Dimanche, Janvier 23 2011 22: 19

Éducation des travailleurs et amélioration de l'environnement

Évaluer cet élément
(0 votes)

Jusqu'à présent, les articles de ce chapitre se sont concentrés sur la formation et l'éducation concernant les risques sur le lieu de travail. L'éducation environnementale a de multiples objectifs et constitue un complément utile à la formation en matière de sécurité et de santé au travail. L'éducation des travailleurs est un aspect essentiel et souvent négligé d'une stratégie de protection de l'environnement large et efficace. Les questions environnementales sont souvent considérées comme des questions purement technologiques ou scientifiques qui échappent à la compétence des travailleurs. Pourtant, les connaissances des travailleurs sont essentielles à toute solution environnementale efficace. Les travailleurs se préoccupent en tant que citoyens et employés des questions environnementales parce que l'environnement façonne leur vie et affecte leurs communautés et leurs familles. Même lorsque des solutions technologiques sont nécessaires qui utilisent de nouveaux matériels, logiciels ou approches de processus, l'engagement et la compétence des travailleurs sont nécessaires pour leur mise en œuvre efficace. Cela est vrai pour les travailleurs, qu'ils soient directement impliqués dans les industries et les professions environnementales ou dans d'autres types d'emplois et de secteurs industriels.

L'éducation des travailleurs peut également fournir une base conceptuelle pour renforcer la participation des travailleurs à l'amélioration de l'environnement, à la protection de la santé et de la sécurité et à l'amélioration organisationnelle. Le Programme Industrie et Environnement du PNUE note que « de nombreuses entreprises ont constaté que la participation des travailleurs à l'amélioration de l'environnement peut apporter des avantages importants » (PNUE 1993). La Cornell Work and Environment Initiative (WEI) dans une étude sur les entreprises américaines a constaté qu'une participation intense des travailleurs permettait de tripler la réduction à la source des solutions techniques ou externes seules et augmentait encore plus les rendements de certaines approches technologiques (Bunge et al. 1995).

L'éducation environnementale des travailleurs se présente sous diverses formes. Il s'agit notamment de la sensibilisation et de l'éducation syndicales, de la formation et de l'orientation professionnelles, du lien entre l'environnement et les préoccupations en matière de santé et de sécurité au travail et d'une large sensibilisation en tant que citoyens. Une telle éducation se déroule dans une gamme de lieux, y compris les lieux de travail, les salles syndicales, les salles de classe et les cercles d'étude, en utilisant à la fois des systèmes de prestation informatisés traditionnels et plus récents. Il est juste de dire que l'éducation environnementale des travailleurs est un domaine sous-développé, surtout en comparaison avec la formation managériale et technique et l'éducation environnementale en milieu scolaire. Au niveau international, l'éducation des travailleurs de première ligne est souvent mentionnée en passant et est négligée lorsqu'il s'agit de la mise en œuvre. La Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail a commandé une série d'études sur la dimension éducative de la protection de l'environnement et, dans son prochain programme de travail, s'intéressera directement aux ouvriers et à leurs besoins en matière d'éducation environnementale.

Ce qui suit sont plusieurs exemples recueillis par le biais du WEI à l'Université Cornell qui illustrent à la fois la pratique et les possibilités d'éducation environnementale des travailleurs. à trouver des façons pour les travailleurs et le lieu de travail de contribuer aux solutions environnementales. Il s'adresse à un large éventail d'industries allant de l'extraction primaire aux entreprises de production, de services et du secteur public. Il fournit un moyen d'éducation et d'action sur les questions environnementales qui vise à développer des connaissances sur le lieu de travail et dans les établissements universitaires qui peuvent conduire à des lieux de travail plus propres et plus productifs et à une meilleure connexion entre les environnements internes et externes.

Australie : Modules d'éco-compétences

Le Conseil australien des syndicats (ACTU) a mis au point de nouvelles approches de l'éducation des travailleurs à l'environnement qui offrent à la fois une large prise de conscience sociale et des compétences spécifiques pour l'emploi, en particulier chez les jeunes travailleurs.

L'ACTU a organisé une société de formation en environnement avec un large mandat pour aborder une variété de secteurs mais avec un accent initial sur les questions de gestion des terres. Cet objectif comprend l'enseignement des moyens de gérer les travaux de remise en état de manière sûre et efficace, mais également des moyens d'assurer la compatibilité avec les peuples autochtones et les environnements naturels. Avec la contribution de syndicalistes, d'écologistes et d'employeurs, l'entreprise de formation a développé un ensemble de modules "Eco-Skills" pour établir des connaissances de base en matière d'environnement parmi les travailleurs d'un éventail d'industries. Celles-ci sont intégrées à un ensemble de compétences techniques, sociales et axées sur la sécurité.

Les modules Eco-Skills 1 et 2 contiennent une large base d'informations environnementales. Ils sont enseignés parallèlement à d'autres programmes de formation d'entrée de gamme. Les niveaux 3 et plus sont enseignés aux personnes spécialisées dans les travaux axés sur la réduction des impacts environnementaux. Les deux premiers modules Eco-Skills sont composés de deux sessions de quarante heures. Les stagiaires acquièrent des compétences grâce à des conférences, des séances de résolution de problèmes en groupe et des techniques pratiques pratiques. Les travailleurs sont évalués par des présentations écrites et orales, des travaux de groupe et des jeux de rôle.

Les concepts abordés dans les sessions comprennent une introduction aux principes du développement écologiquement durable, de l'utilisation efficace des ressources et des systèmes de production et de gestion de l'environnement plus propres. Une fois le module 1 terminé, les travailleurs doivent être en mesure de :

  • identifier les implications d'un mode de vie donné pour la durabilité à long terme avec un accent particulier mis sur le mode de vie actuel et futur de l'apprenant
  • identifier des moyens de réduire l'impact environnemental des activités humaines
  • décrire des stratégies pour réduire les impacts environnementaux dans une industrie donnée (agriculture, foresterie, fabrication, tourisme, loisirs, exploitation minière)
  • décrire les principales caractéristiques d'un système de management environnemental
  • identifier le rôle des parties prenantes dans la réduction de la pollution de l'environnement et de l'épuisement des ressources.

 

Le module 2 développe ces objectifs initiaux et prépare les travailleurs à commencer à appliquer des méthodes de prévention de la pollution et de conservation des ressources.

Certaines industries souhaitent relier les compétences et les connaissances en matière d'impact environnemental à leurs normes industrielles à tous les niveaux. La sensibilisation aux questions environnementales se refléterait dans le travail quotidien de tous les travailleurs de l'industrie à tous les niveaux de compétence. Une incitation pour les travailleurs réside dans le fait que les taux de rémunération sont liés aux normes de l'industrie. L'expérience australienne n'en est qu'à ses balbutiements, mais il s'agit clairement d'une tentative de travailler avec toutes les parties pour développer des activités basées sur les compétences qui conduisent à des emplois plus nombreux et plus sûrs tout en améliorant les performances et la sensibilisation à l'environnement.

Faire le lien entre la santé et la sécurité au travail et la formation environnementale

L'un des syndicats les plus actifs aux États-Unis dans le domaine de la formation environnementale est le Labourers International Union of North American (LIUNA). Les réglementations du gouvernement américain exigent que les travailleurs chargés de la réduction des déchets dangereux reçoivent 40 heures de formation. Le syndicat et les entrepreneurs participants ont élaboré un cours intensif de 80 heures conçu pour fournir aux travailleurs potentiels des déchets dangereux une plus grande sensibilisation à la sécurité et à l'industrie. En 1995, plus de 15,000 14 travailleurs ont été formés à la réduction du plomb, de l'amiante et d'autres déchets dangereux et à d'autres travaux d'assainissement de l'environnement. Le programme Labourers–Associated General Contractors a élaboré 32 cours d'assainissement de l'environnement et des programmes de formation des formateurs associés pour soutenir les efforts nationaux d'assainissement sûr et de qualité. Celles-ci sont menées sur XNUMX sites de formation et quatre unités mobiles.

En plus de fournir une formation technique et de sécurité, le programme encourage les participants à réfléchir à des problèmes environnementaux plus larges. Dans le cadre de leur travail en classe, les stagiaires rassemblent des documents provenant de journaux locaux sur les questions environnementales et utilisent cette connexion locale comme une ouverture pour discuter de défis environnementaux plus larges. Ce fonds commun de formation environnementale emploie 19 personnes en équivalent temps plein à son bureau central et dépense plus de 10 millions de dollars. Le matériel et les méthodes de formation répondent à des normes de qualité élevées avec une utilisation intensive d'aides à la formation audiovisuelles et autres, une concentration sur les compétences spécifiques et un engagement et une évaluation de la qualité intégrés tout au long des programmes. Une vidéo « d'apprentissage à la maison » est utilisée pour aider à répondre aux préoccupations en matière d'alphabétisation et la formation en alphabétisation de base et environnementale est liée. Pour ceux qui le désirent, six des cours sont transférables en crédits collégiaux. Le programme est actif au service des communautés minoritaires et plus de la moitié des participants proviennent de groupes de population minoritaires. Des programmes supplémentaires sont développés en partenariat avec des consortiums minoritaires, des projets de logements sociaux et d'autres prestataires de formation.

Le syndicat comprend qu'une grande partie de ses futurs membres proviendront d'entreprises liées à l'environnement et considère le développement de programmes de formation des travailleurs comme la base de cette croissance. Alors que la sécurité et la productivité sont meilleures sur les emplois utilisant des travailleurs formés, le syndicat voit également l'impact plus large :

L'impact le plus intéressant de la formation environnementale sur les membres est leur respect accru des produits chimiques et des substances nocives au travail et à la maison. … La prise de conscience augmente également en ce qui concerne les conséquences d'une pollution continue et le coût impliqué par le nettoyage de l'environnement. … Le véritable impact est bien plus important que la simple préparation des gens au travail (LIUNA 1995).

Aux États-Unis, ces formations sur les matières dangereuses sont également dispensées par les Operating Engineers ; Peintres; menuisiers; Travailleurs du pétrole, de la chimie et de l'atome ; Syndicat des travailleurs de la chimie ; machinistes ; Teamsters ; Ferronniers et sidérurgistes.

LIUNA travaille également au niveau international avec la Confédération mexicaine des travailleurs (CTM), des groupes de formation fédéraux et privés et des employeurs pour développer des méthodologies de formation. L'accent est mis sur la formation des travailleurs mexicains aux travaux d'assainissement de l'environnement et aux compétences en construction. Le Partenariat interaméricain pour l'éducation et la formation environnementales (IPEET) a organisé son premier cours de formation pour les travailleurs mexicains au cours de l'été 1994 à Mexico. Un certain nombre de dirigeants syndicaux et de travailleurs d'industries locales, notamment de fabrication de peinture et de métallurgie, ont suivi le cours d'une semaine sur la sécurité et la santé environnementales. D'autres partenariats LIUNA sont en cours de développement au Canada avec des éditions françaises du matériel et la « canadianisation » du contenu. L'Institut européen pour l'éducation et la formation à l'environnement est également un partenaire pour une formation similaire dans les pays d'Europe de l'Est et de la CEI.

Zambie : Manuel pédagogique sur la santé et la sécurité au travail

En Zambie, trop souvent, la santé et la sécurité au travail ne sont prises au sérieux qu'en cas d'incident impliquant des blessures ou des dommages aux biens de l'entreprise. Les questions environnementales sont également ignorées par l'industrie. Le Manuel sur la santé et la sécurité au travail a été rédigé dans le but de sensibiliser les employés et les employeurs à l'importance des questions de santé et de sécurité au travail.

Le premier chapitre de ce manuel souligne l'importance de l'éducation à tous les niveaux dans une entreprise. Les superviseurs doivent comprendre leur rôle dans la création de conditions de travail sûres et saines. Les travailleurs apprennent comment le maintien d'une attitude positive et coopérative est lié à leur propre sécurité et à leur environnement de travail.

Le manuel traite spécifiquement des questions environnementales, notant que toutes les grandes villes de Zambie sont confrontées à

menace d'aggravation des atteintes à l'environnement. Plus précisément, le Congrès des syndicats de Zambie (ZCTU) a identifié les risques environnementaux dans l'industrie minière à travers l'exploitation à ciel ouvert et la pollution de l'air et de l'eau résultant de mauvaises pratiques. De nombreuses usines sont responsables de la pollution de l'air et de l'eau car elles rejettent leurs déchets directement dans les ruisseaux et les rivières à proximité et laissent la fumée et les vapeurs s'échapper sans contrôle dans l'atmosphère (ZCTU 1994).

Bien que de nombreux syndicats africains soient intéressés par une éducation plus approfondie sur l'environnement, le manque de financement adéquat pour l'éducation des travailleurs et le besoin de matériels qui relient les risques environnementaux, communautaires et sur le lieu de travail sont des obstacles majeurs.

Éducation et formation environnementales des travailleurs en milieu employeur

Les employeurs, en particulier les plus grands, ont de vastes activités d'éducation environnementale. Dans de nombreux cas, il s'agit de formations obligatoires liées à des exigences de sécurité au travail ou environnementales. Cependant, un nombre croissant d'entreprises reconnaissent le pouvoir d'une large formation des travailleurs qui va bien au-delà de la formation à la conformité. Le groupe d'entreprises Royal Dutch/Shell a intégré la santé, la sécurité et l'environnement (HSE) dans son approche globale de la formation, et l'environnement fait partie intégrante de toutes les décisions de gestion (Bright et van Lamsweerde 1995). Il s'agit d'une pratique et d'un mandat mondiaux. L'un des objectifs de l'entreprise est de définir les compétences HSE pour les postes appropriés. La compétence des travailleurs se développe grâce à une sensibilisation, des connaissances et des compétences améliorées. Une formation appropriée augmentera la sensibilisation et les connaissances des travailleurs, et les compétences se développeront au fur et à mesure que de nouvelles connaissances seront appliquées. Un large éventail de techniques de diffusion permet de partager et de renforcer le message environnemental et l'apprentissage.

Chez Duquesne Light aux États-Unis, les 3,900 XNUMX employés ont été formés avec succès "sur la manière dont l'entreprise et ses employés affectent réellement l'environnement". William DeLeo, vice-président des affaires environnementales a déclaré :

Afin de développer un programme de formation nous permettant d'atteindre nos objectifs stratégiques, nous avons déterminé que nos employés avaient besoin d'une sensibilisation générale à l'importance de la protection de l'environnement ainsi que d'une formation technique spécifique relative à leurs responsabilités professionnelles. Ces deux points sont devenus la stratégie directrice de notre programme d'éducation environnementale (Cavanaugh 1994).

Programmes d'éducation environnementale des travailleurs et des syndicats

Le Service de l'éducation ouvrière de l'OIT a mis au point un ensemble de six livrets de documents de base pour susciter la discussion entre syndicalistes et autres. Les brochures traitent des travailleurs et de l'environnement, du lieu de travail et de l'environnement, de la communauté et de l'environnement, des questions environnementales mondiales, du nouveau programme de négociation et fournissent un guide des ressources et un glossaire des termes. Ils offrent une approche large, perspicace et facile à lire qui peut être utilisée dans les pays en développement comme dans les pays industrialisés pour discuter de sujets pertinents pour les travailleurs. Les matériaux sont basés sur des projets spécifiques en Asie, dans les Caraïbes et en Afrique australe, et peuvent être utilisés comme un texte entier ou peuvent être séparés dans un format de cercle d'étude pour promouvoir un dialogue général.

L'OIT, dans un examen des besoins de formation, a souligné:

Les syndicalistes doivent accroître leur sensibilisation aux préoccupations environnementales en général et à l'impact que leurs entreprises employeuses ont sur l'environnement, y compris la sécurité et la santé de leurs travailleurs, en particulier. Les syndicats et leurs membres doivent comprendre les problèmes environnementaux, les conséquences que les risques environnementaux ont sur leurs membres et la communauté dans son ensemble, et être capables de développer des solutions durables dans leurs négociations avec la direction de l'entreprise et les organisations d'employeurs. (OIT 1991.)

La Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail a constaté :

Les syndicats locaux et autres représentants du personnel sont dans une situation particulièrement difficile. Ils auront la connaissance pertinente de la situation locale et du milieu de travail mais, dans la plupart des cas, ne seront pas suffisamment spécialisés dans les questions environnementales et stratégiques complexes.

Ils ne pourront donc exercer leurs fonctions que s'ils ont reçu une formation complémentaire et spécialisée. (Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail 1993.)

Un certain nombre de syndicats nationaux ont demandé instamment que les travailleurs soient davantage sensibilisés à l'environnement. Parmi eux se trouve la LO en Suède, dont le programme environnemental de 1991 appelait à la fois à plus d'éducation et d'action sur le lieu de travail et à des cercles d'étude supplémentaires sur l'environnement pour promouvoir la sensibilisation et l'apprentissage. Le syndicat des travailleurs de la fabrication en Australie a élaboré un cours de formation et un ensemble de supports pour aider le syndicat à assurer un leadership environnemental, y compris la manière d'aborder les problèmes environnementaux par le biais de la négociation collective.

Résumé

Une bonne éducation environnementale axée sur les travailleurs fournit aux travailleurs des informations à la fois conceptuelles et techniques qui les aident à accroître leur sensibilisation à l'environnement et à apprendre des moyens concrets de modifier les pratiques de travail qui nuisent à l'environnement. Ces programmes apprennent également des travailleurs en même temps pour s'appuyer sur leur prise de conscience, leur réflexion et leur perspicacité sur les pratiques environnementales en milieu de travail.

L'éducation environnementale sur le lieu de travail est mieux réalisée lorsqu'elle est liée aux défis environnementaux communautaires et mondiaux afin que les travailleurs aient une idée claire de la façon dont leurs méthodes de travail sont liées à l'environnement global et comment ils peuvent contribuer à un lieu de travail et à un écosystème mondial plus propres.

 

Noir

Lire 5233 fois Dernière modification le Vendredi, Juin 17 2011 14: 02

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références en matière d'éducation et de formation

Benner, L. 1985. Modèles d'évaluation des accidents et méthodologies d'enquête. J Saf Res 16(3):105-126.

Bright, P et C Van Lamsweerde. 1995. Éducation et formation environnementales au sein du groupe d'entreprises Royal Dutch/Shell. In Employee Participation in Pollution Reduction, édité par E Cohen-Rosenthal et A Ruiz-Quintinallia. Analyse préliminaire de l'inventaire des rejets toxiques, rapport de recherche du CAHRS. Ithaca, NY : Industrie du PNUE.

Bunge, J, E Cohen-Rosenthal et A Ruiz-Quintinallia (éd.). 1995. Participation des employés à la réduction de la pollution. Analyse préliminaire de l'inventaire des rejets toxiques, rapport de recherche du CAHRS. Ithaque, NY :

Cavanaugh, HA. 1994. Gestion de l'environnement : le plan « vert » de Duquesne Light forme les employés à une conformité totale. Electr World (novembre):86.

Cordes, DH et DF Rea. 1989. Formation en médecine du travail pour les fournisseurs de soins de santé primaires aux États-Unis : un besoin croissant. :197-202.?? livre?

D'Auria, D, L Hawkins et P Kenny. 1991. J Univ Occup Envir Health l4 Suppl.:485-499.

Ellington, H et A Lowis. 1991. Formation interdisciplinaire en santé au travail. J Univ Occup Envir Health l4 Suppl.:447-455.

Engeström, Y. 1994. Formation pour le changement : nouvelle approche de l'instruction et de l'apprentissage dans la vie professionnelle. Genève : Bureau international du travail (BIT).

Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail. 1993.

Exigences en matière d'éducation et de formation environnementales dans l'industrie. Document de travail. 6 avril.

Heath, E. 1981. Formation et éducation des travailleurs en matière de sécurité et de santé au travail : rapport sur la pratique dans six pays occidentaux industrialisés. Washington, DC : Département du travail des États-Unis, Administration de la sécurité et de la santé au travail.

Commission internationale de la santé au travail (CIST). 1987. Actes de la première conférence sur l'éducation et la formation en santé au travail. Hamilton, Ontario, Canada : ICOH.

--. 1989. Actes de la deuxième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Espoo, Finlande : ICOH.

--. 1991. Actes de la troisième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Kitakyushu, Japon : ICOH.

Organisation internationale du travail (OIT). 1991. Formation, environnement et OIT. Genève : OIT.

Comité mixte OIT/OMS de la santé au travail. 1981. Éducation et formation en santé, sécurité et ergonomie du travail. Série de rapports techniques n° 663. Genève : Organisation mondiale de la santé (OMS).

Kogi, H, WO Phoon et J Thurman. 1989. Moyens peu coûteux d'améliorer les conditions de travail : 100 exemples asiatiques. Genève : OIT.

Koh, D, TC Aw et KC Lun. 1992. Formation en micro-informatique pour les médecins du travail. Dans Actes de la troisième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Kitakyushu, Japon : ICOH.

Kono, K et K Nishida. 1991. Enquête sur les activités infirmières en santé au travail des diplômés des cours spécialisés en soins infirmiers en santé au travail. Dans Actes de la troisième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Kitakyushu, Japon : ICOH.

Union internationale des ouvriers d'Amérique du Nord (LIUNA). 1995. La formation environnementale enseigne plus que de simples compétences professionnelles. Ouvrier (mai-juin) : BR2.

Madelien, M et G Paulson. 1995. L'état de la formation, de l'éducation et de la recherche sur les matières dangereuses. Np : Centre national d'éducation et de formation à l'environnement.

McQuiston, TH, P Coleman, NB Wallerstein, AC Marcus, JS Morawetz et DW Ortlieb. 1994. Éducation des travailleurs des déchets dangereux : effets à long terme. J Occup Med 36(12):1310-1323.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1978. La nouvelle infirmière dans l'industrie : un guide pour l'infirmière en santé du travail nouvellement employée. Cincinnati, Ohio : Département américain de la santé, de l'éducation et du bien-être.

--. 1985. Projet Minerva, Guide supplémentaire du programme d'études en affaires. Cincinnati, Ohio : US NIOSH.

Phoon, WO. 1985a. Le cours de médecins d'usine désignés à Singapour. Actes de la dixième conférence asiatique sur la santé au travail, Manille.

--. 1985b. Education et formation en santé au travail: programmes formels. Dans Occupational Health in Developing Countries in Asia, édité par WO Phoon et CN Ong. Tokyo : Centre d'information médicale d'Asie du Sud-Est.

--. 1986. Appariement des préceptes et des pratiques en santé au travail. Lucas Lectures, n° 8. Londres : Faculté de médecine du travail du Royal College of Physicians.

--. 1988. Étapes de l'élaboration d'un programme d'études en santé et sécurité au travail. Dans le livre des résumés. Bombay : Douzième conférence asiatique sur la santé au travail.

Pochyly, DF. 1973. Planification des programmes éducatifs. Dans Développement de programmes éducatifs pour les professions de la santé. Genève : OMS.

Powitz, RW. 1990. Évaluation des déchets dangereux, éducation et formation. Washington, DC : Département américain de la santé et des services sociaux, en collaboration avec Wayne State Univ.

Pupo-Nogueira, D et J Radford. 1989. Rapport de l'atelier sur les soins de santé primaires. Dans Actes de la deuxième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Espoo, Finlande : ICOH.

Rantanen, J et S Lehtinen. 1991. Projet OIT/FINNIDA de formation et d'information pour les pays africains sur la sécurité et la santé au travail. East Afr Newslett on Occup Safety and Health Suppl.:117-118.

Samelson, Nouveau-Mexique. 1977. L'effet des contremaîtres sur la sécurité dans la construction. Rapport technique n° 219. Stanford, Californie : Stanford Univ. Département de génie civil.

Senge, P. 1990. La cinquième discipline - L'art et la pratique de l'organisation apprenante. New York : Doubleday.

Sheps, CG. 1976. Enseignement supérieur pour la santé publique. Le rapport du Fonds commémoratif Milbank.
Gestion réussie de la santé et de la sécurité. 1991. Londres: Bureau fixe de Sa Majesté.

Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 1993. Éducation pour une industrie durable. Programme industrie et environnement. Nairobi : PNUE.

Verma, KK, A Sass-Kortsak et DH Gaylor. 1991. Évaluation des compétences professionnelles en hygiène du travail au Canada. Dans Actes de la troisième Conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail Kitakyushu, Japon : ICOH.

Viner, D. 1991. Analyse des accidents et contrôle des risques. Carlton Sud, Victoria : VRJ Delphi.

Vojtecky, MA et E Berkanovic. 1984-85. L'évaluation de la formation en santé et sécurité. Int Q Community Health Educ 5(4):277-286.

Wallerstein, N et H Rubenstein. 1993. Enseigner les risques professionnels : un guide pour les travailleurs et leurs prestataires de soins de santé. Washington, DC : Association américaine de santé publique.

Wallerstein, N et M Weinger. 1992. Éducation à la santé et à la sécurité pour l'autonomisation des travailleurs. Am J Ind Med 11(5).

Weinger, M. 1993. Dossier de formation du formateur, Partie 1 : Manuel du formateur, Partie 2 : Document des participants. Projet africain de sécurité et de santé, Rapports 9a/93 et ​​9b/93. Genève : Bureau international du travail (BIT).

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1981. Formation du personnel de santé au travail. Euro Reports and Studies, n° 58. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

--. 1988. Formation et éducation en santé au travail. Série de rapports techniques, n° 762. Genève : OMS.

Wigglesworth, CE. 1972. Un modèle d'enseignement de la causalité des blessures et un guide pour la sélection des contre-mesures. Occup Psychol 46:69-78.

Congrès des syndicats de Zambie (ZCTU). 1994. Manuel sur la santé et la sécurité au travail. (juillet):21.