Lundi, Avril 04 2011 18: 40

Services funéraires

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Profil général

En supposant une population mondiale de 5 milliards, entre un quart et un demi-million de personnes meurent chaque jour. Beaucoup de morts sont des nourrissons ou des enfants, mais finalement tous ceux qui naissent mourront aussi. Malgré la diversité des cultures et des croyances religieuses entourant la mort, les restes corporels de chaque personne doivent être éliminés. En général, les deux principales méthodes de disposition des restes humains consistent en l'inhumation et la crémation. Ces deux méthodes d'élimination ont souvent été appliquées aux restes humains non traités. De nombreuses cultures, cependant, ont développé des rites funéraires qui prescrivent un certain traitement du cadavre. Des rites plus simples peuvent inclure le lavage de la surface externe avec des herbes et des épices pour ralentir ou masquer le début de la décomposition et l'odeur associée aux tissus morts. Des rites plus sophistiqués comprennent des procédures intrusives telles que l'embaumement et le prélèvement d'organes internes. L'embaumement implique généralement le remplacement du sang par un liquide d'embaumement ou de conservation. Les Égyptiens ont été parmi les premières cultures à se développer et à pratiquer l'embaumement des morts. L'embaumement a été largement pratiqué au XXe siècle dans toute l'Europe occidentale et l'Amérique du Nord. L'embaumement peut être suivi soit d'une inhumation, soit d'une crémation. En dehors de l'Europe occidentale et de l'Amérique du Nord, l'inhumation ou la crémation ne sont généralement pas précédées d'un embaumement.

Processus funéraires

La préparation et l'inhumation d'une personne décédée peuvent impliquer de nombreux processus, notamment :

  • laver la surface du corps avec diverses préparations
  • habiller le corps avec des vêtements funéraires
  • les autopsies, dans certaines circonstances, qui impliquent une procédure intrusive, comme la dissection et l'analyse du sang et des tissus corporels
  • embaumement et prélèvement d'organes internes
  • application de produits cosmétiques pour couvrir les dommages visibles si le corps doit être vu
  • transporter le corps au lieu d'inhumation ou de crémation
  • levage du corps et du cercueil, et abaissement dans la tombe
  • creusement et remplissage de la tombe
  • possible exhumation du corps et autopsie ultérieure.

 

Trois types de dangers sont toujours associés à la manipulation d'humains décédés : microbien, psychologique et ergonomique. Un quatrième type de danger - l'exposition chimique - est introduit lors de l'embaumement. Aux États-Unis, de nombreux États ont promulgué des lois qui exigent qu'un corps soit embaumé si la personne décédée est vue dans un cercueil ouvert.

Dangers microbiens

La mort est souvent causée par la maladie. Après la mort, les germes qui ont causé la maladie peuvent continuer à vivre dans la personne décédée et peuvent infecter les personnes manipulant le cadavre.

Des maladies contagieuses telles que la peste et la variole se sont propagées par une mauvaise manipulation des victimes décédées des suites de ces maladies. La voie d'exposition doit être prise en compte lors de l'évaluation du danger microbien associé à la manipulation des cadavres. De nombreuses maladies se propagent en touchant une source de contamination, puis en introduisant cet organisme pathogène, ou agent pathogène, dans les muqueuses en se frottant les yeux ou le nez, ou en ingérant l'agent pathogène. Certaines maladies peuvent être contractées simplement en inhalant l'agent pathogène. L'inhalation peut être un danger particulier lors de l'exhumation, lorsque les restes sont secs, ou lors de procédures qui aérosolisent des parties du corps humain, comme le sciage à travers l'os d'une personne décédée. La contagion des maladies est encore exacerbée lorsque des procédures avec des instruments pointus sont utilisées dans les rites funéraires. De telles pratiques introduisent la possibilité d'une exposition parentérale.

Les dangers microbiens peuvent être classés de différentes manières, y compris le type d'organisme pathogène, le type de maladie, la gravité de la maladie et la voie d'infection. La voie d'infection est peut-être la manière la plus utile de discuter des risques microbiens rencontrés par les travailleurs funéraires. Les voies d'infection sont l'ingestion, l'inhalation, le toucher ou le contact superficiel et la voie parentérale ou la perforation d'une surface corporelle.

Ingestion comme voie d'exposition peut être contrôlée par une bonne hygiène personnelle - c'est-à-dire, toujours se laver les mains avant de manger ou de fumer, et en gardant les aliments, les boissons ou tout objet qui sera mis dans la bouche (comme les cigarettes) hors des zones de risque possible. contamination. Ceci est également important pour contrôler l'exposition aux produits chimiques. En plus d'une hygiène personnelle soigneuse, le port de gants imperméables lors de la manipulation des morts peut réduire la probabilité d'infection.

Inhalation l'exposition ne se produit que lorsque des organismes pathogènes sont en suspension dans l'air. Pour les travailleurs funéraires, les deux principales façons dont les agents pathogènes peuvent se propager dans l'air sont lors d'une exhumation ou lors de procédures d'autopsie au cours desquelles une scie est utilisée pour couper à travers l'os. Une troisième possibilité d'aérosolisation d'un agent pathogène - la tuberculose, par exemple - est lorsque l'air est expulsé des poumons d'un cadavre lors de la manipulation. Bien que les épidémies du passé aient inclus la peste, le choléra, la typhoïde, la tuberculose, l'anthrax et la variole, seuls les organismes responsables de l'anthrax et de la variole semblent capables de survivre longtemps après l'enterrement (Healing, Hoffman et Young 1995). Ces agents pathogènes se trouveraient dans n'importe lequel des tissus mous, pas dans les os, et en particulier dans les tissus mous devenus momifiés et/ou desséchés et friables. La bactérie du charbon peut former des spores qui restent viables pendant de longues périodes, en particulier dans des conditions sèches. Des virus de la variole intacts prélevés sur les tissus de corps enterrés dans les années 1850 ont été identifiés au microscope électronique. Aucun des virus ne s'est développé en culture tissulaire et ils ont été jugés non infectieux (Baxter, Brazier et Young 1988). Cependant, le virus de la variole est resté infectieux après 13 ans d'entreposage à sec dans des conditions de laboratoire (Wolff et Croon 1968). Un article paru dans le Journal de la santé publique (Royaume-Uni) au cours des années 1850 rapporte des inquiétudes concernant l'infectiosité de la variole à partir de restes enterrés deux cents ans plus tôt à Montréal, lorsque la variole était répandue dans le Nouveau Monde (Sly 1994).

Les spores fongiques sont peut-être une source plus probable d'exposition par inhalation lors de l'exhumation. Chaque fois que du matériel ancien, quel qu'il soit, est déplacé, une protection contre l'inhalation de spores fongiques doit être fournie. Les respirateurs jetables à haute efficacité contre les particules (HEPA), développés principalement pour la protection contre la tuberculose et la poussière de plomb, sont également très efficaces contre les spores fongiques. En plus des préoccupations microbiennes, la possibilité d'exposition à la poussière de bois et/ou au plomb doit être évaluée avant toute exhumation.

La principale voie d'infection de la tuberculose est l'inhalation. L'incidence de la tuberculose a augmenté au cours du dernier quart du XXe siècle, principalement en raison de la diminution de la vigilance de la santé publique et de l'émergence de souches bactériennes résistantes à plusieurs groupes d'antibiotiques. Une étude récente menée à la Johns Hopkins School of Public Health (Baltimore, Maryland, États-Unis) indique que 18.8 % des embaumeurs ont obtenu des résultats positifs aux tests cutanés à la tuberculine. Seulement 6.8% des personnes employées dans le secteur funéraire qui ne sont pas des embaumeurs ont obtenu des résultats positifs au même test. Le taux de réactivité plus faible est similaire à celui du grand public (Gershon et Karkashion 1996).

Le virus de l'hépatite B (VHB) et le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) sont infectieux s'ils entrent en contact avec les muqueuses ou sont introduits dans la circulation sanguine par une coupure ou une ponction. Une étude des praticiens des services funéraires du Maryland a indiqué que 10 % avaient été exposés aux muqueuses au cours des 6 derniers mois et 15 % avaient signalé une piqûre d'aiguille au cours des 6 derniers mois (Gershon et al. 1995). D'autres études américaines ont rapporté qu'entre 39 et 53 % des pompes funèbres avaient subi une piqûre d'aiguille au cours des 12 derniers mois (Nwanyanwu, Tubasuri et Harris 1989). Aux États-Unis, la prévalence signalée du VHB se situe entre 7.5 et 12.0 % chez les pompes funèbres non vaccinées et 2.6 % ou moins chez les travailleurs funéraires vaccinés. Le taux de vaccination déclaré varie entre 19 et 60 % des pompes funèbres aux États-Unis. Bien qu'il existe un vaccin contre le VHB, il n'existe actuellement aucun vaccin contre le VIH.

Le VIH et le VHB ne sont infectieux que lorsque le virus entre en contact avec les muqueuses ou est introduit dans la circulation sanguine d'un autre être humain. Le virus n'est pas absorbé par la peau intacte. Les muqueuses comprennent la bouche, le nez et les yeux. Ces virus peuvent être introduits dans la circulation sanguine par une coupure ou une abrasion de la peau, ou en perforant ou en coupant la peau avec un instrument contaminé par le virus. Les mains fissurées à cause de la sécheresse ou d'un ongle peuvent constituer des voies d'entrée pour ces virus. Par conséquent, pour prévenir la transmission de ces maladies, il est important de fournir une barrière imperméable aux fluides corporels, d'éviter les éclaboussures de fluides contaminés sur les yeux, le nez ou la bouche, et d'empêcher de perforer ou de couper la peau avec un instrument contaminé par le VIH ou le VHB. L'utilisation de gants en latex et d'un écran facial peut souvent fournir cette protection. Les gants en latex, cependant, ont une durée de conservation limitée en fonction de la quantité de lumière solaire et de chaleur à laquelle ils ont été exposés. En général, le latex doit être soumis à des tests de résistance si les gants ont été stockés pendant plus d'un an. Les tests de résistance consistent à remplir le gant d'eau et à observer si des fuites se développent pendant au moins deux minutes. Certains pays occidentaux, comme les États-Unis et la Grande-Bretagne, ont adopté l'idée de précautions universelles, ce qui signifie que chaque cadavre est traité comme s'il était infecté par le VIH et le VHB.

Risques psychologiques

Dans de nombreuses cultures, la famille du défunt prépare le corps de son parent décédé pour l'inhumation ou la crémation. Dans d'autres cultures, un groupe spécialisé d'individus prépare les corps des morts pour l'enterrement ou la crémation. Il y a un effet psychologique sur les vivants lorsqu'ils sont impliqués dans la manipulation de cadavres. L'effet psychologique est réel quelles que soient les procédures utilisées dans les rites funéraires. Récemment, on s'est intéressé à l'identification et à l'évaluation des effets de l'exécution des rites funéraires sur ceux qui les exécutent réellement.

Bien que les risques psychologiques d'être un travailleur funéraire professionnel n'aient pas été largement étudiés, les effets psychologiques du traitement des restes humains d'une mort traumatique ont été récemment analysés. Les principaux effets psychologiques semblent être l'anxiété, la dépression et la somatisation (la tendance à signaler des maux physiques), ainsi que l'irritabilité, les troubles de l'appétit et du sommeil et l'augmentation de la consommation d'alcool (Ursano et al. 1995). L'état de stress post-traumatique (ESPT) est survenu chez un nombre important de personnes qui ont manipulé des victimes de décès traumatiques. Immédiatement après une catastrophe au cours de laquelle des restes humains ont été manipulés par des secouristes, entre 20 et 40 % des secouristes ont été considérés comme appartenant à une catégorie à haut risque, comme l'ont démontré les tests psychologiques, mais seuls 10 % environ des secouristes ont été diagnostiqués avec le SSPT. Les effets psychologiques étaient toujours présents chez les secouristes un an après la catastrophe, mais l'incidence a été considérablement réduite. Cependant, des effets psychologiques indésirables ont été détectés chez des individus plusieurs années après l'événement traumatique.

Bon nombre de ces études ont été réalisées sur du personnel militaire. Ils indiquent que les taux de stress généralisés sont plus élevés chez les personnes inexpérimentées qui n'étaient pas bénévoles, et qu'il y avait une incidence accrue d'indicateurs de stress jusqu'à un an après un incident traumatique. L'empathie ou l'auto-identification du travailleur mortuaire avec le défunt semble être associée à un niveau accru de stress psychologique (McCarroll et al. 1993; McCarroll et al. 1995).

Une étude a évalué les causes de décès chez 4,046 1975 embaumeurs et directeurs de pompes funèbres aux États-Unis entre 1985 et 130 et a rapporté un taux de mortalité proportionnel (RMP) de 100 pour le suicide. Le PMR est un rapport du nombre réel de suicides chez les embaumeurs et les directeurs de funérailles divisé par le nombre de suicides qui seraient attendus dans un groupe d'individus comparables en âge, race et sexe qui ne sont pas des embaumeurs ou des directeurs de funérailles. Ce ratio est ensuite multiplié par XNUMX. Le but de cette étude était d'évaluer le risque de cancer chez les croque-morts, et la statistique du suicide n'a pas été élaborée plus avant.

Ergonomie

Un adulte humain décédé est lourd et doit généralement être transporté vers un lieu d'inhumation ou de crémation désigné. Même lorsque des moyens de transport mécaniques sont utilisés, le cadavre doit être transféré du lieu du décès au véhicule et du véhicule au lieu d'inhumation ou de crémation. Par respect pour la personne décédée, ce transfert est généralement effectué par d'autres humains.

Les croque-morts doivent déplacer les cadavres plusieurs fois au cours de la préparation du corps et des funérailles. Bien qu'aucune étude n'ait été trouvée sur ce problème, les douleurs et les blessures au bas du dos sont associées au soulèvement répétitif prolongé d'objets lourds. Il existe des dispositifs de levage disponibles qui peuvent aider à ces types d'ascenseurs.

Risques chimiques

Les procédures d'embaumement introduisent un certain nombre de produits chimiques puissants dans l'espace de travail des travailleurs funéraires. Le formaldéhyde est peut-être le plus utilisé et le plus toxique d'entre eux. Le formaldéhyde est irritant pour les muqueuses, les yeux, la muqueuse nasale et le système respiratoire, et a été associé à des modifications cellulaires mutagènes et au développement de cancers, ainsi qu'à l'asthme professionnel. Au cours des dernières décennies, le niveau d'exposition professionnelle sans effets nocifs a été constamment abaissé. Les limites d'exposition moyennes admissibles pondérées dans le temps sur 8 heures vont de 0.5 ppm en Allemagne, au Japon, en Norvège, en Suède et en Suisse à 5 ppm en Égypte et à Taïwan (IARC 1995c). Des niveaux de formaldéhyde compris entre 0.15 et 4.3 ppm, avec des niveaux instantanés aussi élevés que 6.6 ppm, ont été signalés pour des embaumements individuels. Un embaumement dure généralement entre 1 et 2 heures. Une exposition supplémentaire au formaldéhyde est associée à l'application de crèmes d'embaumement et de poudres séchantes et durcissantes, et lors de déversements.

Rats qui ont été exposés de façon chronique à 6 à 15 ppm de formaldéhyde (Albert et al. 1982; Kerns et al. 1982; Tobe et al. 1985), ou exposés de façon répétée à 20 ppm pendant des périodes de 15 minutes (Feron et al. 1988 ), ont développé des carcinomes nasaux (Hayes et al. 1990). Le CIRC rapporte des preuves épidémiologiques limitées d'une association entre l'exposition au formaldéhyde dans l'industrie et le développement de cancers du nez et du pharynx chez l'homme (Olsen et Asnaes 1986 ; Hayes et al. 1986 ; Roush et al. 1987 ; Vaughan et al. 1986 ; Blair et al. 1986 ; Stayner et al. 1988). Cependant, plusieurs études sur des pompes funèbres ont signalé une incidence accrue de leucémies et de tumeurs cérébrales (Levine, Andjelkovich et Shaw 1984; Walrath et Fraumeni 1983). En plus des effets cancérigènes, le formaldéhyde est irritant pour les muqueuses et a été considéré comme un puissant sensibilisant dans le développement de l'asthme de l'adulte. Le ou les mécanismes par lesquels le formaldéhyde précipite l'asthme sont encore moins bien caractérisés que son rôle dans le développement du cancer.

D'autres produits chimiques potentiellement toxiques utilisés dans les fluides d'embaumement comprennent le phénol, le méthanol, l'alcool isopropylique et le glutaraldéhyde (Hayes et al. 1990). Le glutaraldéhyde semble être encore plus irritant que le formaldéhyde pour les muqueuses et affecte le système nerveux central à des niveaux bien supérieurs à 500 ppm. Le méthanol affecte également le système nerveux central et, en particulier, le système visuel. Le phénol semble affecter le système nerveux ainsi que les poumons, le cœur, le foie et les reins, et est absorbé assez rapidement par la peau. Notre compréhension de la toxicologie et notre capacité à effectuer une évaluation des risques pour l'exposition à plusieurs produits chimiques simultanément ne sont pas suffisamment sophistiquées pour analyser les effets physiologiques des mélanges auxquels les embaumeurs et les pompes funèbres sont exposés. Blair et al. (1990a) pensaient que l'incidence accrue de leucémies et de tumeurs cérébrales signalée chez les travailleurs professionnels, mais non industriels, résultait de l'exposition à des produits chimiques autres que le formaldéhyde.

Les progrès récents dans la conception des tables de dissection indiquent que le courant descendant local des vapeurs réduit considérablement l'exposition des personnes travaillant à proximité (Coleman 1995). Le port de gants lors de l'exécution de procédures nécessitant un contact cutané avec des fluides et des crèmes d'embaumement réduit également le risque. On s'est toutefois inquiété du fait que certains des gants en latex sur le marché pourraient être perméables au formaldéhyde. Par conséquent, les gants de protection doivent être sélectionnés avec soin. En plus des préoccupations immédiates concernant les dangers de l'exposition au formaldéhyde, les preuves s'accumulent que le lixiviat des cimetières peut entraîner une contamination par le formaldéhyde des eaux souterraines.

L'exhumation des corps peut également impliquer des expositions chimiques. Bien qu'utilisé sporadiquement pendant des siècles, le plomb était couramment utilisé pour tapisser les cercueils à partir du XVIIIe et jusqu'au XIXe siècle. L'inhalation de poussière de bois est associée à des problèmes respiratoires, et la poussière de bois contaminée par des champignons est une arme à double tranchant. Les composés d'arsenic et de mercure étaient également utilisés comme agents de conservation dans le passé et pouvaient présenter un danger lors de l'exhumation.

 

Noir

Lire 7075 fois Dernière modification le Mercredi, Juin 29 2011 13: 10

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références des services personnels et communautaires

Agence pour les substances toxiques et le registre des maladies (ATSDR). 1995. Profil toxicologique du tétrachloroéthylène (ébauche de mise à jour pour consultation publique). Atlanta, Géorgie : US ATSDR.

Albert, RE, AR Sellakumar, S Laskin, K Kuschner, N Nelson et CA Snyder. 1982. Formaldéhyde gazeux et induction de chlorure d'hydrogène du cancer nasal chez le rat. JNCI 68: 597-603.

Anderson, B. 1993. Les esclaves secrets britanniques : une enquête sur le sort des travailleurs domestiques à l'étranger. Human Rights Series No. 5, Anti-slavery International et Kalayaan : Justice for Overseas Domestic Workers.

Armstrong, P et H Armstrong. 1994. Le double ghetto, 3e édition. Toronto : McClelland et Stewart.

Association pour la santé et la sécurité au travail, secteur affaires sociales (ASSTSAS). 1993. Entretien sanitaire. Montréal : ASSTSAS.

Baxter, PJ, AM Brazier et SEJ Young. 1988. La variole est-elle un danger dans les cryptes des églises ? Br J Ind Méd 45: 359-360.

Blainey, AD, S Ollier, D Cundell, RE Smith et RJ Davies. 1986. Asthme professionnel dans les salons de coiffure. Thorax 41: 42-50.

Blair, A, R Saracci, PA Stewart, RB Hayes et C Shy. 1990a. Données épidémiologiques sur la relation entre l'exposition au formaldéhyde et le cancer. Scand J Travail, Environ et Santé 16: 381-391.

Blair, A, P Stewart, PE Tolbert, D Grauman, FX Moran, J Faught et J Rayner. 1990b. Cancer et autres causes de décès chez les blanchisseurs et les nettoyeurs à sec. Br J Ind Méd 47: 162-168.

Blair, A, PA Stewart, M O'Berg, W Gaffey, J Walrath, J Ward, R Bales, S Kaplan et D Cubit. 1986. Mortalité chez les travailleurs industriels exposés au formaldéhyde. JNCI 76: 1071-1084.

Borglum, B et AM Hansen. 1994. Une enquête sur les agents de lavage et de nettoyage (en danois, résumé en anglais). AMI Report 44. Copenhague, Danemark : Institut danois de la santé au travail.

Bretin, H. 1994. Santé des ouvriers du nettoyage à Montréal et à Paris : La face cachée du travail dans la ville. Kremlin-Bicêtre, France : INSERM Unité 292.

Bretin, H, N Frigul, I Metenier, L Aussel et A Thébaud-Mony. 1992. Des femmes chômeuses en mauvaise santé. Kremlin-Bicêtre, France : INSERM Unité 292.

Cherry, NM, MH Beck et V Owen-Smith. 1994. Surveillance des dermatoses professionnelles au Royaume-Uni : le projet OCC-Derm. Publication NIOSH des États-Unis n° 94-112. Actes du 9e Symposium international sur l'épidémiologie en santé au travail, 23-25 ​​septembre 1992, Cincinnati, OH : US NIOSH.

Coleman, R. 1995. Réduction des niveaux d'exposition au formaldéhyde dans les laboratoires d'anatomie macroscopique. Anat Rec 243: 531-533.

Delaporte, MF, M Estryn-Behar, G Brucker, E Peigne et A Pelletier. 1990. Pathologie dermatologique et exercice professionnel en milieu hospitalier. Arch mal prof 51 (2): 83-88.

Demers, PA, TL Vaughan et RR Schommer. 1991. Profession, statut socio-économique et mortalité par tumeur cérébrale : étude cas-témoin basée sur un certificat de décès. JOM 33 (9): 1001-1006.

Dooms-Goossens, A. 1986. Un système informatisé de récupération des substances allergènes de contact. Séminaires en Dermatologie 5 (3): 249-254.

Duh, RW et NR Asal. 1984. Mortalité chez les blanchisseurs et les nettoyeurs à sec dans l'Oklahoma. Am J Santé publique 74: 1278-1280.

Sérieux, GS. 1996. Évaluation et contrôle des expositions au perchloroéthylène lors du nettoyage à sec. Appl Occuper Environ Hyg 11 (2): 125-132.

Earnest, GS et AB Spencer. 1996. Leçons de l'Europe : réduction de l'exposition professionnelle et des émissions environnementales au perchloroéthylène dans le nettoyage à sec commercial (ECTB n° 201-07). Cincinnati, Ohio : NIOSH des États-Unis.

Agence de protection de l'environnement (EPA). 1991a. Installations de nettoyage à sec—Informations générales sur les normes proposées (Publication EPA n° 50/3-91-020a). Research Triangle Park, Caroline du Nord : Bureau de la planification et des normes de qualité de l'air, Agence de protection de l'environnement.

—. 1991b. Normes nationales d'émission pour les polluants atmosphériques dangereux pour les catégories de source : Émissions de perchloroéthylène provenant des installations de nettoyage à sec, règlement proposé et avis d'audience publique. Règl. fédéral 56 (236): 64382-64402.

Feron, VJ, JP Bruyntjes, RA Woutersen, HR Immel et LM Appelman. 1988. Tumeurs nasales chez le rat après exposition à court terme à une concentration cytotoxique de formaldéhyde. Canc Lett 39: 101-111.

Flyvholm, MA. 1993. Allergènes de contact dans les produits de nettoyage homologués à usage industriel et domestique. Br J Ind Méd 50: 1043-1050.

Foussereau, J, C Benezra, HI Maibach et N Hjorth. 1982. Personnel de maison. In Dermatite de contact professionnelle, aspects cliniques et chimiques. Philadelphie : WB Saunders Company.

Gamboa, PM, CG de la Cuesta, BE Garcia, JG Castillo et A Oehling. 1989. Réaction asthmatique tardive chez un coiffeur, due à l'inhalation de sels de persulfate d'ammonium. Allergologie et immunopathologie 17: 109-111.

Gawkrodger, DJ, MH Lloyd et JAA Hunter. 1986 Maladies cutanées professionnelles chez le personnel de nettoyage et de cuisine des hôpitaux. Dermatite de contact 15: 132-135.

Gershon, RRM et C Karkashion. 1996. Le risque de tuberculose chez les travailleurs des services funéraires : résultats préliminaires. Présenté aux réunions de l'American Public Health Association, novembre, New York.

Gershon, RRM, D Vlahox, H Farzadegan et A Miriam. 1995. Risque professionnel d'infections par le virus de l'immunodéficience humaine, le virus de l'hépatite B et le virus de l'hépatite C chez les praticiens des services funéraires du Maryland. 1995. Infec Contr Hosp Epid 16: 194-197.

Gervais, M. 1993. Bilan de santé des travailleurs québécois. Montréal : Institut de recherche en santé et en sécurité du travail du Québec.

Gouvernement du Québec. 1994. Décret sur le personnel d'entretien d'édifices publics de la région de Montréal. Québec : Éditeur officiel.

Gulati, L. 1993. Travailleuses migrantes en Asie : un examen. New Delhi. Equipe régionale asiatique de l'OIT pour la protection de l'emploi.

Hagner, IM et M Hagberg. 1989. Évaluation de deux méthodes de travail de nettoyage de sol par mesure de charge. Ergonomie 32 (4): 401-408.

Hansen, KS. 1983. Dermatoses professionnelles chez les femmes de ménage hospitalières. Dermatite de contact 9: 343-351.

Harford, TC et SD Brooks. 1992. Mortalité et profession liées à la cirrhose. J Stud Stud 53 (5): 463-468.

Hayes, RB, A Blair, PA Stewart, RF Herrick et H Mahar. 1990. Mortalité des embaumeurs américains et des pompes funèbres. Suis J Ind Med 18: 641-652.

Hayes, RB, JW Raatgever, A de Bruyn et M Gerin. 1986. Cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux et exposition au formaldéhyde. Int J Ann 37: 487-492.

Guérison, TD, PN Hoffman et SEJ Young. 1995. Les risques d'infection des cadavres humains. Dis transmissible Rév 5 : R61-R68.

Institut Hohenstein. 1995. Exigences pour l'utilisation de solvants hydrocarbonés dans l'industrie du nettoyage à sec. Boennigheim, Allemagne : Institut Hohenstein.

Horte, LG et K. Toren. 1993. Mortalité ajustée pour le tabagisme due à l'asthme dans une population de travailleuses suédoises. Br J Ind Méd 50 (6): 575-576.

Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). 1995a. Nettoyage à sec, certains solvants chlorés et autres produits chimiques industriels (Nettoyage à sec). Dans Monographies du CIRC sur l'évaluation du risque cancérogène pour l'homme. Vol. 63. Lyon : CIRC.

—. 1995b. Nettoyage à sec, certains solvants chlorés et autres produits chimiques industriels (tétrachloroéthylène). Dans Monographies du CIRC sur l'évaluation des risques cancérigènes pour l'homme. Lyon : CIRC.

—. 1995c. Poussière de bois et formaldéhyde. Dans Monographies du CIRC sur l'évaluation des risques cancérogènes pour l'homme. Lyon : CIRC.

Institut International Fabricare. 1990. Focus sur le nettoyage à sec : Distillation. Silver Spring, MD : Institut international Fabricare.

Organisation internationale du travail (OIT). 1989. Résumé des conditions de travail : Travail à domicile. Vol. 8, n° 2. Genève : BIT.

Johannsson, SE et G Ljunggren. 1989. Effort perçu lors d'un rythme de travail auto-imposé pour un groupe de nettoyeurs. Ergonomie appliquée 20 (4): 307-312.

John, EM, DA Savitz et CM Shy. 1994. Avortement spontané chez les cosmétologues. Épidémiologie 5: 147-155.

Katz, RM et D Jowett. 1981. Ouvrières de blanchisserie et de nettoyage à sec dans le Wisconsin : une analyse de la mortalité. Am J Santé publique 71: 305-307.

Kerns, WD, KL Pavkov, DJ Donofrio, EJ Gralla et JA Swenberg. 1982. Cancérogénicité du formaldéhyde chez le rat et la souris après une exposition par inhalation à long terme. Rés. canc 43: 4382-4392.

Koenig, KL. 1994. Utilisation de colorants capillaires et cancer du sein : Une étude cas-témoins parmi les participants au dépistage. Suis J Epi 133: 985-995.

Levine, RJ, DA Andjelkovich et LK Shaw. 1984. La mortalité des pompes funèbres de l'Ontario et un examen des études sur la mortalité liée au formaldéhyde. J Occ Méd 26: 740-746.

Lin, RS et II Kessler. 1981. Un modèle multifactoriel pour le cancer du pancréas chez l'homme : preuves épidémiologiques. JAMA 245: 147-152.

McCarroll, JE, RJ Ursano, CS Fullerton et A Lundy. 1993. Stress traumatique d'une morgue en temps de guerre, anticipation de l'exposition à la mort de masse. J Nerv Ment Dis 181: 545-551.

—. 1995. Stress d'anticipation de la manipulation des restes humains de la guerre du golfe Persique. J Nerv Ment Dis 183: 698-703.

McDonald, AD, B Armstong, N Cherry, C Delorme, AD Nolin, JC McDonald et D Robert. 1986. Avortement spontané et occupation. J Occ Méd 28: 1232-1238.

McDonald, AD, JC McDonald, B Armstong, N Cherry, C Delorme, AD Nolin et D Robert. 1987. Profession et issue de la grossesse. Br J Ind Méd 44: 521-526.

McDonald, AD, JC McDonald, B Armstong, N Cherry, AD Nolin et D Robert. 1988. Prématurité et travail pendant la grossesse. Br J Ind Méd 45: 56-62.

McDougal, L, PR Band, JJ Spinelli, WJ Threlfall et RP Gallagher. 1992. Modèles de mortalité chez les travailleuses domestiques. Suis J Ind Med 21 (4): 595-599.

Messing, K. 1991. Occupational Health Concerns of Canadian Women/La santé et la sécurité des travailleuses canadiennes. Ottawa : Ressources humaines Canada.

—. Dans la presse. Déchets hospitaliers : les nettoyeurs parlent de leur rôle dans la prévention des maladies. Quartier Med Anthropol.

Messing, K, C Chatigny et J Courville. 1995. Travail prescrit, travail réel, travail perçu : l'entretien sanitaire « lourd » et « léger » en milieu hospitalier. Annales de la Société d'ergonomie de langue française : 578-585.

—. 1996. L'invisibilité du travail et la division léger/lourd dans l'entretien sanitaire : Impact sur la santé et la sécurité du travail. Objectif Prévention. 19 (2): 13-16.

Messing, K, G Doniol-Shaw et C Haëntjens. 1993. Sucre et épice : effets sur la santé de la division sexuelle du travail chez les nettoyeurs de trains. Services de santé Int J 23 (1): 133-146.

Messing, K, C Haëntjens et G Doniol-Shaw. 1993. L'invisible nécessaire : l'activité de nettoyage des toilettes sur les trains de voyageurs en gare. Le travail humain 55: 353-370.

Michaels, David. Sans date. Manuel du droit de savoir pour les assistants de garde. New York : Bureau des opérations du maire de la ville de New York, Bureau de la sécurité et de la santé au travail de la ville et Fonds pour l'éducation du conseil de district 37.

Association nationale de protection contre les incendies (NFPA). 1991. Manuel de protection contre l'incendie. Quincy, MA : NFPA.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1975. Guide de santé et de sécurité pour les blanchisseries et les nettoyeurs à sec. Publication NIOSH n° 273-831. Cincinnati, Ohio : NIOSH des États-Unis.

—. 1977. Maladies professionnelles : guide de leur reconnaissance. Publication NIOSH n° 77-181. Cincinnati, Ohio : NIOSH des États-Unis.

Nielsen, J. 1995. Santé au travail des nettoyeurs (en danois, résumé en anglais). doctorat thèse. Copenhague, Danemark : Arbejdsmiljjoinstituttet.

—. 1996. L'apparition et l'évolution des symptômes cutanés sur les mains chez les femmes de ménage. Dermatite de contact 34: 284-291.

Nordin, M, G Hultman, R Philipsson, S Ortelius et GBJ Andersson. 1986. Mesures dynamiques des mouvements du tronc lors des tâches de travail. Dans L'ergonomie des postures de travail, édité par N Corlett, J Wilson et I Manenica. Philadelphie : Taylor & Francis.

Nwanyanwu, OC, TH Tubasuri et G Harris. 1989. Exposition et précautions pour le sang et les fluides corporels chez les travailleurs des franchises de salons funéraires de Fort Worth, Texas. Contrôle des infections Am J 17: 208-212.

Administration de la sécurité et de la santé au travail (OSHA). 1993. Occupational Safety and Health Administration, base de données, réglementations, documents et informations techniques. CD-ROM OSHA (OSHA A93-2). Base de données non publiée.

Olsen, JH et S Asnaes. 1986. Formaldéhyde et risque de carcinome épidermoïde des cavités naso-sinusiennes. Br J Ind Méd 43: 769-774.

Opatowski, S, P Varaillac, C Richoux, N Sandret, L Peres, D Riffiod et Y Iwatsubo. 1995. Enquête sur les ouvriers nettoyeurs d'Ile-de-France. Archives des maladies professionnelles 56 (3): 219-220.

Pearce, N. 1992. Augmentation de l'incidence du lymphome non hodgkinien : Facteurs professionnels et environnementaux. Rés. canc 52 (Supplément): 5496s-5500s.

Pepys, J. 1986. Pneumopathie allergique professionnelle causée par des agents organiques. J Allergie Clin Immunol 78(5) Partie 2 : 1,058 1,062-XNUMX XNUMX.

Riz, B et J Weinberg. 1994. Dressed to Kill: Les dangers du nettoyage à sec et le cas des alternatives sans chlore. Un rapport de Greenpeace/Pollution Probe. Toronto. Pollution Probe, Sunset Chemicals Project pour les Grands Lacs.

Roush, GC, J Walrath, LT Stayner, SA Kaplan, JT Flannery et A Blair. 1987. Cancer du nasopharynx, cancer naso-sinusien et professions liées au formaldéhyde : une étude cas-témoin. JNCI 79: 1221-1225.

Société royale de chimie (RSC). 1986. Solvants organochlorés : risques pour la santé des travailleurs (EUR10531FR). Luxembourg : Société royale de chimie, Commission des Communautés européennes.

Ruder, AM, EM Ward et DP Brown. 1994. Mortalité par cancer chez les nettoyeurs à sec féminins et masculins. J Occupe Med 36: 867-874.

Savitz, DA, KW Andrews et LA Brinton. 1995. Profession et cancer du col de l'utérus. J Occup et Envir Med 37 (3): 357-361.

Schwartz, HJ, JL Arnold et KP Strohl. 1990. Rhinite allergique professionnelle dans l'industrie des soins capillaires. Réactions aux solutions permanentes. J Occ Méd 32: 473-475.

Scolari, FG et B Gardenghi. 1966. Problèmes de présélection, de prévention et de récupération en dermatologie professionnelle. Giornale Italiano de Dermatologie 107 (5): 1259-1270.

Seligman, PJ, SC Newman, CL Timbrook et WE Halperin. 1987. Agression sexuelle des femmes au travail. Suis J Ind Med 12 (4): 445-450.

Singgih, SIR, H Latinga, JP Nater, TE Woest et JA Kruyt-Gaspersz. 1986. Dermatoses professionnelles des mains chez le personnel de nettoyage des hôpitaux. Dermatite de contact 14: 14-19.

Sournois. 1994. Épidémie de variole au Québec, censée dépendre de l'ouverture d'un cimetière intra-muros vieux de 214 ans. Can J Publ Health (mai-juin) : 149.

Sogaard, K. 1994. Biomécanique et contrôle moteur lors du travail répétitif : une étude biomécanique et électromyographique du nettoyage des sols. doctorat thèse. Copenhague, Danemark : Département de physiologie, Institut national de la santé au travail.

Sogaard, K, N Fallentin et J Nielsen. 1996. Charge de travail lors du nettoyage des sols. L'effet des méthodes de nettoyage et de la technique de travail. Eur J App Physiol.

Sovet, U. 1958. Empoisonnement causé par la poudre utilisée dans le nettoyage de l'argent. Presse Médicale 10 (9): 69-70.

Spencer, AB, CF Estil, JB McCammon, RL Mickelsen et OE Johnston. 1996. Contrôle des expositions au méthacrylate d'éthyle lors de l'application d'ongles artificiels. Amer Ind Hyg Assoc J 58: 214-218.

Starr, JC, J Yunginger et GW Brahser. 1982. Réponse asthmatique immédiate de type I au henné suite à une exposition professionnelle chez les coiffeurs. Annales d'allergie 48: 98-99.

Stayner, LT, L Elliott, L Blade, R Keenlyside et W Halperin. 1988. Une étude rétrospective de mortalité par cohorte de travailleurs exposés au formaldéhyde dans l'industrie du vêtement. Suis J Ind Med 13: 667-681.

Steineck, G, N Plato, SE Norell et C Hogstedt. 1990. Cancer urothélial et quelques produits chimiques liés à l'industrie : Une évaluation de la littérature épidémiologique. Suis J Ind Med 17: 371-391.

Tanaka, S, AB Smith, W Halperin et R Jensen. 1982. Genou du poseur de tapis. Nouvelle-Angleterre J Med 307 (20): 1276-1277.

Tobe, M, T Kaneko, Y Uchida, E Kamata, Y Ogawa, Y Ikeda et M Saito. 1985. Études sur la toxicité par inhalation du formaldéhyde. Rapport du Service National de Laboratoire Sanitaire et Médical. Tokyo : Département de la toxicité du Centre de recherche sur la sécurité des organismes.

Toivanen, H, P Helin et O Hänninen. 1993. Impact de la formation régulière à la relaxation et des facteurs de travail psychosociaux sur la tension cou-épaule et l'absentéisme chez les nettoyeurs hospitaliers. J Occupe Med 35 (11) 1123-1130.

Turnbull, N, J Dornan, B Fletcher et S Wilson. 1992. Prévalence des douleurs rachidiennes parmi le personnel d'une autorité sanitaire de district. Méd Occupation 42 (3): 143-148.

Ursano, RJ, CS Fullerton, TC Kao et VR Bhartiya. 1995. Évaluation longitudinale du trouble de stress post-traumatique et de la dépression après exposition à une mort traumatique. J Nerv et Ment Dis 183: 36-42.

van der Walle, HB et VM Brunsveld. 1994. Dermatite chez les coiffeurs. Dermatite de contact 30: 217-221.

Vasquez, C. 1995. Équipement de nettoyage humide. Chicago : Centre de technologie de quartier.

Vaughan, TL, C Strader, S Davis et JR Daling. 1986. Formaldéhyde et cancers du pharynx, des sinus et des fosses nasales. Expositions professionnelles. Int J Ann 38: 677-683.

Villaplana J, C Romaguera et F Grimalt. 1991. Dermatite de contact due au résorcinol dans une teinture capillaire. Dermatite de contact 24: 151-152.

Vingard, E, L Alfredsson, I Goldie et C Hogstedt. 1991. Profession et arthrose de la hanche et du genou : une étude de cohorte basée sur des registres. Int J Epidemiol 20 (4): 1025-1031.

Walrath, J et JF Fraumeni. 1983. Modèles de mortalité chez les embaumeurs. Int J Ann 31: 407-411.

Weaver, V, MA McDiarmid, JA Guidera, FE Humphrey et JA Schaefer. 1993. Expositions chimiques professionnelles dans un centre médical universitaire. J Occupe Med 35 (7): 701-706.

Wentz, M. 1995. L'évolution des technologies de fabrication respectueuses de l'environnement. Nettoyeur à sec américain 62 (7): 52-62.

Winkel, J, B Ekblom, M Hagberg et B Jonsson. 1983. L'environnement de travail des nettoyeurs. Évaluation de la contrainte physique lors du nettoyage et de l'écouvillonnage comme base de la refonte du travail. Dans Ergonomie de la conception des postes de travail, édité par TO Kialseth. Toronto : Butterworth.

Wolff, HL et JJAB Croon. 1968. La survie du virus de la variole (Variola Mivor) dans des circonstances naturelles. Organe de santé Bull World 38: 492-493.

Zahm, SH, DD Weisenburger, PA Babbitt, RC Saal, JB Vaught et A Blair. 1992. Utilisation de produits de coloration capillaire et risque de lymphome, de myélome multiple et de leucémie lymphoïde chronique. Am J Santé publique 82: 990-997.