18 bannière

 

104. Guide des produits chimiques

 Rédactrices de chapitre : Jean Mager Stellman, DebraOsinsky et Pia Markkanen


 

 

Table des matières

Profil général

Jean Mager Stellman, Debra Osinsky et Pia Markkanen


Acides inorganiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Alcools

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Matériaux alcalins

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Amines aliphatiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Azides

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Monoxyde de carbone


Composés époxy

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Esters, Acrylates

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Ethers

Tableaux des éthers :

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques

Tableaux des halogènes et des éthers :

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Fluorocarbures

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Glycérols et Glycols

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Composés hétérocycliques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Hydrocarbures, aliphatiques et halogénés

Tableaux des hydrocarbures saturés halogénés :

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques

Tableaux des hydrocarbures insaturés halogénés :

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Hydrocarbures aliphatiques insaturés

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Hydrocarbures aromatiques halogénés

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Isocyanates

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Composés nitrés, aliphatiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Peroxydes, organiques et inorganiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Phosphates, inorganiques et organiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques

 


 


Acides et anhydrides organiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Aldéhydes et Cétals

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Amides

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Composés aminés aromatiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Boranes

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Composés cyano

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Esters, Acétates

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Esters, Alcanoates (sauf Acétates)

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Éthers de glycol

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Halogènes et leurs composés

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Hydrocarbures saturés et alicycliques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


 

Hydrocarbures, Aromatiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Hydrocarbures, Polyaromatiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Des cétones

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Composés nitrés, aromatiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Phénols et composés phénoliques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Les phtalates

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Composés de silicium et d'organosilicium

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Composés soufrés, inorganiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


Composés soufrés, organiques

Identification chimique

Risques pour la santé

Dangers physiques et chimiques

Proprietes physiques et chimiques


 

Mardi, 02 Août 2011 23: 07

Profil général

Aller à Remerciements or Notes sur les tableaux

Le Guide des produits chimiques est conçu pour être un guide de référence rapide sur environ 2,000 XNUMX produits chimiques présentant un intérêt commercial. Les produits chimiques ont été divisés en "familles" chimiques en fonction de leurs formules chimiques. Cette division est quelque peu arbitraire dans la mesure où de nombreux produits chimiques peuvent être classés dans plus d'une famille.

Le lecteur qui recherche un produit chimique particulier est invité à consulter l'index des substances chimiques dans ce volume pour déterminer si un produit chimique est couvert et son emplacement. L'index des substances chimiques fournira également des références à d'autres chapitres du Encyclopédie dans lequel une discussion sur le produit chimique peut également être trouvée. Le lecteur est renvoyé aux chapitres Métaux : propriétés chimiques et toxicité et Minéraux et produits chimiques agricoles pour une discussion systématique de ces éléments et composés et au chapitre, Utilisation, stockage et transport de produits chimiques pour obtenir des informations sur la manipulation, l'utilisation, le stockage et le transport en toute sécurité des produits chimiques.

Chaque famille chimique comporte une brève discussion des informations toxicologiques, épidémiologiques ou de sécurité chimique pertinentes et quatre types de tableaux qui résument les données chimiques, physiques, de sécurité et toxicologiques dans un format cohérent.

En raison des contraintes de pages, les références de la littérature primaire pour la préparation des documents textuels ne sont pas fournies ici. Le lecteur pourra localiser la plupart des sources de données primaires en se référant à la base de données sur les substances dangereuses (HSDB), produite par la National Library of Medicine des États-Unis. En plus de la 3ème édition de ce Encyclopédie et la littérature scientifique générale, les revues HSE publiées par le UK Health and Safety Executive ont servi de source d'information. Le chapitre Ressources : Information et SST de ce Encyclopédie et les chapitres mentionnés ci-dessus fournissent d'autres références générales.

Les données sur les utilisations industrielles des produits chimiques ont été adaptées de la 3ème édition du Encyclopédie et la HSDB. (Pour des discussions sur des industries chimiques spécifiques, voir les chapitres Traitement chimique, Pétrole et gaz naturel, Industrie pharmaceutique et Industrie du caoutchouc.)

Remerciements

Ce chapitre est une collection de documents, dont certains proviennent d'articles de la 3e édition de l'Encyclopédie de la santé et de la sécurité au travail, qui ont été mis à jour et systématiquement placés sous forme de tableau.

Les contributeurs de la 4e édition sont :

Janet L. Collins Pia Markkanen

Linda S. Forst Debra Osinsky

David L. Hinkamp Beth Donovan Reh

Niels Koehncke Jeanne Mager Stellman

Kari Kurppa Steven D. Stellman

Les diagrammes de structure chimique qui sont donnés dans les tableaux d'identification chimique ont été créés à l'aide de CS ChemDraw Pro et obtenus à partir du serveur Web ChemFinder, avec l'aimable autorisation de CambridgeSoft Corporation (www.camsoft.com).

Les contributeurs de la 3ème édition sont :

MV Aldyreva M.Lob

Z. Aleksieva L. Magos

DD Alexandrov KE Malten

G. Armelli MM Manson

Z. Bardodej P. Manu

E. Bartalini JV Marhold

F. Bertolero D. Matheson

GW Boylen, Jr. TV Mihajlova

NOUS Broughton A. Munn

E. Browning S. Nomura

GT Bryan K. Norpoth

DD Bryson EV Olmstead

S. Caccuri L. Parmeggiani

B. Calesnick JD Paterson

N. Castellino FL M Pattison

P. Catilina M. Philbert

A. Cavigneaux J. Piotrowski

WB Deichmann J. Rantanen

D. De Ruggiero DW Reed

P. Dervillee G. Reggiani

E. Dervillee CF Reinhardt

J. Doignon VE Rose

HB Elkins H.Rossmann

M. Evrard VK Rowe

D. Fassett NI Sadkovskaja

AT Fenlon TS Scott

LD Fernandez-Conradi G. Smagghe

I. Fleig GC Smith

V. Foá J. Solenberg

Un Forni MJ Stasik

E. Fournier RD Stewart

ID Gadaskina WG Stocker

E. Gaffuri FW Sunderman, Jr.

JC Gage ON Syrovadko

PJ Gehring J. Teisinger

HW Gérarde AM Thiess

WG Goode AA Thomas

AR Gregory TR Torkelson

P. Hadengue T. Toyama

HI Hardy DC Trainor

H. Heimann JF Tréon

EV Henson R. Truhaut

A. Iannaccone EC Vigliani

M. Ikeda PL Viola

M. Inclan Cuesta NI Volkova

T. Inoue M. Wassermann

NG Ivanov D. Wassermann

WH Jones NK Weaver

F. Kaloyanova-Simeonova D. Winter

BD Karpov CM Woodbury

K. Knobloch RC Bécasse

H. Kondo S. Yamaguchi

EJ Largent JA Zapp, Jr.

J. Levèque MR Zavon

AL LinchJB Zuzik

Notes sur les tableaux

Les quatre types de tables que l'on retrouve dans chaque famille sont :

1. Identification chimique

Ces tableaux répertorient les noms chimiques, les synonymes, les codes UN, les numéros CAS et les formules chimiques ou structurelles. Une tentative a été faite d'utiliser le même nom chimique pour chaque substance tout au long des discussions dans ce Guide et ce Encyclopédie, dans la mesure du possible. Aucune tentative n'a été faite, cependant, d'utiliser uniquement le système de nomenclature de l'Union internationale de chimie pure et appliquée (IUPAC). Souvent, le nom IUPAC ne sera pas familier à ceux qui travaillent dans un cadre commercial et un nom moins encombrant et/ou plus familier est utilisé. Ainsi le nom qui apparaît comme nom chimique dans les tableaux de chaque famille est plus souvent un nom "familier" que le nom IUPAC. La liste des synonymes donnée dans ces tableaux n'est pas exhaustive mais est un échantillon de certains des noms qui ont été appliqués au produit chimique. Le numéro de registre CAS (RN) est un identifiant numérique utilisé dans chacun des tableaux pour une identification cohérente. Le numéro CAS est unique et s'applique à la fois aux produits chimiques et aux mélanges. Il est utilisé universellement et se présente sous le format xxx-xx-x, ce qui permet une recherche efficace dans la base de données. Le Chemical Abstracts Service est une entité au sein de l'American Chemical Society, une société professionnelle de chimistes dont le siège est aux États-Unis.

2. Dangers pour la santé

Les données sur l'exposition à court terme, l'exposition à long terme, les voies d'exposition et les symptômes associés sont adaptées de la série International Chemical Safety Cards (ICSC) produite par le Programme international sur la sécurité chimique (IPCS), un programme coopératif du World Health internationale du travail (OMS), l'Organisation internationale du travail (OIT) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Les abréviations utilisées sont : CNS = système nerveux central ; CVS = système cardiovasculaire ; GI = système gastro-intestinal ; SNP = système nerveux périphérique ; voies respiratoires = voies respiratoires.

Les données restantes sur les organes cibles et les voies d'entrée et leurs symptômes associés sont tirées de la Guide de poche du NIOSH sur les dangers chimiques publié par le National Institute for Occupational Safety and Health des États-Unis (1994, NIOSH Publication No. 94-116).

The following abbreviations are used: abdom = abdominal; abnor = abnormal/abnormalities; album = albuminuria; anes = anesthesia; anor = anorexia; anos = anosmia (loss of the sense of smell); appre = apprehension; arrhy = arrhythmias; aspir = aspiration; asphy = asphyxia; BP = blood pressure; breath = breathing; bron = bronchitis; broncopneu = bronchopneumonia; bronspas = bronchospasm; BUN = blood urea nitrogen; [carc] = potential occupational carcinogen; card = cardiac; chol = cholinesterase; cirr = cirrhosis; CNS = central nervous system; conc = concentration; conf = confusion; conj = conjunctivitis; constip = constipation; convuls = convulsions; corn = corneal; CVS = cardiovascular system; cyan = cyanosis; decr = decreased; depress = depressant/depression; derm = dermatitis; diarr = diarrhea; dist = disturbance; dizz = dizziness; drow = drowsiness; dysfunc = dysfunction; dysp = dyspnea (breathing difficulty); emphy = emphysema; eosin = eosinophilia; epilep = epileptiform; epis = epistaxis (nosebleed); equi = equilibrium; eryt = erythema (skin redness); euph = euphoria; fail = failure; fasc = fasiculation; FEV = forced expiratory volume; fib = fibrosis; fibri = fibrillation; ftg = fatigue; func = function; GI = gastrointestinal; gidd = giddiness; halu = hallucinations; head = headache; hema = hematuria (blood in the urine); hemato = hematopoietic; hemog = hemoglobinuria; hemorr = hemorrhage; hyperpig = hyperpigmentation; hypox = hypoxemia (reduced oxygen in the blood); inco = incoordination; incr = increase(d); inebri = inebriation; inflamm = inflammation; inj = injury; insom = insomnia; irreg = irregularity/ irregularities; irrit = irritation; irrty = irritability; jaun = jaundice; kera = keratitis (inflammation of the cornea); lac = lacrimation (discharge of tears);lar = laryngeal; lass = 1assitude (weakness, exhaustion); leth = lethargy (drowsiness or indifference); leucyt = leukocytosis (increased blood leukocytes); leupen = leukopenia (reduced blood leukocytes); li-head = lightheadedness; liq = liquid; local = localized; low-wgt = weight loss; mal = malaise (vague feeling of discomfort); malnut = malnutrition; methemo = methemoglobinemia; monocy = monocytosis (increased blood monocytes); molt = molten; muc memb = mucous membrane; musc = muscle; narco = narcosis; nau = nausea; nec = necrosis; neph = nephritis; ner = nervousness; numb = numbness; opac = opacity; palp = palpitations; para = paralysis; pares = paresthesia; perf = perforation; peri neur = peripheral neuropathy; periorb = periorbital (situated around the eye); phar = pharyngeal; photo = phtophobia (abnormal visual intolerance to light); pneu = penumonia; pneuitis = pneumonitis; PNS = peripheral nervous system; polyneur = polyneuropathy; prot = proteinuria; pulm = pulmonary; RBC = red blood cell; repro = reproductive; resp = respiratory; restless = restlessness; retster = retrosternal (occurring behind the sternum); rhin = rhinorrhea (discharge of thin nasal mucus); salv = salivation; sens = sensitization; sez = seizure; short = shortness; sneez = sneezing; sol = solid; soln = solution; som = somnolence (sleepiness, unnatural drowsiness); subs = substernal (occurring beneath the sternum); sweat = sweating; swell = swelling; sys = system; tacar = tachycardia; tend = tenderness; terato = teratogenic; throb = throbbing; tight = tightness; trachbronch = tracheobronchitis; twitch=twitching; uncon = unconsciousness; vap = vapor; venfib = ventricular fibrillation; vert = vertigo (an illusion of movement); vesic = vesiculation; vis dist = visual disturbance; vomit = vomiting; weak = weakness; wheez=wheezing.

3. Dangers physiques et chimiques

Les données sur les dangers physiques et chimiques sont adaptées de la série International Chemical Safety Cards (ICSC) produite par le Programme international sur la sécurité chimique (IPCS), un programme coopératif de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), de l'Organisation internationale du travail (OIT) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Les données de classification des risques sont tirées des Recommandations relatives au transport des marchandises dangereuses, 9e édition, élaborées par le Comité d'experts des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses et publiées par les Nations Unies (9e édition, 1995).

Les codes suivants sont utilisés : 1.5 = substances très peu sensibles présentant un risque d'explosion en masse ; 2.1 = gaz inflammable ; 2.3 = gaz toxique ; 3 = liquide inflammable ; 4.1 = solide inflammable ; 4.2 = matière sujette à l'inflammation spontanée ; 4.3 = substance qui, au contact de l'eau, dégage des gaz inflammables ; 5.1 = substance comburante ; 6.1 = toxique ; 7 = radioactif ; 8 = substance corrosive.

Les Recommandations s'adressent aux gouvernements et aux organisations internationales concernés par la réglementation du transport des marchandises dangereuses. Elles couvrent les principes de classification et de définition des classes, la liste des principales marchandises dangereuses, les exigences générales d'emballage, les procédures d'essai, le marquage, l'étiquetage ou le placardage et les documents de transport. Des recommandations spéciales concernent des catégories particulières de marchandises. Elles ne s'appliquent pas aux marchandises dangereuses en vrac qui, dans la plupart des pays, font l'objet de réglementations particulières. Les classes et divisions UN suivantes se trouvent fréquemment dans les tableaux chimiques de ce Guide des produits chimiques et dans le chapitre Métaux : propriétés chimiques et toxicité:

Classe 2—Gaz

Division 2.3 — Gaz toxiques : Gaz qui (a) sont connus pour être si toxiques ou corrosifs pour les humains qu'ils présentent un danger pour la santé ou (b) sont présumés être toxiques ou corrosifs pour les humains parce qu'ils ont une CL50 valeur égale ou inférieure à 5,000 XNUMX ml/m3 (ppm) lorsqu'il est testé conformément à 6.2.3. Les gaz répondant aux critères ci-dessus en raison de leur corrosivité sont à classer comme toxiques avec un risque corrosif subsidiaire.

Classe 4—Solides inflammables ; substances susceptibles de s'enflammer spontanément; substances qui, au contact de l'eau, dégagent des gaz inflammables

Division 4.2 - Matières sujettes à l'inflammation spontanée : Matières susceptibles de s'échauffer spontanément dans les conditions normales rencontrées lors du transport, ou de s'échauffer au contact de l'air, et pouvant alors s'enflammer.

Division 4.3 - Matières qui, au contact de l'eau, dégagent des gaz inflammables : Matières qui, par interaction avec l'eau, sont susceptibles de s'enflammer spontanément ou de dégager des gaz inflammables en quantités dangereuses.

Classe 5—Matières comburantes ; peroxydes organiques

Division 5.1 — Matières comburantes : Matières qui, bien qu'elles ne soient pas nécessairement combustibles en elles-mêmes, peuvent, généralement en cédant de l'oxygène, provoquer ou contribuer à la combustion d'autres matières.

Classe 6—Matières toxiques et infectieuses

Division 6.1 - Substances toxiques : Il s'agit des substances susceptibles soit de provoquer la mort ou des blessures graves, soit de nuire à la santé humaine par ingestion, inhalation ou contact cutané.

Classe 8—Matières corrosives

Il s'agit de substances qui, par action chimique, causeront de graves dommages au contact de tissus vivants ou, en cas de fuite, endommageront matériellement, voire détruiront, d'autres marchandises ou le moyen de transport ; ils peuvent également causer d'autres dangers.

Les codes ONU, numéros d'identification attribués aux matières dangereuses dans le transport par le Comité d'experts des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses, sont utilisés pour identifier facilement les matières dangereuses dans les urgences de transport. Ceux précédés de « NA » sont associés à des descriptions non reconnues pour les envois internationaux, sauf à destination et en provenance du Canada.

4. Propriétés physiques et chimiques

La densité relative est mesurée à 20°C/4°C, température ambiante et température de l'eau, respectivement, sauf indication contraire.

On trouve les abréviations suivantes : bp = point d'ébullition ; pf = point de fusion ; mw = poids moléculaire; sol = soluble ; sl sol = peu soluble ; v sol = très soluble ; misc = miscible ; insol = insoluble; pvap = pression de vapeur ; enflamm. limite = limite d'inflammabilité (vol-% dans l'air) ; ll = limite inférieure ; ul = limite supérieure ; fl. p = point d'éclair ; cc = coupe fermée ; oc = coupe ouverte ; auto ig. p = point d'allumage automatique

 

Retour

Mardi, 02 Août 2011 23: 41

Acides inorganiques

Un acide inorganique est un composé d'hydrogène et d'un ou plusieurs autres éléments (à l'exception du carbone) qui se dissocie ou se décompose pour produire des ions hydrogène lorsqu'il est dissous dans de l'eau ou d'autres solvants. La solution résultante présente certaines caractéristiques telles que la capacité de neutraliser les bases, de transformer le papier de tournesol en rouge et de produire des changements de couleur spécifiques avec certains autres indicateurs. Les acides inorganiques sont souvent appelés acides minéraux. La forme anhydre peut être gazeuse ou solide.

Un anhydride inorganique est un oxyde de métalloïde qui peut se combiner avec de l'eau pour former un acide inorganique. Il peut être produit par synthèse tel que : S + O2 → AINSI2, qui peut être transformé en acide par addition d'une molécule d'eau (hydratation) ; ou en éliminant l'eau d'un acide, tel que :

2HMnO4 → Mn2O7 + H2O

Les anhydrides inorganiques partagent en général les propriétés biologiques de leurs acides, puisque l'hydratation peut facilement se produire dans les milieux biologiques aqueux.

Utilisations

Les acides inorganiques sont utilisés comme intermédiaires chimiques et catalyseurs dans les réactions chimiques. On les trouve dans une variété d'industries, y compris la métallurgie et le travail du bois, le textile, la teinture, le pétrole et la photographie. Dans le travail des métaux, ils sont souvent utilisés comme agents de nettoyage avant le soudage, le placage ou la peinture. Acide sulfamique, acide sulfurique et l'acide chlorhydrique sont utilisés dans la galvanoplastie, et acide perchlorique est utilisé dans le placage des métaux.

Acide chlorhydrique, acide sulfurique, acide perchlorique et l'acide sulfamique sont largement utilisés dans l'industrie. L'acide chlorhydrique, ou chlorure d'hydrogène en solution aqueuse, est utilisé pour l'acidification industrielle, le raffinage des minerais d'étain et de tantale, la conversion de la fécule de maïs en sirop et l'élimination du tartre des chaudières et des équipements d'échange de chaleur. C'est aussi un agent de tannage dans l'industrie du cuir. acide sulfurique est utilisé dans le papier parchemin et dans divers procédés, notamment la purification du pétrole, le raffinage de l'huile végétale, la carbonisation des tissus de laine, l'extraction de l'uranium de la pechblende et le décapage du fer et de l'acier. L'acide sulfurique et l'acide perchlorique sont utilisés dans l'industrie des explosifs. L'acide sulfamique est un retardateur de flamme dans les industries du bois et du textile et un agent de blanchiment et bactéricide dans l'industrie des pâtes et papiers. Il est également utilisé pour la stabilisation du chlore dans les piscines.

Acide nitrique est utilisé dans la fabrication de nitrate d'ammonium pour les engrais et les explosifs. De plus, il est utilisé dans la synthèse organique, la métallurgie, la flottation du minerai et pour le retraitement du combustible nucléaire usé.

Dangers

Les dangers spécifiques des acides inorganiques industriels importants seront trouvés ci-dessous; cependant, il convient de noter que tous ces acides ont en commun certaines propriétés dangereuses. Les solutions d'acides inorganiques ne sont pas inflammables en elles-mêmes ; cependant, lorsqu'ils entrent en contact avec certaines autres substances chimiques ou matières combustibles, un incendie ou une explosion peut en résulter. Ces acides réagissent avec certains métaux en libérant de l'hydrogène, qui est une substance hautement inflammable et explosive lorsqu'elle est mélangée à l'air ou à l'oxygène. Ils peuvent également agir comme agents oxydants et, lorsqu'ils sont en contact avec des matières organiques ou d'autres matières oxydables, peuvent réagir de manière destructive et violente.

Effets sur la santé. Les acides inorganiques sont corrosifs, surtout à fortes concentrations ; ils détruisent les tissus corporels et provoquent des brûlures chimiques au contact de la peau et des muqueuses. En particulier, le danger d'accidents oculaires est prononcé. Les vapeurs ou brouillards d'acides inorganiques sont des irritants des voies respiratoires et des muqueuses, bien que le degré d'irritation dépende dans une large mesure de la concentration ; une décoloration ou une érosion des dents peut également survenir chez les travailleurs exposés. Un contact répété avec la peau peut entraîner une dermatite. L'ingestion accidentelle d'acides inorganiques concentrés entraînera une grave irritation de la gorge et de l'estomac et la destruction des tissus des organes internes, pouvant entraîner la mort, si des mesures correctives immédiates ne sont pas prises. Certains acides inorganiques peuvent également agir comme des poisons systémiques.

Mesures de sécurité et de santé

Dans la mesure du possible, les acides hautement corrosifs doivent être remplacés par des acides qui présentent moins de danger ; il est essentiel de n'utiliser que la concentration minimale nécessaire au procédé. Partout où des acides inorganiques sont utilisés, des mesures appropriées doivent être instituées concernant le stockage, la manipulation, l'élimination des déchets, la ventilation, la protection individuelle et les premiers soins.

Stockage. Éviter tout contact avec d'autres acides et matières combustibles ou oxydables. Les installations électriques doivent également être du type résistant aux acides.

Les zones de stockage doivent être séparées des autres locaux, bien ventilées, à l'abri du soleil et des sources de chaleur ; ils doivent avoir un sol en ciment et ne contenir aucune substance avec laquelle un acide pourrait réagir. Les stocks importants doivent être entourés de bordures ou de seuils pour retenir l'acide en cas de fuite, et des dispositions de neutralisation doivent être prises. Une bouche d'incendie et une réserve d'équipements de protection respiratoire autonomes à des fins d'urgence ou de sauvetage doivent être prévues à l'extérieur des locaux de stockage. Les déversements doivent être traités immédiatement en arrosant; en cas de fuite importante, le personnel doit évacuer les lieux puis, après avoir enfilé les équipements de secours, revenir neutraliser l'acide avec de l'eau ou du sable calciné. L'équipement électrique doit être de type étanche et résistant aux attaques acides. Un éclairage de sécurité est souhaitable.

Les récipients doivent être maintenus hermétiquement fermés et doivent être clairement étiquetés pour indiquer le contenu. Des mesures de décompression doivent être prises si nécessaire. La tuyauterie, les raccords, les joints et les vannes doivent tous être fabriqués dans un matériau résistant à l'acide nitrique. Les récipients en verre ou en plastique doivent être convenablement protégés contre les chocs; ils doivent être éloignés du sol pour faciliter le rinçage en cas de fuite. Les fûts doivent être stockés sur des berceaux ou des racks et calés en position. Les bouteilles de gaz d'acide anhydre gazeux doivent être stockées debout avec le bouchon en place. Les conteneurs vides et pleins doivent de préférence être stockés à part. L'entretien et le bon ménage sont essentiels.

Maniabilité. Dans la mesure du possible, les acides doivent être pompés à travers des systèmes scellés pour éviter tout danger de contact. Partout où des conteneurs individuels doivent être transportés ou décantés, l'équipement approprié doit être utilisé et seules des personnes expérimentées sont autorisées à entreprendre le travail. La décantation doit être effectuée au moyen de siphons spéciaux, de pompes de transfert, de berceaux basculants pour fûts ou bonbonnes, etc. Les bouteilles de gaz acide anhydre nécessitent des vannes de décharge et des raccords spéciaux.

Lorsque des acides sont mélangés à d'autres produits chimiques ou à de l'eau, les travailleurs doivent être pleinement conscients de toute réaction violente ou dangereuse susceptible de se produire. Par exemple, un acide concentré doit être ajouté lentement à l'eau, plutôt que l'inverse, afin d'éviter la génération d'une chaleur excessive et de réactions violentes pouvant provoquer des éclaboussures et un contact avec la peau ou les yeux.

Arivée d'air . Lorsque les processus produisent des brouillards ou des vapeurs acides, comme dans la galvanoplastie, une ventilation par aspiration doit être installée.

Protection personnelle. Les personnes exposées à des projections dangereuses d'acides inorganiques devraient être tenues de porter un équipement de protection individuelle résistant aux acides, y compris une protection des mains et des bras, une protection des yeux et du visage et des tabliers, des combinaisons ou des manteaux. Si des procédures de travail sûres sont adoptées, l'utilisation d'un équipement de protection respiratoire ne devrait pas être nécessaire ; cependant, il doit être disponible pour une utilisation d'urgence en cas de fuite ou de déversement.

Lorsque des travailleurs sont tenus d'entrer dans un réservoir qui a contenu des acides inorganiques afin d'effectuer un entretien ou des réparations, les réservoirs doivent d'abord être purgés et toutes les précautions d'entrée dans des espaces clos, comme décrit ailleurs dans le Encyclopédie, Devrait être pris.

Formation. Tous les travailleurs appelés à manipuler des acides doivent être informés de leurs propriétés dangereuses. Certains travaux, comme ceux impliquant des espaces clos ou la manipulation de grandes quantités d'acides, doivent toujours être effectués par deux personnes, l'une étant prête à venir en aide à l'autre en cas de besoin.

Assainissement. L'hygiène personnelle est de la plus haute importance en cas de contact avec des acides inorganiques. Des installations sanitaires et de lavage adéquates devraient être fournies et les travailleurs encouragés à se laver soigneusement avant les repas et à la fin des quarts de travail.

Premiers secours. Le traitement essentiel de la contamination par les acides inorganiques de la peau ou des yeux est un rinçage immédiat et abondant à l'eau courante. Les douches d'urgence et les fontaines oculaires, les bains ou les bouteilles doivent être stratégiquement situés. Les éclaboussures dans les yeux doivent être traitées par une irrigation abondante avec de l'eau. Les vêtements contaminés doivent être retirés et d'autres procédures appropriées de traitement d'urgence de la peau doivent être mises en place et le personnel formé à leur administration. La neutralisation de l'acide dans la zone affectée avec une solution alcaline telle que 2 à 3% de bicarbonate de sodium, ou 5% de carbonate de sodium et 5% d'hyposulfite de sodium, ou 10% de triéthanolamine est une procédure standard.

Les personnes ayant inhalé des brouillards acides doivent être évacuées immédiatement de la zone contaminée et empêchées de faire tout effort. Ils doivent être confiés immédiatement aux soins d'un médecin. En cas d'ingestion accidentelle, la victime doit recevoir une substance neutralisante et un lavage gastrique doit être effectué. En général, les vomissements ne doivent pas être provoqués car cela peut étendre la blessure.

Supervision médicale. Les travailleurs devraient subir des examens médicaux préalables à l'embauche et périodiques. L'examen d'embauche doit être particulièrement orienté vers le dépistage des maladies chroniques respiratoires, gastro-intestinales ou nerveuses et de toute maladie des yeux et de la peau. Des examens périodiques doivent avoir lieu à intervalles fréquents et doivent inclure un contrôle de l'état des dents.

Pollution de l'eau. Cela devrait être évité en veillant à ce que les eaux usées contenant de l'acide usé ne soient pas déversées dans les cours d'eau ou les systèmes d'égouts tant que le pH (acidité) n'a pas été ramené à un niveau compris entre 5.5 et 8.5.

Acide chlorhydrique

Le chlorure d'hydrogène anhydre n'est pas corrosif ; cependant, les solutions aqueuses attaquent presque tous les métaux (le mercure, l'argent, l'or, le platine, le tantale et certains alliages sont des exceptions) avec dégagement d'hydrogène. L'acide chlorhydrique réagit avec les sulfures pour former des chlorures et du sulfure d'hydrogène. C'est un composé très stable, mais à des températures élevées, il se décompose en hydrogène et en chlore.

Dangers. Les dangers particuliers de l'acide chlorhydrique sont son action corrosive sur la peau et les muqueuses, la formation d'hydrogène au contact de certains métaux et hydrures métalliques et sa toxicité. L'acide chlorhydrique produira des brûlures de la peau et des muqueuses, la gravité étant déterminée par la concentration de la solution ; cela peut entraîner des ulcérations suivies de cicatrices chéloïdes et réticulaires. Le contact avec les yeux peut produire une vision réduite ou la cécité. Les brûlures au visage peuvent produire des cicatrices graves et défigurantes. Un contact fréquent avec des solutions aqueuses peut entraîner une dermatite.

Les vapeurs ont un effet irritant sur les voies respiratoires, provoquant une laryngite, un œdème glottique, une bronchite, un œdème pulmonaire et la mort. Les maladies digestives sont fréquentes et se caractérisent par une nécrose moléculaire dentaire dans laquelle les dents perdent leur éclat, jaunissent, deviennent molles et pointues, puis se cassent.

Mesures de sécurité et de santé. En plus des mesures générales décrites ci-dessus, l'acide ne doit pas être stocké à proximité de substances inflammables ou oxydantes, telles que l'acide nitrique ou les chlorates, ou à proximité de métaux et d'hydrures métalliques qui peuvent être attaqués par l'acide avec formation d'hydrogène. (Les limites d'explosivité de l'hydrogène sont de 4 à 75 % en volume dans l'air.) Le matériel électrique doit être antidéflagrant et protégé contre l'action corrosive des vapeurs.

Acide nitrique

L'acide nitrique est très corrosif et attaque un grand nombre de métaux. Les réactions entre l'acide nitrique et divers matériaux organiques sont souvent hautement exothermiques et explosives, et les réactions avec les métaux peuvent produire des gaz toxiques. L'acide nitrique provoque des brûlures cutanées et les vapeurs sont très irritantes pour la peau et les muqueuses. l'inhalation de quantités importantes produira une intoxication aiguë.

Feu et explosion. L'acide nitrique attaque la plupart des substances et tous les métaux sauf les métaux nobles (or, platine, iridium, thorium, tantale) et certains alliages. La vitesse de réaction varie en fonction du métal et de la concentration de l'acide ; les gaz produits lors de la réaction comprennent les oxydes d'azote, l'azote et l'ammoniac, qui peuvent avoir un effet toxique ou asphyxiant. Au contact du sodium ou du potassium, la réaction est violente et dangereuse et dégage de l'azote. Cependant, dans le cas de certains métaux, un film d'oxyde protecteur se forme qui empêche toute attaque ultérieure. L'acide nitrique peut réagir de manière explosive avec le sulfure d'hydrogène. Les nitrates obtenus par l'action de l'acide sur diverses bases sont de puissants agents oxydants.

Même à des concentrations diluées, l'acide nitrique est un matériau oxydant puissant. Les solutions d'une concentration supérieure à 45 % peuvent provoquer l'inflammation spontanée de matières organiques telles que la térébenthine, le bois, la paille, etc.

Dangers pour la santé. Les solutions d'acide nitrique sont très corrosives et produiront des lésions de la peau, des yeux et des muqueuses dont la sévérité dépendra de la durée du contact et de la concentration en acide ; les lésions vont de l'irritation aux brûlures et à la nécrose localisée suite à un contact prolongé. Les brouillards d'acide nitrique sont également corrosifs pour la peau, les muqueuses et l'émail dentaire.

Les vapeurs d'acide nitrique contiendront toujours une certaine proportion d'autres composés azotés gazeux (par exemple, des oxydes d'azote), selon la concentration de l'acide et le type d'opération. L'inhalation peut produire une intoxication aiguë et une intoxication suraiguë. L'intoxication suraiguë est rare et peut être mortelle. L'intoxication aiguë comprend généralement trois phases : la première consiste en une irritation des voies respiratoires supérieures (brûlure dans la gorge, toux, sensation d'étouffement) et des yeux avec larmoiement (larmoiement) ; la deuxième phase est trompeuse, car les signes pathologiques sont absents pendant une période pouvant aller jusqu'à plusieurs heures ; dans la troisième phase, les troubles respiratoires réapparaissent et peuvent évoluer rapidement vers un œdème pulmonaire aigu, souvent d'évolution grave.

Une ingestion accidentelle entraînera de graves dommages à la bouche, au pharynx, à l'œsophage et à l'estomac et peut avoir de graves séquelles.

Mesures de sécurité et de santé. Selon les quantités et les concentrations en cause, l'acide nitrique doit être stocké dans des récipients en acier inoxydable, en aluminium ou en verre. Les bonbonnes ou winchesters en verre doivent être protégés par une enveloppe métallique pour assurer la résistance aux chocs. Cependant, l'acide nitrique contenant des composés fluorés ne doit pas être stocké dans du verre. Les matériaux organiques tels que le bois, la paille, la sciure de bois, etc., doivent être tenus à l'écart des opérations impliquant de l'acide nitrique. Lorsque l'acide nitrique doit être dilué avec de l'eau, l'acide doit être versé dans l'eau et un chauffage localisé doit être évité.

acide sulfurique

L'acide sulfurique est un acide fort qui, lorsqu'il est chauffé au-dessus de 30 °C, dégage de la vapeur et, au-dessus de 200 °C, émet du trioxyde de soufre. A froid, il réagit avec tous les métaux dont le platine ; à chaud, la réactivité est intensifiée. L'acide sulfurique dilué dissout l'aluminium, le chrome, le cobalt, le cuivre, le fer, le manganèse, le nickel et le zinc, mais pas le plomb ni le mercure. Il a une grande affinité pour l'eau, absorbe l'humidité atmosphérique et extrait l'eau des matières organiques, provoquant une carbonisation. Il décompose les sels de tous les autres acides à l'exception de l'acide silicique.

L'acide sulfurique se trouve à l'état natif au voisinage des volcans, notamment dans les gaz volcaniques.

Dangers. L'action de l'acide sulfurique sur l'organisme est celle d'un puissant caustique et toxique général. Introduit dans l'organisme sous forme liquide ou vapeur, il provoque des irritations intenses et des brûlures chimiques des muqueuses des voies respiratoires et digestives, des dents, des yeux et de la peau. Au contact de la peau, l'acide sulfurique provoque une déshydratation violente. Il libère de la chaleur en quantités suffisantes pour produire des brûlures qui sont similaires aux brûlures thermiques et peuvent être classées en conséquence comme premier, deuxième ou troisième degré. La profondeur des lésions dépend de la concentration de l'acide et de la durée du contact. L'inhalation de vapeurs produit les symptômes suivants : sécrétions nasales, éternuements, sensation de brûlure dans la gorge et la région rétrosternale ; elles sont suivies d'une toux, d'une détresse respiratoire, parfois accompagnée de spasmes des cordes vocales, et d'une sensation de brûlure dans les yeux avec larmoiement et congestion conjonctivale. Des concentrations élevées peuvent provoquer des sécrétions nasales sanglantes et des expectorations, une hématémèse, une gastrite, etc. Les lésions dentaires sont fréquentes ; elles affectent principalement les incisives et se présentent sous la forme de taches brunes, de stries de l'émail, de caries et d'une destruction rapide et indolore de la couronne dentaire.

Les expositions professionnelles à des brouillards d'acides inorganiques puissants, tels que les brouillards d'acide sulfurique, ont été classées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme étant cancérogènes pour l'homme.

Les brûlures chimiques sont les blessures les plus fréquemment rencontrées chez les travailleurs de la production d'acide sulfurique. Les solutions concentrées provoquent des brûlures profondes des muqueuses et de la peau ; initialement la zone de contact avec l'acide est blanchie et vire au brun avant la formation d'un ulcère bien délimité sur fond rouge clair. Ces plaies sont longues à cicatriser et peuvent souvent provoquer des cicatrices étendues qui entraînent une inhibition fonctionnelle. Si la brûlure est suffisamment étendue, l'issue peut s'avérer fatale. Le contact répété de la peau avec de faibles concentrations d'acide provoque un dessèchement de la peau et une ulcération des mains, ainsi qu'un panaris ou une inflammation purulente chronique autour des ongles. Les projections d'acide dans les yeux peuvent avoir des conséquences particulièrement graves : ulcération profonde de la cornée, kérato-conjonctivite et lésions palpébrales aux séquelles sévères.

L'action toxique générale de l'acide sulfurique provoque une déplétion alcaline de l'organisme (c'est-à-dire une acidose qui affecte le système nerveux et produit de l'agitation, une démarche hésitante et une faiblesse généralisée).

Mesures de sécurité et de santé. Les mesures les plus efficaces sont l'enfermement total des procédés et la mécanisation des procédures de manutention pour éviter tout contact personnel avec l'acide sulfurique. Une attention particulière doit être accordée au stockage de l'acide, aux procédures de manipulation et d'application, à la ventilation et à l'éclairage des lieux de travail, à l'entretien et à la bonne tenue des locaux, ainsi qu'aux équipements de protection individuelle. En plus des précautions générales indiquées ci-dessus, l'acide sulfurique ne doit pas être stocké à proximité de chromates, de chlorates ou de substances similaires en raison des risques d'incendie et d'explosion impliqués.

Feu et explosion. L'acide sulfurique et l'oléum ne sont pas inflammables en soi. Cependant, ils réagissent vigoureusement avec de nombreuses substances, en particulier les matières organiques, en dégageant une chaleur suffisante pour produire un incendie ou une explosion ; de plus, l'hydrogène libéré lors de la réaction avec les métaux peut former un mélange explosif dans l'air.

Catalyseurs. Lorsqu'un catalyseur au vanadium est utilisé dans le processus de contact, les travailleurs doivent être protégés contre l'exposition aux émissions de vanadate d'ammonium ou de pentoxyde de vanadium, qui sont utilisés sur un support de diatomite ou de gel de silice.

Acides inorganiques, tableaux

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3 - Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

 

Retour

Mardi, 02 Août 2011 23: 48

Acides et anhydrides organiques

Les acides organiques et leurs dérivés couvrent un large éventail de substances. Ils sont utilisés dans presque tous les types de fabrication chimique. En raison de la variété de la structure chimique des membres du groupe des acides organiques, plusieurs types d'effets toxiques peuvent se produire. Ces composés ont un effet irritant primaire, dont le degré est déterminé en partie par la dissociation acide et la solubilité dans l'eau. Certains peuvent causer des lésions tissulaires graves similaires à celles observées avec les acides minéraux forts. Une sensibilisation peut également se produire, mais elle est plus fréquente avec les anhydrides qu'avec les acides.

Aux fins du présent article, les acides organiques peuvent être divisés en acides monocarboxyliques saturés et monocarboxyliques insaturés, acides dicarboxyliques aliphatiques, acides acétiques halogénés, acides monocarboxyliques aliphatiques divers et acides carboxyliques aromatiques. De nombreux acides carboxyliques sont importants en raison de leur utilisation dans les aliments, les boissons, les médicaments et une gamme de procédés de fabrication. Les suivants sont parmi les plus courants : acide adipique, acide azélaïque, acide fumarique, acide itaconique, acide maléique, acide malique, acide malonique, acide oxalique, acide pimélique, acide sébacique, acide succinique, acide tartrique et acide thiomalique.

Les acides monocarboxyliques saturés à longue chaîne sont le Les acides gras et sont pour la plupart dérivés de sources naturelles. Les acides gras synthétiques peuvent également être fabriqués par oxydation à l'air des paraffines (hydrocarbures aliphatiques) à l'aide de catalyseurs métalliques. Ils sont également produits par l'oxydation des alcools avec de la soude caustique.

Utilisations

Les acides organiques sont utilisés dans les industries du plastique, du tannage, du textile, du papier, du métal, de la pharmacie, de l'alimentation, des boissons et des cosmétiques. Les acides organiques sont également présents dans les parfums, les herbicides, les colorants, les lubrifiants et les nettoyants.

L'acide formique et acide acétique sont les principaux produits chimiques industriels du groupe des acides monocarboxyliques saturés. L'acide formique est principalement utilisé dans les industries du textile et du cuir. Il agit comme agent d'épuisement de la teinture pour un certain nombre de fibres naturelles et synthétiques et comme agent réducteur dans la teinture au chrome. L'acide formique est utilisé comme agent de détartrage et neutralisant dans l'industrie du cuir, et comme coagulant pour le latex de caoutchouc. Il trouve également une utilisation dans la fabrication de fumigants et d'insecticides. L'acide acétique sert d'intermédiaire chimique, d'agent de détartrage lors du tannage du cuir, de solvant et d'acidifiant pour puits de pétrole. De plus, c'est un additif pour divers aliments et glaçures ainsi qu'un catalyseur et un agent de finition dans les industries de la teinture et du textile.

De faibles concentrations d'acide acétique (le vinaigre en contient environ 4 à 6%) ​​sont produites par fermentation aérobie (Acetobacter) de solutions alcooliques. L'acide acétique est l'un des acides organiques les plus utilisés. Il est utilisé dans la production d'acétate de cellulose, d'acétate de vinyle, d'acétates inorganiques, d'acétates organiques et d'anhydride acétique. L'acide acétique lui-même est utilisé dans l'industrie de la teinture, l'industrie pharmaceutique, l'industrie de la conserve et de la conservation des aliments et la production de pigments.

Acide chloroacétique est utilisé dans les industries pharmaceutiques, colorantes et chimiques comme intermédiaire chimique. Acide salicylique agit comme un autre intermédiaire chimique utilisé dans la synthèse de l'aspirine et dans les industries du caoutchouc et des colorants. Acide benzoïque, acide nonanoïque, acide ascorbique et l'acide oléique (Acide 9-octadécénoïque) sont d'autres composés utiles trouvés dans les industries alimentaires, des boissons et pharmaceutiques.

L'acide palmitique et l'acide stéarique ont une large application dans les savons, les cosmétiques, les détergents, les lubrifiants, les revêtements protecteurs et les produits chimiques intermédiaires. L'acide propionique est utilisé en synthèse organique. C'est aussi un inhibiteur de moisissure et un conservateur alimentaire. Acide acrylique, acide méthacrylique et acide crotonique sont employés dans la fabrication de résines et de plastifiants dans les industries du papier, des plastiques et des peintures. De plus, l'acide acrylique est un ingrédient des formulations d'encaustiques. L'acide crotonique est utilisé dans la fabrication d'agents adoucissants pour le caoutchouc synthétique. Acide lactique, acide butyrique et acide gallique sont employés dans l'industrie du tannage du cuir. L'acide lactique est également utilisé dans les adhésifs, les plastiques et les textiles. Il sert d'acidifiant alimentaire et d'agent d'acidification des puits de pétrole. Acide glycolique est utilisé dans les industries du cuir, du textile, de la galvanoplastie, des adhésifs et du nettoyage des métaux.

Les acides dicarboxyliques (acide succinique, acide maléique, acide fumarique, acide adipique) et l'acide tricarboxylique (acide citrique) sont utiles dans les industries alimentaires, des boissons et pharmaceutiques. L'acide succinique est également utilisé dans la fabrication de laques et de colorants. L'acide maléique est utilisé dans la fabrication de résines synthétiques et dans les synthèses organiques. L'acide maléique agit comme conservateur pour les huiles et les graisses ; ses sels sont utilisés dans la teinture du coton, de la laine et de la soie. L'acide fumarique est utilisé dans les polyesters et les résines alkydes, les revêtements de surface plastiques, les acidulants alimentaires, les encres et les synthèses organiques. La majorité de l'acide adipique est utilisée pour la production de nylon, tandis que de plus petites quantités sont utilisées dans les plastifiants, les lubrifiants synthétiques, les polyuréthanes et les acidulants alimentaires.

L'acide oxalique est un agent abrasif dans le finissage, le décapage et le nettoyage des textiles, et un composant des formulations ménagères pour le nettoyage des métaux. Il trouve également une utilisation dans les industries du papier, de la photographie et du caoutchouc. L'acide oxalique est utilisé dans l'impression et la teinture de calicot, le blanchiment des chapeaux de paille et du cuir et le nettoyage du bois. Acide aminoacétique est utilisé comme agent tampon et dans les synthèses. L'acide peracétique est utilisé comme agent de blanchiment, catalyseur et oxydant.

Impression acide naphténique est généralement un mélange malodorant de couleur foncée d'acides naphténiques. Les acides naphténiques sont dérivés des cycloparaffines du pétrole, probablement par oxydation. Les acides commerciaux sont généralement des mélanges liquides visqueux et peuvent être séparés en fractions à bas et à haut point d'ébullition. Les poids moléculaires varient de 180 à 350. Ils sont principalement utilisés dans la préparation de siccatifs à peinture, où les sels métalliques, tels que le plomb, le cobalt et le manganèse, agissent comme agents oxydants. Les acides naphténiques métalliques sont utilisés comme catalyseurs dans les procédés chimiques. Un avantage industriel est leur solubilité dans l'huile.

Anhydrides d'acides organiques

An anhydride est défini comme un oxyde qui, lorsqu'il est combiné avec de l'eau, donne un acide ou une base. Les anhydrides d'acide sont dérivés de l'élimination de l'eau de deux molécules de l'acide correspondant, telles que :

2HMnO4 → Mn2O7 + H2O

Industriellement, les anhydrides les plus importants sont acétique et phtalique. Anhydride acétique est utilisé dans les industries du plastique, des explosifs, des parfums, de l'alimentation, du textile, de la pharmacie et comme intermédiaire chimique. Anhydride phtalique sert de plastifiant dans la polymérisation du chlorure de vinyle. Il est également utilisé pour la production de résines polyester saturées et insaturées, d'acide benzoïque, de pesticides et de certaines essences et parfums. L'anhydride phtalique est utilisé dans la production de colorants phtalocyanine et de résines alkydes utilisées dans les peintures et les laques. L'anhydride maléique a également un nombre important d'applications.

Anhydride propionique est utilisé dans la fabrication de parfums, de résines alkydes, de médicaments et de colorants, tandis que anhydride maléique, anhydride trimellitique et anhydride acétique trouver une utilisation dans l'industrie du plastique. L'anhyide trimellitique (TMA) est également utilisé dans les industries de la teinture, de l'imprimerie et du rembourrage automobile. Il est utilisé comme agent de durcissement pour les résines époxy et autres, dans les plastifiants vinyliques, les peintures, les revêtements, les colorants, les pigments et une grande variété d'autres produits manufacturés. Certains de ces produits trouvent des applications dans les plastiques haute température, l'isolation des fils et les joints.

Dangers

Acides monocarboxyliques

Les acides monocarboxyliques de faible poids moléculaire sont des irritants primaires et causent de graves dommages aux tissus. Des précautions strictes sont nécessaires lors de la manipulation; un équipement de protection approprié doit être disponible et toute éclaboussure de la peau ou des yeux doit être irriguée avec de grandes quantités d'eau. Les acides les plus importants de ce groupe sont l'acide acétique et l'acide formique.

Les acides monocarboxyliques saturés à longue chaîne (les Les acides gras) sont non irritants et d'un niveau de toxicité très faible. Ils semblent poser peu de problèmes en utilisation industrielle.

Acides monocarboxyliques insaturés sont des substances hautement réactives et sont reconnus comme de graves irritants de la peau, des yeux et des voies respiratoires en solution concentrée. Les dangers semblent être liés à des expositions aiguës plutôt que cumulatives.

La majorité de ces acides semblent présenter un risque minime en cas d'exposition chronique de faible niveau, et nombre d'entre eux sont normalement présents dans les processus métaboliques humains. Des effets irritants primaires sont cependant présents avec un certain nombre de ces acides, en particulier dans des solutions concentrées ou sous forme de poussières. La sensibilisation est rare. Comme les matériaux sont tous solides à température ambiante, le contact se fait généralement sous forme de poussière ou de cristaux.

Acide acétique. Les vapeurs d'acide acétique peuvent former des mélanges explosifs avec l'air et constituer un risque d'incendie soit directement, soit par dégagement d'hydrogène. L'acide acétique glacial ou l'acide acétique sous forme concentrée sont des irritants cutanés primaires et produisent un érythème (rougeur), des brûlures chimiques et des cloques. En cas d'ingestion accidentelle, des lésions ulcéro-nécrotiques sévères du tube digestif supérieur ont été observées avec vomissements sanglants, diarrhée, choc et hémoglobinurie suivis de troubles urinaires (anurie et urémie).

Les vapeurs ont une action irritante sur les muqueuses exposées, en particulier la conjonctive, le rhinopharynx et les voies respiratoires supérieures. Une bronchopneumonie aiguë s'est développée chez une femme qui a dû inhaler des vapeurs d'acide acétique à la suite d'un évanouissement.

Des travailleurs exposés pendant plusieurs années à des concentrations allant jusqu'à 200 ppm se sont avérés souffrir d'œdème palpébral avec hypertrophie des ganglions lymphatiques, hyperhémie conjonctivale, pharyngite chronique, bronchite catarrhale chronique et, dans certains cas, bronchite asthmatique et traces d'érosion sur la surface vestibulaire des dents (incisives et canines).

L'étendue de l'acclimatation est remarquable ; cependant, une telle acclimatation ne signifie pas que des effets toxiques ne se produiront pas également. Suite à des expositions répétées, par exemple, les travailleurs peuvent se plaindre de troubles digestifs avec pyrosis et constipation. La peau de la paume des mains est la plus exposée et devient sèche, fissurée et hyperkératosique, et les petites coupures et écorchures sont lentes à guérir.

L'acide formique. Le principal danger est celui de lésions primaires graves de la peau, des yeux ou des muqueuses. La sensibilisation est rare, mais peut survenir chez une personne préalablement sensibilisée au formaldéhyde. Les blessures accidentelles chez l'homme sont les mêmes que pour d'autres acides relativement forts. Aucun effet retardé ou chronique n'a été noté. L'acide formique est un liquide inflammable, et sa vapeur forme des mélanges inflammables et explosifs avec l'air.

L'acide propionique en solution a des propriétés corrosives envers plusieurs métaux. Il est irritant pour les yeux, le système respiratoire et la peau. Les mêmes précautions recommandées pour l'exposition à l'acide formique sont applicables, en tenant compte du point d'éclair inférieur de l'acide propionique.

Acide maléique est un acide fort et produit une irritation marquée de la peau et des muqueuses. Des effets graves, en particulier dans les yeux, peuvent résulter de concentrations aussi faibles que 5 %. Il n'y a pas de rapports d'effets toxiques cumulatifs chez l'homme. Le danger dans l'industrie est l'irritation primaire des surfaces exposées, et cela devrait être évité si nécessaire en fournissant un équipement de protection individuelle approprié, généralement sous la forme de gants ou de manchettes imperméables.

L'acide fumarique est un acide relativement faible et a une faible solubilité dans l'eau. C'est un métabolite normal et il est moins toxique par voie orale que l'acide tartrique. C'est un irritant léger de la peau et des muqueuses, et aucun problème de manipulation industrielle n'est connu.

Acide adipique est non irritant et de très faible toxicité lorsqu'il est ingéré.

Acides acétiques halogénés

Les acides acétiques halogénés sont très réactifs. Ils comprennent l'acide chloroacétique, l'acide dichloroacétique (DCA), l'acide trichloroacétique (TCA), l'acide bromoacétique, l'acide iodoacétique, l'acide fluoroacétique et l'acide trifluoroacétique (TFA).

Les acides acétiques halogénés causent de graves dommages à la peau et aux muqueuses et, lorsqu'ils sont ingérés, peuvent interférer avec les systèmes enzymatiques essentiels de l'organisme. Des précautions strictes sont nécessaires pour leur manipulation. Ils doivent être préparés et utilisés dans des installations fermées, dont les ouvertures doivent être limitées aux nécessités de manipulation. Une ventilation par aspiration doit être appliquée à l'enceinte pour s'assurer que les fumées ou la poussière ne s'échappent pas par les ouvertures limitées. Un équipement de protection individuelle doit être porté par les personnes engagées dans les opérations, et un équipement de protection oculaire et un équipement de protection respiratoire doivent être disponibles en cas de besoin.

Acide fluoroacétique. Les acides di- et trifluoroacétiques ont un niveau de toxicité inférieur à celui de l'acide monofluoroacétique (acide fluoroacétique). L'acide monofluoroacétique et ses composés sont stables, hautement toxiques et insidieux. Au moins quatre plantes biologiques d'Afrique du Sud et d'Australie doivent leur toxicité à cet acide (Dichapetalum cymosum, Acacia georginae, Palicourea marcgravii), et récemment plus de 30 espèces de Gastrolobium et Oxylobrium en Australie-Occidentale se sont avérés contenir diverses quantités de fluoroacétate.

Le mécanisme biologique responsable des symptômes d'empoisonnement au fluoroacétate implique la "synthèse létale" d'acide fluorocitrique, qui à son tour bloque le cycle de l'acide tricarboxylique en inhibant l'enzyme aconitase. La privation d'énergie qui en résulte par l'arrêt du cycle de Krebs est suivie d'un dysfonctionnement cellulaire et de la mort. Il est impossible d'être précis sur la dose toxique d'acide fluoroacétique pour l'homme ; une fourchette probable se situe entre 2 et 10 mg/kg; mais plusieurs fluoroacétates apparentés sont encore plus toxiques que cela. Une ou deux gouttes du poison par inhalation, ingestion et absorption par des coupures et des abrasions cutanées ou par une peau non endommagée peuvent être mortelles.

D'après une étude d'histoires de cas hospitaliers, il ressort que les principaux effets toxiques des fluoroacétates chez l'homme impliquent le système nerveux central et le système cardiovasculaire. Des convulsions épileptiformes sévères alternent avec le coma et la dépression ; la mort peut résulter d'une asphyxie lors d'une convulsion ou d'une insuffisance respiratoire. Les caractéristiques les plus importantes, cependant, sont les irrégularités cardiaques, notamment la fibrillation ventriculaire et l'arrêt cardiaque soudain. Ces symptômes (qui ne se distinguent pas de ceux fréquemment rencontrés cliniquement) sont généralement précédés d'une période initiale de latence pouvant aller jusqu'à 6 h caractérisée par des nausées, des vomissements, une salivation excessive, des engourdissements, des sensations de picotements, des douleurs épigastriques et une appréhension mentale ; d'autres signes et symptômes qui peuvent se développer par la suite comprennent des contractions musculaires, une pression artérielle basse et une vision floue.

Acide chloroacétique. Ce matériau est un produit chimique hautement réactif et doit être manipulé avec précaution. Gants, lunettes, bottes de caoutchouc et combinaisons imperméables sont obligatoires lorsque les travailleurs sont en contact avec des solutions concentrées.

Autres acides

Acide glycolique est plus fort que l'acide acétique et produit des brûlures chimiques très graves de la peau et des yeux. Aucun effet cumulatif n'est connu et on pense qu'il est métabolisé en glycine. Des précautions strictes sont nécessaires pour sa manipulation. Ceux-ci sont similaires à ceux requis pour l'acide acétique. Les solutions concentrées peuvent provoquer des brûlures de la peau et des yeux. Aucun effet cumulatif n'est connu. Un équipement de protection individuelle doit être porté par les personnes manipulant des solutions concentrées de cet acide.

L'acide sorbique est utilisé comme fongicide dans les aliments. C'est un irritant primaire de la peau, et les individus peuvent développer des sensibilités. Pour ces raisons, le contact avec la peau doit être évité.

Acide salicylique est fortement irritant au contact de la peau ou des muqueuses. Des précautions strictes sont nécessaires pour les opérateurs de l'usine.

Anhydrides

Les anhydrides d'acide ont des points d'ébullition plus élevés que les acides correspondants. Leurs effets physiologiques ressemblent généralement à ceux des acides correspondants, mais ils sont des irritants oculaires plus puissants en phase vapeur et peuvent provoquer une conjonctivite chronique. Ils sont lentement hydrolysés au contact des tissus corporels et peuvent occasionnellement provoquer une sensibilisation. Une ventilation adéquate doit être assurée et un équipement de protection individuelle approprié doit être porté. Dans certaines circonstances, notamment celles liées aux travaux de maintenance, des équipements de protection oculaire et respiratoire adaptés sont nécessaires.

Des cas de conjonctivite, d'excrétions nasales sanglantes, d'atrophie de la muqueuse nasale, d'enrouement, de toux et de bronchite ont été signalés chez des travailleurs employés à la production d'acide et d'anhydride phtaliques. Il a été reconnu que l'anhydride phtalique provoque de l'asthme bronchique et une sensibilisation cutanée a été signalée à la suite d'une exposition prolongée à l'anhydride phtalique. la lésion est généralement une dermatite allergique. Une IgE spécifique à l'anhydride phtalique a également été identifiée.

Anhydride phtalique est inflammable et présente un risque d'incendie modéré. Sa toxicité est relativement faible par rapport aux autres anhydrides d'acides industriels, mais il agit comme un irritant pour la peau, les yeux et les voies respiratoires supérieures. Étant donné que l'anhydride phtalique n'a aucun effet sur la peau sèche, mais brûle la peau humide, il est probable que l'irritant réel soit l'acide phtalique, qui se forme au contact de l'eau.

L'anhydride phtalique doit être stocké dans un endroit frais et bien ventilé, à l'écart des flammes nues et des substances oxydantes. Une bonne ventilation locale et générale est nécessaire là où il est manipulé. Dans de nombreux procédés, l'anhydride phtalique n'est pas utilisé sous forme de flocons mais sous forme liquide. Lorsqu'il est ainsi utilisé, il est amené à l'usine dans des réservoirs et directement pompé dans le système de tuyauterie, empêchant ainsi le contact ainsi que la contamination de l'air par la poussière. Cela a conduit à la disparition complète des manifestations d'irritation chez les travailleurs de ces usines. Cependant, les vapeurs dégagées par l'anhydride phtalique liquide sont aussi irritantes que les flocons ; des précautions doivent donc être prises pour éviter toute fuite du système de tuyauterie. En cas de déversement ou de contact avec la peau, celle-ci doit être lavée immédiatement et à plusieurs reprises avec de l'eau.

Les travailleurs qui manipulent des dérivés phtaliques doivent être sous surveillance médicale. Une attention particulière doit être accordée aux symptômes de type asthmatique et à la sensibilisation cutanée. Si de tels symptômes sont remarqués, le travailleur doit être déplacé vers un autre emploi. Le contact avec la peau doit être évité en toutes circonstances. Des vêtements appropriés, tels que des protections en caoutchouc pour les mains, sont recommandés. Des examens préalables à l'embauche sont nécessaires pour s'assurer que les personnes souffrant d'asthme bronchique, d'eczéma ou d'autres maladies allergiques ne sont pas exposées à l'anhydride phtalique.

Anhydride acétique. Lorsqu'il est exposé à la chaleur, l'anhydride acétique peut émettre des fumées toxiques et ses vapeurs peuvent exploser en présence de flammes. Il peut réagir violemment avec les acides forts et les oxydants tels que l'acide sulfurique, l'acide nitrique, l'acide chlorhydrique, les permanganates, le trioxyde de chrome et le peroxyde d'hydrogène, ainsi qu'avec la soude.

L'anhydride acétique est un irritant puissant et possède des propriétés corrosives au contact des yeux, généralement à action retardée; le contact est suivi d'un larmoiement, d'une photophobie, d'une conjonctivite et d'un œdème cornéen. L'inhalation peut provoquer une irritation du nasopharynx et des voies respiratoires supérieures, avec sensations de brûlure, toux et dyspnée ; une exposition prolongée peut entraîner un œdème pulmonaire. L'ingestion provoque des douleurs, des nausées et des vomissements. La dermatite peut résulter d'une exposition cutanée prolongée.

Lorsque des contacts sont possibles, des vêtements et des lunettes de protection sont recommandés et des douches et douches oculaires doivent être disponibles. Les respirateurs à cartouche chimique sont appropriés pour la protection contre des concentrations allant jusqu'à 250 ppm; des respirateurs à adduction d'air avec un oculaire plein sont recommandés pour des concentrations de 1,000 XNUMX ppm; un appareil respiratoire autonome est nécessaire en cas d'incendie.

Anhydride butyrique est fabriqué par hydrogénation catalytique de l'acide crotonique. L'anhydride butyrique et anhydride propionique présentent des dangers similaires à ceux de l'anhydride acétique.

L'anhydride maléique peut provoquer de graves brûlures aux yeux et à la peau. Ceux-ci peuvent être produits soit par une solution d'anhydride maléique, soit par des flocons du matériau lors du processus de fabrication entrant en contact avec la peau humide. Une sensibilisation cutanée s'est produite. Des précautions strictes doivent être prises pour éviter tout contact de la solution avec la peau ou les yeux. Des lunettes de protection appropriées et d'autres vêtements de protection doivent être portés par les opérateurs de l'usine ; un accès facile aux flacons de solution d'irrigation oculaire est essentiel. Lorsqu'il est en suspension dans l'air à l'état finement divisé, l'anhydride maléique est capable de former des mélanges explosifs avec l'air. Les condenseurs dans lesquels le matériau sublimé se dépose sous forme de cristaux fins doivent être situés dans un endroit sûr à l'extérieur d'une pièce occupée.

Anhydride trimellitique a été signalé comme ayant causé un œdème pulmonaire chez les travailleurs après une exposition aiguë sévère et une sensibilisation des voies respiratoires après des périodes d'exposition de plusieurs semaines à plusieurs années, avec rhinite et/ou asthme. Plusieurs incidents mettant en cause les effets professionnels de l'exposition à la TMA ont été signalés. Des expositions multiples par inhalation à une résine époxy contenant du TMA pulvérisée sur des tuyaux chauffés auraient causé un œdème pulmonaire chez deux travailleurs. Les niveaux d'exposition n'ont pas été signalés, mais aucune irritation des voies respiratoires supérieures n'a été signalée pendant les expositions, ce qui indique qu'une réaction d'hypersensibilité pourrait avoir été en cause.

Dans un autre rapport, 14 travailleurs impliqués dans la synthèse de TMA présentaient des symptômes respiratoires résultant d'une sensibilisation à la TMA. Dans cette étude, trois réponses distinctes ont été notées. Le premier, la rhinite et/ou l'asthme, s'est développé au cours d'une exposition d'une durée de plusieurs semaines à plusieurs années. Une fois sensibilisés, les travailleurs exposés ont présenté des symptômes immédiatement après l'exposition au TMA, qui ont cessé lorsque l'exposition a cessé. Une deuxième réponse, impliquant également une sensibilisation, a produit des symptômes retardés (toux, respiration sifflante et respiration laborieuse) 4 à 8 heures après la fin de l'exposition. Le troisième syndrome était un effet irritant suite à des expositions élevées initiales.

Une étude des effets néfastes sur la santé, qui impliquait également des mesures des concentrations atmosphériques de TMA, a été menée par le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) des États-Unis. Treize travailleurs impliqués dans la fabrication d'une peinture époxy se sont plaints d'irritation des yeux, de la peau, du nez et de la gorge, d'essoufflement, de respiration sifflante, de toux, de brûlures d'estomac, de nausées et de maux de tête. Les niveaux d'exposition professionnelle dans l'air étaient en moyenne de 1.5 mg/m3 TMA (plage de « aucun détecté » à 4.0 mg/m3) pendant les opérations de transformation et 2.8 mg/m3 TMA (plage de « aucun détecté » à 7.5 mg/m3) pendant les procédures de décontamination.

Des études expérimentales sur des rats ont mis en évidence des hémorragies intra-alvéolaires avec des expositions subaiguës au TMA à 0.08 mg/m3. La pression de vapeur à 20 °C (4 × 10-6 mm Hg) correspond à une concentration légèrement supérieure à 0.04 mg/m3.

Acide oxalique et ses dérivés. L'acide oxalique est un acide fort qui, sous forme solide ou en solutions concentrées, peut provoquer des brûlures de la peau, des yeux ou des muqueuses ; des concentrations d'acide oxalique aussi faibles que 5 à 10 % sont irritantes en cas d'exposition prolongée. Des décès humains ont été enregistrés suite à l'ingestion d'aussi peu que 5 g d'acide oxalique. Les symptômes apparaissent rapidement et sont marqués par un état de choc, un collapsus et des crises convulsives. De tels cas peuvent présenter des lésions rénales marquées avec précipitation d'oxalate de calcium dans les tubules rénaux. On pense que les crises convulsives sont le résultat d'une hypocalcémie. L'exposition chronique de la peau à des solutions d'acide oxalique ou d'oxalate de potassium a été signalée comme ayant provoqué une douleur localisée et une cyanose dans les doigts ou même des modifications gangréneuses. Ceci est apparemment dû à une absorption localisée de l'acide oxalique et à une artérite résultante. Les lésions systémiques chroniques dues à l'inhalation de poussière d'acide oxalique semblent être très rares, bien que la littérature décrive le cas d'un homme qui avait été exposé à des vapeurs chaudes d'acide oxalique (contenant probablement un aérosol d'acide oxalique) avec des symptômes généralisés de perte de poids et de inflammation des voies respiratoires supérieures. En raison de la nature fortement acide de la poussière d'acide oxalique, l'exposition doit être soigneusement contrôlée et les concentrations de la zone de travail maintenues dans des limites sanitaires acceptables.

Oxalate de diéthyle est légèrement soluble dans l'eau; miscible en toutes proportions dans de nombreux solvants organiques ; un liquide incolore, instable et huileux. Il est produit par estérification de l'alcool éthylique et de l'acide oxalique. Il est utilisé, comme d'autres esters d'oxalate liquides, comme solvant pour de nombreuses résines naturelles et synthétiques.

Les symptômes chez le rat suite à l'ingestion de grandes quantités d'oxalate de diéthyle sont ceux de troubles respiratoires et de contractions musculaires. De grandes quantités de dépôts d'oxalate ont été trouvées dans les tubules rénaux d'un rat après une dose orale de 400 mg/kg. Il a été rapporté que des travailleurs exposés à 0.76 mg/l d'oxalate de diéthyle pendant plusieurs mois ont développé des symptômes de faiblesse, de maux de tête et de nausées ainsi que de légères altérations de la formule sanguine. En raison de la très faible pression de vapeur de cette substance à température ambiante, les concentrations dans l'air signalées peuvent être erronées. Il y avait également une certaine utilisation d'acétate de diamyle et de carbonate de diéthyle dans cette opération.

Mesures de sécurité et de santé

Tous les acides doivent être stockés à l'écart de toutes sources d'ignition et de substances oxydantes. Les zones de stockage doivent être bien ventilées pour éviter l'accumulation de concentrations dangereuses. Les récipients doivent être en acier inoxydable ou en verre. En cas de fuite ou de déversement, l'acide acétique doit être neutralisé par l'application de solutions alcalines. Des douches oculaires et des douches d'urgence doivent être installées pour traiter les cas de contact avec la peau ou les yeux. Le marquage et l'étiquetage des conteneurs sont essentiels ; pour toutes les formes de transport, l'acide acétique est classé comme substance dangereuse.

Pour éviter d'endommager le système respiratoire et les muqueuses, la concentration atmosphérique d'acides et d'anhydrides organiques à haute pression de vapeur doit être maintenue en dessous des niveaux maximaux admissibles en utilisant des pratiques d'hygiène industrielle standard telles que la ventilation par aspiration locale et la ventilation générale, renforcée par une détermination périodique de concentrations atmosphériques d'acide acétique. La détection et l'analyse, en l'absence d'autres vapeurs acides, se font au moyen d'un barbotage dans une solution alcaline et d'une détermination de l'alcali résiduel ; en présence d'autres acides, la distillation fractionnée était autrefois nécessaire ; cependant, une méthode de chromatographie en phase gazeuse est maintenant disponible pour la détermination dans l'air ou l'eau. Les expositions à la poussière doivent également être minimisées.

Les personnes travaillant avec l'acide pur ou les solutions concentrées doivent porter des vêtements de protection, une protection des yeux et du visage, une protection des mains et des bras et un équipement de protection respiratoire. Des installations sanitaires adéquates doivent être fournies et une bonne hygiène personnelle encouragée.

Tableaux des acides et anhydrides organiques

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3 - Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

 

Retour

Mardi, 02 Août 2011 23: 53

Alcools

Les alcools sont une classe de composés organiques formés à partir d'hydrocarbures par la substitution d'un ou plusieurs groupes hydroxyle pour un nombre égal d'atomes d'hydrogène ; le terme est étendu à divers produits de substitution qui sont neutres en réaction et qui contiennent un ou plusieurs des groupes alcool.

Utilisations

Les alcools sont utilisés comme intermédiaires chimiques et solvants dans les industries du textile, des teintures, des produits chimiques, des détergents, des parfums, des aliments, des boissons, des cosmétiques et des peintures et vernis. Certains composés sont également utilisés dans l'alcool dénaturant, les produits de nettoyage, les huiles et encres à séchage rapide, l'antigel et comme agents moussants dans la flottation du minerai.

n-propanol est un solvant présent dans les laques, les cosmétiques, les lotions dentaires, les encres d'imprimerie, les lentilles de contact et les liquides de frein. C'est aussi un antiseptique, un agent aromatisant synthétique pour les boissons non alcoolisées et les aliments, un intermédiaire chimique et un désinfectant. Isopropanol est un autre solvant industriel important, qui est utilisé dans l'antigel, les huiles et les encres à séchage rapide, l'alcool dénaturant et les parfums. Il est utilisé comme antiseptique et substitut de l'alcool éthylique dans les cosmétiques (par exemple, les lotions pour la peau, les toniques capillaires et l'alcool à friction), mais ne peut pas être utilisé pour les produits pharmaceutiques pris en interne. L'isopropanol est un ingrédient des savons liquides, des nettoyants pour vitres, un additif aromatisant synthétique pour les boissons et les aliments non alcoolisés et un intermédiaire chimique.

n-butanol est utilisé comme solvant pour les peintures, les laques et les vernis, les résines naturelles et synthétiques, les gommes, les huiles végétales, les colorants et les alcaloïdes. Il est utilisé comme intermédiaire dans la fabrication de produits pharmaceutiques et chimiques, et employé dans les industries produisant du cuir artificiel, des textiles, du verre de sécurité, du ciment de caoutchouc, de la gomme laque, des imperméables, des films photographiques et des parfums. sec-butanol est également utilisé comme solvant et intermédiaire chimique, et se trouve dans les liquides de frein hydrauliques, les composés de nettoyage industriels, les polis, les décapants, les agents de flottation des minerais, les essences de fruits, les parfums, les colorants et comme intermédiaire chimique.

Isobutanol, solvant des enduits de surface et des adhésifs, est utilisé dans les laques, les décapants, les parfums, les nettoyants et les fluides hydrauliques. butanol tertiaire est utilisé pour éliminer l'eau des produits, comme solvant dans la fabrication de médicaments, de parfums et d'arômes, et comme intermédiaire chimique. C'est également un composant de composés de nettoyage industriels, un dénaturant pour l'éthanol et un booster d'octane dans l'essence. Le alcools amyliques sont des agents moussants dans la flottation du minerai. De nombreux alcools, dont alcool méthylamylique, 2-éthylbutanol, 2-éthylhexanol, cyclohexanol, 2-octanol et le méthylcyclohexanol, sont utilisés dans la fabrication de laques. Outre leurs nombreuses utilisations comme solvants, le cyclohexanol et le méthylcyclohexanol sont utiles dans l'industrie textile. Le cyclohexanol est utilisé dans la finition des textiles, le traitement du cuir et comme homogénéisateur pour les savons et les émulsions détergentes synthétiques. Le méthylcyclohexanol est un composant des détachants à base de savon et un agent de mélange pour les savons et détergents textiles spéciaux. L'alcool benzylique est utilisé dans la préparation de parfums, de produits pharmaceutiques, de cosmétiques, de colorants, d'encres et d'esters benzyliques. Il sert également de solvant de laque, de plastifiant et d'agent dégraissant dans les nettoyants pour tapis. 2-chloroéthanol trouve une utilisation comme agent de nettoyage et comme solvant pour les éthers de cellulose.

Ethanol est la matière première de nombreux produits, dont l'acétaldéhyde, l'éther éthylique et le chloroéthane. C'est un agent antigel, un additif alimentaire et un milieu de croissance de levure, et il est utilisé dans la fabrication de revêtements de surface et de gasohol. La production de butadiène à partir d'alcool éthylique a été d'une grande importance pour les industries des plastiques et du caoutchouc synthétique. L'alcool éthylique est capable de dissoudre un large éventail de substances et, pour cette raison, il est utilisé comme solvant dans la fabrication de médicaments, de plastiques, de laques, de vernis, de plastifiants, de parfums, de cosmétiques, d'accélérateurs de caoutchouc, etc.

Méthanol est un solvant pour les encres, les colorants, les résines et les adhésifs, et est utilisé dans la fabrication de films photographiques, de plastiques, de savons textiles, de teintures pour bois, de tissus enduits, de verre incassable et de formulations d'imperméabilisation. C'est une matière première dans la fabrication de nombreux produits chimiques ainsi qu'un ingrédient de décapants de peinture et de vernis, de préparations de déparaffinage, de fluides d'embaumement et de mélanges antigel.

pentanol est utilisé dans la fabrication de laques, peintures, vernis, décapants, caoutchouc, plastiques, explosifs, fluides hydrauliques, ciment à chaussures, parfums, produits chimiques, produits pharmaceutiques et dans l'extraction des graisses. Les mélanges d'alcools fonctionnent bien pour de nombreuses utilisations de solvants, mais pour les synthèses chimiques ou les extractions plus sélectives, un produit pur est souvent requis.

A côté du chlorure d'allyle, alcool allylique est le plus important des composés allyliques dans l'industrie. Il est utile dans la fabrication de produits pharmaceutiques et dans les synthèses chimiques en général, mais la plus grande utilisation unique de l'alcool allylique est dans la production de divers esters allyliques, dont les plus importants sont le phtalate de diallyle et l'isophtalate de diallyle, qui servent de monomères et de répolymères.

Risques pour la santé

Méthanol

Parmi les procédés de synthèse par lesquels l'alcool méthylique est produit, il y a la réaction Fischer-Tropsch entre le monoxyde de carbone et l'hydrogène, à partir de laquelle il est obtenu comme l'un des sous-produits. Il peut également être produit par oxydation directe d'hydrocarbures et par un procédé d'hydrogénation en deux étapes dans lequel le monoxyde de carbone est hydrogéné en formiate de méthyle, qui à son tour est hydrogéné en alcool méthylique. La synthèse la plus importante, cependant, est l'hydrogénation catalytique moderne à moyenne pression du monoxyde de carbone ou du dioxyde de carbone à des pressions de 100 à 600 kgf/cm.2 et des températures de 250 à 400 °C.

L'alcool méthylique a des propriétés toxiques en cas d'exposition aiguë et chronique. Des blessures se sont produites parmi les alcooliques suite à l'ingestion du liquide et chez les travailleurs de la transformation suite à l'inhalation de la vapeur. Des expériences sur des animaux ont établi que l'alcool méthylique peut pénétrer la peau en quantité suffisante pour provoquer une intoxication mortelle.

En cas d'intoxication grave, le plus souvent après ingestion, l'alcool méthylique a un effet spécifique sur le nerf optique, entraînant la cécité par dégénérescence du nerf optique accompagnée de modifications dégénératives des cellules ganglionnaires de la rétine et de troubles circulatoires de la choroïde. L'amblyopie est généralement bilatérale et peut survenir quelques heures après l'ingestion, tandis que la cécité totale nécessite généralement une semaine. Les pupilles sont dilatées, la sclérotique est congestionnée, il y a pâleur de la papille optique avec scotome central ; les fonctions respiratoire et cardiovasculaire sont déprimées ; dans les cas mortels, le patient est inconscient mais le coma peut être précédé d'un délire.

Les conséquences de l'exposition industrielle aux vapeurs d'alcool méthylique peuvent varier considérablement d'un travailleur à l'autre. Dans des conditions variables de gravité et de durée d'exposition, les signes d'intoxication comprennent une irritation des muqueuses, des maux de tête, des bourdonnements d'oreille, des vertiges, des insomnies, un nystagmus, des pupilles dilatées, une vision trouble, des nausées, des vomissements, des coliques et de la constipation. Il peut y avoir des lésions cutanées résultant de l'action irritante et dissolvante de l'alcool méthylique et des effets nocifs des taches et des résines dissoutes dans celui-ci, et celles-ci se situent le plus souvent sur les mains, les poignets et les avant-bras. En général, cependant, ces effets nocifs ont été causés par des expositions prolongées à des concentrations très supérieures aux limites recommandées par les autorités en matière d'empoisonnement aux vapeurs d'alcool méthylique.

L'exposition chronique combinée au méthanol et au monoxyde de carbone a été signalée comme facteur causal de l'athérosclérose cérébrale.

L'action toxique de l'alcool méthylique est attribuée à son oxydation métabolique en acide formique ou en formaldéhyde (qui ont un effet dangereux spécifique sur le système nerveux), et éventuellement à une acidose sévère. Ce processus d'oxydation peut être inhibé par l'alcool éthylique.

Ethanol

Le risque industriel conventionnel est l'exposition à la vapeur à proximité d'un processus dans lequel l'alcool éthylique est utilisé. Une exposition prolongée à des concentrations supérieures à 5,000 XNUMX ppm provoque une irritation des yeux et du nez, des maux de tête, de la somnolence, de la fatigue et une narcose. L'alcool éthylique est assez rapidement oxydé dans le corps en dioxyde de carbone et en eau. L'alcool non oxydé est excrété dans l'urine et expiré dans l'air, de sorte que l'effet cumulatif est pratiquement négligeable. Son effet sur la peau est similaire à celui de tous les solvants gras et, en l'absence de précautions, une dermatite peut résulter du contact.

Récemment, un autre danger potentiel lié à l'exposition humaine à l'éthanol synthétique a été suspecté car le produit s'est avéré cancérigène chez les souris traitées à fortes doses. Par la suite, des analyses épidémiologiques ont révélé une surincidence des cancers du larynx (en moyenne cinq fois plus importante que prévu) associée à une unité d'éthanol fortement acide. Le sulfate de diéthyle semblerait être l'agent causal, bien que des alkyl sultones et d'autres cancérigènes potentiels soient également impliqués.

L'alcool éthylique est un liquide inflammable, et sa vapeur forme des mélanges inflammables et explosifs avec l'air à température normale. Un mélange aqueux contenant 30 % d'alcool peut produire un mélange inflammable de vapeur et d'air à 29 °C. Celui contenant seulement 5% d'alcool peut produire un mélange inflammable à 62 °C.

Bien que l'ingestion ne soit pas une conséquence probable de la consommation d'alcool industriel, c'est une possibilité dans le cas d'un toxicomane. Le danger d'une telle consommation illicite dépend de la concentration en éthanol, qui au-dessus de 70 % est susceptible de provoquer des lésions œsophagiennes et gastriques, et de la présence de dénaturants. Ceux-ci sont ajoutés pour rendre l'esprit désagréable lorsqu'il est obtenu en franchise d'impôt à des fins non potables. Beaucoup de ces dénaturants (par exemple, l'alcool méthylique, le benzène, les bases pyridiniques, la méthylisobutylcétone et le kérosène, l'acétone, l'essence, le phtalate de diéthyle, etc.) sont plus nocifs pour le buveur que l'alcool éthylique lui-même. Il est donc important de s'assurer qu'il n'y a pas de consommation illicite d'alcool industriel.

n-propanol

Les effets néfastes de l'utilisation industrielle de n-propanol n'ont pas été signalés. Chez les animaux, il est modérément toxique par inhalation, par voie orale et cutanée. C'est un irritant des muqueuses et un dépresseur du système nerveux central. Après inhalation, une légère irritation des voies respiratoires et une ataxie peuvent survenir. Il est légèrement plus toxique que l'alcool isopropylique, mais il semble produire les mêmes effets biologiques. Il existe des preuves d'un cas mortel après ingestion de 400 ml de n-propanol. Les changements pathomorphologiques étaient principalement un œdème cérébral et un œdème pulmonaire, qui ont également été souvent observés dans les intoxications à l'alcool éthylique. n-Le propanol est inflammable et présente un risque d'incendie modéré.

Autres composés

Isopropanol chez les animaux est légèrement toxique par voie cutanée et modérément toxique par voie orale et intrapéritonéale. Aucun cas d'intoxication industrielle n'a été signalé. Un excès de cancers des sinus et de cancers du larynx a été constaté chez les travailleurs produisant de l'alcool isopropylique. Cela pourrait être dû au sous-produit, l'huile isopropylique. L'expérience clinique montre que l'alcool isopropylique est plus toxique que l'éthanol mais moins toxique que le méthanol. L'isopropanol est métabolisé en acétone, qui peut atteindre des concentrations élevées dans le corps et est à son tour métabolisé et excrété par les reins et les poumons. Chez l'homme, des concentrations de 400 ppm produisent une légère irritation des yeux, du nez et de la gorge.

L'évolution clinique de l'intoxication à l'isopropanol est similaire à celle de l'intoxication à l'éthanol. L'ingestion de jusqu'à 20 ml dilués avec de l'eau n'a provoqué qu'une sensation de chaleur et une légère baisse de la tension artérielle. Cependant, dans deux cas mortels d'exposition aiguë, quelques heures après l'ingestion, un arrêt respiratoire et un coma profond ont été observés, ainsi qu'une hypotension, qui est considérée comme un signe de mauvais pronostic, a également été observée. L'isopropanol est un liquide inflammable et un risque d'incendie dangereux.

n-Butanol est potentiellement plus toxique que n'importe lequel de ses homologues inférieurs, mais les risques pratiques associés à sa production industrielle et à son utilisation à température ordinaire sont considérablement réduits par sa plus faible volatilité. Des concentrations élevées de vapeur produisent une narcose et la mort des animaux. L'exposition des êtres humains à la vapeur peut induire une irritation des muqueuses. Les niveaux signalés auxquels l'irritation se produit sont contradictoires et varient entre 50 et 200 ppm. Un léger œdème transitoire de la conjonctive de l'œil et une numération érythrocytaire légèrement réduite peuvent survenir au-dessus de 200 ppm. Le contact du liquide avec la peau peut entraîner une irritation, une dermatite et une absorption. Il est légèrement toxique lorsqu'il est ingéré. C'est aussi un risque d'incendie dangereux.

La réaction des animaux à sec-butanol vapeurs est similaire à celle de n-butanol, mais il est plus narcotique et mortel. C'est un liquide inflammable et un risque d'incendie dangereux.

A forte concentration, l'action de isobutanol la vapeur, comme les autres alcools, est principalement narcotique. Il est irritant pour l'œil humain au-dessus de 100 ppm. Le contact du liquide avec la peau peut provoquer un érythème. Il est légèrement toxique lorsqu'il est ingéré. Ce liquide est inflammable et présente un risque d'incendie dangereux.

Bien que tert-butanol la vapeur est plus narcotique pour les souris que celle de n- ou l'isobutanol, peu d'effets nocifs industriels ont été signalés à ce jour, hormis une légère irritation occasionnelle de la peau. Il est légèrement toxique lorsqu'il est ingéré. De plus, il est inflammable et présente un risque d'incendie dangereux.

Bien que des maux de tête et une irritation conjonctivale puissent résulter d'une exposition prolongée à cyclohexanol vapeur, il n'existe aucun danger industriel grave. L'irritation des yeux, du nez et de la gorge des sujets humains se produit à 100 ppm. Un contact prolongé du liquide avec la peau provoque une irritation et le liquide est lentement absorbé par la peau. Il est légèrement toxique lorsqu'il est ingéré. Le cyclohexanol est excrété dans l'urine, conjugué à l'acide glucuronique. Le liquide est inflammable et présente un risque d'incendie modéré.

Des maux de tête et une irritation des yeux et des voies respiratoires supérieures peuvent résulter d'une exposition prolongée aux vapeurs de méthylcyclohexanol. Un contact prolongé du liquide avec la peau provoque une irritation et le liquide est lentement absorbé par la peau. Il est légèrement toxique lorsqu'il est ingéré. Le méthylcyclohexanol, conjugué à l'acide glucuronique, est excrété dans les urines. C'est un risque d'incendie modéré.

Hormis les céphalées passagères, les vertiges, les nausées, la diarrhée et la perte de poids lors d'une exposition à une forte concentration de vapeurs résultant d'un mélange contenant de l'alcool benzylique, du benzène et des solvants esters, aucune maladie professionnelle n'est connue l'alcool benzylique. Il est légèrement irritant pour la peau et produit un léger effet lacrymogène. Le liquide est inflammable et présente un risque d'incendie modéré.

Alcool allylique est un liquide inflammable et irritant. Il provoque une irritation au contact de la peau et l'absorption à travers la peau provoque une douleur profonde dans la région où l'absorption s'est produite en plus des lésions systémiques. De graves brûlures peuvent être causées par le liquide s'il pénètre dans l'œil. La vapeur ne possède pas de propriétés narcotiques graves, mais elle a un effet irritant sur les muqueuses et le système respiratoire lorsqu'elle est inhalée en tant que contaminant atmosphérique. Sa présence dans une atmosphère d'usine a provoqué des larmoiements, des douleurs oculaires et des troubles de la vision (nécrose de la cornée, hématurie et néphrite).

Alcools amyliques

Les alcools pentyliques existent sous plusieurs formes isomères, et sur les huit isomères structuraux possibles, trois ont également des formes actives optiques. Parmi les formes structurales, quatre sont des alcools primaires—1-pentanol (alcool amylique), 2-méthyl-1-butanol, alcool isopentylique (3-méthyl-1-butanol, alcool isoamylique) et alcool néopentylique (2,2-diméthyl-1-propanol); trois sont des alcools secondaires - 2-pentanol, 3-pentanol et 3-méthyl-2-butanol ; et le dernier est un alcool tertiaire - l'alcool tert-pentylique (2-méthyl-2-butanol).

L'alcool pentylique est irritant pour les muqueuses des yeux, du nez et de la gorge à ou légèrement au-dessus de 100 ppm. Bien qu'il soit absorbé par le tractus gastro-intestinal et les poumons, et à travers la peau, l'incidence des maladies professionnelles est assez faible. L'irritation des muqueuses se produit facilement à partir du produit brut en raison des matières étrangères volatiles présentes. Les plaintes de maladie systémique comprennent des maux de tête, des étourdissements, des nausées, des vomissements, de la diarrhée, du délire et de la narcose. Étant donné que l'alcool pentylique est fréquemment utilisé comme matériau technique impur et en conjonction avec d'autres solvants, des symptômes et des résultats distinctifs ne peuvent être attribués à l'alcool avec certitude. La facilité avec laquelle les alcools sont métabolisés est dans l'ordre décroissant primaire, secondaire et tertiaire ; plus tertiaire est excrété inchangé que les autres. Bien que la toxicité varie en fonction de la configuration chimique, on peut dire d'une manière générale qu'un mélange d'alcools pentyliques est environ dix fois plus toxique que l'alcool éthylique. Cela se reflète dans les limites d'exposition recommandées pour les deux alcools, respectivement 100 ppm et 1,000 XNUMX ppm. Le risque d'incendie des alcools amyliques n'est pas particulièrement grand.

Tableaux des alcools

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3 - Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

 

Retour

Mardi, 02 Août 2011 23: 58

Aldéhydes et Cétals

Les aldéhydes sont membres d'une classe de composés chimiques organiques représentés par la formule structurale générale R-CHO. R peut être l'hydrogène ou un radical hydrocarboné - substitué ou non substitué. Les réactions importantes des aldéhydes comprennent l'oxydation (par laquelle se forment des acides carboxyliques), la réduction (avec formation d'alcool), la condensation d'aldol (lorsque deux molécules d'un aldéhyde réagissent en présence d'un catalyseur pour produire un hydroxy aldéhyde) et le Cannizzaro réaction (avec formation d'un alcool et du sel de sodium d'un acide). Les cétals, ou acétals, comme on les appelle aussi, sont des diesters d'hydrates d'aldéhyde ou de cétone. Ils sont produits par des réactions d'aldéhydes avec des alcools.

Utilisations

En raison de leur grande réactivité chimique, les aldéhydes sont des intermédiaires importants pour la fabrication de résines, de plastifiants, de solvants et de colorants. Ils sont utilisés dans les industries du textile, de l'alimentation, du caoutchouc, des plastiques, du cuir, de la chimie et de la santé. Les aldéhydes aromatiques et les aldéhydes aliphatiques supérieurs sont utilisés dans la fabrication de parfums et d'essences.

Acétaldéhyde est principalement utilisé pour fabriquer de l'acide acétique, mais il est également utilisé dans la fabrication d'acétate d'éthyle, d'acide peracétique, de dérivés de pyridine, de parfums, de colorants, de plastiques et de caoutchouc synthétique. L'acétaldéhyde est utilisé pour l'argenture des miroirs, le durcissement des fibres de gélatine et comme dénaturant d'alcool et agent aromatisant synthétique. Paraldéhyde, un trimère de l'acétaldéhyde, est utilisé dans les industries des colorants et du cuir et comme agent hypnotique en médecine. Industriellement, il a été utilisé comme solvant, activateur de caoutchouc et antioxydant. Métaldéhyde est utilisé comme combustible dans les cuisinières portatives et pour le contrôle des limaces dans le jardinage. Glycidaldéhyde a été utilisé comme agent de réticulation pour le finissage de la laine, pour le tannage à l'huile et pour le bain de graisse du cuir et des sutures chirurgicales. Propionaldéhyde est utilisé dans la fabrication de polyvinyle et d'autres plastiques et dans la synthèse de produits chimiques pour le caoutchouc. Il fonctionne également comme désinfectant et comme conservateur. L'acroléine est utilisé comme matière première pour la fabrication de nombreux composés organiques, notamment les plastiques, les parfums, les acrylates, les apprêts textiles, les fibres synthétiques et les produits pharmaceutiques. Il a été utilisé dans des mélanges de gaz toxiques militaires et comme carburant liquide, herbicide et biocide aquatique, et fixateur de tissus en histologie.

Formaldéhyde a une gamme extrêmement large d'utilisations liées à la fois à ses propriétés solvantes et germicides. Il est utilisé dans la production de matières plastiques (p. ex. résines urée-formaldéhyde, phénol-formaldéhyde, mélamine-formaldéhyde). Il est également utilisé dans l'industrie de la photographie, dans la teinture, dans les industries du caoutchouc, de la soie artificielle et des explosifs, du tannage, de la récupération des métaux précieux et dans le traitement des eaux usées. Le formaldéhyde est un puissant antiseptique, germicide, fongicide et conservateur utilisé pour désinfecter les objets inanimés, améliorer la solidité des teintures sur les tissus et préserver et enduire le latex de caoutchouc. C'est aussi un intermédiaire chimique, un agent d'embaumement et un fixateur d'échantillons histologiques. Paraformaldéhyde est le polymère commercial le plus courant obtenu à partir de formaldéhyde et consiste en un mélange de produits avec différents degrés de polymérisation. Il est utilisé dans les fongicides, les désinfectants, les bactéricides et dans la fabrication d'adhésifs.

Butyraldéhyde est utilisé en synthèse organique, principalement dans la fabrication d'accélérateurs de caoutchouc, et comme aromatisant synthétique dans les aliments. Isobutyraldéhyde est un intermédiaire pour les antioxydants et les accélérateurs du caoutchouc. Il est utilisé dans la synthèse d'acides aminés et dans la fabrication de parfums, d'arômes, de plastifiants et d'additifs pour essence. Le crotonaldéhyde est utilisé dans la fabrication d'alcool n-butylique et d'acide crotonique et dans la préparation d'agents de surface, de pesticides et d'agents chimiothérapeutiques. C'est un solvant du chlorure de polyvinyle et agit comme un frein court dans la polymérisation du chlorure de vinyle. Le crotonaldéhyde est utilisé dans la préparation d'accélérateurs de caoutchouc, la purification des huiles lubrifiantes, le tannage du cuir, et comme agent d'avertissement pour les gaz combustibles et pour localiser les ruptures et les fuites dans les tuyaux.

Glutaraldéhyde est un agent stérilisant important efficace contre tous les micro-organismes, y compris les virus et les spores. Il est utilisé comme désinfectant chimique pour la stérilisation à froid d'équipements et d'instruments dans l'industrie des soins de santé et comme agent de tannage dans l'industrie du cuir. C'est également un composant du liquide d'embaumement et un fixateur de tissus. p-dioxane est un solvant dans la réduction en pâte du bois et comme agent mouillant et dispersant dans le traitement des textiles, les bains de teinture, les teintures et les compositions d'impression. Il est utilisé dans les préparations nettoyantes et détergentes, les adhésifs, les cosmétiques, les fumigants, les laques, les peintures, les vernis et les décapants de peinture et de vernis.

Les cétals sont utilisés dans l'industrie comme solvants, plastifiants et intermédiaires. Ils sont capables de durcir les adhésifs naturels comme la colle ou la caséine. Méthylal est utilisé dans les onguents, les parfums, les carburants à usage spécial et comme solvant pour les adhésifs et les revêtements. Dichloroéthylformal est utilisé comme solvant et comme intermédiaire pour le caoutchouc synthétique polysulfuré.

Précautions de sécurité

De nombreux aldéhydes sont des liquides volatils et inflammables qui, à des températures ambiantes normales, forment des vapeurs à des concentrations explosives. Les précautions contre les incendies et les explosions, telles qu'elles sont décrites ailleurs dans ce chapitre, doivent être les plus rigoureuses dans le cas des membres inférieurs de la famille des aldéhydes, et les mesures de protection concernant les propriétés irritantes doivent également être les plus étendues pour les membres inférieurs et pour ceux dont la composition est insaturée. ou chaîne substituée.

Le contact avec les aldéhydes doit être minimisé en prêtant attention à la conception de l'usine et à la procédure de manipulation. Les déversements doivent être évités dans la mesure du possible et, lorsqu'ils se produisent, des installations d'eau et de drainage adéquates doivent être disponibles. Pour les produits chimiques étiquetés comme cancérogènes connus ou suspectés, les précautions de routine pour les cancérogènes, décrites ailleurs dans ce chapitre, doivent être appliquées. Bon nombre de ces produits chimiques sont de puissants irritants oculaires et une protection chimique approuvée des yeux et du visage devrait être obligatoire dans la zone de l'usine. Pour les travaux d'entretien, des écrans faciaux en plastique doivent également être portés. Lorsque les conditions l'exigent, des vêtements de protection appropriés, des tabliers, des protections pour les mains et des protections imperméables pour les pieds doivent être fournis. Des douches d'eau et des systèmes d'irrigation des yeux doivent être disponibles dans la zone de l'usine et, comme pour tout équipement de protection, les opérateurs doivent être parfaitement formés à leur utilisation et à leur entretien.

Risques pour la santé

La plupart des aldéhydes et des cétals sont capables de provoquer une irritation primaire de la peau, des yeux et du système respiratoire - une tendance qui est plus prononcée dans les membres inférieurs d'une série, dans les membres insaturés de la chaîne aliphatique et dans les halogène- membres suppléants. Les aldéhydes peuvent avoir un effet anesthésiant, mais les propriétés irritantes de certains d'entre eux peuvent obliger un travailleur à limiter l'exposition avant d'avoir une exposition suffisante pour subir des effets anesthésiques. L'effet irritant sur les muqueuses peut être lié à l'effet ciliostatique où les cils ressemblant à des cheveux qui tapissent les voies respiratoires et assurent les fonctions essentielles de dégagement sont désactivés. Le degré de toxicité est très variable dans cette famille. Certains des membres des aldéhydes aromatiques et certains aldéhydes aliphatiques sont rapidement métabolisés et ne sont pas associés à des effets indésirables et se sont donc avérés sans danger pour une utilisation dans les aliments et comme arômes. Cependant, d'autres membres de la famille sont des cancérogènes connus ou suspectés et la prudence s'impose dans toutes les situations où un contact est possible. Certains sont des mutagènes chimiques et plusieurs sont des allergènes. D'autres effets toxiques incluent la capacité de produire un effet hypnotique. Des données plus détaillées sur des membres spécifiques de la famille sont incluses dans le texte qui suit et dans les tableaux qui l'accompagnent.

Acétaldéhyde est un irritant des muqueuses et a également une action narcotique générale du système nerveux central. De faibles concentrations provoquent une irritation des yeux, du nez et des voies respiratoires supérieures, ainsi qu'un catarrhe bronchique. Un contact prolongé peut endommager l'épithélium cornéen. Des concentrations élevées provoquent des maux de tête, une stupeur, une bronchite et un œdème pulmonaire. L'ingestion provoque des nausées, des vomissements, de la diarrhée, une narcose et une insuffisance respiratoire; la mort peut résulter de dommages aux reins et d'une dégénérescence graisseuse du foie et du muscle cardiaque. L'acétaldéhyde est produit dans le sang en tant que métabolite de l'alcool éthylique et provoque des bouffées vasomotrices, des palpitations et d'autres symptômes désagréables. Cet effet est renforcé par le médicament disulfiram (Antabuse) et par l'exposition aux produits chimiques industriels cyanamide et diméthylformamide.

En plus de ses effets aigus, l'acétaldéhyde est un cancérogène du groupe 2B, c'est-à-dire qu'il a été classé comme cancérogène possible pour l'homme et cancérogène pour les animaux par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). L'acétaldéhyde induit des aberrations chromosomiques et un échange de chromatides soeurs dans une variété de systèmes de test.

L'exposition répétée aux vapeurs d'acétaldéhyde provoque des dermatites et des conjonctivites. Dans l'intoxication chronique, les symptômes ressemblent à ceux de l'alcoolisme chronique, tels que perte de poids, anémie, délire, hallucinations de la vue et de l'ouïe, perte d'intelligence et troubles psychiques.

L'acroléine est un polluant atmosphérique courant qui est produit dans les gaz d'échappement des moteurs à combustion interne, qui contiennent des aldéhydes nombreux et variés. La concentration d'acroléine est augmentée lors de l'utilisation de gazole ou de mazout. De plus, l'acroléine se trouve dans la fumée de tabac en quantités considérables, non seulement dans la phase particulaire de la fumée, mais aussi, et plus encore, dans la phase gazeuse. Accompagné d'autres aldéhydes (acétaldéhyde, propionaldéhyde, formaldéhyde, etc.), il atteint une concentration telle (50 à 150 ppm) qu'il semble faire partie des aldéhydes les plus dangereux de la fumée de tabac. Ainsi, l'acroléine représente un risque professionnel et environnemental possible.

L'acroléine est toxique et très irritante, et sa pression de vapeur élevée peut entraîner la formation rapide de concentrations atmosphériques dangereuses. Les vapeurs peuvent causer des lésions aux voies respiratoires et les yeux peuvent être blessés à la fois par le liquide et les vapeurs. Le contact avec la peau peut provoquer de graves brûlures. L'acroléine a d'excellentes propriétés d'avertissement et une irritation grave se produit à des concentrations inférieures à celles qui devraient être extrêmement dangereuses (son puissant effet lacrymogène à de très faibles concentrations dans l'atmosphère (1 mg/m3) oblige les gens à fuir le lieu pollué à la recherche de dispositifs de protection). Par conséquent, l'exposition est plus susceptible de résulter d'une fuite ou d'un déversement de tuyaux ou de récipients. Cependant, les effets chroniques graves, tels que le cancer, peuvent ne pas être complètement évités.

L'inhalation présente le danger le plus grave. Il provoque une irritation du nez et de la gorge, une oppression thoracique et un essoufflement, des nausées et des vomissements. L'effet broncho-pulmonaire est très sévère ; même si la victime récupère d'une exposition aiguë, il y aura des dommages radiologiques et fonctionnels permanents. Les expérimentations animales indiquent que l'acroléine a une action vésicante, détruisant les muqueuses des voies respiratoires à un point tel que la fonction respiratoire est totalement inhibée en 2 à 8 jours. Un contact répété avec la peau peut provoquer une dermatite et une sensibilisation cutanée a été observée.

La découverte des propriétés mutagènes de l'acroléine n'est pas récente. Rapaport l'a signalé dès 1948 chez Drosophila. Des recherches ont été menées pour déterminer si le cancer du poumon, dont le lien avec l'abus de tabac est indiscutable, peut être attribué à la présence d'acroléine dans la fumée, et si certaines formes de cancer du système digestif qui s'avèrent avoir un lien avec l'absorption d'huile de cuisson brûlée sont dus à l'acroléine contenue dans l'huile brûlée. Des études récentes ont montré que l'acroléine est mutagène pour certaines cellules (Drosophile, Salmonella, algues telles que Dunaliella bioculée) mais pas pour les autres (levures telles que Saccharomyces cerevisiae). Là où l'acroléine est mutagène pour une cellule, on peut identifier des changements ultrastructuraux dans le noyau qui rappellent ceux provoqués par les rayons X chez les algues. Il produit également divers effets sur la synthèse de l'ADN en agissant sur certaines enzymes.

L'acroléine est très efficace pour inhiber l'activité des cils des cellules bronchiques qui aident à maintenir l'arbre bronchique dégagé. Ceci, ajouté à son action favorisant l'inflammation, implique une bonne probabilité que l'acroléine puisse provoquer des lésions bronchiques chroniques.

Chloroacétaldéhyde possède des propriétés très irritantes non seulement au niveau des muqueuses (il est dangereux pour les yeux même en phase vapeur et peut provoquer des lésions irréversibles), mais aussi pour la peau. Il peut provoquer des brûlures au contact d'une solution à 40 % et une irritation appréciable à une solution à 0.1 % lors d'un contact prolongé ou répété. La prévention doit être basée sur l'évitement de tout contact et le contrôle de la concentration atmosphérique.

Hydrate de chloral est principalement excrété chez l'homme d'abord sous forme de trichloroéthanol puis, au fil du temps, sous forme d'acide trichloroacétique, qui peut atteindre jusqu'à la moitié de la dose en cas d'exposition répétée. En cas d'exposition aiguë sévère, l'hydrate de chloral agit comme un narcotique et altère le centre respiratoire.

Crotonaldéhyde est une substance fortement irritante et un risque certain de brûlure de la cornée, ressemblant à l'acroléine par sa toxicité. Certains cas de sensibilisation chez les travailleurs ont été signalés et certains tests de mutagénicité ont produit des résultats positifs.

En plus du fait que p-dioxane est un risque d'incendie dangereux, il a également été classé par le CIRC comme cancérogène du groupe 2B, c'est-à-dire un cancérogène animal établi et un cancérogène possible pour l'homme. Des études d'inhalation chez l'animal ont montré que p-les vapeurs de dioxane peuvent provoquer une narcose, des lésions pulmonaires, hépatiques et rénales, une irritation des muqueuses, une congestion et un œdème des poumons, des changements de comportement et une augmentation de la numération globulaire. De fortes doses de p-le dioxane administré dans l'eau de boisson a entraîné le développement de tumeurs chez le rat et le cobaye. Des expériences sur des animaux ont également démontré que le dioxane est rapidement absorbé par la peau, produisant des signes d'incoordination, de narcose, d'érythème ainsi que des lésions hépatiques et rénales.

Des études expérimentales sur des humains ont également montré une irritation des yeux, du nez et de la gorge à des concentrations de 200 à 300 ppm. Un seuil d'odeur aussi bas que 3 ppm a été signalé, bien qu'une autre étude ait abouti à un seuil d'odeur de 170 ppm. Des études animales et humaines ont démontré que le dioxane est métabolisé en acide β-hydroxyéthoxyacétique. Une enquête menée en 1934 sur la mort de cinq hommes travaillant dans une usine de soie artificielle a suggéré que les signes et symptômes d'empoisonnement au dioxane comprenaient des nausées et des vomissements suivis d'une diminution et finalement d'une absence de production d'urine. Les résultats de l'autopsie comprenaient des foies pâles hypertrophiés, des reins hémorragiques enflés et des poumons et des cerveaux œdémateux.

Il convient de noter que, contrairement à de nombreux autres aldéhydes, les propriétés d'avertissement irritantes de p-dioxane sont considérés comme pauvres.

Formaldéhyde et son dérivé polymère paraformaldéhyde. Le formaldéhyde polymérise facilement à l'état liquide et solide pour former le mélange de produits chimiques connu sous le nom de paraformaldéhyde. Ce processus de polymérisation est retardé par la présence d'eau et, par conséquent, les préparations commerciales de formaldéhyde (appelées formol ou formol) sont des solutions aqueuses contenant 37 à 50 % de formaldéhyde en poids ; 10 à 15 % d'alcool méthylique sont également ajoutés à ces solutions aqueuses comme inhibiteur de polymérisation. Le formaldéhyde est toxique par ingestion et inhalation et peut également provoquer des lésions cutanées. Il est métabolisé en acide formique. La toxicité du formaldéhyde polymérisé est potentiellement similaire à celle du monomère puisque le chauffage produit une dépolymérisation.

L'exposition au formaldéhyde est associée à des effets aigus et chroniques. Le formaldéhyde est un cancérogène prouvé pour les animaux et a été classé comme cancérogène humain probable 1B par le CIRC. Par conséquent, lorsque vous travaillez avec du formaldéhyde, des précautions appropriées pour les agents cancérigènes doivent être prises.

L'exposition à de faibles concentrations atmosphériques de formaldéhyde provoque une irritation, en particulier des yeux et des voies respiratoires. En raison de la solubilité du formaldéhyde dans l'eau, l'effet irritant est limité à la section initiale des voies respiratoires. Une concentration de 2 à 3 ppm provoque un léger fourmillement des yeux, du nez et du pharynx ; à 4 à 5 ppm, l'inconfort augmente rapidement ; 10 ppm est difficilement toléré même brièvement ; entre 10 et 20 ppm, on observe des difficultés respiratoires sévères, des brûlures des yeux, du nez et de la trachée, des larmoiements intenses et une toux sévère. L'exposition à 50 à 100 ppm produit une sensation d'oppression thoracique, des maux de tête, des palpitations et, dans les cas extrêmes, la mort par œdème ou spasme de la glotte. Des brûlures oculaires peuvent également être produites.

Le formaldéhyde réagit facilement avec les protéines des tissus et favorise les réactions allergiques, y compris la dermatite de contact, qui résulte également du contact avec des vêtements traités au formaldéhyde. Des symptômes asthmatiques peuvent survenir en raison d'une sensibilité allergique au formaldéhyde, même à de très faibles concentrations. Des lésions rénales peuvent survenir en cas d'exposition excessive et répétée. Des dermatites inflammatoires et allergiques, y compris une dystrophie des ongles due au contact direct avec des solutions, des solides ou des résines contenant du formaldéhyde libre, ont été signalées. L'inflammation se produit même après un contact à court terme avec de grandes quantités de formaldéhyde. Une fois sensibilisé, la réaction allergique peut suivre le contact avec seulement de très petites quantités.

Le formaldéhyde réagit avec le chlorure d'hydrogène, et il a été signalé qu'une telle réaction dans l'air humide pourrait produire une quantité non négligeable d'éther bis(chlorométhylique), BCME, un cancérogène dangereux. D'autres investigations ont montré qu'à température et humidité ambiantes, même à des concentrations très élevées, le formaldéhyde et le chlorure d'hydrogène ne forment pas de bis-(chlorométhyl)éther à la limite de détection de 0.1 ppb. Cependant, le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) des États-Unis a recommandé que le formaldéhyde soit traité comme un cancérogène professionnel potentiel car il a montré une activité mutagène dans plusieurs systèmes de test et a induit un cancer nasal chez les rats et les souris, en particulier en présence de vapeurs d'acide chlorhydrique.

Glutaraldéhyde est un allergène relativement faible qui peut provoquer une dermatite de contact allergique et la combinaison des propriétés irritantes et allergènes suggère également la possibilité d'allergies du système respiratoire. C'est un irritant relativement fort pour la peau et les yeux.

Glycidaldéhyde est un produit chimique hautement réactif qui a été classé par le CIRC comme cancérogène possible pour l'homme du groupe 2B et cancérogène pour les animaux établi. Ainsi, les précautions appropriées pour la manipulation des cancérigènes doivent être prises avec ce produit chimique.

Métaldéhyde, en cas d'ingestion, peut provoquer des nausées, des vomissements sévères, des douleurs abdominales, une rigidité musculaire, des convulsions, le coma et la mort par insuffisance respiratoire. Ingestion de paraldéhyde induit habituellement le sommeil sans dépression de la respiration, bien que des décès surviennent parfois par insuffisance respiratoire et circulatoire après des doses élevées ou plus. Méthylal peut provoquer une insuffisance hépatique et rénale et agit comme un irritant pulmonaire lors d'une exposition aiguë.

Tableaux des aldéhydes et des cétals

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3 - Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

 

Retour

Mercredi, 03 Août 2011 00: 05

Matériaux alcalins

Cet article traite de l'ammoniac, du sodium, du potassium, du calcium et du lithium, et de leurs composés. À l'exception de l'ammoniac, ce sont les métaux alcalins et alcalino-terreux les plus courants.

Utilisations

Ammoniac est une source importante de divers composés azotés. Une énorme quantité d'ammoniac est utilisée dans la production de sulfate d'ammonium et nitrate d'ammonium, qui sont utilisés comme engrais. L'ammoniac est en outre utilisé pour l'oxydation en acide nitrique, pour la production d'urée et de soude synthétiques et pour la préparation de solutions aqueuses utilisées dans les industries chimiques et pharmaceutiques. Il est employé dans l'industrie des explosifs, en médecine et dans l'agriculture. En réfrigération, l'ammoniac est utilisé pour abaisser les températures sous le point de congélation et pour la fabrication de glace synthétique.

L'hydroxyde d'ammonium est employé dans les industries du textile, du caoutchouc, de la pharmacie, de la céramique, de la photographie, de la détergence et de l'alimentation. Il est également utilisé pour extraire des métaux tels que le cuivre, le nickel et le molybdène de leurs minerais. L'hydroxyde d'ammonium est utile pour enlever les taches et blanchir. C'est un nettoyant ménager ainsi qu'un solvant pour la caséine dans l'industrie des pâtes et papiers. Phosphate diammonique est utilisé pour ignifuger les textiles, le papier et les produits en bois. On le trouve dans les engrais et dans les flux pour métaux à souder. Chlorure d'ammonium est utilisé comme fondant pour le revêtement de tôles de fer avec du zinc, dans les explosifs de sécurité, la médecine et dans le ciment pour tuyaux en fer. De plus, il est utilisé dans l'étamage, la teinture, la galvanoplastie et le tannage.

Calcium est le cinquième élément le plus abondant et le troisième métal le plus abondant; il est répandu dans la nature comme carbonate de calcium (calcaire et marbre), sulfate de calcium (gypse), fluorure de calcium (spath fluor) et phosphate de calcium (apatite). Les minéraux de calcium sont extraits ou extraits; le calcium métallique est obtenu par électrolyse de chlorure ou de fluorure de calcium fondu. Le calcium métallique est utilisé dans la production d'uranium et de thorium et dans l'industrie électronique. Il sert de désoxydant pour le cuivre, le béryllium et l'acier, et de durcisseur pour les roulements en plomb. De plus, le calcium est un catalyseur industriel pour les fibres de polyester.

Le chlorure de calcium est obtenu comme déchet dans le procédé Solvay ammoniaque-soude. Il est utilisé comme dégivreur de chaussée, réfrigérant et agent de séchage dans les systèmes de climatisation. Le chlorure de calcium est utilisé dans la production de chlorure de baryum, de calcium métallique et de divers colorants. Il est également utilisé pour empêcher la formation de poussière lors de la construction de routes, pour accélérer les temps de durcissement du béton et pour inhiber la combustion spontanée du charbon dans les mines de charbon. Nitrate de calcium est utilisé en agriculture comme engrais et dans la fabrication d'allumettes comme agent oxydant. On le trouve également dans les industries des explosifs et de la pyrotechnie. Le sulfite de calcium est utilisé comme agent réducteur dans la production de cellulose. Carbure de calcium est utilisé pour la production industrielle d'acétylène et dans la fabrication de cyanamide de calcium. Il est utilisé dans l'industrie pyrotechnique et dans les générateurs d'acétylène pour lampes à acétylène. Le carbure de calcium est également utilisé pour le soudage et le coupage oxyacétylénique.

de citron vert est un terme général pour les produits de calcaire calciné - par exemple, oxyde de calcium et hydroxyde de calcium. Oxyde de calcium est utilisé comme matériau réfractaire, comme fondant dans la sidérurgie, comme liant dans l'industrie du bâtiment et comme matière première pour la poudre de blanchiment à la chaux chlorée. Il est employé dans les industries des pâtes et papiers, du raffinage du sucre, de l'agriculture et du tannage du cuir. Hydroxyde de calcium est utilisé dans le bâtiment et le génie civil pour les mortiers, enduits et ciments. Il est utilisé pour le traitement des sols, l'épilation des peaux et l'ignifugation. L'hydroxyde de calcium trouve également une utilisation dans les lubrifiants et dans l'industrie des pâtes et papiers.

Lithium est utilisé comme « getter » dans les tubes à vide, comme constituant des alliages de soudure et de brasage, comme liquide de refroidissement ou échangeur de chaleur dans les réacteurs et comme catalyseur dans la fabrication de caoutchouc synthétique et de lubrifiants. Il trouve une utilisation dans la fabrication de catalyseurs pour les plastiques polyoléfiniques et dans les industries métallurgiques et céramiques. Le lithium est également utilisé dans des verres spéciaux et dans des carburants pour avions et missiles. Chlorure de lithium est utilisé dans la fabrication des eaux minérales et pour le brasage de l'aluminium. Il est employé dans l'industrie pyrotechnique et en médecine comme antidépresseur. Carbonate de lithium est utilisé dans la production d'émaux sur céramique et porcelaine électrique et pour le revêtement d'électrodes de soudage à l'arc. On le trouve dans les peintures luminescentes, les vernis et les teintures. Le carbonate de lithium est également utilisé en médecine comme médicament stabilisateur de l'humeur et antidépresseur. L'hydrure de lithium est une source d'hydrogène et un matériau de protection nucléaire.

Potassium est utilisé dans la synthèse de composés inorganiques de potassium. On le trouve en agriculture comme composant des engrais. Le potassium est également utilisé dans l'alliage sodium-potassium pour le transfert de chaleur dans les systèmes de réacteurs nucléaires et dans les thermomètres à lecture élevée.

L'hydroxyde de potassium est utilisé pour la fabrication de savon liquide, pour absorber le dioxyde de carbone, merceriser le coton et pour la production d'autres composés de potassium. Il trouve une utilisation dans la galvanoplastie, la lithographie et comme mordant pour le bois. L'hydroxyde de potassium est également utilisé dans les décapants pour peintures et vernis et dans les encres d'imprimerie.

D'autres composés de potassium comprennent bromate de potassium, chlorate de potassium, nitrate de potassium, perchlorate de potassium et le permanganate de potassium. Ils sont utilisés dans les industries pyrotechnique, alimentaire et des explosifs, et ils servent d'agents oxydants. Le chlorate de potassium est un composant des pointes d'allumettes, un agent de blanchiment et un agent de teinture pour les fourrures, le coton et la laine. Il est également utilisé dans les industries des teintures et des pâtes et papiers. Le chlorate de potassium est utilisé dans la fabrication d'explosifs, d'allumettes, de pièces pyrotechniques et de colorants.

Le bromate de potassium est un conditionneur de pâte, un additif alimentaire, un agent oxydant et un composé permanent. Le nitrate de potassium est utilisé dans les feux d'artifice, les fondants, la poudre à canon et dans les industries du verre, des allumettes, du tabac et de la céramique. Il est également utilisé pour mariner les viandes et pour imprégner les mèches de bougies. Le nitrate de potassium agit comme engrais dans l'agriculture et comme oxydant dans les propergols solides pour fusées. Le perchlorate de potassium est utilisé dans les industries des explosifs, de la pyrotechnie et de la photographie. Il sert d'agent de gonflage dans les airbags de sécurité automobile. Le permanganate de potassium est utilisé comme agent oxydant, désinfectant et agent de blanchiment dans les industries du cuir, du métal et du textile. Il est également utilisé dans le nettoyage, la séparation et la purification des métaux dans les mines. De plus, le permanganate de potassium est un agent tannant dans l'industrie du cuir.

Sodium est utilisé dans la fabrication de composés sodiques et dans les synthèses organiques. Il sert d'agent réducteur pour les métaux et de liquide de refroidissement dans les réacteurs nucléaires. Le sodium se trouve également dans les lampes au sodium et dans les câbles électriques. Chlorate de sodium est un agent oxydant dans l'industrie des colorants et un agent oxydant et de blanchiment dans l'industrie des pâtes et papiers. Il est utilisé pour la teinture et l'impression des tissus, le tannage et la finition du cuir et le traitement de l'uranium. Il est également utilisé comme herbicide et oxydant pour carburant de fusée. Le chlorate de sodium trouve d'autres utilisations dans les industries des explosifs, des allumettes et pharmaceutiques.

Hydroxyde de sodium est utilisé dans les industries de la rayonne, du coton mercerisé, du savon, du papier, des explosifs, des teintures et des produits chimiques. Il est également utilisé dans le nettoyage des métaux, l'extraction électrolytique du zinc, l'étamage, le blanchissage et le blanchiment. Phosphate trisodique trouve une utilisation dans les révélateurs photographiques, dans les mélanges détergents et dans l'industrie du papier. Il est utilisé pour clarifier le sucre, éliminer le calcaire de la chaudière, adoucir l'eau, blanchir et tanner le cuir. Le phosphate trisodique est également un agent de traitement de l'eau et un émulsifiant dans le fromage fondu. Phosphate disodique est utilisé dans les engrais, les produits pharmaceutiques, la céramique et les détergents. Il est utilisé pour alourdir la soie, teindre et imprimer dans l'industrie textile, et pour ignifuger le bois et le papier. Le phosphate disodique est également un additif alimentaire et un agent tannant. L'hypochlorite de sodium est un agent de blanchiment domestique et de blanchisserie, et un agent de blanchiment dans les industries du papier, de la pâte à papier et du textile. Il est utilisé comme désinfectant pour le verre, la céramique et l'eau ainsi que comme désinfectant dans les piscines. Chlorure de sodium est utilisé pour le travail des métaux, le séchage des peaux, le dégivrage des routes et la conservation des aliments. Il trouve également une utilisation dans les industries de la photographie, de la chimie, de la céramique et du savon, ainsi que dans les réacteurs nucléaires.

Les sels de l'acide carbonique (H2CO3), ou carbonates, sont répandus dans la nature en tant que minéraux. Ils sont utilisés dans les industries de la construction, du verre, de la céramique, de l'agriculture et de la chimie. Bicarbonate d'ammonium est utilisé dans les industries du plastique, de la céramique, des teintures et du textile. Il trouve une utilisation comme agent gonflant pour le caoutchouc mousse et comme agent levant dans la production de produits de boulangerie. Le bicarbonate d'ammonium est également utilisé dans les engrais et dans les extincteurs. Carbonate de calcium est principalement utilisé comme pigment et est utilisé dans les industries de la peinture, du caoutchouc, des plastiques, du papier, des cosmétiques, des allumettes et des crayons. Le carbonate de calcium trouve également une utilisation dans la fabrication de ciment Portland, d'aliments, de vernis, de céramiques, d'encres et d'insecticides. Le carbonate de sodium est largement utilisé dans la fabrication du verre, de la soude caustique, du bicarbonate de sodium, de l'aluminium, des détergents, des sels et des peintures. Il est utilisé pour la désulfuration de la fonte brute et pour la purification du pétrole. Bicarbonate de sodium est utilisé dans les industries de la confiserie, de la pharmacie, des boissons non alcoolisées, du cuir et du caoutchouc, et pour la fabrication d'extincteurs et d'eaux minérales. Carbonate de potassium est largement utilisé dans les engrais potassiques et dans l'industrie textile pour teindre la laine. Il trouve également une utilisation dans les industries du verre, du savon et pharmaceutique.

Alcalis

Les alcalis sont des substances caustiques qui se dissolvent dans l'eau pour former une solution avec un pH nettement supérieur à 7. Ceux-ci comprennent l'ammoniac ; l'hydroxyde d'ammonium; hydroxyde et oxyde de calcium; potassium; hydroxyde et carbonate de potassium; sodium; carbonate, hydroxyde, peroxyde et silicates de sodium; et le phosphate trisodique.

Dangers pour la santé

En général, les alcalis, qu'ils soient sous forme solide ou en solution liquide concentrée, sont plus destructeurs pour les tissus que la plupart des acides. Les poussières caustiques libres, les brouillards et les pulvérisations peuvent provoquer une irritation des yeux et des voies respiratoires et des lésions de la cloison nasale. Les alcalis forts se combinent avec les tissus pour former des albuminats et avec les graisses naturelles pour former des savons. Ils gélatinisent les tissus pour former des composés solubles qui peuvent entraîner une destruction profonde et douloureuse. L'hydroxyde de potassium et de sodium sont les matières les plus actives de ce groupe. Même les solutions diluées des alcalis les plus forts ont tendance à ramollir l'épiderme et à émulsionner ou à dissoudre les graisses de la peau. Les premières expositions à des atmosphères légèrement contaminées par des alcalis peuvent être irritantes, mais cette irritation devient rapidement moins perceptible. Les travailleurs travaillent souvent dans de telles atmosphères sans montrer aucun effet, alors que cette exposition provoquera une toux et une irritation douloureuse de la gorge et du nez chez les personnes non habituées. Le plus grand danger associé à ces matériaux est l'éclaboussure ou l'éclaboussure de particules ou de solutions d'alcalis plus forts dans les yeux.

Hydroxyde de potassium et hydroxyde de sodium. Ces composés sont très dangereux pour les yeux, à la fois sous forme liquide et solide. En tant qu'alcalis puissants, ils détruisent les tissus et provoquent de graves brûlures chimiques. L'inhalation de poussières ou de brouillards de ces matériaux peut causer des lésions graves à l'ensemble des voies respiratoires, et l'ingestion peut gravement endommager le système digestif. Même s'ils ne sont pas inflammables et ne favorisent pas la combustion, une grande quantité de chaleur se dégage lorsque le matériau solide est dissous dans l'eau. Par conséquent, l'eau froide doit être utilisée à cette fin; sinon la solution peut bouillir et éclabousser du liquide corrosif sur une large surface.

Carbonates et bicarbonates. Les principaux carbonates sont : le carbonate de calcium (CaCO3), magnésite (MgCO3), carbonate de sodium (NaCO3), bicarbonate de sodium (NaHCO3) et la potasse (K2CO3). Les carbonates normaux (avec l'anion CO3) et l'acide ou les bicarbonates (avec l'anion HCO3) sont les composés les plus importants. Tous les bicarbonates sont solubles dans l'eau ; des carbonates normaux seuls les sels de métaux alcalins sont solubles. Les carbonates anhydres se décomposent lorsqu'ils sont chauffés avant d'atteindre le point de fusion. Les solutions de carbonate donnent lieu à des réactions alcalines en raison de l'hydrolyse importante impliquée. Les bicarbonates sont transformés en carbonates normaux par chauffage :

2NaHCO3 = Na2CO3 + H2O+QUOI2

Les carbonates normaux sont décomposés par des acides forts (H2SO4, HCl) et libérer le CO2.

Les carbonates de sodium se présentent sous les formes suivantes : carbonate de soude - carbonate de sodium anhydre (Na2CO3); soude cristallisée — bicarbonate de sodium (NaHCO3); et carbonate de sodium décahydraté (Na2CO3·10 heures2O)

Les carbonates alcalins peuvent provoquer des irritations nocives de la peau, des conjonctives et des voies respiratoires supérieures lors de diverses opérations industrielles (manutention et stockage, transformation). Les travailleurs qui chargent et déchargent des carbonates ensachés peuvent présenter des portions de peau nécrotiques de la taille d'une cerise sur leurs bras et leurs épaules. Des piqûres ulcérées assez profondes sont parfois observées après la chute des croûtes brun noir. Un contact prolongé avec des solutions de soude peut provoquer un eczéma, une dermatite et une ulcération.

Calcium et composés. Le calcium est un constituant essentiel bien connu du corps humain, et son métabolisme, seul ou en association avec le phosphore, a été largement étudié avec une référence particulière au système musculo-squelettique et aux membranes cellulaires. Plusieurs conditions peuvent entraîner des pertes de calcium telles que l'immobilisation, les troubles gastro-intestinaux, la basse température, l'apesanteur dans les vols spatiaux, etc. L'absorption du calcium de l'environnement de travail par inhalation de poussières de composés de calcium n'augmente pas de manière significative l'apport quotidien en calcium des légumes et autres aliments (généralement 0.5 g). D'autre part, le calcium métallique a des propriétés alcalines et réagit avec l'humidité, provoquant des brûlures aux yeux et à la peau. Exposé à l'air, il peut présenter un risque d'explosion.

Carbure de calcium. Le carbure de calcium exerce un effet irritant prononcé en raison de la formation d'hydroxyde de calcium lors de la réaction avec l'air humide ou la sueur. Le carbure sec en contact avec la peau peut provoquer une dermatite. Le contact avec la peau et les muqueuses humides entraîne des ulcérations et des cicatrices. Le carbure de calcium est particulièrement dangereux pour les yeux. Un type particulier de mélanodermie avec une forte hyperpigmentation et de nombreuses télangiectasies est souvent observé. Les brûlures causées par le carbure de calcium chaud sont courantes. Les tissus sont généralement endommagés à des profondeurs de 1 à 5 mm ; les brûlures évoluent très lentement, sont difficiles à traiter et nécessitent souvent une excision. Les travailleurs blessés ne peuvent reprendre le travail qu'après que la surface de la peau brûlée est complètement cicatrisée. Les personnes exposées au carbure de calcium souffrent fréquemment de chéilite caractérisée par une sécheresse, un gonflement et une hyperémie des lèvres, une desquamation intense et des fissures radiales profondes ; des lésions érosives avec tendance à la suppuration peuvent être observées dans les angles buccaux. Les travailleurs ayant une longue histoire professionnelle souffrent souvent de lésions des ongles, c'est-à-dire d'onychie et de paronychie professionnelles. Des lésions oculaires avec hyperhémie prononcée des paupières et de la conjonctive, souvent accompagnées de sécrétions mucopurulentes, sont également observées. Dans les cas lourds, la sensibilité de la conjonctive et de la cornée est fortement réduite. Alors que la kératite et la kératoconjonctivite évoluent d'abord sans symptômes, elles peuvent ensuite dégénérer en opacités cornéennes.

Dans la production de carbure de calcium, les impuretés peuvent entraîner des risques supplémentaires. Le carbure de calcium contaminé par du phosphate de calcium ou de l'arséniate de calcium peut, lorsqu'il est humidifié, dégager de la phosphine ou de l'arsine, qui sont toutes deux extrêmement toxiques. Le carbure de calcium lui-même, lorsqu'il est exposé à l'air humide, dégage de l'acétylène, qui est un anesthésique et asphyxiant modéré, et un risque considérable d'incendie et d'explosion.

Le chlorure de calcium a une puissante action irritante sur la peau et les muqueuses, et des cas ont été signalés, chez des travailleurs emballant du chlorure de calcium sec, d'irritation accompagnée d'érythème et de desquamation de la peau du visage, de larmoiement, d'écoulement oculaire, de sensation de brûlure et de douleur dans les fosses nasales, saignements de nez occasionnels et chatouillements dans la gorge. Des cas de perforation de la cloison nasale ont également été signalés.

Nitrate de calcium a une action irritante et cautérisante sur la peau et les muqueuses. C'est un agent oxydant puissant et présente un risque dangereux d'incendie et d'explosion.

Sulfite de calcium. Aucun cas d'intoxication professionnelle au sulfite de calcium ne semble avoir été signalé. L'ingestion accidentelle de quelques grammes peut provoquer des vomissements répétés, des diarrhées violentes, des troubles circulatoires et une méthémoglobinémie.

Ammoniac

L'ammoniac est présent en petites quantités dans l'air, l'eau, la terre et particulièrement dans la matière organique en décomposition. C'est le produit du métabolisme humain, animal et végétal normal. L'effort musculaire et l'excitation du système nerveux entraînent la formation d'une quantité accrue d'ammoniac dont l'accumulation dans les tissus entraînerait une intoxication. La formation endogène d'ammoniac augmente également au cours de nombreuses maladies. Par des processus vitaux, il est combiné et excrété par l'organisme, principalement via l'urine et la sueur, sous forme de sulfate d'ammonium et d'urée. L'ammoniac est également d'une importance primordiale dans le métabolisme de l'azote des plantes.

L'ammoniac est légèrement réactif, subissant facilement une oxydation, une substitution (d'atomes d'hydrogène) et des réactions supplémentaires. Il brûle dans l'air ou dans l'hydrogène pour former de l'azote. Un exemple de substitution serait la formation d'amides de métaux alcalins et alcalino-terreux. À la suite de l'addition, il forme des ammoniates (par exemple, CaCl2·8NH3, AgCl3NH3) et d'autres composés. Lorsque l'ammoniac se dissout dans l'eau, il forme de l'hydroxyde d'ammonium (NH4OH), qui est une base faible et se dissocie comme suit :

NH4OH → NH4+ + OH-

Le radical NH4+ n'existe pas sous forme libre puisqu'il se décompose en ammoniac et en hydrogène lorsqu'on tente de l'isoler.

L'empoisonnement à l'ammoniac peut se produire dans la production d'ammoniac et dans la fabrication d'acide nitrique, de nitrate et de sulfate d'ammonium, d'engrais liquides (ammoniates), d'urée et de soude, dans la réfrigération, les usines de glace synthétique, les imprimeries de coton, la teinture des fibres, les procédés de galvanoplastie, les la synthèse, le traitement thermique des métaux (nitruration), les laboratoires de chimie, et dans un certain nombre d'autres procédés. Il est formé et émis dans l'air lors du traitement du guano, lors de la purification des déchets, dans les raffineries de sucre et les tanneries, et il est présent dans l'acétylène non purifié.

L'intoxication industrielle est généralement aiguë, tandis que l'intoxication chronique, bien que possible, est moins fréquente. L'effet irritant de l'ammoniac se fait sentir surtout dans les voies respiratoires supérieures, et à fortes concentrations, il affecte le système nerveux central, provoquant des spasmes. L'irritation des voies respiratoires supérieures se produit à des concentrations supérieures à 100 mg/m3, tandis que la concentration maximale tolérable en 1 heure est comprise entre 210 et 350 mg/m3. Les éclaboussures d'eau ammoniaquée dans les yeux sont particulièrement dangereuses. La pénétration rapide de l'ammoniac dans le tissu oculaire peut entraîner une perforation de la cornée et même la mort du globe oculaire. Des risques particuliers pour la santé existent dans chaque section d'une usine d'ammoniac. Dans les sections où le gaz est généré, converti (oxydation du CO en CO2), comprimé et purifié, le principal problème est l'émission de monoxyde de carbone et de sulfure d'hydrogène. Des quantités considérables d'ammoniac peuvent s'échapper lors de sa synthèse. L'ammoniac qui s'échappe dans l'atmosphère peut atteindre des limites explosives.

Chlorates et perchlorates

Les chlorates et les perchlorates sont les sels de l'acide chlorique (HClO3) et l'acide perchlorique (HClO4 ). Ils sont de puissants partisans de la combustion et leur principal danger est associé à cette propriété. Les sels de potassium et de sodium sont typiques du groupe et sont les plus couramment utilisés dans l'industrie.

Risques d'incendie et d'explosion. Les chlorates sont de puissants agents oxydants, et les principaux dangers sont ceux d'incendie et d'explosion. Ils ne sont pas eux-mêmes explosifs mais forment des mélanges inflammables ou explosifs avec des matières organiques, du soufre, des sulfures, des poudres métalliques et des composés d'ammonium. Le tissu, le cuir, le bois et le papier sont extrêmement inflammables lorsqu'ils sont imprégnés de ces chlorates.

Les perchlorates sont également des agents oxydants très puissants. Les sels de métaux lourds de l'acide perchlorique sont explosifs.

Dangers pour la santé. Les chlorates sont nocifs s'ils sont absorbés par ingestion ou par inhalation de la poussière, ce qui peut provoquer des maux de gorge, de la toux, une méthémoglobinémie avec une peau bleuâtre, des étourdissements et des évanouissements, ainsi que de l'anémie. En cas d'absorption importante de chlorate de sodium, une augmentation de la teneur en sodium dans le sérum sera observée.

Les perchlorates peuvent pénétrer dans l'organisme soit par inhalation sous forme de poussière, soit par ingestion. Ils sont irritants pour la peau, les yeux et les muqueuses. Ils provoquent une anémie hémolytique avec méthémoglobinémie, des corps de Heinz dans les globules rouges et des lésions hépatiques et rénales.

Tableaux des matériaux alcalins

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3 - Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

 

Retour

Mercredi, 03 Août 2011 00: 11

Amides

Les amides sont une classe de composés organiques qui peuvent être considérés comme ayant été dérivés d'acides ou d'amines. Par exemple, le simple amide aliphatique acétamide (CH3–CO–NH2) est lié à l'acide acétique en ce sens que le groupe -OH de l'acide acétique est remplacé par un -NH2 groupe. A l'inverse, l'acétamide peut être considéré comme issu de l'ammoniac par remplacement d'un ammoniac hydrogène par un groupe acyle. Les amides peuvent être dérivés non seulement d'acides carboxyliques aliphatiques ou aromatiques, mais également d'autres types d'acides, par exemple des acides contenant du soufre et du phosphore.

Le terme amides substitués peut être utilisé pour décrire les amides ayant un ou les deux hydrogènes sur l'azote remplacés par d'autres groupes - par exemple, le N,N-diméthylacétamide. Ce composé pourrait également être considéré comme une amine, l'acétyl diméthyl amine.

Les amides sont généralement assez neutres en réaction par rapport à l'acide ou à l'amine dont ils sont dérivés, et ils sont parfois quelque peu résistants à l'hydrolyse. Les amides simples d'acides carboxyliques aliphatiques (à l'exception du formamide) sont des solides à température ambiante, tandis que les amides d'acides carboxyliques aliphatiques substitués peuvent être des liquides avec des points d'ébullition relativement élevés. Les amides d'acides carboxyliques ou sulfoniques aromatiques sont généralement des solides. Une grande variété de méthodes sont disponibles pour la synthèse des amides.

Utilisations

Les amides d'acides carboxyliques aliphatiques non substitués sont largement utilisés comme intermédiaires, stabilisants, agents de démoulage pour plastiques, films, tensioactifs et flux de soudure. Les amides substitués tels que le diméthylformamide et le diméthylacétamide ont de puissantes propriétés de solvant.

Diméthylformamide est principalement utilisé comme solvant en synthèse organique. Il est également utilisé dans la préparation de fibres synthétiques. C'est un milieu sélectif pour l'extraction des aromatiques du pétrole brut et un solvant pour les colorants. Le diméthylformamide et diméthylacétamide sont des ingrédients des décapants pour peinture. Le diméthylacétamide est également utilisé comme solvant pour les plastiques, les résines et les gommes, et dans de nombreuses réactions organiques.

Acétamide est utilisé pour dénaturer l'alcool et comme solvant pour de nombreux composés organiques, comme plastifiant et comme additif dans le papier. On le trouve également dans les laques, les explosifs et les flux de soudure. Formamide est un adoucissant pour le papier et les colles, et un solvant dans les industries plastiques et pharmaceutiques.

Certains amides aliphatiques insaturés, tels que acrylamide, sont des monomères réactifs utilisés dans la synthèse des polymères. L'acrylamide est également utilisé dans la synthèse de colorants, d'adhésifs, d'encollage de papier et de textile, de tissus à pressage permanent et dans le traitement des eaux usées et des déchets. Il est utilisé dans l'industrie métallurgique pour le traitement des minerais et dans le génie civil pour la construction de fondations de barrages et de tunnels. Le polyacrylamides sont largement utilisés comme floculants dans le traitement de l'eau et des eaux usées, et comme agents de renforcement lors de la fabrication du papier dans l'industrie du papier et de la pâte à papier. Les composés d'amides aromatiques forment d'importants colorants et intermédiaires médicinaux. Certains ont des propriétés insectifuges.

Dangers

La grande variété de structures chimiques possibles des amides se reflète dans la diversité de leurs effets biologiques. Certains semblent totalement inoffensifs, par exemple les amides d'acides gras simples à longue chaîne tels que les amides d'acide stéarique ou oléique. D'autre part, plusieurs membres de cette famille sont classés dans le groupe 2A (cancérogènes probables pour l'homme) ou le groupe 2B (cancérogènes possibles pour l'homme) par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Des effets neurologiques ont été notés chez les humains et les animaux de laboratoire avec l'acrylamide. Le diméthylformamide et le diméthylacétamide ont provoqué des lésions hépatiques chez les animaux, et le formamide et le monométhylformamide se sont révélés expérimentalement tératogènes.

Bien qu'une quantité considérable d'informations soit disponible sur le métabolisme de divers amides, la nature de leurs effets toxiques n'a pas encore été expliquée sur une base moléculaire ou cellulaire. De nombreux amides simples sont probablement hydrolysés par des amidases non spécifiques dans le foie et l'acide produit est excrété ou métabolisé par des mécanismes normaux.

Certains amides aromatiques - par exemple, le N-phénylacétamide (acétanilide) - sont hydroxylés sur le cycle aromatique puis conjugués et excrétés. La capacité d'un certain nombre d'amides à pénétrer la peau intacte est particulièrement importante dans l'examen des précautions de sécurité.

Effets neurologiques

L'acrylamide a été initialement fabriqué en Allemagne en 1893. L'utilisation pratique de ce composé a dû attendre le début des années 1950, lorsque les procédés de fabrication commerciaux sont devenus disponibles. Ce développement s'est produit principalement aux États-Unis. Au milieu des années 1950, il a été reconnu que les travailleurs exposés à l'acrylamide développaient des changements neurologiques caractéristiques principalement caractérisés par des difficultés à la fois posturales et motrices. Les résultats signalés comprenaient des picotements dans les doigts, une sensibilité au toucher, une sensation de froid dans les extrémités, une transpiration excessive des mains et des pieds, une décoloration rouge bleuâtre caractéristique de la peau des extrémités et une tendance à la desquamation de la peau des doigts et des mains. Ces symptômes s'accompagnaient d'une faiblesse des mains et des pieds qui entraînait des difficultés à marcher, à monter les escaliers, etc. La récupération se produit généralement avec la cessation de l'exposition. Le temps de récupération varie de quelques semaines à 1 an.

L'examen neurologique des individus souffrant d'intoxication à l'acrylamide montre une neuropathie périphérique assez typique avec une faiblesse ou une absence des réflexes tendineux, un test de Romberg positif, une perte du sens de la position, une diminution ou une perte du sens des vibrations, une ataxie et une atrophie des muscles du extrémités.

Suite à la reconnaissance du complexe de symptômes associé à l'exposition à l'acrylamide, des études animales ont été menées dans le but de documenter ces changements. Il a été constaté qu'une variété d'espèces animales, dont le rat, le chat et le babouin, étaient capables de développer une neuropathie périphérique avec perturbation de la marche, perturbation de l'équilibre et perte du sens de la position. L'examen histopathologique a révélé une dégénérescence des axones et des gaines de myéline. Les nerfs avec les axones les plus grands et les plus longs étaient les plus fréquemment impliqués. Il ne semble pas y avoir d'implication des corps des cellules nerveuses.

Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer pourquoi ces changements se produisent. L'un d'eux a à voir avec une éventuelle interférence avec le métabolisme du corps de la cellule nerveuse elle-même. Une autre théorie postule une interférence avec le système de transport intracellulaire de la cellule nerveuse. Une explication est qu'il existe un effet toxique local sur l'ensemble de l'axone, qui est ressenti comme plus vulnérable à l'action de l'acrylamide que ne l'est le corps cellulaire. Des études sur les changements qui se produisent dans les axones et les gaines de myéline ont abouti à une description du processus comme un séchage en arrière phénomène. Ce terme est utilisé pour décrire plus précisément la progression des changements observés dans les nerfs périphériques.

Alors que les symptômes et les signes décrits de la neuropathie périphérique caractéristique associée à l'exposition à l'acrylamide sont largement reconnus à partir de l'exposition dans l'industrie et des études sur les animaux, il semble chez l'homme que, lorsque l'acrylamide a été ingéré comme contaminant dans l'eau potable, les symptômes et les signes sont d'atteinte du système nerveux central. Dans ces cas, la somnolence, les troubles de l'équilibre et les changements mentaux caractérisés par la confusion, la perte de mémoire et les hallucinations étaient primordiaux. Les changements neurologiques périphériques ne sont apparus que plus tard.

La pénétration cutanée a été démontrée chez les lapins, et cela peut avoir été la principale voie d'absorption dans les cas rapportés d'expositions industrielles au monomère d'acrylamide. On estime que le danger par inhalation proviendrait principalement de l'exposition à des matières en aérosol.

Effets hépatotoxiques

La bonne action dissolvante du diméthylformamide entraîne un dessèchement et un dégraissage de la peau au contact, entraînant des démangeaisons et une desquamation. Certaines plaintes d'irritation des yeux ont résulté de l'exposition aux vapeurs dans l'industrie. Les plaintes des travailleurs exposés incluent des nausées, des vomissements et de l'anorexie. Une intolérance aux boissons alcoolisées après exposition au diméthylformamide a été rapportée.

Des études animales avec le diméthylformamide ont montré des preuves expérimentales de lésions hépatiques et rénales chez les rats, les lapins et les chats. Ces effets ont été observés à la fois dans des études d'administration intrapéritonéale et d'inhalation. Les chiens exposés à de fortes concentrations de vapeur ont présenté une polycythémie, une diminution du pouls et une baisse de la pression systolique, et ont montré des signes histologiques de modifications dégénératives du myocarde.

Chez l'homme, ce composé est capable d'être facilement absorbé par la peau, et des expositions répétées peuvent entraîner des effets cumulatifs. De plus, comme le diméthylacétamide, il peut faciliter l'absorption percutanée des substances qui y sont dissoutes.

Il convient de mentionner que le diméthylformamide pénètre facilement dans les gants en caoutchouc naturel et en néoprène, de sorte que l'utilisation prolongée de tels gants est déconseillée. Le polyéthylène offre une meilleure protection ; cependant, tous les gants utilisés avec ce solvant doivent être lavés après chaque contact et jetés fréquemment.

Diméthylacétamide a été étudié chez l'animal et il a été démontré qu'il exerçait sa principale action toxique sur le foie lors d'expositions excessives répétées ou continues. Le contact avec la peau peut provoquer l'absorption de quantités dangereuses du composé.

Carcinogenèse

L'acétamide et le thioacétamide sont préparés en chauffant de l'acétate d'ammonium et du sulfure d'aluminium et sont utilisés en laboratoire comme réactifs analytiques. Il a été démontré que les deux composés produisent des hépatomes chez les rats soumis à une alimentation diététique prolongée. Le thioacétamide est plus puissant à cet égard, est également cancérigène pour les souris et peut également induire des tumeurs des voies biliaires chez les rats. Bien que les données humaines sur ces produits chimiques ne soient pas disponibles, l'étendue des données expérimentales sur les animaux est telle que ces deux substances sont maintenant considérées comme des cancérogènes possibles pour l'homme. (Le thioacétamide peut également être trouvé dans l'article « Composés soufrés, organiques » de ce chapitre.) Le diméthylformamide est également classé comme cancérogène humain possible du groupe 2B par le CIRC.

L'acrylamide est classé comme cancérogène humain probable (groupe 2A) par le CIRC. Cette décision est étayée par les résultats d'essais biologiques chez la souris par plusieurs voies et donnant plusieurs sites de cancer, par des données sur la génotoxicité et par la capacité de l'acrylamide à former des adduits. La structure chimique des acrylamides soutient également la probabilité que le produit chimique soit cancérogène pour l'homme.

Mesures de sécurité et de santé

Les propriétés toxiques potentielles de tout amide doivent être soigneusement examinées avant le début de l'utilisation ou de l'exposition. En raison de la tendance générale des amides (en particulier ceux de faible poids moléculaire) à être absorbés par voie percutanée, le contact avec la peau doit être évité. L'inhalation de poussières ou de vapeurs doit être contrôlée. Il est souhaitable que les personnes exposées aux amides fassent l'objet d'observations médicales régulières portant en particulier sur le fonctionnement du système nerveux et du foie. Le statut cancérigène possible ou probable de certains de ces produits chimiques impose des conditions de travail extrêmement prudentes.

Tables d'amides

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3- Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

 

Retour

Mercredi, 03 Août 2011 00: 15

Amines aliphatiques

Les composés amines aliphatiques se forment lorsqu'un ou plusieurs atomes d'hydrogène dans l'ammoniac ( NH3) sont remplacés par un, deux ou trois radicaux alkyle ou alcanol. Les amines aliphatiques inférieures sont des gaz comme l'ammoniac et librement solubles dans l'eau, mais les homologues supérieurs sont insolubles dans l'eau. Toutes les amines aliphatiques sont basiques en solution et forment des sels. Les sels sont des solides inodores et non volatils librement solubles dans l'eau.

Selon le nombre d'hydrogènes substitués, les amines peuvent être primaires (NH2R), secondaire (NHR2) ou tertiaire (NR3).

Utilisations

Les amines aliphatiques se trouvent dans les industries chimiques, pharmaceutiques, du caoutchouc, des plastiques, des colorants, du textile, des cosmétiques et des métaux. Ces produits chimiques sont utilisés comme intermédiaires, solvants, accélérateurs de caoutchouc, catalyseurs, émulsifiants, fluides de coupe synthétiques, inhibiteurs de corrosion et agents de flottation. Plusieurs sont utilisés dans la fabrication d'herbicides, de pesticides et de colorants. Dans l'industrie de la photographie, triéthylamine et méthylamine sont utilisés comme accélérateurs pour les développeurs. Diéthylamine est un inhibiteur de corrosion dans les industries métallurgiques et un solvant dans l'industrie pétrolière. Dans les industries du tannage et du cuir, hexaméthylènetétramine est utilisé comme conservateur de bronzage; méthylamine, éthanolamine et diisopropanolamine sont des adoucissants pour les peaux et cuirs.

2-diméthylaminoéthanol fonctionne comme un agent de contrôle de l'acidité du traitement de l'eau de chaudière. Triéthanolamine, isopropanolamine, cyclohexylamine et dicyclohexylamine sont utilisés dans les savons de nettoyage à sec. La triéthanolamine est largement utilisée dans l'industrie pour la fabrication d'agents tensioactifs, de cires, d'encaustiques, d'herbicides et d'huiles de coupe. Il est également utilisé pour récupérer le sulfure d'hydrogène du gaz naturel acide et du pétrole brut acide. L'éthanolamine extrait à la fois le dioxyde de carbone et le sulfure d'hydrogène du gaz naturel.

Éthylamine agit comme stabilisant pour le latex de caoutchouc et comme intermédiaire de teinture, tandis que la butylamine est un pesticide et un liquide fortement alcalin utilisé dans les industries du caoutchouc, pharmaceutique et des colorants. Éthylène diamine est un autre liquide fortement alcalin utilisé dans la préparation de colorants, d'accélérateurs de caoutchouc, de fongicides, de cires synthétiques, de produits pharmaceutiques, de résines, d'insecticides et d'agents mouillants d'asphalte. Diméthylamine et isobutanolamine trouver une utilisation dans l'industrie du caoutchouc comme accélérateurs de vulcanisation. La diméthylamine est également utilisée dans l'industrie du tannage et dans la fabrication de savons détergents.

Éthylénimine est un composé important trouvé dans les industries du papier, du textile, du pétrole, des laques et vernis, des cosmétiques et de la photographie. Diéthanolamine est un agent d'épuration des gaz, un intermédiaire chimique et un émulsifiant dans les produits chimiques agricoles, les cosmétiques et les produits pharmaceutiques. D'autres agents émulsifiants largement utilisés comprennent l'isobutanolamine, l'isopropanolamine et la cyclohexylamine.

Dangers

Étant donné que les amines sont des bases et peuvent former des solutions fortement alcalines, elles peuvent être nocives si elles sont éclaboussées dans les yeux ou si on les laisse contaminer la peau. Sinon, elles n'ont pas de propriétés toxiques spécifiques et les amines aliphatiques inférieures sont des constituants normaux des tissus de l'organisme, de sorte qu'elles sont présentes dans un grand nombre d'aliments, en particulier le poisson, auquel elles confèrent une odeur caractéristique. Un sujet de préoccupation à l'heure actuelle est la possibilité que certaines amines aliphatiques puissent réagir avec le nitrate ou le nitrite in vivo pour former des composés nitroso, dont beaucoup sont connus pour être de puissants cancérigènes chez les animaux, comme cela est discuté plus en détail dans l'encadré ci-joint.

Allylamine. La vapeur est extrêmement irritante. Chez les animaux, il existe des preuves d'effets sur le cœur et le système circulatoire. Des légions myocardiques et vasculaires ont été observées. Une partie de la toxicité de l'allylamine a été attribuée à la formation d'acroléine in vivo. Il existe également un risque certain d'explosion sur une large gamme de concentrations dans l'air.

Butylamine est l'isomère le plus important commercialement. Il a été observé que sa vapeur a de graves effets sur le système nerveux central (SNC) des animaux qui y sont exposés. Il a des effets intenses sur les humains. Il est extrêmement irritant pour les yeux et les voies respiratoires. Il affecte également le SNC et peut provoquer une dépression et même une perte de conscience. Des douleurs thoraciques et une toux sévère ont également été signalées. La butylamine est facilement absorbée par la peau. Toute butylamine absorbée est facilement métabolisée.

Un des principaux effets toxiques de cyclohexylamine est d'agir comme un irritant. Il peut endommager et sensibiliser la peau. La cyclohexylamine est également un faible inducteur de méthémoglobine. Cette amine est également un métabolite principal du cyclamate.

Diéthanolamine est irritant pour la peau et les muqueuses. L'exposition peut entraîner des nausées et des vomissements.

Diméthylamine les vapeurs sont à la fois inflammables et irritantes. Les solutions qu'il forme sont fortement alcalines.

Éthanolamine peut être faiblement irritant mais n'est pas associé à des effets toxiques majeurs sur l'homme.

Éthylamine peut provoquer une irritation des yeux. Des lésions cornéennes peuvent survenir chez les personnes exposées aux vapeurs. Le composé est excrété sous forme inchangée par l'homme.

Éthylène diamine endommage les yeux, la peau et les voies respiratoires. Une sensibilisation peut suivre l'exposition aux vapeurs.

Méthylamine une base plus forte que l'ammoniac, et la vapeur est irritante pour les yeux et les voies respiratoires. Des cas de sensibilisation (bronchique) ont été rapportés. Les propriétés d'avertissement de ce produit chimique ne sont pas bonnes, car la fatigue olfactive peut s'installer.

Propylamine les vapeurs peuvent être nocives pour les yeux et les voies respiratoires. Des troubles visuels transitoires ont été rapportés.

Triéthanolamine est peu toxique pour l'homme et est couramment ajouté à de nombreux cosmétiques et produits similaires.

Tableaux des amines aliphatiques

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3 - Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

Boîte de cas !!

 

Retour

Mercredi, 03 Août 2011 00: 17

Composés aminés aromatiques

Les composés aminés aromatiques sont une classe de produits chimiques dérivés d'hydrocarbures aromatiques, tels que le benzène, le toluène, le naphtalène, l'anthracène et le diphényle par le remplacement d'au moins un atome d'hydrogène par un amino -NH2 groupe. Un composé avec un groupe amino libre est décrit comme une amine primaire. Lorsque l'un des atomes d'hydrogène du groupe –NH2 groupe est remplacé par un groupe alkyle ou aryle, le composé résultant est une amine secondaire ; lorsque les deux atomes d'hydrogène sont remplacés, il en résulte une amine tertiaire. L'hydrocarbure peut avoir un groupe amino ou deux, plus rarement trois. Il est ainsi possible de produire une gamme considérable de composés et, en effet, les amines aromatiques constituent une large classe de produits chimiques de grande valeur technique et commerciale.

L'aniline est le composé aminé aromatique le plus simple, composé d'un -NH2 groupe attaché à un cycle benzénique et ses dérivés sont les plus largement utilisés dans l'industrie. D'autres composés à cycle unique courants comprennent la diméthylaniline et la diéthylaniline, les chloroanilines, les nitroanilines, les toluidines, les chlorotoluidines, les phénylènediamines et l'acétanilide. La benzidine, l'o-tolidine, l'o-dianisidine, la 3,3'-dichlorobenzidine et le 4-aminodiphényle sont les composés cycliques conjoints les plus importants du point de vue de la santé au travail. Parmi les composés à structure cyclique, les naphtylamines et les aminoanthracènes ont attiré beaucoup d'attention en raison de problèmes de cancérogénicité. Les précautions strictes nécessaires à la manipulation des agents cancérigènes s'appliquent à de nombreux membres de cette famille.

Colorants azoïques et diazoïques

Le colorant azoïque est un terme complet appliqué à un groupe de colorants qui portent le groupe azoïque (–N=N–) dans la structure moléculaire. Le groupe peut être divisé en sous-groupes de colorant monoazoïque, diazoïque et triazoïque et en outre en fonction du nombre de groupes azoïques dans la molécule. D'un point de vue toxicologique, il est important de tenir compte du fait que les colorants de qualité commerciale contiennent généralement des impuretés jusqu'à 20 % ou même plus. La composition et la quantité des impuretés sont variables en fonction de plusieurs facteurs tels que la pureté des matières premières pour la synthèse, le procédé de synthèse employé et les exigences des utilisateurs.

Production

Les colorants azoïques sont synthétisés par diazotation ou tétrazotation de monoamines aromatiques ou de composés diamines aromatiques avec du nitrite de sodium dans le milieu HCl, suivi d'un couplage avec des intermédiaires de colorants tels que divers composés aromatiques ou composés hétérocycliques. Lorsque le composant de couplage porte un groupe amino, il est possible de produire un colorant polyazoïque à longue chaîne par la répétition de la diazotation et du couplage. Les formules structurales généralisées pour les trois premiers membres de la famille sont :

Colorant monoazoïque R–N=N–R'

Colorant diazoïque R–N=N–R'–N=N–R"

R–N=N–R'–N=N–R"–N=N–R"' colorant triazoïque

La tétrazotation de la benzidine et le couplage avec l'acide naphthionique donnent le colorant très populaire Congo Red.

Utilisations

Les composés aminés aromatiques sont principalement utilisés comme intermédiaires dans la fabrication de colorants et de pigments. La plus grande classe de colorants est celle des colorants azoïques, qui sont fabriqués par diazotation, un processus par lequel une amine aromatique primaire réagit avec l'acide nitreux en présence d'un excès d'acide minéral pour produire un composé diazoïque (–N=N–); ce composé est ensuite couplé avec un phénol ou une amine. Une autre classe importante de colorants, les colorants au triphénylméthane, est également fabriquée à partir d'amines aromatiques. En plus de servir d'intermédiaires chimiques dans l'industrie des colorants, plusieurs composés sont employés comme colorants ou intermédiaires dans les industries pharmaceutique, de la fourrure, de la coiffure, du textile et de la photographie.

o-aminophénol est utilisé pour teindre les fourrures et les cheveux. C'est aussi un développeur dans l'industrie de la photographie et un intermédiaire pour les produits pharmaceutiques. p-aminophénol est utilisé dans la teinture des textiles, des cheveux, des fourrures et des plumes. Il trouve une utilisation dans les révélateurs photographiques, les produits pharmaceutiques, les antioxydants et les additifs d'huile. 2,4-Diaminoanisol fournit une base d'oxydation pour teindre la fourrure. o-Toluidine, p-phénylènediamine, diphénylamine et N-phényl-2-naphtylamine trouver des utilisations supplémentaires comme antioxydants dans l'industrie du caoutchouc.

Diphénylamine est également employé dans les industries pharmaceutiques et des explosifs et comme pesticide. N-Phényl-2-naphthylamine sert d'accélérateur de vulcanisation, de stabilisant pour les émaux de silicone et de lubrifiant. C'est un composant des carburants pour fusées, des plâtres chirurgicaux, des bains de galvanoplastie à l'étain et des colorants. 2,4-Diaminotoluene et 4,4'-diaminodiphénylméthane sont des intermédiaires utiles dans la fabrication d'isocyanates, matières premières de base pour la production de polyuréthanes.

L'utilisation majeure de benzidine est dans la fabrication de matières colorantes. Il est tétrazoté et couplé à d'autres intermédiaires pour former des couleurs. Son utilisation dans l'industrie du caoutchouc a été abandonnée. Auramine est utilisé dans les encres d'imprimerie et comme antiseptique et fongicide.

o-phénylènediamine est un agent de développement photographique et un composant de teinture capillaire tandis que p-la phénylènediamine est utilisée comme produit chimique photographique et comme agent de teinture pour la fourrure et les cheveux. Cependant, p-la phénylènediamine a été interdite comme colorant d'oxydation pour les cheveux dans certains pays. p-La phénylènediamine est également un accélérateur de vulcanisation, un composant des antioxydants de l'essence. m-phénylènediamine a de nombreuses fonctions dans les industries des colorants, du caoutchouc, du textile, de la coiffure et de la photographie. Il trouve une utilisation dans les agents de durcissement du caoutchouc, les résines échangeuses d'ions et décolorantes, les uréthanes, les fibres textiles, les additifs pétroliers, les inhibiteurs de corrosion et les teintures capillaires. Il est utilisé comme promoteur pour faire adhérer les cordes des pneus au caoutchouc.

Xylidine sert d'additif à l'essence ainsi que de matière première dans la fabrication de colorants et de produits pharmaceutiques. Mélamine est utilisé dans les composés de moulage, les résines de traitement des textiles et du papier, et dans les résines adhésives pour coller le bois, le contreplaqué et les revêtements de sol. De plus, il est utile en synthèse organique et dans le tannage du cuir. o-Tolidine est un réactif pour la détection de l'or.

anilines

Les anilines sont principalement utilisées comme intermédiaires pour les colorants et les pigments. Plusieurs composés sont également des intermédiaires pour les produits pharmaceutiques, les herbicides, les insecticides et les produits chimiques de traitement du caoutchouc. Aniline lui-même est largement utilisé dans la fabrication de colorants synthétiques. Il est également utilisé dans les encres d'impression et de marquage des tissus et dans la fabrication de résines, de vernis, de parfums, de noirs pour chaussures, de produits chimiques photographiques, d'explosifs, d'herbicides et de fongicides. L'aniline est utile dans la fabrication du caoutchouc comme agent de vulcanisation, comme antioxydant et comme agent antiozone. Une autre fonction importante de l'aniline réside dans la fabrication de
p, p'-méthylènebisphényldiisocyanate (MDI), qui est ensuite utilisé pour préparer la résine de polyuréthane et les fibres de spandex et pour lier le caoutchouc à la rayonne et au nylon.

Chloroaniline existe sous trois formes isomériques : ortho, méta et para, parmi celles-ci seules la première et la dernière sont importantes pour la fabrication de colorants, de médicaments et de pesticides. p-Nitroaniline est un intermédiaire chimique pour les antioxydants, les colorants, les pigments, les inhibiteurs de gomme d'essence et les produits pharmaceutiques. Il est utilisé sous forme diazotée pour conserver la solidité des colorants après lavage. 4,4'-Méthylène-bis(2-chloroaniline), MbOCA, est utilisé comme agent de durcissement avec des polymères contenant des isocyanates pour la fabrication de caoutchoucs d'uréthane solides résistant à l'abrasion et d'articles moulés en mousse de polyuréthane semi-rigide avec une peau durcie. Ces matériaux sont utilisés dans une vaste gamme de produits, notamment des roues, des rouleaux, des poulies de convoyeur, des connecteurs de câbles et des joints, des semelles de chaussures, des supports antivibratoires et des composants acoustiques. p-nitroso-N,N,-diméthylaniline et 5-chloro-o-toluidine sont utilisés comme intermédiaires dans l'industrie des colorants. N, N-diéthylaniline et N, N-diméthylaniline sont utilisés dans la synthèse de colorants et d'autres intermédiaires. La N,N-diméthylaniline sert également de durcisseur catalytique dans certaines résines de fibre de verre.

Composés azoïques

Les composés azoïques font partie des groupes les plus populaires de divers colorants, notamment les colorants directs, les colorants acides, les colorants basiques, les colorants naphtol, les colorants mordants acides, les colorants dispersés, etc., et sont largement utilisés dans les textiles, les tissus, la maroquinerie, les produits en papier, les plastiques. et bien d'autres articles.

Dangers

La fabrication et l'utilisation dans l'industrie de certaines amines aromatiques peuvent constituer un danger grave et parfois inattendu. Cependant, depuis que ces dangers sont mieux connus, on a eu tendance, ces dernières années, à substituer d'autres substances ou à prendre des précautions qui ont réduit le danger. Une discussion a également eu lieu concernant la possibilité que les amines aromatiques aient des effets sur la santé soit lorsqu'elles existent sous forme d'impuretés dans un produit fini, soit lorsqu'elles peuvent être restituées à la suite d'une réaction chimique se produisant lors de l'utilisation d'un dérivé, ou - et il s'agit d'un cas totalement différent, résultat d'une dégradation métabolique au sein de l'organisme de personnes susceptibles d'absorber des dérivés plus complexes.

Voies d'absorption

D'une manière générale, le principal risque d'absorption réside dans le contact cutané : les amines aromatiques sont presque toutes liposolubles. Ce risque particulier est d'autant plus important qu'il est souvent insuffisamment apprécié dans la pratique industrielle. En plus de l'adsorption cutanée, il existe également un risque considérable d'absorption par inhalation. Cela peut être le résultat de l'inhalation des vapeurs, même si la plupart de ces amines sont peu volatiles aux températures normales ; ou cela peut résulter de l'inhalation de poussières de produits solides. Ceci s'applique particulièrement dans le cas des sels d'amines tels que les sulfates et les chlorhydrates, qui ont une volatilité et une solubilité dans les lipides très faibles : le risque professionnel du point de vue pratique est moindre mais leur toxicité globale est à peu près la même que celle des sels correspondants. amine, et donc l'inhalation de leur poussière et même le contact avec la peau doivent être considérés comme dangereux.

L'absorption par le tube digestif représente un danger potentiel si des installations sanitaires et d'alimentation inadéquates sont fournies ou si les travailleurs n'exercent pas d'excellentes pratiques d'hygiène personnelle. La contamination des aliments et le tabagisme avec des mains sales sont deux exemples de voies d'ingestion possibles.

De nombreuses amines aromatiques sont inflammables et représentent un risque d'incendie modéré. Les produits de combustion peuvent souvent être hautement toxiques. Le principal danger pour la santé de l'exposition industrielle à l'aniline provient de la facilité avec laquelle elle peut être absorbée, soit par inhalation, soit par absorption cutanée. En raison de ces propriétés absorbantes, la prévention de l'empoisonnement à l'aniline nécessite des normes élevées d'hygiène industrielle et personnelle. La mesure spécifique la plus importante pour la prévention des déversements ou de la contamination de l'atmosphère de travail par la vapeur d'aniline est une conception appropriée de l'installation. Le contrôle de la ventilation du contaminant doit être conçu aussi près que possible du point de génération. Les vêtements de travail devraient être changés quotidiennement et des installations pour un bain ou une douche obligatoire à la fin de la période de travail devraient être prévues. Toute contamination de la peau ou des vêtements doit être lavée immédiatement et la personne doit être placée sous surveillance médicale. Les travailleurs et les superviseurs doivent être formés pour être conscients de la nature et de l'étendue du danger et pour effectuer le travail de manière propre et sûre. Les travaux de maintenance doivent être précédés d'une attention suffisante à l'élimination des sources possibles de contact avec les produits chimiques incriminés.

Étant donné que de nombreux cas d'empoisonnement à l'aniline résultent d'une contamination de la peau ou des vêtements qui entraîne une absorption par la peau, les vêtements contaminés doivent être retirés et lavés. Même lorsque l'intoxication résulte d'une inhalation, les vêtements sont susceptibles d'être contaminés et doivent être retirés. Toute la surface du corps, y compris les cheveux et les ongles, doit être soigneusement lavée avec du savon et de l'eau tiède. En cas de méthémoglobinémie, des précautions d'urgence appropriées doivent être prises et le service de santé au travail doit être entièrement équipé et formé pour faire face à de telles urgences. Les préposés à la blanchisserie devraient recevoir des précautions adéquates pour éviter la contamination par les composés d'aniline.

Métabolisme

Les amines subissent un processus de métabolisation au sein de l'organisme. Généralement, les agents actifs sont les métabolites, dont certains induisent une méthémoglobinémie, tandis que d'autres sont cancérigènes. Ces métabolites prennent généralement la forme d'hydroxylamines (R-NHOH), se transformant en aminophénols (H2NR-OH) comme forme de désintoxication ; leur excrétion permet d'estimer le degré de contamination lorsque le niveau d'exposition a été tel qu'ils sont détectables.

Effets sur la santé

Les amines aromatiques ont des effets pathologiques variés et chaque membre de la famille ne partage pas les mêmes propriétés toxicologiques. Bien que chaque produit chimique doive être évalué indépendamment, certaines caractéristiques importantes sont largement partagées par bon nombre d'entre eux. Ceux-ci inclus:

  • cancer des voies urinaires, en particulier de la vessie
  • danger d'intoxication aiguë, en particulier la méthémoglobinémie, qui peut à terme avoir des effets néfastes sur les globules rouges
  • sensibilisation, notamment cutanée, mais parfois respiratoire.

 

Les effets toxiques sont également liés aux caractéristiques chimiques. Par exemple, bien qu'un sel d'aniline ait une toxicité très similaire à l'aniline elle-même, il n'est pas soluble dans l'eau ou dans les lipides et n'est donc pas facilement absorbé par la peau ou par inhalation. Ainsi, les intoxications par les sels d'aniline résultant d'une exposition industrielle sont rares.

Intoxication aiguë résulte généralement de l'inhibition de la fonction de l'hémoglobine par la formation de méthémoglobine, conduisant à une condition appelée méthémoglobinémie, qui est discutée plus en détail dans le sanguins chapitre. La méthémoglobinémie est plus souvent associée aux composés aminés aromatiques à cycle unique. La méthémoglobine est normalement présente dans le sang à raison d'environ 1 à 2 % de l'hémoglobine totale. La cyanose au niveau des muqueuses buccales commence à apparaître à des niveaux de 10 à 15%, bien que les symptômes subjectifs ne soient normalement pas ressentis avant que des niveaux de méthémoglobine de l'ordre de 30% ne soient atteints. Avec des augmentations au-dessus de ce niveau, la couleur de la peau du patient s'approfondit; plus tard, des céphalées, une faiblesse, des malaises et une anoxie surviennent, qui sont suivis, si l'absorption se poursuit, d'un coma, d'une insuffisance cardiaque et de la mort. La plupart des cas d'intoxication aiguë réagissent favorablement au traitement et la méthémoglobine disparaît complètement au bout de deux à trois jours. La consommation d'alcool favorise et aggrave l'intoxication aiguë à la méthémoglobine. L'hémolyse des globules rouges peut être détectée après une intoxication grave, et est suivie d'un processus de régénération qui se manifeste par la présence de réticulocytes. La présence de corps de Heinz dans les globules rouges peut parfois aussi être détectée.

Cancer. Les puissants effets cancérigènes des amines aromatiques ont été découverts pour la première fois sur le lieu de travail en raison de l'incidence anormalement élevée d'employés atteints de cancer dans une usine de teinture. Les cancers ont été qualifiés de "cancers à colorants", mais des analyses plus poussées ont très vite mis en évidence leur origine dans les matières premières, dont la plus importante était l'aniline. Ils sont alors devenus connus sous le nom de "cancers de l'aniline". Plus tard, une définition plus poussée a été possible et la β-naphtylamine et la benzidine ont été considérées comme les produits chimiques « coupables ». La confirmation expérimentale de cela a été longue à venir et difficile. Des travaux expérimentaux sur de nombreux membres de cette famille ont révélé qu'un certain nombre d'entre eux étaient cancérigènes pour les animaux. Comme les preuves humaines sont insuffisantes, ils ont été classés par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) pour la plupart comme 2B, cancérigènes humains probables, c'est-à-dire ayant des preuves suffisantes de cancérogénicité animale mais insuffisantes pour la cancérogénicité humaine. Dans certains cas, des travaux de laboratoire ont conduit à la découverte d'un cancer chez l'homme, comme dans le cas du 4-aminodiphényle, qui s'est d'abord avéré cancérigène pour les animaux (dans le foie), après quoi un certain nombre de cas de cancer de la vessie chez l'homme ont été mis au jour.

Dermatite. Du fait de leur nature alcaline, certaines amines, notamment les primaires, constituent un risque direct de dermatite. De nombreuses amines aromatiques peuvent provoquer des dermatites allergiques, comme celle due à la sensibilité aux "para-amines" (p-aminophénol et en particulier p-phénylènediamine). La sensibilité croisée est également possible.

Allergie respiratoire. Un certain nombre de cas d'asthme dus à une sensibilisation à la p-phénylènediamine, par exemple, ont été rapportés.

La cystite hémorragique peut résulter d'une forte exposition à o- et p-toluidine, en particulier les dérivés chlorés, dont le chloro-5-O-la toluidine en est le meilleur exemple. Ces hématuries semblent être de courte durée et la relation avec le développement de tumeurs de la vessie n'est pas établie.

Blessures au foie. Certaines diamines, telles que la toluènediamine et le diaminodiphénylméthane, ont de puissants effets hépatotoxiques chez les animaux de laboratoire, mais des lésions hépatiques graves résultant d'une exposition industrielle n'ont pas été largement signalées. En 1966, cependant, 84 cas d'ictère toxique ont été signalés après avoir mangé du pain cuit à partir de farine contaminée par du 4,4'-diaminodiphénylméthane, et des cas d'hépatite toxique ont également été signalés après une exposition professionnelle.

Certaines des propriétés toxicologiques des amines aromatiques sont discutées ci-dessous. Comme les membres de cette famille chimique sont très nombreux, il n'est pas possible de tous les inclure, et il peut y en avoir d'autres, non inclus ci-dessous, qui ont également des propriétés toxiques.

Aminophénols

Ni o- ni p-les isomères d'aminophénol, qui sont des solides cristallins de faible volatilité, sont facilement absorbés par la peau, bien qu'ils puissent tous deux agir comme sensibilisants cutanés et provoquer une dermatite de contact, qui semble être le plus grand danger découlant de leur utilisation dans l'industrie. Bien que les deux isomères puissent provoquer une méthémoglobinémie grave, voire mortelle, celle-ci résulte rarement d'une exposition industrielle, car leurs propriétés physiques sont telles qu'aucun des deux composés n'est facilement absorbé par l'organisme. p-aminophénol est le principal métabolite de l'aniline chez l'homme et est excrété dans l'urine sous forme conjuguée. L'asthme bronchique dû à l'isomère ortho a également été rapporté.

p-aminodiphényle est considéré comme cancérigène confirmé pour l'homme par le CIRC. C'était le premier composé dans lequel la démonstration de l'activité cancérogène chez les animaux de laboratoire a précédé les premiers rapports de tumeurs de la vessie chez les travailleurs exposés, où il a été utilisé comme antioxydant dans la fabrication du caoutchouc. La substance est clairement un cancérogène puissant pour la vessie puisque dans une usine de 315 travailleurs, 55 ont développé des tumeurs, tout comme 11 % des 171 travailleurs d'une autre usine fabriquant du 4-aminodiphényle. Les tumeurs sont apparues 5 à 19 ans après l'exposition initiale et la durée de survie variait de 1.25 à 10 ans.

Aniline et ses dérivés

Il a été démontré expérimentalement que la vapeur d'aniline peut être absorbée par la peau et les voies respiratoires en quantités approximativement égales; cependant, le taux d'absorption du liquide à travers la peau est environ 1,000 3 fois supérieur à celui de la vapeur. La cause la plus fréquente d'empoisonnement industriel est la contamination accidentelle de la peau, soit directement par contact accidentel, soit indirectement par contact avec des vêtements ou des chaussures souillés. L'utilisation de vêtements de protection propres et adaptés et un lavage rapide en cas de contact accidentel constituent la meilleure protection. Alors que l'Institut national américain pour la santé et la sécurité au travail (NIOSH) recommande que l'aniline soit traitée comme un cancérigène humain suspecté, le CIRC l'a classé comme un produit chimique du groupe XNUMX, ce qui signifie des preuves insuffisantes de cancérogénicité animale ou humaine.

p-chloroaniline est un puissant formateur de méthémoglobine et irritant pour les yeux. Les expérimentations animales n'ont fourni aucune preuve de cancérogénicité. Le 4,4'-méthylène bis(2-chloroaniline), ou MbOCA, peut être absorbé par contact avec la poussière ou par inhalation de fumées, et dans l'industrie, l'absorption cutanée peut également être une voie d'absorption importante. Des études en laboratoire ont montré que le MbOCA ou ses métabolites peuvent causer des dommages génétiques à divers organismes. De plus, l'administration sous-cutanée à long terme chez le rat a entraîné des tumeurs du foie et des poumons. Ainsi, le MbOCA est considéré comme un cancérogène animal et un cancérogène probable pour l'homme.

N, N-diéthylaniline et N, N-diméthylaniline sont facilement absorbés par la peau, mais un empoisonnement peut également se produire par inhalation de vapeurs. Leurs dangers peuvent être considérés comme similaires à ceux de l'aniline. Ce sont, en particulier, de puissants formateurs de méthémoglobine.

Nitroanilines. Des trois mono-nitroanilines, la plus importante est p-nitroaniline. Tous sont utilisés comme intermédiaires de colorants, mais les o- et m- isomères seulement à petite échelle. p-La nitroaniline est facilement absorbée par la peau et également par inhalation de poussière ou de vapeur. C'est un puissant formateur de méthémoglobine et on prétend, dans les cas graves, qu'il provoque également une hémolyse, voire des lésions hépatiques. Des cas d'empoisonnement et de cyanose ont été rapportés suite à une exposition lors du nettoyage de déversements. Les chloronitroanilines sont également de puissants formateurs de méthémoglobine, entraînant une hémolyse, et sont hépatotoxiques. Ils peuvent provoquer des dermatites par sensibilisation.

p-nitroso-N,N-diméthylaniline possède à la fois des propriétés irritantes primaires et sensibilisantes pour la peau, et c'est une cause fréquente de dermatite de contact. Bien que, occasionnellement, les travailleurs qui développent une dermatite puissent par la suite travailler avec ce composé sans autre problème, la plupart souffriront d'une récidive grave des lésions cutanées lors d'une nouvelle exposition et, en général, il est sage de les transférer à un autre travail pour éviter d'autres Contactez.

5-chloro-o-toluidine est facilement absorbé par la peau ou par inhalation. Bien qu'il (et certains de ses isomères) puisse provoquer la formation de méthémoglobine, la caractéristique la plus frappante est son effet irritant sur les voies urinaires, entraînant une cystite hémorragique caractérisée par une hématurie douloureuse et une fréquence des mictions. Une hématurie microscopique peut être présente chez les hommes exposés à ce composé avant que la cystite ne se manifeste, mais il n'y a pas de risque cancérigène pour l'homme. Cependant, des expériences en laboratoire ont mis en doute la cancérogénicité d'autres isomères pour certaines espèces d'animaux.

Benzidine et dérivés

La benzidine est un cancérogène confirmé, dont la fabrication et l'utilisation industrielle ont provoqué de nombreux cas de papillome et de carcinome des voies urinaires. Parmi certaines populations actives, plus de 20 % de tous les travailleurs ont développé la maladie. Des études récentes indiquent que la benzidine peut augmenter le taux de cancer à d'autres sites, mais il n'y a pas encore d'accord à ce sujet. La benzidine est un solide cristallin avec une pression de vapeur importante (c'est-à-dire qu'elle forme facilement des vapeurs). La pénétration à travers la peau semble être la voie la plus importante pour l'absorption de la benzidine, mais il existe également un danger lié à l'inhalation de vapeurs ou de particules fines. L'activité cancérigène de la benzidine a été établie par les nombreux cas signalés de tumeur de la vessie chez les travailleurs exposés et par induction expérimentale chez les animaux. Il s'agit d'un cancérogène humain confirmé de groupe 1 selon les classements du CIRC. L'utilisation de la benzidine a été interrompue dans la plupart des endroits.

3,3'-dichlorobenzidine est un cancérigène probable pour l'homme (CIRC Classe 2B). Cette conclusion est basée sur une augmentation statistiquement significative de l'incidence des tumeurs chez les rats, les souris et les chiens et sur des données positives sur sa génotoxicité. La relation structurelle avec la benzidine, un cancérogène connu et puissant pour la vessie humaine, donne encore plus de poids à la probabilité qu'il s'agisse d'un cancérogène pour l'homme.

Diamino-4,4'-diaminodiphénylméthane. L'exemple le plus frappant de la toxicité de ce composé a été lorsque 84 personnes ont contracté une hépatite toxique après avoir mangé du pain cuit à partir de farine contaminée par la substance. D'autres cas d'hépatite ont été notés après une exposition professionnelle par absorption cutanée. Il peut également provoquer une dermatite allergique. Les expérimentations animales ont conduit à ce qu'il soit un cancérigène potentiel suspecté, mais des résultats concluants n'ont pas été obtenus. Les dérivés du diaminodiphénylméthane se sont avérés cancérigènes pour les animaux de laboratoire.

Diméthylaminoazobenzène. Le métabolisme du DAB a été largement étudié et il a été constaté qu'il implique la réduction et le clivage du groupe azoïque, la déméthylation, l'hydroxylation du cycle, la N-hydroxylation, la N-acétylation, la liaison aux protéines et la liaison des acides nucléiques. Le DAB présente des propriétés mutagènes après activation. Il a un pouvoir cancérogène par diverses voies chez le rat et la souris (carcinome du foie), et par voie orale il provoque un carcinome de la vessie chez le chien. La seule observation de santé au travail chez l'homme concernait la dermatite de contact chez les ouvriers manipulant du DAB.

Des mesures techniques doivent empêcher tout contact avec la peau et les muqueuses. Les travailleurs exposés au DAB doivent porter un équipement de protection individuelle et leur travail ne doit être effectué que dans des zones restreintes. Les vêtements et l'équipement après utilisation doivent être placés dans un récipient étanche pour décontamination ou élimination. Les examens préalables à l'embauche et périodiques doivent se concentrer sur la fonction hépatique. Aux États-Unis, le DAB a été inclus par l'OSHA parmi les agents suspects de cancer chez l'homme.

Diphénylamine. Ce produit chimique peut être légèrement irritant. Il semble que dans des conditions industrielles ordinaires, il présente peu de risques, mais le puissant cancérigène 4-aminodiphényle peut être présent comme impureté pendant le processus de fabrication. Celui-ci peut être concentré dans des proportions importantes dans les goudrons produits à l'étape de la distillation et constituera un risque de cancer de la vessie. Alors que les procédures de fabrication modernes ont permis de réduire considérablement la quantité d'impuretés dans ce composé dans le produit commercial, une prévention appropriée doit être prise pour éviter tout contact inutile.

Naphtylamines

Les naphthylamines se présentent sous deux formes isomères, a-naphtylamine et B-naphtylamine.
L'α-naphtylamine est absorbée par la peau et par inhalation. Le contact peut causer des brûlures à la peau et aux yeux. L'empoisonnement aigu ne découle pas de son utilisation industrielle, mais l'exposition à des qualités commerciales de ce composé dans le passé a entraîné de nombreux cas de papillome et de carcinome de la vessie. Il est possible que ces tumeurs soient attribuables à l'impureté substantielle de β-naphtylamine. Cette question n'est pas simplement d'intérêt académique, car l'α-naphtylamine avec des niveaux fortement réduits d'impuretés β-naphtylamine est maintenant disponible.

La β-naphtylamine est un cancérigène connu pour la vessie humaine. L'intoxication aiguë entraîne une méthémoglobinémie ou une cystite hémorragique aiguë. Bien qu'à une époque largement utilisé comme intermédiaire dans la fabrication de colorants et d'antioxydants, sa fabrication et son utilisation ont été presque entièrement abandonnées dans le monde entier, et il a été condamné comme trop dangereux à fabriquer et à manipuler sans précautions prohibitives. Il est facilement absorbé par la peau et par inhalation. La question de ses effets toxiques aigus ne se pose pas du fait de son pouvoir cancérigène élevé.

Phénylènediamines

Diverses formes isomères des phénylènediamines existent mais seules les m- et p-les isomères ont une importance industrielle. Tandis que p-phénylènediamine peut agir comme un formateur de méthémoglobine in vitro, la méthémoglobinémie résultant d'une exposition industrielle est inconnue. p-La phénylènediamine est connue pour ses propriétés sensibilisantes de la peau et des voies respiratoires. Un contact régulier avec la peau provoque facilement une dermatite de contact. L'acné et la leucodermie ont également été signalées. L'ancien problème de « dermite du poil » est aujourd'hui beaucoup moins fréquent grâce à l'amélioration du procédé de teinture ayant pour effet d'éliminer toute trace de p-phénylènediamine. De même, l'asthme, autrefois courant chez les teinturiers utilisant cette substance, est maintenant relativement rare après des améliorations dans le contrôle des poussières en suspension dans l'air. Même avec des témoins, un test cutané préliminaire est utile avant une éventuelle exposition professionnelle. m- La phénylènediamine est un puissant irritant pour la peau et provoque une irritation des yeux et des voies respiratoires. Les conclusions tirées des expérimentations menées sur les phénylènediamines et leurs dérivés (eg N-phényl ou 4- ou 2-nitro) quant à leur potentiel cancérigène sont, à ce jour, soit insuffisantes, soit peu concluantes, soit négatives. Les dérivés du chlore qui ont été testés semblent avoir un potentiel cancérigène dans les tests sur les animaux.

Le potentiel cancérigène des mélanges commerciaux dans le passé était une grande préoccupation en raison de la présence de β-naphtylamine, qui s'était avérée exister en tant qu'impureté en quantités considérables (s'élevant à des dizaines voire des centaines de ppm) dans certaines des préparations plus anciennes. , et par la découverte, dans le cas de N-phényl-2-naphtylamine, PBNA, de β-naphtylamine en tant qu'excrétion métabolique, bien qu'en quantités infinitésimales. Les expériences indiquent un potentiel cancérogène pour les animaux testés mais ne permettent pas de porter un jugement concluant et le degré de significativité des résultats métaboliques n'est pas encore connu. Des enquêtes épidémiologiques sur un grand nombre de personnes travaillant dans des conditions différentes n'ont pas montré d'augmentation significative de l'incidence du cancer chez les travailleurs exposés à ces composés. La quantité de β-naphtylamine présente dans les produits commercialisés aujourd'hui est très faible, inférieure à 1 ppm et fréquemment 0.5 ppm. À l'heure actuelle, il n'est pas possible de tirer des conclusions quant au véritable risque de cancer, et pour cette raison, toutes les précautions doivent être prises, y compris l'élimination des impuretés qui peuvent être suspectes, et des mesures techniques de protection dans la fabrication et l'utilisation de ces composés.

Autres composés

Toluidine existe sous trois formes isomères mais seule la o- Et p- les isomères ont une importance industrielle. o-Toluidine et p-toluidine sont facilement absorbés par la peau ou inhalés sous forme de poussière, de fumée ou de vapeur. Ce sont de puissants formateurs de méthémoglobine et l'intoxication aiguë peut s'accompagner d'hématurie microscopique ou macroscopique, mais ils sont beaucoup moins puissants comme irritants de la vessie que le 5-chloro-o-toluidine. Il existe suffisamment de preuves de cancérogénicité chez les animaux pour classer o-toluidine et p-toluidine en tant que cancérigènes présumés pour l'homme.

Toluènediamines. Parmi les six isomères de la toluènediamine, celui que l'on rencontre le plus fréquemment est le 2,4- qui représente 80 % du produit intermédiaire dans la fabrication du diisocyanate de toluène, 20 % supplémentaires étant l'isomère 2,6- qui est l'un des substances de base pour les polyuréthanes. L'attention a été attirée sur ce composé suite à la découverte expérimentale d'un potentiel cancérogène chez des animaux de laboratoire. Les données sur l'homme ne sont pas disponibles.

Xylidines. Les résultats des expérimentations animales indiquent qu'il s'agit principalement de toxines hépatiques et qu'elles agissent secondairement sur le sang. Cependant, d'autres expériences ont démontré que la méthémoglobinémie et la formation de corps de Heinz étaient facilement induites chez les chats, mais pas chez les lapins.

Colorants azo

En général, les colorants azoïques en tant que groupe représentent un ordre relativement faible de toxicité générale. Beaucoup d'entre eux ont un TA oral50 de plus de 1 g/kg lorsqu'ils sont testés sur des rats et des souris, et les rongeurs peuvent recevoir des régimes de laboratoire à vie contenant plus de 1 g du produit chimique d'essai par kg de régime. Quelques-uns peuvent provoquer une dermatite de contact, mais généralement avec seulement des manifestations bénignes ; en pratique, il est assez difficile de déterminer si le colorant per se ou un matériau coexistant est responsable de la lésion cutanée observée. En revanche, une attention croissante a été portée sur les potentiels cancérigènes des colorants azoïques. Bien que les observations épidémiologiques confirmatives soient encore rares, les données d'expériences de longue durée se sont accumulées pour montrer que certains colorants azoïques sont cancérigènes chez les animaux de laboratoire. Le principal organe cible dans de telles conditions expérimentales est le foie, suivi de la vessie. L'intestin est également impliqué dans certains cas. Il est cependant très difficile d'extrapoler ces résultats à l'homme.

La plupart des colorants azoïques cancérigènes ne sont pas des cancérogènes directs, mais des pré-cancérigènes. Autrement dit, ils nécessitent une conversion par in vivo l'activation métabolique par des cancérogènes proches pour devenir des cancérogènes ultimes. Par exemple, méthylaminoazobenzène subit d'abord une N-hydroxylation et une N-déméthylation au niveau du groupe amino, puis une conjugaison sulfate a lieu avec le dérivé N-hydroxy formant le carcinogène ultime qui est réactif avec l'acide nucléique.

Il convient de noter que les colorants diazoïques dérivés de la benzidine peuvent être transformés en benzidine chimique hautement cancérigène par les processus métaboliques normaux de l'organisme. Le corps réduit deux groupes azoïques in vivo ou par l'activité des bactéries intestinales, à la benizidine. Ainsi, les colorants azoïques doivent être manipulés avec prudence.

Mesures de sécurité et de santé

La mesure spécifique la plus importante pour la prévention des déversements ou de la contamination de l'atmosphère de travail par ces composés est une conception appropriée de l'usine. Le contrôle de la ventilation du contaminant doit être conçu aussi près que possible du point de génération. Les vêtements de travail devraient être changés quotidiennement et des installations pour un bain ou une douche obligatoire à la fin de la période de travail devraient être prévues. Toute contamination de la peau ou des vêtements doit être lavée immédiatement et la personne doit être placée sous surveillance médicale. Les travailleurs et les superviseurs doivent être formés pour être conscients de la nature et de l'étendue du danger et pour effectuer le travail de manière propre et sûre. Les travaux de maintenance doivent être précédés d'une attention suffisante à l'élimination des sources possibles de contact avec les produits chimiques incriminés.

Tableaux des composés aminés aromatiques

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3 - Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

 

Retour

Mercredi, 03 Août 2011 00: 24

Azides

Utilisations

Les azides ont des utilisations variées dans les industries chimiques, des colorants, des plastiques, du caoutchouc et des métaux. Plusieurs composés sont utilisés dans le traitement des eaux usées et comme intermédiaires chimiques, additifs alimentaires et agents désinfectants dans les détergents à vaisselle et les piscines.

1,1'-azobis(formamide) est un agent gonflant pour le caoutchouc synthétique et naturel et les copolymères éthylène-acétate de vinyle. Il est également utile comme agent moussant ajouté pour augmenter la porosité des plastiques. Acide isocyanurique trichloré et dichloroisocyanurate de sodium sont utilisés comme agents désinfectants pour les piscines et comme ingrédients actifs dans les détergents, les agents de blanchiment commerciaux et ménagers et les produits de lavage de la vaisselle. Le dichloroisocyanurate de sodium est également utilisé dans le traitement de l'eau et des eaux usées.

Acide édétique (EDTA) a de nombreuses fonctions dans les secteurs de l'alimentation, de la métallurgie, de la chimie, du textile, de la photographie et des soins de santé. C'est un antioxydant dans les aliments. L'EDTA est utilisé comme agent chélatant pour éliminer les ions métalliques indésirables dans l'eau de chaudière et l'eau de refroidissement, dans le placage au nickel et dans la pâte à papier. Il agit également comme agent de blanchiment pour le traitement des films dans l'industrie de la photographie, agent de gravure dans la finition des métaux et agent de teinture dans l'industrie textile. L'EDTA se trouve dans les détergents pour textiles, les germicides industriels, les fluides de coupe des métaux, la production de semi-conducteurs, les savons liquides, les shampooings, les produits pharmaceutiques et cosmétiques. Il est également utilisé en médecine pour traiter l'empoisonnement au plomb.

Phénylhydrazine, aminoazotoluène et hydrazine sont utiles dans l'industrie des colorants. La phénylhydrazine est également utilisée dans la préparation de produits pharmaceutiques. L'hydrazine est un réactif dans les piles à combustible à usage militaire et un agent réducteur dans l'extraction du plutonium des déchets des réacteurs. Il est utilisé dans le nickelage, le traitement des eaux usées et le placage électrolytique des métaux sur le verre et les plastiques. L'hydrazine est utilisée pour le retraitement du combustible nucléaire et comme composant de combustibles à haute énergie. C'est un inhibiteur de corrosion dans l'eau d'alimentation des chaudières et dans l'eau de refroidissement des réacteurs. L'hydrazine est également un intermédiaire chimique et un propulseur de fusée. Diazométhane est un puissant agent de méthylation pour les composés acides tels que les acides carboxyliques et les phénols.

L'azide de sodium est utilisé dans la synthèse organique, la fabrication d'explosifs et comme propulseur dans les airbags automobiles. L'acide hydrazoïque est utilisé pour fabriquer des explosifs de contact tels que l'azoture de plomb.

D'autres azides, y compris méthylhydrazine, hydrazobenzène, 1,1-diméthylhydrazine, sulfate d'hydrazine et diazométhane, sont utilisés dans de nombreuses industries. La méthylhydrazine est un solvant, un intermédiaire chimique et un propulseur de missile, tandis que l'hydrazobenzène est un intermédiaire chimique et un additif anti-boue pour l'huile moteur. La 1,1-diméthylhydrazine est utilisée dans les formulations de carburant pour fusées. C'est un stabilisant pour les additifs de carburant au peroxyde organique, un absorbant pour les gaz acides et un composant du carburéacteur. Le sulfate d'hydrazine est utilisé dans l'estimation gravimétrique du nickel, du cobalt et du cadmium. C'est un antioxydant dans le flux de soudure pour les métaux légers, un germicide et un agent réducteur dans l'analyse des minéraux et des scories.

Dangers

Diazométhane

Risques d'incendie et d'explosion. Que ce soit à l'état gazeux ou liquide, le diazométhane explose avec des éclairs et même à -80 °C, le diazométhane liquide peut exploser. Cependant, l'expérience générale montre qu'aucune explosion ne se produit lorsque le diazométhane est préparé et contenu dans des solvants tels que l'éther éthylique.

Dangers pour la santé. Le diazométhane a été décrit pour la première fois en 1894 par von Pechmann, qui a indiqué qu'il était extrêmement toxique, provoquant une faim d'air et des douleurs à la poitrine. Suite à cela, d'autres chercheurs ont signalé des symptômes de vertiges et d'acouphènes. Il a été rapporté que l'exposition cutanée au diazométhane produisait une dénudation de la peau et des muqueuses, et il a été affirmé que son action ressemblait à celle du sulfate de diméthyle. Il a également été noté que les vapeurs de la solution éthérée du gaz étaient irritantes pour la peau et rendaient les doigts si sensibles qu'il était difficile de saisir une épingle. En 1930, l'exposition de deux personnes a entraîné des douleurs thoraciques, de la fièvre et de graves symptômes asthmatiques environ 5 heures après l'exposition à de simples traces de gaz.

La première exposition au gaz peut ne produire aucune réaction initiale notable ; cependant, des expositions ultérieures même infimes peuvent produire des crises d'asthme extrêmement graves et d'autres symptômes. Les symptômes pulmonaires peuvent s'expliquer soit par une véritable sensibilité allergique après une exposition répétée au gaz, en particulier chez les personnes allergiques héréditaires, soit par une puissante action irritante du gaz sur les muqueuses.

Au moins 16 cas d'intoxication aiguë au diazométhane, dont des décès dus à un œdème pulmonaire, ont été signalés chez des chimistes et des travailleurs de laboratoire. Dans tous les cas, les symptômes d'intoxication comprenaient une toux irritante, de la fièvre et des malaises, variant en intensité selon le degré et la durée de l'exposition. Des expositions ultérieures ont entraîné une hypersensibilité.

Chez l'animal, l'exposition au diazométhane à 175 ppm pendant 10 minutes a provoqué un emphysème hémorragique et un œdème pulmonaire chez le chat, entraînant la mort en 3 jours.

Phytotoxicité. Une explication de la toxicité du diazométhane a été la formation intracellulaire de formaldéhyde. Le diazométhane réagit lentement avec l'eau pour former de l'alcool méthylique et libérer de l'azote. Le formaldéhyde, à son tour, est formé par l'oxydation de l'alcool méthylique. Les possibilités de libération in vivo d'alcool méthylique ou de réaction du diazométhane avec des composés carboxyliques pour former des esters méthyliques toxiques peuvent être envisagées ; d'autre part, les effets délétères du diazométhane peuvent être principalement dus à l'action fortement irritante du gaz sur le système respiratoire.

Il a été démontré que le diazométhane est un carcinogène pulmonaire chez la souris et le rat. Il a également été démontré que l'application cutanée et l'injection sous-cutanée, ainsi que l'inhalation du composé, provoquent le développement de tumeurs chez les animaux de laboratoire. Des études bactériennes montrent qu'il est mutagène. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) le place cependant dans le groupe 3, inclassable quant à la cancérogénicité humaine.

Le diazométhane est un insecticide efficace pour le contrôle chimique des Triatom infestations. Il est également utile comme algicide. Lorsque le composant ichtyotoxique de l'algue verte Chaetomorpha minima est méthylé avec du diazométhane, on obtient un solide qui conserve sa toxicité pour tuer les poissons. Il est à noter que dans le métabolisme des carcinogènes diméthylnitrosamine et cycasine, l'un des produits intermédiaires est le diazométhane.

Hydrazine et dérivés

L'inflammabilité, l'explosion et la toxicité sont les principaux dangers des hydrazines. Par exemple, lorsque l'hydrazine est mélangée avec du nitrométhane, il se forme un explosif puissant qui est plus dangereux que le TNT. Toutes les hydrazines discutées ici ont des pressions de vapeur suffisamment élevées pour présenter de graves risques pour la santé par inhalation. Ils ont une odeur de poisson et d'ammoniac suffisamment répulsive pour indiquer la présence de concentrations dangereuses dans des conditions d'exposition accidentelle de courte durée. À des concentrations plus faibles, qui peuvent se produire pendant les processus de fabrication ou de transfert, les propriétés d'avertissement de l'odeur peuvent ne pas être suffisantes pour empêcher les expositions professionnelles chroniques de faible niveau chez les manipulateurs de carburant.

Des concentrations modérées à élevées de vapeurs d'hydrazine sont très irritantes pour les yeux, le nez et le système respiratoire. L'irritation cutanée est prononcée avec les hydrazines propulsives ; le contact direct avec le liquide entraîne des brûlures et même des dermatites de type sensibilisation, notamment dans le cas de la phénylhydrazine. Les éclaboussures oculaires ont un effet fortement irritant et l'hydrazine peut provoquer des lésions permanentes de la cornée.

En plus de leurs propriétés irritantes, les hydrazines exercent également des effets systémiques prononcés par n'importe quelle voie d'absorption. Après l'inhalation, l'absorption cutanée est la deuxième voie d'intoxication la plus importante. Toutes les hydrazines sont des poisons modérés à puissants du système nerveux central, entraînant des tremblements, une augmentation de l'excitabilité du système nerveux central et, à des doses suffisamment élevées, des convulsions. Cela peut évoluer vers la dépression, l'arrêt respiratoire et la mort. D'autres effets systémiques concernent le système hématopoïétique, le foie et les reins. Les hydrazines individuelles varient considérablement en degré de toxicité systémique en ce qui concerne les organes cibles.

Les effets hématologiques s'expliquent d'eux-mêmes sur la base de l'activité hémolytique. Ceux-ci sont dose-dépendants et, à l'exception de la monométhylhydrazine, ils sont les plus importants dans l'intoxication chronique. Les modifications de la moelle osseuse sont hyperplasiques avec la phénylhydrazine, et la production de cellules sanguines en dehors de la moelle osseuse a également été observée. La monométhylhydrazine est un puissant formateur de méthémoglobine et les pigments sanguins sont excrétés dans l'urine. Les modifications hépatiques sont principalement du type dégénérescence graisseuse, évoluant rarement vers la nécrose, et sont généralement réversibles avec les hydrazines propulsives. La monométhylhydrazine et la phénylhydrazine à fortes doses peuvent causer des lésions rénales importantes. Les modifications du muscle cardiaque sont principalement de nature grasse. Les nausées observées avec toutes ces hydrazines sont d'origine centrale et réfractaires aux médicaments. Les convulsivants les plus puissants de cette série sont la monométhylhydrazine et la 1,1-diméthylhydrazine. L'hydrazine provoque principalement la dépression et les convulsions sont beaucoup moins fréquentes.

Toutes les hydrazines semblent avoir un certain type d'activité chez certaines espèces d'animaux de laboratoire par une voie d'entrée (alimentation dans l'eau potable, intubation gastrique ou inhalation). Le CIRC les considère Groupe 2B, possiblement cancérigènes chez l'homme. Chez les animaux de laboratoire, à l'exception d'un dérivé non discuté ici, la 1,2-diméthylhydrazine (ou diméthylhydrazine symétrique), il existe une dose-réponse définie. Compte tenu de sa classification de groupe 2B, toute exposition humaine doit être minimisée par un équipement de protection approprié et la décontamination des déversements accidentels.

Phénylhydrazine

La pathologie de la phénylhydrazine a été étudiée au moyen d'expérimentations animales et d'observations cliniques. Des informations sur les effets de la phénylhydrazine chez l'homme ont été obtenues à partir de l'utilisation du chlorhydrate de phénylhydrazine à des fins thérapeutiques. Les conditions observées comprenaient une anémie hémolytique, avec hyperbilirubinémie et urobilinurie, et l'apparition de corps de Heinz ; lésions hépatiques avec hépatomégalie, ictère et urine très foncée contenant des phénols ; parfois des signes de manifestations rénales sont apparus. Les effets hématologiques comprenaient la cyanose, l'anémie hémolytique, parfois accompagnée de méthémoglobinémie, et la leucocytose. Parmi les symptômes plus généraux figuraient la fatigue, les vertiges, la diarrhée et la baisse de la tension artérielle. Il a également été observé qu'un étudiant, qui avait reçu 300 g de la substance sur le ventre et les cuisses, souffrait d'un collapsus cardiaque avec un coma qui a duré plusieurs heures. Les personnes présentant un déficit héréditaire en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PDH) seraient beaucoup plus sensibles aux effets hémolytiques de la phénylhydrazine et ne devraient pas y être exposées.

En ce qui concerne les lésions cutanées, des cas d'eczéma aigu avec éruption vésiculeuse ont été signalés, ainsi que d'eczéma chronique des mains et des avant-bras de travailleurs préparant de l'antipyrine. On a également décrit un cas de dermatose vésiculeuse avec production de phlyctènes au poignet d'un assistant chimiste. Cela est apparu 5 ou 6 heures après la manipulation et a mis 2 semaines à guérir. Un ingénieur chimiste qui a manipulé la substance n'a souffert que de quelques boutons, qui ont disparu en 2 ou 3 jours. La phénylhydrazine est donc considérée comme un puissant sensibilisant cutané. Il est très rapidement absorbé par la peau.

En raison de rapports de cancérogénicité de la phénylhydrazine pour les souris, l'Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH) a recommandé sa réglementation comme cancérogène pour l'homme. Une variété d'études bactériennes et de cultures de tissus ont montré qu'il est mutagène. L'injection intrapéritonéale de souris gravides a entraîné une progéniture avec un ictère sévère, une anémie et un déficit du comportement acquis.

Azoture de sodium et acide hydrazoïque

L'azide de sodium est fabriqué en combinant le sodamide avec l'oxyde nitreux. Il réagit avec l'eau pour produire de l'acide hydrazoïque. Des vapeurs d'acide hydrazoïque peuvent être présentes lors de la manipulation de l'azoture de sodium. Commercialement, l'acide hydrazoïque est produit par l'action de l'acide sur l'azoture de sodium.

L'azide de sodium semble n'être que légèrement moins toxique que le cyanure de sodium. Il peut être mortel s'il est inhalé, avalé ou absorbé par la peau. Le contact peut causer des brûlures à la peau et aux yeux. Un technicien de laboratoire a accidentellement ingéré ce qui a été estimé être une "très petite quantité" d'azide de sodium. Des symptômes de tachycardie, d'hyperventilation et d'hypotension ont été observés. Les auteurs notent que la dose hypotensive minimale chez l'homme se situe entre 0.2 et 0.4 mg/kg.

Le traitement d'individus normaux avec 3.9 mg/jour d'azide de sodium pendant 10 jours n'a produit aucun effet autre qu'une sensation de battement cardiaque. Certains patients hypertendus ont développé une sensibilité à l'azide à 0.65 mg/jour.

Les travailleurs exposés à 0.5 ppm d'acide hydrazoïque ont développé des maux de tête et une congestion nasale. Des symptômes supplémentaires de faiblesse et d'irritation des yeux et du nez se sont développés à la suite d'une exposition à 3 ppm pendant moins d'une heure. Le pouls était variable et la tension artérielle était basse ou normale. Des symptômes similaires ont été signalés chez les travailleurs fabriquant de l'azoture de plomb. Ils souffraient d'hypotension artérielle définie qui s'accentuait pendant la journée de travail et revenait à la normale après avoir quitté le travail.

Des études chez l'animal ont montré une chute rapide mais temporaire de la tension artérielle à partir de doses orales uniques de 2 mg/kg ou plus d'azoture de sodium. Une hématurie et des irrégularités cardiaques associées ont été observées à des doses de 1 mg/kg IV chez le chat. Les symptômes observés chez les animaux après des doses relativement importantes d'azoture de sodium sont une stimulation respiratoire et des convulsions, puis une dépression et la mort. Le DL50 pour l'azide de sodium est de 45 mg/kg chez le rat et de 23 mg/kg chez la souris.

L'exposition des rongeurs aux vapeurs d'acide hydrazoïque provoque une inflammation aiguë des poumons profonds. La vapeur d'acide hydrazoïque est environ huit fois moins toxique que le cyanure d'hydrogène, une concentration de 1,024 60 ppm étant mortelle chez la souris après 135 minutes (contre XNUMX ppm pour le cyanure d'hydrogène).

L'azoture de sodium était mutagène chez les bactéries, bien que cet effet soit réduit si des enzymes métabolisantes étaient présentes. Il s'est également révélé mutagène dans des études sur des cellules de mammifères.

Tableaux des azides

Tableau 1 - Informations chimiques.

Tableau 2 - Dangers pour la santé.

Tableau 3 - Dangers physiques et chimiques.

Tableau 4 - Proprietes physiques et chimiques.

 

Retour

Page 1 de 15

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières