Jeudi, Mars 24 2011 14: 41

Divertissement et arts

Évaluer cet élément
(2 votes)

Le divertissement et les arts font partie de l'histoire de l'humanité depuis que les peuples préhistoriques ont dessiné des peintures rupestres d'animaux qu'ils chassaient ou interprétaient en chantant et en dansant le succès de la chasse. Depuis les temps les plus reculés, chaque culture a eu son propre style d'arts visuels et d'arts du spectacle et a décoré des objets du quotidien comme des vêtements, de la poterie et des meubles. La technologie moderne et l'augmentation du temps libre ont conduit une grande partie de l'économie mondiale à se consacrer à la satisfaction du besoin des gens de voir ou de posséder de beaux objets et de se divertir.

L'industrie du divertissement est un groupement divers d'institutions non commerciales et d'entreprises commerciales qui offrent ces activités culturelles, de divertissement et récréatives aux gens. En revanche, les artistes et les artisans sont des travailleurs qui créent des œuvres d'art ou de l'artisanat pour leur propre plaisir ou pour la vente. Ils travaillent généralement seuls ou en groupes de moins de dix personnes, souvent organisés autour de familles.

Les personnes qui rendent ce divertissement et cet art possibles - artistes et artisans, acteurs, musiciens, artistes de cirque, préposés aux parcs, conservateurs de musée, sportifs professionnels, techniciens et autres - sont souvent confrontées à des risques professionnels pouvant entraîner des blessures et des maladies. Ce chapitre traitera de la nature de ces risques professionnels. Il ne traitera pas des risques pour les personnes qui pratiquent l'art et l'artisanat comme passe-temps ou qui assistent à ces événements de divertissement, bien que dans de nombreux cas, les risques soient similaires.

Le divertissement et les arts peuvent être considérés comme un microcosme de toutes les industries. Les risques professionnels rencontrés sont, dans la plupart des cas, similaires à ceux rencontrés dans les industries plus conventionnelles, et les mêmes types de précautions peuvent être utilisées, bien que les coûts puissent être des facteurs prohibitifs pour certains contrôles techniques dans les arts et l'artisanat. Dans ces cas, l'accent devrait être mis sur la substitution de matériaux et de processus plus sûrs. Le tableau 1 énumère les types de précautions standard associés aux divers dangers rencontrés dans les industries des arts et du divertissement.

Tableau 1. Précautions associées aux dangers dans les industries des arts et du spectacle.

Danger

Précautions :

Risques chimiques

Général

Formation aux risques et précautions

Remplacement de matériaux plus sûrs

Contrôles d'ingénierie

Stockage et manipulation adéquats

Ne pas manger, boire ou fumer dans les zones de travail

Équipement de protection individuelle

Procédures de contrôle des déversements et des fuites

Élimination sécuritaire des matières dangereuses

Contaminants en suspension dans l'air

(vapeurs, gaz, brouillards de pulvérisation, brouillards, poussières, vapeurs, fumée)

Enceinte

Dilution ou ventilation par aspiration locale

Protection respiratoire

Liquides

Couvrir les conteneurs

Gants et autres vêtements de protection individuelle

Lunettes anti-éclaboussures et écrans faciaux au besoin

Fontaine oculaire et douches d'urgence en cas de besoin

Poudres

Achat sous forme liquide ou pâteuse

Boîtes à gants

Ventilation locale par aspiration

Passer la vadrouille humide ou passer l'aspirateur

Protection respiratoire

Solids

Gants

Dangers physiques

Bruit

Des machines plus silencieuses

Bon entretien

Insonorisation

Isolation et enceinte

Protections auditives

Rayonnement ultraviolet

Enceinte

Protection de la peau et lunettes UV

Rayonnement infrarouge

Protection de la peau et lunettes infrarouges

Lasers

Utilisation du laser de la plus faible puissance possible

Enceinte

Restrictions de faisceau et coupures d'urgence appropriées

Lunettes laser

Moocall Heat

Acclimatation

Des vêtements légers et amples

Pauses repos dans les zones fraîches

Apport suffisant en liquide

Du froid

Vêtement chaud

Pauses de repos dans les zones chauffées

Risques électriques

Câblage adéquat

Équipement correctement mis à la terre

Disjoncteurs de fuite à la terre si nécessaire

Outils isolés, gants, etc.

Risques ergonomiques

Outils ergonomiques, instruments, etc., de taille appropriée

Postes de travail bien conçus

Bonne posture

Pauses de repos

Dangers pour la sécurité

Machinerie

Protecteurs de machine

Interrupteur d'arrêt accessible

Bon entretien

Particules volantes (par exemple, broyeurs)

Enceinte

Protection des yeux et du visage au besoin

Les glissades et les chutes

Surfaces de marche et de travail propres et sèches

Protection antichute pour travaux en hauteur

Garde-corps et plinthes sur échafaudages, passerelles, etc.

Chute d'objets

Chapeaux de sécurité

Chaussures de sécurité

Risques d'incendie

Voies de sortie appropriées

Extincteurs, gicleurs, etc. appropriés.

Exercices d'incendie

Enlèvement des débris combustibles

Ignifugation des matériaux exposés

Stockage approprié des liquides inflammables et des gaz comprimés

Mise à la terre et liaison lors de la distribution de liquides inflammables

Élimination des sources d'inflammation autour des produits inflammables

Élimination appropriée des chiffons imbibés de solvant et d'huile

Dangers biologiques

Moules

Contrôle de l'humidité

Élimination de l'eau stagnante

Nettoyage après inondation

Bactéries, virus

Vaccination le cas échéant

précautions universelles

Désinfection des matériaux, surfaces contaminés

 

Arts et Métiers

Les artistes et les artisans sont généralement des travailleurs indépendants et le travail est effectué dans des maisons, des studios ou des arrière-cours, en utilisant de petites quantités de capital et d'équipement. Les compétences sont souvent transmises de génération en génération dans un système d'apprentissage informel, en particulier dans les pays en développement (McCann 1996). Dans les pays industrialisés, les artistes et artisans apprennent souvent leur métier dans les écoles.

Aujourd'hui, les arts et l'artisanat impliquent des millions de personnes à travers le monde. Dans de nombreux pays, l'artisanat représente une part importante de l'économie. Cependant, peu de statistiques sont disponibles sur le nombre d'artistes et d'artisans. Aux États-Unis, des estimations recueillies auprès de diverses sources indiquent qu'il y a au moins 500,000 5,000 artistes, artisans et professeurs d'art professionnels. Au Mexique, on estime qu'il y a 24 1980 familles impliquées dans la seule industrie de la poterie à domicile. L'Organisation panaméricaine de la santé a constaté que 1990 % de la main-d'œuvre en Amérique latine entre 1994 et 1976 étaient des travailleurs autonomes (PAHO 1994). D'autres études du secteur informel ont trouvé des pourcentages similaires ou supérieurs (OMS XNUMX ; Henao XNUMX). Le pourcentage d'artistes et d'artisans parmi ceux-ci est inconnu.

Les arts et l'artisanat évoluent avec la technologie disponible et de nombreux artistes et artisans adoptent des produits chimiques et des procédés modernes pour leur travail, notamment les plastiques, les résines, les lasers, la photographie, etc. (McCann 1992a; Rossol 1994). Le tableau 2 montre l'éventail des dangers physiques et chimiques rencontrés dans les procédés artistiques.

Tableau 2. Dangers des techniques artistiques

Technique

Matériau/processus

Danger

Aérographe

Pigments

solvants

Plomb, cadmium, manganèse, cobalt, mercure, etc.

Essences minérales, térébenthine

Batik

Cire

Colorants

Feu, cire, fumées de décomposition

See Teinture

Céramiques

Poussière d'argile

Glaçures

Coulée en barbotine

Cuisson au four

Silica

Silice, plomb, cadmium et autres métaux toxiques

Talc, matières asbestiformes

Anhydride sulfureux, monoxyde de carbone, fluorures, rayonnement infrarouge, brûlures

Art commercial

Ciment de caoutchouc

Marqueurs permanents

Adhésifs en aérosol

L'aérographe

Typographie

Photostats, épreuves

N-hexane, heptane, feu

Xylène, alcool propylique

N-hexane, heptane, 1,1,1-trichloroéthane, feu

See Aérographe

See Photographie

Alcali, alcool propylique

Art informatique

Ergonomie

Affichage vidéo

Syndrome du canal carpien, tendinite, postes de travail mal conçus

Éblouissement, rayonnement elfe

Dessin

Spray fixateurs

N-hexane, autres solvants

Teinture

Colorants

Mordants

Assistants de teinture

Colorants réactifs sur les fibres, colorants benzidine, colorants naphtol, colorants basiques, colorants dispersés, colorants de cuve

Dichromate d'ammonium, sulfate de cuivre, sulfate ferreux, acide oxalique, etc.

Acides, alcalis, hydrosulfite de sodium

Electroplating

Or, argent

Autres métaux

Sels de cyanure, acide cyanhydrique, risques électriques

Sels de cyanure, acides, risques électriques

Émaillage

Émaux

Cuisson au four

Plomb, cadmium, arsenic, cobalt, etc.

Rayonnement infrarouge, brûlures

Arts de la fibre

Voir aussi Batik, Tissage

Fibres animales

Fibres synthétiques

Fibres végétales

 

Anthrax et autres agents infectieux

Formaldéhyde

Moisissures, allergènes, poussière

Forger

Martelage

Forge à chaud

Bruit

Monoxyde de carbone, hydrocarbures aromatiques polycycliques, rayonnement infrarouge, brûlures

Soufflage de verre

Batch

Fours

Coloration

Gravure

Sablage

Plomb, silice, arsenic, etc.

Chaleur, rayonnement infrarouge, brûlures

Fumées métalliques

Acide fluorhydrique, fluorure d'hydrogène d'ammonium

Silica

Holographie

(voir aussi La photographie)

Lasers

Développement

Rayonnement non ionisant, risques électriques

Brome, pyrogallol

Intaglio

Gravure acide

solvants

Aquatinte

Photogravure

Acides chlorhydrique et nitrique, dioxyde d'azote, chlore gazeux, chlorate de potassium

Alcool, essences minérales, kérosène

Poussière de colophane, explosion de poussière

Éthers de glycol, xylène

Bijoux

Soudure à l'argent

Bains de décapage

Récupération d'or

Fumées de cadmium, flux de fluorure

Acides, oxydes de soufre

Mercure, plomb, cyanure

Lapidaire

Pierres précieuses de quartz

Découpe, meulage

Silica

Bruit, silice

Lithographie

solvants

Acides

Talc

Photolithographie

Essences minérales, isophorone, cyclohexanone, kérosène, essence, chlorure de méthylène, etc.

Nitrique, phosphorique, fluorhydrique, chlorhydrique, etc.

Matériaux asbestiformes

Dichromates, solvants

Coulée de cire perdue

Investissement

Brûlure de la cire

Four à creuset

coulée de métal

Sablage

Cristobalite

Fumées de décomposition de cire, monoxyde de carbone

Monoxyde de carbone, vapeurs métalliques

Fumées métalliques, rayonnement infrarouge, métal en fusion, brûlures

Silica

Peinture

Pigments

Huile, alkyde

Acrylique

Plomb, cadmium, mercure, cobalt, composés de manganèse, etc.

Essences minérales, térébenthine

Traces d'ammoniac, de formaldéhyde

Fabrication du papier

Séparation des fibres

Batteurs

Blanchiment

Additifs

Alcali bouillant

Bruit, blessures, électricité

L'eau de Javel

Pigments, colorants, etc.

Pastels

Poussières pigmentaires

See Pigments de peinture

Photographie

Bain de développement

Arrêter le bain

Bain de fixation

intensificateur

Tonifiant

Processus de couleur

Impression platine

Hydroquinone, sulfate de monométhyl-p-aminophénol, alcalis

Acide acétique

Anhydride sulfureux, ammoniac

Dichromates, acide chlorhydrique

Composés de sélénium, sulfure d'hydrogène, nitrate d'uranium, dioxyde de soufre, sels d'or

Formaldéhyde, solvants, révélateurs de couleur, dioxyde de soufre

Sels de platine, plomb, acides, oxalates

Impression en relief

solvants

Pigments

Esprits minéraux

See Pigments de peinture

Sérigraphie

Pigments

solvants

Photoémulsions

Plomb, cadmium, manganèse et autres pigments

Essences minérales, toluène, xylène

Dichromate d'ammonium

Sculpture, argile

See Céramiques

 

Sculpture, laser

Lasers

Rayonnement non ionisant, risques électriques

Sculpture, néon

Tubes néon

Mercure, phosphores de cadmium, risques électriques, rayonnement ultraviolet

Sculpture, plastique

Une résine époxy

Résine de polyester

Résines polyuréthane

Résines acryliques

Fabrication plastique

Amines, éthers diglycidyliques

Styrène, méthacrylate de méthyle, peroxyde de méthyléthylcétone

Isocyanates, composés organostanniques, amines, essences minérales

Méthacrylate de méthyle, peroxyde de benzoyle

Produits de décomposition thermique (par exemple, monoxyde de carbone, chlorure d'hydrogène, cyanure d'hydrogène, etc.)

Sculpture, pierre

Marbre

Pierre à savon

Granit, grès

Outils pneumatiques

Poussière nuisible

Silice, talc, matières asbestiformes

Silica

Vibration, bruit

Vitrail

Le plomb est venu

Colorants

Soudure

Gravure

Plomb

Composés à base de plomb

Émanations de plomb et de chlorure de zinc

Acide fluorhydrique, fluorure d'hydrogène d'ammonium

Tissage

métiers à tisser

Colorants

Problèmes ergonomiques

See Teinture

Soudage

Général

Oxy acétylène

Arc

Fumées métalliques

Fumées métalliques, brûlures, étincelles

Monoxyde de carbone, oxydes d'azote, gaz comprimés

Ozone, dioxyde d'azote, fluorure et autres vapeurs de flux, rayonnement ultraviolet et infrarouge, risques électriques

Oxydes de cuivre, de zinc, de plomb, de nickel, etc.

Travail du bois

Usinage

Colles

décapants de peinture

Peintures et finitions

Agents de conservation

Blessures, poussière de bois, bruit, incendie

Formaldéhyde, époxy, solvants

Chlorure de méthylène, toluène, alcool méthylique, etc.

Essences minérales, toluène, térébenthine, alcool éthylique, etc.

Arséniate de cuivre chromaté, pentachlorophénol, créosote

Source : Adapté de McCann 1992a.

L'industrie des arts et de l'artisanat, comme une grande partie du secteur informel, est presque totalement non réglementée et est souvent exemptée des lois sur l'indemnisation des travailleurs et d'autres réglementations en matière de sécurité et de santé au travail. Dans de nombreux pays, les agences gouvernementales responsables de la sécurité et de la santé au travail ne sont pas conscientes des risques auxquels sont exposés les artistes et les artisans, et les services de santé au travail ne s'adressent pas à ce groupe de travailleurs. Une attention particulière est nécessaire pour trouver des moyens d'éduquer les artistes et les artisans sur les risques et les précautions nécessaires avec leurs matériaux et procédés, et de mettre à leur disposition des services de santé au travail.

Problèmes de santé et schémas pathologiques

Peu d'études épidémiologiques ont été réalisées sur les travailleurs des arts visuels. Cela est principalement dû à la nature décentralisée et souvent non enregistrée de la plupart de ces industries. La plupart des données disponibles proviennent de rapports de cas individuels dans la littérature.

Les arts et l'artisanat traditionnels peuvent entraîner les mêmes maladies et blessures professionnelles que l'industrie à grande échelle, comme en témoignent des termes aussi anciens que la pourriture du potier, le dos du tisserand et la colique du peintre. Les dangers de métiers tels que la poterie, la métallurgie et le tissage ont été décrits pour la première fois par Bernardino Ramazzini il y a près de trois siècles (Ramazzini 1713). Les matériaux et procédés modernes sont également à l'origine de maladies et d'accidents du travail.

L'empoisonnement au plomb reste l'une des maladies professionnelles les plus courantes chez les artistes et les artisans, avec des exemples d'empoisonnement au plomb dans :

  • un artiste verrier aux États-Unis (Feldman et Sedman 1975)
  • potiers et leurs familles au Mexique (Ballestros, Zuniga et Cardenas 1983; Cornell 1988) et à la Barbade (Koplan et al. 1977)
  • familles au Sri Lanka récupérant l'or et l'argent des déchets de bijouterie en utilisant une procédure de plomb fondu (Ramakrishna et al. 1982).

 

Voici d'autres exemples de maladies professionnelles dans les arts et métiers :

  • sensibilisation au chrome chez un artiste de la fibre (MMWR 1982)
  • neuropathie chez un sérigraphe (Prockup 1978)
  • crises cardiaques causées par le chlorure de méthylène chez un restaurateur de meubles (Stewart et Hake 1976)
  • problèmes respiratoires chez les photographes (Kipen et Lerman 1986)
  • mésothéliome chez les bijoutiers (Driscoll et al. 1988)
  • silicose et autres maladies respiratoires chez les travailleurs de l'agate en Inde (Rastogi et al. 1991)
  • asthme dû à la sculpture d'ivoire sur des défenses d'éléphants en Afrique (Armstrong, Neill et Mossop 1988)
  • problèmes respiratoires et problèmes ergonomiques chez les tisserands de tapis en Inde (Das, Shukla et Ory 1992)
  • jusqu'à 93 cas de neuropathie périphérique dus à l'utilisation d'adhésifs à base d'hexane dans la fabrication de sandales au Japon à la fin des années 1960 (Sofue et al. 1968)
  • paralysie chez 44 apprentis cordonniers au Maroc due à des colles contenant du phosphate de tri-orthocrésyle (Balafrej et al. 1984)
  • douleurs aux jambes, aux bras et au dos et autres problèmes de santé au travail chez les travailleurs à domicile fabriquant des vêtements confectionnés en Inde (Chaterjee 1990).

 

Un problème majeur dans les arts et l'artisanat est le manque répandu de connaissances sur les risques, les matériaux et les processus et sur la manière de travailler en toute sécurité. Les personnes qui développent des maladies professionnelles ne réalisent souvent pas le lien entre leur maladie et leur exposition à des matières dangereuses, et sont moins susceptibles d'obtenir une assistance médicale appropriée. De plus, des familles entières peuvent être à risque, non seulement les adultes et les enfants qui travaillent activement avec les matériaux, mais aussi les jeunes enfants et les nourrissons qui sont présents, puisque ces arts et métiers sont couramment pratiqués à la maison (McCann et al. 1986 ; Knishkowy et Baker 1986).

Une étude sur le taux de mortalité proportionnel (RMP) de 1,746 2.5 artistes professionnels blancs par le National Cancer Institute des États-Unis a révélé une augmentation significative des décès de peintres, et dans une moindre mesure pour d'autres artistes, des maladies cardiaques artérioscléreuses et des cancers de tous les sites combinés. Chez les hommes peintres, les taux de leucémie et de cancers de la vessie, du rein et du côlon étaient significativement élevés. Les taux proportionnels de mortalité par cancer étaient également élevés, mais à un degré moindre. Une étude cas-témoins de patients atteints d'un cancer de la vessie a trouvé une estimation du risque relatif global de 1986 pour les artistes peintres, confirmant les résultats trouvés dans l'étude PMR (Miller, Silverman et Blair XNUMX). Pour les autres artistes masculins, les RMP pour le cancer colorectal et le cancer du rein étaient significativement élevés.

Arts de la scène et arts médiatiques

Traditionnellement, les arts de la scène comprennent le théâtre, la danse, l'opéra, la musique, les contes et d'autres événements culturels que les gens venaient voir. Avec la musique, le type de représentation et leur lieu peuvent varier considérablement : des individus jouant de la musique dans la rue, dans des tavernes et des bars, ou dans des salles de concert formelles ; petits groupes musicaux jouant dans de petits bars et clubs; et de grands orchestres se produisant dans de grandes salles de concert. Les compagnies de théâtre et de danse peuvent être de plusieurs types, notamment : de petits groupes informels associés à des écoles ou des universités ; les théâtres non commerciaux, qui sont généralement subventionnés par les gouvernements ou des sponsors privés ; et les théâtres commerciaux. Les groupes d'arts de la scène peuvent également effectuer des tournées d'un endroit à un autre.

La technologie moderne a vu la croissance des arts médiatiques, tels que la presse écrite, la radio, la télévision, les films cinématographiques, les bandes vidéo, etc., qui permettent d'enregistrer ou de diffuser les arts du spectacle, les histoires et d'autres événements. Aujourd'hui, les arts médiatiques sont une industrie de plusieurs milliards de dollars.

Les travailleurs des arts de la scène et des arts médiatiques comprennent les artistes-interprètes eux-mêmes – acteurs, musiciens, danseurs, journalistes et autres personnes visibles du public. De plus, il y a les équipes techniques et les personnes de la réception - charpentiers de scène, artistes scéniques, électriciens, experts en effets spéciaux, équipes de tournage de films ou de télévision, vendeurs de billets et autres - qui travaillent dans les coulisses, derrière les caméras et sur d'autres scènes non performantes. emplois.

Effets sur la santé et caractéristiques des maladies

Les acteurs, musiciens, danseurs, chanteurs et autres artistes interprètes ou exécutants sont également sujets à des blessures et des maladies professionnelles, qui peuvent inclure des accidents, des risques d'incendie, des microtraumatismes répétés, des irritations et des allergies cutanées, des irritations respiratoires, de l'anxiété de performance (trac) et du stress. Bon nombre de ces types de blessures sont spécifiques à des groupes particuliers d'artistes interprètes et sont traités dans des articles distincts. Même des problèmes physiques mineurs peuvent souvent affecter la capacité de performance maximale d'un artiste et entraîner par la suite une perte de temps et même des emplois perdus. Ces dernières années, la prévention, le diagnostic et le traitement des blessures chez les artistes interprètes ont donné naissance au nouveau domaine de la médecine des arts, à l'origine une émanation de la médecine du sport. (Voir « Histoire de la médecine des arts de la scène » dans ce chapitre.)

Une étude PMR d'acteurs de cinéma et de théâtre a révélé des augmentations significatives des cancers du poumon, de l'œsophage et de la vessie chez les femmes, le taux pour les actrices de théâtre étant 3.8 fois supérieur à celui des actrices de cinéma (Depue et Kagey 1985). Les acteurs masculins ont enregistré des augmentations significatives du TMP (mais pas proportionnelles du taux de mortalité par cancer) pour le cancer du pancréas et du côlon ; le cancer des testicules était le double du taux attendu par les deux méthodes. Les PMR pour les suicides et les accidents de véhicules non motorisés étaient significativement élevés chez les hommes et les femmes, et le PMR pour la cirrhose du foie était élevé chez les hommes.

Une enquête récente sur les blessures parmi 313 artistes dans 23 spectacles de Broadway à New York a révélé que 55.5 % ont signalé au moins une blessure, avec une moyenne de 1.08 blessure par artiste (Evans et al. 1996). Pour les danseurs de Broadway, les sites de blessure les plus fréquents étaient les membres inférieurs (52 %), le dos (22 %) et le cou (12 %), les stades inclinés ou inclinés étant un facteur contributif important. Pour les acteurs, les sites de blessures les plus fréquents étaient les membres inférieurs (38 %), le bas du dos (15 %) et les cordes vocales (17 %). L'utilisation de brouillards et de fumée sur scène a été répertoriée comme une cause majeure pour le dernier.

En 1991, le National Institute for Occupational Safety and Health des États-Unis a étudié les effets sur la santé de l'utilisation de la fumée et du brouillard dans quatre spectacles de Broadway (Burr et al. 1994). Tous les spectacles ont utilisé des brouillards de type glycol, bien qu'un ait également utilisé de l'huile minérale. Une enquête par questionnaire auprès de 134 acteurs de ces émissions avec un groupe témoin de 90 acteurs dans cinq émissions n'utilisant pas de brouillards a révélé des niveaux de symptômes significativement plus élevés chez les acteurs exposés aux brouillards, y compris des symptômes des voies respiratoires supérieures tels que des symptômes nasaux et une irritation des muqueuses, et symptômes des voies respiratoires inférieures tels que toux, respiration sifflante, essoufflement et oppression thoracique. Une étude de suivi n'a pas pu démontrer une corrélation entre l'exposition au brouillard et l'asthme, probablement en raison du faible nombre de réponses.

L'industrie de la production cinématographique a un taux d'accidents élevé et, en Californie, est classée comme à haut risque, principalement en raison de cascades. Au cours des années 1980, il y a eu plus de 40 morts dans des films produits aux États-Unis (McCann 1991). Les statistiques californiennes pour 1980-1988 montrent une incidence de 1.5 décès pour 1,000 0.5 blessés, par rapport à la moyenne californienne de XNUMX pour la même période.

Un grand nombre d'études ont montré que les danseurs ont des taux élevés de surutilisation et de blessures aiguës. Les danseurs de ballet, par exemple, présentent une incidence élevée de syndrome de surutilisation (63 %), de fractures de stress (26 %) et de problèmes majeurs (51 %) ou mineurs (48 %) au cours de leur carrière professionnelle (Hamilton et Hamilton 1991). Une étude par questionnaire portant sur 141 danseuses (80 femmes), âgées de 18 à 37 ans, de sept compagnies professionnelles de ballet et de danse moderne au Royaume-Uni, a révélé que 118 (84 %) des danseuses ont signalé au moins une blessure liée à la danse qui a affecté leur danse, 59 (42%) au cours des six derniers mois (Bowling 1989). Soixante-quatorze (53 %) ont déclaré souffrir d'au moins une blessure chronique qui leur causait de la douleur. Le dos, le cou et les chevilles étaient les sites de blessure les plus courants.

Comme pour les danseurs, les musiciens ont une incidence élevée de syndrome de surutilisation. Une enquête par questionnaire réalisée en 1986 par la Conférence internationale des musiciens symphoniques et d'opéra auprès de 4,025 48 membres de 76 orchestres américains a montré des problèmes médicaux affectant la performance chez 2,212% des 36 1988 répondants, avec des problèmes médicaux graves chez 78% (Fishbein 1986). Le problème le plus courant était le syndrome de surutilisation, signalé par 64 % des joueurs de cordes. Une étude de 42 portant sur huit orchestres en Australie, aux États-Unis et en Angleterre a révélé une occurrence de 1986 % de syndrome de surutilisation, dont XNUMX % impliquaient un niveau significatif de symptômes (Frye XNUMX).

La perte auditive chez les musiciens de rock a fait l'objet d'une importante couverture médiatique. Cependant, la perte auditive se retrouve également chez les musiciens classiques. Dans une étude, les mesures du niveau sonore au Lyric Theatre and Concert Hall de Göteborg, en Suède, étaient en moyenne de 83 à 89 dBA. Les tests auditifs de 139 musiciens masculins et féminins des deux théâtres ont indiqué que 59 musiciens (43%) présentaient des seuils de tonalité pure pires que ce à quoi on pourrait s'attendre pour leur âge, les instrumentistes à vent en cuivre montrant la plus grande perte (Axelsson et Lindgren 1981).

Une étude de 1994-1996 sur les mesures du niveau sonore dans les fosses d'orchestre de 9 spectacles de Broadway à New York a montré des niveaux sonores moyens de 84 à 101 dBA, avec une durée normale de représentation de 2 heures et demie (Babin 1996).

Les charpentiers, les artistes scéniques, les électriciens, les équipes de tournage et les autres travailleurs de soutien technique sont confrontés, en plus de nombreux risques pour la sécurité, à une grande variété de risques chimiques provenant des matériaux utilisés dans les magasins de scène, les magasins d'accessoires et les magasins de costumes. Bon nombre des mêmes matériaux sont utilisés dans les arts visuels. Cependant, il n'y a pas de statistiques disponibles sur les blessures ou les maladies de ces travailleurs.

Divertissement

La section « Divertissement » du chapitre couvre une variété d'industries du divertissement qui ne sont pas couvertes par les « Arts et artisanat » et « Arts du spectacle et arts médiatiques », y compris : les musées et les galeries d'art ; zoos et aquariums; parcs et jardins botaniques; cirques, parcs d'attractions et à thème; tauromachie et rodéos; sports professionnels; l'industrie du sexe; et animations nocturnes.

Effets sur la santé et caractéristiques des maladies

Il existe une grande variété de types de travailleurs impliqués dans l'industrie du divertissement, y compris les artistes, les techniciens, les conservateurs de musées, les soigneurs d'animaux, les gardes forestiers, les employés de restaurant, le personnel de nettoyage et d'entretien et bien d'autres. Bon nombre des dangers que l'on retrouve dans les arts et l'artisanat ainsi que dans les arts de la scène et médiatiques se retrouvent également chez des groupes particuliers de travailleurs du spectacle. Des risques supplémentaires tels que les produits de nettoyage, les plantes toxiques, les animaux dangereux, le SIDA, les zoonoses, les drogues dangereuses, la violence, etc. sont également des risques professionnels pour des groupes particuliers de travailleurs du spectacle. En raison de la disparité des diverses industries, il n'y a pas de statistiques globales sur les blessures et les maladies. Les articles individuels comprennent des statistiques pertinentes sur les blessures et les maladies, le cas échéant.

 

Noir

Lire 7773 fois Dernière modification le vendredi 12 août 2011 18:24
Plus dans cette catégorie: Dessin, peinture et gravure »

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références du divertissement et des arts

Académie américaine des chirurgiens orthopédistes. 1991. Équipement de protection. Dans Entraînement sportif et médecine sportive. Park Ridge, Illinois : APOS.

Arheim, DD. 1986. Blessures en danse : leur prévention et leur prise en charge. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Armstrong, RA, P Neill et R Mossop. 1988. Asthme induit par la poussière d'ivoire : Une nouvelle cause professionnelle. Thorax 43 (9): 737-738.

Axelsson, A et F Lindgren. 1981. Audition de musiciens classiques. Acta Oto-Larynogologica 92 Supplément. 377 : 3-74.

Babin, A 1996. Mesures du niveau sonore des fosses d'orchestre dans les spectacles de Broadway. Présenté à la 26e réunion annuelle de l'American Public Health Association. New York, 20 novembre.

Baker, EL, WA Peterson, JL Holtz, C Coleman et PJ Landrigan. 1979. Intoxication subaiguë au cadmium chez les bijoutiers : une évaluation des procédures de diagnostic. Arch Environ Santé 34: 173-177.

Balafrej, A, J Bellakhdar, M El Haitem et H Khadri. 1984. Paralysie due à la colle chez de jeunes apprentis cordonniers de la médina de Fès. Rév Pédiatrie 20 (1): 43-47.

Ballesteros, M, CMA Zuniga et OA Cardenas. 1983. Concentrations de plomb dans le sang d'enfants de familles de potiers exposés à des sels de plomb dans un village mexicain. B Organe de santé panaméricain 17 (1): 35-41.

Bastien, RW. 1993. Troubles muqueux et sacculaires bénins ; tumeurs bénignes du larynx. Dans Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, édité par CW Cumming. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

—. 1996. Microchirurgie des cordes vocales chez les chanteurs. Journal de la voix 10 (4): 389-404

Bastian, R, A Keidar et K Verdolini-Marston. 1990. Tâches vocales simples pour détecter le gonflement des cordes vocales. Journal de la voix 4 (2): 172-183.

Bowling, A. 1989. Blessures aux danseurs : Prévalence, traitement et perception des causes. British Medical Journal 6675: 731-734.

Bruno, PJ, WN Scott et G Huie. 1995. Basket-ball. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. Philadelphie, Pennsylvanie : Annuaire Mosby.

Burr, GA, TJ Van Gilder, DB Trout, TG Wilcox et R Friscoll. 1994. Rapport d'évaluation des risques pour la santé : Actors' Equity Association/The League of American Theatres and Producers, Inc. Doc. HETA 90-355-2449. Cincinnati, OH : Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail.

Calabrese, LH, DT Kirkendal et M Floyd. 1983. Anomalies menstruelles, schémas nutritionnels et composition corporelle chez les danseuses de ballet classique. Physique, Sport, Médecine 11: 86-98.

Cardullo, AC, AM Ruszkowski et VA DeLeo. 1989. Dermatite de contact allergique résultant d'une sensibilité à l'écorce d'agrumes, au gériniol et au citral. J Am Acad Dermatol 21 (2): 395-397.

Carlson, T. 1989. Lumières ! Caméra! La tragédie. TV Guide (26 août):8-11.

Chasin, M et JP Chong. 1992. Un programme de protection auditive cliniquement efficace pour les musiciens. Artistes du spectacle Med Prob 7 (2): 40-43.

—. 1995. Quatre techniques environnementales pour réduire l'effet de l'exposition à la musique sur l'audition. Artistes du spectacle Med Prob 10 (2): 66-69.

Chaterjee, M. 1990. Travailleurs du prêt-à-porter à Ahmedabad. B Santé au travail Sécurité 19: 2-5.

Claire, RP. 1990. Football. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Cornell, C. 1988. Potiers, plomb et santé—Sécurité au travail dans un village mexicain (résumé de réunion). Résumé Pap Am Chem S 196: 14.

Conseil des affaires scientifiques de l'American Medical Association. 1983. Lésion cérébrale en boxe. JAMA 249: 254-257.

Das, PK, KP Shukla et FG Ory. 1992. Un programme de santé au travail pour adultes et enfants dans l'industrie du tissage de tapis, Mirzapur, Inde : Une étude de cas dans le secteur informel. Soc Sci Med 35 (10): 1293-1302.

Delacoste, F et P Alexandre. 1987. Travail du sexe : Écrits de femmes dans l'industrie du sexe. San Francisco, Californie : Cleis Press.

Depue, RH et BT Kagey. 1985. Une étude de mortalité proportionnelle de la profession d'acteur. Suis J Ind Med 8: 57-66.

Dominguez, R, JR DeJuanes Paardo, M Garcia Padros et F Rodriguez Artalejo. 1987. Vaccination antitétanique dans une population à haut risque. Med Ségur Trab 34: 50-56.

Driscoll, RJ, WJ Mulligan, D Schultz et A Candelaria. 1988. Mésothéliome malin : un cluster dans une population amérindienne. New Engl J Med 318: 1437-1438.

Estébanez, P, K Fitch et Nájera 1993. Le VIH et les professionnelles du sexe. Taureau QUI 71(3/4):397-412.

Evans, RW, RI Evans, S Carjaval et S Perry. 1996. Une enquête sur les blessures parmi les artistes de Broadway. Am J Santé publique 86: 77-80.

Feder, RJ. 1984. La voix professionnelle et le vol aérien. Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, 92 (3): 251-254.

Feldman, R et T Sedman. 1975. Amateurs travaillant avec du plomb. New Engl J Med 292: 929.

Fishbein, M. 1988. Problèmes médicaux chez les musiciens de l'ICSOM. Artistes du spectacle Med Prob 3: 1-14.

Fisher, AA. 1976. "Maladie du Blackjack" et autres puzzles de chromate. Cutis 18 (1): 21-22.

Frye, HJH. 1986. Incidence du syndrome de surutilisation dans l'orchestre symphonique. Artistes du spectacle Med Prob 1: 51-55.

Garrick, JM. 1977. La fréquence des blessures, le mécanisme des blessures et l'épidémiologie des entorses de la cheville. Am J Sports Med 5: 241-242.

Griffin, R, KD Peterson, J Halseth et B Reynolds. 1989. Étude radiographique des blessures au coude chez les cow-boys de rodéo professionnels. Physique, Sport, Médecine 17: 85-96.

Hamilton, LH et WG Hamilton. 1991. Ballet classique : Équilibrer les coûts de l'art et de l'athlétisme. Artistes du spectacle Med Prob 6: 39-44.

Hamilton, WG. 1988. Blessures au pied et à la cheville chez les danseurs. Dans Cliniques sportives d'Amérique du Nord, édité par L Yokum. Philadelphie, Pennsylvanie : Williams et Wilkins.

Hardaker, WTJ. 1987. Considérations médicales dans la formation en danse pour les enfants. Suis Fam Phys 35 (5): 93-99.

Henao, S. 1994. Conditions de santé des travailleurs latino-américains. Washington, DC : Association américaine de santé publique.

Huie, G et EB Hershman. 1994. Le sac du clinicien de l'équipe. Am Acad Phys Asst 7: 403-405.

Huie, G et WN Scott. 1995. Évaluation des entorses de la cheville chez les athlètes. Assistance Physique J 19 (10): 23-24.

Kipen, HM et Y Lerman. 1986. Anomalies respiratoires chez les révélateurs photographiques : un rapport de 3 cas. Suis J Ind Med 9: 341-347.

Knishkowy, B et EL Baker. 1986. Transmission des maladies professionnelles aux contacts familiaux. Suis J Ind Med 9: 543-550.

Koplan, JP, AV Wells, HJP Diggory, EL Baker et J Liddle. 1977. Absorption du plomb dans une communauté de potiers à la Barbade. Int J Epidemiol 6: 225-229.

Malhotra, HL. 1984. Sécurité incendie dans les bâtiments de montage. Sécurité incendie J 7 (3): 285-291.

Maloy, E. 1978. Sécurité des cabines de projection : nouvelles découvertes et nouveaux dangers. Int Assoc Electr Inspect Nouvelles 50 (4): 20-21.

McCann, M. 1989. 5 morts dans un accident d'hélicoptère de film. Art Hazards Actualités 12: 1.

—. 1991. Lumières! Caméra! Sécurité! Un manuel de santé et de sécurité pour la production cinématographique et télévisuelle. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1992a. Attention artiste. New York : Lyon et Burford.

—. 1992b. Procédures de sécurité artistique : un manuel de santé et de sécurité pour les écoles d'art et les départements d'art. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1996. Dangers dans les industries artisanales des pays en développement. Suis J Ind Med 30: 125-129.

McCann, M, N Hall, R Klarnet et PA Peltz. 1986. Risques reproductifs dans les arts et l'artisanat. Présenté à la conférence annuelle de la Society for Occupational and Environmental Health Conference on Reproductive Hazards in the Environment and Workplace, Bethesda, MD, 26 avril.

Miller, AB, DT Silverman et A Blair. 1986. Risque de cancer chez les artistes peintres. Suis J Ind Med 9: 281-287.

MMWR. 1982. Sensibilisation au chrome dans un atelier d'artiste. Représentant hebdomadaire de Morb Mort 31: 111.

—. 1996. Blessures au cerveau et à la moelle épinière liées à la conduite de taureaux - Louisiane, 1994-1995. Représentant hebdomadaire de Morb et Mort 45: 3-5.

Monk, TH. 1994. Rythmes circadiens dans l'activation subjective, l'humeur et l'efficacité de la performance. Dans Principes et pratique de la médecine du sommeil, 2e édition, éditée par M. Kryger et WC. Roth. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1991. Fumée de tabac environnementale sur le lieu de travail : NIOSH Current Intelligence Bulletin 54. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

Norris, inf. 1990. Troubles physiques des artistes visuels. Art Hazards Actualités 13 (2): 1.

Nube, J. 1995. Bêta-bloquants et musiciens interprètes. Thèse de doctorat. Amsterdam : Université d'Amsterdam.

O'Donoghue, DH. 1950. Traitement chirurgical des blessures fraîches des ligaments majeurs du genou. J Bone Joint Surg 32: 721-738.

Olkinuora, M. 1984. Alcoolisme et profession. Scand J Work Environ Santé 10 (6): 511-515.

—. 1976. Blessures au genou. Dans Traitement des blessures des athlètes, édité par DH O'Donoghue. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Organisation panaméricaine de la santé (OPS). 1994. Conditions de santé dans les Amériques. Vol. 1. Washington, DC : OPS.

Pheterson, G. 1989. La revendication des droits des putains. Seattle, Washington : Seal Press.

Prockup, L. 1978. Neuropathie chez un artiste. Pratique de l'hôpital (Novembre):89.

Qualley, Californie. 1986. Sécurité dans l'Artroom. Worcester, Massachusetts : Publications Davis.

Ramakrishna, RS, P Muthuthamby, RR Brooks et DE Ryan. 1982. Niveaux de plomb dans le sang des familles sri lankaises récupérant l'or et l'argent des déchets des bijoutiers. Arch Environ Santé 37 (2): 118-120.

Ramazzini, B. 1713. De morbis artificum (maladies des travailleurs). Chicago, IL: Presses de l'Université de Chicago.

Rastogi, SK, BN Gupta, H Chandra, N Mathur, PN Mahendra et T Husain. 1991. Une étude de la prévalence de la morbidité respiratoire chez les travailleurs de l'agate. Int Arch Occup Environ Santé 63 (1): 21-26.

Rossol, M. 1994. Le guide complet de santé et de sécurité de l'artiste. New York : Allworth Press.

Sachare, A. (éd.). 1994a. Règle #2. Section IIC. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

—. 1994b. Principe de base P : Lignes directrices pour le contrôle des infections. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

Sammarco, GJ. 1982. Le pied et la cheville dans le ballet classique et la danse moderne. Dans Troubles du pied, édité par MH Jahss. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Sataloff, RT. 1991. Voix professionnelle : la science et l'art des soins cliniques. New York : Raven Press.

—. 1995. Médicaments et leurs effets sur la voix. Journal du chant 52 (1): 47-52.

—. 1996. Pollution : Conséquences pour les chanteurs. Journal du chant 52 (3): 59-64.

Schall, EL, CH Powell, GA Gellin et MM Key. 1969. Dangers pour les danseurs go-go exposés à la lumière « noire » des ampoules fluorescentes. Am Ind Hyg Assoc J 30: 413-416.

Schnitt, JM et D Schnitt. 1987. Aspects psychologiques de la danse. Dans La science de la formation en danse, édité par P Clarkson et M Skrinar. Champaign, Illinois : Human Kinetics Press.

Seals, J. 1987. Surfaces de danse. Dans Médecine de la danse : un guide complet, édité par A Ryan et RE Stephens. Chicago, Illinois : Pluribus Press.

Sofue, I, Y Yamamura, K Ando, ​​M Iida et T Takayanagi. 1968. Polyneuropathie N-hexane. Clinique Neurol 8: 393-403.

Stewart, R et C Merlu. 1976. Danger du décapant pour peinture. JAMA 235: 398.

Tan, TC, HC Tsang et LL Wong. 1990. Enquêtes sur le bruit dans les discothèques à Hong Kong. Santé Ind 28 (1): 37-40.

Teitz, C, RM Harrington et H Wiley. 1985. Pression sur le pied dans les chaussures pointues. Cheville de pied 5: 216-221.

VanderGriend, RA, FH Savoie et JL Hughes. 1991. Fracture de la cheville. Dans Fractures de Rockwood et Green chez l'adulte, édité par CA Rockwood, DP Green et RW Bucholz. Philadelphie, Pennsylvanie : JB Lippincott Co.

Warren, M, J Brooks-Gunn et L Hamilton. 1986. Scoliose et fracture chez les jeunes danseurs de ballet : Relation avec l'âge de la ménarche retardée et l'aménorrhée. New Engl J Med 314: 1338-1353.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1976. Réunion sur l'organisation des soins de santé dans les petites industries. Genève : OMS.

Zeitels, S. 1995. Épithélium précancéreux et cancer microinvasif de la corde vocale : l'évolution de la prise en charge phonomicrochirurgicale. laryngoscope 105 (3): 1-51.