6 bannière

 

38. Dangers biologiques

Éditeur de chapitre : Zuheir Ibrahim Fakhri


Table des matières

Tables

Risques biologiques sur le lieu de travail
Zuheir I. Fakhri

Animaux aquatiques
D.Zannini

Animaux venimeux terrestres
JA Rioux et B. Juminer

Caractéristiques cliniques de la morsure de serpent
David A. Warrell

Tables

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1. Milieux de travail avec agents biologiques
2. Virus, bactéries, champignons et plantes sur le lieu de travail
3. Les animaux comme source de risques professionnels

Mardi, Février 15 2011 20: 15

Risques biologiques sur le lieu de travail

L'évaluation des risques biologiques sur le lieu de travail s'est concentrée sur les travailleurs agricoles, les travailleurs de la santé et le personnel de laboratoire, qui courent un risque considérable d'effets néfastes sur la santé. Une compilation détaillée des risques biologiques par Dutkiewicz et al. (1988) montre à quel point les risques peuvent être répandus pour les travailleurs de nombreuses autres professions également (tableau 1).

Dutkiewicz et al. (1988) ont ensuite classé taxonomiquement les micro-organismes et les plantes (tableau 2), ainsi que les animaux (tableau 3), qui pourraient éventuellement présenter des risques biologiques en milieu de travail.

Tableau 1. Milieu de travail avec exposition potentielle des travailleurs aux agents biologiques

Secteur

Exemples

L’agriculture

Cultiver et récolter
Elevage et garde d'animaux
Sylviculture
Pêche

Production agricole

Abattoirs, usines de conditionnement alimentaire
Installations de stockage : silos à grains, tabac et autres transformations
Traitement des poils d'animaux et du cuir
Plantes textiles
Transformation du bois : scieries, papeteries,
usines de liège

Soins aux animaux de laboratoire

 

Soins de santé

Prise en charge des patients : médical, dentaire

Produits pharmaceutiques et à base de plantes

 

Soins personnels

Coiffure, podologie

Laboratoires cliniques et de recherche

 

Biotechnologie

Des installations de production

Garderies

 

Maintenance du batiment

Bâtiments "malades"

Installations d'égouts et de compostage

 

Systèmes d'élimination des déchets industriels

 

Source : Dutkiewicz et al. 1988.

Micro-organismes

Les micro-organismes sont un groupe important et diversifié d'organismes qui existent sous forme de cellules individuelles ou d'amas de cellules (Brock et Madigan 1988). Les cellules microbiennes sont donc distinctes des cellules des animaux et des plantes, qui sont incapables de vivre seules dans la nature mais ne peuvent exister qu'en tant que parties d'organismes multicellulaires.

Très peu de zones à la surface de cette planète ne supportent pas la vie microbienne, car les micro-organismes ont une gamme étonnante de capacités métaboliques et de production d'énergie et beaucoup peuvent exister dans des conditions mortelles pour d'autres formes de vie.

Quatre grandes classes de micro-organismes qui peuvent interagir avec les humains sont les bactéries, les champignons, les virus et les protozoaires. Ils sont dangereux pour les travailleurs en raison de leur large distribution dans l'environnement de travail. Les micro-organismes à risque professionnel les plus importants sont répertoriés dans les tableaux 2 et 3.

Il existe trois sources principales de ces microbes :

  1. ceux résultant de la décomposition microbienne de divers substrats associés à des occupations particulières (par exemple, foin moisi entraînant une pneumopathie d'hypersensibilité)
  2. ceux associés à certains types d'environnements (par exemple, les bactéries dans les approvisionnements en eau)
  3. ceux provenant d'individus infectieux hébergeant un agent pathogène particulier (par exemple, la tuberculose).

 

L'air ambiant peut être contaminé ou contenir des niveaux importants d'une variété de micro-organismes potentiellement nocifs (Burrell 1991). Les bâtiments modernes, en particulier ceux conçus à des fins commerciales et administratives, constituent une niche écologique unique avec leur propre environnement biochimique, faune et flore (Sterling et al. 1991). Les effets indésirables potentiels sur les travailleurs sont décrits ailleurs dans ce Encyclopédie.

L'eau a été reconnue comme un véhicule important pour les infections extra-intestinales. Une variété d'agents pathogènes sont acquis par le contact professionnel, récréatif et même thérapeutique avec l'eau (Pitlik et al. 1987). La nature des maladies non entériques d'origine hydrique est souvent déterminée par l'écologie des agents pathogènes aquatiques. Ces infections sont essentiellement de deux types : superficielles, impliquant des muqueuses et une peau endommagées ou précédemment intactes ; et des infections systémiques, souvent graves, qui peuvent survenir dans le cadre d'une immunité déprimée. Un large éventail d'organismes aquatiques, y compris des virus, des bactéries, des champignons, des algues et des parasites, peuvent envahir l'hôte par des voies extra-intestinales telles que la conjonctive, les muqueuses respiratoires, la peau et les organes génitaux.

Bien que la propagation zoonotique de maladies infectieuses continue de se produire chez les animaux de laboratoire utilisés dans la recherche biomédicale, les éclosions signalées ont été minimisées grâce à l'avènement de procédures vétérinaires et d'élevage rigoureuses, à l'utilisation d'animaux d'élevage commercial et à la mise en place de programmes appropriés de santé du personnel (Fox et Lipman 1991). Le maintien des animaux dans des installations modernes avec des garanties appropriées contre l'introduction de vermine et de vecteurs biologiques est également important pour prévenir les maladies zoonotiques chez le personnel. Néanmoins, des agents zoonotiques établis, des micro-organismes nouvellement découverts ou de nouvelles espèces animales non reconnues auparavant comme porteurs de micro-organismes zoonotiques sont rencontrés, et le potentiel de propagation de maladies infectieuses des animaux aux humains existe toujours.

Un dialogue actif entre vétérinaires et médecins concernant le potentiel zoonotique, les espèces animales impliquées et les méthodes de diagnostic est une composante indispensable d'un programme de santé préventive réussi.

Tableau 2. Virus, bactéries, champignons et plantes : risques biologiques connus sur le lieu de travail

 

Infecté-
production

Zoo d'infection-
nez
1

Allergique
réponse

Respirer-
capable
toxine

Toxine

Carcino-
génique

Virus

x

x

       

Bactéries

           

Rickettsies

 

x

       

Chlamydiae

 

x

       

Bactéries en spirale

 

x

       

Gram négatif
les bactéries


x


x


x


x(e)2

   

Gram positif
fragments

 


x


x

     

Formation de spores
bacilles

 


x


x


x

   

Gram non sporulant-
tiges positives et
coryne-bactéries

 



x



x

     

Mycobactéries

x

x

       

Actinomycètes

   

x

     

Champignons

           

Moules

x

 

x

x(m)3

 

x

Les dermatophytes

x

x

x

     

Géophile de type levure
champignons


x


x

       

Levures endogènes

x

         

Parasites du blé

   

x

     

Mushrooms

   

x

     

Autres plantes inférieures

           

Lichens

   

x

     

Hépatiques

   

x

     

Ferns

   

x

     

Plantes supérieures

           

Pollen

   

x

     

Huiles volatiles

   

x

 

x

 

Traitement des poussières

   

x

 

x

x

1 Infection-zoonose : Provoque une infection ou une invasion généralement contractée par des animaux vertébrés (zoonose).
2 (e) Endotoxine.
3 (m) Mycotoxine.

Source : Dutkiewicz et al. 1988.

 

Certains milieux de travail présentant des risques biologiques

Le personnel médical et de laboratoire et les autres travailleurs de la santé, y compris les professions apparentées, sont exposés à l'infection par des micro-organismes si les mesures préventives appropriées ne sont pas prises. Le personnel hospitalier est exposé à de nombreux risques biologiques, dont le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), l'hépatite B, les virus de l'herpès, la rubéole et la tuberculose (Hewitt 1993).

Le travail dans le secteur agricole est associé à une grande variété de risques professionnels. L'exposition à la poussière organique, aux micro-organismes en suspension dans l'air et à leurs toxines peut entraîner des troubles respiratoires (Zejda et al. 1993). Ceux-ci comprennent la bronchite chronique, l'asthme, la pneumopathie d'hypersensibilité, le syndrome toxique des poussières organiques et la bronchopneumopathie chronique obstructive. Dutkiewicz et ses collègues (1988) ont étudié des échantillons d'ensilage pour l'identification d'agents potentiels provoquant des symptômes de syndrome organique et toxique. Des niveaux très élevés de bactéries et de champignons aérobies totaux ont été trouvés. Aspergillus fumigatus prédominaient parmi les champignons, alors que les bacilles et les organismes gram-négatifs (Pseudomonas, Alcaligènes, Citrobacter et Klebsiella espèce) et les actinomycètes prédominaient parmi les bactéries. Ces résultats montrent que le contact avec l'ensilage en aérosol comporte un risque d'exposition à de fortes concentrations de micro-organismes, dont A. fumigatus et les bactéries productrices d'endotoxines sont les agents pathogènes les plus probables.

Des expositions à court terme à certaines poussières de bois peuvent entraîner de l'asthme, une conjonctivite, une rhinite ou une dermatite allergique. Certains micro-organismes thermophiles trouvés dans le bois sont des pathogènes humains, et l'inhalation de spores d'ascomycètes provenant de copeaux de bois stockés a été impliquée dans des maladies humaines (Jacjels 1985).

Voici des exemples illustrant des conditions de travail spécifiques :

  1. Le champignon Pénicillium camemberti var. candidose est utilisé dans la production de certains types de fromage. La fréquence élevée de précipitation des anticorps de ce champignon dans les échantillons de sang des travailleurs, ainsi que les causes cliniques des symptômes respiratoires, indiquent une relation étiologique entre les symptômes respiratoires et une forte exposition à ce champignon (Dahl et al. 1994).
  2. Les micro-organismes (bactéries et champignons) et les endotoxines sont des agents potentiels de risque professionnel dans une usine de transformation de pommes de terre (Dutkiewicz 1994). La présence de précipitines aux antigènes microbiens était significativement corrélée avec l'apparition des symptômes respiratoires et généraux liés au travail qui ont été trouvés chez 45.9% des travailleurs examinés.
  3. Le personnel des musées et des bibliothèques est exposé aux moisissures (p. Aspergillus, Pencillium) qui, sous certaines conditions, contaminent les livres (Kolmodin-Hedman et al. 1986). Les symptômes ressentis sont des crises de fièvre, des frissons, des nausées et de la toux.
  4. Les infections oculaires peuvent résulter de l'utilisation d'oculaires de microscopes industriels sur plusieurs quarts de travail. Staphylococcus aureus a été identifié parmi les cultures de micro-organismes (Olcerst 1987).

 

Prévention

Une compréhension des principes de l'épidémiologie et de la propagation des maladies infectieuses est essentielle dans les méthodes utilisées dans le contrôle de l'organisme responsable.

Des examens médicaux préliminaires et périodiques des travailleurs devraient être effectués afin de détecter les maladies professionnelles biologiques. Il existe des principes généraux pour la réalisation d'examens médicaux afin de détecter les effets néfastes sur la santé d'une exposition sur le lieu de travail, y compris les risques biologiques. Des procédures spécifiques se trouvent ailleurs dans ce Encyclopédie. Par exemple, en Suède, la Fédération des agriculteurs a lancé un programme de services préventifs de santé au travail pour les agriculteurs (Hoglund 1990). L'objectif principal du Service de santé préventive des agriculteurs (FPHS) est de prévenir les blessures et les maladies liées au travail et de fournir des services cliniques aux agriculteurs pour les problèmes de médecine du travail.

Pour certaines épidémies de maladies infectieuses, des mesures préventives appropriées peuvent être difficiles à mettre en place tant que la maladie n'est pas identifiée. Des épidémies de fièvre hémorragique virale de Crimée-Congo (FHCC) qui ont démontré ce problème ont été signalées parmi le personnel hospitalier aux Émirats arabes unis (Dubaï), au Pakistan et en Afrique du Sud (Van Eeden et al. 1985).

Tableau 3. Les animaux comme source de risques professionnels

 

Infection

Infection1
Zoonose

Allergique
réponse

Toxine

vecteur2

Invertébrés autres que les arthropodes

Protozoaires

x

x

     

Éponges

     

x

 

Coelentérés

     

x

 

Flatworms

x

x

     

Vers ronds

x

x

x

   

Bryozoaires

     

x

 

ascidies

   

x

   

Arthropodes

Crustacés

   

x

   

Arachnides

         

Spiders

     

x(B)3

 

Les acariens

x

 

x

x(B)

x

Tiques

     

x(B)

x

Insectes

         

Les cafards

   

x

   

Coléoptères

   

x

   

Les mites

   

x

x

 

Mouches

     

x(B)

x

Abeilles

   

x

x(B)

 

Vertébrés

Fish

   

x

x(B)

 

Amphibiens

   

x

   

Reptiles

     

x(B)

 

Oiseaux

   

x

   

mammifères

   

x

   

1 Infection-zoonose : Provoque une infection ou une invasion contractée par des animaux vertébrés.
2 Vecteur de virus, bactéries ou parasites pathogènes.
3 Toxique B produit une toxine ou un venin transmis par morsure ou piqûre.

Vertébrés : serpents et lézards

Dans les zones chaudes et tempérées, les morsures de serpent peuvent constituer un danger certain pour certaines catégories de travailleurs : ouvriers agricoles, bûcherons, ouvriers du bâtiment et des travaux publics, pêcheurs, ramasseurs de champignons, charmeurs de serpents, soigneurs de zoo et laborantins employés à la préparation des sérums antivenimeux. La grande majorité des serpents sont inoffensifs pour les humains, bien qu'un certain nombre soient capables d'infliger des blessures graves avec leurs morsures venimeuses; espèces dangereuses se trouvent parmi les serpents terrestres (Colubridés et Viperidae) et serpents aquatiques (Hydrophiidés) (Rioux et Juminer 1983).

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS 1995), on estime que les morsures de serpent causent 30,000 1,000 décès par an en Asie et environ 63,000 300 décès chacun en Afrique et en Amérique du Sud. Des statistiques plus détaillées sont disponibles pour certains pays. Plus de 20,000 7,000 morsures de serpent et piqûres de scorpion avec plus de 8,000 décès sont signalées chaque année au Mexique. Au Brésil, environ 1.5 0.3 morsures de serpent et 1 7.5 à 100,000 69 piqûres de scorpion surviennent chaque année, avec un taux de létalité de 100,000 % pour les morsures de serpent et entre 3 % et XNUMX % pour les piqûres de scorpion. Une étude à Ouagadougou, au Burkina Faso, a montré XNUMX morsures de serpent pour XNUMX XNUMX habitants dans les zones périurbaines et jusqu'à plus de XNUMX pour XNUMX XNUMX dans les zones plus reculées, où les taux de létalité ont atteint XNUMX %.

Les morsures de serpent sont également un problème dans les régions développées du monde. Chaque année, environ 45,000 9 morsures de serpent sont signalées aux États-Unis, où la disponibilité des soins de santé a réduit le nombre de décès à 15 à 300 par an. En Australie, où vivent certains des serpents les plus venimeux du monde, le nombre annuel de morsures de serpent est estimé entre 500 et XNUMX, avec une moyenne de deux décès.

Les changements environnementaux, en particulier la déforestation, peuvent avoir causé la disparition de nombreuses espèces de serpents au Brésil. Cependant, le nombre de cas signalés de morsures de serpent n'a pas diminué car d'autres espèces, parfois plus dangereuses, ont proliféré dans certaines des zones déboisées (OMS 1995).

Sauria (lézards)

Il n'y a que deux espèces de lézards venimeux, tous deux membres du genre Heloderma : H. suspect (monstre de Gila) et H. horrible (lézard perlé). Un venin similaire à celui des Viperidae pénètre dans les blessures infligées par les dents antérieures incurvées, mais les morsures chez l'homme sont rares et la récupération est généralement rapide (Rioux et Juminer 1983).

Prévention

Les serpents n'attaquent généralement pas les humains à moins qu'ils ne se sentent menacés, dérangés ou piétinés. Dans les régions infestées de serpents venimeux, les travailleurs doivent porter des protections pour les pieds et les jambes et recevoir du sérum antivenimeux monovalent ou polyvalent. Il est recommandé aux personnes travaillant dans une zone dangereuse située à plus d'une demi-heure de trajet du poste de secours le plus proche d'avoir à leur disposition un kit antivenimeux contenant une seringue stérilisée. Cependant, il convient d'expliquer aux travailleurs que les morsures, même des serpents les plus venimeux, sont rarement mortelles, car la quantité de venin injectée est généralement faible. Certains charmeurs de serpents parviennent à s'immuniser par des injections répétées de venin, mais aucune méthode scientifique d'immunisation humaine n'a encore été mise au point (Rioux et Juminer 1983).

 


 

Normes internationales et risques biologiques

De nombreuses normes professionnelles nationales incluent les risques biologiques dans leur définition des substances nocives ou toxiques. Cependant, dans la plupart des cadres réglementaires, les risques biologiques sont principalement limités aux micro-organismes ou agents infectieux. Plusieurs règlements de l'OSHA (Occupational Safety and Health Administration) des États-Unis comprennent des dispositions sur les risques biologiques. Les plus spécifiques sont celles concernant la vaccination contre l'hépatite B et les agents pathogènes à diffusion hématogène ; les risques biologiques sont également couverts par des réglementations de portée plus large (par exemple, celles sur la communication des dangers, les spécifications des panneaux et étiquettes de prévention des accidents, et la réglementation sur les orientations des programmes de formation).

Bien que ne faisant pas l'objet de réglementations spécifiques, la reconnaissance et l'évitement des dangers liés à la vie des animaux, des insectes ou des plantes sont abordés dans d'autres réglementations de l'OSHA concernant des environnements de travail spécifiques - par exemple, la réglementation sur les télécommunications, celle sur les camps de travail temporaires et celle sur l'exploitation du bois à pâte (ce dernier comprenant des directives concernant les trousses de premiers soins en cas de morsure de serpent).

L'une des normes les plus complètes réglementant les risques biologiques sur le lieu de travail est la directive européenne n° 90/679. Elle définit les agents biologiques comme « les micro-organismes, y compris ceux qui ont été génétiquement modifiés, les cultures cellulaires et les endoparasites humains, susceptibles de provoquer toute infection, allergie ou toxicité », et classe les agents biologiques en quatre groupes selon leur niveau de risque d'infection. La directive couvre la détermination et l'évaluation des risques et les obligations des employeurs en termes de remplacement ou de réduction des risques (par des mesures techniques de contrôle, d'hygiène industrielle, de protection collective et individuelle, etc.), d'information (des travailleurs, des représentants des travailleurs et des autorités compétentes), la surveillance de la santé, la vaccination et la tenue de registres. Les annexes fournissent des informations détaillées sur les mesures de confinement pour différents « niveaux de confinement » selon la nature des activités, l'évaluation du risque pour les travailleurs et la nature de l'agent biologique concerné.


 

 

Noir

Mercredi, Février 16 2011 00: 28

Animaux aquatiques

D.Zannini*

* Adapté de la 3e édition, Encyclopaedia of Occupational Health and Safety.

Les animaux aquatiques dangereux pour l'homme se retrouvent dans pratiquement toutes les divisions (phyla). Les travailleurs peuvent entrer en contact avec ces animaux dans le cadre de diverses activités telles que la pêche de surface et sous-marine, l'installation et la manipulation d'équipements liés à l'exploitation du pétrole sous-marin, la construction sous-marine et la recherche scientifique, et être ainsi exposés à des risques sanitaires des risques. La plupart des espèces dangereuses habitent les eaux chaudes ou tempérées.

Caractéristiques et comportement

Porifera. L'éponge commune appartient à ce phylum. Les pêcheurs qui manipulent des éponges, y compris les plongeurs avec casque et sous-marin, et autres nageurs sous-marins, peuvent contracter une dermatite de contact avec irritation cutanée, vésicules ou cloques. La "maladie de l'éponge" de la région méditerranéenne est causée par les tentacules d'un petit coelentéré (Sagartia rosea) qui est un parasite de l'éponge. Une forme de dermatite connue sous le nom de «mousse rouge» se retrouve chez les pêcheurs d'huîtres nord-américains résultant du contact avec une éponge écarlate trouvée sur la coquille des huîtres. Des cas d'allergie de type 4 ont été rapportés. Le poison sécrété par l'éponge Ficus subéreux contient de l'histamine et des substances antibiotiques.

Coelentérés. Ceux-ci sont représentés par de nombreuses familles de la classe dite Hydrozoa, qui comprend les Millepora ou corail (corail piquant, corail de feu), les Physalia (Physalia physalis, guêpe de mer, vaisseau de guerre portugais), la Scyphozoa (méduse) et l'Actiniaria (anémone piquante), qui se trouvent toutes dans toutes les parties de l'océan. Le point commun à tous ces animaux est leur capacité à produire une urticaire par l'injection d'un poison puissant qui est retenu dans une cellule spéciale (le cnidoblaste) contenant un fil creux, qui explose vers l'extérieur lorsque le tentacule est touché et pénètre la peau de la personne. Les diverses substances contenues dans cette structure sont responsables de symptômes tels que de fortes démangeaisons, une congestion du foie, des douleurs et une dépression du système nerveux central ; ces substances ont été identifiées comme étant respectivement le thalassium, la congestine, l'équinotoxine (qui contient de la 5-hydroxytryptamine et de la tétramine) et l'hypnotoxine. Les effets sur l'individu dépendent de l'étendue du contact établi avec les tentacules et donc du nombre de perforations microscopiques, qui peuvent atteindre plusieurs milliers, jusqu'au point où elles peuvent entraîner la mort de la victime en quelques minutes. Compte tenu du fait que ces animaux sont si largement dispersés à travers le monde, de nombreux incidents de cette nature se produisent, mais le nombre de décès est relativement faible. Les effets sur la peau se caractérisent par des démangeaisons intenses et la formation de papules d'aspect rouge vif et marbré, évoluant en pustules et en ulcération. Une douleur intense semblable à un choc électrique peut être ressentie. D'autres symptômes comprennent des difficultés respiratoires, une anxiété généralisée et des troubles cardiaques, un collapsus, des nausées et des vomissements, une perte de conscience et un choc primaire.

Échinoderme. Ce groupe comprend les étoiles de mer et les oursins, qui possèdent tous deux des organes vénéneux (pédicellaires), mais ne sont pas dangereux pour l'homme. La colonne vertébrale de l'oursin peut pénétrer dans la peau, laissant un fragment profondément incrusté; cela peut donner lieu à une infection secondaire suivie de pustules et de granulomes persistants, ce qui peut être très gênant si les plaies sont proches des tendons ou des ligaments. Parmi les oursins, seuls les Acanthaster planci semble avoir une colonne vertébrale vénéneuse, ce qui peut entraîner des troubles généraux tels que vomissements, paralysie et engourdissement.

Mollusque. Parmi les animaux appartenant à ce phylum se trouvent les coquilles coniques, et celles-ci peuvent être dangereuses. Ils vivent sur un fond marin sablonneux et semblent avoir une structure toxique constituée d'une radula avec des dents en forme d'aiguilles, qui peuvent frapper la victime si la coquille est manipulée avec imprudence à main nue. Le poison agit sur les systèmes neuromusculaire et nerveux central. La pénétration de la peau par la pointe d'une dent est suivie d'une ischémie temporaire, d'une cyanose, d'un engourdissement, de douleurs et de paresthésies à mesure que le poison se répand progressivement dans le corps. Les effets ultérieurs comprennent la paralysie des muscles volontaires, le manque de coordination, la vision double et la confusion générale. La mort peut suivre à la suite d'une paralysie respiratoire et d'un collapsus circulatoire. Une trentaine de cas ont été signalés, dont 30 mortels.

Plathelminthes. Ceux-ci comprennent le Eirythoe complanata et les terres parsemées de Hermodice caruncolata, connus sous le nom de « vers à soies ». Elles sont recouvertes de nombreux appendices en forme de soies, ou soies, contenant un poison (néréistotoxine) à effet neurotoxique et irritant local.

Polyzoaires (Bryozoaires). Ceux-ci sont constitués d'un groupe d'animaux qui forment des colonies végétales ressemblant à de la mousse gélatineuse, qui incrustent fréquemment des roches ou des coquillages. Une variété, connue sous le nom d'Alcyonidium, peut provoquer une dermatite urticaire sur les bras et le visage des pêcheurs qui doivent nettoyer cette mousse de leurs filets. Elle peut également donner lieu à un eczéma allergique.

Sélaciens (Chondrichthyens). Les animaux appartenant à ce phylum comprennent les requins et les raies pastenagues. Les requins vivent dans des eaux assez peu profondes, où ils recherchent des proies et peuvent attaquer les gens. De nombreuses variétés ont une ou deux grandes épines vénéneuses devant la nageoire dorsale, qui contiennent un poison faible qui n'a pas été identifié ; ceux-ci peuvent provoquer une plaie entraînant une douleur immédiate et intense avec rougeur des chairs, gonflement et œdème. Un danger bien plus grand de ces animaux est leur morsure, qui, à cause de plusieurs rangées de dents pointues et acérées, provoque de graves lacérations et déchirures de la chair entraînant un choc immédiat, une anémie aiguë et la noyade de la victime. Le danger que représentent les requins est un sujet très discuté, chaque variété semblant particulièrement agressive. Il ne fait aucun doute que leur comportement est imprévisible, bien qu'on dise qu'ils sont attirés par le mouvement et par la couleur claire d'un nageur, ainsi que par le sang et les vibrations résultant d'un poisson ou d'une autre proie qui vient d'être capturée. Les raies pastenagues ont de grands corps plats avec une longue queue ayant une ou plusieurs épines ou scies fortes, qui peuvent être toxiques. Le poison contient de la sérotonine, de la 5-nucléotidase et de la phosphodiestérase, et peut provoquer une vasoconstriction généralisée et un arrêt cardio-respiratoire. Les raies pastenagues vivent dans les régions sablonneuses des eaux côtières, où elles sont bien cachées, ce qui permet aux baigneurs de marcher facilement dessus sans les voir. La raie réagit en ramenant sa queue avec l'épine en saillie, empalant la pointe dans la chair de la victime. Cela peut provoquer des plaies perçantes dans un membre ou même la pénétration d'un organe interne tel que le péritoine, les poumons, le cœur ou le foie, en particulier chez les enfants. La plaie peut également entraîner de fortes douleurs, un gonflement, un œdème lymphatique et divers symptômes généraux tels que le choc primaire et le collapsus cardio-circulatoire. Une blessure à un organe interne peut entraîner la mort en quelques heures. Les incidents de raies sont parmi les plus fréquents, il y en a environ 750 chaque année aux États-Unis seulement. Ils peuvent également être dangereux pour les pêcheurs, qui doivent immédiatement couper la queue dès que le poisson est ramené à bord. Diverses espèces de raies telles que la torpille et le narcine possèdent sur leur dos des organes électriques qui, lorsqu'ils sont stimulés par le seul toucher, peuvent produire des décharges électriques allant de 8 à 220 volts ; cela peut être suffisant pour étourdir et désactiver temporairement la victime, mais la récupération se fait généralement sans complications.

Osteichthyens. De nombreux poissons de ce phylum ont des épines dorsales, pectorales, caudales et anales qui sont reliées à un système toxique et dont le but principal est la défense. Si le poisson est dérangé ou piétiné ou manipulé par un pêcheur, il érigera les épines, qui peuvent percer la peau et injecter le poison. Il n'est pas rare qu'ils attaquent un plongeur à la recherche de poisson ou s'ils sont dérangés par un contact accidentel. De nombreux incidents de ce genre sont signalés en raison de la large répartition des poissons de ce phylum, qui comprend le poisson-chat, que l'on trouve également en eau douce (Amérique du Sud, Afrique de l'Ouest et Grands Lacs), le poisson scorpion (Scorpaenidae), la vive (Trachin), le crapaud, le poisson chirurgien et autres. Les blessures de ces poissons sont généralement douloureuses, en particulier dans le cas du poisson-chat et de la vive, provoquant une rougeur ou une pâleur, un gonflement, une cyanose, un engourdissement, un œdème lymphatique et une suffusion hémorragique dans la chair environnante. Il existe une possibilité de gangrène ou d'infection phlegmoneuse et de névrite périphérique du même côté que la plaie. D'autres symptômes comprennent des évanouissements, des nausées, un collapsus, un choc primaire, de l'asthme et une perte de conscience. Ils représentent tous un grave danger pour les travailleurs sous-marins. Un poison neurotoxique et hémotoxique a été identifié chez le poisson-chat et, dans le cas de la vive, un certain nombre de substances ont été isolées telles que la 5-hydroxytryptamine, l'histamine et la catécholamine. Certains poissons-chats et astronomes qui vivent en eau douce, ainsi que l'anguille électrique (Electrophorus), ont des organes électriques (voir sous Selachii ci-dessus).

Hydrophiidés. Ce groupe (serpents de mer) se trouve principalement dans les mers autour de l'Indonésie et de la Malaisie ; une cinquantaine d'espèces ont été signalées, dont Pelaniis platurus, Enhydrine schisteuse et Hydrus plature. Le venin de ces serpents est très similaire à celui du cobra, mais il est 20 à 50 fois plus toxique ; il est constitué d'une protéine basique de bas poids moléculaire (érubotoxine) qui agit sur la jonction neuromusculaire en bloquant l'acétylcholine et en provoquant la myolyse. Heureusement, les serpents de mer sont généralement dociles et ne mordent que lorsqu'ils sont piétinés, pressés ou frappés violemment ; de plus, ils injectent peu ou pas de venin de leurs dents. Les pêcheurs sont parmi les plus exposés à ce danger et représentent 90% de tous les incidents signalés, qui résultent soit de marcher sur le serpent au fond de la mer, soit de les rencontrer parmi leurs prises. Les serpents sont probablement responsables de milliers d'accidents du travail attribués aux animaux aquatiques, mais peu d'entre eux sont graves, alors qu'un faible pourcentage seulement des accidents graves s'avèrent mortels. Les symptômes sont généralement légers et non douloureux. Les effets se font généralement sentir dans les deux heures, commençant par des douleurs musculaires, des difficultés de mouvement du cou, un manque de dextérité et un trismus, et parfois des nausées et des vomissements. En quelques heures, une myoglobinurie (présence de protéines complexes dans l'urine) sera observée. La mort peut résulter d'une paralysie des muscles respiratoires, d'une insuffisance rénale due à une nécrose tubulaire ou d'un arrêt cardiaque dû à une hyperkaliémie.

Prévention

Tous les efforts doivent être faits pour éviter tout contact avec les épines de ces animaux lorsqu'ils sont manipulés, à moins de porter des gants solides, et le plus grand soin doit être apporté lorsque vous pataugez ou marchez sur un fond sablonneux. La combinaison humide portée par les plongeurs en peau offre une protection contre les méduses et les divers Coelenterata ainsi que contre les morsures de serpent. Les animaux les plus dangereux et agressifs ne doivent pas être molestés et les zones où il y a des méduses doivent être évitées, car elles sont difficiles à voir. Si un serpent de mer est attrapé sur une ligne, la ligne doit être coupée et le serpent autorisé à partir. Si des requins sont rencontrés, il y a un certain nombre de principes qui doivent être observés. Les gens doivent garder leurs pieds et leurs jambes hors de l'eau, et le bateau doit être ramené doucement sur le rivage et maintenu immobile ; un nageur ne doit pas rester dans l'eau avec un poisson mourant ou avec un poisson qui saigne ; l'attention d'un requin ne doit pas être attirée par l'utilisation de couleurs vives, de bijoux, ou en faisant un bruit ou une explosion, en montrant une lumière vive ou en agitant les mains vers lui. Un plongeur ne doit jamais plonger seul.

 

Noir

Mercredi, Février 16 2011 00: 30

Animaux venimeux terrestres

JA Rioux et B. Juminer*

*Adapté de la 3e édition, Encyclopaedia of Occupational Health and Safety.

Chaque année, des millions de piqûres de scorpion et de réactions anaphylactiques aux piqûres d'insectes peuvent se produire dans le monde entier, causant des dizaines de milliers de décès chez l'homme chaque année. Entre 30,000 45,000 et 35 100 cas de piqûres de scorpion sont signalés chaque année en Tunisie, causant entre XNUMX et XNUMX décès, principalement chez les enfants. L'envenimation (effets toxiques) est un risque professionnel pour les populations agricoles et forestières de ces régions.

Parmi les animaux qui peuvent infliger des blessures à l'homme par l'action de leur venin figurent les invertébrés, tels que Arachnide (araignées, scorpions et araignées solaires), Acariens (tiques et acariens), Chilopoda (scolopendres) et Hexapode (abeilles, guêpes, papillons et moucherons).

Invertébrés

Arachnida (araignées—Aranea)

Toutes les espèces sont venimeuses, mais en pratique seuls quelques types causent des blessures chez l'homme. L'empoisonnement aux araignées peut être de deux types :

    1. Intoxication cutanée, dans laquelle la piqûre est suivie après quelques heures d'un œdème centré autour d'une marque cyanotique, puis d'une cloque ; une nécrose locale étendue peut s'ensuivre et la cicatrisation peut être lente et difficile en cas de morsures d'araignées du genre Lycosa (par exemple, la tarentule).
    2. Intoxication nerveuse due au venin exclusivement neurotoxique des mygales (Latrodectus ctenus), qui produit des lésions graves, avec apparition précoce, tétanie, tremblements, paralysie des extrémités et, éventuellement, choc mortel ; ce type d'intoxication est relativement fréquent chez les travailleurs forestiers et agricoles et est particulièrement grave chez les enfants : en Amazonie, le venin de l'araignée « veuve noire » (Latrodectus mactans) est utilisé pour les flèches empoisonnées.

       

      La prévention Dans les zones où il existe un danger d'araignées venimeuses, les dortoirs devraient être équipés de moustiquaires et les travailleurs devraient être équipés de chaussures et de vêtements de travail offrant une protection adéquate.

      Scorpions (Scorpionides)

      Ces arachnides possèdent une griffe venimeuse pointue à l'extrémité de l'abdomen avec laquelle ils peuvent infliger une piqûre douloureuse dont la gravité varie selon les espèces, la quantité de venin injectée et la saison (la saison la plus dangereuse se situant à la fin de la période d'hibernation des scorpions). Dans la région méditerranéenne, en Amérique du Sud et au Mexique, le scorpion est responsable de plus de décès que les serpents venimeux. De nombreuses espèces sont nocturnes et sont moins agressives le jour. Les espèces les plus dangereuses (Buthidés) se trouvent dans les régions arides et tropicales ; leur venin est neurotrope et hautement toxique. Dans tous les cas, la piqûre de scorpion produit immédiatement des signes locaux intenses (douleur aiguë, inflammation) suivis de manifestations générales telles que tendance à l'évanouissement, salivation, éternuement, larmoiement et diarrhée. L'évolution chez les jeunes enfants est souvent mortelle. Les espèces les plus dangereuses se trouvent parmi les genres Androctonus (Afrique sub-saharienne), Centrurus (Mexique) et Tituus (Brésil). Le scorpion n'attaquera pas spontanément les humains, et ne pique que lorsqu'il se considère en danger, comme lorsqu'il est piégé dans un coin sombre ou lorsque les bottes ou les vêtements dans lesquels il s'est réfugié sont secoués ou enfilés. Les scorpions sont très sensibles aux pesticides halogénés (par exemple, le DDT).

      Araignées solaires (Solpugida)

      Cet ordre d'arachnide se trouve principalement dans les zones steppiques et sous-désertiques telles que le Sahara, les Andes, l'Asie Mineure, le Mexique et le Texas, et est non venimeux ; néanmoins, les araignées solaires sont extrêmement agressives, peuvent mesurer jusqu'à 10 cm de diamètre et avoir une apparence effrayante. Dans des cas exceptionnels, les blessures qu'ils infligent peuvent s'avérer graves du fait de leur multiplicité. Les Solpugidés sont des prédateurs nocturnes et peuvent attaquer un individu endormi.

      Tiques et acariens (Acariens)

      Les tiques sont des arachnides hématophages à tous les stades de leur cycle de vie, et la « salive » qu'elles injectent par leurs organes d'alimentation peut avoir un effet toxique. L'empoisonnement peut être grave, bien que principalement chez les enfants (paralysie des tiques), et peut s'accompagner d'une suppression des réflexes. Dans des cas exceptionnels, la mort peut survenir par paralysie bulbaire (en particulier lorsqu'une tique s'est fixée sur le cuir chevelu). Les acariens ne sont hématophages qu'au stade larvaire et leur piqûre produit une inflammation prurigineuse de la peau. L'incidence des piqûres d'acariens est élevée dans les régions tropicales.

      Traitement. Les tiques doivent être détachées après avoir été anesthésiées avec une goutte de benzène, d'éther éthylique ou de xylène. La prévention repose sur l'utilisation de pesticides organophosphorés répulsifs antiparasitaires.

      Mille-pattes (Chilopodes)

      Les mille-pattes diffèrent des mille-pattes (Diplopoda) en ce qu'ils n'ont qu'une seule paire de pattes par segment corporel et que les appendices du premier segment corporel sont des crocs empoisonnés. Les espèces les plus dangereuses se rencontrent aux Philippines. Le venin de mille-pattes n'a qu'un effet localisé (œdème douloureux).

      Traitement. Les piqûres doivent être traitées avec des applications topiques d'ammoniac dilué, de permanganate ou de lotions à base d'hypochlorite. Des antihistaminiques peuvent également être administrés.

      Insectes (Hexapodes)

      Les insectes peuvent injecter du venin via les pièces buccales (Simuliidae - mouches noires, Culicidae - moustiques, Phlebotomus - phlébotomes) ou via la piqûre (abeilles, guêpes, frelons, fourmis carnivores). Ils peuvent provoquer des éruptions cutanées avec leurs poils (chenilles, papillons), ou ils peuvent produire des cloques par leur hémolymphe (Cantharidae - mouches vésiculeuses et Staphylinidae - staphylins). Les piqûres de mouches noires produisent des lésions nécrotiques, parfois avec des troubles généraux ; les piqûres de moustiques produisent des lésions prurigineuses diffuses. Les piqûres d'hyménoptères (abeilles...) provoquent des douleurs locales intenses avec érythème, œdème et parfois nécrose. Les accidents généraux peuvent résulter d'une sensibilisation ou d'une multiplicité de piqûres (frissons, nausées, dyspnée, frissons des extrémités). Les piqûres au visage ou à la langue sont particulièrement graves et peuvent entraîner la mort par asphyxie due à un œdème glottique. Les chenilles et les papillons peuvent provoquer des lésions cutanées prurigineuses généralisées de type urticarienne ou œdémateuse (œdème de Quincke), parfois accompagnées de conjonctivite. La surinfection n'est pas rare. Le venin des mouches vésiculeuses produit des lésions cutanées vésiculaires ou bulleuses (Poederus). Il y a aussi le danger de complications viscérales (néphrite toxique). Certains insectes tels que les hyménoptères et les chenilles se trouvent dans toutes les régions du monde ; d'autres sous-ordres sont cependant plus localisés. Les papillons dangereux se trouvent principalement en Guyane et en République centrafricaine ; les mouches vésiculeuses se trouvent au Japon, en Amérique du Sud et au Kenya ; les mouches noires vivent dans les régions intertropicales et en Europe centrale ; les phlébotomes se trouvent au Moyen-Orient.

      Prévention. La prévention de premier niveau comprend les moustiquaires et l'application de répulsifs et/ou d'insecticides. Les travailleurs fortement exposés aux piqûres d'insectes peuvent être désensibilisés en cas d'allergie par l'administration de doses de plus en plus importantes d'extrait de corps d'insecte.

       

       

      Noir

      David A. Warrell*

      * Adapté de The Oxford Textbook of Medicine, édité par DJ Weatherall, JGG Ledingham et DA Warrell (2e édition, 1987), pp. 6.66-6.77. Avec l'autorisation d'Oxford University Press.

      Caractéristiques cliniques

      Une proportion de patients mordus par des serpents venimeux (60%), selon les espèces, développeront peu ou pas de signes de symptômes toxiques (envenimation) malgré des marques de perforation indiquant que les crocs du serpent ont pénétré la peau.

      La peur et les effets du traitement, ainsi que le venin du serpent, contribuent aux symptômes et aux signes. Même les patients qui sont pas envenimé peut se sentir rouge, étourdi et essoufflé, avec constriction de la poitrine, palpitations, transpiration et acroparesthésie. Les garrots serrés peuvent produire des membres congestionnés et ischémiques; les incisions locales au site de la morsure peuvent provoquer des saignements et une perte sensorielle; et les plantes médicinales provoquent souvent des vomissements.

      Les premiers symptômes directement attribuables à la morsure sont des douleurs locales et des saignements provenant des perforations des crocs, suivis de douleurs, de sensibilité, d'enflures et d'ecchymoses s'étendant jusqu'au membre, de lymphangite et d'hypertrophie douloureuse des ganglions lymphatiques régionaux. Des syncopes précoces, des vomissements, des coliques, des diarrhées, un angio-œdème et une respiration sifflante peuvent survenir chez les patients mordus par la vipère européenne, Daboia russelii, Bothrops sp, Elapidae australiens et Atractaspis engaddensis. Les nausées et les vomissements sont des symptômes courants d'envenimation grave.

      Types de morsures

      Colubridae (serpents à crocs arrière tels que Dispholidus typus, Thelotornis sp, Rhabdophis sp, Philodryas sp)

      Il y a un gonflement local, un saignement des marques de crocs et parfois (Rhabophis tigrinus) évanouissement. Ultérieurement, des vomissements, des coliques, des douleurs abdominales et des maux de tête, ainsi que des saignements systémiques étendus avec des ecchymoses étendues (ecchymoses), du sang incoagulable, une hémolyse intravasculaire et une insuffisance rénale peuvent se développer. L'envenimation peut se développer lentement sur plusieurs jours.

      Atractaspididae (aspics fouisseurs, serpent noir du Natal)

      Les effets locaux comprennent la douleur, l'enflure, la formation de cloques, la nécrose et l'hypertrophie douloureuse des ganglions lymphatiques locaux. Des symptômes gastro-intestinaux violents (nausées, vomissements et diarrhée), une anaphylaxie (dyspnée, insuffisance respiratoire, choc) et des modifications de l'ECG (bloc AV, ST, modifications de l'onde T) ont été décrits chez des patients envenimés par A. engadensis.

      Elapidae (cobras, kraits, mambas, serpents corail et serpents venimeux australiens)

      Les morsures de kraits, de mambas, de serpents corail et de certains cobras (ex. Naja haje et N. nivea) produisent des effets locaux minimes, alors que les morsures de cobras cracheurs africains (N. nigricollis, N. mossambica, etc.) et cobras asiatiques (N. naja, N. kaouthia, N. sumatrana, etc.) provoquent un gonflement local sensible qui peut être étendu, des cloques et une nécrose superficielle.

      Les premiers symptômes de neurotoxicité avant l'apparition de signes neurologiques objectifs comprennent des vomissements, une « lourdeur » des paupières, une vision floue, des fasciculations, des paresthésies autour de la bouche, une hyperacousie, des maux de tête, des étourdissements, des vertiges, une hypersalivation, une conjonctive congestionnée et une « chair de poule ». La paralysie commence par un ptosis et une ophtalmoplégie externe apparaissant dès 15 minutes après la morsure, mais parfois retardée de dix heures ou plus. Plus tard, le visage, le palais, les mâchoires, la langue, les cordes vocales, les muscles du cou et les muscles de la déglutition deviennent progressivement paralysés. L'insuffisance respiratoire peut être précipitée par une obstruction des voies respiratoires supérieures à ce stade, ou plus tard après une paralysie des muscles intercostaux, du diaphragme et des muscles respiratoires accessoires. Les effets neurotoxiques sont complètement réversibles, soit de manière aiguë en réponse à l'antivenin ou aux anticholinestérasiques (par exemple, suite à des morsures de cobras asiatiques, certains serpents corail d'Amérique latine—Micrure, et les additionneurs de mort australiens—acanthophis) ou ils peuvent disparaître spontanément en un à sept jours.

      L'envenimation par les serpents australiens provoque des vomissements précoces, des céphalées et des attaques syncopales, une neurotoxicité, des troubles hémostatiques et, chez certaines espèces, des modifications de l'ECG, une rhabdomyolyse généralisée et une insuffisance rénale. Une hypertrophie douloureuse des ganglions lymphatiques régionaux suggère un envenimement systémique imminent, mais les signes locaux sont généralement absents ou légers, sauf après des morsures par pseudochis sp.

       

      Ophtalmie au venin causée par des élapidés « crachant »

      Les patients « crachés » en crachant des élapidés ressentent des douleurs oculaires intenses, une conjonctivite, un blépharospasme, un œdème palpébral et une leucorrhée. Les érosions cornéennes sont détectables chez plus de la moitié des patients crachés par N. nigricollis. Rarement, le venin est absorbé dans la chambre antérieure, provoquant un hypopyon et une uvéite antérieure. L'infection secondaire des abrasions cornéennes peut entraîner des opacités cécitantes permanentes ou une panophtalmie.

      Viperidae (vipères, additionneurs, crotales, vipères à tête de lance, mocassins et vipères)

      L'envenimation locale est relativement sévère. Le gonflement peut devenir détectable en 15 minutes mais est parfois retardé de plusieurs heures. Il se propage rapidement et peut impliquer tout le membre et le tronc adjacent. Il existe une douleur et une sensibilité associées dans les ganglions lymphatiques régionaux. Des ecchymoses, des cloques et des nécroses peuvent apparaître au cours des prochains jours. La nécrose est particulièrement fréquente et sévère suite à des morsures de certains crotales, vipères à tête lancéolée (genre Bothrops), vipères asiatiques et vipères africaines (genre Échis et Bite). Lorsque le tissu envenimé est contenu dans un compartiment fascial serré tel que l'espace pulpaire des doigts ou des orteils ou le compartiment tibial antérieur, une ischémie peut en résulter. S'il n'y a pas de gonflement deux heures après une morsure de vipère, il est généralement prudent de supposer qu'il n'y a pas eu d'envenimation. Cependant, l'envenimation mortelle par quelques espèces peut survenir en l'absence de signes locaux (p. Crotalus durissus terrificus, C. scutulatus et la vipère de Burmese Russell).

      Les anomalies de la pression artérielle sont une caractéristique constante de l'envenimation par les Viperidae. Des saignements persistants provenant de plaies de ponction de crocs, de points de ponction veineuse ou d'injection, d'autres plaies nouvelles et partiellement cicatrisées et post-partum, suggèrent que le sang est incoagulable. Les hémorragies systémiques spontanées sont le plus souvent détectées au niveau des gencives, mais peuvent également se traduire par des épistaxis, des hématémèses, des ecchymoses cutanées, des hémoptysies, des hémorragies sous-conjonctivales, rétropéritonéales et intracrâniennes. Les patients envenimés par la vipère de Burmese Russell peuvent saigner dans l'hypophyse antérieure (syndrome de Sheehan).

      L'hypotension et le choc sont fréquents chez les patients mordus par certains crotales nord-américains (p. C. adamanteus, C. atrox et C. scutulatus), Bothrops, Daboia et Vipera espèces (par exemple, V. palestinae et V. berus). La pression veineuse centrale est généralement basse et le pouls rapide, suggérant une hypovolémie, dont la cause habituelle est une extravasation de liquide dans le membre mordu. Les patients envenimés par les vipères de Burmese Russell montrent des signes de perméabilité vasculaire généralement accrue. Une atteinte directe du muscle cardiaque est suggérée par un ECG anormal ou une arythmie cardiaque. Patients envenimés par certaines espèces du genre Vipera et Bothrops peuvent présenter des crises d'évanouissement transitoires récurrentes associées aux caractéristiques d'une réaction autopharmacologique ou anaphylactique telles que vomissements, transpiration, coliques, diarrhée, choc et angio-œdème, apparaissant aussi tôt que cinq minutes ou aussi tard que plusieurs heures après la morsure.

      L'insuffisance rénale (rénale) est la principale cause de décès chez les patients envenimés par les vipères de Russell qui peuvent devenir oliguriques quelques heures après la morsure et présenter des douleurs lombaires évoquant une ischémie rénale. L'insuffisance rénale est également une caractéristique de l'envenimation par Bothrops espèces et C. d. formidable.

      La neurotoxicité, ressemblant à celle observée chez les patients mordus par des Elapidae, est observée après des morsures par C. d. terrificus, Gloydius blomhofii, Bitis atropos et sri-lankais D. russelii pulchella. Il peut y avoir des signes de rhabdomyolyse généralisée. L'évolution vers une paralysie respiratoire ou généralisée est inhabituelle.

      Enquêtes de laboratoire

      Le nombre de neutrophiles périphériques est élevé à 20,000 XNUMX cellules par microlitre ou plus chez les patients gravement envenimés. Hémoconcentration initiale, résultant d'une extravasation de plasma (Crotalus espèces et birmans D. russelii), est suivie d'une anémie par saignement ou, plus rarement, d'une hémolyse. La thrombocytopénie est fréquente à la suite de morsures de vipères (p. ex., C. rhodostoma, Crotalus viridis helleri) et certains Viperidae (par exemple, Bitis Ariétans et D. russelii), mais est inhabituel après des piqûres d'espèces d'Echis. Un test utile pour la défibrin(ogen)ation induite par le venin est le simple test de coagulation du sang total. Quelques millilitres de sang veineux sont placés dans un nouveau tube à essai en verre propre et sec, laissé au repos pendant 20 minutes à température ambiante, puis basculé pour voir s'il a coagulé ou non. Le sang incoagulable indique un envenimement systémique et peut être le diagnostic d'une espèce particulière (par exemple l'espèce Echis en Afrique). Les patients atteints de rhabdomyolyse généralisée présentent une forte augmentation de la créatine kinase sérique, de la myoglobine et du potassium. Une urine noire ou brune évoque une rhabdomyolyse généralisée ou une hémolyse intravasculaire. Les concentrations d'enzymes sériques telles que la créatine phosphokinase et l'aspartate aminotransférase sont modérément élevées chez les patients présentant une envenimation locale sévère, probablement en raison de lésions musculaires locales au site de la morsure. L'urine doit être examinée pour le sang/l'hémoglobine, la myoglobine et les protéines et pour l'hématurie microscopique et les cylindres de globules rouges.

      Traitement

      Premiers secours

      Les patients doivent être déplacés vers l'établissement médical le plus proche aussi rapidement et confortablement que possible, en évitant tout mouvement du membre mordu, qui doit être immobilisé avec une attelle ou une écharpe.

      La plupart des méthodes de premiers secours traditionnelles sont potentiellement nocives et ne doivent pas être utilisées. Les incisions locales et l'aspiration peuvent introduire une infection, endommager les tissus et provoquer des saignements persistants, et il est peu probable qu'elles éliminent beaucoup de venin de la plaie. La méthode de l'extracteur sous vide présente un avantage non prouvé chez les patients humains et pourrait endommager les tissus mous. Le permanganate de potassium et la cryothérapie potentialisent la nécrose locale. Le choc électrique est potentiellement dangereux et ne s'est pas avéré bénéfique. Les garrots et les bandes de compression peuvent provoquer une gangrène, une fibrinolyse, des paralysies des nerfs périphériques et une augmentation de l'envenimation locale dans le membre occlus.

      La méthode d'immobilisation par pression consiste à appliquer un bandage ferme mais non serré sur tout le membre mordu avec un bandage en crêpe de 4 à 5 m de long sur 10 cm de large en commençant par le site de la morsure et en incorporant une attelle. Chez les animaux, cette méthode s'est avérée efficace pour empêcher l'absorption systémique d'élapidés australiens et d'autres venins, mais chez l'homme, elle n'a pas fait l'objet d'essais cliniques. L'immobilisation par pression est recommandée pour les morsures de serpents à venins neurotoxiques (p. Élapidés, Hydrophiidés) mais pas lorsque l'enflure et la nécrose locales peuvent être un problème (p. ex., Viperidae).

      Poursuivre, capturer ou tuer le serpent ne doit pas être encouragé, mais si le serpent a déjà été tué, il doit être emmené avec le patient à l'hôpital. Il ne doit pas être touché à mains nues, car des morsures réflexes peuvent se produire même après que le serpent soit apparemment mort.

      Les patients transportés à l'hôpital doivent être couchés sur le côté pour éviter l'aspiration de vomi. Les vomissements persistants sont traités avec de la chlorpromazine par injection intraveineuse (25 à 50 mg pour les adultes, 1 mg/kg de poids corporel pour les enfants). Syncope, choc, angio-œdème et autres symptômes anaphylactiques (autopharmacologiques) sont traités avec 0.1 % d'adrénaline par injection sous-cutanée (0.5 ml pour les adultes, 0.01 ml/kg de poids corporel pour les enfants) et un antihistaminique tel que le maléate de chlorphéniramine est administré par voie lente. injection intraveineuse (10 mg pour les adultes, 0.2 mg/kg de poids corporel pour les enfants). Les patients dont le sang est incoagulable développent de gros hématomes après des injections intramusculaires et sous-cutanées ; la voie intraveineuse doit être utilisée dans la mesure du possible. La détresse respiratoire et la cyanose sont traitées en établissant une voie aérienne, en donnant de l'oxygène et, si nécessaire, une ventilation assistée. Si le patient est inconscient et qu'aucun pouls fémoral ou carotidien ne peut être détecté, la réanimation cardiorespiratoire (RCP) doit être commencée immédiatement.

      Traitement hospitalier

      Évaluation clinique

      Dans la plupart des cas de morsure de serpent, il existe des incertitudes quant à l'espèce responsable ainsi qu'à la quantité et à la composition du venin injecté. Idéalement, les patients devraient donc être admis à l'hôpital pour au moins 24 heures d'observation. Le gonflement local est généralement détectable dans les 15 minutes suivant un envenimement important par la vipère et dans les deux heures suivant l'envenimement par la plupart des autres serpents. Les morsures de kraits (Bungarus), de serpents corail (Micrurus, Micruroides), de certains autres élapidés et serpents de mer peuvent ne provoquer aucun envenimement local. Les marques de crocs sont parfois invisibles. La douleur et l'hypertrophie douloureuse des ganglions lymphatiques drainant la zone mordue sont un signe précoce d'envenimation par les Viperidae, certains Elapidae et les élapidés d'Australasie. Toutes les alvéoles dentaires du patient doivent être examinées méticuleusement, car c'est généralement le premier site au niveau duquel un saignement spontané peut être détecté cliniquement ; d'autres sites communs sont le nez, les yeux (conjonctives), la peau et le tractus gastro-intestinal. Le saignement des sites de ponction veineuse et d'autres plaies implique du sang incoagulable. L'hypotension et le choc sont des signes importants d'hypovolémie ou de cardiotoxicité, observés en particulier chez les patients mordus par des crotales nord-américains et certaines Viperinae (p. ex., V berus, D russelii, V palaestinae). Le ptosis (p. ex., affaissement de la paupière) est le premier signe d'envenimation neurotoxique. La puissance des muscles respiratoires doit être évaluée objectivement, par exemple en mesurant la capacité vitale. Un trismus, une sensibilité musculaire généralisée et une urine noir brunâtre évoquent une rhabdomyolyse (Hydrophiidae). Si un venin procoagulant est suspecté, la coagulabilité du sang total doit être vérifiée au chevet du patient à l'aide du test de coagulation du sang total de 20 minutes.

      La tension artérielle, le pouls, la fréquence respiratoire, le niveau de conscience, la présence/l'absence de ptose, l'étendue du gonflement local et tout nouveau symptôme doivent être enregistrés à intervalles fréquents.

      Traitement antivenimeux

      La décision la plus importante est de donner ou non un antivenin, car c'est le seul antidote spécifique. Il existe maintenant des preuves convaincantes que chez les patients atteints d'envenimation grave, les avantages de ce traitement l'emportent de loin sur le risque de réactions antivenimeuses (voir ci-dessous).

      Indications générales de l'antivenin

      L'antivenin est indiqué s'il y a des signes d'envenimation systémique tels que :

        1. anomalies hémostatiques telles que saignement systémique spontané, sang incoagulable ou thrombocytopénie profonde (50/lx 10-9)
        2. neurotoxicité
        3. hypotension et choc, ECG anormal ou autre signe de dysfonctionnement cardiovasculaire
        4. troubles de la conscience quelle qu'en soit la cause
        5. rhabdomyolyse généralisée.

                 

                Les preuves à l'appui d'une envenimation grave sont une leucocytose des neutrophiles, une élévation des enzymes sériques telles que la créatine kinase et les aminotransférases, une hémoconcentration, une anémie sévère, une myoglobinurie, une hémoglobinurie, une méthémoglobinurie, une hypoxémie ou une acidose.

                En l'absence d'envenimation systémique, un gonflement local impliquant plus de la moitié du membre mordu, des cloques ou des ecchymoses étendues, des morsures sur les doigts et une progression rapide du gonflement sont des indications pour l'antivenin, en particulier chez les patients mordus par des espèces dont les venins sont connus pour provoquer une nécrose locale ( ex. Viperidae, cobras asiatiques et cobras cracheurs africains).

                Indications spéciales pour l'antivenin

                Certains pays développés ont les moyens financiers et techniques pour un plus large éventail d'indications :

                États-Unis et Canada : Après les morsures des crotales les plus dangereux (C. atrox, C. adamanteus, C. viridis, C. horridus et C. scutulatus) un traitement antivenimeux précoce est recommandé avant que l'envenimation systémique ne soit évidente. La propagation rapide d'un gonflement local est considérée comme une indication de l'antivenin, de même que la douleur immédiate ou tout autre symptôme ou signe d'envenimation après des morsures de serpents corail (euryxanthus microroïdes et Microcrurus fulvius).

                Australie: L'antivenin est recommandé pour les patients avec une morsure de serpent avérée ou suspectée s'il existe des ganglions lymphatiques régionaux sensibles ou d'autres signes de propagation systémique du venin, et chez toute personne effectivement mordue par une espèce hautement venimeuse identifiée.

                Europe: (Supplément : Brosse Vipera et autres vipères européennes) : l'antivenin est indiqué pour prévenir la morbidité et réduire la durée de la convalescence chez les patients atteints d'envenimation modérément sévère ainsi que pour sauver la vie des patients gravement envenimés. Les indications sont :

                  1. baisse de la pression artérielle (systolique à moins de 80 mmHg, ou de plus de 50 mmHg par rapport à la valeur normale ou à l'admission) avec ou sans signes de choc
                  2. autres signes d'envenimation systémique (voir ci-dessus), y compris saignement spontané, coagulopathie, œdème pulmonaire ou hémorragie (mis en évidence par une radiographie pulmonaire), anomalies de l'ECG et une leucocytose périphérique certaine (plus de 15,000 XNUMX/μl) et élévation de la créatine kinase sérique
                  3. envenimation locale sévère - gonflement de plus de la moitié du membre mordu se développant dans les 48 heures suivant la morsure - même en l'absence d'envenimation systémique
                  4. chez les adultes, gonflement s'étendant au-delà du poignet après des morsures à la main ou au-delà de la cheville après des morsures au pied dans les quatre heures suivant la morsure.

                         

                        Les patients mordus par la vipère européenne qui présentent des signes d'envenimation doivent être hospitalisés pour observation pendant au moins 24 heures. L'antivenin doit être administré chaque fois qu'il existe des signes d'envenimation systémique - (1) ou (2) ci-dessus - même si son apparition est retardée de plusieurs jours après la morsure.

                        Prédiction des réactions antivenimeuses

                        Il est important de réaliser que la plupart des réactions antivenimeuses ne sont pas causées par une hypersensibilité acquise médiée par les IgE de type I, mais par l'activation du complément par des agrégats d'IgG ou des fragments Fc. Les tests cutanés et conjonctivaux ne prédisent pas les réactions antivenimeuses précoces (anaphylactiques) ou tardives (type maladie sérique) mais retardent le traitement et peuvent sensibiliser le patient. Ils ne doivent pas être utilisés.

                        Contre-indications à l'antivenin

                        Les patients ayant des antécédents de réactions à l'antisérum équin souffrent d'une incidence et d'une gravité accrues des réactions lorsqu'ils reçoivent un antivenin équin. Les sujets atopiques n'ont pas de risque accru de réactions, mais s'ils développent une réaction, celle-ci est susceptible d'être sévère. Dans de tels cas, les réactions peuvent être prévenues ou améliorées par un prétraitement avec de l'adrénaline sous-cutanée, un antihistaminique et de l'hydrocortisone, ou par une perfusion intraveineuse continue d'adrénaline pendant l'administration de l'antivenin. Une désensibilisation rapide n'est pas recommandée.

                        Sélection et administration d'antivenin

                        L'antivenin ne doit être administré que si sa plage de spécificité déclarée inclut l'espèce responsable de la morsure. Les solutions opaques doivent être jetées, car la précipitation des protéines indique une perte d'activité et un risque accru de réactions. L'antivenin monospécifique (monovalent) est idéal si l'espèce piqueuse est connue. Les antivenins polyspécifiques (polyvalents) sont utilisés dans de nombreux pays car il est difficile d'identifier le serpent responsable. Les sérums antivenimeux polyspécifiques peuvent être tout aussi efficaces que les sérums monospécifiques, mais contiennent une activité de neutralisation du venin moins spécifique par unité de poids d'immunoglobuline. Outre les venins utilisés pour immuniser l'animal chez lequel l'antivenin a été produit, d'autres venins peuvent être couverts par une neutralisation paraspécifique (par exemple, les venins d'Hydrophiidae par le serpent tigre -Notechis scutatus—antivenin).

                        Le traitement antivenimeux est indiqué tant que les signes d'envenimation systémique persistent (c'est-à-dire pendant plusieurs jours) mais idéalement il doit être administré dès l'apparition de ces signes. La voie intraveineuse est la plus efficace. La perfusion d'antivenin dilué dans environ 5 ml de liquide isotonique/kg de poids corporel est plus facile à contrôler que l'injection intraveineuse « poussée » d'antivenin non dilué administrée à raison d'environ 4 ml/min, mais il n'y a pas de différence dans l'incidence ou la gravité des réactions antivenimeuses chez les patients traités par ces deux méthodes.

                        Dose d'antivenin

                        Les recommandations des fabricants sont basées sur des tests de protection de la souris et peuvent être trompeuses. Des essais cliniques sont nécessaires pour établir les doses initiales appropriées des principaux sérums antivenimeux. Dans la plupart des pays, la dose d'antivenin est empirique. Les enfants doivent recevoir la même dose que les adultes.

                        Réponse à l'antivenin

                        Une amélioration symptomatique marquée peut être observée peu de temps après l'injection de l'antivenin. Chez les patients en état de choc, la tension artérielle peut augmenter et la conscience revenir (C. rhodostome, V. bérus, Bitis arietans). Les signes neurotoxiques peuvent s'améliorer en 30 minutes (acanthophis sp, N. Kaouthia), mais cela prend généralement plusieurs heures. Les saignements systémiques spontanés s'arrêtent généralement dans les 15 à 30 minutes et la coagulabilité du sang est rétablie dans les six heures suivant l'antivenin, à condition qu'une dose neutralisante ait été administrée. Davantage d'antivenin doit être administré si des signes graves d'envenimation persistent après une à deux heures ou si la coagulabilité du sang n'est pas rétablie dans les six heures environ. L'envenimation systémique peut réapparaître des heures ou des jours après une bonne réponse initiale à l'antivenin. Cela s'explique par l'absorption continue du venin du site d'injection et la clairance de l'antivenin de la circulation sanguine. Les demi-vies sériques apparentes du F(ab') équin2 les antivenins chez les patients envenimés varient de 26 à 95 heures. Les patients envenimés doivent donc être évalués quotidiennement pendant au moins trois ou quatre jours.

                        Réactions antivenimeuses

                        • Réactions précoces (anaphylactiques) développer dans les 10 à 180 minutes suivant le début de l'antivenin chez 3 à 84 % des patients. L'incidence augmente avec la dose et diminue lorsqu'un antivenin plus raffiné est utilisé et que l'administration se fait par injection intramusculaire plutôt qu'intraveineuse. Les symptômes sont les démangeaisons, l'urticaire, la toux, les nausées, les vomissements, d'autres manifestations de stimulation du système nerveux autonome, la fièvre, la tachycardie, le bronchospasme et le choc. Très peu de ces réactions peuvent être attribuées à une hypersensibilité acquise médiée par les IgE de type I.
                        • Réactions pyrogènes résulter de la contamination de l'antivenin par des endotoxines. De la fièvre, des frissons, une vasodilatation et une chute de la tension artérielle se développent une à deux heures après le traitement. Chez les enfants, des convulsions fébriles peuvent être précipitées.
                        • Réactions tardives de type maladie sérique (complexe immun) peut se développer 5 à 24 (moyenne 7) jours après l'antivenin. L'incidence de ces réactions et la vitesse de leur développement augmentent avec la dose d'antivenin. Les caractéristiques cliniques comprennent la fièvre, les démangeaisons, l'urticaire, l'arthralgie (y compris l'articulation temporo-mandibulaire), la lymphadénopathie, les gonflements périarticulaires, la mononévrite multiple, l'albuminurie et, rarement, l'encéphalopathie.

                         

                        Traitement des réactions antivenimeuses

                        L'adrénaline (épinéphrine) est le traitement efficace des réactions précoces; 0.5 à 1.0 ml de 0.1 % (1 sur 1000, 1 mg/ml) est administré par injection sous-cutanée à des adultes (enfants 0.01 ml/kg) dès les premiers signes de réaction. La dose peut être répétée si la réaction n'est pas contrôlée. Un antihistaminique H1 antagoniste, tel que le maléate de chlorphéniramine (10 mg pour les adultes, 0.2 mg/kg pour les enfants) doit être administré par voie intraveineuse pour lutter contre les effets de la libération d'histamine au cours de la réaction. Les réactions pyrogènes sont traitées en refroidissant le patient et en lui administrant des antipyrétiques (paracétamol). Les réactions tardives répondent à un antihistaminique oral tel que la chlorphéniramine (2 mg toutes les six heures chez l'adulte, 0.25 mg/kg/jour en doses fractionnées chez l'enfant) ou à la prednisolone orale (5 mg toutes les six heures pendant cinq à sept jours chez l'adulte, 0.7 mg/kg/jour en doses fractionnées pour les enfants).

                        Traitement de soutien

                        Envenimation neurotoxique

                        La paralysie bulbaire et respiratoire peut entraîner la mort par aspiration, obstruction des voies respiratoires ou insuffisance respiratoire. Une voie aérienne dégagée doit être maintenue et, si une détresse respiratoire se développe, un tube endotrachéal à ballonnet doit être inséré ou une trachéotomie effectuée. Les anticholinestérases ont un effet variable mais potentiellement utile chez les patients atteints d'envenimation neurotoxique, en particulier lorsque des neurotoxines post-synaptiques sont impliquées. Le "Tensilon test" doit être fait dans tous les cas d'envenimation neurotoxique sévère comme en cas de suspicion de myasthénie grave. Le sulfate d'atropine (0.6 mg pour les adultes, 50 μg/kg de poids corporel pour les enfants) est administré par injection intraveineuse (pour bloquer les effets muscariniques de l'acétylcholine) suivie d'une injection intraveineuse de chlorure d'édrophonium (10 mg pour les adultes, 0.25 mg/kg pour les enfants ). Les patients qui répondent de manière convaincante peuvent être maintenus sous néostigmine méthylsulfate (50 à 100 μg/kg de poids corporel) et atropine, toutes les quatre heures ou en perfusion continue.

                        Hypotension et choc

                        Si la pression veineuse jugulaire ou centrale est basse ou s'il existe d'autres signes cliniques d'hypovolémie ou d'exsanguination, un expanseur de plasma, de préférence du sang total frais ou du plasma frais congelé, doit être perfusé. En cas d'hypotension persistante ou profonde ou de signes d'augmentation de la perméabilité capillaire (par exemple, œdème facial et conjonctival, épanchements séreux, hémoconcentration, hypoalbuminémie), un vasoconstricteur sélectif tel que la dopamine (dose initiale de 2.5 à 5 μg/kg de poids corporel/min en perfusion dans une veine centrale) doit être utilisé.

                        Oligurie et insuffisance rénale

                        Le débit urinaire, la créatinine sérique, l'urée et les électrolytes doivent être mesurés chaque jour chez les patients présentant une envenimation grave et chez ceux mordus par des espèces connues pour provoquer une insuffisance rénale (p. Drusselii, C. d. Terrificus, Bothrops espèces, serpents de mer). Si le débit urinaire chute en dessous de 400 ml en 24 heures, des cathéters urétraux et veineux centraux doivent être insérés. Si le débit urinaire ne parvient pas à augmenter après une réhydratation prudente et des diurétiques (p. ex., furosémide jusqu'à 1000 mg par perfusion intraveineuse), la dopamine (2.5 μg/kg de poids corporel/min par perfusion intraveineuse) doit être essayée et le patient placé sous strict équilibre hydrique. Si ces mesures sont inefficaces, une péritonéale ou une hémodialyse ou une hémofiltration sont généralement nécessaires.

                        Infection locale au site de la morsure

                        Morsures par certaines espèces (p. Bothrops sp, C. rhodostome) semblent particulièrement susceptibles d'être compliquées par des infections locales causées par des bactéries présentes dans le venin du serpent ou sur ses crocs. Ceux-ci doivent être prévenus avec de la pénicilline, du chloramphénicol ou de l'érythromycine et une dose de rappel d'anatoxine tétanique, surtout si la plaie a été incisée ou altérée de quelque manière que ce soit. Un aminoglycoside tel que la gentamicine et le métronidazole doit être ajouté s'il existe des signes de nécrose locale.

                        Gestion des envenimations locales

                        Les bulles peuvent être drainées avec une aiguille fine. Le membre mordu doit être soigné dans la position la plus confortable. Dès l'apparition de signes nets de nécrose (zone d'anesthésie noircie avec odeur putride ou signes de desquamation), un débridement chirurgical, une greffe de peau fendue immédiate et une couverture antimicrobienne à large spectre sont indiqués. Une pression accrue dans des compartiments fasciaux étroits tels que les espaces pulpaires digitaux et le compartiment tibial antérieur peut provoquer des lésions ischémiques. Cette complication survient très probablement après des morsures de crotales nord-américains tels que C. adamanteus, Calloselasma rhodostoma, Trimeresurus flavoviridis, Bothrops sp et Bitis Ariétans. Les signes sont des douleurs excessives, une faiblesse des muscles des loges et des douleurs lors de leur étirement passif, une hypoesthésie des zones cutanées alimentées par les nerfs traversant la loge et une tension évidente de la loge. La détection des pouls artériels (par exemple, par échographie Doppler) n'exclut pas l'ischémie intracompartimentale. Les pressions intracompartimentales supérieures à 45 mm Hg sont associées à un risque élevé de nécrose ischémique. Dans ces circonstances, une fasciotomie peut être envisagée mais ne doit pas être tentée avant la coagulabilité du sang et une numération plaquettaire supérieure à 50,000 XNUMX/μl ont été restaurés. Un traitement antivenimeux précoce et adéquat empêchera le développement de syndromes intracompartimentaux dans la plupart des cas.

                        Troubles hémostatiques

                        Une fois qu'un antivenin spécifique a été administré pour neutraliser les procoagulants du venin, la restauration de la coagulabilité et de la fonction plaquettaire peut être accélérée en donnant du sang total frais, du plasma frais congelé, des cryoprécipités (contenant du fibrinogène, du facteur VIII, de la fibronectine et certains facteurs V et XIII) ou des concentrés plaquettaires. L'héparine ne doit pas être utilisée. Les corticoïdes n'ont pas leur place dans le traitement des envenimations.

                        Traitement de l'ophtalmie au venin de serpent

                        Lorsque le venin de cobra est « craché » dans les yeux, les premiers soins consistent en une irrigation avec des volumes généreux d'eau ou de tout autre liquide fade disponible. Des gouttes d'adrénaline (0.1 %) peuvent soulager la douleur. À moins qu'une abrasion cornéenne puisse être exclue par une coloration à la fluorescéine ou un examen à la lampe à fente, le traitement doit être le même que pour toute lésion cornéenne : un antimicrobien topique tel que la tétracycline ou le chloramphénicol doit être appliqué. L'instillation d'antivenin dilué n'est actuellement pas recommandée.

                         

                        Noir

                        " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                        Table des matières

                        Références sur les risques biologiques

                        Brock, TD et MT Madigan. 1988. Biologie des micro-organismes. Londres : Prentice Hall.

                        Burrell, R. 1991. Agents microbiologiques comme risques pour la santé dans l'air intérieur. Environ Health Persp 95:29-34.

                        Dahl, S, JT Mortensen et K Rasmussen. 1994. Maladie des emballeurs de fromages : affections respiratoires dans une fromagerie d'emballage de fromages. Ugeskrift pour Laeger 156(4):5862-5865.

                        Dutkiewicz, J.1994. Bactéries, champignons et endotoxines en tant qu'agents potentiels de risque professionnel dans une usine de transformation de pommes de terre. Am J Ind Med 25(1):43-46.

                        Dutkiewicz, J, L Jablonski et SA Olenchock. 1988. Risques biologiques professionnels. Une critique. Am J Ind Med 14:605-623.

                        Fox, JG et NS Lipman. 1991. Infections transmises par de grands et petits animaux de laboratoire. Dis Clin North Am 5:131-63.

                        Hewitt, JB, ST Misner et PF Levin. 1993. Risques pour la santé des soins infirmiers; identifier les dangers sur le lieu de travail et réduire les risques. Infirmières de la santé 4(2):320-327.

                        Hoglund, S. 1990. Programme de santé et de sécurité des agriculteurs en Suède. Am J Ind Med 18(4):371-378.

                        Jacjels, R. 1985. Dangers pour la santé des composants chimiques naturels et introduits des bois de construction navale. Am J Ind Med 8(3):241-251.

                        Kolmodin Hedman, B, G Blomquist et E Sikstorm. 1986. Exposition aux moisissures chez le personnel des musées. Int Arch Occup Environ Health 57(4):321-323.

                        Olcerst, RB. 1987. Microscopes et infections oculaires. Am Ind Hyg Assoc J 48(5):425-431.

                        Pitlik, S, SA Berger et D Huminer. 1987. Infections non entériques acquises par contact avec l'eau. Rev Infect Dis 9(1):54-63.

                        Rioux, AJ et B Juminer. 1983. Animaux venimeux. Dans Encyclopaedia of Occupational Health and Safety (3e éd.), édité par L Parmeggiani. Genève : OIT.

                        Sterling, TD, C Collett et D Rumel. 1991. Épidémiologie des bâtiments malades (en portugais). Rev Sauda Publica 25(1):56-63.

                        Van Eeden, PJ, JR Joubert, BW Van De Wal, JB King, A De Kock et JH Groenewald. 1985.
                        Une épidémie nosocomiale de fièvre hémorragique de Crimée-Congo à l'hôpital de Tyberg : Partie 1, Caractéristiques cliniques. S Afr Med J (SAMJ) 68(9):711-717.

                        Weatherall, DJ, JGG Ledingham et DA Warrell (eds.). 1987. Le manuel de médecine d'Oxford. 2e édition. Oxford : OUP.

                        Organisation mondiale de la santé (OMS). 1995. OMS XVII santé et sécurité au travail. Dans Recueil international de législation sanitaire Genève : OMS.

                        Zejda, JE, HH McDuffie et JA Dosman. 1993. Épidémiologie des risques pour la santé et la sécurité dans l'agriculture et les industries connexes. Applications pratiques pour les médecins ruraux. Western J Med 158(1):56-63.