Jeudi, Mars 24 2011 15: 57

Les musiciens

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Le musicien s'appuie sur l'utilisation habile des muscles, des nerfs et des os (système neuromusculo-squelettique). Jouer d'un instrument nécessite des mouvements répétitifs finement contrôlés et implique souvent de travailler dans des postures non naturelles pendant de longues périodes de pratique et de performance (figure 1). Ces demandes sur le corps peuvent entraîner des types spécifiques de problèmes de santé. De plus, des conditions de travail défavorables, telles que des niveaux d'exposition sonore excessifs, des périodes prolongées de performance sans repos et une préparation inadéquate pour un répertoire ou des instruments nouveaux et difficiles peuvent affecter la santé des musiciens de tous les groupes d'âge et à tous les niveaux de capacité d'interprétation. La reconnaissance de ces risques, un diagnostic précis et un traitement précoce préviendront les incapacités professionnelles susceptibles d'interférer avec, d'interrompre ou de mettre fin à une carrière.

Figure 1. Orchestre.

ENT180F1

Problèmes neuromusculo-squelettiques

Des études menées aux États-Unis, en Australie et au Canada suggèrent qu'environ 60 % des musiciens seront confrontés à des blessures menaçant leur carrière au cours de leur vie professionnelle. Des études cliniques transversales ont examiné la prévalence des troubles musculo-tendineux, des syndromes de compression des nerfs périphériques et des problèmes de contrôle moteur. Ces études ont révélé plusieurs diagnostics courants, qui comprennent divers syndromes de surutilisation, y compris la tension des muscles et du tissu conjonctif qui contrôlent les mouvements de flexion et d'extension du poignet et des doigts. Ces syndromes résultent du mouvement répétitif et énergique des unités musculo-tendineuses. D'autres diagnostics courants concernent la douleur dans les parties du corps qui sont impliquées dans une tension prolongée due à des postures inconfortables et déséquilibrées tout en jouant des instruments de musique. Jouer des instruments dans les groupes décrits ci-dessous consiste à exercer une pression sur les branches des nerfs du poignet et de l'avant-bras, des épaules, du bras et du cou. Les crampes professionnelles ou les spasmes musculaires (dystonie focale) sont également des problèmes courants qui peuvent souvent affecter les artistes interprètes ou exécutants au sommet de leur carrière.

Instruments à cordes : Violon, alto, violoncelle, basse, harpe, guitare classique et guitare électrique

Les problèmes de santé chez les musiciens qui jouent des instruments à cordes sont souvent causés par la manière dont le musicien soutient l'instrument et la posture adoptée en position assise ou debout et en jouant. Par exemple, la plupart des violonistes et altistes soutiennent leurs instruments entre l'épaule gauche et le menton. Souvent, l'épaule gauche du musicien sera surélevée et le menton et la mâchoire gauches s'abaisseront afin de permettre à la main gauche de se déplacer sur la touche. Élever une articulation et appuyer en même temps conduit à un état de contraction statique qui favorise les douleurs au cou et aux épaules, des troubles de l'articulation temporo-mandibulaire impliquant les nerfs et les muscles de la mâchoire et le syndrome du défilé thoracique, qui peut inclure des douleurs ou des engourdissements dans le cou , épaules et haut de la poitrine. Les postures assises statiques prolongées, en particulier en adoptant une posture courbée, favorisent la douleur dans les grands groupes musculaires qui soutiennent la posture. La rotation statique de la colonne vertébrale est souvent nécessaire pour jouer de la basse à cordes, de la harpe et de la guitare classique. Les guitares électriques lourdes sont généralement soutenues par une sangle sur le cou et l'épaule gauche, contribuant à la pression sur les nerfs de l'épaule et du bras (le plexus brachial) et donc à la douleur. Ces problèmes de posture et de maintien contribuent au développement d'efforts et de pressions des nerfs et des muscles du poignet et des doigts en favorisant leur mauvais alignement. Par exemple, le poignet gauche peut être utilisé pour des mouvements de flexion répétitifs excessifs qui entraînent une tension des muscles extenseurs du poignet et des doigts et le développement du syndrome du canal carpien. La pression sur les nerfs de l'épaule et du bras (troncs inférieurs du plexus brachial) peut contribuer à des problèmes de coude, tels qu'un syndrome de double écrasement et une neuropathie ulnaire.

Instruments à clavier : Piano, clavecin, orgue, synthétiseurs et claviers électroniques

Jouer d'un instrument à clavier nécessite d'adopter une posture similaire à celle de la frappe. Souvent, l'orientation vers l'avant et vers le bas de la tête pour regarder les touches et les mains et le mouvement répétitif vers le haut pour regarder la musique provoquent des douleurs dans les nerfs et les muscles du cou et du dos. Les épaules seront souvent arrondies, combinées à une posture de pointe vers l'avant et à une respiration peu profonde. Une affection connue sous le nom de syndrome du défilé thoracique peut se développer à la suite d'une compression chronique des nerfs et des vaisseaux sanguins qui passent entre les muscles du cou, des épaules et de la cage thoracique. De plus, la tendance d'un musicien à plier les poignets et à courber les doigts tout en gardant les articulations main/doigt à plat exerce une tension excessive sur les muscles du poignet et des doigts dans l'avant-bras. De plus, l'utilisation répétée du pouce maintenu dans une position sous la main tend les muscles du pouce qui s'étendent et lient les muscles extenseurs des doigts sur le dos de la main. La force répétitive élevée nécessaire pour jouer de grands accords ou octaves peut forcer la capsule de l'articulation du poignet et entraîner la formation de ganglions. Une co-contraction prolongée des muscles qui tournent et déplacent les bras de haut en bas peut entraîner des syndromes de compression nerveuse. Les spasmes et crampes musculaires (dystonie focale) sont fréquents chez ce groupe d'instrumentistes, nécessitant parfois de longues périodes de rééducation neuromusculaire pour corriger les schémas de mouvement qui peuvent conduire à ces difficultés.

Instruments à vent et cuivres : Flûte, clarinette, hautbois, saxophone, basson, trompette, cor français, trombone, tuba et cornemuse

Un musicien qui joue de l'un de ces instruments variera sa posture en fonction de la nécessité de contrôler le flux d'air, car la posture contrôlera la zone à partir de laquelle la respiration diaphragmatique et intercostale est tirée. Le jeu de ces instruments dépend de la façon dont l'embouchure est tenue (l'embouchure) qui est contrôlée par les muscles faciaux et pharyngés. L'embouchure contrôle la production sonore des anches vibrantes ou de l'embouchure. La posture affecte également la façon dont le musicien soutient l'instrument en position assise ou debout et dans l'utilisation des touches ou des valves de l'instrument qui régissent la hauteur de la note jouée par les doigts. Par exemple, la flûte traditionnelle française à trou ouvert nécessite une adduction et une flexion soutenues (flexion vers l'avant) de l'épaule gauche, une abduction soutenue (éloignement) de l'épaule droite et une rotation de la tête et du cou vers la gauche dans un léger mouvement. Le poignet gauche est souvent tenu dans une position extrêmement pliée tandis que la main est également étendue afin de soutenir l'instrument par l'index gauche recourbé et les deux pouces, contrebalancés par l'auriculaire droit. Cela favorise la tension des muscles de l'avant-bras et des muscles qui permettent l'extension des doigts et des pouces. La tendance à projeter la tête et le cou vers l'avant et à utiliser une respiration superficielle augmente les risques de développer un syndrome du défilé thoracique.

Instruments de percussion : batterie, timbales, cymbales, xylophone, marimba, tabla et taiko

L'utilisation de bâtons, de maillets et des mains nues pour frapper divers instruments de percussion entraîne un recul rapide des poignets et des doigts à l'impact. La vibration impulsionnelle provoquée par la frappe de l'instrument est transmise à la main et au bras et contribue aux microtraumatismes répétés des unités musculo-tendineuses et des nerfs périphériques. Des facteurs biomécaniques, tels que la quantité de force utilisée, la nature répétitive du jeu et la charge statique placée sur les muscles peuvent aggraver les blessures. Le syndrome du canal carpien et la formation de nodules dans les gaines tendineuses sont courants dans ce groupe de musiciens.

Perte d'audition

Le risque de perte auditive lié à l'exposition à la musique dépend de l'intensité et de la durée de l'exposition. Il n'est pas rare d'avoir des niveaux d'exposition de 100 dB lors d'un passage calme de musique orchestrale, avec des valeurs crêtes de 126 dB mesurées à l'épaule d'un instrumentiste au milieu de l'orchestre. Au poste de chef d'orchestre ou d'enseignant, des niveaux de 110 dB dans un orchestre ou un groupe sont courants. Les niveaux d'exposition pour les musiciens pop/rock et jazz peuvent être considérablement plus élevés, selon l'acoustique physique de la scène ou de la fosse, le système d'amplification et l'emplacement des haut-parleurs ou d'autres instruments. La durée moyenne d'exposition peut être d'environ 40 heures par semaine, mais de nombreux musiciens professionnels joueront de 60 à 80 heures par semaine à l'occasion. La perte auditive chez les musiciens est beaucoup plus fréquente que prévu, avec environ 89 % des musiciens professionnels qui ont subi des lésions musculo-squelettiques présentant également un résultat de test auditif anormal, avec une perte auditive dans la région de 3 à 6 kHz.

Des protections auditives individuelles peuvent être utilisées mais elles doivent être adaptées à chaque type d'instrument (Chasin et Chong 1992). En insérant un atténuateur acoustique ou un filtre dans des bouchons d'oreille moulés sur mesure, l'intensité des sons à haute fréquence transmis par des bouchons d'oreille ordinaires est réduite à une atténuation plate telle que mesurée au niveau du tympan, ce qui devrait être moins dommageable pour l'oreille. L'utilisation d'un évent accordé ou réglable dans un bouchon d'oreille personnalisé permettra aux basses fréquences et à une certaine énergie harmonique de passer à travers le bouchon d'oreille sans atténuation. Les bouchons d'oreille peuvent être conçus pour fournir une légère amplification afin de modifier la perception de la voix du chanteur, permettant ainsi à l'artiste de réduire le risque de fatigue vocale. En fonction de la nature psycho-acoustique de l'instrument et des expositions musicales environnantes, une réduction substantielle du risque de développement d'une perte auditive peut être obtenue. L'amélioration de la perception de l'intensité relative de la propre performance du musicien peut réduire le risque de microtraumatismes répétés par une réduction relative de la force des mouvements répétitifs.

Il existe des stratégies pratiques pour réduire l'exposition des musiciens qui n'interfèrent pas avec la production musicale (Chasin et Chong 1995). Les enceintes de haut-parleurs peuvent être élevées au-dessus du niveau du sol, ce qui entraîne une perte minimale d'énergie sonore à basse fréquence, tout en préservant un volume suffisant pour que le musicien puisse jouer à un niveau d'intensité inférieur. Les musiciens qui jouent des instruments à haute intensité et très directionnels tels que les trompettes et les trombones doivent être sur des élévateurs afin que le son passe au-dessus des autres musiciens, réduisant ainsi son impact. Il doit y avoir 2 m d'espace libre au sol devant l'orchestre. Les petits instruments à cordes doivent toujours avoir au moins 2 m d'espace libre au-dessus d'eux.

 

Noir

Lire 5608 fois Dernière modification le Mardi, Septembre 06 2011 12: 22

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références du divertissement et des arts

Académie américaine des chirurgiens orthopédistes. 1991. Équipement de protection. Dans Entraînement sportif et médecine sportive. Park Ridge, Illinois : APOS.

Arheim, DD. 1986. Blessures en danse : leur prévention et leur prise en charge. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Armstrong, RA, P Neill et R Mossop. 1988. Asthme induit par la poussière d'ivoire : Une nouvelle cause professionnelle. Thorax 43 (9): 737-738.

Axelsson, A et F Lindgren. 1981. Audition de musiciens classiques. Acta Oto-Larynogologica 92 Supplément. 377 : 3-74.

Babin, A 1996. Mesures du niveau sonore des fosses d'orchestre dans les spectacles de Broadway. Présenté à la 26e réunion annuelle de l'American Public Health Association. New York, 20 novembre.

Baker, EL, WA Peterson, JL Holtz, C Coleman et PJ Landrigan. 1979. Intoxication subaiguë au cadmium chez les bijoutiers : une évaluation des procédures de diagnostic. Arch Environ Santé 34: 173-177.

Balafrej, A, J Bellakhdar, M El Haitem et H Khadri. 1984. Paralysie due à la colle chez de jeunes apprentis cordonniers de la médina de Fès. Rév Pédiatrie 20 (1): 43-47.

Ballesteros, M, CMA Zuniga et OA Cardenas. 1983. Concentrations de plomb dans le sang d'enfants de familles de potiers exposés à des sels de plomb dans un village mexicain. B Organe de santé panaméricain 17 (1): 35-41.

Bastien, RW. 1993. Troubles muqueux et sacculaires bénins ; tumeurs bénignes du larynx. Dans Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, édité par CW Cumming. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

—. 1996. Microchirurgie des cordes vocales chez les chanteurs. Journal de la voix 10 (4): 389-404

Bastian, R, A Keidar et K Verdolini-Marston. 1990. Tâches vocales simples pour détecter le gonflement des cordes vocales. Journal de la voix 4 (2): 172-183.

Bowling, A. 1989. Blessures aux danseurs : Prévalence, traitement et perception des causes. British Medical Journal 6675: 731-734.

Bruno, PJ, WN Scott et G Huie. 1995. Basket-ball. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. Philadelphie, Pennsylvanie : Annuaire Mosby.

Burr, GA, TJ Van Gilder, DB Trout, TG Wilcox et R Friscoll. 1994. Rapport d'évaluation des risques pour la santé : Actors' Equity Association/The League of American Theatres and Producers, Inc. Doc. HETA 90-355-2449. Cincinnati, OH : Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail.

Calabrese, LH, DT Kirkendal et M Floyd. 1983. Anomalies menstruelles, schémas nutritionnels et composition corporelle chez les danseuses de ballet classique. Physique, Sport, Médecine 11: 86-98.

Cardullo, AC, AM Ruszkowski et VA DeLeo. 1989. Dermatite de contact allergique résultant d'une sensibilité à l'écorce d'agrumes, au gériniol et au citral. J Am Acad Dermatol 21 (2): 395-397.

Carlson, T. 1989. Lumières ! Caméra! La tragédie. TV Guide (26 août):8-11.

Chasin, M et JP Chong. 1992. Un programme de protection auditive cliniquement efficace pour les musiciens. Artistes du spectacle Med Prob 7 (2): 40-43.

—. 1995. Quatre techniques environnementales pour réduire l'effet de l'exposition à la musique sur l'audition. Artistes du spectacle Med Prob 10 (2): 66-69.

Chaterjee, M. 1990. Travailleurs du prêt-à-porter à Ahmedabad. B Santé au travail Sécurité 19: 2-5.

Claire, RP. 1990. Football. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Cornell, C. 1988. Potiers, plomb et santé—Sécurité au travail dans un village mexicain (résumé de réunion). Résumé Pap Am Chem S 196: 14.

Conseil des affaires scientifiques de l'American Medical Association. 1983. Lésion cérébrale en boxe. JAMA 249: 254-257.

Das, PK, KP Shukla et FG Ory. 1992. Un programme de santé au travail pour adultes et enfants dans l'industrie du tissage de tapis, Mirzapur, Inde : Une étude de cas dans le secteur informel. Soc Sci Med 35 (10): 1293-1302.

Delacoste, F et P Alexandre. 1987. Travail du sexe : Écrits de femmes dans l'industrie du sexe. San Francisco, Californie : Cleis Press.

Depue, RH et BT Kagey. 1985. Une étude de mortalité proportionnelle de la profession d'acteur. Suis J Ind Med 8: 57-66.

Dominguez, R, JR DeJuanes Paardo, M Garcia Padros et F Rodriguez Artalejo. 1987. Vaccination antitétanique dans une population à haut risque. Med Ségur Trab 34: 50-56.

Driscoll, RJ, WJ Mulligan, D Schultz et A Candelaria. 1988. Mésothéliome malin : un cluster dans une population amérindienne. New Engl J Med 318: 1437-1438.

Estébanez, P, K Fitch et Nájera 1993. Le VIH et les professionnelles du sexe. Taureau QUI 71(3/4):397-412.

Evans, RW, RI Evans, S Carjaval et S Perry. 1996. Une enquête sur les blessures parmi les artistes de Broadway. Am J Santé publique 86: 77-80.

Feder, RJ. 1984. La voix professionnelle et le vol aérien. Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, 92 (3): 251-254.

Feldman, R et T Sedman. 1975. Amateurs travaillant avec du plomb. New Engl J Med 292: 929.

Fishbein, M. 1988. Problèmes médicaux chez les musiciens de l'ICSOM. Artistes du spectacle Med Prob 3: 1-14.

Fisher, AA. 1976. "Maladie du Blackjack" et autres puzzles de chromate. Cutis 18 (1): 21-22.

Frye, HJH. 1986. Incidence du syndrome de surutilisation dans l'orchestre symphonique. Artistes du spectacle Med Prob 1: 51-55.

Garrick, JM. 1977. La fréquence des blessures, le mécanisme des blessures et l'épidémiologie des entorses de la cheville. Am J Sports Med 5: 241-242.

Griffin, R, KD Peterson, J Halseth et B Reynolds. 1989. Étude radiographique des blessures au coude chez les cow-boys de rodéo professionnels. Physique, Sport, Médecine 17: 85-96.

Hamilton, LH et WG Hamilton. 1991. Ballet classique : Équilibrer les coûts de l'art et de l'athlétisme. Artistes du spectacle Med Prob 6: 39-44.

Hamilton, WG. 1988. Blessures au pied et à la cheville chez les danseurs. Dans Cliniques sportives d'Amérique du Nord, édité par L Yokum. Philadelphie, Pennsylvanie : Williams et Wilkins.

Hardaker, WTJ. 1987. Considérations médicales dans la formation en danse pour les enfants. Suis Fam Phys 35 (5): 93-99.

Henao, S. 1994. Conditions de santé des travailleurs latino-américains. Washington, DC : Association américaine de santé publique.

Huie, G et EB Hershman. 1994. Le sac du clinicien de l'équipe. Am Acad Phys Asst 7: 403-405.

Huie, G et WN Scott. 1995. Évaluation des entorses de la cheville chez les athlètes. Assistance Physique J 19 (10): 23-24.

Kipen, HM et Y Lerman. 1986. Anomalies respiratoires chez les révélateurs photographiques : un rapport de 3 cas. Suis J Ind Med 9: 341-347.

Knishkowy, B et EL Baker. 1986. Transmission des maladies professionnelles aux contacts familiaux. Suis J Ind Med 9: 543-550.

Koplan, JP, AV Wells, HJP Diggory, EL Baker et J Liddle. 1977. Absorption du plomb dans une communauté de potiers à la Barbade. Int J Epidemiol 6: 225-229.

Malhotra, HL. 1984. Sécurité incendie dans les bâtiments de montage. Sécurité incendie J 7 (3): 285-291.

Maloy, E. 1978. Sécurité des cabines de projection : nouvelles découvertes et nouveaux dangers. Int Assoc Electr Inspect Nouvelles 50 (4): 20-21.

McCann, M. 1989. 5 morts dans un accident d'hélicoptère de film. Art Hazards Actualités 12: 1.

—. 1991. Lumières! Caméra! Sécurité! Un manuel de santé et de sécurité pour la production cinématographique et télévisuelle. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1992a. Attention artiste. New York : Lyon et Burford.

—. 1992b. Procédures de sécurité artistique : un manuel de santé et de sécurité pour les écoles d'art et les départements d'art. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1996. Dangers dans les industries artisanales des pays en développement. Suis J Ind Med 30: 125-129.

McCann, M, N Hall, R Klarnet et PA Peltz. 1986. Risques reproductifs dans les arts et l'artisanat. Présenté à la conférence annuelle de la Society for Occupational and Environmental Health Conference on Reproductive Hazards in the Environment and Workplace, Bethesda, MD, 26 avril.

Miller, AB, DT Silverman et A Blair. 1986. Risque de cancer chez les artistes peintres. Suis J Ind Med 9: 281-287.

MMWR. 1982. Sensibilisation au chrome dans un atelier d'artiste. Représentant hebdomadaire de Morb Mort 31: 111.

—. 1996. Blessures au cerveau et à la moelle épinière liées à la conduite de taureaux - Louisiane, 1994-1995. Représentant hebdomadaire de Morb et Mort 45: 3-5.

Monk, TH. 1994. Rythmes circadiens dans l'activation subjective, l'humeur et l'efficacité de la performance. Dans Principes et pratique de la médecine du sommeil, 2e édition, éditée par M. Kryger et WC. Roth. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1991. Fumée de tabac environnementale sur le lieu de travail : NIOSH Current Intelligence Bulletin 54. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

Norris, inf. 1990. Troubles physiques des artistes visuels. Art Hazards Actualités 13 (2): 1.

Nube, J. 1995. Bêta-bloquants et musiciens interprètes. Thèse de doctorat. Amsterdam : Université d'Amsterdam.

O'Donoghue, DH. 1950. Traitement chirurgical des blessures fraîches des ligaments majeurs du genou. J Bone Joint Surg 32: 721-738.

Olkinuora, M. 1984. Alcoolisme et profession. Scand J Work Environ Santé 10 (6): 511-515.

—. 1976. Blessures au genou. Dans Traitement des blessures des athlètes, édité par DH O'Donoghue. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Organisation panaméricaine de la santé (OPS). 1994. Conditions de santé dans les Amériques. Vol. 1. Washington, DC : OPS.

Pheterson, G. 1989. La revendication des droits des putains. Seattle, Washington : Seal Press.

Prockup, L. 1978. Neuropathie chez un artiste. Pratique de l'hôpital (Novembre):89.

Qualley, Californie. 1986. Sécurité dans l'Artroom. Worcester, Massachusetts : Publications Davis.

Ramakrishna, RS, P Muthuthamby, RR Brooks et DE Ryan. 1982. Niveaux de plomb dans le sang des familles sri lankaises récupérant l'or et l'argent des déchets des bijoutiers. Arch Environ Santé 37 (2): 118-120.

Ramazzini, B. 1713. De morbis artificum (maladies des travailleurs). Chicago, IL: Presses de l'Université de Chicago.

Rastogi, SK, BN Gupta, H Chandra, N Mathur, PN Mahendra et T Husain. 1991. Une étude de la prévalence de la morbidité respiratoire chez les travailleurs de l'agate. Int Arch Occup Environ Santé 63 (1): 21-26.

Rossol, M. 1994. Le guide complet de santé et de sécurité de l'artiste. New York : Allworth Press.

Sachare, A. (éd.). 1994a. Règle #2. Section IIC. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

—. 1994b. Principe de base P : Lignes directrices pour le contrôle des infections. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

Sammarco, GJ. 1982. Le pied et la cheville dans le ballet classique et la danse moderne. Dans Troubles du pied, édité par MH Jahss. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Sataloff, RT. 1991. Voix professionnelle : la science et l'art des soins cliniques. New York : Raven Press.

—. 1995. Médicaments et leurs effets sur la voix. Journal du chant 52 (1): 47-52.

—. 1996. Pollution : Conséquences pour les chanteurs. Journal du chant 52 (3): 59-64.

Schall, EL, CH Powell, GA Gellin et MM Key. 1969. Dangers pour les danseurs go-go exposés à la lumière « noire » des ampoules fluorescentes. Am Ind Hyg Assoc J 30: 413-416.

Schnitt, JM et D Schnitt. 1987. Aspects psychologiques de la danse. Dans La science de la formation en danse, édité par P Clarkson et M Skrinar. Champaign, Illinois : Human Kinetics Press.

Seals, J. 1987. Surfaces de danse. Dans Médecine de la danse : un guide complet, édité par A Ryan et RE Stephens. Chicago, Illinois : Pluribus Press.

Sofue, I, Y Yamamura, K Ando, ​​M Iida et T Takayanagi. 1968. Polyneuropathie N-hexane. Clinique Neurol 8: 393-403.

Stewart, R et C Merlu. 1976. Danger du décapant pour peinture. JAMA 235: 398.

Tan, TC, HC Tsang et LL Wong. 1990. Enquêtes sur le bruit dans les discothèques à Hong Kong. Santé Ind 28 (1): 37-40.

Teitz, C, RM Harrington et H Wiley. 1985. Pression sur le pied dans les chaussures pointues. Cheville de pied 5: 216-221.

VanderGriend, RA, FH Savoie et JL Hughes. 1991. Fracture de la cheville. Dans Fractures de Rockwood et Green chez l'adulte, édité par CA Rockwood, DP Green et RW Bucholz. Philadelphie, Pennsylvanie : JB Lippincott Co.

Warren, M, J Brooks-Gunn et L Hamilton. 1986. Scoliose et fracture chez les jeunes danseurs de ballet : Relation avec l'âge de la ménarche retardée et l'aménorrhée. New Engl J Med 314: 1338-1353.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1976. Réunion sur l'organisation des soins de santé dans les petites industries. Genève : OMS.

Zeitels, S. 1995. Épithélium précancéreux et cancer microinvasif de la corde vocale : l'évolution de la prise en charge phonomicrochirurgicale. laryngoscope 105 (3): 1-51.