Jeudi, Mars 24 2011 15: 07

Nouvelle technologie dans l'art

Évaluer cet élément
(0 votes)

Cet article décrit les préoccupations fondamentales en matière de santé et de sécurité associées à l'utilisation de lasers, de sculptures au néon et d'ordinateurs dans les arts. Les artistes créatifs travaillent souvent très intimement avec la technologie et de manière expérimentale. Ce scénario augmente trop souvent le risque de blessure. Les principales préoccupations sont la protection des yeux et de la peau, la réduction des risques de choc électrique et la prévention de l'exposition aux produits chimiques toxiques.

Lasers

Le rayonnement laser peut être dangereux pour les yeux et la peau des artistes et du public à la fois par vision directe et par réflexion. Le degré de blessure au laser est fonction de la puissance. Les lasers de puissance plus élevée sont plus susceptibles de causer des blessures graves et des réflexions plus dangereuses. Les lasers sont classés et étiquetés par leur fabricant dans les classes I à IV. Les lasers de classe I ne présentent aucun risque de rayonnement laser et la classe IV est très dangereuse.

Les artistes ont utilisé toutes les classes de laser dans leur travail, et la plupart utilisent des longueurs d'onde visibles. Outre les contrôles de sécurité requis pour tout système laser, les applications artistiques nécessitent des considérations particulières.

Dans les expositions laser, il est important d'isoler le public du contact direct avec le faisceau et du rayonnement diffusé, en utilisant des enceintes en plastique ou en verre et des arrêts de faisceau opaques. Pour les planétariums et autres spectacles de lumière en intérieur, il est essentiel de maintenir le faisceau direct ou le rayonnement laser réfléchi à des niveaux de classe I où le public est exposé. Les niveaux de rayonnement laser de classe III ou IV doivent être maintenus à des distances de sécurité des interprètes et du public. Les distances typiques sont de 3 m lorsqu'un opérateur contrôle le laser et de 6 m sans contrôle continu de l'opérateur. Des procédures écrites sont nécessaires pour la configuration, l'alignement et le test des lasers de classe III et IV. Les contrôles de sécurité requis comprennent un avertissement avant la mise sous tension de ces lasers, des commandes clés, des verrouillages de sécurité à sécurité intégrée et des boutons de réinitialisation manuelle pour les lasers de classe IV. Pour les lasers de classe IV, des lunettes laser appropriées doivent être portées.

Les écrans d'art laser à balayage souvent utilisés dans les arts de la scène utilisent des faisceaux se déplaçant rapidement qui sont généralement plus sûrs car la durée du contact accidentel des yeux ou de la peau avec le faisceau est courte. Néanmoins, les opérateurs doivent utiliser des mesures de protection pour s'assurer que les limites d'exposition ne seront pas dépassées si l'équipement de numérisation tombe en panne. Les affichages extérieurs ne peuvent pas permettre aux aéronefs de voler à travers des niveaux de faisceau dangereux ou l'éclairage avec des niveaux de rayonnement supérieurs à la classe I des immeubles de grande hauteur ou du personnel dans des équipements à grande portée.

L'holographie est le processus de production d'une photographie en trois dimensions d'un objet à l'aide de lasers. La plupart des images sont affichées hors axe du faisceau laser, et la visualisation dans le faisceau n'est généralement pas un danger. Une vitrine transparente autour de l'hologramme peut aider à réduire les risques de blessures. Certains artistes créent des images permanentes à partir de leurs hologrammes, et de nombreux produits chimiques utilisés dans le processus de développement sont toxiques et doivent être gérés pour la prévention des accidents. Ceux-ci comprennent l'acide pyrogallique, les alcalis, les acides sulfurique et bromhydrique, le brome, la parabenzoquinone et les sels de dichromate. Des substituts plus sûrs sont disponibles pour la plupart de ces produits chimiques.

Les lasers présentent également de graves risques non radiologiques. La plupart des lasers performants utilisent des tensions et des ampérages élevés, créant des risques importants d'électrocution, en particulier lors des phases de conception et de maintenance. Les lasers à colorant utilisent des produits chimiques toxiques pour le milieu laser actif, et les lasers à haute puissance peuvent générer des aérosols toxiques, en particulier lorsque le faisceau frappe une cible.

Néon Art

L'art du néon utilise des tubes de néon pour produire des sculptures lumineuses. La signalisation au néon pour la publicité est une application. La production d'une sculpture au néon consiste à plier le verre au plomb à la forme souhaitée, à bombarder le tube de verre évacué à haute tension pour éliminer les impuretés du tube de verre et à ajouter de petites quantités de gaz néon ou de mercure. Une haute tension est appliquée à travers des électrodes scellées à chaque extrémité du tube pour donner l'effet lumineux en excitant les gaz piégés dans le tube. Pour obtenir une gamme de couleurs plus large, le tube de verre peut être recouvert de luminophores fluorescents, qui convertissent le rayonnement ultraviolet du mercure ou du néon en lumière visible. Les hautes tensions sont obtenues en utilisant des transformateurs élévateurs.

Le choc électrique est une menace surtout lorsque la sculpture est connectée à son transformateur de bombardement pour éliminer les impuretés du tube de verre, ou à sa source d'alimentation électrique pour les tests ou l'affichage (figure 1). Le courant électrique traversant le tube de verre provoque également l'émission de lumière ultraviolette qui à son tour interagit avec le verre recouvert de phosphore pour former des couleurs. Certains rayonnements proches de l'ultraviolet (UVA) peuvent traverser le verre et présenter un danger pour les yeux des personnes à proximité ; par conséquent, des lunettes qui bloquent les UVA doivent être portées.

Figure 1. Fabrication de sculptures en néon montrant un artiste derrière une barrière de protection.

ENT070F1

Fred Tschida

Certains luminophores qui recouvrent le tube néon sont potentiellement toxiques (par exemple, les composés de cadmium). Parfois, du mercure est ajouté au gaz néon pour créer une couleur bleue particulièrement vive. Le mercure est hautement toxique par inhalation et volatil à température ambiante.

Le mercure doit être ajouté au tube néon avec beaucoup de soin et stocké dans des récipients scellés incassables. L'artiste doit utiliser des plateaux pour contenir les déversements et des kits de déversement de mercure doivent être disponibles. Le mercure ne doit pas être aspiré, car cela pourrait disperser un brouillard de mercure à travers l'échappement de l'aspirateur.

Art informatique

Les ordinateurs sont utilisés dans l'art à diverses fins, y compris la peinture, l'affichage d'images photographiques numérisées, la production de graphiques pour l'impression et la télévision (par exemple, des génériques à l'écran) et pour une variété d'effets spéciaux animés et autres pour le cinéma et la télévision. Ce dernier est une utilisation en pleine expansion de l'art informatique. Cela peut entraîner des problèmes ergonomiques, généralement dus à des tâches répétitives et à des composants mal agencés. Les plaintes prédominantes sont une gêne au niveau des poignets, des bras, des épaules et du cou, ainsi que des problèmes de vision. La plupart des plaintes sont de nature mineure, mais des blessures invalidantes telles qu'une tendinite chronique ou le syndrome du canal carpien sont possibles.

Créer avec des ordinateurs implique souvent de longues périodes de manipulation du clavier ou de la souris, de conception ou de réglage fin du produit. Il est important que les utilisateurs d'ordinateurs s'éloignent périodiquement de l'écran. Des pauses courtes et fréquentes sont plus efficaces que de longues pauses toutes les deux heures.

En ce qui concerne la bonne disposition des composants et l'utilisateur, les solutions de conception pour une posture correcte et un confort visuel sont la clé. Les composants du poste de travail informatique doivent être faciles à régler pour la variété des tâches et des personnes impliquées.

La fatigue oculaire peut être évitée en prenant des pauses visuelles périodiques, en évitant l'éblouissement et la réflexion et en plaçant le haut du moniteur de manière à ce qu'il soit au niveau des yeux. Les problèmes de vision peuvent également être évités si le moniteur a un taux de rafraîchissement de 70 Hz, de sorte que le scintillement de l'image est réduit.

De nombreux types d'effets de rayonnement sont possibles. Les émissions de rayonnement ultraviolet, visible, infrarouge, radiofréquence et micro-ondes provenant du matériel informatique sont généralement égales ou inférieures aux niveaux de fond normaux. Les effets possibles sur la santé des ondes à basse fréquence provenant des circuits électriques et des composants électroniques ne sont pas bien compris. À ce jour, cependant, aucune preuve solide n'identifie un risque pour la santé lié à l'exposition aux champs électromagnétiques associés aux écrans d'ordinateur. Les écrans d'ordinateur n'émettent pas de niveaux dangereux de rayons X.

 

Noir

Lire 6549 fois Dernière modification le Mardi, Septembre 06 2011 11: 51

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références du divertissement et des arts

Académie américaine des chirurgiens orthopédistes. 1991. Équipement de protection. Dans Entraînement sportif et médecine sportive. Park Ridge, Illinois : APOS.

Arheim, DD. 1986. Blessures en danse : leur prévention et leur prise en charge. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Armstrong, RA, P Neill et R Mossop. 1988. Asthme induit par la poussière d'ivoire : Une nouvelle cause professionnelle. Thorax 43 (9): 737-738.

Axelsson, A et F Lindgren. 1981. Audition de musiciens classiques. Acta Oto-Larynogologica 92 Supplément. 377 : 3-74.

Babin, A 1996. Mesures du niveau sonore des fosses d'orchestre dans les spectacles de Broadway. Présenté à la 26e réunion annuelle de l'American Public Health Association. New York, 20 novembre.

Baker, EL, WA Peterson, JL Holtz, C Coleman et PJ Landrigan. 1979. Intoxication subaiguë au cadmium chez les bijoutiers : une évaluation des procédures de diagnostic. Arch Environ Santé 34: 173-177.

Balafrej, A, J Bellakhdar, M El Haitem et H Khadri. 1984. Paralysie due à la colle chez de jeunes apprentis cordonniers de la médina de Fès. Rév Pédiatrie 20 (1): 43-47.

Ballesteros, M, CMA Zuniga et OA Cardenas. 1983. Concentrations de plomb dans le sang d'enfants de familles de potiers exposés à des sels de plomb dans un village mexicain. B Organe de santé panaméricain 17 (1): 35-41.

Bastien, RW. 1993. Troubles muqueux et sacculaires bénins ; tumeurs bénignes du larynx. Dans Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, édité par CW Cumming. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

—. 1996. Microchirurgie des cordes vocales chez les chanteurs. Journal de la voix 10 (4): 389-404

Bastian, R, A Keidar et K Verdolini-Marston. 1990. Tâches vocales simples pour détecter le gonflement des cordes vocales. Journal de la voix 4 (2): 172-183.

Bowling, A. 1989. Blessures aux danseurs : Prévalence, traitement et perception des causes. British Medical Journal 6675: 731-734.

Bruno, PJ, WN Scott et G Huie. 1995. Basket-ball. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. Philadelphie, Pennsylvanie : Annuaire Mosby.

Burr, GA, TJ Van Gilder, DB Trout, TG Wilcox et R Friscoll. 1994. Rapport d'évaluation des risques pour la santé : Actors' Equity Association/The League of American Theatres and Producers, Inc. Doc. HETA 90-355-2449. Cincinnati, OH : Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail.

Calabrese, LH, DT Kirkendal et M Floyd. 1983. Anomalies menstruelles, schémas nutritionnels et composition corporelle chez les danseuses de ballet classique. Physique, Sport, Médecine 11: 86-98.

Cardullo, AC, AM Ruszkowski et VA DeLeo. 1989. Dermatite de contact allergique résultant d'une sensibilité à l'écorce d'agrumes, au gériniol et au citral. J Am Acad Dermatol 21 (2): 395-397.

Carlson, T. 1989. Lumières ! Caméra! La tragédie. TV Guide (26 août):8-11.

Chasin, M et JP Chong. 1992. Un programme de protection auditive cliniquement efficace pour les musiciens. Artistes du spectacle Med Prob 7 (2): 40-43.

—. 1995. Quatre techniques environnementales pour réduire l'effet de l'exposition à la musique sur l'audition. Artistes du spectacle Med Prob 10 (2): 66-69.

Chaterjee, M. 1990. Travailleurs du prêt-à-porter à Ahmedabad. B Santé au travail Sécurité 19: 2-5.

Claire, RP. 1990. Football. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Cornell, C. 1988. Potiers, plomb et santé—Sécurité au travail dans un village mexicain (résumé de réunion). Résumé Pap Am Chem S 196: 14.

Conseil des affaires scientifiques de l'American Medical Association. 1983. Lésion cérébrale en boxe. JAMA 249: 254-257.

Das, PK, KP Shukla et FG Ory. 1992. Un programme de santé au travail pour adultes et enfants dans l'industrie du tissage de tapis, Mirzapur, Inde : Une étude de cas dans le secteur informel. Soc Sci Med 35 (10): 1293-1302.

Delacoste, F et P Alexandre. 1987. Travail du sexe : Écrits de femmes dans l'industrie du sexe. San Francisco, Californie : Cleis Press.

Depue, RH et BT Kagey. 1985. Une étude de mortalité proportionnelle de la profession d'acteur. Suis J Ind Med 8: 57-66.

Dominguez, R, JR DeJuanes Paardo, M Garcia Padros et F Rodriguez Artalejo. 1987. Vaccination antitétanique dans une population à haut risque. Med Ségur Trab 34: 50-56.

Driscoll, RJ, WJ Mulligan, D Schultz et A Candelaria. 1988. Mésothéliome malin : un cluster dans une population amérindienne. New Engl J Med 318: 1437-1438.

Estébanez, P, K Fitch et Nájera 1993. Le VIH et les professionnelles du sexe. Taureau QUI 71(3/4):397-412.

Evans, RW, RI Evans, S Carjaval et S Perry. 1996. Une enquête sur les blessures parmi les artistes de Broadway. Am J Santé publique 86: 77-80.

Feder, RJ. 1984. La voix professionnelle et le vol aérien. Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, 92 (3): 251-254.

Feldman, R et T Sedman. 1975. Amateurs travaillant avec du plomb. New Engl J Med 292: 929.

Fishbein, M. 1988. Problèmes médicaux chez les musiciens de l'ICSOM. Artistes du spectacle Med Prob 3: 1-14.

Fisher, AA. 1976. "Maladie du Blackjack" et autres puzzles de chromate. Cutis 18 (1): 21-22.

Frye, HJH. 1986. Incidence du syndrome de surutilisation dans l'orchestre symphonique. Artistes du spectacle Med Prob 1: 51-55.

Garrick, JM. 1977. La fréquence des blessures, le mécanisme des blessures et l'épidémiologie des entorses de la cheville. Am J Sports Med 5: 241-242.

Griffin, R, KD Peterson, J Halseth et B Reynolds. 1989. Étude radiographique des blessures au coude chez les cow-boys de rodéo professionnels. Physique, Sport, Médecine 17: 85-96.

Hamilton, LH et WG Hamilton. 1991. Ballet classique : Équilibrer les coûts de l'art et de l'athlétisme. Artistes du spectacle Med Prob 6: 39-44.

Hamilton, WG. 1988. Blessures au pied et à la cheville chez les danseurs. Dans Cliniques sportives d'Amérique du Nord, édité par L Yokum. Philadelphie, Pennsylvanie : Williams et Wilkins.

Hardaker, WTJ. 1987. Considérations médicales dans la formation en danse pour les enfants. Suis Fam Phys 35 (5): 93-99.

Henao, S. 1994. Conditions de santé des travailleurs latino-américains. Washington, DC : Association américaine de santé publique.

Huie, G et EB Hershman. 1994. Le sac du clinicien de l'équipe. Am Acad Phys Asst 7: 403-405.

Huie, G et WN Scott. 1995. Évaluation des entorses de la cheville chez les athlètes. Assistance Physique J 19 (10): 23-24.

Kipen, HM et Y Lerman. 1986. Anomalies respiratoires chez les révélateurs photographiques : un rapport de 3 cas. Suis J Ind Med 9: 341-347.

Knishkowy, B et EL Baker. 1986. Transmission des maladies professionnelles aux contacts familiaux. Suis J Ind Med 9: 543-550.

Koplan, JP, AV Wells, HJP Diggory, EL Baker et J Liddle. 1977. Absorption du plomb dans une communauté de potiers à la Barbade. Int J Epidemiol 6: 225-229.

Malhotra, HL. 1984. Sécurité incendie dans les bâtiments de montage. Sécurité incendie J 7 (3): 285-291.

Maloy, E. 1978. Sécurité des cabines de projection : nouvelles découvertes et nouveaux dangers. Int Assoc Electr Inspect Nouvelles 50 (4): 20-21.

McCann, M. 1989. 5 morts dans un accident d'hélicoptère de film. Art Hazards Actualités 12: 1.

—. 1991. Lumières! Caméra! Sécurité! Un manuel de santé et de sécurité pour la production cinématographique et télévisuelle. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1992a. Attention artiste. New York : Lyon et Burford.

—. 1992b. Procédures de sécurité artistique : un manuel de santé et de sécurité pour les écoles d'art et les départements d'art. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1996. Dangers dans les industries artisanales des pays en développement. Suis J Ind Med 30: 125-129.

McCann, M, N Hall, R Klarnet et PA Peltz. 1986. Risques reproductifs dans les arts et l'artisanat. Présenté à la conférence annuelle de la Society for Occupational and Environmental Health Conference on Reproductive Hazards in the Environment and Workplace, Bethesda, MD, 26 avril.

Miller, AB, DT Silverman et A Blair. 1986. Risque de cancer chez les artistes peintres. Suis J Ind Med 9: 281-287.

MMWR. 1982. Sensibilisation au chrome dans un atelier d'artiste. Représentant hebdomadaire de Morb Mort 31: 111.

—. 1996. Blessures au cerveau et à la moelle épinière liées à la conduite de taureaux - Louisiane, 1994-1995. Représentant hebdomadaire de Morb et Mort 45: 3-5.

Monk, TH. 1994. Rythmes circadiens dans l'activation subjective, l'humeur et l'efficacité de la performance. Dans Principes et pratique de la médecine du sommeil, 2e édition, éditée par M. Kryger et WC. Roth. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1991. Fumée de tabac environnementale sur le lieu de travail : NIOSH Current Intelligence Bulletin 54. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

Norris, inf. 1990. Troubles physiques des artistes visuels. Art Hazards Actualités 13 (2): 1.

Nube, J. 1995. Bêta-bloquants et musiciens interprètes. Thèse de doctorat. Amsterdam : Université d'Amsterdam.

O'Donoghue, DH. 1950. Traitement chirurgical des blessures fraîches des ligaments majeurs du genou. J Bone Joint Surg 32: 721-738.

Olkinuora, M. 1984. Alcoolisme et profession. Scand J Work Environ Santé 10 (6): 511-515.

—. 1976. Blessures au genou. Dans Traitement des blessures des athlètes, édité par DH O'Donoghue. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Organisation panaméricaine de la santé (OPS). 1994. Conditions de santé dans les Amériques. Vol. 1. Washington, DC : OPS.

Pheterson, G. 1989. La revendication des droits des putains. Seattle, Washington : Seal Press.

Prockup, L. 1978. Neuropathie chez un artiste. Pratique de l'hôpital (Novembre):89.

Qualley, Californie. 1986. Sécurité dans l'Artroom. Worcester, Massachusetts : Publications Davis.

Ramakrishna, RS, P Muthuthamby, RR Brooks et DE Ryan. 1982. Niveaux de plomb dans le sang des familles sri lankaises récupérant l'or et l'argent des déchets des bijoutiers. Arch Environ Santé 37 (2): 118-120.

Ramazzini, B. 1713. De morbis artificum (maladies des travailleurs). Chicago, IL: Presses de l'Université de Chicago.

Rastogi, SK, BN Gupta, H Chandra, N Mathur, PN Mahendra et T Husain. 1991. Une étude de la prévalence de la morbidité respiratoire chez les travailleurs de l'agate. Int Arch Occup Environ Santé 63 (1): 21-26.

Rossol, M. 1994. Le guide complet de santé et de sécurité de l'artiste. New York : Allworth Press.

Sachare, A. (éd.). 1994a. Règle #2. Section IIC. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

—. 1994b. Principe de base P : Lignes directrices pour le contrôle des infections. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

Sammarco, GJ. 1982. Le pied et la cheville dans le ballet classique et la danse moderne. Dans Troubles du pied, édité par MH Jahss. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Sataloff, RT. 1991. Voix professionnelle : la science et l'art des soins cliniques. New York : Raven Press.

—. 1995. Médicaments et leurs effets sur la voix. Journal du chant 52 (1): 47-52.

—. 1996. Pollution : Conséquences pour les chanteurs. Journal du chant 52 (3): 59-64.

Schall, EL, CH Powell, GA Gellin et MM Key. 1969. Dangers pour les danseurs go-go exposés à la lumière « noire » des ampoules fluorescentes. Am Ind Hyg Assoc J 30: 413-416.

Schnitt, JM et D Schnitt. 1987. Aspects psychologiques de la danse. Dans La science de la formation en danse, édité par P Clarkson et M Skrinar. Champaign, Illinois : Human Kinetics Press.

Seals, J. 1987. Surfaces de danse. Dans Médecine de la danse : un guide complet, édité par A Ryan et RE Stephens. Chicago, Illinois : Pluribus Press.

Sofue, I, Y Yamamura, K Ando, ​​M Iida et T Takayanagi. 1968. Polyneuropathie N-hexane. Clinique Neurol 8: 393-403.

Stewart, R et C Merlu. 1976. Danger du décapant pour peinture. JAMA 235: 398.

Tan, TC, HC Tsang et LL Wong. 1990. Enquêtes sur le bruit dans les discothèques à Hong Kong. Santé Ind 28 (1): 37-40.

Teitz, C, RM Harrington et H Wiley. 1985. Pression sur le pied dans les chaussures pointues. Cheville de pied 5: 216-221.

VanderGriend, RA, FH Savoie et JL Hughes. 1991. Fracture de la cheville. Dans Fractures de Rockwood et Green chez l'adulte, édité par CA Rockwood, DP Green et RW Bucholz. Philadelphie, Pennsylvanie : JB Lippincott Co.

Warren, M, J Brooks-Gunn et L Hamilton. 1986. Scoliose et fracture chez les jeunes danseurs de ballet : Relation avec l'âge de la ménarche retardée et l'aménorrhée. New Engl J Med 314: 1338-1353.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1976. Réunion sur l'organisation des soins de santé dans les petites industries. Genève : OMS.

Zeitels, S. 1995. Épithélium précancéreux et cancer microinvasif de la corde vocale : l'évolution de la prise en charge phonomicrochirurgicale. laryngoscope 105 (3): 1-51.