Lundi, Mars 28 2011 15: 43

Musées et galeries d'art

Évaluer cet élément
(6 votes)

Les musées et les galeries d'art sont une source populaire de divertissement et d'éducation pour le grand public. Il existe de nombreux types de musées, tels que les musées d'art, d'histoire, de sciences, d'histoire naturelle et les musées pour enfants. Les expositions, conférences et publications offertes au public par les musées ne sont cependant qu'une partie de la fonction des musées. La mission générale des musées et des galeries d'art est de collecter, conserver, étudier et exposer des objets d'importance artistique, historique, scientifique ou culturelle. La recherche de soutien (sur le terrain, littéraire et en laboratoire) et le soin des collections en coulisses représentent généralement la plus grande proportion des activités professionnelles. Les collections exposées représentent généralement une petite fraction des acquisitions totales du musée ou de la galerie, le reste étant entreposé sur place ou prêté à d'autres expositions ou projets de recherche. Les musées et les galeries peuvent être des entités autonomes ou affiliées à de plus grandes institutions telles que des universités, des agences gouvernementales, des installations de services armés, des sites historiques de service de parc ou même des industries spécifiques.

Les opérations d'un musée peuvent être divisées en plusieurs fonctions principales : opérations générales de construction, production d'expositions et de présentations, activités éducatives, gestion des collections (y compris les études sur le terrain) et conservation. Les professions, qui peuvent se chevaucher selon la taille du personnel, comprennent les métiers de l'entretien des bâtiments et les gardiens, les charpentiers, les conservateurs, les illustrateurs et les artistes, les bibliothécaires et les éducateurs, les chercheurs scientifiques, l'expédition et la réception spécialisées et la sécurité.

Opérations générales du bâtiment

L'exploitation de musées et de galeries pose des risques potentiels pour la sécurité et la santé, à la fois communs à d'autres professions et propres aux musées. En tant que bâtiments, les musées sont soumis à une mauvaise qualité de l'air intérieur et aux risques associés aux activités d'entretien, de réparation, de garde et de sécurité des grands bâtiments publics. Les systèmes de prévention des incendies sont essentiels pour protéger la vie du personnel et d'une multitude de visiteurs, ainsi que les collections inestimables.

Les tâches générales impliquent les gardiens ; spécialistes en chauffage, ventilation et climatisation (CVC) et ingénieurs en chaudières ; peintres; électriciens; plombiers; soudeurs; et machinistes. Les risques pour la sécurité comprennent les glissades, les trébuchements et les chutes; foulures du dos et des membres; choc électrique; et les incendies et explosions dus aux bouteilles de gaz comprimé ou au travail à chaud. Les risques pour la santé comprennent l'exposition à des matières dangereuses, au bruit, aux vapeurs métalliques, aux vapeurs et gaz de flux et au rayonnement ultraviolet ; et la dermatite causée par les huiles de coupe, les solvants, les époxy et les plastifiants. Le personnel de garde est exposé à des risques d'éclaboussures dues à la dilution de produits chimiques de nettoyage, à des réactions chimiques provenant de produits chimiques mal mélangés, à des dermatites, à des risques d'inhalation dus au balayage à sec d'éclats de peinture au plomb ou de produits chimiques de conservation résiduels dans les zones de stockage des collections, à des blessures causées par de la verrerie de laboratoire brisée ou à des travaux à proximité de produits chimiques de laboratoire sensibles et l'équipement, et les risques biologiques liés au nettoyage de l'extérieur des bâtiments des débris d'oiseaux.

Les bâtiments plus anciens sont sujets à la croissance de moisissures et de mildiou et à une mauvaise qualité de l'air intérieur. Ils sont souvent dépourvus de pare-vapeur sur les murs extérieurs et disposent de systèmes de traitement de l'air vétustes et difficiles à entretenir. La rénovation peut conduire à découvrir des dangers matériels dans les bâtiments centenaires comme dans les bâtiments modernes. Les peintures au plomb, les revêtements au mercure sur les anciennes surfaces en miroir et l'amiante dans les finitions décoratives et l'isolation en sont quelques exemples. Dans le cas des bâtiments historiques, la nécessité de préserver l'intégrité historique doit être mise en balance avec les exigences de conception des codes de sécurité des personnes et des aménagements pour les personnes handicapées. Les installations de système de ventilation par aspiration ne doivent pas détruire les façades historiques. Les lignes de toit ou les restrictions d'horizon dans les quartiers historiques peuvent poser de sérieux défis à la construction de cheminées d'échappement d'une hauteur suffisante. Les barrières utilisées pour séparer les zones de construction doivent souvent être des unités autonomes qui ne peuvent pas être attachées à des murs qui ont des caractéristiques historiques. La rénovation ne doit pas endommager les supports sous-jacents qui peuvent être constitués de bois précieux ou de finitions. Ces restrictions peuvent entraîner des dangers accrus. Les systèmes de détection et d'extinction d'incendie et la construction coupe-feu sont essentiels.

Les précautions comprennent l'utilisation d'équipements de protection individuelle (EPI) pour les yeux, le visage, la tête, l'ouïe et la respiration ; Sécurité électrique; dispositifs de protection des machines et programmes de verrouillage/étiquetage ; bon entretien de votre maison; stockage de matières dangereuses compatible et bouteilles de gaz comprimé sécurisées ; systèmes de détection et d'extinction d'incendie; dépoussiéreurs, évacuation locale et utilisation d'aspirateurs à filtre à particules à haute efficacité (HEPA); formation sur le levage et la manutention sécuritaires; sécurité des chariots élévateurs; utilisation de palans, d'élingues et d'élévateurs hydrauliques ; contrôle des déversements de produits chimiques; douches de sécurité et douches oculaires; trousses de premiers soins; et des programmes de communication sur les dangers et de formation des employés sur les dangers des matériaux et des emplois (en particulier pour les gardiens dans les laboratoires) et les moyens de protection.

Production d'expositions et de présentations

La production et l'installation d'expositions et de présentations de musée peuvent impliquer un large éventail d'activités. Par exemple, une exposition d'animaux dans un musée d'histoire naturelle pourrait impliquer la production de vitrines ; la construction d'une reproduction de l'habitat naturel de l'animal ; la fabrication du modèle animal lui-même ; des documents écrits, oraux et illustrés pour accompagner l'exposition ; éclairage approprié; et plus. Les processus impliqués dans la production de l'exposition peuvent inclure : la menuiserie ; travail des métaux; travailler avec des plastiques, des résines plastiques et de nombreux autres matériaux ; arts graphiques; et la photographie.

Les ateliers de fabrication d'expositions et de graphisme partagent des risques similaires avec les menuisiers, les sculpteurs, les graphistes, les métallurgistes et les photographes. Des risques spécifiques pour la santé ou la sécurité peuvent découler de l'installation d'expositions dans des halls sans ventilation adéquate, du nettoyage des vitrines contenant des résidus de matériaux de traitement dangereux, de l'exposition au formaldéhyde lors de la mise en place de photographies d'échantillons de collecte de fluides et de la coupe à grande vitesse de bois traité avec un ignifuge , pouvant dégager des gaz acides irritants (oxydes de soufre, phosphore).

Les précautions comprennent un équipement de protection individuelle approprié, un traitement acoustique et des contrôles d'échappement locaux sur les machines à bois ; une ventilation adéquate pour les tables graphiques, les cabines de lavage de sérigraphie, les zones de mélange de peinture, les zones de résine plastique et le développement de photos ; et l'utilisation de systèmes d'encre à base d'eau.

Activités éducatives

Les activités éducatives du musée peuvent inclure des conférences, la distribution de publications, des activités artistiques et scientifiques pratiques, etc. Ceux-ci peuvent s'adresser soit aux adultes, soit aux enfants. Les activités artistiques et scientifiques peuvent souvent impliquer l'utilisation de produits chimiques toxiques dans des pièces non équipées d'une ventilation adéquate et d'autres précautions, la manipulation d'oiseaux et d'animaux empaillés conservés à l'arsenic, d'équipements électriques, etc. Des risques pour la sécurité peuvent exister à la fois pour le personnel éducatif du musée et pour les participants, en particulier les enfants. De tels programmes devraient être évalués pour déterminer quels types de précautions sont nécessaires et s'ils peuvent être appliqués en toute sécurité dans le cadre du musée.

Gestion des collections d'art et d'artefacts

La gestion des collections comprend la collecte ou l'acquisition sur le terrain, le contrôle des stocks, les techniques d'entreposage appropriées, la préservation et la lutte antiparasitaire. Le travail sur le terrain peut impliquer de creuser lors d'expéditions archéologiques, de préserver des spécimens botaniques, d'insectes et autres, de faire des moulages de spécimens, de forer des roches fossiles et plus encore. Les tâches du personnel de conservation du musée comprennent la manipulation des spécimens, leur examen avec une variété de techniques (par exemple, la microscopie, les rayons X), la lutte antiparasitaire, leur préparation pour les expositions et la gestion des expositions itinérantes.

Des dangers peuvent survenir à toutes les étapes de la gestion des collections, y compris ceux associés au travail sur le terrain, les dangers inhérents à la manipulation de l'objet ou du spécimen lui-même, les résidus d'anciennes méthodes de conservation ou de fumigation (qui peuvent ne pas avoir été bien documentés par le collecteur d'origine) et risques associés à l'application de pesticides et de fumigants. Le tableau 1 donne les dangers et les précautions associés à certaines de ces opérations.

Tableau 1. Dangers et précautions des processus de gestion des collections.

Processus

Dangers et précautions

Travail sur le terrain et manipulation des spécimens

Blessures ergonomiques dues au forage répétitif sur des roches fossiles et au levage de charges lourdes ; risques biologiques liés au nettoyage de surface des débris d'oiseaux, réaction allergique (pulmonaire et cutanée) due aux excréments d'insectes, manipulation de spécimens vivants et morts, en particulier d'oiseaux et de mammifères (plaque, virus Hanta) et autres tissus malades ; et les risques chimiques liés aux milieux de conservation.

Les précautions comprennent des commandes ergonomiques ; Aspirateurs HEPA pour le contrôle des allergènes de détritus, des œufs d'insectes, des larves; les précautions universelles pour éviter l'exposition du personnel aux agents pathogènes des animaux ; et une ventilation adéquate ou une protection respiratoire lors de la manipulation d'agents de conservation dangereux.

Taxidermie et préparation ostéologique

Les risques pour la santé dans la préparation des peaux, des montures entières et des spécimens squelettiques, et dans le nettoyage et la restauration des montures plus anciennes, résultent de l'exposition aux solvants et dégraissants utilisés pour nettoyer les peaux et les restes squelettiques (après macération); les conservateurs résiduels, notamment l'arsenic (applications internes et externes) ; préparation ostéologique (hydroxyde d'ammonium, solvants, dégraissants); le formaldéhyde pour la conservation des parties d'organes après autopsie (ou nécropsie) ; allergènes d'excréments; contact avec des spécimens malades; plâtre d'amiante dans les anciennes montures. Les risques de sécurité et d'incendie comprennent les efforts de levage lourds ; blessures causées par l'utilisation d'outils électriques, de couteaux ou d'objets tranchants sur des spécimens ; et l'utilisation de mélanges inflammables ou combustibles.

Les précautions comprennent une ventilation par aspiration locale ; respirateurs, gants, tabliers; utilisation de brosses et d'aspirateurs HEPA pour nettoyer la fourrure et réorganiser la sieste au lieu de l'air comprimé à basse pression ou d'un brossage vigoureux seul ; et l'utilisation de désinfectants dans les nécropsies et autres zones de manipulation. Vérifiez auprès de l'autorité environnementale locale le statut d'approbation actuel pour la taxidermie et les applications chimiques de préservation.

Illustrateurs et examens microscopiques par les conservateurs et leurs techniciens

Exposition à des milieux de stockage dangereux à courte distance et xylène, alcools, formaldéhyde/glutaraldéhyde et tétroxyde d'osmium utilisés en histologie (coupe, coloration, montage de lames) pour la microscopie électronique à balayage et à transmission.

See recherche en laboratoire pour les précautions appropriées.

Utilisation de fumigants et de pesticides

Les dommages causés par les insectes aux collections ne peuvent être tolérés, mais l'utilisation aveugle de produits chimiques peut avoir des effets secondaires néfastes sur la santé du personnel et sur les collections. Les programmes de lutte antiparasitaire intégrée (IPM) sont maintenant utilisés comme moyen pratique de lutte antiparasitaire tout en réduisant les risques pour la santé et la collecte. Les pesticides et fumigants chimiques couramment utilisés (dont beaucoup sont désormais interdits ou restreints) comprennent(d) : le DDT, le naphtalène, le PDB, le dichlorvos, l'oxyde d'éthylène, le tétrachlorure de carbone, le dichlorure d'éthylène, le bromure de méthyle et le fluorure de sulfuryle. Beaucoup ont de faibles propriétés d'avertissement, sont extrêmement toxiques ou mortels pour les humains à de faibles concentrations et doivent être appliqués par des exterminateurs ou des fumigateurs professionnels agréés hors site ou à l'extérieur des zones occupées. Tous nécessitent une aération complète dans une zone bien ventilée pour éliminer tous les produits de dégagement gazeux des matériaux de collecte poreux.

Les précautions comprennent l'EPI, le respirateur, la ventilation, la protection contre les éclaboussures, la surveillance médicale, les aspirateurs HEPA, les licences réglementaires pour les applicateurs et l'échantillonnage de l'air avant la rentrée dans les espaces fumigés.

Recherche en laboratoire

Les tâches dangereuses impliquent la systématique moléculaire ; Recherche d'ADN et stockage général de cellules vivantes et de cultures tissulaires (milieux de croissance); DMSO, isotopes radioactifs, une grande variété de solvants, acides, éther éthylique ; liquides cryogéniques pour lyophilisation (azote, etc.); et l'utilisation de colorants à base de benzidine.

Les précautions comprennent la protection cryogénique (gants, écrans faciaux, tabliers, zones bien ventilées, soupapes de sécurité, systèmes de transport et de stockage à haute pression), les enceintes de sécurité biologique, les hottes et respirateurs de laboratoire de rayonnement, les enceintes d'aspiration locale pour les stations de pesée et de microscope ; nettoyer les bancs avec des filtres de qualité HEPA, des gants et des blouses de laboratoire, des lunettes de protection, des aspirateurs HEPA pour le contrôle des allergènes de détritus, des œufs d'insectes, des larves ; et les précautions universelles pour éviter l'exposition du personnel de laboratoire et de garde aux agents pathogènes des animaux.

Expédition, réception et préparation des collections prêtées pour les expositions

Exposition à des supports de stockage inconnus et à des matériaux d'expédition potentiellement dangereux (par exemple, des caisses doublées de papier d'amiante) provenant de pays sans exigences strictes en matière de rapports environnementaux.

Les précautions comprennent des avertissements de danger appropriés sur les expositions prêtées sortantes et la garantie que les documents d'exposition entrants stipulent le contenu.

 

Il existe également des dangers associés aux objets de collection eux-mêmes. Les collections humides présentent en général les risques suivants : exposition au formaldéhyde utilisé pour la fixation sur le terrain et le stockage permanent ; trier les échantillons du formaldéhyde au stockage d'alcool (généralement de l'éthanol ou de l'isopropanol); et des « liquides mystères » sur les prêts entrants. Les collectes sèches présentent en général les risques suivants : conservateurs particulaires résiduels, tels que le trioxyde d'arsenic, le chlorure mercurique, la strychnine et le DDT ; et la vaporisation de composés laissant des résidus ou une recristallisation, tels que des bandes de dichlorvos/vapona nuisibles, du paradichlorobenzène (PDB) et du naphtalène. Voir le tableau 2 pour une liste de nombreux dangers particuliers rencontrés dans la gestion des collections. Ce tableau comprend également les dangers associés à la conservation de ces spécimens.

Tableau 2. Dangers des objets de collection.

Source de danger

Danger

Botaniques, vertébrés et invertébrés

Milieux de stockage contenant du formaldéhyde, de l'acide acétique, de l'alcool, du formaldéhyde utilisé pour la fixation sur le terrain, le tri vers le stockage de l'alcool, du chlorure mercurique sur des spécimens de plantes montés à sec, des oiseaux et des mammifères conservés à l'arsenic et au mercure, des adhésifs pour montage à sec ; allergènes des excréments d'insectes.

Arts décoratifs, céramique, pierre et métal

Les pigments ou les conservateurs peuvent contenir du mercure. Les objets plaqués argent ou or peuvent contenir du cyanure lié à la finition (qui peut être libéré par le lavage à l'eau). Les objets en celluloïd (ivoire français) sont des risques d'incendie. Les articles de fête et les bijoux en émail peuvent contenir des pigments d'uranium radioactifs.

Entomologie

Expositions au naphtalène et au paradichlorobenzène (PDB) lors du réapprovisionnement des tiroirs de stockage ou de l'observation d'échantillons ; préparations de bouteilles de collecte sur le terrain utilisant des sels de cyanure.

Meubles

Les meubles peuvent avoir été traités avec des produits de préservation du bois contenant du pentachlorophénol, du plomb et d'autres pigments toxiques. Le nettoyage et la restauration peuvent impliquer un traitement avec des essences minérales, des décapants de peinture au chlorure de méthylène, des vernis et des laques.

Minéraux

Spécimens radioactifs, minerais naturels de métaux et minéraux hautement toxiques (plomb/asbestiforme), bruit de préparation des coupes, époxy pour la préparation des lames/coupes.

Dangers divers

Produits pharmaceutiques anciens dans les collections médicales, dentaires et vétérinaires (qui peuvent s'être dégradés, être des substances illégales ou se transformer en composés réactifs ou explosifs) ; poudre à canon, armes à feu; le tétrachlorure de carbone dans les extincteurs des XIXe et XXe siècles ; acide de batterie de véhicule; PCB dans les transformateurs, condensateurs et autres collections électriques ; les feutres au mercure dans les générateurs statiques, les phares et les collections scientifiques ; l'amiante des plâtres dans les montures de trophées, les moulages et une variété d'appareils électroménagers, les émaux céramiques, le câblage et les textiles.

Peintures, estampes et papier

Ceux-ci peuvent contenir des pigments hautement toxiques de plomb (flocons blancs, céruse, jaune de chrome), de cadmium, de chrome (cancérogène sous forme de chromate), de cobalt (en particulier de cobalt violet ou d'arséniate de cobalt), de manganèse et de mercure. Le cyanure peut être présent dans certaines encres d'imprimerie et dans des papiers peints anciens (XIXe siècle) ; du mercure a été ajouté à certaines peintures et tissus pour prévenir la moisissure; les colorants au noir de fumée et au goudron de houille sont cancérigènes. Le nettoyage et la restauration de ces matériaux peuvent impliquer l'utilisation de solvants, de vernis, de laques, d'agents de blanchiment au dioxyde de chlore, etc.

Spécimens paléobiologiques

Risques ergonomiques et sanitaires liés à la préparation de fossiles impliquant le forage ou le déchiquetage d'une matrice rocheuse contenant de la silice cristalline libre, de l'amiante ou du minerai radioactif ; époxydes et plastiques liquides pour moulages fossiles; bruit; solvants et acides pour la digestion des roches (fluorhydrique le plus dangereux).

Photographes

Le film de nitrocellulose présente un risque de combustion spontanée et l'acide nitrique brûle à cause de la décomposition du film. Il devrait être copié sur un film moderne. La restauration tonifiante au sélénium peut impliquer des risques d'exposition au sélénium et au dioxyde de soufre et nécessite une ventilation adéquate.

Mallettes de rangement

La peinture de surface au plomb et au cadmium, les joints en feutre traité à l'arsenic et l'isolant en amiante rendent les caisses difficiles à éliminer. Les résidus et les copeaux contenant ces substances présentent des risques lors du nettoyage intérieur et extérieur du boîtier ; les débris sous vide peuvent être considérés comme des déchets dangereux.

Textiles, vêtements

Les dangers comprennent les colorants (en particulier à base de benzidine), les niveaux de fibres, l'arsenic pour la dentelle et la préservation d'autres composants, le mercure pour le traitement du feutre ; matières végétales vénéneuses utilisées pour la décoration de vêtements; moisissure, mildiou, allergènes provenant de parties d'insectes et d'excréments (excréments).


Laboratoires de conservation

 Les considérations de santé et de sécurité au travail sont similaires à celles de l'industrie générale. Les précautions comprennent la maintenance professionnelle d'un bon inventaire des méthodes de traitement des prélèvements, un équipement de protection individuelle, y compris des gants en vinyle (et non en latex) pour la manipulation des échantillons secs, des gants imperméables et une protection contre les éclaboussures pour les liquides. Surveillance médicale concernant les risques généraux et reproductifs ; bonnes pratiques d'hygiène - blouses de laboratoire et vêtements de travail lavés séparément des vêtements familiaux (ou mieux au travail dans une laveuse dédiée); éviter le balayage à sec (utiliser des aspirateurs HEPA); éviter les aspirateurs à piège à eau sur les collections suspectes ; méthodes appropriées d'élimination des déchets dangereux; et la formation du personnel à l'information sur les risques chimiques en sont quelques exemples.

Les travaux de conservation, souvent dans des laboratoires grandeur nature, impliquent le nettoyage et la restauration (par des moyens chimiques ou physiques) d'éléments tels que peintures, papier, photographies, livres, manuscrits, timbres, meubles, textiles, céramique et verre, métaux, pierre, instruments de musique, uniformes et costumes, cuir, paniers, masques et autres objets ethnographiques. Les dangers propres à la conservation vont d'expositions hautement intermittentes à des quantités de produits chimiques de restauration de la taille d'un compte-gouttes, à des expositions potentiellement lourdes lors de l'utilisation de grandes quantités de produits chimiques pour traiter des spécimens statuaires ou de grands vertébrés. Des blessures ergonomiques sont possibles en raison de positions inconfortables de la main et du pinceau lors de travaux de peinture ou de restauration statuaire et de levage de charges lourdes. Une grande variété de solvants et d'autres produits chimiques sont utilisés pour le nettoyage et la restauration des objets de collection. De nombreuses techniques utilisées pour la restauration d'œuvres d'art endommagées, par exemple, sont les mêmes et impliquent les mêmes risques et précautions que celles du processus artistique original. Les dangers proviennent également de la composition et de la finition de l'objet lui-même, comme décrit dans le tableau 2. Pour les précautions, voir la section précédente.

 

Noir

Lire 7961 fois Dernière modification le vendredi 12 août 2011 18:30
Plus dans cette catégorie: Zoos et aquariums »

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références du divertissement et des arts

Académie américaine des chirurgiens orthopédistes. 1991. Équipement de protection. Dans Entraînement sportif et médecine sportive. Park Ridge, Illinois : APOS.

Arheim, DD. 1986. Blessures en danse : leur prévention et leur prise en charge. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Armstrong, RA, P Neill et R Mossop. 1988. Asthme induit par la poussière d'ivoire : Une nouvelle cause professionnelle. Thorax 43 (9): 737-738.

Axelsson, A et F Lindgren. 1981. Audition de musiciens classiques. Acta Oto-Larynogologica 92 Supplément. 377 : 3-74.

Babin, A 1996. Mesures du niveau sonore des fosses d'orchestre dans les spectacles de Broadway. Présenté à la 26e réunion annuelle de l'American Public Health Association. New York, 20 novembre.

Baker, EL, WA Peterson, JL Holtz, C Coleman et PJ Landrigan. 1979. Intoxication subaiguë au cadmium chez les bijoutiers : une évaluation des procédures de diagnostic. Arch Environ Santé 34: 173-177.

Balafrej, A, J Bellakhdar, M El Haitem et H Khadri. 1984. Paralysie due à la colle chez de jeunes apprentis cordonniers de la médina de Fès. Rév Pédiatrie 20 (1): 43-47.

Ballesteros, M, CMA Zuniga et OA Cardenas. 1983. Concentrations de plomb dans le sang d'enfants de familles de potiers exposés à des sels de plomb dans un village mexicain. B Organe de santé panaméricain 17 (1): 35-41.

Bastien, RW. 1993. Troubles muqueux et sacculaires bénins ; tumeurs bénignes du larynx. Dans Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, édité par CW Cumming. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

—. 1996. Microchirurgie des cordes vocales chez les chanteurs. Journal de la voix 10 (4): 389-404

Bastian, R, A Keidar et K Verdolini-Marston. 1990. Tâches vocales simples pour détecter le gonflement des cordes vocales. Journal de la voix 4 (2): 172-183.

Bowling, A. 1989. Blessures aux danseurs : Prévalence, traitement et perception des causes. British Medical Journal 6675: 731-734.

Bruno, PJ, WN Scott et G Huie. 1995. Basket-ball. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. Philadelphie, Pennsylvanie : Annuaire Mosby.

Burr, GA, TJ Van Gilder, DB Trout, TG Wilcox et R Friscoll. 1994. Rapport d'évaluation des risques pour la santé : Actors' Equity Association/The League of American Theatres and Producers, Inc. Doc. HETA 90-355-2449. Cincinnati, OH : Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail.

Calabrese, LH, DT Kirkendal et M Floyd. 1983. Anomalies menstruelles, schémas nutritionnels et composition corporelle chez les danseuses de ballet classique. Physique, Sport, Médecine 11: 86-98.

Cardullo, AC, AM Ruszkowski et VA DeLeo. 1989. Dermatite de contact allergique résultant d'une sensibilité à l'écorce d'agrumes, au gériniol et au citral. J Am Acad Dermatol 21 (2): 395-397.

Carlson, T. 1989. Lumières ! Caméra! La tragédie. TV Guide (26 août):8-11.

Chasin, M et JP Chong. 1992. Un programme de protection auditive cliniquement efficace pour les musiciens. Artistes du spectacle Med Prob 7 (2): 40-43.

—. 1995. Quatre techniques environnementales pour réduire l'effet de l'exposition à la musique sur l'audition. Artistes du spectacle Med Prob 10 (2): 66-69.

Chaterjee, M. 1990. Travailleurs du prêt-à-porter à Ahmedabad. B Santé au travail Sécurité 19: 2-5.

Claire, RP. 1990. Football. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Cornell, C. 1988. Potiers, plomb et santé—Sécurité au travail dans un village mexicain (résumé de réunion). Résumé Pap Am Chem S 196: 14.

Conseil des affaires scientifiques de l'American Medical Association. 1983. Lésion cérébrale en boxe. JAMA 249: 254-257.

Das, PK, KP Shukla et FG Ory. 1992. Un programme de santé au travail pour adultes et enfants dans l'industrie du tissage de tapis, Mirzapur, Inde : Une étude de cas dans le secteur informel. Soc Sci Med 35 (10): 1293-1302.

Delacoste, F et P Alexandre. 1987. Travail du sexe : Écrits de femmes dans l'industrie du sexe. San Francisco, Californie : Cleis Press.

Depue, RH et BT Kagey. 1985. Une étude de mortalité proportionnelle de la profession d'acteur. Suis J Ind Med 8: 57-66.

Dominguez, R, JR DeJuanes Paardo, M Garcia Padros et F Rodriguez Artalejo. 1987. Vaccination antitétanique dans une population à haut risque. Med Ségur Trab 34: 50-56.

Driscoll, RJ, WJ Mulligan, D Schultz et A Candelaria. 1988. Mésothéliome malin : un cluster dans une population amérindienne. New Engl J Med 318: 1437-1438.

Estébanez, P, K Fitch et Nájera 1993. Le VIH et les professionnelles du sexe. Taureau QUI 71(3/4):397-412.

Evans, RW, RI Evans, S Carjaval et S Perry. 1996. Une enquête sur les blessures parmi les artistes de Broadway. Am J Santé publique 86: 77-80.

Feder, RJ. 1984. La voix professionnelle et le vol aérien. Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, 92 (3): 251-254.

Feldman, R et T Sedman. 1975. Amateurs travaillant avec du plomb. New Engl J Med 292: 929.

Fishbein, M. 1988. Problèmes médicaux chez les musiciens de l'ICSOM. Artistes du spectacle Med Prob 3: 1-14.

Fisher, AA. 1976. "Maladie du Blackjack" et autres puzzles de chromate. Cutis 18 (1): 21-22.

Frye, HJH. 1986. Incidence du syndrome de surutilisation dans l'orchestre symphonique. Artistes du spectacle Med Prob 1: 51-55.

Garrick, JM. 1977. La fréquence des blessures, le mécanisme des blessures et l'épidémiologie des entorses de la cheville. Am J Sports Med 5: 241-242.

Griffin, R, KD Peterson, J Halseth et B Reynolds. 1989. Étude radiographique des blessures au coude chez les cow-boys de rodéo professionnels. Physique, Sport, Médecine 17: 85-96.

Hamilton, LH et WG Hamilton. 1991. Ballet classique : Équilibrer les coûts de l'art et de l'athlétisme. Artistes du spectacle Med Prob 6: 39-44.

Hamilton, WG. 1988. Blessures au pied et à la cheville chez les danseurs. Dans Cliniques sportives d'Amérique du Nord, édité par L Yokum. Philadelphie, Pennsylvanie : Williams et Wilkins.

Hardaker, WTJ. 1987. Considérations médicales dans la formation en danse pour les enfants. Suis Fam Phys 35 (5): 93-99.

Henao, S. 1994. Conditions de santé des travailleurs latino-américains. Washington, DC : Association américaine de santé publique.

Huie, G et EB Hershman. 1994. Le sac du clinicien de l'équipe. Am Acad Phys Asst 7: 403-405.

Huie, G et WN Scott. 1995. Évaluation des entorses de la cheville chez les athlètes. Assistance Physique J 19 (10): 23-24.

Kipen, HM et Y Lerman. 1986. Anomalies respiratoires chez les révélateurs photographiques : un rapport de 3 cas. Suis J Ind Med 9: 341-347.

Knishkowy, B et EL Baker. 1986. Transmission des maladies professionnelles aux contacts familiaux. Suis J Ind Med 9: 543-550.

Koplan, JP, AV Wells, HJP Diggory, EL Baker et J Liddle. 1977. Absorption du plomb dans une communauté de potiers à la Barbade. Int J Epidemiol 6: 225-229.

Malhotra, HL. 1984. Sécurité incendie dans les bâtiments de montage. Sécurité incendie J 7 (3): 285-291.

Maloy, E. 1978. Sécurité des cabines de projection : nouvelles découvertes et nouveaux dangers. Int Assoc Electr Inspect Nouvelles 50 (4): 20-21.

McCann, M. 1989. 5 morts dans un accident d'hélicoptère de film. Art Hazards Actualités 12: 1.

—. 1991. Lumières! Caméra! Sécurité! Un manuel de santé et de sécurité pour la production cinématographique et télévisuelle. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1992a. Attention artiste. New York : Lyon et Burford.

—. 1992b. Procédures de sécurité artistique : un manuel de santé et de sécurité pour les écoles d'art et les départements d'art. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1996. Dangers dans les industries artisanales des pays en développement. Suis J Ind Med 30: 125-129.

McCann, M, N Hall, R Klarnet et PA Peltz. 1986. Risques reproductifs dans les arts et l'artisanat. Présenté à la conférence annuelle de la Society for Occupational and Environmental Health Conference on Reproductive Hazards in the Environment and Workplace, Bethesda, MD, 26 avril.

Miller, AB, DT Silverman et A Blair. 1986. Risque de cancer chez les artistes peintres. Suis J Ind Med 9: 281-287.

MMWR. 1982. Sensibilisation au chrome dans un atelier d'artiste. Représentant hebdomadaire de Morb Mort 31: 111.

—. 1996. Blessures au cerveau et à la moelle épinière liées à la conduite de taureaux - Louisiane, 1994-1995. Représentant hebdomadaire de Morb et Mort 45: 3-5.

Monk, TH. 1994. Rythmes circadiens dans l'activation subjective, l'humeur et l'efficacité de la performance. Dans Principes et pratique de la médecine du sommeil, 2e édition, éditée par M. Kryger et WC. Roth. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1991. Fumée de tabac environnementale sur le lieu de travail : NIOSH Current Intelligence Bulletin 54. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

Norris, inf. 1990. Troubles physiques des artistes visuels. Art Hazards Actualités 13 (2): 1.

Nube, J. 1995. Bêta-bloquants et musiciens interprètes. Thèse de doctorat. Amsterdam : Université d'Amsterdam.

O'Donoghue, DH. 1950. Traitement chirurgical des blessures fraîches des ligaments majeurs du genou. J Bone Joint Surg 32: 721-738.

Olkinuora, M. 1984. Alcoolisme et profession. Scand J Work Environ Santé 10 (6): 511-515.

—. 1976. Blessures au genou. Dans Traitement des blessures des athlètes, édité par DH O'Donoghue. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Organisation panaméricaine de la santé (OPS). 1994. Conditions de santé dans les Amériques. Vol. 1. Washington, DC : OPS.

Pheterson, G. 1989. La revendication des droits des putains. Seattle, Washington : Seal Press.

Prockup, L. 1978. Neuropathie chez un artiste. Pratique de l'hôpital (Novembre):89.

Qualley, Californie. 1986. Sécurité dans l'Artroom. Worcester, Massachusetts : Publications Davis.

Ramakrishna, RS, P Muthuthamby, RR Brooks et DE Ryan. 1982. Niveaux de plomb dans le sang des familles sri lankaises récupérant l'or et l'argent des déchets des bijoutiers. Arch Environ Santé 37 (2): 118-120.

Ramazzini, B. 1713. De morbis artificum (maladies des travailleurs). Chicago, IL: Presses de l'Université de Chicago.

Rastogi, SK, BN Gupta, H Chandra, N Mathur, PN Mahendra et T Husain. 1991. Une étude de la prévalence de la morbidité respiratoire chez les travailleurs de l'agate. Int Arch Occup Environ Santé 63 (1): 21-26.

Rossol, M. 1994. Le guide complet de santé et de sécurité de l'artiste. New York : Allworth Press.

Sachare, A. (éd.). 1994a. Règle #2. Section IIC. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

—. 1994b. Principe de base P : Lignes directrices pour le contrôle des infections. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

Sammarco, GJ. 1982. Le pied et la cheville dans le ballet classique et la danse moderne. Dans Troubles du pied, édité par MH Jahss. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Sataloff, RT. 1991. Voix professionnelle : la science et l'art des soins cliniques. New York : Raven Press.

—. 1995. Médicaments et leurs effets sur la voix. Journal du chant 52 (1): 47-52.

—. 1996. Pollution : Conséquences pour les chanteurs. Journal du chant 52 (3): 59-64.

Schall, EL, CH Powell, GA Gellin et MM Key. 1969. Dangers pour les danseurs go-go exposés à la lumière « noire » des ampoules fluorescentes. Am Ind Hyg Assoc J 30: 413-416.

Schnitt, JM et D Schnitt. 1987. Aspects psychologiques de la danse. Dans La science de la formation en danse, édité par P Clarkson et M Skrinar. Champaign, Illinois : Human Kinetics Press.

Seals, J. 1987. Surfaces de danse. Dans Médecine de la danse : un guide complet, édité par A Ryan et RE Stephens. Chicago, Illinois : Pluribus Press.

Sofue, I, Y Yamamura, K Ando, ​​M Iida et T Takayanagi. 1968. Polyneuropathie N-hexane. Clinique Neurol 8: 393-403.

Stewart, R et C Merlu. 1976. Danger du décapant pour peinture. JAMA 235: 398.

Tan, TC, HC Tsang et LL Wong. 1990. Enquêtes sur le bruit dans les discothèques à Hong Kong. Santé Ind 28 (1): 37-40.

Teitz, C, RM Harrington et H Wiley. 1985. Pression sur le pied dans les chaussures pointues. Cheville de pied 5: 216-221.

VanderGriend, RA, FH Savoie et JL Hughes. 1991. Fracture de la cheville. Dans Fractures de Rockwood et Green chez l'adulte, édité par CA Rockwood, DP Green et RW Bucholz. Philadelphie, Pennsylvanie : JB Lippincott Co.

Warren, M, J Brooks-Gunn et L Hamilton. 1986. Scoliose et fracture chez les jeunes danseurs de ballet : Relation avec l'âge de la ménarche retardée et l'aménorrhée. New Engl J Med 314: 1338-1353.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1976. Réunion sur l'organisation des soins de santé dans les petites industries. Genève : OMS.

Zeitels, S. 1995. Épithélium précancéreux et cancer microinvasif de la corde vocale : l'évolution de la prise en charge phonomicrochirurgicale. laryngoscope 105 (3): 1-51.