produits (Rodrigues 1987).

Accidents liés à l'utilisation de sources radioactives dans l'industrie et la médecine (hors centrales nucléaires) (Zerbib 1993)

L'accident de ce type le plus courant est la perte de sources radioactives issues de la radiographie gamma industrielle, utilisée par exemple pour le contrôle radiographique des joints et des soudures. Cependant, des sources radioactives peuvent également être perdues à partir de sources médicales (tableau 5). Dans les deux cas, deux scénarios sont possibles : la source peut être ramassée et conservée par une personne pendant plusieurs heures (par exemple, dans une poche), puis signalée et restituée, ou elle peut être récupérée et ramenée à la maison. Alors que le premier scénario provoque des brûlures locales, le second peut entraîner une irradiation à long terme de plusieurs membres du grand public.

Tableau 5. Accidents impliquant la perte de sources radioactives et ayant entraîné une exposition du grand public

Pays (année)

nombre de
exposé
individus

nombre de
exposé
individus
recevoir haut
doses
*

Nombre de morts**

Matière radioactive impliquée

Mexique (1962)

?

5

4

Cobalt-60

Chine (1963)

?

6

2

Cobalt 60

Algérie (1978)

22

5

1

Iridium-192

Maroc (1984)

?

11

8

Iridium-192

Mexique
(Juárez, 1984)

≈4,000

5

0

Cobalt-60

Brasil
(Goiania, 1987)

249

50

4

Césium-137

Chine
(Xinhou, 1992)

≈90

12

3

Cobalt-60

États-Unis
(Indiana, 1992)

≈90

1

1

Iridium-192

* Personnes exposées à des doses capables de provoquer des effets aigus ou à long terme ou la mort.
** Chez les personnes recevant de fortes doses.

Source : Nénot 1993.

 

La récupération des sources radioactives des équipements de radiothérapie a entraîné plusieurs accidents impliquant l'exposition de ferrailleurs. Dans deux cas, les accidents de Juarez et de Goiânia, le grand public a également été exposé (voir tableau 5 et encadré ci-dessous).


L'accident de Goiânia, 1987

Entre le 21 septembre et le 28 septembre 1987, plusieurs personnes souffrant de vomissements, de diarrhées, de vertiges et de lésions cutanées à divers endroits du corps ont été admises à l'hôpital spécialisé dans les maladies tropicales de Goiânia, une ville d'un million d'habitants dans l'État brésilien de Goias . Ces problèmes ont été attribués à une maladie parasitaire courante au Brésil. Le 28 septembre, le médecin responsable de la surveillance sanitaire de la ville a vu une femme qui lui présentait un sac contenant des débris d'un appareil récupéré dans une clinique abandonnée, et une poudre qui émettait, selon la femme "une lumière bleue". Pensant que l'appareil était probablement un appareil à rayons X, le médecin a contacté ses collègues de l'hôpital des maladies tropicales. Le département de l'environnement de Goias a été averti et le lendemain, un physicien a pris des mesures dans la cour du département de l'hygiène, où le sac a été stocké pendant la nuit. Des niveaux de radioactivité très élevés ont été trouvés. Lors d'enquêtes ultérieures, la source de radioactivité a été identifiée comme étant une source de césium 137 (activité totale : environ 50 TBq (1,375 1985 Ci)) qui avait été contenue dans un équipement de radiothérapie utilisé dans une clinique abandonnée depuis 10. Le boîtier de protection entourant le césium avait été démonté le 1987 septembre 100,000 par deux ouvriers de la casse et la source de césium, sous forme de poudre, retirée. Tant le césium que les fragments d'habitations contaminés se sont progressivement dispersés dans toute la ville. Plusieurs personnes qui avaient transporté ou manipulé le matériel, ou qui étaient simplement venues le voir (dont des parents, des amis et des voisins) ont été contaminées. Au total, plus de 129 50 personnes ont été examinées, dont 14 très gravement contaminées ; 4 ont été hospitalisés (6 pour insuffisance médullaire), et 1, dont une fillette de 1000 ans, sont décédés. L'accident a eu des conséquences économiques et sociales dramatiques pour toute la ville de Goiânia et l'État de Goias : XNUMX/XNUMX de la superficie de la ville a été contaminée et les prix des produits agricoles, des loyers, de l'immobilier et des terres ont tous chuté. Les habitants de tout l'État ont subi une véritable discrimination.

Source : AIEA 1989a


L'accident de Juarez a été découvert par hasard (AIEA 1989b). Le 16 janvier 1984, un camion entrant dans le laboratoire scientifique de Los Alamos (Nouveau-Mexique, États-Unis) chargé de barres d'acier déclenche un détecteur de rayonnement. L'enquête a révélé la présence de cobalt-60 dans les barres et a retracé le cobalt-60 jusqu'à une fonderie mexicaine. Le 21 janvier, une casse fortement contaminée à Juarez a été identifiée comme la source des matières radioactives. La surveillance systématique des routes et autoroutes par des détecteurs a permis d'identifier un camion fortement contaminé. La source de rayonnement ultime a été déterminée comme étant un appareil de radiothérapie stocké dans un centre médical jusqu'en décembre 1983, date à laquelle il a été démonté et transporté à la casse. A la casse, le boîtier de protection entourant le cobalt 60 a été brisé, libérant les pastilles de cobalt. Une partie des granulés tombe dans le camion servant au transport de la ferraille, d'autres se dispersent dans la casse lors des opérations ultérieures, se mélangeant aux autres ferrailles.

Des accidents impliquant l'entrée de travailleurs dans des irradiateurs industriels actifs (par exemple, ceux utilisés pour conserver les aliments, stériliser les produits médicaux ou polymériser les produits chimiques) se sont produits. Dans tous les cas, ceux-ci ont été dus au non-respect des procédures de sécurité ou à des systèmes de sécurité et des alarmes déconnectés ou défectueux. Les niveaux de dose d'irradiation externe auxquels les travailleurs impliqués dans ces accidents ont été exposés étaient suffisamment élevés pour entraîner la mort. Les doses ont été reçues en quelques secondes ou minutes (tableau 6).

Tableau 6. Principaux accidents impliquant des irradiateurs industriels

Lieu, date

Équipement*

nombre de
victimes

Niveau d'exposition
et durée

Organes affectés
et tissus

Dose reçue (Gy),
site

Effets médicaux

Forbach, août 1991

EA

2

plusieurs déciGies/
seconde

Mains, tête, tronc

40, peau

Brûlures affectant 25 à 60 % des
zone du corps

Maryland, décembre 1991

EA

1

?

Mains

55, mains

Amputation bilatérale des doigts

Vietnam, novembre 1992

EA

1

1,000 XNUMX Gy/minute

Mains

1.5, corps entier

Amputation de la main droite et d'un doigt de la main gauche

Italie, mai 1975

CI

1

Plusieurs minutes

Tête, corps entier

8, moelle osseuse

Décès

San Salvador, février 1989

CI

3

?

Corps entier, jambes,
pieds

3–8, corps entier

2 amputations de jambe, 1 décès

Israël, juin 1990

CI

1

1 minute

Tête, corps entier

10-20

Décès

Bélarus, octobre 1991

CI

1

Plusieurs minutes

Tout le corps

10

Décès

* EA : accélérateur d'électrons CI : irradiateur au cobalt 60.

Source : Zerbib 1993 ; Nénot 1993.

 

Enfin, le personnel médical et scientifique préparant ou manipulant des sources radioactives peut être exposé par contamination de la peau et des plaies ou par inhalation ou ingestion de matières radioactives. Il convient de noter que ce type d'accident est également possible dans les centrales nucléaires.

Aspects de santé publique du problème

Modèles temporels

Le United States Radiation Accident Registry (Oak Ridge, États-Unis) est un registre mondial des accidents radiologiques impliquant des êtres humains depuis 1944. Pour être inclus dans le registre, un accident doit avoir fait l'objet d'un rapport publié et avoir entraîné des dommages au corps entier. exposition supérieure à 0.25 Sievert (Sv), ou exposition cutanée supérieure à 6 Sv ou exposition d'autres tissus et organes supérieure à 0.75 Sv (voir "Étude de cas : que signifie dose ?" pour une définition de dose). Les accidents qui présentent un intérêt du point de vue de la santé publique mais qui ont entraîné des expositions moindres sont ainsi exclus (voir ci-dessous pour une discussion sur les conséquences de l'exposition).

L'analyse des données du registre de 1944 à 1988 révèle une nette augmentation à la fois de la fréquence des accidents radiologiques et du nombre de personnes exposées à partir de 1980 (tableau 7). L'augmentation du nombre d'individus exposés s'explique probablement par l'accident de Tchernobyl, en particulier les quelque 135,000 30 individus résidant initialement dans la zone interdite à moins de 5 km du lieu de l'accident. Les accidents de Goiânia (Brésil) et de Juarez (Mexique) se sont également produits durant cette période et ont entraîné une exposition importante de nombreuses personnes (tableau XNUMX).

Tableau 7. Accidents radiologiques répertoriés dans le registre des accidents d'Oak Ridge (États-Unis) (monde entier, 1944-88)

 

1944-79

1980-88

1944-88

Nombre total d'accidents

98

198

296

Nombre de personnes impliquées

562

136,053

136,615

Nombre de personnes exposées à des doses dépassant
critères d'exposition*

306

24,547

24,853

Nombre de décès (effets aigus)

16

53

69

* 0.25 Sv pour l'exposition du corps entier, 6 Sv pour l'exposition cutanée, 0.75 Sv pour les autres tissus et organes.

 

Populations potentiellement exposées

Du point de vue de l'exposition aux rayonnements ionisants, il existe deux populations d'intérêt : les populations exposées professionnellement et le grand public. Le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR 1993) estime que 4 millions de travailleurs dans le monde ont été professionnellement exposés aux rayonnements ionisants au cours de la période 1985-1989; parmi ceux-ci, environ 20 % étaient employés dans la production, l'utilisation et le traitement du combustible nucléaire (tableau 8). On estime que les pays membres de l'AIEA possédaient 760 irradiateurs en 1992, dont 600 accélérateurs d'électrons et 160 irradiateurs gamma.

Tableau 8. Profil temporel de l'exposition professionnelle aux rayonnements ionisants dans le monde (en milliers)

Activités

1975-79

1980-84

1985-89

Traitement du combustible nucléaire*

560

800

880

Applications militaires**

310

350

380

Applications industrielles

530

690

560

Les applications médicales

1,280

1,890

2,220

Total

2,680

3,730

4,040

* Production et retraitement de combustible : 40,000 430,000 ; fonctionnement du réacteur : XNUMX XNUMX.
** dont 190,000 XNUMX membres du personnel de bord.

Source : UNSCEAR 1993.

 

Le nombre de sites nucléaires par pays est un bon indicateur du potentiel d'exposition du grand public (figure 6).

Figure 6. Répartition des réacteurs de production d'électricité et des usines de retraitement du combustible dans le monde, 1989-90

DIS080F6

Effets sur la santé

Effets directs sur la santé des rayonnements ionisants

En général, les effets des rayonnements ionisants sur la santé sont bien connus et dépendent du niveau de dose reçu et du débit de dose (dose reçue par unité de temps (voir « Étude de cas : que signifie dose ? »).

Effets déterministes

Celles-ci surviennent lorsque la dose dépasse un seuil donné et que le débit de dose est élevé. La sévérité des effets est proportionnelle à la dose, bien que le seuil de dose soit spécifique à l'organe (tableau 9).

Tableau 9. Effets déterministes : seuils pour certains organes

Tissu ou effet

Dose unique équivalente
reçu à l'orgue (Sv)

Testicules :

Stérilité temporaire

0.15

Stérilité permanente

3.5-6.0

Ovaires:

Stérilité

2.5-6.0

Des vers crystallins:

Opacités détectables

0.5-2.0

Troubles visuels (cataractes)

5.0

Moelle:

Dépression de l'hémopoïèse

0.5

Source : CIPR 1991.

Dans les accidents tels que ceux évoqués ci-dessus, des effets déterministes peuvent être causés par une irradiation locale intense, telle que celle provoquée par une irradiation externe, un contact direct avec une source (par exemple, une source mal placée ramassée et empochée) ou une contamination cutanée. Tout cela entraîne des brûlures radiologiques. Si la dose locale est de l'ordre de 20 à 25 Gy (tableau 6, « Étude de cas : que signifie dose ? ») une nécrose tissulaire peut s'ensuivre. Un syndrome connu sous le nom de syndrome d'irradiation aiguë, caractérisée par des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées) et une aplasie médullaire de sévérité variable, peut être induite lorsque la dose moyenne d'irradiation corps entier dépasse 0.5 Gy. Il convient de rappeler que l'irradiation du corps entier et l'irradiation locale peuvent se produire simultanément.

Neuf des 60 travailleurs exposés lors d'accidents de criticité dans des usines de traitement de combustible nucléaire ou des réacteurs de recherche sont décédés (Rodrigues 1987). Les personnes décédées ont reçu de 3 à 45 Gy, tandis que les survivants ont reçu de 0.1 à 7 Gy. Les effets suivants ont été observés chez les survivants : syndrome aigu d'irradiation (effets gastro-intestinaux et hématologiques), cataractes bilatérales et nécrose des membres, nécessitant une amputation.

À Tchernobyl, le personnel de la centrale électrique, ainsi que le personnel d'intervention d'urgence n'utilisant pas d'équipement de protection spécial, ont été fortement exposés aux rayonnements bêta et gamma dans les premières heures ou les premiers jours suivant l'accident. Cinq cents personnes ont dû être hospitalisées; 237 personnes ayant reçu une irradiation du corps entier ont présenté un syndrome d'irradiation aiguë et 28 personnes sont décédées malgré le traitement (tableau 10) (UNSCEAR 1988). D'autres ont reçu une irradiation locale des membres, affectant dans certains cas plus de 50 % de la surface corporelle et continuent de souffrir, de nombreuses années plus tard, de multiples affections cutanées (Peter, Braun-Falco et Birioukov 1994).

Tableau 10. Répartition des patients présentant un syndrome aigu d'irradiation (AIS) après l'accident de Tchernobyl, selon la gravité de l'état

Gravité de l'AIS

Dose équivalente
(Gy)

nombre de
sujets

nombre de
décès (%)

Survie moyenne
période (jours)

I

1-2

140

-

-

II

2-4

55

1 (1.8)

96

III

4-6

21

7 (33.3)

29.7

IV

>6

21

20 (95.2)

26.6

Source : UNSCEAR 1988.

Effets stochastiques

Ceux-ci sont de nature probabiliste (c'est-à-dire que leur fréquence augmente avec la dose reçue), mais leur gravité est indépendante de la dose. Les principaux effets stochastiques sont :

  • Mutation. Cela a été observé dans des expérimentations animales, mais a été difficile à documenter chez l'homme.
  • Cancer. L'effet de l'irradiation sur le risque de développer un cancer a été étudié chez des patients recevant une radiothérapie et chez des survivants des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki. L'UNSCEAR (1988, 1994) résume régulièrement les résultats de ces études épidémiologiques. La durée de la période de latence est généralement de 5 à 15 ans à compter de la date d'exposition selon l'organe et le tissu. Le tableau 11 liste les cancers pour lesquels une association avec les rayonnements ionisants a été établie. Des excès significatifs de cancer ont été démontrés chez les survivants des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki avec des expositions supérieures à 0.2 Sv.
  • Tumeurs bénignes sélectionnées. Adénomes thyroïdiens bénins.

 

Tableau 11. Résultats des études épidémiologiques de l'effet d'un haut débit de dose d'irradiation externe sur le cancer

Siège cancéreux

Hiroshima/Nagasaki

D'autres études
Nbre positif/
nombre total
1

 

Mortalité

Incidence

 

Système hématopoïétique

     

Leucémie

+*

+*

6/11

Lymphome (non spécifié)

+

 

0/3

Lymphome non hodgkinien

 

+*

1/1

Myélome

+

+

1/4

Cavité buccale

+

+

0/1

Glandes salivaires

 

+*

1/3

Système digestif

     

Œsophage

+*

+

2/3

Estomac

+*

+*

2/4

Intestin grêle

   

1/2

Côlon

+*

+*

0/4

Rectum

+

+

3/4

Foie

+*

+*

0/3

Vésicule biliaire

   

0/2

Pancréas

   

3/4

Système respiratoire

     

Larynx

   

0/1

Trachée, bronches, poumons

+*

+*

1/3

Peau

     

Non spécifié

   

1/3

Mélanome

   

0/1

Autres cancers

 

+*

0/1

Poitrine (femmes)

+*

+*

9/14

Système reproductif

     

Utérus (non spécifique)

+

+

2/3

Corps utérin

   

1/1

Ovaires

+*

+*

2/3

D'autres femmes)

   

2/3

Prostate

+

+

2/2

Système urinaire

     

Vessie

+*

+*

3/4

Reins

   

0/3

Autre

   

0/1

Système nerveux central

+

+

2/4

Thyroïde

 

+*

4/7

Greffe Osseuse

   

2/6

Tissu conjonctif

   

0/4

Tous les cancers, hors leucémies

   

1/2

+ Sites de cancer étudiés chez les survivants d'Hiroshima et de Nagasaki.
* Association positive avec les rayonnements ionisants.
1 Études de cohorte (incidence ou mortalité) ou cas-témoins.

Source : UNSCEAR 1994.

 

Deux points importants concernant les effets des rayonnements ionisants restent controversés.

Premièrement, quels sont les effets des irradiations à faible dose (inférieures à 0.2 Sv) et des faibles débits de dose ? La plupart des études épidémiologiques ont examiné des survivants des attentats d'Hiroshima et de Nagasaki ou des patients recevant une radiothérapie - populations exposées sur de très courtes périodes à des doses relativement élevées - et les estimations du risque de développer un cancer à la suite d'une exposition à de faibles doses et débits de dose dépendent essentiellement sur des extrapolations à partir de ces populations. Plusieurs études sur des travailleurs de centrales nucléaires, exposés à de faibles doses pendant plusieurs années, ont rapporté des risques de cancer pour la leucémie et d'autres cancers qui sont compatibles avec des extrapolations à partir de groupes fortement exposés, mais ces résultats restent non confirmés (UNSCEAR 1994 ; Cardis, Gilbert et Carpenter 1995).

Deuxièmement, y a-t-il une dose seuil (c'est-à-dire une dose en dessous de laquelle il n'y a pas d'effet) ? Ceci est actuellement inconnu. Des études expérimentales ont démontré que les dommages au matériel génétique (ADN) causés par des erreurs spontanées ou des facteurs environnementaux sont constamment réparés. Cependant, cette réparation n'est pas toujours efficace et peut entraîner une transformation maligne des cellules (UNSCEAR 1994).

Autres effets

Enfin, il faut noter la possibilité d'effets tératogènes dus à l'irradiation pendant la grossesse. Une microcéphalie et un retard mental ont été observés chez des enfants nés de femmes survivantes des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki qui ont reçu une irradiation d'au moins 0.1 Gy au cours du premier trimestre (Otake, Schull et Yoshimura 1989 ; Otake et Schull 1992). On ne sait pas si ces effets sont déterministes ou stochastiques, bien que les données suggèrent l'existence d'un seuil.

Effets observés suite à l'accident de Tchernobyl

L'accident de Tchernobyl est l'accident nucléaire le plus grave survenu à ce jour. Pourtant, aujourd'hui encore, dix ans après les faits, tous les effets sur la santé des populations les plus exposées n'ont pas été correctement évalués. Il y a plusieurs raisons à cela:

  • Certains effets n'apparaissent que plusieurs années après la date d'exposition : par exemple, les cancers des tissus solides mettent généralement 10 à 15 ans à apparaître.
  • Étant donné qu'un certain temps s'est écoulé entre l'accident et le début des études épidémiologiques, certains effets survenus dans la période initiale suivant l'accident peuvent ne pas avoir été détectés.
  • Les données utiles pour la quantification du risque de cancer n'étaient pas toujours recueillies en temps opportun. Ceci est particulièrement vrai pour les données nécessaires à l'estimation de l'exposition de la glande thyroïde aux iodures radioactifs émis lors de l'incident (tellure-132, iode-133) (Williams et al. 1993).
  • Enfin, de nombreux individus initialement exposés ont ensuite quitté les zones contaminées et ont probablement été perdus de vue.

 

Travailleurs. Actuellement, aucune information complète n'est disponible pour tous les travailleurs qui ont été fortement irradiés dans les premiers jours suivant l'accident. Des études sur le risque pour les agents de nettoyage et de secours de développer des leucémies et des cancers des tissus solides sont en cours (voir tableau 3). Ces études se heurtent à de nombreux obstacles. Le suivi régulier de l'état de santé des agents de nettoyage et de secours est fortement entravé par le fait que nombre d'entre eux viennent de différentes parties de l'ex-URSS et ont été réexpédiés après avoir travaillé sur le site de Tchernobyl. De plus, la dose reçue doit être estimée rétrospectivement, car il n'y a pas de données fiables pour cette période.

Population générale. Le seul effet vraisemblablement associé aux rayonnements ionisants dans cette population à ce jour est une augmentation, à partir de 1989, de l'incidence du cancer de la thyroïde chez les enfants de moins de 15 ans. Cela a été détecté en Biélorussie (Biélorussie) en 1989, seulement trois ans après l'incident, et a été confirmé par plusieurs groupes d'experts (Williams et al. 1993). L'augmentation a été particulièrement notable dans les zones les plus fortement contaminées du Bélarus, en particulier la région de Gomel. Alors que le cancer de la thyroïde était normalement rare chez les enfants de moins de 15 ans (taux d'incidence annuel de 1 à 3 par million), son incidence a décuplé à l'échelle nationale et vingt fois dans la région de Gomel (tableau 12, figure 7), (Stsjazhko et al. 1995). Une multiplication par dix de l'incidence du cancer de la thyroïde a ensuite été signalée dans les cinq zones les plus contaminées d'Ukraine, et une augmentation du cancer de la thyroïde a également été signalée dans la région de Bryansk (Russie) (tableau 12). Une augmentation chez les adultes est suspectée mais n'a pas été confirmée. Des programmes de dépistage systématique entrepris dans les régions contaminées ont permis de détecter les cancers latents présents avant l'accident ; les programmes échographiques capables de détecter des cancers de la thyroïde aussi petits que quelques millimètres ont été particulièrement utiles à cet égard. L'ampleur de l'augmentation de l'incidence chez les enfants, conjuguée à l'agressivité des tumeurs et à leur développement rapide, suggère que les augmentations observées des cancers de la glande thyroïde sont en partie dues à l'accident.

Tableau 12. Schéma temporel de l'incidence et du nombre total de cancers de la thyroïde chez les enfants au Bélarus, en Ukraine et en Russie, 1981-94

 

Incidence* (/100,000 XNUMX)

Nombre de cas

 

1981-85

1991-94

1981-85

1991-94

La Biélorussie

Le pays entier

0.3

3.06

3

333

Région de Gomel

0.5

9.64

1

164

Ukraine

Le pays entier

0.05

0.34

25

209

Cinq plus lourdement
zones contaminées

0.01

1.15

1

118

Russie

Le pays entier

?

?

?

?

Briansk et
Régions de Kalouga

0

1.00

0

20

* Incidence : rapport du nombre de nouveaux cas d'une maladie au cours d'une période donnée à la taille de la population étudiée au cours de la même période.

Source : Stsjazhko et al. 1995.

 

Figure 7. Incidence du cancer de la thyroïde chez les enfants de moins de 15 ans au Bélarus

DIS080F7

Dans les zones les plus contaminées (par exemple, la région de Gomel), les doses à la thyroïde étaient élevées, en particulier chez les enfants (Williams et al. 1993). Ceci est cohérent avec les importantes émissions d'iode associées à l'accident et le fait que l'iode radioactif, en l'absence de mesures préventives, se concentrera préférentiellement dans la glande thyroïde.

L'exposition aux radiations est un facteur de risque bien documenté du cancer de la thyroïde. Des augmentations nettes de l'incidence du cancer de la thyroïde ont été observées dans une douzaine d'études portant sur des enfants recevant une radiothérapie à la tête et au cou. Dans la plupart des cas, l'augmentation était nette 15 à 131 ans après l'exposition, mais était détectable dans certains cas dans les 1992 à XNUMX ans. En revanche, les effets chez les enfants de l'irradiation interne par l'iode XNUMX et par les isotopes de l'iode à demi-vie courte ne sont pas bien établis (Shore XNUMX).

L'ampleur et le schéma précis de l'augmentation dans les années à venir de l'incidence du cancer de la thyroïde dans les populations les plus exposées doivent être étudiés. Des études épidémiologiques actuellement en cours devraient permettre de quantifier l'association entre la dose reçue par la glande thyroïde et le risque de développer un cancer de la thyroïde, et d'identifier le rôle d'autres facteurs de risque génétiques et environnementaux. Il convient de noter que la carence en iode est très répandue dans les régions touchées.

Une augmentation de l'incidence des leucémies, en particulier des leucémies juvéniles (car les enfants sont plus sensibles aux effets des rayonnements ionisants), est à prévoir parmi les populations les plus exposées dans les cinq à dix ans suivant l'accident. Bien qu'une telle augmentation n'ait pas encore été constatée, les faiblesses méthodologiques des études menées à ce jour empêchent de tirer des conclusions définitives.

Effets psychosociaux

La survenue de troubles psychologiques chroniques plus ou moins sévères suite à un traumatisme psychologique est bien établie et a été étudiée principalement dans les populations confrontées à des catastrophes environnementales telles que les inondations, les éruptions volcaniques et les tremblements de terre. Le stress post-traumatique est une condition grave, durable et invalidante (APA 1994).

La plupart de nos connaissances sur l'effet des accidents radiologiques sur les problèmes psychologiques et le stress proviennent d'études menées à la suite de l'accident de Three Mile Island. Dans l'année suivant l'accident, des effets psychologiques immédiats ont été observés dans la population exposée, et les mères de jeunes enfants en particulier ont manifesté une sensibilité accrue, de l'anxiété et de la dépression (Bromet et al. 1982). De plus, une augmentation de la dépression et des problèmes liés à l'anxiété a été observée chez les travailleurs d'une centrale, comparativement aux travailleurs d'une autre centrale (Bromet et al. 1982). Dans les années suivantes (c'est-à-dire après la réouverture de la centrale), environ un quart de la population enquêtée a présenté des problèmes psychologiques relativement importants. Il n'y avait pas de différence dans la fréquence des problèmes psychologiques dans le reste de la population de l'enquête, par rapport aux populations témoins (Dew et Bromet 1993). Les problèmes psychologiques étaient plus fréquents chez les personnes vivant à proximité de la centrale qui n'avaient pas de réseau de soutien social, avaient des antécédents de problèmes psychiatriques ou avaient évacué leur domicile au moment de l'accident (Baum, Cohen et Hall 1993).

Des études sont également en cours auprès des populations exposées lors de l'accident de Tchernobyl et pour lesquelles le stress apparaît comme un enjeu de santé publique important (ex : agents de dépollution et de secours et individus vivant en zone contaminée). Cependant, il n'existe pas pour le moment de données fiables sur la nature, la gravité, la fréquence et la répartition des problèmes psychologiques dans les populations cibles. Parmi les facteurs à prendre en compte pour évaluer les conséquences psychologiques et sociales de l'accident sur les habitants des zones contaminées figurent la situation sociale et économique difficile, la diversité des systèmes d'indemnisation disponibles, les effets de l'évacuation et de la réinstallation (environ 100,000 XNUMX habitants supplémentaires personnes ont été réinstallées dans les années qui ont suivi l'accident) et les effets des limitations du mode de vie (par exemple, modification de l'alimentation).

Principes de prévention et lignes directrices

Principes et directives de sécurité

Utilisation industrielle et médicale des sources radioactives

S'il est vrai que les accidents radiologiques majeurs signalés se sont tous produits dans des centrales nucléaires, l'utilisation de sources radioactives dans d'autres contextes a néanmoins entraîné des accidents aux conséquences graves pour les travailleurs ou le grand public. La prévention de tels accidents est essentielle, notamment au regard du pronostic décevant en cas d'exposition à fortes doses. La prévention dépend de la formation appropriée des travailleurs et de la tenue d'un inventaire complet du cycle de vie des sources radioactives, qui comprend des informations sur la nature et l'emplacement des sources. L'AIEA a établi une série de lignes directrices et de recommandations de sûreté pour l'utilisation de sources radioactives dans l'industrie, la médecine et la recherche (Safety Series No. 102). Les principes en question sont similaires à ceux présentés ci-dessous pour les centrales nucléaires.

Sûreté dans les centrales nucléaires (IAEA Safety Series No. 75, INSAG-3)

L'objectif ici est de protéger à la fois les humains et l'environnement contre l'émission de matières radioactives en toutes circonstances. À cette fin, il est nécessaire d'appliquer diverses mesures tout au long de la conception, de la construction, de l'exploitation et du démantèlement des centrales nucléaires.

La sûreté des centrales nucléaires dépend fondamentalement du principe de « défense en profondeur », c'est-à-dire de la redondance des systèmes et dispositifs destinés à compenser les erreurs et déficiences techniques ou humaines. Concrètement, les matières radioactives sont séparées de l'environnement par une série de barrières successives. Dans les réacteurs de production d'énergie nucléaire, la dernière de ces barrières est la structure de confinement (absente sur le site de Tchernobyl mais présente à Three Mile Island). Pour éviter la rupture de ces barrières et limiter les conséquences des pannes, les trois mesures de sûreté suivantes doivent être pratiquées tout au long de la vie opérationnelle de la centrale : contrôle de la réaction nucléaire, refroidissement du combustible et confinement des matières radioactives.

Un autre principe de sécurité essentiel est « l'analyse de l'expérience d'exploitation », c'est-à-dire l'utilisation d'informations tirées d'événements, même mineurs, survenus sur d'autres sites pour accroître la sécurité d'un site existant. Ainsi, l'analyse des accidents de Three Mile Island et de Tchernobyl a conduit à la mise en œuvre de modifications visant à éviter que des accidents similaires ne se reproduisent ailleurs.

Enfin, notons que des efforts importants ont été déployés pour promouvoir une culture de sécurité, c'est-à-dire une culture toujours à l'écoute des préoccupations de sécurité liées à l'organisation, aux activités et aux pratiques de l'usine, ainsi qu'aux comportements individuels. Pour accroître la visibilité des incidents et accidents impliquant les centrales nucléaires, une échelle internationale des événements nucléaires (INES), identique dans son principe aux échelles utilisées pour mesurer la gravité des phénomènes naturels tels que les tremblements de terre et le vent, a été élaborée (tableau 12). Cette échelle n'est cependant pas adaptée à l'évaluation de la sûreté d'un site ou à la réalisation de comparaisons internationales.

Tableau 13. Échelle internationale des accidents nucléaires

Niveau

Offsite

Sur place

Structure de protection

7—Accident majeur

Émission majeure,
vaste santé
et de l'environnement
les effets

   

6—Accident grave

Émission importante,
peut nécessiter l'application de toutes les contre-mesures.

   

5—Accident

Émission limitée,
peut nécessiter
l'application de
quelques contre-
les mesures.

Dommages graves à
réacteurs et structures de protection

 

4—Accident

Faible émission, public
exposition approchant les limites d'exposition

Dommages aux réacteurs
et protecteur
structures, mortelles
exposition des travailleurs

 

3—Incident grave

Très faible émission,
exposition publique
inférieur aux limites d'exposition

Grave
niveau de contamination, effets graves sur
santé des travailleurs

Accident de peu évité

2—Incident

 

Contamination grave
niveau, surexposition des travailleurs

Manquements graves aux mesures de sécurité

1—Anomalie

   

Anomalie au-delà
limites fonctionnelles normales

0—Disparité

Aucune signification de
le point de vue de la sécurité

 

 

Principes de la protection du grand public contre l'exposition aux rayonnements

Dans les cas impliquant une exposition potentielle du grand public, il peut être nécessaire d'appliquer des mesures de protection destinées à prévenir ou à limiter l'exposition aux rayonnements ionisants ; ceci est particulièrement important si l'on veut éviter les effets déterministes. Les premières mesures à appliquer en cas d'urgence sont l'évacuation, la mise à l'abri et l'administration d'iode stable. L'iode stable doit être distribué aux populations exposées, car cela saturera la thyroïde et inhibera son absorption d'iode radioactif. Cependant, pour être efficace, la saturation de la thyroïde doit se produire avant ou peu après le début de l'exposition. Enfin, la réinstallation temporaire ou permanente, la décontamination et le contrôle de l'agriculture et de l'alimentation peuvent éventuellement être nécessaires.

Chacune de ces contre-mesures a son propre « niveau d'action » (tableau 14), à ne pas confondre avec les limites de dose de la CIPR pour les travailleurs et le grand public, élaborées pour assurer une protection adéquate en cas d'exposition non accidentelle (ICRP 1991).

Tableau 14. Exemples de niveaux d'intervention génériques pour les mesures de protection pour la population générale

Mesure de protection

Niveau d'intervention (dose évitée)

Urgence Dentaire

Confinement

10 mSv

Évacuation

50 mSv

Distribution d'iode stable

100 mGy

différé

Réinstallation temporaire

30 mSv en 30 jours ; 10 mSv dans les 30 prochains jours

Réinstallation permanente

1 Sv durée de vie

Source : AIEA 1994.

Besoins de recherche et tendances futures

Les recherches actuelles en matière de sûreté se concentrent sur l'amélioration de la conception des réacteurs électronucléaires, plus précisément sur la réduction du risque et des effets de la fusion du cœur.

L'expérience acquise lors d'accidents antérieurs devrait permettre d'améliorer la prise en charge thérapeutique des personnes gravement irradiées. Actuellement, l'utilisation de facteurs de croissance des cellules de la moelle osseuse (facteurs de croissance hématopoïétiques) dans le traitement de l'aplasie médullaire radio-induite (défaillance du développement) est à l'étude (Thierry et al. 1995).

Les effets des faibles doses et débits de dose des rayonnements ionisants restent flous et doivent être clarifiés, tant d'un point de vue purement scientifique qu'aux fins d'établir des limites de dose pour le grand public et pour les travailleurs. Des recherches biologiques sont nécessaires pour élucider les mécanismes cancérigènes impliqués. Les résultats d'études épidémiologiques à grande échelle, notamment celles actuellement en cours sur les travailleurs des centrales nucléaires, devraient s'avérer utiles pour améliorer la précision des estimations du risque de cancer pour les populations exposées à de faibles doses ou débits de dose. Des études sur des populations qui sont ou ont été exposées à des rayonnements ionisants en raison d'accidents devraient permettre de mieux comprendre les effets de doses plus élevées, souvent délivrées à de faibles débits de dose.

L'infrastructure (organisation, équipement et outils) nécessaire à la collecte en temps voulu des données essentielles à l'évaluation des effets sanitaires des accidents radiologiques doit être en place bien avant l'accident.

Enfin, des recherches approfondies sont nécessaires pour clarifier les effets psychologiques et sociaux des accidents radiologiques (par exemple, la nature, la fréquence et les facteurs de risque des réactions psychologiques post-traumatiques pathologiques et non pathologiques). Ces recherches sont essentielles pour améliorer la prise en charge des populations exposées professionnellement et non professionnellement.

 

Retour

La contamination massive des terres agricoles par les radionucléides se produit, en règle générale, en raison d'accidents importants dans les entreprises de l'industrie nucléaire ou les centrales nucléaires. De tels accidents se sont produits à Windscale (Angleterre) et au sud de l'Oural (Russie). Le plus grand accident s'est produit en avril 1986 à la centrale nucléaire de Tchernobyl. Cette dernière a entraîné une contamination intensive des sols sur plusieurs milliers de kilomètres carrés.

Les principaux facteurs contribuant aux effets des rayonnements dans les zones agricoles sont les suivants :

  • si le rayonnement provient d'une exposition unique ou à long terme
  • quantité totale de substances radioactives pénétrant dans l'environnement
  • rapport des radionucléides dans les retombées
  • distance entre la source de rayonnement et les terres agricoles et les établissements
  • les caractéristiques hydrogéologiques et pédologiques des terres agricoles et le but de leur utilisation
  • particularités du travail de la population rurale; alimentation, approvisionnement en eau
  • temps écoulé depuis l'accident radiologique.

 

À la suite de l'accident de Tchernobyl, plus de 50 millions de curies (Ci) de radionucléides principalement volatils ont pénétré dans l'environnement. Lors de la première étape, qui a duré 2.5 mois (la « période de l'iode »), l'iode 131 a produit le plus grand danger biologique, avec des doses importantes de rayonnement gamma de haute énergie.

Les travaux sur les terres agricoles pendant la période iodée doivent être strictement réglementés. L'iode-131 s'accumule dans la glande thyroïde et l'endommage. Après l'accident de Tchernobyl, une zone de très forte intensité de rayonnement, où personne n'était autorisé à vivre ou à travailler, a été définie par un rayon de 30 km autour de la centrale.

En dehors de cette zone interdite, quatre zones présentant différents taux de rayonnement gamma sur les sols ont été distinguées selon les types de travaux agricoles pouvant être effectués ; pendant la période de l'iode, les quatre zones avaient les niveaux de rayonnement suivants mesurés en roentgen (R):

  • zone 1—moins de 0.1 mR/h
  • zone 2—0.1 à 1 mR/h
  • zone 3—1.0 à 5 mR/h
  • zone 4—5 mR/h et plus.

 

En effet, du fait de la contamination « ponctuelle » par les radionucléides sur la période iodée, les travaux agricoles dans ces zones ont été réalisés à des niveaux d'irradiation gamma de 0.2 à 25 mR/h. Outre une contamination inégale, la variation des niveaux de rayonnement gamma était causée par différentes concentrations de radionucléides dans différentes cultures. Les cultures fourragères en particulier sont exposées à des niveaux élevés d'émetteurs gamma pendant la récolte, le transport, l'ensilage et lorsqu'elles sont utilisées comme fourrage.

Après la désintégration de l'iode-131, le principal danger pour les travailleurs agricoles est présenté par les nucléides à longue durée de vie césium-137 et strontium-90. Le césium-137, un émetteur gamma, est un analogue chimique du potassium ; son absorption par les humains ou les animaux se traduit par une distribution uniforme dans tout le corps et il est excrété relativement rapidement avec l'urine et les fèces. Ainsi, le fumier des zones contaminées est une source supplémentaire de rayonnement et il doit être évacué au plus vite des élevages et stocké dans des sites adaptés.

Le strontium-90, un émetteur bêta, est un analogue chimique du calcium ; il est déposé dans la moelle osseuse chez les humains et les animaux. Le strontium-90 et le césium-137 peuvent pénétrer dans le corps humain par le lait, la viande ou les légumes contaminés.

Le découpage des terres agricoles en zones après la désintégration des radionucléides à vie courte s'effectue selon un principe différent. Ici, ce n'est pas le niveau de rayonnement gamma, mais la quantité de contamination du sol par le césium-137, le strontium-90 et le plutonium-239 qui sont pris en compte.

En cas de contamination particulièrement sévère, la population est évacuée de ces zones et les travaux agricoles sont effectués selon un rythme de rotation de 2 semaines. Les critères de délimitation des zones dans les zones contaminées sont donnés dans le tableau 1.

Tableau 1. Critères pour les zones de contamination

Zones contaminées

Limites de contamination des sols

Limites de dosage

Type d'action

1. Zone de 30 km

-

-

Habitant de
population et
travaux agricoles
sont interdits.

2. Inconditionnel
réinstallation

15 (Ci)/km2
césium- 137
3 Ci/km2
strontium-90
0.1 Ci/km2 plutonium

0.5 cSv/an

Les travaux agricoles sont effectués avec un horaire de rotation de 2 semaines sous contrôle radiologique strict.

3. Volontaire
réinstallation

5 à 15 Ci/km2
césium-137
0.15 à 3.0 Ci/km2
strontium-90
0.01 à 0.1 Ci/km2
plutonium

0.01-0.5
cSv/an

Des mesures sont prises pour réduire
pollution de
couche supérieure du sol;
travaux agricoles
est réalisée sous contrôle radiologique strict
.

4. Radio- écologique
Stack monitoring

1 à 5 Ci/km2
césium-137
0.02 à 0.15 Ci/km2
strontium-90
0.05 à 0.01 Ci/km2
plutonium

0.01 cSv/an

Le travail agricole est
effectué de manière habituelle mais sous
contrôle radiologique.

 

Lorsque des personnes travaillent sur des terres agricoles contaminées par des radionucléides, l'absorption de radionucléides par l'organisme par la respiration et le contact avec le sol et les poussières végétales peut se produire. Ici, les émetteurs bêta (strontium-90) et les émetteurs alpha sont extrêmement dangereux.

À la suite d'accidents dans les centrales nucléaires, une partie des matières radioactives qui pénètrent dans l'environnement sont des particules faiblement dispersées et très actives du combustible du réacteur, les « particules chaudes ».

Des quantités considérables de poussières contenant des particules chaudes sont générées lors des travaux agricoles et en période de vent. Cela a été confirmé par les résultats d'enquêtes sur des filtres à air de tracteur prélevés sur des machines qui opéraient sur les terrains contaminés.

L'évaluation des charges de dose sur les poumons des travailleurs agricoles exposés aux particules chaudes a révélé qu'en dehors de la zone de 30 km les doses s'élevaient à plusieurs millisieverts (Loshchilov et al. 1993).

Selon les données de Bruk et al. (1989) l'activité totale du césium-137 et du césium-134 dans la poussière inspirée chez les opérateurs de machines s'élevait à 0.005 à 1.5 nCi/m3. Selon leurs calculs, sur la durée totale des travaux sur le terrain, la dose efficace aux poumons variait de 2 à
70 cSv.

La relation entre la quantité de contamination du sol par le césium 137 et la radioactivité de l'air de la zone de travail a été établie. Selon les données de l'Institut de santé au travail de Kiev, il a été constaté que lorsque la contamination du sol par le césium 137 s'élevait à 7.0 à 30.0 Ci/km2 la radioactivité de l'air de la zone respiratoire a atteint 13.0 Bq/m3. Dans la zone témoin, où la densité de contamination s'élevait à 0.23 à 0.61 Ci/km3, la radioactivité de l'air de la zone de travail variait de 0.1 à 1.0 Bq/m3 (Krasnyuk, Chernyuk et Stezhka 1993).

Les examens médicaux des conducteurs de machines agricoles dans les zones « claires » et contaminées ont révélé une augmentation des maladies cardiovasculaires chez les travailleurs des zones contaminées, sous forme de cardiopathies ischémiques et de dystonies neurocirculatoires. Parmi les autres troubles, une dysplasie de la glande thyroïde et une augmentation du taux de monocytes dans le sang ont été enregistrées plus fréquemment.

Exigences hygiéniques

Horaires de travail

Après de grands accidents dans les centrales nucléaires, des réglementations temporaires pour la population sont généralement adoptées. Après l'accident de Tchernobyl, une réglementation provisoire d'une durée d'un an a été adoptée, avec une TLV de 10 cSv. On suppose que les travailleurs reçoivent 50 % de leur dose due au rayonnement externe pendant le travail. Ici, le seuil d'intensité de la dose de rayonnement au cours de la journée de travail de huit heures ne doit pas dépasser 2.1 mR/h.

Lors des travaux agricoles, les niveaux de rayonnement sur les lieux de travail peuvent fluctuer de manière importante, en fonction des concentrations de substances radioactives dans les sols et les végétaux ; elles fluctuent également au cours des transformations technologiques (ensilage, préparation de fourrages secs, etc.). Afin de réduire les doses aux travailleurs, des réglementations sur les délais de travail agricole sont introduites. La figure 1 montre les réglementations introduites après l'accident de Tchernobyl.

Figure 1. Limites de temps pour les travaux agricoles en fonction de l'intensité du rayonnement gamma sur les lieux de travail.

DIS090T2

Agrotechnologies

Lors de travaux agricoles dans des conditions de forte contamination des sols et des plantes, il est nécessaire de respecter strictement les mesures visant à prévenir la contamination par la poussière. Le chargement et le déchargement des substances sèches et poussiéreuses doivent être mécanisés ; le col du tube transporteur doit être recouvert de tissu. Des mesures visant à réduire le dégagement de poussière doivent être prises pour tous les types de travaux sur le terrain.

Les travaux avec des engins agricoles doivent être effectués en tenant compte de la pressurisation de la cabine et du choix du bon sens de marche, le vent latéral étant préférable. Si possible, il est souhaitable d'arroser d'abord les zones cultivées. L'utilisation généralisée des technologies industrielles est recommandée afin d'éliminer autant que possible le travail manuel dans les champs.

Il convient d'appliquer sur les sols des substances susceptibles de favoriser l'absorption et la fixation des radionucléides, en les transformant en composés insolubles et en empêchant ainsi le transfert des radionucléides dans les végétaux.

Machines agricoles

L'un des risques majeurs pour les travailleurs est la contamination des machines agricoles par des radionucléides. Le temps de travail autorisé sur les machines dépend de l'intensité du rayonnement gamma émis par les surfaces de la cabine. Non seulement la pressurisation complète des cabines est requise, mais également un contrôle approprié des systèmes de ventilation et de climatisation. Après le travail, un nettoyage humide des cabines et le remplacement des filtres doivent être effectués.

Lors de l'entretien et de la réparation des machines après les procédures de décontamination, l'intensité du rayonnement gamma sur les surfaces extérieures ne doit pas dépasser 0.3 mR/h.

Bâtiments

Un nettoyage humide de routine doit être effectué à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments. Les bâtiments doivent être équipés de douches. Lors de la préparation de fourrage contenant des composants poussiéreux, il est nécessaire de respecter les procédures visant à prévenir l'absorption de poussière par les travailleurs, ainsi qu'à maintenir la poussière hors du sol, de l'équipement, etc.

La pressurisation de l'équipement doit être maîtrisée. Les lieux de travail doivent être équipés d'une ventilation générale efficace.

Utilisation de pesticides et d'engrais minéraux

L'épandage de pesticides en poudre et granulés et d'engrais minéraux, ainsi que la pulvérisation à partir d'avions, devraient être limités. La pulvérisation mécanique et l'application de produits chimiques granulaires ainsi que d'engrais mixtes liquides sont préférables. Les engrais minéraux pulvérulents doivent être stockés et transportés uniquement dans des conteneurs hermétiquement fermés.

Les travaux de chargement et de déchargement, la préparation des solutions de pesticides et les autres activités doivent être effectués en utilisant un maximum d'équipements de protection individuelle (combinaisons, casques, lunettes, respirateurs, gants et bottes en caoutchouc).

Approvisionnement en eau et alimentation

Il devrait y avoir des locaux spéciaux fermés ou des fourgonnettes sans courants d'air où les travailleurs puissent prendre leurs repas. Avant de prendre leurs repas, les travailleurs doivent nettoyer leurs vêtements et se laver soigneusement les mains et le visage avec du savon et de l'eau courante. Pendant les périodes estivales, les travailleurs sur le terrain doivent être approvisionnés en eau potable. L'eau doit être conservée dans des récipients fermés. La poussière ne doit pas pénétrer dans les récipients lors du remplissage avec de l'eau.

Examens médicaux préventifs des travailleurs

Des examens médicaux périodiques doivent être effectués par un médecin; l'analyse en laboratoire du sang, l'ECG et les tests de la fonction respiratoire sont obligatoires. Lorsque les niveaux de rayonnement ne dépassent pas les limites autorisées, la fréquence des examens médicaux ne devrait pas être inférieure à une fois tous les 12 mois. Lorsque les niveaux de rayonnement ionisant sont plus élevés, les examens doivent être effectués plus fréquemment (après semis, récolte, etc.) en tenant dûment compte de l'intensité du rayonnement sur les lieux de travail et de la dose totale absorbée.

Organisation du contrôle radiologique des zones agricoles

Les principaux indices caractérisant la situation radiologique après les retombées sont l'intensité du rayonnement gamma dans la zone, la contamination des terres agricoles par les radionucléides sélectionnés et la teneur en radionucléides des produits agricoles.

La détermination des niveaux de rayonnement gamma dans les zones permet de tracer les limites des zones fortement contaminées, d'estimer les doses de rayonnement externe aux personnes engagées dans les travaux agricoles et d'établir des programmes correspondants prévoyant la sécurité radiologique.

Les fonctions de surveillance radiologique en agriculture sont généralement du ressort des laboratoires radiologiques du service sanitaire ainsi que des laboratoires radiologiques vétérinaires et agrochimiques. La formation et l'éducation du personnel affecté au contrôle dosimétrique et aux consultations de la population rurale sont assurées par ces laboratoires.

 

Retour

Un incendie industriel tragique en Thaïlande a attiré l'attention du monde entier sur la nécessité d'adopter et d'appliquer des codes et des normes de pointe dans les établissements industriels.

Le 10 mai 1993, un incendie majeur à l'usine Kader Industrial (Thailand) Co. Ltd. située dans la province de Nakhon Pathom en Thaïlande a tué 188 travailleurs (Grant et Klem 1994). Cette catastrophe est le pire incendie accidentel au monde dans un bâtiment industriel de l'histoire récente, une distinction détenue pendant 82 ans par l'incendie de l'usine Triangle Shirtwaist qui a tué 146 travailleurs à New York (Grant 1993). Malgré les années entre ces deux catastrophes, elles partagent des similitudes frappantes.

Divers organismes nationaux et internationaux se sont concentrés sur cet incident après son apparition. En ce qui concerne les problèmes de protection contre les incendies, la National Fire Protection Association (NFPA) a coopéré avec l'Organisation internationale du travail (OIT) et avec les pompiers de la police de Bangkok pour documenter cet incendie.

Questions pour une économie mondiale

En Thaïlande, l'incendie de Kader a suscité beaucoup d'intérêt pour les mesures de sécurité incendie du pays, en particulier les exigences de conception du code du bâtiment et les politiques d'application. Le Premier ministre thaïlandais Chuan Leekpai, qui s'est rendu sur les lieux le soir de l'incendie, a promis que le gouvernement réglerait les problèmes de sécurité incendie. Selon le Wall Street Journal (1993), Leekpai a appelé à des mesures sévères contre ceux qui violent les lois sur la sécurité. Le ministre thaïlandais de l'Industrie, Sanan Kachornprasart, aurait déclaré que "ces usines sans système de prévention des incendies recevront l'ordre d'en installer un, sinon nous les fermerons".

Les Wall Street Journal poursuit en déclarant que les dirigeants syndicaux, les experts en sécurité et les responsables affirment que l'incendie de Kader pourrait contribuer à resserrer les codes du bâtiment et les réglementations en matière de sécurité, mais ils craignent que des progrès durables soient encore loin, car les employeurs bafouent les règles et les gouvernements permettent à la croissance économique de prendre le pas sur les travailleurs sécurité.

Étant donné que la majorité des actions de Kader Industrial (Thailand) Co. Ltd. sont détenues par des intérêts étrangers, l'incendie a également alimenté le débat international sur les responsabilités des investisseurs étrangers pour assurer la sécurité des travailleurs dans leur pays parrain. Vingt pour cent des actionnaires de Kader sont originaires de Taïwan et 79.96 % de Hong Kong. A peine 0.04% de Kader appartient à des ressortissants thaïlandais.

L'entrée dans une économie mondiale implique que les produits soient fabriqués à un endroit et utilisés à d'autres endroits dans le monde. La volonté de compétitivité sur ce nouveau marché ne doit pas conduire à transiger sur les dispositions fondamentales de la sécurité incendie industrielle. Il existe une obligation morale de fournir aux travailleurs un niveau adéquat de protection contre l'incendie, peu importe où ils se trouvent.

La facilité

L'usine de Kader, qui fabriquait des peluches et des poupées en plastique principalement destinées à l'exportation vers les États-Unis et d'autres pays développés, est située dans le district de Sam Phran de la province de Nakhon Pathom. Ce n'est pas tout à fait à mi-chemin entre Bangkok et la ville voisine de Kanchanaburi, site du tristement célèbre pont ferroviaire de la Seconde Guerre mondiale sur la rivière Kwai.

Les structures qui ont été détruites dans l'incendie étaient toutes détenues et exploitées directement par Kader, propriétaire du site. Kader a deux sociétés sœurs qui opèrent également sur le site dans le cadre d'un contrat de location.

La Kader Industrial (Thailand) Co. Ltd. a été enregistrée pour la première fois le 27 janvier 1989, mais la licence de l'entreprise a été suspendue le 21 novembre 1989, après qu'un incendie le 16 août 1989 a détruit la nouvelle usine. Cet incendie a été attribué à l'inflammation de tissus en polyester utilisés dans la fabrication de poupées dans une machine à filer. Après la reconstruction de l'usine, le ministère de l'Industrie a autorisé sa réouverture le 4 juillet 1990.

Entre le moment où l'usine a rouvert et l'incendie de mai 1993, l'installation a connu plusieurs autres incendies plus petits. L'un d'eux, survenu en février 1993, a causé des dommages considérables au bâtiment trois, qui était encore en réparation au moment de l'incendie de mai 1993. L'incendie de février s'est produit tard dans la nuit dans une zone de stockage et impliquait des matériaux en polyester et en coton. Quelques jours après cet incendie, un inspecteur du travail s'est rendu sur le site et a émis une alerte signalant le besoin de l'usine d'agents de sécurité, d'équipements de sécurité et d'un plan d'urgence.

Les rapports initiaux après l'incendie de mai 1993 indiquaient qu'il y avait quatre bâtiments sur le site de Kader, dont trois ont été détruits par l'incendie. Dans un sens, c'est vrai, mais les trois bâtiments étaient en fait une seule structure en forme de E (voir figure 1), dont les trois parties principales étaient désignées Bâtiments Un, Deux et Trois. A proximité se trouvaient un atelier d'un étage et une autre structure de quatre étages appelée Bâtiment Quatre.

Figure 1. Plan du site de l'usine de jouets Kader

DIS095F1

Le bâtiment en forme de E était une structure de quatre étages composée de dalles de béton soutenues par une charpente en acier. Il y avait des fenêtres autour du périmètre de chaque étage et le toit était un arrangement en pente douce et pointu. Chaque partie du bâtiment avait un monte-charge et deux cages d'escalier de 1.5 mètre (3.3 pieds) de largeur chacune. Les monte-charges étaient des assemblages en cage.

Chaque bâtiment de l'usine était équipé d'un système d'alarme incendie. Aucun des bâtiments ne disposait de gicleurs automatiques, mais des extincteurs portatifs et des stations d'arrosage étaient installés sur les murs extérieurs et dans les cages d'escalier de chaque bâtiment. Aucune des structures en acier du bâtiment n'était ignifugée.

Il existe des informations contradictoires sur le nombre total de travailleurs sur le site. La Fédération des industries thaïlandaises s'était engagée à aider 2,500 1,146 employés de l'usine déplacés par l'incendie, mais on ne sait pas combien d'employés se trouvaient sur le site à un moment donné. Lorsque l'incendie s'est déclaré, il a été signalé qu'il y avait 10 500 travailleurs dans le bâtiment un. Trente-six étaient au premier étage, 600 au deuxième, 405 au troisième et 5 au quatrième. Il y avait 300 travailleurs dans le bâtiment deux. Soixante d'entre eux se trouvaient au premier étage, 40 au deuxième, XNUMX au troisième et XNUMX au quatrième. On ne sait pas combien de travailleurs se trouvaient dans le bâtiment trois, car une partie de celui-ci était encore en cours de rénovation. La plupart des travailleurs de l'usine étaient des femmes.

Le feu

Le lundi 10 mai était une journée de travail normale à l'usine de Kader. Vers 4 h 00, alors que la fin de l'équipe de jour approchait, quelqu'un a découvert un petit incendie au premier étage près de l'extrémité sud du bâtiment un. Cette partie du bâtiment servait au conditionnement et au stockage des produits finis, elle contenait donc une charge de combustible considérable (voir figure 2). Chaque bâtiment de l'installation avait une charge de combustible composée de tissus, de plastiques et de matériaux utilisés pour le rembourrage, ainsi que d'autres matériaux de travail normaux.

Figure 2. Disposition intérieure des bâtiments un, deux et trois

DIS095F2

Les gardes de sécurité à proximité de l'incendie ont tenté en vain d'éteindre les flammes avant d'appeler les pompiers de la police locale à 4h21. Les autorités ont reçu deux autres appels, à 4h30 et 4h31. L'installation de Kader est juste au-delà du limites juridictionnelles de Bangkok, mais les appareils d'incendie de Bangkok, ainsi que les appareils de la province de Nakhon Pathom, ont répondu.

Alors que les ouvriers et les agents de sécurité tentaient en vain d'éteindre le feu, le bâtiment a commencé à se remplir de fumée et d'autres produits de combustion. Les survivants ont rapporté que l'alarme incendie n'a jamais retenti dans le bâtiment un, mais de nombreux travailleurs se sont inquiétés lorsqu'ils ont vu de la fumée aux étages supérieurs. Malgré la fumée, des agents de sécurité auraient dit à certains travailleurs de rester à leur poste car il s'agissait d'un petit incendie qui serait bientôt maîtrisé.

Le feu s'est propagé rapidement dans tout le bâtiment 1,100 et les étages supérieurs sont rapidement devenus intenables. L'incendie a bloqué la cage d'escalier à l'extrémité sud du bâtiment, de sorte que la plupart des travailleurs se sont précipités vers la cage d'escalier nord. Cela signifiait qu'environ XNUMX XNUMX personnes tentaient de quitter les troisième et quatrième étages par une seule cage d'escalier.

Les premiers engins de lutte contre l'incendie sont arrivés à 4h40, leur temps de réponse ayant été prolongé en raison de l'emplacement relativement éloigné de l'installation et des conditions d'embouteillage typiques du trafic de Bangkok. Les pompiers arrivés ont trouvé le bâtiment XNUMX fortement impliqué dans les flammes et commençant déjà à s'effondrer, des personnes sautant des troisième et quatrième étages.

Malgré les efforts des pompiers, le bâtiment 5 s'effondre complètement vers 14h5. Attisé par des vents violents soufflant vers le nord, l'incendie se propage rapidement aux bâtiments 30 et 6 avant que les pompiers ne puissent les défendre efficacement. Le bâtiment deux se serait effondré à 05 h 7 et le bâtiment trois à 45 h 50. Les pompiers ont réussi à empêcher le feu d'entrer dans le bâtiment quatre et le plus petit atelier d'un étage à proximité, et les pompiers ont maîtrisé l'incendie en XNUMX h XNUMX Environ XNUMX pièces d'engins de pompiers sont impliquées dans la bataille.

Les alarmes incendie dans les bâtiments deux et trois auraient fonctionné correctement et tous les travailleurs de ces deux bâtiments se sont échappés. Les ouvriers du bâtiment 469 n'ont pas eu cette chance. Un grand nombre d'entre eux ont sauté des étages supérieurs. Au total, 20 travailleurs ont été transportés à l'hôpital, où 188 sont décédés. Les autres morts ont été retrouvés lors de la recherche après l'incendie de ce qui avait été la cage d'escalier nord du bâtiment. Beaucoup d'entre eux ont apparemment succombé aux produits mortels de la combustion avant ou pendant l'effondrement du bâtiment. Selon les dernières informations disponibles, XNUMX personnes, en majorité des femmes, sont décédées des suites de cet incendie.

Même avec l'aide de six grandes grues hydrauliques qui ont été déplacées sur le site pour faciliter la recherche des victimes, il a fallu plusieurs jours avant que tous les corps puissent être retirés des décombres. Il n'y a eu aucun mort parmi les pompiers, bien qu'il y ait eu un blessé.

La circulation aux alentours, normalement congestionnée, a rendu difficile le transport des victimes vers les hôpitaux. Près de 300 travailleurs blessés ont été emmenés à l'hôpital Sriwichai II voisin, bien que beaucoup d'entre eux aient été transférés vers d'autres installations médicales lorsque le nombre de victimes a dépassé la capacité de l'hôpital à les traiter.

Le lendemain de l'incendie, l'hôpital Sriwichai II a signalé qu'il avait gardé 111 victimes de l'incendie. L'hôpital Kasemrat en a reçu 120 ; Sriwichai Pattanana en a reçu 60 ; Sriwichai j'en ai reçu 50; Ratanathibet j'en ai reçu 36; Siriraj en a reçu 22; et Bang Phai en a reçu 17. Les 53 autres travailleurs blessés ont été envoyés dans divers autres établissements médicaux de la région. Au total, 22 hôpitaux à travers Bangkok et la province de Nakhon Pathom ont participé au traitement des victimes de la catastrophe.

L'hôpital Sriwichai II a signalé que 80% de ses 111 victimes avaient subi des blessures graves et que 30% avaient nécessité une intervention chirurgicale. La moitié des patients ne souffraient que d'inhalation de fumée, tandis que les autres souffraient également de brûlures et de fractures allant de chevilles cassées à des crânes fracturés. Au moins 10% des travailleurs blessés de Kader admis à l'hôpital Sriwichai II risquent une paralysie permanente.

Déterminer la cause de cet incendie est devenu un défi car la partie de l'installation dans laquelle il a commencé a été totalement détruite et les survivants ont fourni des informations contradictoires. Comme l'incendie s'est déclaré près d'un grand panneau de commande électrique, les enquêteurs ont d'abord pensé que des problèmes avec le système électrique pourraient en être la cause. Ils ont également envisagé un incendie criminel. À l'heure actuelle, cependant, les autorités thaïlandaises estiment qu'une cigarette jetée négligemment peut avoir été la source d'inflammation.

Analyser le feu

Depuis 82 ans, le monde a reconnu l'incendie de l'usine Triangle Shirtwaist de 1911 à New York comme le pire incendie industriel mortel accidentel dans lequel les décès se limitaient au bâtiment d'origine de l'incendie. Avec 188 morts, l'incendie de l'usine Kader remplace désormais l'incendie du Triangle dans le livre des records.

Lors de l'analyse de l'incendie de Kader, une comparaison directe avec l'incendie du Triangle fournit une référence utile. Les deux bâtiments étaient similaires à bien des égards. La disposition des issues était mauvaise, les systèmes fixes de protection contre l'incendie étaient insuffisants ou inefficaces, le combustible initial était facilement inflammable et les séparations coupe-feu horizontales et verticales étaient inadéquates. De plus, aucune des deux entreprises n'avait fourni à ses travailleurs une formation adéquate en matière de sécurité incendie. Cependant, il existe une différence distincte entre ces deux incendies : le bâtiment de l'usine Triangle Shirtwaist ne s'est pas effondré et les bâtiments Kader l'ont fait.

Des dispositions de sortie inadéquates ont peut-être été le facteur le plus important dans le nombre élevé de pertes de vies humaines lors des incendies de Kader et du Triangle. Si les dispositions existantes de la NFPA 101, le Code de sécurité des personnes, qui a été établie comme conséquence directe de l'incendie du Triangle, a été appliquée à l'installation de Kader, beaucoup moins de vies auraient été perdues (NFPA 101, 1994).

Plusieurs exigences fondamentales de la Code de sécurité des personnes concernent directement l'incendie de Kader. Par exemple, le Code exige que tout bâtiment ou structure soit construit, aménagé et exploité de manière à ce que ses occupants ne soient pas exposés à un danger injustifié par le feu, la fumée, les émanations ou la panique pouvant survenir lors d'une évacuation ou pendant le temps qu'il faut pour défendre le occupants en place.

Les Code exige également que chaque bâtiment ait suffisamment de sorties et d'autres protections de taille appropriée et aux emplacements appropriés pour fournir une voie d'évacuation à chaque occupant d'un bâtiment. Ces issues devraient être adaptées à chaque bâtiment ou structure, en tenant compte du caractère de l'occupation, des capacités des occupants, du nombre d'occupants, de la protection contre l'incendie disponible, de la hauteur et du type de construction du bâtiment et de tout autre facteur nécessaire pour assurer à tous les occupants un degré raisonnable de sécurité. Ce n'était évidemment pas le cas dans l'installation de Kader, où l'incendie a bloqué l'une des deux cages d'escalier du bâtiment 1,100, forçant environ XNUMX XNUMX personnes à fuir les troisième et quatrième étages par une seule cage d'escalier.

De plus, les sorties doivent être disposées et entretenues de manière à permettre une sortie libre et sans obstruction de toutes les parties d'un bâtiment chaque fois qu'il est occupé. Chacune de ces issues doit être clairement visible, ou l'itinéraire menant à chaque issue doit être balisé de manière à ce que chaque occupant du bâtiment physiquement et mentalement capable connaisse facilement la direction d'évacuation à partir de n'importe quel point.

Chaque sortie ou ouverture verticale entre les étages d'un bâtiment devrait être fermée ou protégée selon les besoins pour assurer une sécurité raisonnable des occupants pendant leur sortie et pour empêcher le feu, la fumée et les émanations de se propager d'un étage à l'autre avant que les occupants n'aient eu la possibilité d'utiliser les sorties.

Les résultats des incendies du Triangle et de Kader ont été considérablement affectés par le manque de séparations coupe-feu horizontales et verticales adéquates. Les deux installations ont été aménagées et construites de manière à ce qu'un incendie à un étage inférieur puisse se propager rapidement aux étages supérieurs, piégeant ainsi un grand nombre de travailleurs.

Les grands espaces de travail ouverts sont typiques des installations industrielles, et des planchers et des murs coupe-feu doivent être installés et entretenus pour ralentir la propagation du feu d'une zone à une autre. Le feu doit également être empêché de se propager de l'extérieur des fenêtres d'un étage à celles d'un autre étage, comme ce fut le cas lors de l'incendie du Triangle.

Le moyen le plus efficace de limiter la propagation verticale du feu est d'enfermer les cages d'escalier, les ascenseurs et les autres ouvertures verticales entre les étages. Les rapports sur des caractéristiques telles que les monte-charges en cage à l'usine de Kader soulèvent des questions importantes sur la capacité des caractéristiques de protection passive contre l'incendie des bâtiments à empêcher la propagation verticale du feu et de la fumée.

Formation en sécurité incendie et autres facteurs

Un autre facteur qui a contribué aux pertes humaines importantes dans les incendies du Triangle et de Kader était le manque de formation adéquate en matière de sécurité incendie et les procédures de sécurité rigides des deux sociétés.

Après l'incendie de l'installation de Kader, les survivants ont signalé que les exercices d'incendie et la formation à la sécurité incendie étaient minimes, bien que les agents de sécurité aient apparemment reçu une formation naissante en matière d'incendie. L'usine Triangle Shirtwaist n'avait pas de plan d'évacuation et les exercices d'incendie n'ont pas été mis en œuvre. De plus, les rapports post-incendie des survivants de Triangle indiquent qu'ils ont été régulièrement arrêtés alors qu'ils quittaient le bâtiment à la fin de la journée de travail pour des raisons de sécurité. Diverses accusations post-incendie par des survivants de Kader impliquent également que les mesures de sécurité ont ralenti leur sortie, bien que ces accusations fassent toujours l'objet d'une enquête. Quoi qu'il en soit, l'absence d'un plan d'évacuation bien compris semble avoir été un facteur important dans les nombreuses pertes de vies humaines subies lors de l'incendie de Kader. Chapitre 31 de la Code de sécurité des personnes aborde les exercices d'incendie et la formation à l'évacuation.

L'absence de systèmes fixes automatiques de protection contre l'incendie a également affecté l'issue des incendies du Triangle et de Kader. Aucune des deux installations n'était équipée de gicleurs automatiques, bien que les bâtiments Kader disposaient d'un système d'alarme incendie. Selon le Code de sécurité des personnes, des avertisseurs d'incendie devraient être installés dans les bâtiments dont la taille, la disposition ou l'occupation rendent peu probable que les occupants eux-mêmes remarquent immédiatement un incendie. Malheureusement, les alarmes n'auraient jamais fonctionné dans le bâtiment XNUMX, ce qui a entraîné un retard important dans l'évacuation. Il n'y a eu aucun décès dans les bâtiments deux et trois, où le système d'alarme incendie a fonctionné comme prévu.

Les systèmes d'alarme incendie doivent être conçus, installés et entretenus conformément à des documents tels que NFPA 72, le National Fire Alarm Code (NFPA 72, 1993). Les systèmes de gicleurs doivent être conçus et installés conformément à des documents tels que NFPA 13, Installation de systèmes de gicleurs, et entretenu conformément à la norme NFPA 25, Inspection, essai et entretien des systèmes de protection contre les incendies à base d'eau (NFPA 13, 1994; NFPA 25, 1995).

Les paquets de combustible initiaux dans les incendies du Triangle et de Kader étaient similaires. L'incendie du Triangle a commencé dans des poubelles à chiffons et s'est rapidement propagé aux vêtements et vêtements combustibles avant d'impliquer des meubles en bois, dont certains étaient imprégnés d'huile de machine. Le paquet de carburant initial de l'usine de Kader était composé de tissus en polyester et en coton, de divers plastiques et d'autres matériaux utilisés pour fabriquer des jouets en peluche, des poupées en plastique et d'autres produits connexes. Ce sont des matériaux qui peuvent généralement s'enflammer facilement, peuvent contribuer à la croissance et à la propagation rapides du feu et ont un taux de dégagement de chaleur élevé.

L'industrie manipulera probablement toujours des matériaux qui présentent des caractéristiques de protection contre les incendies difficiles, mais les fabricants doivent reconnaître ces caractéristiques et prendre les précautions nécessaires pour minimiser les risques associés.

L'intégrité structurelle du bâtiment

La différence la plus notable entre les incendies du Triangle et de Kader est probablement l'effet qu'ils ont eu sur l'intégrité structurelle des bâtiments impliqués. Même si l'incendie du Triangle a ravagé les trois derniers étages du bâtiment de l'usine de dix étages, le bâtiment est resté structurellement intact. Les bâtiments Kader, en revanche, se sont effondrés relativement tôt dans l'incendie car leurs supports en acier de construction manquaient de l'ignifugation qui leur aurait permis de conserver leur résistance lorsqu'ils étaient exposés à des températures élevées. Un examen après incendie des débris sur le site de Kader n'a montré aucune indication que l'un des éléments en acier avait été ignifugé.

De toute évidence, l'effondrement d'un bâtiment lors d'un incendie représente une grande menace tant pour les occupants du bâtiment que pour les pompiers impliqués dans la maîtrise de l'incendie. Cependant, on ne sait pas si l'effondrement du bâtiment Kader a eu un effet direct sur le nombre de morts, car les victimes ont peut-être déjà succombé aux effets de la chaleur et des produits de combustion au moment où le bâtiment s'est effondré. Si les travailleurs des étages supérieurs du bâtiment XNUMX avaient été protégés des produits de combustion et de la chaleur pendant qu'ils tentaient de s'échapper, l'effondrement du bâtiment aurait été un facteur plus direct de perte de vie.

Attention focalisée sur les principes de protection contre les incendies

Parmi les principes de protection incendie sur lesquels l'incendie de Kader a attiré l'attention figurent la conception des issues, la formation des occupants à la sécurité incendie, les systèmes de détection et d'extinction automatiques, les séparations coupe-feu et l'intégrité structurelle. Ces leçons ne sont pas nouvelles. Ils ont été enseignés pour la première fois il y a plus de 80 ans lors de l'incendie de Triangle Shirtwaist et à nouveau, plus récemment, dans un certain nombre d'autres incendies mortels sur le lieu de travail, y compris ceux de l'usine de transformation de poulet de Hamlet, en Caroline du Nord, aux États-Unis, qui ont tué 25 travailleurs. dans une fabrique de poupées à Kuiyong, en Chine, qui a tué 81 ouvriers ; et à la centrale électrique de Newark, New Jersey, États-Unis, qui a tué les 3 travailleurs de l'usine (Grant et Klem 1994 ; Klem 1992 ; Klem et Grant 1993).

Les incendies en Caroline du Nord et au New Jersey, en particulier, démontrent que la simple disponibilité de codes et de normes à la pointe de la technologie, comme la NFPA Code de sécurité des personnes, ne peut empêcher des pertes tragiques. Ces codes et normes doivent également être adoptés et rigoureusement appliqués pour qu'ils aient un effet.

Les autorités publiques nationales, étatiques et locales devraient examiner la manière dont elles appliquent leurs codes du bâtiment et d'incendie pour déterminer si de nouveaux codes sont nécessaires ou si les codes existants doivent être mis à jour. Cet examen devrait également déterminer si un processus d'examen et d'inspection du plan du bâtiment est en place pour s'assurer que les codes appropriés sont respectés. Enfin, des dispositions doivent être prises pour des inspections périodiques de suivi des bâtiments existants afin de s'assurer que les niveaux les plus élevés de protection contre l'incendie sont maintenus pendant toute la durée de vie du bâtiment.

Les propriétaires et exploitants d'immeubles doivent également être conscients qu'ils sont responsables de s'assurer que l'environnement de travail de leurs employés est sécuritaire. À tout le moins, la conception de pointe en matière de protection contre les incendies reflétée dans les codes et les normes de prévention des incendies doit être en place pour minimiser la possibilité d'un incendie catastrophique.

Si les bâtiments de Kader avaient été équipés de gicleurs et d'alarmes incendie fonctionnelles, les pertes de vie n'auraient peut-être pas été aussi élevées. Si les sorties du bâtiment XNUMX avaient été mieux conçues, des centaines de personnes n'auraient peut-être pas été blessées en sautant des troisième et quatrième étages. Si des séparations verticales et horizontales avaient été en place, le feu ne se serait peut-être pas propagé aussi rapidement dans tout le bâtiment. Si les éléments de charpente en acier des bâtiments avaient été ignifugés, les bâtiments ne se seraient peut-être pas effondrés.

Le philosophe George Santayana a écrit : "Ceux qui oublient le passé sont condamnés à le répéter". L'incendie de Kader de 1993 était malheureusement, à bien des égards, une répétition de l'incendie de Triangle Shirtwaist de 1911. Alors que nous nous tournons vers l'avenir, nous devons reconnaître tout ce que nous devons faire, en tant que société mondiale, pour empêcher l'histoire de se répéter. lui-même.

 

Retour

Cet article a été adapté, avec permission, de Zeballos 1993b.

L'Amérique latine et les Caraïbes n'ont pas été épargnées par leur part de catastrophes naturelles. Presque chaque année, des événements catastrophiques causent des morts, des blessés et d'énormes dommages économiques. Au total, on estime que les catastrophes naturelles majeures des deux dernières décennies dans cette région ont causé des pertes matérielles affectant près de 8 millions de personnes, quelque 500,000 150,000 blessés et 1.5 6,000 morts. Ces chiffres reposent en grande partie sur des sources officielles. (Il est assez difficile d'obtenir des informations précises sur les catastrophes soudaines, car il existe de multiples sources d'information et aucun système d'information standardisé.) La Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) estime qu'au cours d'une année moyenne, les catastrophes en Amérique latine L'Amérique et les Caraïbes coûtent 1991 milliard de dollars américains et font XNUMX XNUMX morts (Jovel XNUMX).

Le tableau 1 énumère les principales catastrophes naturelles qui ont frappé les pays de la région au cours de la période 1970-93. Il convient de noter que les catastrophes à évolution lente, telles que les sécheresses et les inondations, ne sont pas incluses.

Tableau 1. Catastrophes majeures en Amérique latine et dans les Caraïbes, 1970-93

Année

Pays