17 bannière

 

99. Bureaux et commerces de détail

Éditeur de chapitre : Jonathan Rosen


Table des matières

Tableaux et figures

La nature du travail de bureau et de bureau
Charles Levenstein, Beth Rosenberg et Ninica Howard

Professionnels et gestionnaires
Nona McQuay

Bureaux : un résumé des dangers
Wendy Horde

Sécurité des caissiers de banque : la situation en Allemagne
Fischer Manfred

Télétravail
Jamie Tesler

L'industrie de la vente au détail
Adrienne Markowitz

     Étude de cas : Marchés extérieurs
     John G. Rodwan, Jr.

Tables 

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1. Emplois professionnels standards
2. Emplois de bureau standard
3. Polluants de l'air intérieur dans les immeubles de bureaux
4. Statistiques du travail dans le commerce de détail

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

OFR040F3OFR040F1OFR040F2

Organisation du travail et stress

Le travail de bureau et de vente est traditionnellement considéré comme un travail propre, facile et sûr. Bien que les blessures aiguës mettant la vie en danger soient rares dans ces domaines, il existe des risques professionnels qui diminuent la qualité de vie et, dans certains cas, entraînent des blessures graves et la mort.

Le stress peut être défini comme un stimulus physique ou psychologique qui produit une tension ou une perturbation de l'équilibre physiologique normal de l'individu. Les réactions de stress comprennent les maux de tête, les troubles gastro-intestinaux et du sommeil, l'hypertension artérielle et d'autres maladies cardiovasculaires, l'anxiété, la dépression et la consommation accrue d'alcool et de drogues. Le travail dans les bureaux et le commerce de détail est stressant à la fois en raison de la structure des industries et de l'organisation du travail.

La structure du travail

Les employeurs font de plus en plus appel à des travailleurs à temps partiel et temporaires (« intérimaires » ou contractuels). Souvent, cet arrangement offre la flexibilité souhaitée dans les heures de travail. Mais il y a des coûts. Les statistiques du travail du gouvernement montrent que le travailleur moyen à temps partiel aux États-Unis, par exemple, ne gagne que 60 % du salaire horaire d'un travailleur à temps plein. Non seulement ils sont moins payés, mais leurs avantages, comme l'assurance maladie, les pensions, les congés de maladie payés et les vacances, sont nettement inférieurs à ceux dont bénéficient les travailleurs à temps plein. Moins de 25 % des travailleurs à temps partiel ont une assurance maladie payée par l'employeur, contre près de 80 % des travailleurs à temps plein. Soixante pour cent des travailleurs à temps plein ont des pensions, tandis que seulement 25 % des travailleurs à temps partiel ont cette couverture. En 1990, aux États-Unis, il y avait près de 5 millions de travailleurs à temps partiel qui auraient préféré être employés à temps plein. D'autres pays connaissent également des transformations similaires du travail. Par exemple, dans l'Union européenne, 15 % de la main-d'œuvre et environ 20 % des employés de bureau et des ventes avaient des emplois à temps partiel en 1991, et 8.4 % des employés de bureau étaient des intérimaires (De Grip, Hovenberg et Willems, 1997).

Outre des salaires inférieurs et peu d'avantages sociaux, cette restructuration du travail présente d'autres aspects négatifs. Les intérimaires vivent souvent avec le stress de ne pas savoir quand ils travailleront. Ils ont aussi tendance à faire plus d'heures supplémentaires parce qu'ils sont souvent embauchés pour des périodes « critiques ». Ni les travailleurs à temps partiel ni les intérimaires ne bénéficient d'une protection égale en vertu de nombreuses lois gouvernementales, notamment les réglementations en matière de sécurité et de santé au travail, d'assurance-chômage et de retraite. Peu sont représentés par des syndicats. Une étude de cas commandée par l'Occupational Safety and Health Administration des États-Unis sur la main-d'œuvre contractuelle dans l'industrie pétrochimique montre que les travailleurs contractuels reçoivent moins de formation en matière de santé et de sécurité et ont des taux d'accidents plus élevés que les travailleurs non contractuels (Murphy et Hurrell 1995). Les conséquences sur la santé d'une main-d'œuvre temporaire de plus en plus non syndiquée ne doivent pas être sous-estimées.

Organisation du travail

Lorsque la célèbre étude à long terme sur les maladies cardiaques, la US Framingham Heart Study, a examiné la relation entre le statut d'emploi et l'incidence des maladies coronariennes, elle a découvert que 21 % des employées de bureau développaient une maladie coronarienne, un taux presque deux fois celle des travailleurs non administratifs ou des femmes au foyer. Selon le modèle de contrôle de la demande de Karasek sur le stress au travail, le travail caractérisé par des exigences élevées et un faible contrôle, ou latitude décisionnelle, est le plus stressant, en raison du déséquilibre entre la responsabilité et la capacité de réponse (Karasek 1979, 1990). Des professions telles que le travail de bureau, la fabrication de produits électroniques, le travail de vêtements et la transformation de la volaille sont caractérisées par l'ennui, les risques ergonomiques et le faible contrôle du travail. Le travail de bureau s'est classé parmi les plus stressants à cet égard.

Reconnaître les déterminants sociaux, économiques et physiques des effets sur la santé liés aux facteurs de stress professionnels au lieu de se concentrer uniquement sur la pathologie personnelle est une première étape dans la prise en charge complète et à long terme des problèmes liés au stress. Bien que de nombreuses personnes puissent bénéficier de programmes proposant des exercices individuels d'adaptation et de relaxation, les programmes de gestion du stress au travail devraient également tenir compte des contraintes sociales et économiques plus larges qui définissent le contexte de la vie quotidienne des travailleurs.

Qualité de l'air

De nombreux bâtiments présentent de graves problèmes de pollution de l'air intérieur. Dans les bureaux, la combinaison d'une mauvaise conception de la ventilation, de bâtiments étanches et de l'accumulation de produits chimiques provenant des matériaux de construction, des machines de bureau et de la fumée de cigarette a entraîné un smog de bureau dans de nombreux bâtiments. Des micro-organismes (p. ex. moisissures, bactéries) peuvent proliférer dans les systèmes de climatisation et d'humidification, les condenseurs évaporatifs et les tours de refroidissement de nombreux immeubles de bureaux. Le résultat peut être le « syndrome des bâtiments étanches », qui peut impliquer un large éventail de symptômes selon la situation, y compris des allergies et des infections respiratoires, telles que la maladie des légionnaires, qui peuvent parfois atteindre des proportions épidémiques. Le polluant atmosphérique le plus courant dans les bureaux est peut-être la fumée de cigarette, qui peut augmenter le niveau de particules respirables dans l'air jusqu'à 5 fois celui d'un bureau non-fumeur. Étant donné que la recherche a établi un lien entre le tabagisme d'un conjoint et le risque accru de cancer du poumon d'un conjoint non-fumeur, les employés de bureau non-fumeurs peuvent également être à risque.

Dangers ergonomiques

Les risques ergonomiques dans le commerce de détail ont augmenté ces dernières années avec l'introduction de nouvelles technologies et structures organisationnelles. La tendance dans le commerce de détail s'est orientée vers des opérations en libre-service et vers de plus grands points de vente au détail. L'introduction du scanner électronique a créé des temps de cycle plus courts et une répétitivité accrue. De plus, l'espace de travail n'est souvent pas adapté aux nouvelles technologies et de nombreuses pratiques de travail peuvent entraîner un stress musculo-squelettique.

De nombreuses études et investigations ont trouvé un taux plus élevé de troubles traumatiques cumulés chez les caissiers que chez les non-caissiers, et une relation dose-réponse entre le travail et ces troubles. Ces emplois nécessitent généralement des niveaux élevés d'activité des membres supérieurs et, par conséquent, le syndrome du canal carpien, la tendinite et la ténosynovite sont ressentis par une grande partie des caissiers. Il a été démontré que les commis aux marchandises générales ont des niveaux modérés d'activité du poignet et des niveaux élevés d'activité de la cheville. La conception du stand de contrôle peut grandement influencer la posture et les mouvements du caissier, provoquant des positions inconfortables, de longues portées et des levages fréquents. En conséquence, d'autres zones d'inconfort courantes sont le cou, les épaules, les coudes et le dos. Une position debout prolongée pour les caissiers et les commis peut également entraîner des maux de dos dus aux forces de compression associées à l'activité. De plus, une position debout prolongée peut causer une gêne dans les jambes, les genoux et les pieds, ainsi que des varices. Un risque supplémentaire pour le dos provient du déplacement des piles qui peuvent être trop lourdes et/ou trop grandes.

Il existe de nombreux autres secteurs du commerce de détail qui connaissent ces troubles ainsi que bien d'autres. Par exemple, la fleuristerie et la coiffure au détail sont fréquemment associées à des problèmes de peau tels que des éruptions cutanées et des dermatites chroniques. Les blessures les plus courantes dans les établissements de restauration sont les lacérations et les brûlures. Tenez compte de ces facteurs ainsi que du taux de roulement élevé des employés et de la formation inadéquate qui peut en résulter, et le résultat est un environnement propice à la douleur chronique, à l'inconfort et aux éventuels troubles traumatiques cumulatifs.

Métiers de bureau

L'image d'un travail en col blanc sûr et propre est souvent trompeuse. Le changement radical des caractéristiques de la main-d'œuvre, où la spécialisation des tâches, la répétitivité des tâches et les exigences physiques ont toutes augmenté et l'espace de travail disponible a diminué, a entraîné de nombreuses blessures et maladies ergonomiques. Les blessures les plus évidentes sont liées à la sécurité, telles que les chutes sur des sols glissants, les trébuchements sur des cordons électriques, les collisions avec des tiroirs de classeurs ouverts et le déplacement d'objets lourds tels que des boîtes de papier et des meubles. Cependant, avec l'utilisation omniprésente des ordinateurs dans les bureaux aujourd'hui, un nouveau modèle de problèmes de santé existe. Les zones du corps les plus fréquemment touchées par les troubles traumatiques cumulatifs sont les membres supérieurs et le cou. Cependant, l'utilisation prolongée de l'unité d'affichage visuel (VDU) peut également entraîner une inflammation des muscles, des articulations et des tendons du dos et des jambes. Des troubles graves du poignet tels que le syndrome du canal carpien, la tendinite et la ténosynovite sont souvent associés à l'utilisation d'écrans de visualisation. Ces conditions peuvent résulter d'une extension continue du poignet pendant l'utilisation du clavier ou d'une pression mécanique directe exercée sur le poignet par des éléments tels que le bord tranchant du bureau. Les troubles des doigts peuvent résulter des mouvements nombreux et rapides des doigts fins qui se produisent lors de la frappe. Les épaules maintenues dans une position élevée statique, résultant d'une surface de travail trop élevée, peuvent éventuellement entraîner une tendinite. Comme c'est souvent le cas, une position assise prolongée, caractéristique de l'utilisation d'écrans de visualisation, peut réduire la circulation sanguine et augmenter l'accumulation de sang dans les jambes et les pieds lorsque les tissus mous des jambes sont comprimés. La lombalgie est souvent un trouble associé à une position assise prolongée, car les forces de compression dans la colonne vertébrale peuvent être élevées, surtout si la chaise est mal conçue. D'autres effets courants sur la santé liés à l'utilisation d'un écran de visualisation sont la fatigue oculaire et les maux de tête dus à un éclairage inapproprié ou au scintillement de l'écran de visualisation. L'ordinateur est rarement le seul équipement dans les grands bureaux. Le niveau de bruit généré par la combinaison des copieurs, des machines à écrire, des imprimantes, des téléphones et du système de ventilation est souvent supérieur aux 45 à 55 dBA recommandés pour une conservation facile du bureau et du téléphone et peut interférer avec la concentration et augmenter les niveaux de gêne et de stress, qui ont été associée à une maladie cardiaque.

Dangers environnementaux

Les principaux risques environnementaux liés aux commerces de bureaux et de commerce concernent principalement la société de consommation : développement des centres commerciaux et problèmes d'eau souterraine liés au développement des « champs verts ». Dans de nombreuses communautés suburbaines des pays industrialisés avancés, le commerce de détail et le développement de bureaux dans les centres commerciaux menacent la viabilité des zones urbaines du centre-ville et des espaces ouverts dans les banlieues. En Asie et en Afrique, les problèmes sont différents : la croissance massive et non planifiée des zones urbaines s'est accompagnée d'une division géographique encore plus nette des classes sociales. Mais au Nord et au Sud, certaines villes sont devenues des dépotoirs pour les pauvres et les démunis, car les centres commerciaux et les complexes de bureaux – et les classes les plus privilégiées – ont abandonné les zones urbaines. Ni le travail du futur ni les possibilités de consommation qui lui sont associées ne sont disponibles et l'environnement urbain s'est dégradé en conséquence. Les nouveaux efforts des organisations de justice environnementale ont aiguisé la discussion sur le développement urbain, la vie, les achats et le travail.

Le développement des bureaux pose également le problème des gaspillages de papier. Le papier présente un problème d'épuisement des ressources (l'abattage des forêts pour la pâte à papier) et le problème des déchets solides. Une campagne internationale contre le chlore a également mis en évidence les risques chimiques liés à la production de papier. Le recyclage du papier, cependant, a capturé l'imagination des personnes soucieuses de l'environnement, et l'industrie du papier et de la pâte à papier a été incitée à augmenter la production de produits en papier recyclé, ainsi qu'à trouver des alternatives à l'utilisation de composés chlorés. La communication électronique et la tenue de dossiers pourraient très bien constituer une solution à long terme à ce problème.

L'énorme problème des matériaux d'emballage en excès est une préoccupation environnementale critique. Par exemple, la décharge de Fresh Kills, la décharge de déchets résidentiels de New York, la plus grande décharge des États-Unis, couvre environ 3,000 14,000 acres et reçoit environ 150 50 tonnes de déchets par jour. À l'heure actuelle, à certains endroits, la décharge atteint 450 pieds (environ 140 m) de profondeur, mais devrait atteindre 10 pieds (environ XNUMX m) dans XNUMX ans. Cela n'inclut pas les déchets commerciaux ou industriels non toxiques. Une grande partie de ces déchets sont du papier et du plastique, qui pourraient être recyclés. En Allemagne, les producteurs de marchandises sont tenus de reprendre les matériaux d'emballage. Ainsi, les entreprises sont fortement encouragées à réduire leurs propres pratiques de marketing de détail inutiles.

 

Noir

Mardi 15 Mars 2011 14: 19

Professionnels et gestionnaires

Le lieu de travail, en particulier dans les pays industrialisés, est devenu de plus en plus un monde de cols blancs. Par exemple, aux États-Unis en 1994, les cols blancs étaient occupés par 57.9 % de la main-d'œuvre et les professions de services représentaient 13.7 % de la main-d'œuvre. Les professions libérales sont passées du quatrième au troisième groupe professionnel en importance (AFL-CIO 1995). Tableau 1  répertorie les emplois professionnels standard selon la classification internationale type des professions (ISCO-88). L'adhésion des cols blancs aux syndicats et organisations nationales est passée de 24 % en 1973 à 45 % en 1993 (AFL-CIO 1995). L'emploi professionnel, de gestion et technique devrait croître plus rapidement que la moyenne.


Tableau 1. Emplois professionnels standards

Professionnels

Physiciens, chimistes et professionnels assimilés

Physiciens et astronomes
Les météorologues
Les chimistes
Géologues et géophysiciens

Mathématiciens, statisticiens et professionnels apparentés

Mathématiciens et professionnels apparentés
Statisticiens

Professionnels de l'informatique

Concepteurs et analystes de systèmes informatiques
Programmeurs informatiques
Autres professionnels de l'informatique

Architectes, ingénieurs et professionnels assimilés

Architectes, urbanistes et urbanistes
Ingénieurs civils
Ingénieurs électriciens
Ingénieurs en électronique et télécommunications
Ingénieurs mécaniques
Ingénieurs chimistes
Ingénieurs miniers, métallurgistes et professionnels assimilés
Cartographes et géomètres
Autres architectes et ingénieurs

Professionnels des sciences de la vie et de la santé

Biologistes, zoologistes et professionnels assimilés
Pharmacologues, pathologistes et professionnels apparentés
Agronomes et professionnels assimilés

Professionnels de la santé (sauf soins infirmiers)

Médecins
Dentistes
Vétérinaires
Pharmaciens
Autres professionnels de la santé

Professionnels des soins infirmiers et obstétricaux
Professionnels de l'enseignement collégial, universitaire et supérieur
Professionnels de l'enseignement secondaire
Professionnels de l'enseignement primaire et préprimaire
Professionnels de l'enseignement spécialisé
Autres professionnels de l'enseignement

Spécialistes des méthodes pédagogiques
Inspecteurs scolaires

Professionnels

Les comptables ;
Personnel et professionnels de carrière
Autres professionnels de l'entreprise

Professionnels du droit

Les avocats.
Les juges
Autres professions juridiques

Archivistes, bibliothécaires et autres professionnels de l'information

Archivistes et conservateurs
Bibliothécaires et professionnels assimilés

Sciences sociales et professionnels apparentés

Les économistes
Sociologues, anthropologues et professionnels apparentés
Philosophes, historiens et politologues
Philologues, traducteurs et interprètes
Psychologues
Professionnels du travail social

Écrivains et artistes créateurs ou interprètes

Auteurs, journalistes et autres écrivains
Sculpteurs, peintres et artistes apparentés
Compositeurs, musiciens et chanteurs
Chorégraphes et danseurs
Acteurs et réalisateurs de cinéma, de théâtre et apparentés

Professionnels religieux

Source : OIT 1990a.


L'une des caractéristiques du personnel de bureau professionnel et des gestionnaires est que leur fonction professionnelle peut exiger la prise de décisions et la responsabilité du travail des autres. Certains cadres ou membres du personnel professionnel (par exemple, des ingénieurs, des infirmières administratrices ou des travailleurs sociaux) peuvent se trouver dans l'industrie et être exposés à des risques industriels partagés avec le personnel d'exécution. D'autres ayant des fonctions de gestion et de direction travaillent dans des bâtiments et des bureaux éloignés de l'industrie elle-même. Les deux groupes de travailleurs administratifs sont exposés aux dangers du travail de bureau : stress professionnel, mauvaise qualité de l'air intérieur, agents chimiques et biologiques, microtraumatismes répétés (TMS), problèmes de sécurité incendie, harcèlement sexuel et violence ou agression sur le lieu de travail. Voir également l'article « Bureaux : un résumé des dangers » dans ce chapitre.

Changements démographiques

Dans une étude sur la « résistance » des cadres dans les années 1970, on n'a pas trouvé suffisamment de femmes occupant des postes de direction pour être incluses dans l'étude (Maddi et Kobasa, 1984). Dans les années 1990, les femmes et les minorités ont été de plus en plus représentées dans les postes d'autorité, les emplois professionnels et les emplois non traditionnels. Cependant, un « plafond de verre » regroupe la plupart des femmes aux niveaux inférieurs de la hiérarchie organisationnelle : seulement 2 % des postes de direction sont occupés par des femmes aux États-Unis, par exemple.

Au fur et à mesure que les femmes entrent dans des professions traditionnellement masculines, la question se pose de savoir si leur expérience en milieu de travail entraînera une augmentation des maladies coronariennes semblable à celle des hommes. Par le passé, les femmes ont été moins réactives que les hommes aux sécrétions d'hormones de stress face à la pression à atteindre. Cependant, dans des études sur des femmes occupant des rôles non traditionnels (étudiantes en ingénierie, conductrices d'autobus et avocates), une expérience en laboratoire a montré que les femmes avaient une augmentation de la sécrétion d'épinéphrine presque aussi forte que les hommes exposés à une tâche difficile, considérablement plus élevée que les employées de bureau. dans les rôles traditionnels. Une étude menée en 1989 sur des cadres masculins et féminins a montré que les deux sexes avaient une lourde charge de travail, des contraintes de temps, des délais et des responsabilités envers les autres. Les femmes cadres ont signalé le manque de communication au travail et les conflits entre le travail et la famille comme sources de stress, contrairement aux hommes cadres. Les cadres masculins ont déclaré la satisfaction au travail la plus élevée. Il a été constaté que les femmes cadres n'avaient pas le soutien d'un solide réseau de travail. Des études sur les femmes professionnelles et leurs conjoints ont montré que les responsabilités en matière de garde d'enfants étaient plus lourdement assumées par les femmes, les hommes assumant des tâches moins exigeantes en termes de temps, comme l'entretien des pelouses (Frankenhaeuser, Lundberg et Chesney 1991).

Bien que les études n'indiquent pas que le travail mène au tabagisme, le stress au travail est associé à des taux accrus de tabagisme et à des difficultés à arrêter de fumer. En 1988, on a observé un taux de tabagisme plus élevé chez les femmes professionnelles que chez les hommes professionnels (Biener 1988). Le tabagisme est un style comportemental de gestion du stress. Par exemple, les infirmières qui fumaient la cigarette déclaraient des niveaux de stress au travail plus élevés que les infirmières non fumeuses. Dans l'étude sur les femmes et la santé, les travailleuses salariées étaient plus susceptibles de déclarer un stress au travail (45 %) que les travailleuses rémunérées à l'heure (31 %), et plus de difficulté à se détendre après le travail (57 %) que les travailleuses rémunérées à l'heure (35 %) (Tagliacozzo et Vaughn 1982).

Les changements internationaux ont provoqué des restructurations politiques et sociales qui ont poussé un grand nombre de personnes à émigrer de leur pays de naissance. L'adaptation du lieu de travail aux groupes minoritaires se traduit par une représentation plus diversifiée des travailleurs dans les postes de direction. Les implications de ces changements comprennent les analyses des facteurs humains, les politiques du personnel et l'éducation à la diversité. Des modifications ergonomiques peuvent être nécessaires pour s'adapter à divers types et tailles de corps. Les cultures peuvent s'affronter; par exemple, les valeurs concernant la productivité élevée ou la gestion du temps peuvent varier d'un pays à l'autre. La sensibilité à ces différences culturelles est enseignée plus souvent aujourd'hui alors qu'une économie mondiale est envisagée (Marsella 1994).

Nouvelles structures d'organisation du travail

Une augmentation de l'utilisation de techniques participatives pour la contribution et la gouvernance des organisations, telles que les comités mixtes patronaux-syndicaux et les programmes d'amélioration de la qualité, a modifié les structures hiérarchiques typiques de certaines organisations. Par conséquent, l'ambiguïté des rôles et les nouvelles exigences en matière de compétences sont fréquemment mentionnées comme des facteurs de stress pour les personnes occupant des postes de direction.

Si les conditions de travail de gestion et de supervision restent difficiles, alors la personne à haut niveau de stress/faible maladie peut être décrite comme un « cadre robuste ». Ces cadres ont été caractérisés comme étant engagé à divers aspects de leur vie (par exemple, la famille, le travail, les relations interpersonnelles), comme un sentiment accru de des bactéries sur ce qui se passe dans leur vie et en ce qui concerne challenge en mode positif. Si des événements stressants de la vie (par exemple, des réductions de personnel) peuvent affaiblir un travailleur, le modèle de robustesse fournit un effet tampon ou protecteur. Par exemple, pendant les périodes de changement organisationnel, les efforts pour maintenir un sentiment de contrôle parmi les travailleurs pourraient inclure une plus grande clarté dans les activités de travail et les descriptions de poste, et la perception du changement comme ayant des possibilités plutôt que comme une perte (Maddi et Kobasa 1984).

Changement dans la technologie en milieu de travail

Le travail s'est modifié de sorte qu'en plus des compétences mentales requises du professionnel, une expertise technologique est attendue. L'utilisation de l'ordinateur, du télécopieur, du téléphone et des vidéoconférences, du courrier électronique, des présentations audiovisuelles et d'autres nouvelles technologies a à la fois modifié la fonction de nombreux gestionnaires et créé des risques ergonomiques et autres associés aux machines qui assistent ces fonctions. Le terme stress technologique a été inventé pour décrire l'impact de l'introduction des nouvelles technologies de l'information. En 1991, pour la première fois de l'histoire, les entreprises américaines ont dépensé plus en matériel informatique et de communication qu'en machines industrielles, minières, agricoles et de construction.

Les ordinateurs affectent la façon dont le travail professionnel et les processus de travail sont organisés aujourd'hui. Ces effets peuvent inclure une fatigue oculaire, des maux de tête et d'autres effets sur l'écran de visualisation. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé en 1989 que les facteurs psychologiques et sociologiques sont au moins aussi importants que l'ergonomie physique dans le travail avec les ordinateurs. Les conséquences imprévues de l'utilisation de l'ordinateur comprennent l'isolement de l'opérateur informatique et l'augmentation du travail avec des ordinateurs dans des endroits éloignés utilisant des modems à haut débit. (Voir aussi l'article « Télétravail » dans ce chapitre.)

Stress professionnel

Un danger bien connu est celui du stress professionnel, désormais lié à des conséquences physiologiques, notamment les maladies cardiovasculaires. Le stress est traité en détail dans plusieurs chapitres de ce Encyclopédie.

Une étude suédoise d'ingénieurs professionnels en télécommunications suggère que la plupart des études sur le stress, qui ont généralement été basées sur des emplois peu ou moyennement qualifiés, ne s'appliquent pas aux professionnels qualifiés. Dans cette étude, trois interventions de réduction du stress ont été appliquées à la main-d'œuvre professionnelle avec les résultats bénéfiques suivants : un sentiment d'être en contrôle de son propre travail (pensé pour protéger contre le travail à haute tension mentale) ; une diminution de la fatigue mentale; un effet durable sur les interactions sociales et le soutien ; une amélioration des niveaux élevés de prolactine; une diminution des thrombocytes circulants (qui peut être un facteur d'AVC); et une amélioration des indicateurs de risque cardiovasculaire (Arnetz 1996).

Alors que les coûts humains et financiers du stress professionnel sont devenus connus, de nombreuses organisations ont mis en place des initiatives visant à réduire le stress et à améliorer la santé des employés sur le lieu de travail. De telles interventions peuvent se concentrer sur l'individu (techniques de relaxation et programmes d'aide aux employés) ; sur l'interface individu-organisation (adéquation personne-environnement, participation et autonomie); ou sur l'organisation (structures organisationnelles, formation, sélection et placement).

Violence

Les cadres et les professionnels sont à risque de violence et d'agression en raison de leur visibilité et de la possibilité de réactions défavorables à leurs décisions. Le plus souvent, la violence et les agressions se produisent lorsque l'argent change de mains dans les commerces de détail ou lorsque des clients en difficulté sont vus. Les lieux de travail les plus à risque d'homicide (par ordre décroissant) sont les établissements de taxis, les magasins d'alcools, les stations-service, les services de détective, les établissements de justice et d'ordre public, les épiceries, les bijouteries, les hôtels/motels et les débits de boissons. L'homicide sur le lieu de travail était la principale cause de décès au travail chez les femmes et la troisième cause de décès chez tous les travailleurs aux États-Unis du milieu des années 1980 au milieu des années 1990 (NIOSH 1993; Stout, Jenkins et Pizatella 1989).

Risques de voyage

Environ 30 millions de personnes ont voyagé des pays industrialisés vers les pays en développement en 1991, dont beaucoup étaient des voyageurs d'affaires. La moitié des voyageurs étaient des résidents américains et canadiens, se rendant le plus souvent au Mexique. Les voyageurs européens représentaient 40 % du total, la majorité visitant l'Afrique et l'Asie. Les risques pour la santé des voyageurs internationaux surviennent lorsqu'ils voyagent dans des pays en développement avec des taux endémiques élevés de maladies pour lesquelles le voyageur peut avoir de faibles niveaux d'anticorps protecteurs. Un exemple est le virus de l'hépatite A (VHA), qui est transmis à 3 personnes sur 1,000 20 pour le voyageur moyen dans les pays en développement et qui passe à 1,000 personnes sur 1992 1996 pour ceux qui voyagent dans les zones rurales et n'ont pas fait attention à la nourriture et à l'hygiène. L'hépatite A est une maladie d'origine alimentaire et hydrique. Il existe un vaccin qui a été introduit en Suisse en XNUMX et qui est recommandé par le Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation pour les personnes voyageant dans des régions à forte incidence de VHA (Perry XNUMX). Le contexte et les références de ces dangers sont fournis ailleurs dans ce Encyclopédie.

Les autres risques liés aux voyages comprennent les accidents de la route (la cause la plus élevée de décès au travail aux États-Unis), le décalage horaire dû aux perturbations diurnes, les absences prolongées de la famille, les troubles gastro-intestinaux, les accidents de transport en commun, la criminalité, le terrorisme ou la violence. Des avis aux voyageurs concernant des risques spécifiques sont disponibles auprès des agences de contrôle des maladies et des ambassades.

Interventions en matière de santé et de sécurité

Les mesures d'amélioration des conditions de travail des professionnels et des cadres comprennent les suivantes :

  • Tous les travailleurs de gestion, de supervision et professionnels doivent être inclus dans la formation en santé et sécurité sur le chantier.
  • Les programmes de sevrage tabagique sur le lieu de travail sont appropriés car ils sont pratiques, permettent la pratique de comportements de renoncement pendant les heures de travail (quand ils sont souvent les plus nécessaires pour faire face à des événements stressants) et incitent à arrêter de fumer.
  • Les programmes de gestion du stress et du temps améliorent la satisfaction et la productivité des travailleurs.
  • La diversité sur le lieu de travail sera monnaie courante au cours du siècle à venir. La formation à la diversité améliore la compréhension interculturelle.
  • Le personnel féminin professionnel et de direction a besoin d'un soutien sur le lieu de travail pour ses rôles exigeants à la maison et sur le lieu de travail : congés familiaux, groupes de soutien et possibilités accrues d'avancement et de contrôle sur leur travail.
  • Des programmes d'aide aux employés qui ne portent pas de jugement et qui sont confidentiels devraient être offerts à tous les travailleurs.
  • Les risques liés au travail informatique nécessitent une attention particulière sur les plans de l'organisation, de l'environnement, de l'équipement et de la formation, ainsi que des améliorations techniques dans la conception des postes de travail, des moniteurs et des sites de travail distants.
  • Les voyageurs ont besoin de temps pour se réorienter vers d'autres fuseaux horaires et pays, d'informations actualisées sur la santé pour les protéger, de temps libre pour subvenir aux besoins de leur famille et de protections de sécurité.
  • Tous les travailleurs ont besoin de contrôles techniques, de pratiques de travail et d'équipements de protection pour se protéger contre les actes de violence et les agressions d'autrui. La formation à la protection personnelle et professionnelle devrait traiter de la prévention, de la protection personnelle et de l'aide et des conseils après une agression.

 

Noir

Mardi 15 Mars 2011 14: 23

Bureaux : un résumé des dangers

Les employés de bureau peuvent effectuer une grande variété de tâches, notamment : répondre au téléphone; interagir avec le public; gérer de l'argent; recevoir et livrer le courrier; ouvrir le courrier; dactylographie et transcription; faire fonctionner des machines de bureau (par exemple, des ordinateurs, des calculatrices, des duplicateurs, etc.); dépôt; soulever des fournitures, des colis, etc.; et des travaux professionnels tels que la rédaction, l'édition, la comptabilité, la recherche, les entretiens, etc. Le tableau 1 énumère les emplois de bureau standard.

 


 

Tableau 1. Emplois de bureau standard

Commis

Secrétaires et commis au clavier

Sténographes et dactylographes
Traitement de texte et opérateurs associés
Opérateurs de saisie de données
Opérateurs de machines à calculer
Secrétaires

Commis numériques

Commis à la comptabilité et à la tenue de livres
Commis aux statistiques et aux finances

Commis à l'enregistrement du matériel et au transport

Commis aux stocks
Commis à la production
Commis aux transports

Commis de bibliothèque, de courrier et personnel assimilé

Commis de bibliothèque et de classement
Facteurs et préposés au tri
Commis au codage, à la relecture et personnel assimilé
Scribes et greffiers apparentés
Autres commis de bureau

Caissiers, caissiers et commis assimiléss

Caissiers et billetteries
Caissiers et autres guichetiers
Bookmakers et croupiers
Prêteurs sur gages et usuriers
Agents de recouvrement et assimilés

 

Commis à l'information à la clientèle

Agence de voyages et commis assimilés
Réceptionnistes et préposés à l'information
Téléphonistes et standardistes

Source : OIT 1990a.

 


 

On pense souvent que les employés de bureau ont des environnements de travail agréables et sûrs. Même si le travail de bureau n'est pas aussi dangereux que de nombreux autres lieux de travail, il existe une variété de problèmes de sécurité et de santé qui peuvent être présents dans un bureau. Certains d'entre eux peuvent présenter des risques importants pour les employés de bureau.

Certains dangers et problèmes de santé

Glissades, trébuchements et chutes sont une cause fréquente de blessures au bureau. De mauvaises conditions météorologiques telles que la pluie, la neige et la glace créent des risques de glissade à l'extérieur des bâtiments et à l'intérieur lorsque les sols mouillés ne sont pas nettoyés rapidement. Les cordons électriques et téléphoniques placés dans les allées et les allées sont une cause fréquente de déplacements. Les bureaux recouverts de moquette peuvent créer des risques de trébuchement lorsque la moquette ancienne, effilochée et gondolée n'est pas réparée et que les talons des chaussures s'y accrochent. Les boîtes de prises électriques au sol peuvent provoquer des trébuchements lorsqu'elles sont situées dans les allées et les allées.

Des coupures et des bleus sont observés dans les bureaux pour diverses causes. Les coupures de papier sont courantes dans les chemises de classement, les enveloppes et les bords de papier. Les travailleurs peuvent se blesser s'ils marchent sur des tables, des portes ou des tiroirs laissés ouverts et invisibles. Les fournitures et le matériel de bureau mal entreposés peuvent causer des blessures s'ils tombent sur un travailleur ou s'ils sont placés à un endroit où un travailleur marcherait dessus par inadvertance. Les coupures peuvent également être causées par des équipements de bureau tels que des coupe-papier et des bords tranchants de tiroirs, d'armoires et de tables.

Risques électriques se produisent lorsque les cordons électriques sont placés dans les allées et les allées, ce qui les endommage. L'utilisation inappropriée des rallonges est souvent observée dans les bureaux, par exemple, lorsque ces cordons sont utilisés à la place de prises fixes (installées en permanence), qu'un trop grand nombre d'éléments y sont branchés (il pourrait donc y avoir une surcharge électrique) ou qu'ils sont mal branchés. taille (rallonges minces utilisées pour alimenter les cordons à usage intensif). Des prises adaptatrices ou «tricheuses» sont utilisées dans de nombreux bureaux. Le plus souvent, ils sont utilisés pour connecter des équipements qui doivent être mis à la terre (fiche à trois broches) dans des prises à deux broches sans connecter la prise à la terre. Cela crée une connexion électrique non sécurisée. Les broches de terre sont parfois cassées d'une prise pour permettre la même connexion à deux broches.

Stress est un problème de santé psychosocial important pour de nombreux bureaux. Le stress est causé par de nombreux facteurs, notamment le bruit causé par la surpopulation et l'équipement, les mauvaises relations avec les superviseurs et/ou les collègues, l'augmentation de la charge de travail et le manque de contrôle du travail.

Problèmes musculo-squelettiques et lésions des tissus mous telles que les tendinites résultent de meubles et d'équipements de bureau qui ne sont pas adaptés aux besoins physiques individuels d'un travailleur. La tendinite peut survenir à la suite de mouvements répétés de certaines parties du corps, comme des problèmes de doigts dus à une écriture constante, ou au classement et à la récupération de dossiers dans des armoires trop pleines. De nombreux employés de bureau souffrent d'une variété de RSI tels que le syndrome du canal carpien, le syndrome du défilé thoracique et les lésions nerveuses ulcéreuses en raison de l'équipement mal ajusté et du manque de pauses dues à la saisie continue (sur un ordinateur) ou à d'autres activités répétitives. Un mobilier et un équipement mal conçus contribuent également à une mauvaise posture et à la compression nerveuse des membres inférieurs, car de nombreux employés de bureau restent assis pendant de longues périodes ; tous ces facteurs contribuent aux problèmes de lombalgie et des membres inférieurs, tout comme la station debout constante.

L'utilisation continue d'ordinateurs et un mauvais éclairage général créent fatigue des yeux pour les employés de bureau. Pour cette raison, de nombreux travailleurs connaissent une aggravation de la vision, des maux de tête, des yeux brûlants et une fatigue oculaire. Des ajustements de l'éclairage et du contraste de l'écran d'ordinateur, ainsi que des pauses fréquentes dans la mise au point des yeux, sont nécessaires pour aider à éliminer les problèmes oculaires. L'éclairage doit être adapté à la tâche.

Procédures d'incendie et d'urgence sont indispensables dans un bureau. De nombreux bureaux ne disposent pas de procédures adéquates permettant aux travailleurs de quitter un bâtiment en cas d'incendie ou d'autre urgence. Ces procédures, ou plans d'urgence, doivent être écrites et doivent être pratiquées (par des exercices d'incendie) afin que les occupants du bureau sachent où aller et quoi faire. Cela garantit que tous les travailleurs évacueront rapidement et en toute sécurité en cas d'incendie réel ou d'autre urgence. La sécurité incendie est souvent compromise dans les bureaux par le blocage des sorties, l'absence de signalisation de sortie, le stockage de produits chimiques ou de matériaux combustibles incompatibles, des systèmes d'alarme ou de lutte contre les incendies inopérants ou l'absence totale de moyens adéquats de notification des travailleurs en cas d'urgence.

Violence

La violence au travail est maintenant reconnue comme un risque important sur le lieu de travail. Comme discuté dans le chapitre Violence, aux États-Unis, par exemple, l'homicide est la principale cause de décès chez les travailleuses et la troisième cause de décès chez tous les travailleurs. Les agressions non mortelles se produisent beaucoup plus fréquemment que la plupart des gens ne le pensent. Les employés de bureau qui interagissent avec le public, par exemple les caissiers, peuvent être plus exposés à la violence. La violence peut aussi être interne (travailleur contre travailleur). Cependant, la grande majorité de la violence au travail au bureau provient de personnes qui viennent au bureau de l'extérieur. Les employés de bureau du gouvernement sont beaucoup plus à risque d'incidents de violence au travail parce qu'ils administrent des lois et des règlements auxquels de nombreux citoyens ont des réactions hostiles, qu'elles soient verbales ou physiques. Aux États-Unis, 18 % de la population active sont des fonctionnaires, mais ils constituent 30 % des victimes de violence au travail.

Les bureaux peuvent être rendus plus sûrs en restreignant l'accès aux zones de travail, en modifiant ou en créant des politiques et des procédures qui aident à éliminer les sources d'hostilité et à prévoir des procédures d'urgence et en installant un équipement de sécurité adapté au bureau particulier à améliorer. Les mesures d'amélioration de la sécurité sont illustrées dans l'article décrivant les exigences allemandes en matière de sécurité des caissiers de banque.

Qualité de l'air

La mauvaise qualité de l'air intérieur (QAI) est probablement la plainte la plus fréquente en matière de sécurité et de santé des employés de bureau. L'effet d'une mauvaise QAI sur la productivité, l'absentéisme et le moral est important. L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a classé la mauvaise QAI dans son top 5 des problèmes de santé publique des années 1990. De nombreuses raisons expliquent la mauvaise qualité de l'air. Parmi eux figurent des bâtiments fermés ou scellés avec une quantité d'air extérieur insuffisante, des bureaux surpeuplés, un entretien inadéquat des systèmes de ventilation, la présence de produits chimiques tels que des pesticides et des produits de nettoyage, des dégâts d'eau et la croissance de moisissures, l'installation de cabines et de murs qui bloquent la circulation de l'air. aux zones de travail, trop ou trop peu d'humidité et des environnements de travail sales (ou un mauvais entretien ménager).

Tableau 2 répertorie les polluants de l'air intérieur courants que l'on trouve dans de nombreux bureaux. Les machines de bureau sont également une source de nombreux polluants de l'air intérieur. Malheureusement, la plupart des bureaux n'ont pas conçu leurs systèmes de ventilation pour tenir compte des émissions des équipements de bureau.

Tableau 2. Polluants de l'air intérieur pouvant se trouver dans les immeubles de bureaux

De polluants

Sources

Effets sur la santé

Ammoniac

Machines à plans, solutions de nettoyage

Système respiratoire, irritation des yeux et de la peau

Amiante

Produits d'isolation, composés de rebouchage, ignifuges, carreaux de plafond et de sol

Fibrose pulmonaire (poumon), cancer

Gaz carbonique

Air expiré par l'homme, combustion

Maux de tête, nausées, étourdissements

Monoxyde de carbone

Échappement automobile, fumée de tabac, combustion

Maux de tête, faiblesse, étourdissements, nausées ; exposition à long terme liée aux maladies cardiaques

Formaldéhyde

Isolation en mousse d'urée-formaldéhyde et résine d'urée-formaldéhyde utilisées pour lier les produits de bois stratifiés tels que les panneaux de particules et le contreplaqué; fumée de tabac

Système respiratoire, irritation des yeux et de la peau, nausées, maux de tête, fatigue, possibilité de cancer

Fréons

Systèmes de climatisation qui fuient

Irritation du système respiratoire; arythmie cardiaque à des concentrations élevées

Alcool méthylique

Duplicateurs à spiritueux

Système respiratoire et irritation de la peau

Micro-organismes (virus, bactéries, champignons)

Systèmes d'humidification et de climatisation, condenseurs évaporatifs, tours de refroidissement, papiers moisis, vieux livres, papier journal humide

Infections respiratoires, réactions allergiques

Gaz d'échappement des véhicules à moteur (monoxyde de carbone, oxydes d'azote, particules de plomb, oxydes de soufre)

Garages de stationnement, trafic extérieur

Irritation du système respiratoire et des yeux, maux de tête (voir monoxyde de carbone), dommages génétiques

Oxydes d'azote

Appareils de chauffage et poêles à gaz, combustion, gaz d'échappement des véhicules à moteur, fumée de tabac

Système respiratoire et irritation des yeux

Ozone

Photocopies et autres machines électriques

Irritation du système respiratoire et des yeux, maux de tête, dommages génétiques

Vapeurs et poussières de peinture (organiques, plomb, mercure)

Surfaces fraîchement peintes, vieille peinture craquelée

Irritation du système respiratoire et des yeux; lésions neurologiques, rénales et médullaires à des niveaux d'exposition élevés

PCB (biphényles polychlorés), dioxine, dibenzofurane

Transformateurs électriques, anciens ballasts de lampes fluorescentes

Défauts spermatiques et fœtaux, éruptions cutanées, lésions hépatiques et rénales, cancer

Pesticides

Pulvérisation des plantes et des locaux

Selon les composants chimiques : dommages au foie, cancer, dommages neurologiques, irritation de la peau, du système respiratoire et des yeux

Radon et produits de désintégration

Matériaux de construction tels que le béton et la pierre ; sous-sols

Dommages génétiques, cancer, dommages au fœtus et au sperme, etc., dus aux rayonnements ionisants

Solvants (chlorure de méthylène, 1,1,1-trichloro-éthane, perchloroéthylène, hexane, heptane, alcool éthylique, éthers de glycol, xylène, etc.)

Nettoyants et liquides correcteurs pour machines à écrire, adhésifs en aérosol, colle caoutchouc, encres pour tampons encreurs, marqueurs à pointe feutre, encres et nettoyants pour presse à imprimer

Selon le solvant : irritation de la peau, des yeux et du système respiratoire ; maux de tête, étourdissements, nausées ; dommages au foie et aux reins

Gaz stérilisants (tels que l'oxyde d'éthylène)

Systèmes pour stériliser les systèmes d'humidification et de climatisation

Selon les composants chimiques : système respiratoire et irritation des yeux, dommages génétiques, cancer

Fumée de tabac (exposition passive aux particules, au monoxyde de carbone, au formaldéhyde, aux goudrons de houille et à la nicotine)

Cigarettes, pipes, cigares

Irritation du système respiratoire et des yeux; peut entraîner des maladies associées aux fumeurs

Composés organiques volatils (COV)

Photocopieurs et autres machines de bureau, moquettes, plastiques neufs

Système respiratoire et irritation des yeux, réactions allergiques

Source : Stellman et Henifin 1983.

La prévalence d'une mauvaise QAI a contribué à une augmentation de l'asthme professionnel et d'autres troubles respiratoires, de la sensibilité chimique et des allergies. La peau et les yeux secs ou irrités sont également des problèmes de santé courants qui peuvent être liés à une mauvaise QAI. Des mesures doivent être prises pour enquêter et corriger les problèmes qui causent une mauvaise QAI conformément aux normes et recommandations de qualité de l'air.

La dermatite (à la fois allergique et irritante) peut être causée par de nombreux polluants atmosphériques énumérés dans le tableau 2 - par exemple, les solvants, les résidus de pesticides, les encres, les papiers couchés, les rubans de machine à écrire, les nettoyants, etc. peuvent causer des problèmes de peau. Les meilleures solutions pour les employés de bureau sont l'identification de la cause et la substitution.

 

Noir

Travailler à la banque : désormais plus sûr pour le personnel

Quelles mesures à long terme peuvent être prises pour réduire l'attrait du braquage de banque ? Les nouvelles dispositions de la réglementation allemande sur la prévention des accidents (APR) pour les « guichets » (VBG 120) minimisent considérablement le risque pour les employés d'être blessés ou tués lors de braquages ​​de banque.

Une connaissance précise du comportement des braqueurs de banque est cruciale. À cette fin, l'Administration Trade Organisation étudie les braquages ​​de banque depuis 1966. Ces études ont montré que, par exemple, les braqueurs de banque préfèrent les petites succursales bancaires avec peu d'employés. Environ un tiers des braquages ​​de banque se produisent peu après l'ouverture ou juste avant la fermeture. Le but est de quitter la banque cambriolée le plus rapidement possible (au bout de 2 ou 3 minutes) et avec le plus gros butin possible. De nombreux braqueurs de banque travaillent sous l'idée fausse très répandue que 100,000 XNUMX DM et plus peuvent être pris à la fenêtre d'un caissier. Les résultats de ces études et d'autres sont contenus dans les sections « Construction et équipement » et « Opérations » du RAA « Guichet caissier ». Des mesures qui réduisent drastiquement les attentes des braqueurs de banque sont ici proposées pour protéger l'employé. Le succès de ces mesures dépend du strict respect par les salariés de leur pratique quotidienne.

Quelles sont les exigences de base définies dans l'APR « Guichet du caissier » ? Au paragraphe 7 du RAP « Guichet », l'exigence centrale est posée : « La protection de l'assuré passe par la sécurisation des billets de manière à réduire considérablement l'incitation au vol ».

Qu'est-ce que cela signifie dans la pratique quotidienne ? L'argent facilement accessible doit être conservé et utilisé dans des zones accessibles au public uniquement dans des pièces séparées du public par des sections à l'épreuve des balles ou incassables.

Le montant maximum d'argent accessible autorisé est indiqué au paragraphe 32: un maximum combiné de 50,000 6 DM est autorisé s'il y a des guichets à l'épreuve des balles, d'autres garanties incassables et au moins 10,000 employés présents. 2 XNUMX DM ne doivent pas être dépassés en cas d'utilisation de protections anti-effraction (mais pas de guichets pare-balles) en relation avec des conteneurs équipés de libérations échelonnées dans le temps. Il doit y avoir au moins XNUMX employés présents en tout temps, qui doivent être en contact visuel.

Pour maintenir l'incitation au braquage de banque aussi faible que possible, les montants d'argent accessibles doivent être maintenus bien en deçà des maximums fixés dans le TAP « Guichet du caissier ». En outre, le paragraphe 25 demande que les instructions de la société fixent les montants accessibles maximaux autorisés pour chaque succursale. Les montants plus importants nécessaires aux affaires et autres besoins doivent être sécurisés dans des conteneurs à verrouillage horaire pour rendre l'accès des voleurs de banque plus difficile.

Les guichets des guichets qui ne sont pas équipés de protections pare-balles ou incassables et qui ne disposent pas d'une centrale d'alimentation en monnaie ou d'un guichet automatique exploité par les employés ne doivent pas avoir de billets de banque accessibles à portée de main.

Sécurisation des fenêtres et des portes

Les portes d'entrée et de sortie du personnel dans les zones des guichets contenant de l'argent doivent être sécurisées contre la visualisation ou l'entrée de l'extérieur, de sorte que les voleurs de banque ne puissent pas facilement intercepter les employés entrant et sortant des salles de banque. L'employé doit pouvoir s'assurer, grâce à des judas intégrés, qu'aucun danger n'existe.

Pour empêcher l'entrée inaperçue des voleurs de banque dans les salles de banque, les ferme-portes doivent s'assurer que les portes sont toujours fermées.

Étant donné qu'une incitation considérable au vol provient de la visualisation des billets de banque, les fenêtres derrière lesquelles les billets de banque sont manipulés doivent être sécurisées contre la visualisation ou la pénétration. Les statistiques montrent que le respect strict de cette exigence entraîne très peu de vols de banque par les fenêtres ou les entrées du personnel.

Contrairement aux portes d'entrée et de sortie du personnel, les portes destinées au trafic public doivent offrir une vue dégagée. Les braqueurs de banque peuvent ainsi être reconnus tôt et une alarme retentir pour apporter de l'aide. Par conséquent, il est important que la vue ne soit pas obstruée par des pancartes ou autres.

Surveillance optimale de la pièce

Afin de pouvoir identifier le braqueur de banque le plus rapidement possible, et d'avoir des preuves efficaces pour le tribunal, un équipement optimal de surveillance de salle est prescrit dans l'APR « Guichet du caissier ». Ceci est également important pour déterminer si le voleur a extorqué de l'argent ou menacé des employés, car des actions particulièrement brutales augmentent la peine. De bonnes images réduisent l'incitation à cambrioler une banque.

L'instruction "Instructions d'installation pour un équipement de surveillance de salle optimal (ORSE) SP 9.7/5" de juillet 1993 n'autorisait que des caméras individuelles en tant qu'ORSE standard. Les photographies sont supérieures aux prises de vue vidéo pour l'identification en raison d'une plus grande reconnaissance des détails, ce qui donne de meilleures preuves. L'inconvénient réside dans le fait que les photos ne sont disponibles qu'après le déclenchement de l'appareil photo. En raison des progrès techniques, le comité technique de l'administration autorise désormais également l'utilisation de caméras vidéo comme l'ORSE éventuel. L'instruction correspondante est en cours de préparation ; il prévoit que la résolution limitée des images vidéo doit être compensée par l'utilisation de 2 vues. Pour cela, au moins 2 caméras doivent être installées pour reconnaître le voleur et pour filmer les événements essentiels.

Une installation appropriée de la technologie vidéo peut enregistrer en continu, et une photo « recherchée » peut ainsi être disponible sans déclenchement particulier. Les autres avantages du système incluent des prises de vue en couleur, une disponibilité plus rapide des photos "recherchées", la transmission des images à la police même pendant le vol et la possibilité de vérifier en permanence le fonctionnement de l'appareil photo.

Sécurité de la fenêtre du caissier

L'APR « Guichet » autorise :

  • vitrines et guichets pare-balles et incassables
  • séparations motorisées
  • séparations incassables en liaison avec des écrans pare-balles
  • équipement central de masse monétaire
  • guichets automatiques gérés par les employés.

En outre, les guichets automatiques gérés par le client satisfont aux exigences du paragraphe 7, car leur utilisation peut réduire le montant d'argent dans la cabine ou la pièce séparée.

Afin de respecter le TAEG « Guichet », le nombre d'employés nécessaires au guichet et les montants à encaisser et à verser (quantité et nombre) doivent être connus avant la construction ou l'aménagement d'un guichet. Une sécurité optimale ne peut être atteinte que lorsque la sécurité des guichets correspond au flux réel des affaires.

Présence constante avec contact visuel

Certaines mesures de sécurité des caissiers exigent un minimum de 2 à 6 employés ayant un contact visuel les uns avec les autres. Cette exigence découle de la reconnaissance que les voleurs de banque préfèrent les petites succursales avec des rendements plus élevés, où les caissiers, lorsqu'ils sont menacés par une arme à feu, ne peuvent pas se retirer derrière un blindage pare-balles.

Le blindage incassable du caissier ne peut être utilisé que lorsque 6 employés en contact visuel sont toujours présents dans la zone du comptoir. Cela ne signifie pas un emplacement pour 6 personnes, où tout le monde n'est pas toujours sur son lieu de travail en raison de vacances, de maladie, de visites de clients, etc. L'expérience montre que cette condition ne peut être remplie que lorsque 8 à 10 salariés travaillent sur le site. Alternativement, un service flottant peut éventuellement être utilisé pour assurer le nombre minimum d'employés nécessaire.

Pour garantir la présence constante de 2 employés avec un contact visuel, l'emplacement doit avoir 3 à 4 postes.

Il est important que l'installation ne soit pas ouverte avant que le nombre minimum d'employés requis ne soit présent. Lorsque les consultations ont lieu dans des salles communicantes, le nombre minimum d'employés aux guichets doit toujours être maintenu.

La sécurité par la séparation

Petites branches

Les « petites succursales » sont celles où la présence d'au moins 2 employés avec un contact visuel dans la zone de comptoir n'est pas assurée. Pour ces branches, un blindage pare-balles associé à des séparations incassables offre une bonne protection, puisque l'employé n'a pas à quitter la zone sécurisée en cas de vol. Les consultations se déroulent dans une zone protégée par un blindage incassable. Une bonne communication est possible ici. Le bouclier pare-balles, derrière lequel les espèces accessibles doivent être conservées, doit être placé de manière à ce que les employés ne puissent pas être menacés avec une arme depuis l'espace client. Les transactions monétaires s'effectuent au moyen d'une trappe prescrite ou d'un tiroir coulissant. Étant donné que l'employé doit se rendre dans la zone sécurisée pare-balles en cas d'attaque, la sécurité personnelle nécessaire est assurée. Cette zone ne doit en aucun cas être quittée, y compris lors de la remise d'argent au voleur.

La séparation complète à l'épreuve des balles présente une alternative pour les opérations de guichet de 1 à 3 personnes. Il offre une protection mécanique contre le vol de banque typique, puisque tous les employés sont séparés du voleur par un blindage pare-balles. L'inconvénient ici est que la communication avec les clients est réduite dans l'intérêt de la sécurité. Ainsi, une séparation à l'épreuve des balles complète n'est appropriée que pour les petites branches.

Branches plus grandes

La cabine du caissier est une forme de sécurité dans laquelle seul le poste de travail du caissier est séparé de l'espace client. Cette possibilité n'a de sens que pour les emplois de caissier dans lesquels le caissier est entièrement occupé par son travail en cabine et n'a pas à la quitter.

Avant d'installer une cabine, il est nécessaire de déterminer si le caissier est entièrement occupé à manipuler de l'argent. Dans les petites succursales qui ne comptent que 2 à 4 employés, ce n'est souvent pas le cas. Si le caissier a d'autres tâches à l'extérieur de la cabine, les exigences de sécurité de l'APR ne sont pas respectées, puisque le caissier est censé être toujours séparé des clients pour se protéger contre les attaques corporelles. Dans la pratique, ce qui se produit à plusieurs reprises, c'est que pendant que le caissier effectue des tâches à l'extérieur de la cabine, la porte est maintenue ouverte avec un coin ou la clé est laissée dans la serrure. Ainsi la sécurité du guichet est compromise, ce qui intéresse beaucoup les voleurs potentiels.

La cabine du caissier à l'épreuve des balles entrave la communication entre le caissier et les clients. Mais comme les discussions plus longues ont de toute façon lieu dans des lieux de travail non sécurisés, cela ne pose pas de gros problème. Des problèmes plus graves consistent à assurer une ventilation et une climatisation sans courants d'air dans les cabines des petits guichets.

Pour les séparations motorisées, une paroi mobile en acier, intégrée au comptoir, se soulève en cas d'urgence au moyen de plusieurs déclencheurs disposés à intervalles de secondes. Cela crée une séparation à l'épreuve des balles, avec les employés derrière dans une zone sécurisée. Pour éviter qu'un voleur n'entre sans être remarqué, il doit être activé chaque fois qu'il n'y a pas d'employés dans la zone du coffre-fort ou lorsque des travaux sont en cours qui obligent le personnel à se détourner des comptoirs. Afin d'éviter une activation constante de la paroi en acier, ce type de sécurité ne doit être utilisé que dans les zones de guichets de 2 à 4 personnes.

De plus, les postes de travail des caissiers peuvent être isolés avec des séparations pare-balles. Pour cela, des séparations complètes pour tous les employés ainsi que des guichets peuvent être installés. Cette forme de sécurité nécessite cependant la présence constante d'au moins 6 employés avec un contact visuel constant dans le hall principal.

Une séparation complète à l'épreuve des balles et des guichets peuvent également être utilisés lorsqu'un minimum de 2 employés sont présents avec un contact visuel et que l'argent disponible ne dépasse pas 10,000 XNUMX DM. Un conteneur d'argent à libération prolongée est dans ce cas nécessaire pour que le caissier n'ait pas constamment à quitter la zone sécurisée pour se réapprovisionner. Les voleurs de banque évitent les postes de guichet où ils ne peuvent s'attendre qu'à une petite somme d'argent ou doivent attendre longtemps. Dans ce cas, l'affichage du contenant temporisé à l'entrée et dans l'espace guichets est important pour la protection des salariés. Cela indique immédiatement au voleur potentiel que l'employé n'a aucun contrôle sur le conteneur et qu'il ne peut s'attendre qu'à un petit transport.

Sécurité sans billets accessibles dans le hall principal

La sécurité est possible même sans établir de séparation entre les employés et l'espace client. Mais pour que cela réduise l'incitation, aucune quantité d'argent accessible ne peut se trouver dans la zone des caissiers. L'argent encaissé doit être immédiatement sécurisé. L'argent est conservé dans une caisse dans une zone non ouverte au public, il ne peut donc pas être menacé par le voleur. Les employés reçoivent les sommes d'argent nécessaires par le biais d'un système de livraison par tube dans le hall principal. L'argent encaissé est envoyé à la caisse par ce moyen. Aucun nombre minimum d'employés dans le hall principal n'est prescrit dans ce cas. Ce type de sécurité entraîne toutefois des temps d'attente plus longs pour les clients. L'avantage est que les voleurs de banque n'ont pratiquement aucune chance d'obtenir quoi que ce soit lors d'un vol.

Les guichets automatiques bancaires (GAB) gérés par les employés sont une deuxième façon d'effectuer des paiements en espèces qui ne sont pas accessibles dans le hall principal. Celles-ci, désignées par la banque sous le nom de machines désignées AKT, contiennent 4 à 6 magasins pour contenir les billets de banque dans un conteneur sécurisé à libération prolongée. Pour les paiements, le montant requis est appelé à l'aide d'un clavier, avec lequel une alarme peut également être déclenchée en cas d'urgence. L'argent est remis au salarié après un certain délai. La durée du délai dépend du montant d'argent et est fixée au paragraphe 32 du TAEG « Guichet du caissier ». Ceux-ci sont réglés de manière à ce qu'un bon service soit possible, mais le voleur est effrayé par les temps d'attente plus longs pour des montants plus importants. Les encaissements doivent être sécurisés par l'utilisation de conteneurs à fermeture temporisée ou à double fermeture.

Au moins 2 employés avec un contact visuel doivent être constamment présents lors de l'utilisation d'un guichet automatique exploité par les employés. Pour cette raison, cette forme de sécurité n'est appropriée que pour les sites dans lesquels travaillent 3 à 4 employés. Les discussions peuvent avoir lieu dans une salle de conférence uniquement lorsque 2 employés ou plus sont présents dans l'espace client lors de la discussion.

En cas de problème technique dans un guichet automatique exploité par des employés, des instructions et des mesures appropriées doivent être préparées. Celles-ci doivent inclure une caisse d'urgence et les procédures organisationnelles correspondantes pour garantir que les travaux se déroulent conformément au TAEG « Guichet du caissier ».

Directives et instructions de l'entreprise

L'employeur doit préparer des directives d'entreprise pour chaque guichet et en vérifier régulièrement la conformité. Ces directives doivent décrire les événements possibles lors d'un vol et décrire ce qu'il faut faire pendant et après le vol. De plus, des instructions quotidiennes doivent être données et l'utilisation de l'équipement de sécurité installé doit être obligatoire. Cela est particulièrement vrai lorsque de grandes quantités de billets accessibles sont présentes. Les instructions devraient également prescrire le mode de garde des autres objets de valeur. Les employés aux fenêtres doivent être informés de ces politiques de l'entreprise au moins deux fois par an.

L'objectif de ces instructions est clair : s'assurer que les employés respectent les exigences de l'APR « guichet » pour leur propre protection et réduire considérablement l'incitation à cambrioler un guichet.

 

Noir

Mardi 15 Mars 2011 14: 30

Télétravail

Le télétravail, ou travail à domicile, est une tendance croissante dans les entreprises à l'échelle internationale. Cet article traite des risques pour la santé et la sécurité au travail du télétravail (du grec télé, signifiant "loin"). La responsabilité de l'employeur de fournir des conditions de travail sûres et saines à ces employés variera en fonction du contrat ou de l'entente qui existe entre chaque télétravailleur et l'employeur et de la législation du travail applicable.

Si le télétravail est le plus répandu aux États-Unis, où il concerne plus de 8 millions de travailleurs et représente 6.5 % de la main-d'œuvre, d'autres pays comptent également un nombre important de télétravailleurs. Il y en a plus de 560,000 150,000 au Royaume-Uni, 100,000 32,000 en Allemagne et 3.8 1997 en Espagne. Il y en a plus de XNUMX XNUMX en Irlande, ce qui représente XNUMX % de la main-d'œuvre (OIT XNUMX).

La tendance croissante aux accords de télétravail peut s'expliquer par les facteurs suivants :

  • les efforts des entreprises pour réduire le temps, les dépenses et l'impact environnemental des déplacements
  • efforts législatifs pour réduire les tendances de la pollution atmosphérique induite par le trafic
  • les changements dans la technologie, l'informatisation et la communication électronique qui permettent aux entreprises d'employer des travailleurs dans des lieux géographiques disparates
  • les coûts d'entretien des grands espaces de bureau nécessaires pour accueillir un grand nombre d'employés
  • accommodement des travailleurs qui préfèrent le télétravail en raison d'un handicap physique, des besoins parentaux ou d'autres responsabilités familiales ou d'autres raisons
  • une stratégie pour réduire l'absentéisme
  • la reconnaissance que les travailleurs ont des cycles internes de productivité et de créativité variables.

 

L'augmentation de la productivité est un autre facteur, car un certain nombre d'études ont démontré que le télétravail peut se traduire par d'importants gains de productivité (BIT 1990b).

Le télétravail peut être contracté de plusieurs manières :

  • L'employé travaille à temps plein (ou à temps partiel) à domicile pour son employeur et a droit à tous les mêmes avantages offerts par cet employeur à tous les travailleurs sur place.
  • L'employé travaille à temps plein pour l'employeur, mais ne travaille hors de son domicile que pendant un certain nombre de jours par semaine ou par mois.
  • Le travailleur est défini comme un entrepreneur indépendant et ne reçoit pas d'avantages ou d'équipements fournis par l'employeur.

 

Risques pour la santé et la sécurité du télétravail

Les risques pour la santé et la sécurité du télétravail peuvent inclure tous les mêmes risques que ceux rencontrés dans les environnements de bureau conventionnels, avec plusieurs préoccupations supplémentaires.

Qualité de l'air intérieur

La plupart des maisons ne sont pas équipées de systèmes de ventilation mécanique. Au lieu de cela, les échanges d'air dans la maison reposent sur la ventilation naturelle. L'efficacité de cela peut dépendre de facteurs tels que le type d'isolation du bâtiment, etc. La fourniture d'un apport d'air frais extérieur ne peut être garantie. Si la ventilation naturelle est insuffisante pour éliminer les sources de polluants de l'air intérieur dans l'environnement de travail à domicile, une ventilation supplémentaire peut être nécessaire.

Les polluants de l'air intérieur dans l'environnement domestique peuvent inclure les éléments suivants :

  • exposition au gaz naturel ou au monoxyde de carbone provenant de systèmes de chauffage inefficaces ou de poêles qui fuient
  • vapeurs et gaz des photocopieurs, imprimantes ou autres machines de bureau
  • exposition passive continue à des produits chimiques, à des gaz ou à des poussières résultant de travaux de rénovation ou de construction au domicile du travailleur
  • exposition aux effluents d'autres activités s'il est logé dans un bâtiment à usages multiples (comme un immeuble d'appartements avec un salon de manucure, un pressing ou un restaurant de restauration rapide au rez-de-chaussée).
  • exposition aux risques liés au radon si le bureau est situé au sous-sol dans des régions du monde où le radon provient des matériaux de construction ou de la terre.

 

Risques d'incendie

Le câblage électrique domestique est rarement conçu pour répondre aux besoins des équipements électriques généralement utilisés en télétravail, tels que les imprimantes, les photocopieurs et autres machines de bureau. L'installation d'un tel équipement sans évaluer les limites de câblage de l'habitation pourrait créer un risque d'incendie. Les codes du bâtiment locaux peuvent interdire les ajustements nécessaires pour répondre aux besoins accrus en équipement.

Les télétravailleurs qui louent leur appartement peuvent vivre dans des immeubles à logements multiples avec des plans d'évacuation en cas d'incendie inadéquats, des moyens d'évacuation bloqués vers les sorties de secours ou des portes de sortie verrouillées.

Risques ergonomiques

Les environnements de travail à domicile dépendent souvent des meubles personnels de l'employé, tels que des chaises, des tables, des étagères et d'autres articles, pour effectuer les tâches requises. Les postes de travail informatiques dans l'environnement domestique peuvent ne pas permettre les ajustements nécessaires pour un travail intensif en informatique. Un manque de surface adéquate, d'espace d'étagères ou de zones de stockage peut entraîner une flexion excessive, des postures inconfortables, une portée excessive et d'autres facteurs de risque de troubles traumatiques cumulatifs (CTD). Travailler dans des environnements froids ou inégalement chauffés peut également contribuer aux blessures musculo-squelettiques.

Eclairage

Un éclairage inadéquat peut entraîner des postures corporelles inconfortables, une fatigue oculaire et des troubles visuels. Un éclairage direct peut être nécessaire pour les surfaces de travail ou les porte-documents. Les surfaces des murs et des meubles doivent être neutres avec une finition non éblouissante. Bien que cette stratégie de réduction de l'éblouissement soit de plus en plus utilisée dans les environnements de bureau, ce n'est pas encore un standard de décoration et de design d'intérieur.

Stress professionnel

L'emploi à temps plein à la maison prive le travailleur des avantages interpersonnels et professionnels d'une interaction continue avec des collègues, des collègues et des mentors. L'isolement créé par le télétravail peut empêcher le travailleur de s'engager dans des activités de perfectionnement professionnel, de profiter d'occasions de promotion et d'apporter des idées à l'organisation. Les travailleurs grégaires en particulier peuvent dépendre du contact humain et en souffrir personnellement et professionnellement sans lui. Le manque de services de soutien administratif pour les employés qui ont besoin d'aide de bureau représente un fardeau supplémentaire pour les télétravailleurs. L'employeur devrait s'efforcer d'intégrer le télétravailleur aux réunions du personnel et aux autres activités de groupe, en personne ou par voie électronique (téléconférence) selon les limites physiques et géographiques.

Les employés ayant des enfants, des membres de la famille handicapés ou des parents vieillissants peuvent percevoir des avantages distincts du travail à domicile. Mais répondre aux besoins des membres de la famille à charge peut affecter la concentration nécessaire pour se concentrer sur les responsabilités professionnelles. Le stress qui en résulte peut avoir un impact négatif sur le travailleur qui est incapable de travailler à sa capacité à la maison et ne répond pas aux attentes de l'employeur. Le télétravail ne doit pas être considéré comme un substitut aux soins aux enfants ou aux personnes âgées. Étant donné que les travailleurs varient énormément dans leur capacité à équilibrer le travail et d'autres responsabilités dans l'environnement familial, le besoin de services de soutien doit être évalué au cas par cas pour éviter un stress professionnel excessif et une perte de productivité subséquente. Aucun travailleur ne devrait être tenu d'adopter un régime de télétravail contre son gré.

Indemnisation en cas de blessure et de maladie

Les maladies professionnelles surviennent souvent sur de longues périodes à la suite d'expositions cumulatives. La prévention de ces maladies dépend de l'identification rapide des facteurs de risque, de la résolution du problème par diverses méthodes et de la prise en charge médicale du travailleur concerné dès l'apparition des premiers signes ou symptômes de la maladie.

À ce jour, la responsabilité de l'employeur en cas d'accidents et de blessures dans l'environnement familial a été débattue au cas par cas. La plupart des normes nationales de santé et de sécurité au travail ne comprennent pas de politiques formelles concernant la sécurité des télétravailleurs. L'impact sérieux de cette tendance doit être soigneusement évalué et traité par le biais de l'établissement de normes internationales.

Lorsque les accords de télétravail font passer le statut de l'employé à celui d'entrepreneur indépendant, le fardeau de nombreuses responsabilités est également transféré à l'employé. Une fois le travail effectué à domicile par un entrepreneur indépendant, l'employeur ne se sent plus obligé de fournir un lieu de travail sain et sûr, l'accès aux soins médicaux préventifs et curatifs pour le travailleur et sa famille, la sécurité sociale, l'assurance invalidité et l'indemnisation. pour les travailleurs blessés qui ont besoin de récupérer. Cette tendance élimine les avantages et les protections des travailleurs qui ont été gagnés après des décennies de lutte et de négociation.

Protection du télétravailleur

Le contrat entre le télétravailleur et l'employeur doit traiter de l'environnement de travail global, des normes de sécurité et de santé, de la formation et de l'équipement. Les employeurs doivent inspecter l'espace de travail à domicile (à des heures convenues) pour assurer la sécurité des travailleurs et pour identifier et corriger les facteurs de risque qui pourraient contribuer à la maladie ou à la blessure. L'inspection doit évaluer l'air intérieur, l'ergonomie, les risques de trébuchement, l'éclairage, l'exposition aux produits chimiques et d'autres préoccupations. Une politique claire doit être établie concernant la fourniture des fournitures de bureau nécessaires aux tâches professionnelles. Les questions de responsabilité doivent être clairement définies concernant les actifs de l'employeur (et du travailleur) qui sont perdus ou endommagés en raison d'un incendie, d'une catastrophe naturelle ou d'un vol. Les employés doivent être exonérés de toute responsabilité financière à moins qu'ils ne soient reconnus coupables de négligence.

En outre, les accords de télétravail devraient être évalués régulièrement afin d'identifier les travailleurs qui découvrent que le travail à domicile ne travail pour eux.

Résumé

Les avantages du télétravail sont considérables et des arrangements de télétravail avantageux devraient être encouragés pour les tâches professionnelles et les travailleurs âgés qui auront beaucoup à gagner en travaillant à domicile. Le télétravail a permis aux travailleurs handicapés d'acquérir une plus grande autonomie et de rechercher des opportunités professionnelles qui n'étaient pas offertes ou disponibles auparavant. En retour, les employeurs sont en mesure de conserver des travailleurs précieux. Cependant, l'arrangement de télétravail doit assurer le maintien des avantages sociaux et des protections en matière de santé et de sécurité au travail.

 

Noir

Mardi 15 Mars 2011 14: 32

L'industrie de la vente au détail

Le commerce de détail est la vente de biens aux consommateurs. Les entreprises vendent de tout, des automobiles aux vêtements, de la nourriture aux téléviseurs. Dans de nombreux pays, ce qui était autrefois une industrie composée principalement de petites boutiques et de magasins, se compose désormais en grande partie de conglomérats multinationaux qui possèdent d'énormes mégastores en concurrence pour le marché mondial. La concurrence et les changements technologiques ont changé les descriptions de travail, les risques associés à ces emplois et la nature de la main-d'œuvre elle-même.

Dans les pays développés, les petits détaillants ont du mal à concurrencer les grands détaillants. Aux États-Unis, au Canada et dans l'ensemble de la Communauté européenne et du Pacifique, le commerce de détail s'est déplacé du centre-ville vers les centres commerciaux de banlieue. Au lieu des magasins « maman et pop » de quartier, les chaînes de magasins multinationales vendent les mêmes produits et les mêmes marques, limitant ainsi le choix de produits des consommateurs et forçant la concurrence à sortir du marché en raison de leur pouvoir d'achat, de leurs capacités publicitaires et de leurs prix plus bas. Plusieurs fois, un grand magasin subira une perte sur certains produits afin d'attirer des clients dans un magasin ; cette technique génère fréquemment d'autres ventes.

Dans les pays en développement à économie essentiellement agraire, les systèmes de troc et les marchés ouverts sont encore courants. Cependant, dans de nombreux pays en développement, les grands détaillants multinationaux commencent à entrer sur le marché de détail.

Chaque type d'établissement a ses propres dangers. Le commerce de détail dans les pays en développement et les pays en transition est souvent très différent du commerce de détail dans les pays développés ; les conglomérats avec de grandes chaînes de magasins ne sont pas encore dominants et le commerce de détail s'exerce principalement sur un marché à ciel ouvert, par tous les temps.

Les conglomérats multinationaux ont tendance à essayer de changer les conditions d'emploi : le syndicalisme est découragé, le personnel est réduit au strict minimum, les salaires baissent, les magasins embauchent majoritairement des travailleurs à temps partiel, l'âge moyen de la main-d'œuvre est abaissé et les avantages sociaux talon.

Partout dans le monde, les horaires d'ouverture des magasins ont changé si bien que certains établissements restent même ouverts 24h/7 et 24j/7. Dans le passé, un travailleur qui travaillait tard le soir ou un jour férié recevait une compensation supplémentaire ; maintenant, le salaire majoré pour travailler ces heures a été supprimé, car ces longues heures deviennent la norme. Aux États-Unis, par exemple, les jours fériés traditionnels sont désormais négociables lorsque le magasin reste ouvert XNUMX heures sur XNUMX, XNUMX jours sur XNUMX.

Les changements dans la nature de la conduite des affaires ont forcé plusieurs changements fondamentaux dans la main-d'œuvre. Étant donné que de nombreux emplois ont été marginalisés par rapport au travail à temps partiel, les emplois eux-mêmes nécessitent peu de compétences et les travailleurs ne reçoivent aucune formation. Les travailleurs qui voyaient autrefois une carrière dans le commerce de détail se retrouvent maintenant à changer fréquemment d'emploi ou même à quitter le domaine du travail au détail, qui est devenu à court terme et à temps partiel.

La taille de la main-d'œuvre dans le commerce de détail est difficile à estimer. Le secteur informel joue un rôle important dans les pays en développement (voir « Étude de cas : les marchés en plein air »). Souvent, les problèmes de santé et de sécurité passent inaperçus, ne sont pas consignés par le gouvernement et sont considérés comme faisant partie du travail.

Dans de nombreux pays qui tiennent des statistiques, les travailleurs du commerce de détail, de gros, de la restauration et de l'hôtellerie sont regroupés en une seule catégorie. Des statistiques du monde entier montrent que le pourcentage de personnes travaillant dans le commerce de gros, de détail, de restauration et d'hôtellerie varie de plus de 20 % dans certains pays d'Asie à moins de 3 % au Burkina Faso (voir tableau 1 ). Bien que les hommes soient plus nombreux que les femmes dans la population active, le pourcentage de femmes dans le commerce de détail est plus élevé dans au moins la moitié des pays pour lesquels des statistiques sont disponibles.

Tableau 1. Statistiques du travail dans le commerce de détail (pays sélectionnés)

Canton

Hommes dans la population active (%)

Hommes dans
Vente en gros
et commerce de détail;
restaurants et
hôtels (%)

Femmes dans la population active (%)

Les femmes dans
Vente en gros
et commerce de détail;
restaurants et
hôtels (%)

Population totale en
grossiste et détaillant
Commerce; Restaurants
et hôtels (%)

Nombre total
de personnes
blessé

Personnes blessées
dans le commerce de détail
industrie (%)

Burkina Faso

51.3

1.0

48.7

1.5

2.6

1,858

8.71

Costa Rica

69.9

11.0

30.1

7.4

18.4

156,782

7.02

Égypte

75.9

7.3

24.1

1.2

8.4

60,859

2.52

Allemagne

52.3

4.5

47.7

7.0

11.5

29,847

20.13

Grèce

63.0

10.9

37.0

7.0

17.0

23,959

10.54

Italie

63.1

11.7

36.9

6.9

8.6

767,070

8.15

Japon

59.5

11.0

40.5

10.9

21.9

2,245

9.7

Mexique

69.1

10.8

30.9

9.6

20.5

456,843

16.96

Netherlands

58.9

9.1

41.1

8.0

17.1

64,657

16.5

la Norvège

54.5

7.9

45.5

8.9

16.7

26,473

5.0

Singapour

59.8

13.2

40.2

9.0

22.0

4,019

0.27

Suède

52.0

6.8

48.0

6.5

13.3

43,459

6.6

Thaïlande

55.5

5.8

49.5

6.8

12.6

103,296

3.18

Royaume Uni

56.2

8.3

43.8

9.5

17.8

157,947

11.09

États-Unis

54

11.1

46.0

10.0

21

295,340

23.610

1 Dont accidents de trajet ; y compris les maladies professionnelles.
2 Dont accidents de trajet ; établissements employant 100 travailleurs ou plus.
3 Les séries relatives au territoire de la République fédérale d'Allemagne avant 1990 ;
y compris les accidents de trajet.
4 Y compris les maladies professionnelles ; y compris les cas non mortels sans jours de travail perdus.
5 Dont accidents de trajet ; personnes perdant plus de trois jours de travail
par période d'invalidité.
6 Y compris les cas non mortels sans jours de travail perdus.
7 Dont accidents de trajet ; y compris les maladies professionnelles ;
y compris les cas non mortels sans jours de travail perdus.
8 Y compris les accidents de trajet.
9 Employés seulement; hors accidents de la circulation ; année commençant en avril 1993.
10 Y compris les maladies professionnelles.
Sources : Rapports nationaux : Costa Rica 1994 ; Grèce 1992, 1994 ; Mexique 1992, 1996 ; Singapour 1994, 1995 ; Thaïlande 1994, 1995 ; Euro-FIET Commerce Section Commerce 1996; OIT 1994, 1995 ; Prix ​​Waterhouse 1991.

Opérations, risques et prévention

Caissiers

De nombreux caissiers travaillent dans des caisses mécanisées qui les obligent à taper sur un clavier des milliers de fois par jour pour faire sonner le prix de l'article. Le poinçonnage des clés se fait généralement avec la main droite tandis que les produits sont déplacés de l'avant du caissier vers l'arrière du caissier pour l'emballage avec la main gauche. Ces activités professionnelles impliquent souvent des postes de travail mal conçus, obligeant les caissiers à soulever des produits lourds, à tendre la main pour les produits et à se tordre fréquemment le corps afin de déplacer les produits d'une zone à une autre. Cette fonction impose des charges différentes de chaque côté du corps, provoquant des douleurs dans le bas du dos, des maladies des membres supérieurs et des maladies liées aux mouvements répétitifs, notamment la tendinite, le syndrome du canal carpien, la ténosynovite, le syndrome du défilé thoracique et des problèmes de hanche, de jambe et de pied.

Des postes de travail bien conçus, avec des scanners automatiques, des convoyeurs à hauteur de travail flexible, des stations d'ensachage abaissées, du personnel supplémentaire pour emballer les produits et des sièges flexibles (afin que les caissiers puissent s'asseoir pour soulager les pressions sur le bas du dos et les jambes) aident à éliminer les pressions et les tensions des membres supérieurs et des mouvements de torsion.

Lasers

Les lecteurs de codes-barres et les scanners portatifs des supermarchés sont généralement des lasers de classe 2, qui produisent un rayonnement infrarouge dans la gamme de longueurs d'onde de 760 à 1,400 XNUMX nm ; ils sont considérés comme non dangereux sauf en cas d'observation prolongée du faisceau laser. Un laser produit une lumière de haute intensité qui peut endommager la rétine de l'œil. Les yeux sont vulnérables à la chaleur, n'ont pas de capteurs de chaleur et ne dissipent pas efficacement la chaleur. Les pratiques sécuritaires recommandées devraient inclure, au minimum, la formation des travailleurs sur les dangers de regarder dans le faisceau de lumière et les dommages oculaires qui peuvent en résulter. Des examens oculaires de base devraient être inclus dans un programme de protection des travailleurs pour s'assurer qu'aucun dommage ne s'est produit.

Commis

Les vendeurs au détail déplacent de grandes quantités de produits des camions vers le quai de chargement, puis vers les étagères de la zone de vente du magasin. Les produits sont emballés dans des cartons de différents poids. Le déchargement manuel des camions et le déplacement des cartons de produits vers l'avant du magasin peuvent entraîner des problèmes musculo-squelettiques. Évaluer les articles et les placer sur les étagères exerce une pression énorme sur le dos, les jambes et le cou. L'utilisation d'un pistolet de tarification peut provoquer le syndrome du canal carpien et d'autres RSI en exerçant une pression excessive et répétée sur le poignet, les doigts et la paume de la main. L'ouverture des cartons avec un couteau ou une lame peut entraîner des coupures aux mains, aux bras et à d'autres parties du corps. Couper du carton avec un couteau émoussé nécessite une pression supplémentaire, ce qui exerce une pression supplémentaire sur les paumes des mains.

Les aides au levage mécaniques, telles que les chariots élévateurs à fourche, les chariots manuels, les chariots et les chariots aident à déplacer les articles d'une partie du magasin à une autre. Des tables, des vérins à ciseaux et des chariots mobiles peuvent aider à amener les articles à une bonne hauteur et aider les employés à placer les produits sur les étagères sans se fatiguer le dos en les soulevant et en les tordant. Les pistolets de tarification automatisés ou les produits emballés déjà étiquetés empêcheront les tensions du poignet et des membres supérieurs dues aux mouvements répétés. Des couteaux tranchants empêcheront les mouvements violents lors de l'ouverture des cartons.

Découpeurs de viande et charcutiers

Les coupeurs de viande et les charcutiers travaillent avec des scies, des hachoirs, des trancheuses et des couteaux (voir figure 1). Lorsque les lames de la machine ne sont pas protégées, se coincent ou se desserrent, les doigts peuvent être sectionnés, coupés, écrasés ou contusionnés. Les machines doivent être solidement ancrées au sol pour éviter qu'elles ne basculent et ne bougent. Les lames doivent être exemptes de débris. Si une machine est bloquée, des dispositifs en bois doivent être utilisés pour débloquer la machine hors tension. Aucune machine ne doit être débloquée alors que le courant est toujours allumé. Les couteaux doivent être aiguisés pour éviter les problèmes aux poignets, aux mains et aux bras. Les manches des couteaux, des couperets et des gourdins doivent être maintenus propres et non glissants.

Figure 1. Coupe manuelle à petite échelle de viande séchée pour la vente locale, Japon, 1989

OFR040F3

L. Manderson

Lorsque la viande est pesée et emballée mécaniquement sur un plateau en polystyrène dans un film plastique scellé avec un élément chauffant, les vapeurs et les gaz du plastique chauffé peuvent provoquer «l'asthme de l'emballage de la viande» et une irritation des yeux, du nez et de la gorge, des difficultés respiratoires, des douleurs à la poitrine, frissons et fièvre. Une ventilation par aspiration locale (LEV) doit être placée près de l'élément chauffant afin que ces vapeurs ne soient pas respirées par les travailleurs, mais soient évacuées à l'extérieur du lieu de travail.

Les coupeurs de viande entrent et sortent des congélateurs plusieurs fois au cours de la journée. Les vêtements de travail doivent comprendre des vêtements épais pour le travail au congélateur.

Les sols et les allées peuvent devenir glissants à cause de la viande, de la graisse et de l'eau. Les glissades, les trébuchements et les chutes sont des causes fréquentes de blessures. Tous les déchets doivent être soigneusement jetés et tenus à l'écart des surfaces piétonnières. Les tapis de marche et de repos doivent être nettoyés quotidiennement ou chaque fois qu'ils sont souillés.

Expositions chimiques

Les travailleurs du commerce de détail sont de plus en plus exposés à des produits chimiques dangereux dans les produits de nettoyage, les pesticides, les rodenticides, les fongicides et les conservateurs. Les travailleurs des quincailleries, les travailleurs de la distribution automobile et d'autres sont potentiellement exposés à des produits chimiques dangereux en raison du stock de peintures, de solvants, d'acides, de caustiques et de gaz comprimés. Les produits chimiques dangereux ou toxiques varient selon la nature des produits stockés dans chaque établissement. Ceux-ci peuvent inclure des matériaux qui ne sont pas nécessairement considérés comme dangereux. Les employés des grands magasins, par exemple, peuvent développer des sensibilités et des allergies aux parfums qui sont vaporisés à titre de démonstration.

Les produits de nettoyage utilisés pour nettoyer les surfaces dans les supermarchés et autres établissements de vente au détail peuvent contenir du chlore, de l'ammoniac, des alcools, des caustiques et des solvants organiques. Ces produits peuvent être utilisés par les équipes de nettoyage pendant le quart de nuit, dans les magasins sans ventilation naturelle et lorsque le système de ventilation mécanique ne fonctionne pas à pleine capacité. Ces produits chimiques affectent le corps lorsqu'ils sont utilisés sur le lieu de travail en concentrations et en quantités industrielles. Les informations sur la sécurité chimique doivent être facilement accessibles sur le lieu de travail pour que les travailleurs puissent les lire. Les conteneurs de produits chimiques doivent être étiquetés avec le nom du produit chimique et comment le produit affecte le corps, ainsi que l'équipement de protection qui doit être utilisé pour prévenir la maladie. Les travailleurs doivent être formés sur les risques pour la santé associés à l'utilisation de produits chimiques, sur la manière dont les produits chimiques pénètrent dans l'organisme et sur la manière d'éviter l'exposition.

Les travailleurs du commerce de détail qui s'installent dans la rue sont exposés aux gaz d'échappement de la circulation des véhicules à moteur, tout comme les travailleurs à l'arrière du magasin qui inhalent les gaz d'échappement des camions de livraison au ralenti dans les baies de camions. Les produits de combustion incomplète dans les gaz d'échappement des véhicules automobiles comprennent, entre autres, le monoxyde de carbone et les hydrocarbures aromatiques polycycliques. Les gaz d'échappement et les particules affectent le corps de plusieurs façons. Le monoxyde de carbone provoque des étourdissements et des nausées et agit comme un asphyxiant, limitant la capacité du sang à utiliser l'oxygène. Les camions de livraison doivent éteindre leurs moteurs pendant le déchargement. Une ventilation mécanique générale peut être nécessaire pour évacuer l'air contaminé loin des travailleurs. Un entretien et un nettoyage programmés de routine sont nécessaires pour entretenir le système de ventilation.

Le formaldéhyde est fréquemment utilisé sur les vêtements et autres textiles pour prévenir la moisissure. Il peut affecter ceux qui le respirent. Dans les magasins avec des stocks plus importants de vêtements et de textiles sans systèmes de ventilation naturelle ou mécanique adéquats, le gaz formaldéhyde peut s'accumuler et irriter les yeux, le nez et la gorge. Le formaldéhyde peut provoquer des irritations et des allergies cutanées et respiratoires et est considéré comme un cancérogène probable.

Les pesticides, les rodenticides et les fongicides sont fréquemment utilisés pour éloigner la vermine des établissements. Ils peuvent affecter les systèmes nerveux, respiratoire et circulatoire des êtres humains ainsi que des insectes, des rongeurs et des plantes. Il est important de ne pas pulvériser de produits chimiques sans discernement lorsque des personnes sont présentes et de les éloigner des zones pulvérisées jusqu'à ce qu'il soit possible d'y entrer à nouveau en toute sécurité. L'applicateur de pesticides doit être formé aux méthodes de travail sécuritaires avant d'appliquer les pesticides.

Les bâtiments « étanches », c'est-à-dire sans fenêtres pouvant s'ouvrir et sans ventilation naturelle, dépendent des systèmes de ventilation mécanique. Ces systèmes doivent fournir un échange d'air adéquat à l'intérieur de l'espace et doivent inclure suffisamment d'air extérieur frais. L'air doit être réchauffé ou refroidi en fonction de la température ambiante extérieure.

Assainissement

L'hygiène personnelle est importante dans le secteur de la vente au détail, en particulier lorsque les employés manipulent de la nourriture, de l'argent et des produits chimiques dangereux. Les toilettes et les installations de lavage et d'abreuvement doivent être hygiéniques et disponibles dans des zones où les employés peuvent les utiliser pendant leur service. Les installations doivent avoir de l'eau courante propre, du savon et des serviettes. Les employés doivent être encouragés à se laver soigneusement les mains après être allés aux toilettes et avant de retourner au travail. De l'eau potable propre et fraîche doit être disponible dans toute la zone de travail. Un bon entretien ménager est nécessaire pour éviter la vermine et l'accumulation de déchets. Les déchets doivent être ramassés régulièrement.

Les installations sanitaires sont difficiles à entretenir dans les marchés de plein air, mais il faut s'efforcer de fournir des toilettes et des installations de lavage.

Météo

Dans les marchés de plein air, les travailleurs du commerce de détail sont exposés aux intempéries et soumis aux problèmes liés au chaud et au froid. Dans les supermarchés, les caissiers travaillent souvent à l'avant du magasin près des portes que le public utilise pour entrer et sortir, exposant les caissiers aux courants d'air chaud et froid. Des déflecteurs d'air devant les portes qui donnent sur l'extérieur aideront à bloquer les courants d'air et à maintenir la température de l'air à la caisse enregistreuse cohérente avec le reste du magasin.

Prévention d'incendies

Il existe de nombreux risques d'incendie dans les magasins de détail, y compris les sorties verrouillées ou bloquées, les entrées et sorties limitées, les matériaux combustibles et inflammables et les systèmes de câblage électrique et de chauffage défectueux ou temporaires. Si les travailleurs doivent combattre un incendie, ils doivent être formés sur la façon d'appeler à l'aide, d'utiliser des extincteurs et d'évacuer l'espace. Les extincteurs doivent être du type approprié pour le type d'incendie et doivent être inspectés et entretenus régulièrement. Des exercices d'incendie sont nécessaires pour que les travailleurs sachent comment sortir de l'installation en cas d'urgence.

Stress

Une nouvelle tendance dans le commerce de détail, lorsque l'établissement appartient à un grand conglomérat, consiste à transformer le travail à temps plein en travail à temps partiel. De nombreux grands magasins de détail restent désormais ouverts 24 heures sur XNUMX, et beaucoup restent ouverts tous les jours de l'année, obligeant les travailleurs à travailler des heures «asociales». La perturbation de l'horloge biologique interne qui contrôle les phénomènes physiques naturels tels que le sommeil, provoque des symptômes tels que somnolence, troubles gastro-intestinaux, maux de tête et dépression. Le changement d'équipe, le travail pendant les vacances et le travail à temps partiel entraînent un stress émotionnel et physique au travail et à la maison. La vie familiale « normale » est gravement compromise et une vie sociale significative est restreinte.

Les heures tardives de nuit sont de plus en plus fréquentes, augmentant le sentiment d'insécurité quant à la sécurité personnelle et la peur des vols et autres types de violence au travail. Aux États-Unis, par exemple, l'homicide est une cause majeure de décès au travail chez les femmes, nombre de ces décès survenant lors de vols qualifiés. Il faut éviter de manipuler de l'argent ou de travailler seul ou tard le soir. Un examen régulier des mesures de sécurité devrait faire partie d'un programme de prévention de la violence et de sécurité.

Le salaire à temps partiel, avec peu ou pas d'avantages sociaux, augmente le stress au travail et oblige de nombreux travailleurs à trouver des emplois supplémentaires afin de subvenir aux besoins de leur famille et de conserver leurs prestations de santé.

 

Noir

Mardi 15 Mars 2011 14: 38

Étude de cas : Marchés extérieurs

Le secteur informel représente entre 20 et 70 % de la main-d'œuvre urbaine dans les pays en développement (la moyenne étant de 40 %) ; et les commerçants et marchands ambulants des marchés extérieurs représentent une part importante de ce secteur. Un tel travail est par nature précaire. Cela implique de longues heures et une faible rémunération. Les gains moyens peuvent ne pas totaliser 40 % des niveaux constatés dans le secteur formel. Non seulement de nombreux travailleurs des marchés extérieurs manquent d'emplacements permanents pour mener leurs activités, mais ils peuvent également être contraints de se passer d'infrastructures de soutien. Ils ne bénéficient pas de la même protection juridique ni de la même assurance sociale que les travailleurs du secteur formel et sont victimes de harcèlement. Les taux de morbidité et de mortalité liés au travail ne sont généralement pas enregistrés (Bequele 1985).

Figure 1. Marché alimentaire en plein air à Malatia, Îles Salomon, 1995

OFR040F1

C. Geefhuyson

Travailleurs des marchés de plein air dans les pays en développement et développés, tels que ceux illustrés à la figure 1 et figure 2 , sont exposés à de nombreux risques pour la santé et la sécurité. Ils sont exposés aux gaz d'échappement des véhicules à moteur, qui contiennent notamment du monoxyde de carbone et des hydrocarbures aromatiques polycycliques. Les travailleurs sont également exposés aux intempéries. Dans les régions tropicales et désertiques, ils sont soumis au stress thermique et à la déshydratation. Dans les climats plus frais, ils sont exposés à des températures glaciales, ce qui peut causer des problèmes tels que des engourdissements, des frissons et des engelures. Les travailleurs des marchés extérieurs peuvent ne pas avoir accès à des installations d'hygiène adéquates.

Figure 2. Paniers lourds d'oursins distribués par un petit exploitant-propriétaire, Japon, 1989

OFR040F2

L. Manderson

Le secteur informel en général et les marchés de plein air impliquent spécifiquement le travail des enfants. Environ 250 millions d'enfants travaillent à temps plein ou à temps partiel dans le monde (OIT 1996) ; les marchands ambulants sont les enfants travailleurs les plus visibles. Les enfants qui travaillent, y compris les marchands ambulants, sont généralement privés d'éducation et sont souvent contraints d'effectuer des tâches, telles que soulever de lourdes charges, ce qui peut entraîner des handicaps permanents.

 

Noir

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières